Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Reconstitutions




  1. #1
    kinette

    Reconstitutions

    Bonjour,
    Pour moi, la période de la domestication du feu reste quelque chose de mystérieux et de passionnant.
    Je me demande quelles sont les techniques actuelles permettant de "faire parler" les vestiges de feu qu'on peu trouver. Peut-on, à partir de cendres; déterminer comment un feu a été allumé? Quels étaient les combustibles utilisés?

    A-t-on actuellement assez d'indications pour déterminer quelles techniques ont été utilisées selon les époques et les lieux? (évolution temporelle? Cultures différentes en fonction des endroits?).

    Merci d'avance pour vos "éclairages" sur ces questions

    K.ue tout ça fait se souvenir de l'excellent bouquin "pourquoi j'ai mangé mon père"...

    -----

    Dernière modification par kinette ; 03/10/2005 à 21h02.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  2. #2
    Jacques Collina-Girard

    Re : Reconstitutions

    Les archéologues étudient aussi le mode de construction des foyers, leur architecture. Simples trous dans la terre ou fosse aménagée. On a mis en évidence des foyers tapissés de galets ayant subi l'action du feu et on a supposé que nos homme préhistoriques connaissaient la technique du four dit "polynésiens" ou on enterre la nourriture avec des pierres chauffées. Cela se pratique encore dans les îles du Pacifique (Tahiti, Nouvelle Calédonie etc. mais aussi au Pérou). Dans certains foyers on a brûlé non du bois mais de l'os. Cela arrive souvent dans les sites de l'Europe de l'Est dans des climats comme celui de la Sibérie préhistorique ou le bois était rare. Hérodote parle dans ses textes des scythes qui savaient faire cuire la viande d'un bœuf dans sa peau, au dessus d'un feu allumé avec ses os : la technique a donc perduré aux temps historiques .

    Certains foyers du paléolithiques semblent associés à un certain travail , et dans les grandes huttes du paléolithique supérieur où il a plusieurs foyers les archéologues soviétiques essaient d'en tirer des conclusions sociologiques portant sur le nombre de familles abritée dans la hutte, sur la spécialisation possible du travail et sur le rapport hommes-femmes dans le groupe mais là aussi on a du mal à sortir des hypothèses et de la spéculation c'est un peu le travers de l'archéologie qui fait rêver les gens mais qui fonctionne souvent comme les tests projectifs des psychologues : les chercheurs parlent plus d'eux et de leurs conceptions implicites que de celles des hommes préhistoriques. La seule chose de solide ce sont les faits, un peu frustrants, matériels et tangibles et la chronologie que l'on peut atteindre, en datant par exemple le charbon des foyers avec la méthode du carbone 14.

    J'espère avoir répondu à vos questions même si ces réponses sont un peu partielles malheureusement !
    En consolation , je vous donne la recette du four polynésien :

    Il faut se munir d'une pelle pour creuser un trou, dont la profondeur est fonction de ce que l'on veut y cuire.on met du bois dans le trou et on y met le feu.Quand le feu est bien actif on jette des galets de la grosseur de deux poings fermés, choisi dans une roche qui ne risque pas trop d'éclater. Les meilleures sont les roches volcaniques, comme le basalte que l'on trouve dans le massif central, mais on peut aussi utiliser du calcaire , du grès, etc. Il faut bien le volume d'une grosse poubelle de ces galets pour remplir le trou.On jette les galets au fur et a mesure en veillant a ne pas éteindre le feu, en rajoutant du bois. Au bout d'une heure environ la masse de ces galets est brulante. On les étale au fond de la fosse avec la pelle.

    Faute de feuilles de bananiers on étale une ou deux feuilles de papier aluminium sur cette surface.On y dépose un cuissot de porc puis les légumes au choix (si l'on vise l'exotique on peut mettre de la patate douce, des bananes, des épis de mais;, des pommes de terres, du manioc mais on peut mettre a peu près tout ce que l'on veut.On recouvre d'une autre couche de papier alu, ce qui forme une énorme papillote.On couvre d'une bâche que l'on mouille et d'une couverture. On recouvre de terre.C'est fini ! il suffit de revenir quelques heures après (une heure par kilo de viande mise a cuire environ) et on déterre.Très facile de nourrir ainsi une tribu de 20 à 30 personnes et c'est vraiment délicieux ! Dans certains sites préhistoriques on a des nappes de galets brulés qui montrent que nos hommes préhistoriques étaient aussi des gourmets !

Discussions similaires

  1. Réponses: 6
    Dernier message: 28/04/2004, 07h50