Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 13 sur 13

Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

  1. daniel100

    Date d'inscription
    mars 2010
    Localisation
    Caen-calvados-France
    Messages
    1 573

    Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Je fais un lien entre l’équipage d’un sous marin et L’iss.

    Ces deux équipages ont une chose en commune, l’aspect d’enfermement pendant des mois.

    Dans les sous marins, il est prévu des repas de grandes qualités afin d’avoir des moments de très bonnes détentes pour compenser cet enferment très dure psychologiquement. Pour rappel, le fleuron des sous marins Russes avec salle de cinéma et aquarium et … qui malheureusement a eu un destin tragique.

    L’idée serait de faire tourner « une salle de confort » pour recréer l’apesanteur la haut. Une deuxième « salle » devrait sans doute tourner dans le sens contra rotatif de la première, afin de stabiliser l’ensemble.

    Attention, je ne parle pas d’une roue style science fiction, juste de deux salles arrimées au bout d’un bras à la station. Ces deux salles seraient très légères, car leur seuls but est l’aspect phycologique de l’équipage : repas, moment de détente, convivialité…

    Mise en œuvre :
    Pour réduire les contraintes mécaniques, deux salles très légères. Pour avoir 1g, un bras de 224m doit tourner à 2tr/mn (source wikipédia), ce bras peut être considérablement réduit en tournant plus vite, un bon ratio doit être calculé pour les contraintes méca. Concernant la propulsion des salles, je ne vois pas de soucis majeurs, ou fois la rotation atteinte, ce n’est juste qu’un asservissement consomment que dalle.

    Avantages :
    Evident psychologiquement concernant de longues périodes en mission.
    Ces temps de repos remplaceraient les exercices pour compenser l’apesanteur, tout de même plus agréable de jouer aux cartes.


    Inconvénients :
    Une mise œuvre plus conséquente, mais je n’y crois pas, les salles seraient légères. Concernant les bras de plus de 100m, je vois bien une impulsion initiale au niveau des salles, l’inertie serait trop importante si effectuée au niveau de la partie centrale.

    Alors pour le cout supplémentaire : dérisoire (avis perso) par rapport au bien être de l’équipage, qui est un paramètre primordial pour de très longues missions.
    (le mur entre les usa et le Mexique est estimé à 25 milliards de $, info TV et wikipédia).

    Désolé pour la longueur de la question, mais pas simple à expliquer sans proposition.

    J’allais oublier ma question :

    Faisable ou pas ? si non pourquoi ?

    Merci,

    -----

    Je comprends vite mais il faut m'expliquer longtemps
     


    • Publicité



  2. ansset

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Fresnes
    Âge
    57
    Messages
    22 126

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Citation Envoyé par daniel100 Voir le message

    Mise en œuvre :
    Pour réduire les contraintes mécaniques, deux salles très légères. Pour avoir 1g, un bras de 224m doit tourner à 2tr/mn (source wikipédia), ce bras peut être considérablement réduit en tournant plus vite, un bon ratio doit être calculé pour les contraintes méca. Concernant la propulsion des salles, je ne vois pas de soucis majeurs, ou fois la rotation atteinte, ce n’est juste qu’un asservissement consomment que dalle.
    non, le soucis d'une solution avec des bras courts et une rotation rapide n'est pas "mécanique" , mais physiologique.
    la diff de gravité entre la tête et les pieds est trop importante et entraîne un inconfort, voir une dangerosité pour l'organisme.
    ( dont effet type force de Coriolis dès que l'on tourne la tête ou pour d'autres mouvements )
    d'ailleurs je ne me souviens plus si 2t/mn est justement la limite à ne pas dépasser ( il y a eu une discussion la dessus )
    Citation Envoyé par daniel100 Voir le message
    Inconvénients :
    Alors pour le cout supplémentaire : dérisoire (avis perso) par rapport au bien être de l’équipage, qui est un paramètre primordial pour de très longues missions.
    (le mur entre les usa et le Mexique est estimé à 25 milliards de $, info TV et wikipédia).
    justement, très loin d'être certain que le coût qu'un système ad hoc soit dérisoire ( euphémisme )
    par ailleurs, l'ISS est en fin de vie / missions initiales prévues.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !
     

  3. daniel100

    Date d'inscription
    mars 2010
    Localisation
    Caen-calvados-France
    Messages
    1 573

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Bonjour et merci pour ta réponse,

    Je ne connaissais pas ce paramètre « d’inconfort ».

