Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 18 sur 18

Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?



  1. #1
    dperez

    Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?


    ------

    Ne pensez-vous pas que l'on pourrait produire des habitations de la même manière que des voitures ? En gros, on aurait besoin que de très peu de main d'œuvre, les maisons seraient toutes basées sur le même moule, comme les voitures, ce qui ne veut pas dire "cabanes en carton", elles pourraient être très robustes, isothermiques, esthétiques, etc... On pourrait imaginer 3 modèles: Maison pour couple, maison pour petite famille, maison haut de gamme et spacieuse. Les quantités achetées en matière première (béton, bois, laine de roche, vitres, équipement électrique, etc...) ainsi que le peu de main d'œuvre nécessaire permetrait d'avoir des prix intéressants, tout en ayant une maison écologique, respectueuse de l'environnement, économique, etc.. Car basée sur un cahier des charges stricte. Qu'en pensez-vous ? Y vient-on ?

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    gotto

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Elles existent déjà, cela s'appelle des caravanes , mobilhomes etc..
    Adieu les architectes...
    On oublie souvent que la maison est aussi autre chose qu'un simple abri.
    Elle peut être écologique sans être uniforme, elle peut être économique sans être soviétique, elle ne doit pas être un produit de consommation, ni un archétype de la monotonie mais un acteur primordial d'une urbanisation harmonieuse.
    La maison doit rester un reflet de l'âme de ses premiers propriétaires, c'est pour cela qu'on y consacre beaucoup de soins de sa conception à l'entretien.
    Mais c'est vrai qu'on ne demanderait plus où sont les toilettes...

  4. #3
    dperez

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Comme je l'ai dit plus haut, pas question de faire des cabanes en carton, donc je ne parle pas des caravanes ou mobilhomes.

    On peut très bien créer des maisons standard tout à fait esthétiques et solides. On le fait bien avec les voitures, qui s'en plaind ? On imagine mal faire faire sa voiture sur mesure pour €150.000 euros...

  5. #4
    MaxouGoret

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    La voiture n'est qu'un moyen de locomotion. La maison, c'est l'endroit où tu vis. On accepte plus facilement la standardisation de l'un que de l'autre.

  6. Devis
  7. #5
    invite765732342432
    Invité

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Citation Envoyé par dperez Voir le message
    On peut très bien créer des maisons standard tout à fait esthétiques et solides.
    On peut effectivement le faire...
    Mais les gens n'ont pas forcément envie de voir la même maison que la leur un peu partout.
    Sans parler des extrèmes comme les corons, je peux déjà te parler de certaines "cités" pavillonaires de provinces: Des rues bordées de maisons toutes plus ou moins semblables (sans être laides).
    Les gens sont beaucoup moins attachés à leur maison que dans les maisons faites "sur-mesure". Disons, qu'il y a un lien qui se fait entre propriétaire et maison, à force de la modifier, de lui apporter de petites touches...

    Bien sûr, tout le monde ne ressent pas forcément ce genre de "lien" et les maisons "de série" conviennent à de nombreuses personnes (il suffit de voir les chaines de construction qui ont pas mal de succés).
    Mais les maisons "écologiques" étant généralement plus chères que les autres, la cible n'est plus la même. Et parmis les gens qui auraient les moyens d'acheter une de ces maisons, je pense que beaucoup préfèreront en avoir une personalisée mais moins écologique... Ce qui expliquerait qu'il n'y ait pas (encore) de maison vraiment écolo de série.

    Mais ça changera peut-être...

  8. A voir en vidéo sur Futura
  9. #6
    Philou67

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    A mes yeux, une maison écologique, c'est avant tout une maison dispendieuse en énergie, notamment pour son chauffage. C'est donc une maison bien isolée, et qui sait profiter au maximum des apports solaires passifs, tout en ayant une bonne capacité de régulation de la température intérieure (inertie).

    Une telle maison, c'est une maison bio-climatique, et une maison bio-climatique, c'est une maison qui DOIT s'adapter à son environnement.

