Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

la liberté



  1. #1
    passiflora-edulis

    la liberté


    ------

    Bonjour,

    Mon état d'esprit du moment
    Je suis soumise à ma nature, à mon instinct...
    je ressens la liberté comme une illusion
    Un exemple tout bete, je mange de la viande et j'aime ça, et ce qui me dérange c'est que cela ne me dérange pas.
    Pourtant c'est juste Immoral pour moi mais ça ne m'empeche pas d'arrêter d'en manger!*
    (j'ai arrté quelque mois...! En meme temps si d'autres substituts etait mieu élaboré...)
    La nature nous a faits comme ça mais je ne l'ai pas choisi... vous voyez ce que je veux dire ?!
    Alors, c'est quoi etre libre?
    J'ai un esprit critique envers les autres et moi-même et ce qui n'est pas évident à admettre c'est que je me rends bien compte que J'agis
    comme ce qui me répulse.
    ce côté me bouleverse , il est sans fin, ce qui me pousse à penser que je ne pense jamais bien...

    Qu'en pensez vous?

    -----

  2. #2
    Xoxopixo

    Re : la liberté

    Bonjour,

    Citation Envoyé par Passiflora-edulis
    Qu'en pensez vous?
    Que personne n'a la liberté de cesser de respirer.
    Je pense que la notion de liberté effective se retrouve surtout dans la manière dont on fait les choses et moins dans le fait de les faire ou pas.
    En bon vivant, rien ne vaut un bonne logique ternaire.

  3. #3
    f6bes

    Re : la liberté

    Citation Envoyé par passiflora-edulis Voir le message
    Un exemple tout bete, je mange de la viande et j'aime ça, et ce qui me dérange c'est que cela ne me dérange pas.
    Pourtant c'est juste Immoral pour moi mais ça ne m'empeche pas d'arrêter d'en manger!*
    Bjr à toi,
    Et ou l'immoralité de manger de la viande ?
    Il est tout autant "immoral" de manger des légumes qui ne demandent qu'à se reproduire.
    ILs sont tout aussi vivant que la boeuf que l'on abattu.
    Commence à te poser des questions sur ...l'immoralité avant d'aller plus loin..

    Bon W E

  4. #4
    Thomas markley

    Re : la liberté

    soit simplement plus indulgente envers autrui et envers toi-même... soit tolérante aux manquement d'autrui et a tes propres manquements a ton ethique.. après tout la vie se nourrie de la vie, et vivante tu es, tu ne peu que manger d'autre etre vivant pour toi-même te garder en vie.. la nature n'est pas faite de moralité, seule les sociétés pour leur survie enjoigne leur membre a son respect inconditionnel...

    ecoute ton esprit critique, c'est un grand allié, pusiqu'il t'indiqueras toujours le nord, les "ce qui devrait-etre", les idéaux de ta vie, de comportement, d'amitié et d'amour... toutefois, les idéaux sont des êtres immatériels des rêves auquel l'on ne se tient "tout droit dans le principe" qu'en laissant passer bien de bonne chose tout à ses pieds... certes l'on ne cueilles pas les fleurs dans les jardins publique, mais même se refuser à les regarder et à se perdre un instant a leur parfum... qui te blâmera ? toi-même... hé quoi ! est-ce toi qui a décidé de naitre femme, homo sapiens et d'être un mammifère omnivore ? non, tu peu te contraindre a ne pas suivre "ta" nature d'omnivore si tu le souhaite, mais est-ce si moral que de mal nourrir son corps, en ne lui donnant pas ce qu'il a de nature tellement besoin... simplement une alimentation équilibré, donc composé de point de trop d'excès...