    Ils pourront au moins y dormir à plat, mais un peu coûteux pour faire dodo.
    Je comprends vite mais il faut m'expliquer longtemps
     

  4. saint.112

    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 127

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Tu as tout à fait raison sur le principe. À la question « Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ? » je pense que cela montre à quel point l'ISS a perdu de l'importance. Dans les années 70 on imaginait qu'il y aurait une multitude de stations aussi bien soviétiques qu'américaines et autres. On ferait dans ces stations de la recherche scientifique, de la production industrielle en impesanteur, etc. Il y aurait une population vivant de façon plus ou moins continue en orbite. La navette a été spécialement développée pour, comme son nom l'indique, établir des rotations régulières de fret et de passagers comme si c'était un Airbus ou un Boeing. L'ESA a commencé le développement de la navette concurrente Hermes et de son lanceur Ariane 5. Hermes a été mis au placard quand il s'est révélé que l'avenir des stations spatiales était loin d'être aussi brillant qu'envisagé.
    Bilan : une fois que l'ISS sera en fin de vie il n'est pas certain qu'elle sera remplacée. On ne va donc pas faire des frais, sûrement conséquents, pour ça.

    Ceci dit, une rotation de 2tr/min pour un système de 224m de rayon me parait difficilement gérable tellement c'est rapide. En particulier quand il s'agit de modifier l'orbite de la station et d'arrimer un vaisseau. De plus, si l'équipage y en gagne en confort de gravitation, il risque d'avoir le tournis sans parler des problèmes mécaniques.

    Par contre cela pourrait être fait à titre expérimental dans le cadre du programme de missions sur Mars. Il me paraitrait alors judicieux de donner au système une accélération de 0,38g, soit la gravité de Mars, ou moins. Cela donnerait tout de même un certain confort et permettrait de tester les conséquences d'un séjour sur Mars car on sait ce que donne 0g mais pas une fraction de g. On pourrait pour commencer créer une petite nacelle afin d'y mettre des cobayes (les animaux). Le fait que ce ne soit pas au programme me semble être un signe que la conquête de Mars n'est pas vraiment prise au sérieux (heureusement à mon sens).

    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.
     

  5. Carcharodon

    Date d'inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Paris
    Âge
    49
    Messages
    5 586

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    ...Le fait que ce ne soit pas au programme me semble être un signe que la conquête de Mars n'est pas vraiment prise au sérieux...
    Des deux problèmes majeurs concernant la santé humaine vers mars, cad la dégénérescence musculo-squelettique (et tout les problèmes physiologiques induits par l'impesanteur sur une très longue période, 2 ans et demi/aller retour pour un poser martien) ainsi que l'impact du rayonnement solaire et cosmique, aucun n'a été abordé au niveau technique, à ce jour.

    Aller sur mars ne consiste pourtant pas seulement à savoir construire une fusée, contrairement à la propagande populiste de certains.
    Le pire c'est que la majorité de la population n'a aucune conscience de ces problèmes totalement rédhibitoires à un voyage martien, et il suffit de lui présenter un joli film 3D sur une fusée de 100 personnes pour qu'elle y croit immédiatement sans se poser de questions.
    C'est beaucoup plus simple, et moins fatiguant pour les méninges, de croire a un film 3D fait par SpaceX.
    Dès lors, pourquoi se fatiguer a leur expliquer la vérité sur le sujet ?
    Surtout que cette vérité est longue à développer, très technique et lassera rapidement l'auditoire.

    Et pourtant, la résolution technique de ces problèmes est déjà a notre portée technologique.
    Pas gratuitement, bien entendu...
    Restons superficiel pour ne pas fâcher
     


    • Publicité



  6. daniel100

    Date d'inscription
    mars 2010
    Localisation
    Caen-calvados-France
    Messages
    1 573

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Effectivement pourquoi 1g, la moitié (ou moins) devrait être largement suffisant pour « un confort » moral et réduire les contraintes.

    C’est sûr que Trump n’auras plus beaucoup de sous après son mur. Quoique, avec son nom en grand sur la station, et visible de la terre, ça pourrait l’intéresser.
    Je comprends vite mais il faut m'expliquer longtemps
     

  7. saint.112

    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 127

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    Des deux problèmes majeurs concernant la santé humaine vers mars, cad la dégénérescence musculo-squelettique (et tout les problèmes physiologiques induits par l'impesanteur sur une très longue période, 2 ans et demi/aller retour pour un poser martien) ainsi que l'impact du rayonnement solaire et cosmique, aucun n'a été abordé au niveau technique, à ce jour.
    Et ce ne sont pas les seules menues difficultés pour lesquelles on n'a pas encore le soupçon d'une solution… faute d'avoir cherché.
    À mon avis ça montre que :
    • Soit le programme martien n'est pas vraiment pris au sérieux, par la NASA en particulier, mais n'est que de l'esbrouffe. Entreprendre une mission aussi difficile, aussi périlleuse et aussi couteuse, nécessite normalement de commencer par développer l'ensemble des technologies nécessaires et par les tester. C'est ce qui a été fait lors du programme Apollo même si ça a été dans la précipitation.
    • Soit les promoteurs de ces programmes sont des incompétents qui font des plans sur la comète (ou sur Mars) en toute ignorance de cause. C'est du même ordre que les promesses électorales qui reposent sur une totale méconnaissance des dossiers et de l'économie en général.
    • Soit les deux, cas qui me parait le plus vraisemblable au vu du fiasco du programme Constellation : en voulant du neuf avec du vieux ils ont fait exploser leur budget pour un truc qui ne marchait pas.