    Donc avant de parler de singularité vis à vis des gouts et des couleurs des propriétaires, adaptons d'abord la maison à son terrain : orientation, pente, masques, latitude, ... autant de facteurs qui feront qu'une maison bio-climatique ne peut pas être produite 'en série' selon une architecture figée.
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  10. Publicité
  11. #7
    invite765732342432
    Invité

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Citation Envoyé par Philou67 Voir le message
    A mes yeux, une maison écologique, c'est avant tout une maison dispendieuse en énergie,
    Plutôt "économe", non ?

    Une telle maison, c'est une maison bio-climatique, et une maison bio-climatique, c'est une maison qui DOIT s'adapter à son environnement.
    Donc avant de parler de singularité vis à vis des gouts et des couleurs des propriétaires, adaptons d'abord la maison à son terrain : orientation, pente, masques, latitude, ... autant de facteurs qui feront qu'une maison bio-climatique ne peut pas être produite 'en série' selon une architecture figée.
    Je suis bien d'accord "en théorie", mais "en pratique" c'est l'acheteur qui décide.
    Pour vendre une maison, il faut d'abord qu'elle corresponde aux gout du potentiel acheteur avant de penser à l'aspect bioclimatique (sauf pour les quelques (trop) rares acquéreurs pour qui le respect de l'environnement passe en premier)

  12. #8
    rbobeda

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    D'autant plus qu'on voit déjà ce que ça donne : le monde du bâtiment évolue dans une foultitude de normes, de produits standardisés, de systèmes constructifs répondant à des réglementations bien précises... La standardisation et l'industrialisation des matériaux conjugués au prix du foncier amènent à une recherche du plus bas coût de production et de réalisation => parpaing-polystyrène et placo pour tout le monde ou presque. On ne peut plus standard. Au niveau des plans : idem. Les constructeurs ont qq "modèles". Totalement indépendants des contraintes du terrain, orientées n'importe comment (parallèle à la route, mon bon monsieur)
    On construit vite et mal, toujours pareil, ce qui donne des centaines de km² de lotissements tous identiques, sans identité. On construit pour une génération, à peine plus.
    Voilà ce qu'a donné la standardisation et l'industrialisation de la construction en France jusqu'à maintenant. Le moins qu'on puisse dire, c'est que le bilan est mitigé (quel euphémisme).
    Le simple fait de penser pouvoir bâtir une maison indépendamment du climat, de l'orientation, de la nature du terrain qui la recevra est une aberration complète.
    Un exemple récent :
    Un lotissement dans le Gard, sur les bords du Rhône. Sur des collines, les parcelles ont des pentes de 0 à plus de 30%. Et tous les plans sont les mêmes ou presque. Ce qui a donné des terrassements de plusieurs mètres (dans de la roche souvent), et des vides sanitaires monstrueux, la palme étant remportée par un projet construit sur un vide sanitaire de ... 3.9m
    On rigole. On voit de suite les limites...

    Contrairement à une idée reçu, on n'a pas besoin de nouveaux matériaux ni de nouveaux standards pour construire performant et propre. Tout existe déjà. On a surtout besoin de compétences, de gens formés, et d'une réelle volonté politique. Et tout ça fait cruellement défaut en France depuis une quarantaine d'années.

  13. #9
    rbobeda

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Citation Envoyé par Faith Voir le message
    Plutôt "économe", non ?


    Je suis bien d'accord "en théorie", mais "en pratique" c'est l'acheteur qui décide.
    Pour vendre une maison, il faut d'abord qu'elle corresponde aux gout du potentiel acheteur avant de penser à l'aspect bioclimatique (sauf pour les quelques (trop) rares acquéreurs pour qui le respect de l'environnement passe en premier)
    Sauf qu'il sont de plus ne plus nombreux et qu'un autre paramètre de poids est en train de créer des "écolos" à la pelle : le coût de l'énergie. Tout le monde n'a pas compris mais le message passe de mieux (et les factures augmentent de plus en plus).
    Dans 10 ans, vendre une passoire chauffée avec des grille-pains, ce sera trèèès dur. Et c'est tant mieux

  14. #10
    Philou67

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Citation Envoyé par Faith Voir le message
    Plutôt "économe", non ?
    Arg, j'avais l'impression d'être réveillé... naturellement, l'économie d'énergie, c'est le nerf de la guerre.
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  15. #11
    STS