  5. A voir en vidéo sur Futura
  6. #5
    Crack_Master

    Re : la liberté

    L’humain est celui qui a inventé la liberté. Mais il ne sait pas encore de quelle liberté il parle. Ce mot véhicule une formidable énergie qui n’a jamais été convenablement canalisée par l’humain. La liberté de quoi ? La liberté face à quoi ? Est-ce la libération de la matière et la liberté face à celle-ci ? La liberté de se droguer ou de la drogue ? La liberté face aux prêtres, aux gourous et aux maîtres ? La liberté face aux lois, à soi-même, face à la maladie, à la mort ou à la vie ? De quelle liberté l’homme parle-t-il ?
    Il dit lui-même que la liberté de quelqu’un s’arrête où la liberté des autres commence. Si quelqu’un est assis dans un autobus, il est libre. Mais il empêche les autres de s’asseoir là. Pour être libre, il restreint la liberté des autres. C’est un mécanisme normal, découlant de toute relation dans un écosystème d’évolution. La liberté dépend de la liberté. La liberté de quelqu’un dépend de la liberté des autres. La liberté d’un animal dépend de la liberté d’un autre animal. La liberté d’une plante dépend de la liberté d’une autre plante. Et la relation entre tous les constituants de cet univers crée la Liberté. La liberté d’une plante dépend de la liberté des herbivores. La liberté d’un herbivore dépend de la liberté d’un carnivore. La liberté du chien dépend de la liberté de l’homme. Et, finalement, la liberté de l’homme dépend de la liberté des plantes. L’herbe est libre de pousser. La vache et le chevreuil sont libres d’en manger. Le loup est libre de se nourrir de chevreuils et l’humain de la vache. Lorsqu’il n’y a plus assez de chevreuils pour nourrir les loups, ceux-ci meurent de faim. La liberté d’un être dépend de la liberté de l’ensemble. Prévoir les mécanismes des limitations de la liberté, c’est prévoir les conséquences d’un changement dans l’écosystème.
    Être libre, c’est ne dépendre de rien. Ne dépendre de rien veut dire ne pas être assujetti à quoi que ce soit. L’humain qui recherche la liberté est loin de se douter que sa recherche l’éloigne de celle-ci à chaque pas qu’il fait. L’humain doit se libérer de la liberté. Tant qu’il est pris par cette recherche, il n’est pas libre. L’humain a évidemment un concept, une idée de la liberté. Il croit que le bonheur provient de la liberté. Ce mot exprime, chez l’humain, l’idée qu’il peut faire à sa tête, alors que ce n’est même pas lui qui pense. Il veut faire à sa tête et il n’a pas toute sa tête. Il prétend vouloir être libre. On ne peut pas faire à sa tête tant que celle-ci est déphasée de l’intelligence. Il ne pourra jamais y avoir de coordination entre les hommes tant que ceux-ci auront des désirs, des émotions, des peurs, des pensées régies par leurs affinités à réagir inconsciemment aux événements.
    Chaque humain réagit selon son expérience, son éducation et ses croyances à tout ce qui lui arrive. Comme chaque humain est différent dans l’expression de sa psychologie, aucune coordination n’est possible entre eux. Les chefs sont ceux qui ont la faculté limitée de réunir les efforts, les émotions, les désirs de l’humain afin de les diriger vers un seul point, un seul but. Mais là encore, le travail est imparfait parce que l’humain, ne comprenant le monde qu’émotivement, perd rapidement l’idée première de l’action. Il doit être motivé régulièrement, sinon il décroche. Le paysan, esclave d’un tyran, se libère un jour et devient roi. Le roi, esclave des responsabilités et des angoisses de sa position, est renversé et libéré de son poste. Libéré du tyran, le paysan doit maintenant se libérer de la faim, du travail, de l’ennui, du malheur, des peurs, des sécheresses, des inondations, des tremblements de terre, des hivers, des manipulations de sa famille, de la contrainte de ses employés, des maladies, de la colère, de la jalousie, de la mort... Où est-elle cette liberté ? Existe-t-elle ? N’est-ce pas le jeu de l’illusion ? Si la Liberté n’existait pas ?...
    Si un homme est libre des contraintes de la psychologie collective, il ne recherche pas la liberté parce qu’il est. Comprendre la vie, c’est être libre. Comprendre la vie inclut l’avant-vie terrestre et l’après-vie biologique. Voir l’intelligence de l’existence, c’est être libre. Lorsqu’un humain ne veut que ce qui se peut, cet humain est libre. Il comprend la mécanique d’inter-relation des choses. Ne pensant que par son intelligence, sa conscience, il est en résonance avec ces relations de la vie. Il devient un outil dans son écosystème et, de ce fait, pense comme la vie agit. Tout ce qui parvient à sa conscience provient de la vie, donc résonne parfaitement avec l’extérieur. Il est libre de lui-même, ce qui fait de lui un être totalement libre.
    L’humain entretient plusieurs concepts de la liberté. Ils peuvent être religieux, scientifiques, médicaux, philosophiques, politiques ou militaires. En fait, la Liberté n’est pas du monde de l’homme. Celui-ci ne connaîtra jamais la véritable liberté, qui est d’être libre de toute forme de manipulations émotives et collectives. La recherche de la liberté chez l’humain est générée par le concept d’un état où tout ce qui bouillonne chez lui pourrait s’exprimer sans limite et sans contrainte. Cet état amène chez lui une sécurité comme il n’en a jamais connue, parce qu’il a l’impression de tout contrôler sans effort et d’être le seul à déterminer les événements. Il n’a plus peur parce qu’il est le maître absolu. Par l’expérience, l’humain découvre que ce concept n’est pas réalisable parce qu’il y a les autres humains qui ont aussi leurs concepts. On ne peut pas être le maître absolu si on est des milliards d’humains à vouloir être des maîtres absolus. Alors l’humain se tourne lentement vers lui-même et essaie de découvrir la liberté dans son cœur, dans sa pensée et dans ses émotions. Là encore, il sera déçu, car la liberté, comme tant d’autres choses mises en concept, n’est pas du ressort de la pensée. Le temps forge l’humain et celui-ci parvient, souvent d’une façon pénible, à goûter à la vie. Il se rapproche de celle-ci parce que, dans ses désirs d’évolution, de sécurité et d’accomplissement, il n’a trouvé que malheurs et souffrances. Touchant à la vie sans ses souvenirs, sans douter d’elle, donc sans peur, il devient conscient, pour la première fois, de l’existence terrestre, de sa liberté.
    La liberté n’existe que pour l’ensemble d’un écosystème, mais n’est jamais réelle pour un élément de cet écosystème. L’humain doit apprendre à se libérer de la liberté.
    Celui qui ne meurt pas avant de mourir est perdu quand il meurt. (Jacob Boehme)