    Ce genre de programme, comme Apollo, relève de ce qu'on appelle la dépense somptuaire. Acheter une Ferrari ou une Bentley ne présente aucun intérêt pratique. C'est seulement pour faire savoir aux masses laborieuses : « Je peux m'offrir des trucs que vous ne pourrez jamais vous payer et surtout ma consommation n'est pas bêtement le reflet de mes besoins. Vous roulez en Twingo parce que c'est pratique et que c'est dans vos moyens. Moi je roule dans une Bentley bourrée de gadgets totalement inutiles mais qui en jettent. » Volkwagen a eu l'idée saugrenue de produire sous sa marque une voiture de luxe qui serait à la fois parfaitement pratique et d'un cout raisonnable, la Phaeton. Bide lamentable. Trois erreurs :
    1. Pour en jeter il ne faut pas que sur la calandre il y ait le logo VW. Comme son l'indique, ça fait popu.
    2. Pratique ? Quelle idée ! Rien de tel que des trucs inutiles pour en jeter.
    3. Si tout le monde peut se la payer, où est l'intérêt ?

    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    Et pourtant, la résolution technique de ces problèmes est déjà a notre portée technologique.
    Pas gratuitement, bien entendu...
    Et surtout on ne pourrait pas faire miroiter aux masses qu'on pourra se contenter d'une centaine de milliars de dollars mais qu'il faut sauter d'un ordre de grandeur.

    Citation Envoyé par daniel100 Voir le message
    Effectivement pourquoi 1g, la moitié (ou moins) devrait être largement suffisant pour « un confort » moral et réduire les contraintes.
    Ah bon ? Ça a été expérimenté ? Je n'étais pas au courant. On me cache tout, on me dit rien.


    Citation Envoyé par daniel100 Voir le message
    C’est sûr que Trump n’auras plus beaucoup de sous après son mur. Quoique, avec son nom en grand sur la station, et visible de la terre, ça pourrait l’intéresser.
    J'ai toujours pensé que la pub pourrait contribuer aux budgets.

    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.
     

  8. daniel100

    Date d'inscription
    mars 2010
    Localisation
    Caen-calvados-France
    Messages
    1 573

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message

    Ah bon ? Ça a été expérimenté ? Je n'étais pas au courant. On me cache tout, on me dit rien.
    De pouvoir (par exemple) diner tous assis autour d’une table, même avec une petite « gravité », devrait faire du bien et nous rappeler une convivialité terrestre. Par contre pas de cassoulet afin d’éviter des fractures du crâne .

    Concernant le tournis, il suffit de mettre des rideaux aux fenêtres.
    Je comprends vite mais il faut m'expliquer longtemps
     

  9. saint.112

    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 127

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Citation Envoyé par daniel100 Voir le message
    De pouvoir (par exemple) diner tous assis autour d’une table, même avec une petite « gravité », devrait faire du bien et nous rappeler une convivialité terrestre.
    Certes, c'est mieux que rien. Mais on envisage d'envoyer des hommes sur Mars soit pour une simple mission dont la durée est au minimum d'un an et demi soit pour un séjour prolongé alors qu'on n'a aucune donnée expérimentale sur l'effet de la gravité martienne (~1/3 de celle de la terre) sur ces durées. En toute rigueur on ne peut pas dire qu'il est nul ou négligeable tant que ça n'a pas été expérimenté.
    Je pense donc depuis longtemps que si les promoteurs des missions habitées étaient vraiment sérieux ils commenceraient pas s'en assurer en installant un système de gravité artificielle à 0,38g en orbite quitte pour commencer à n'y mettre que des animaux.
    Ça répondrait donc à deux besoins : le confort des occupants comme tu le préconises et l'expérimentation pour Mars et donc ça justifierait le cout.

    Ce n'est d'ailleurs pas le seul problème technologique encore non résolu pour les missions martiennes.