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Mais, mon cher, nous y sommes déjà. Les Maisons Phénix se sont lancés. En six mois ils ont pendu une superbe maison passive. Elle a été présentée pendant l'émission "Vu du Ciel" de Yann Erthus Bertrand sur France 2 en juillet. Voilà le résultat d'une maison passive industrielle: Structure en acier (pas écolo de tout), isolation intérieure renforcée en laine minérale (non plus), panneaux en béton/fibres de bois (c'est plus léger et soulage la structure), bardage e bois (décoratif mais qui ne sert à rien), Velux inaccessibles qui permettent de chauffer un mur et brique l'hiver mais qui transforme la maison en un four en été, surtout dans le sud, et pour finir quelques gadget type Ventilation double flux, triple vitrage, puit provençal... Bref il suffit de relooker l'ensemble, de habiller un peu et d'ajouter quelques options (payantes) et la bonne vielle maison Phénix renaît de ces cendres et avec elle le compte de résultat de Geoxia, sa maison mère. Voilà l'avenir de la maison écologique industrielle en France. Pourtant, il suffit de trverser le Rhin pour avoir une offre diversifiée en maisons préfabriquées en bois, performantes, passives, personnalisables, rouge, vertes ou bleu. Masi ces maisons ne sont pas commercialisées en France en absence de certification officielle.
    Il est vrai que la maison est notre troisième peau, mais pas tous le monde peux s'habiller chez les grands couturiers. Faut'il alors vivre dans une yourte ou une cabane créé par un architecte? La Maison préfabriquée a ses avantages. Ne crachons pas sur la maitrise des coûts et la démocratisation de la qualité. Mais chez nous, ça tourne immédiatement à la farce avec des marges garanties de 30%. Il reste donc à identifier des initiatives sérieuses, de commander chez des petits constructeurs avec une approche humaine de l'économie ou de sz lancer avec des copains dans l'auto-construction. La circulation des infos cmme dans ce forum nous aide à trouver notre bonheur dans un monde de lesbrouffe.

  16. #12
    Yoghourt

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Le bardage en bois ne sert pas à rien, il a au moins une fonction de protection aux intempéries (y compris réduction du wind chill) et ventilation de façade.

    Reste à voir si le résultat de Maison P... sur le plan énergétique et infiltrométrie supporte le standard maison passive.
    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

  17. Publicité
  18. #13
    energie positive

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Bonjour à tous,

    J'ai vu une partie du reportage de YAB sur le site de son architecte.

    Personnellement, j'ai de gros doutes concernant la passivité (selon le PHI de Darmstadt) de ce bâtiment :
    - La position de fenêtre de toit amène beaucoup trop de calories estivales qu'il faut gérer. De plus, l'hiver, ces vitrages sont beaucoup plus déperditifs car situés en toiture. Quid du raccord dormant/toiture : est il en continuité avec l'isolation ?
    - La position des menuiseries n'est à mon avis pas la plus optimale. Quand on sait qu'un déplacement de 10cm de la menuiseries vers l'extérieur apporte 2 à 3 kW/m²/an, on peut se poser la question sur le positionnement dans ce bâtiment.
    - On ne parlera même pas du rapport Surface au sol / Volume ou encore Volume / Surfaces déperditives qui est plus que minable.
    - Bien entendu, il n'y a pas eu de tests de caméra thermique ou infiltrométrique (ou du moins on en parle pas - Maisons P. . . . .x serait il opposé à ce genre de test ?).
    -... (mais je vais pas lui tailler un costard)

    Bref, en conclusion, je dirais que ce bâtiment est un (trop ?) bon coup de pub pour YAB et Maisons P. . . . .x. Cela leur permet de remettre un coup de peinture verte sur leur catalogue. Ha, marketing, quand tu nous tiens !!!

    Malheureusement, ce genre de bâtiment surmédiatisé va mettre à mal la VRAIE filière "passive", celle certifiée par le PHI, celle où les valeurs seront contrôlées (cf site de l'association www.aactime.com), celle où le client saura ce qu'on lui vend.
    A nous de choisir.