  7. #6
    -Ael-

    Re : la liberté

    Bonsoir,

    Citation Envoyé par passiflora-edulis Voir le message
    Bonjour,

    je ressens la liberté comme une illusion
    Mais partit dans cette optique, la question n'est-elle pas : Qu'est-ce qui n'est pas illusion ?

    La liberté est un concept abstrait (comme tant d'autres). Tout va dépendre de la définition que tu lui donnera : liberté physique, de penser... et de ce que tu vas attendre d'elle.
    Le monde est "dirigé" par des lois, des concepts au minimum physique (bien que l'on puisse considérer que c'est l'homme qui crée ces lois pour cadrer et explique ce qui nous entoure... bref, c'est un autre débat). Dès ce moment là d'un certain point de vue (ce que tu dis effectivement), tu as des limites. Mais elles ne seront pas forcément une entrave à ta liberté, et on en reviens au même point : ça dépendra de ce que tu considérera comme immuable, figé et donc totalement hors d'un quelconque contrôle humain et ce sur lequel il est possible d'avoir une certaine influence, qui sera d'une certaine façon le champ de ta liberté.

    Donc oui, si on considère ces lois physiques la liberté totale et inconditionnelle est illusoire. Mais ce n'est pas pour ça (selon moi) que toute liberté l'est.
    Dernière modification par -Ael- ; 26/01/2013 à 20h02.

  8. #7
    passiflora-edulis

    Re : la liberté

    Merci pour vos réponses (et conseils)

Discussions similaires

  1. Degrés de liberté.
    Par anamir-22 dans le forum Chimie
    Réponses: 2
    Dernier message: 13/11/2012, 17h14
  2. La Liberté
    Par WizartS dans le forum Epistémologie et Logique (archives)
    Réponses: 45
    Dernier message: 07/05/2009, 16h05
  3. liberté et désir!
    Par sandram dans le forum Epistémologie et Logique (archives)
    Réponses: 1
    Dernier message: 10/12/2006, 18h05
  4. La liberté
    Par legibbon2 dans le forum [ARCHIVE] Philosophie
    Réponses: 7
    Dernier message: 21/01/2005, 20h30