    Citation Envoyé par daniel100 Voir le message
    Concernant le tournis, il suffit de mettre des rideaux aux fenêtres.
    Certes. Ou faire ce qu'envisagent les fabricants d'avions : des écrans plats montrant un paysage car inclure des hublots dans un fuselage est un casse-tête dont ils aimeraient se dispenser.

    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.
     

  10. daniel100

    Date d'inscription
    mars 2010
    Localisation
    Caen-calvados-France
    Messages
    1 573

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Il me vient une question que je n’arrive pas à appréhender.

    Dans la nacelle je mets un aquarium avec des poissons, la gravité artificielle est de 0.1g.

    Je pense, à priori, que l’eau restera dans son réceptacle et que les poissons pourraient se mouvoir comme sur terre (à confirmer).

    Cette petite gravité aurait-elle des répercutions sur l’organisme des poissons ?
    Je comprends vite mais il faut m'expliquer longtemps
     

  11. Carcharodon

    Date d'inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Paris
    Âge
    49
    Messages
    5 586

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    Mais on envisage d'envoyer des hommes sur Mars soit pour une simple mission dont la durée est au minimum d'un an et demi
    Disons même carrément plus de deux ans.
    Tant qu'on a pas un moteur ionique pour ça en tout cas.
    ~7 mois aller et autant retour (+-15 jours selon la période a cause de l'excentricité de l'orbite martienne), et 1 an sur place.
    Et même avec un moteur ionique, ça restera du 1 an et demi, car il faut de toute façon attendre la bonne configuration planétaire avant de pouvoir revenir.
    Mais on pourrait a terme envisager, de façon réaliste, des voyages moitié moins long entre les deux corps.
    Par contre du coup, la durée sur place sera plus longue et pourra dépasser 18 mois.
    Mais bon... si on doit attendre d'avoir un moteur ionique assez puissant pour envoyer l'homme sur mars, ce ne sera pas avant le siècle prochain.
    Alors que tout le reste est déjà a notre portée technologique, même si ce n'est pas budgétaire.
    Dernière modification par Carcharodon ; 27/02/2017 à 12h23.
    Restons superficiel pour ne pas fâcher
     

  12. saint.112

    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 127

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Citation Envoyé par daniel100 Voir le message
    Dans la nacelle je mets un aquarium avec des poissons, la gravité artificielle est de 0.1g.
    Je pense, à priori, que l’eau restera dans son réceptacle et que les poissons pourraient se mouvoir comme sur terre (à confirmer).
    Cette petite gravité aurait-elle des répercutions sur l’organisme des poissons ?
    Intéressante question. Pour y répondre je ne vois que la méthode expérimentale. Il y aurait aussi la méthode spéculative qui, elle, a l'avantage d'autoriser une multitude de réponses et par conséquent de donner des sujets de conversation dans les chaumières pendant les longues soirées d'hiver.

    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    Disons même carrément plus de deux ans.
    J'ai été un peu imprécis, désolé. Je parlais du séjour sur la planète.
    Le trajet pose le problème du 0g dont on connait les effets mais pour lequel on n'a pas de solution curative. La solution serait la gravité artificielle. À défaut, les martionautes arriveront décalcifiés et avec des problèmes cardiaques sur une planète où la gravité est le tiers de celle de la Terre. Pour se refaire une santé il y a mieux. Surtout que le paysage est plutôt sinistre si vous voulez mon avis. Pas de plage de sable fin avec une mer bleue et un ciel d'azur. Quant aux barres glacées je doute qu'elles aient leur place dans la soute. Sans compter la date de péremption.

    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.
     

  13. Dynamix

    Date d'inscription
    août 2014
    Messages
    9 535

    Re : Pourquoi il n’y a pas de « salle de confort » à 1 G dans l’iss ?

    Citation Envoyé par daniel100 Voir le message
    Cette petite gravité aurait-elle des répercutions sur l’organisme des poissons ?
    Mécaniquement , ça ne change rien .
    Si tu flottes entre deux eaux , tu ne ressent pas la gravité .
    Par contre leur sens de la profondeur serait très perturbé .
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Réponses: 6
    Dernier message: 27/04/2016, 13h01
  2. maison bbc en coffrage isolant et confort dans les périodes hors hivers
    Par LILIAN65 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 13
    Dernier message: 19/06/2010, 15h12
  3. Y a t'il un correcteur dans la salle ?
    Par yaz35 dans le forum Électronique
    Réponses: 3
    Dernier message: 17/06/2009, 14h17
  4. [Divers] pourquoi l'eclairage de ma salle de bain clignote ?
    Par insaman dans le forum Dépannage
    Réponses: 4
    Dernier message: 09/03/2008, 13h57
  5. Y-a-t-il un neurophysiologiste dans la salle?
    Par bulle2012 dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 3
    Dernier message: 14/06/2007, 09h25