    Arvi
    Energie Positive [solutions pour économiser l'énergie].

  19. #14
    makabanokanada

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    C'est peut-être un peu rapide, mais moi dès que je vois Yann Arthus-Bertrand qque part, je me méfie fortement :
    Ca remonte à une vingtaine d'années, à l'époque où il faisait des photos de bestiaux de fermes. Le résultat est très esthétique, la méthode plus discutable : j'avais vu un reportage télé sur la façon dont il procédait au Salon de l'Agriculture : quand un animal l'intéressait, il envoyait sa très jolie jeune assistante faire du charme au paysan qui bien sûr ne refusait pas de poser. Dès que le paysan était "ferré", YAB intervenait pour faire la photo, autoritaire et très très froid, et le paysan se faisait avoir, posant gratuitement pour un album vendu ensuite très cher.
    Puis ça a été le succès phénoménal de ses photos aériennes, avec des milliers de litres de kérosène d'hélico dépensés pour cela, et ça continue à la télé, où on nous explique avec des heures et des heures d'hélico combien il faut économiser les énergies fossiles, et toujours avec la même froideur dure. Le but de YAB est clair : prendre la place toute chaude de Nicolas Hulot dans les médias, sauf que lui dès qu'il aura une occasion de rentrer dans un Ministère il n'hésitera pas une seconde, beaucoup trop ambitieux pour cela... ce sera bientôt notre "Sauveur du Monde"...
    En attendant, sa maison passive c'est de la poudre aux yeux bâclée, c'est bien évident, elle a comme triple intérêt (pour lui) d'alimenter son émission télé, de conforter son image de "Sauveur inscrit dans l'action", et de lui faire empocher des royalties de la part de Geoxia bien sûr.
    Pour finir, balladez-vous en kiosque, et amusez-vous à compter le nombre de magazines où son nom apparaît en couverture, c'est hallucinant !
    Vous l'aurez compris, j'ai très peu de sympathie pour ce poisson froid qui transpire un peu trop l'ambition à tout prix, et qui malheureusement est en passe de réussir son putsch.

  20. #15
    Zarcobx

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Faut pas non plus voir le mal toujours partout...certes on peut discuter longtemps les méthodes de YAB mais c'est toujours mieux ça que rien du tout.

    S'il n'avait pas réussi avec son image à faire passer une émission de première partie de soirée sur une chaîne publique, qui parlerait d'écologie à la télé ?

    Certes les heures d'hélico ça pollue, ses multiples voyages en avion aussi mais moi, sans ses images au dessus des USA ou autres, je n'aurais JAMAIS eu des ma tête ces images ignobles des élévages de boeufs nourris aux hormones, ou ces milliers d'hectares de puits de pétrole.

    POur faire avancer les choses, il faut aussi des images fortes, et des personnalités qui marquent. Hulot ou YAB ont ptet tous 2 une idée derrière la tête mais c'est mieux que s'ils laissaient la place vacante.

    C'est comme Al Gore et son fameux film. Difficile de croire que ce gars s'est subitement converti à l'écologie avec uniquement le but de "sauver la terre" mais au moins, c'est médiatisé, et de nombreuses personnes auront les yeux un peu ouvert depuis.

    La maison Phénix n'est ptet pas parfaite (perso je peux pas trop juger par mon inexperience) mais au moins, y'a ptet quelques centaines de personnes qui ont compris le message dans le reportage : on peut faire des maisons moins polluantes, plus saines, économes en énergie et confortable.

    Et c'est bien ça le plus important actuellement : ouvrir les yeux aux citoyens...

  21. #16
    STS

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Oh, quand même, regardez autours de vous. Ca fait 20 ans que P...X, E.F, To.al, Laf..ge font tout pour les français gardent les yeux fermés. Depuis ce temps, les allemands ont construit des usines de panneaux photovoltaïques, les autrichiens des usines de transformation de bois et les suisse des certifications pour bâtiments économes. Et là, quand la réalité ratrappe les discours, quand le rechauffement climatique commence à faire peur, on nous sert des maisons révolutionnaires qui en n'ont que le nom et l'emballage. On ne peut pas les excuser. Ce qui se passe sur TF1 ne regarde que Coca Cola, mais la télé publique, ça fait 15 ans qu'ils auraient pu parler de ce qui se passe. C'est comme Sarko qui fait sa retraite sur le bateau de milliardaire pour ''habiter' sa nouvelle fonction, au service de qui? beh son copain qui a preté le bateau, normal. Et personne ne s'étonne. Faut appeler une poule une poule, un tricheur un tricheur, et une m..de une m..de, sinon on ne sait plus ou nous allons.

  22. #17
    Annaick_R

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Bonjour,

    apparemment l'idée vient d'arriver jusqu'au gouvernement : lu sur la lettre de l'environnement

    Citation Envoyé par www.actu-environnement.com
    Energies - Article publié le : 21/08/2007
    L'architecture bioclimatique intéresse Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet

    --------------------------------------------------------------------------------

    Résumé:
    Intéressés par le thème de l'habitat et de l'économie durables, c'est notamment avec une maison bioclimatique que Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet ont choisi, fin juillet, de débuter leurs visites de terrain.


    Article:
    Gourmand en énergie (43% de l'énergie consommée en France), le Bâtiment est à lui seul responsable de 20% des émissions de gaz à effets de serre, dont 64% pour le seul secteur résidentiel ! Chaque année, plus de 220.000 maisons individuelles sont construites en France, aux conceptions encore trop timides sur le plan environnemental. Pourtant, de nombreux ménages, aujourd'hui de plus en plus sensibilisés à la lutte contre les émissions de gaz à effets de serre et aux économies d'énergie sont prêts à saisir l'opportunité de bâtir une maison qui assure un confort optimal, économise l'énergie consommée, participe pleinement à la lutte contre le réchauffement climatique tout en préservant les ressources naturelles.

    C'est pour faire face à cette demande que Gaz de France et Villa Soleil, en partenariat avec des industriels du secteur* et le soutien de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) ont réalisé une première maison environnementale, inaugurée en juin 2006. Simplicité traditionnelle et respect des principes bioclimatiques, intégration de solutions techniques à faible impact sur l'environnement et dispositifs verts astucieux, caractérisent cette bastide traditionnelle de 148 m2 habitables avec 5 chambres, destinée à un usage locatif. Implantée en lotissement dans la périphérie de Bourg-lès-Valence dans la Drôme, la construction privilégie le confort de ses occupants et la chasse au gaspillage grâce à une consommation énergétique réduite de moitié. Le défi ? Bâtir une maison bioclimatique et environnementale performante, facilement reproductible pour être adaptable à tous types de projets individualisés, explique Laurent Beaugiraud, PDG de Villa Soleil, soucieux que cette démarche exemplaire puisse être proposée aux quelques 200.000 acquéreurs d'une maison neuve chaque année. Le coût de ces solutions environnementales représente de 7 à 9% du prix de la vente de la maison estimé à 280.000 euros (80.000 pour le terrain et 200.000 pour la maison seule).

    À titre de parrain de la maison bioclimatique, Nicolas Vanier, aventurier, explorateur, écrivain et cinéaste, s'était déplacé à Valence le 21 septembre 2006 pour visiter cette maison et rencontrer ses locataires. Sous l'impulsion de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, la secrétaire d'État chargée de l'écologie et Jean Louis Borloo, ministre de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables, sont partis la visiter fin juillet à l'occasion de leur premier déplacement de terrain dans le Gard et la Drôme sur le thème de l'habitat et de l'économie durables.

    Pour profiter au mieux des ressources naturelles et se protéger des agressions climatiques, la maison tient compte des atouts et contraintes du site. Son implantation est ainsi optimisée sur le terrain avec des orientations Sud Est/Sud-Ouest. Afin d'éviter les déperditions énergétiques, les volumes architecturaux sont compacts et le cellier sert de tampon entre le garage et l'espace de vie chauffé. Les surfaces optimales des ouvertures (plus de 17 % de la surface habitable) et leur distribution (80 % des ouvertures orientées au Sud) permettent de profiter de la lumière et des apports solaires. À noter, les ouvertures du séjour sont en opposition. Les baies vitrées sont équipées de volets roulants double paroi en aluminium avec isolation intégrée. Les plus exposées sont dotées de brises soleil de 1,20 m de largeur, de manière à bénéficier du soleil d'hiver tout en se protégeant de la chaleur estivale. Le débord de toit est partout de 0,60 m et la baie de la cuisine comporte un auvent. Enfin, pour éviter la réflexion de la lumière, les terrasses sont décalées des ouvertures.

    Les solutions techniques retenues visent un faible impact sur l'environnement. Ainsi, l'isolation thermo-acoustique des planchers, des plafonds et des murs, est renforcée par de la laine de verre, tandis que des rupteurs de ponts thermiques en assurent la continuité aux jonctions pour permettre de traiter 70 % des habituelles déperditions à cet endroit. Les fenêtres coulissantes en aluminium comportent des vitrages peu émissifs avec lame argon. Quant au contrôle de l'air intérieur, il est assuré par un système de puits canadien couplé à une VMC double flux. Principe : la ''températion'' géothermique utilise la température du sous-sol qui varie entre 12°C et 15°C, pour rafraîchir ou réchauffer de plus ou moins 3 à 5°C l'air neuf insufflé dans chaque pièce de la maison. À cet effet, l'air extérieur circule dans des tuyaux (35 m) rigides et lisses, enterrés à 1,80 m de profondeur. Un système by-pass favorise une prise d'air directe sur l'extérieur et la mise hors-gel.

    L'installation de 4 m 2 de capteurs solaires en toiture du garage et d'un chauffe-eau solaire individuel permet de satisfaire gratuitement 70 % des besoins en eau chaude sanitaire des occupants. Le complément et le chauffage de la maison sont assurés par une chaudière gaz naturel à condensation et des radiateurs chaleur douce. Alimentés avec de l'eau à basse température, ces appareils - légèrement surdimensionnés par rapport à des radiateurs classiques - induisent une condensation plus importante à la chaudière, donc un meilleur rendement et des économies d'énergie supplémentaires ! En outre, leur chaleur plus homogène supprime pratiquement tous écarts de température entre le sol et le plafond.

    On sait qu'un degré de chauffage supplémentaire équivaut à une augmentation de près de 7 % de la consommation. C'est pourquoi l'installation est équipée d'un thermostat d'ambiance et d'un régulateur extérieur qui agit sur la modulation du brûleur pour les applications planchers chauffants et radiateurs. Les mitigeurs thermostatiques à double cran d'arrêts, sont là pour réduire sensiblement la consommation en eau potable. Par ailleurs, la maison est livrée avec des ampoules faible consommation et le système de préchauffage des eaux du lave-linge et du lave-vaisselle par le solaire entraîne une moindre sollicitation de la résistance électrique des appareils.

    En cohérence avec la qualité environnementale de la maison et les exigences de ses occupants, le garage est équipé d'un robinet de remplissage pour un véhicule roulant au gaz naturel (GNV). Ce fluide présente de nombreux avantages : ce n'est pas un dérivé du pétrole ; les ressources sont abondantes ; et pour ouvrir une station-service chez soi, il suffit de se brancher au réseau et de compresser le tout à 200 bars ! En outre, le gaz naturel qui ne s'enflamme qu'à 650 °C, supprime le risque d'explosion spontanée. Plus léger que l'air, il s'échappe sans former de couches inflammables en cas de fuite. Enfin, le GNV pollue peu, même s'il s'agit encore d'un carburant fossile.

    Bien sûr, il est toujours possible de faire plus et mieux pour préserver notre planète et son propre confort, fait remarquer Laurent Beaugiraud. Au stade de la conception de la maison, on aurait pu opter pour des matériaux écologiques supplémentaires comme la terre cuite, le chanvre, les plumes de canard, ou bien pour une citerne de récupération des eaux de pluies qui économise davantage d'eau potable, par exemple ! Mais cette maison exemplaire se devait d'être aisément reproductible.

    Grâce à sa conception, la maison atteint un niveau de protection contre la surchauffe d'été équivalent à une sensation de rafraîchissement de 4 à 5°C par rapport à une maison conventionnelle. Soit une cotation bioclimatique 3*** pour le confort été/hiver correspondant à 170 points en référentiel Gaz de France. De plus, avec 70 % des besoins en eau chaude sanitaire couverts par l'énergie solaire et un montant de 300 €/an de gaz naturel pour le chauffage et le complément en eau chaude, la facture des occupants est estimée à moins de 1 €/jour. Une aberration demeure cependant : les locataires de cette maison et le propriétaire n'ont pas pu bénéficier du crédit d'impôt réservé aux habitations principales. A l'occasion de sa visite, Jean Louis Borloo a promis d'y réfléchir ! Etendre aux propriétaires bailleurs le bénéfice du crédit d'impôt pour les investissements en économies d'énergie fait d'ailleurs partie des 30 propositions, sélectionnées par le débat web sur la maîtrise de l'énergie organisé de mars à juillet par l'ADEME et SOPINSPACE, qui seront transmis au Ministère de l'Ecologie, du développement et de l'aménagement durables pour alimenter les travaux lancés par Jean-Louis Borloo dans le cadre du « Grenelle Environnement ».

    C.SEGHIER


    *Partenaires industriels : ACOVA, ALDES, BANACRIL, CHAFFOTEAUX & MAURY, DELTA DORE, ISOVER, KP1, RAMON SOLER, SAINT GOBAIN GLASS, avec le Cabinet d'études thermiques BASTIDE ET BONDOUX (69).
    Partenaires institutionnels : ADEME, Association Maisons de Qualité, Gaz de France, UCI-FFB (Union des constructeurs immobiliers-Fédération Française du Bâtiment).

  23. #18
    jer75

    Re : Des maisons écologiques produites en quantité industrielles ?

    Bonjour

    3 remarques:
    1- pas possible de faire une maison bioclimatique en kit car: "bioclimatisme=vivre avec le climat/qui s'adapte au climat". Et il y a pas mal de climat et de micro-climat différents dans nos contrées. Un des premiers precepte de la construction bioclimatique, c'est de regarder les contructions anciennes du lieu choisi, et de parler "climat" avec les autochtoones

    2- La maison individuelle 4 faces, meme en PassivHaus, n'a rien d'écologique >> surutilisation d'une ressource qui se raréfie déja: la surface de terre, diminution des terres agricoles dont on va avoir grand besoin pour bouffer aprés le peak oil, urbanisme déraisonné rendant totalement dépendant de la bagnole... etc... liste non exhaustive

    3-la RT2005 est largement insuffisante certes. Mais le vrai défi et les vrais économie d'énergie ne se trouve pas dans le neuf, mais bel et bien dans la rénovation...

    Voila voila, quand à la maison bioclimatique dromoise, ah ah ah je ris doucement. Grands médias et politiques font mine de découvrir des solutions "nouvelles" qui sont connues depuis plusieurs décennies, voire plusieurs siècle pour certaines.
    Le développement durable a sacrément bon dos en ce moment et c'est fou la quantité d'information incohérente, faussées ou biaisées qui nous alimente...

    Pour finir: je pense qu'il faut oublier la maison bioclimatique en kit et commencer enfin à penser global: pas une maison toute seule, mais des logements (semi-collectif) qui s'inscrivent dans un projet d'urbanisme cohérent, pas dépendant de la voiture et économe en espace vital.

    Heureusement, nos voisins du nord l'ont deja compris, comme d'hab ils prennent les devants et on suivra derrière, à la traine...

  24. Publicité

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Actu - Maisons écologiques : Nader Khalili, du désert à la Lune
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 16
    Dernier message: 02/11/2008, 17h39
  2. TPE : Maisons ecologiques
    Par Juliiie. dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 2
    Dernier message: 27/11/2007, 17h53
  3. maisons écologiques TPE
    Par cassetcam dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/10/2007, 11h42
  4. Maisons écologiques : Nader Khalili, du désert à la Lune
    Par David7578 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 1
    Dernier message: 24/05/2007, 16h29
  5. Projet maisons écologiques groupées
    Par M&A dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 6
    Dernier message: 31/03/2007, 23h15
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison