Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 3 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 16 à 30 sur 42

la vitesse du progrés trop rapide ?

  1. Jean-GUERIN

    Date d'inscription
    septembre 2011
    Localisation
    PARIS ou CALVI ...
    Âge
    65
    Messages
    1 305

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Bonjour Superbia, Bonjour à toutes et à tous,

    Citation Envoyé par Superbia Voir le message
    Je trouve également l'ensemble de l'exposé cohérent mais je n'approuve pas (en tout cas pas dans sa totalité) la conclusion. Séparer les processus d'innovation de leurs usages, même dans l'analyse, ne me semble pas pertinent car les innovations actuelles et à venir n'ont pas le même potentiel de destruction que celles que nous avons observées jusque là.

    Même trouver une source d’énergie efficace et durable peut être transformé en outil de contrôle, dans des proportions bien plus grandes que ce qui a été historiquement expérimenté. La plupart des pics d'extractions de nos matières premières sont dépassés ou en cours de dépassement. Par exemple, dans la lutte pour le pétrole ,aucune nation ne pouvait avoir un monopole absolu, ne serait-ce que parce qu'il y avait plusieurs sources, ce qui par contre n'est pas sûr dans le cas d'une innovation.
    De toutes façons, le progrès technologique et le processus d'innovation s'accélèrent, et accélèrent même de plus en plus vite, à cause de l'augmentation jamais vue du nombre des chercheurs. En outre, les modes de gestion du travail collectif de ces chercheurs - encore "primitifs" devraient progresser radicalement dans les dix prochaines années et les suivantes avec les outils de travail collaboratif, et accélérer encore l'ensemble.

    La question n'est donc plus de savoir si les progrès technologiques sont souhaitables ou pas, assez ou trop rapides ... Dès aujourd'hui, ils accélèrent à un rythme jamais vu. La "qualité" de leur utilisation dépend de tout à fait autre chose, à savoir les structures des sociétés humaines qui génèrent et utilisent ces progrès, et là, on est "hors charte FS" ...

    Amitiés,

    Jean

    -----

    Γνῶθι σεαυτόν
     


    • Publicité



  2. bgervais2004

    Date d'inscription
    mars 2006
    Localisation
    Tours
    Âge
    52
    Messages
    651

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Bonjour à tous,
    je fait ou j'ai fait partie de ces chercheurs dont vous parlez peut être.
    Pour ma part je n'ai rien inventé de fabuleux.
    Par contre je pense que cette recherche est indispensable et que son coût n'a que peut d'importance du moment qu'on avance...
    Pour moi le plus grave est l'augmentation exponentielle de la population, arrêtez de faire des gosses sans savoir pourquoi!
    La planète a des ressources qui ne sont pas inépuisables et qui ne peuvent alimenter qu'un nombre fini d'individus.
    On pourra gagner un peu de temps si on arrive à faire marcher la fusion nucléaire, mais ça ne suffira pas dans le temps si la population croit toujours de la même façon.
    A mon avis il faut prendre conscience de cette notion de "fini" de l'énergie que l'on consomme, quelque soit l'innovation.
    - Le solaire, c'est une ressource quantifiée, on a droit à une quantité d'énergie donée qui ne sera jamais modulable.
    - Le pétrole, on le sait depuis longtemps : pas inépuisable, pas renouvelable = quantifié.
    - Le nucléaire : ressource quantifiée, l'uranium n'est pas inépuisable sur la planète = quantifié.
    - le vent, les marée, la géothermie, bio-sources quelle qu'elles soient etc... Pas inépuisables mais ressources quantifiées.
    Tout est quantifié ainsi que notre prolifération, ce que l'humanité toute entière refuse de prendre en considération.
    On est dans un mur. Soit on admet qu'on est et qu'on va être trop nombreux, soit on trouve un autre planète.
    La recherche ne peux pas faire ce que la nature et ses loies ne veulent pas. On ne peut rien changer à la gravitation universelle, on ne ne peux qu'utiliser au mieux les lois de la nature. Faisons preuve d'humilité, et je ne parle pas de dieux (le x est volontaire) ces lois existent et sont incontournables.
    Peu importe qui ou quoi les a crées, on y est soumis!

    Bruno
     

  3. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 338

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Citation Envoyé par bgervais2004 Voir le message
    Pour moi le plus grave est l'augmentation exponentielle de la population, arrêtez de faire des gosses sans savoir pourquoi!
    Sujet tabou, et politiquement extrêmement difficile. L'exemple du Japon est à suivre (par exemple: http://ktwop.wordpress.com/2011/01/0...leak-in-japan/).
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  4. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 338

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    L'exemple du Japon est à suivre
    Belle équivoque involontaire. Comprendre au sens "le cas du Japon est à observer, à en observer le développement futur"...
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  5. Jean-GUERIN

    Date d'inscription
    septembre 2011
    Localisation
    PARIS ou CALVI ...
    Âge
    65
    Messages
    1 305

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Bonjour Amanuensis, Bonjour bgervais2004, Bonjour à toutes et à tous,

    Citation Envoyé par bgervais2004 Voir le message
    je fait ou j'ai fait partie de ces chercheurs dont vous parlez peut être.
    Pour ma part je n'ai rien inventé de fabuleux.
    Par contre je pense que cette recherche est indispensable et que son coût n'a que peut d'importance du moment qu'on avance...
    Bravo ! Le fait que chacun ne soit pas Einstein ou Marie Curie n'enlève rien à l'accumulation accélérée des connaissances et de leurs applications pratiques !
    Les dépenses en Recherche et en R&D sont certainement les dépenses les plus "rentables" que peut faire l'Humanité, et elles sont effectivement "faibles" globalement.

    Citation Envoyé par bgervais2004 Voir le message
    Pour moi le plus grave est l'augmentation exponentielle de la population, arrêtez de faire des gosses sans savoir pourquoi!
    Sur ce point, il semble bien que la croissance de la population s'arrête "naturellement" avec l'élévation du niveau social et culturel. Comme elle a augmenté de façon massive mais "naturelle" lorsque les améliorations fondamentales de l'hygiène et de la médecine se sont répandues, en Occident puis dans le monde entier. Les projections actuelles semblent indiquer une "stabilisation" à 10-12 milliards d'habitants au cours du XXIe siècle.

    Citation Envoyé par bgervais2004 Voir le message
    La planète a des ressources qui ne sont pas inépuisables et qui ne peuvent alimenter qu'un nombre fini d'individus.
    On pourra gagner un peu de temps si on arrive à faire marcher la fusion nucléaire, mais ça ne suffira pas dans le temps si la population croit toujours de la même façon.
    Oui ... et non. On ne peut pas rester dans la situation actuelle. Il n'est pas "possible" que les pays dits "en voie de développement" conservent leur niveau de vie d'aujourd'hui. La seule solution "acceptable" est qu'ils rejoignent en gros le niveau de vie occidental (en rétablissant la situation du XVe siècle, disons) et pour cela, il n'y a ni assez d'énergie, ni assez de matières premières, ni assez d'eau et de nourriture ...

    Citation Envoyé par bgervais2004 Voir le message
    A mon avis il faut prendre conscience de cette notion de "fini" de l'énergie que l'on consomme, quelque soit l'innovation.
    - Le solaire, c'est une ressource quantifiée, on a droit à une quantité d'énergie donée qui ne sera jamais modulable.
    Le Soleil envoie bon an mal an sur Terre plusieurs milliers de fois la consommation d'énergie actuelle de toute l'Humanité. Reste à inventer des moyens économiques de la capter et de la stocker. C'en est aux balbutiements.

    Citation Envoyé par bgervais2004 Voir le message
    - Le pétrole, on le sait depuis longtemps : pas inépuisable, pas renouvelable = quantifié.
    - Le nucléaire : ressource quantifiée, l'uranium n'est pas inépuisable sur la planète = quantifié.
    - le vent, les marée, la géothermie, bio-sources quelle qu'elles soient etc... Pas inépuisables mais ressources quantifiées.
    Je suppose qu'il faut lire "pas épuisables" pour le vent, les marées, la géothermie ... Tout cela est clairement quantifié (ou quantifiable) pour l'énergie. La vraie question est comment fait-on pour produire beaucoup plus d'énergie SANS carburants fossiles. En conservant en tête les quantités reçues du soleil et le potentiel de la fusion nucléaire.

    Citation Envoyé par bgervais2004 Voir le message
    Tout est quantifié ainsi que notre prolifération, ce que l'humanité toute entière refuse de prendre en considération.
    Il me semble au contraire que c'est devenu une préoccupation de beaucoup de gens, en particulier ceux qui aujourd'hui préfigurent ce que pourrait être un "gouvernement mondial" (genre ONU et autres).

    Citation Envoyé par bgervais2004 Voir le message
    On est dans un mur. Soit on admet qu'on est et qu'on va être trop nombreux, soit on trouve un autre planète.
    Ca, ça semble TRES difficile (l'autre planète) ... Voir à ce sujet, sur Futura, le fabuleux projet de l'"Arche" de Gilgamesh !

    Citation Envoyé par bgervais2004 Voir le message
    La recherche ne peux pas faire ce que la nature et ses loies ne veulent pas.
    Exact !

    Citation Envoyé par bgervais2004 Voir le message
    On ne peut rien changer à la gravitation universelle, on ne ne peux qu'utiliser au mieux les lois de la nature. Faisons preuve d'humilité, et je ne parle pas de dieux (le x est volontaire) ces lois existent et sont incontournables.
    Peu importe qui ou quoi les a crées, on y est soumis!
    Justement ! Pour "utiliser au mieux", la recherche et la R&D ont à mon sens un "cahier des charges" global pour le XXIe siècle (donc , horizon 2100) :
    • Amener au niveau de vie occidental une population de 10-12 milliards d'habitants,
    • Multiplier (disons par un ordre de grandeur) l'énergie disponible actuelle, mais SANS carburants fossiles,
    • Diviser par un ordre de grandeur les matières premières consommées pour fabriquer les produits manufacturés (et recycler 99,9 % de ces produits en fin de vie),
    • Diviser par 100 les déchets ultimes que produit chaque individu (lié au point précédent).

    Il y a bien sûr un cas actuellement "non prévu mais possible" qui changerait totalement la "donne" : un ou des "breakthrough" en biotechs qui rallongeraient de façon considérable la durée de la vie humaine. Par exemple, une espérance de vie à la naissance de 150 ou 200 ans ...

    Il est aujourd'hui impossible de dire s'il est possible ou non de réaliser ce CdC. Le Club de Rome et le rapport Meadows des années 60 prétendent que c'est impossible et prévoient des lendemains très sombres. Pour le moment, les prédictions du rapport Meadows semblent réalistes.

    Mais l'outil de recherche et de R&D n'a jamais été aussi puissant (10 millions de chercheurs aujourd'hui, 20 millions en 2020) et ses moyens et méthodes de travail collectif sont en construction (réseaux informatiques).

    Il y a donc une seule voie : que les chercheurs se mettent au travail pour réussir. La question n'est pas de savoir si c'est "humble" ou non, me semble-t-il, mais "There Is No Alternative" comme disait un leader politique occidental - très discuté - du XXe siècle ...

    Amitiés,

    Jean
    Dernière modification par Jean-GUERIN ; 21/07/2013 à 09h33. Motif: Précision
    Γνῶθι σεαυτόν
     


    • Publicité



  6. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 338

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Citation Envoyé par Jean-GUERIN Voir le message
    Sur ce point, il semble bien que la croissance de la population s'arrête "naturellement" avec l'élévation du niveau social et culturel.
    Toujours le risque que ce ne soit qu'un "vœu pieux", juste un espoir. Le seul exemple à grande échelle est celui de la civilisation industrielle "occidentale", et ce pendant la période où elle était mondialement dominante. Et elle est récente, car dans le passé c'est une illusion due à la non prise en compte de l'émigration.

    Une augmentation importante de la population est une "arme" pour les cultures qui sont non dominantes. On peut modifier la thèse en disant que "la croissance s'arrête naturellement avec l'élévation du niveau social et culturel dans les cultures dont en position dominante, techniquement et économiquement". Une telle thèse est bien moins optimiste que celle proposée, et pas moins défendable.

    Les projections actuelles semblent indiquer une "stabilisation" à 10-12 milliards d'habitants au cours du XXIe siècle.
    Soit 6 à 7 fois la population vers 1900-1920, au moment où la dépendance au pétrole s'installe, ou 10 fois la population au moment où l'importance des combustibles fossiles devient déterminante.

    Il me semble au contraire que c'est devenu une préoccupation de beaucoup de gens, en particulier ceux qui aujourd'hui préfigurent ce que pourrait être un "gouvernement mondial" (genre ONU et autres).
    Intellectuellement, oui. Maintenant la pratique est autre chose. Deux problèmes critiques, mentionnés dans le texte que j'ai mis en lien pour le Japon:

    1) La transition vers la stabilisation démographique, surtout avec décroissance, introduit une pyramide des âges économiquement gênante, contrairement à la croissance démographique.

    2) Le problème du différentiel entre régions du monde, et donc de l'immigration.

    Pour ce dernier point il y a conflit entre les intérêts à court terme et locaux, et les intérêts à long terme et planétaires. Même avec un "gouvernement planétaire", on a du mal à imaginer comment on peut "forcer" la prise en compte des seconds au détriment des premiers...
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  7. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 338

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Mais l'outil de recherche et de R&D n'a jamais été aussi puissant (10 millions de chercheurs aujourd'hui, 20 millions en 2020) et ses moyens et méthodes de travail collectif sont en construction (réseaux informatiques).
    C'est vrai. Mais que font-ils? Quelle est proportion du "D" qui se consacre à du "futile" plutôt qu'à quelque chose concourant au CdC indiqué? (Et même du R si on prend en compte les applications militaires.) Par exemple, le CdC parle du "niveau de vie occidental" sans précision de date. Or une partie de la R&D concourt à augmenter ce niveau de vie: donc 1) le CdC est une "cible mouvante", 2) Une partie de la R&D joue contre le respect du CdC en rendant la cible de plus en plus difficile. Qu'est-ce qui permet de penser que l'augmentation de la R&D ne va pas, au total, une fois pondérés les différents effets, jouer contre les buts indiqués?
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  8. Jean-GUERIN

    Date d'inscription
    septembre 2011
    Localisation
    PARIS ou CALVI ...
    Âge
    65
    Messages
    1 305

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Re-,

    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    C'est vrai. Mais que font-ils? Quelle est proportion du "D" qui se consacre à du "futile" plutôt qu'à quelque chose concourant au CdC indiqué? (Et même du R si on prend en compte les applications militaires.)
    Hum ! Pire que cela ... Les applications militaires sont en fait un des principaux "moteurs" du progrès technologique ... en particulier aux USA, évidemment.

    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    Par exemple, le CdC parle du "niveau de vie occidental" sans précision de date. Or une partie de la R&D concourt à augmenter ce niveau de vie: donc 1) le CdC est une "cible mouvante",
    C'est exact. Le point où amener les pays dits "en voie de développement" est bien le niveau de vie occidental de 2 100, beaucoup plus élevé que l'actuel en termes de produits et services disponibles, MAIS en consommant beaucoup moins d'énergie et de MP, et en produisant beaucoup moins de déchets - si tout se passe "bien".

    En fait, il faut rééditer "en grand" des "cassures" de tendance et de rétroactions, comme celle des tués dans les accidents de la route depuis 1973 ...

    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    2) Une partie de la R&D joue contre le respect du CdC en rendant la cible de plus en plus difficile.
    Oui et non ... L'amélioration du niveau de vie occidental permet de défricher "plus vite" de nouvelles voies, applicables "plus vite" ailleurs. La balance des + et des - est effectivement difficile à faire.

    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    Qu'est-ce qui permet de penser que l'augmentation de la R&D ne va pas, au total, une fois pondérés les différents effets, jouer contre les buts indiqués?
    Rien. Enfin si, mais c'est "hors charte", dirons-nous. La raréfaction des matières premières, de l'énergie, de l'eau et de la nourriture entraînera en principe une augmentation de leurs prix, favorable au CdC. Ces prix sont actuellement BEAUCOUP TROP BAS pour "booster" efficacement la R&D "dans le bon sens".

    Amitiés,

    Jean
    Γνῶθι σεαυτόν
     

  9. Jean-GUERIN

    Date d'inscription
    septembre 2011
    Localisation
    PARIS ou CALVI ...
    Âge
    65
    Messages
    1 305

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Re-,

    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    Toujours le risque que ce ne soit qu'un "vœu pieux", juste un espoir. Le seul exemple à grande échelle est celui de la civilisation industrielle "occidentale", et ce pendant la période où elle était mondialement dominante. Et elle est récente, car dans le passé c'est une illusion due à la non prise en compte de l'émigration.

    Une augmentation importante de la population est une "arme" pour les cultures qui sont non dominantes. On peut modifier la thèse en disant que "la croissance s'arrête naturellement avec l'élévation du niveau social et culturel dans les cultures dont en position dominante, techniquement et économiquement". Une telle thèse est bien moins optimiste que celle proposée, et pas moins défendable.
    Exact ... Je serai un peu plus réservé sur la notion d'"arme", ou de "position dominante" qui me semble pour le coup très difficile à prouver sauf dans les délires de quelques dictateurs.

    Ce que l'on peut dire, c'est que dans le passé récent (disons XVe-XVIIIe siècle, la population occidentale était très sensible aux épidémies. Il n'était pas rare de voir la population de régions entières baisser de 30 % en quelques années, et se reconstituer jusqu'à un "équilibre naturel" en 2-3 générations.

    En outre, nos ancêtres avaient besoin de bras pour les aider aux travaux des champs (et donc survivre économiquement) et ils conservaient en gros un enfant sur deux. Ces conditions ont totalement changé en Occident. Mais ça ne prouve rien ...


    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    Soit 6 à 7 fois la population vers 1900-1920, au moment où la dépendance au pétrole s'installe, ou 10 fois la population au moment où l'importance des combustibles fossiles devient déterminante.
    Oui ...

    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    Intellectuellement, oui. Maintenant la pratique est autre chose. Deux problèmes critiques, mentionnés dans le texte que j'ai mis en lien pour le Japon:

    1) La transition vers la stabilisation démographique, surtout avec décroissance, introduit une pyramide des âges économiquement gênante, contrairement à la croissance démographique.

    2) Le problème du différentiel entre régions du monde, et donc de l'immigration.

    Pour ce dernier point il y a conflit entre les intérêts à court terme et locaux, et les intérêts à long terme et planétaires. Même avec un "gouvernement planétaire", on a du mal à imaginer comment on peut "forcer" la prise en compte des seconds au détriment des premiers...
    Exact, et il n'y a pas de réponse claire - et encore moins scientifique !

    Amitiés,

    Jean
    Γνῶθι σεαυτόν
     

  10. EauPure

    Date d'inscription
    avril 2012
    Localisation
    Nîmes
    Messages
    5 089

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Bonjour Jean-GUERIN

    Il ne faut pas oublier que l'occident a utilisé l’esclavage puis la délocalisation dans les pays les plus pauvres pour atteindre son niveau de vie
    Alors espérer que tout le monde atteindra le niveau de vie technologique des pays occidentaux en 2100 me semble utopique.
    Le Japon puis la Coré du sud sont des exemples de l'utilisation de la science et de la technologie pour résoudre notre problème de surchauffe
    Ils sont loin de sortir la tête du sable .
    C'est pas eux qui vont accueillir les réfugiés climatiques que l'occident a mis en route.
    La béatitude est l'attitude de l’abbé : la théorie bleue
     

  11. Jean-GUERIN

    Date d'inscription
    septembre 2011
    Localisation
    PARIS ou CALVI ...
    Âge
    65
    Messages
    1 305

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Bonsoir Eau Pure, Re-,

    Citation Envoyé par EauPure Voir le message
    Il ne faut pas oublier que l'occident a utilisé l’esclavage puis la délocalisation dans les pays les plus pauvres pour atteindre son niveau de vie
    Hum ! [hors charte "ON"] Historiquement, l'esclavage s'étend quasiment au monde entier, et l'Occident a été l'un des tout premiers à l'abolir. L'un des derniers pays abolitionnistes a été la Mauritanie en 1980. [Hors charte "OFF] Plus scientifiquement, il est loin d'être évident que l'esclavage soir une "bonne affaire" pour le progrès technologiques. Il est exact par contre que le XIXe siècle européen a bâti son industrie sur les paysans pauvres chassés des campagnes par l'explosion démographique qui sont venus travailler dans l'industrie dans des conditions aujourd'hui inacceptables.

    Citation Envoyé par EauPure Voir le message
    Alors espérer que tout le monde atteindra le niveau de vie technologique des pays occidentaux en 2100 me semble utopique.
    Je ne sais pas trop ce qu'aurait pensé un bon paysan français de 1913 si on lui avait décrit notre monde actuel. Dans les années 1980, je connaissais encore des gens nés vers 1880, complètement "scotchés" par leur propre vie et les transformations qu'ils avaient vécues.

    Citation Envoyé par EauPure Voir le message
    Le Japon puis la Coré du sud sont des exemples de l'utilisation de la science et de la technologie pour résoudre notre problème de surchauffe
    Ils sont loin de sortir la tête du sable .
    C'est pas eux qui vont accueillir les réfugiés climatiques que l'occident a mis en route.
    Exact ... Ils ont employé les technologies occidentales disponibles pour se développer. Je pense que les BRIC/Afrique en inventeront d'autres ... Mais bon, c'est hautement hypothétique ...

    Amitiés,

    Jean
    Γνῶθι σεαυτόν
     

  12. Superbia

    Date d'inscription
    février 2012
    Messages
    21

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Bonjour,

    La question n'est donc plus de savoir si les progrès technologiques sont souhaitables ou pas, assez ou trop rapides ... Dès aujourd'hui, ils accélèrent à un rythme jamais vu. La "qualité" de leur utilisation dépend de tout à fait autre chose, à savoir les structures des sociétés humaines qui génèrent et utilisent ces progrès, et là, on est "hors charte FS" ...
    Ce n'est pas parce qu'ils s'accélèrent qu'ils ne peuvent pas être régulés. Ce n'est pas quelque chose que l'on est obligé de "subir" comme un phénomène naturel de grande ampleur, ce n'est pas inéluctable, c'est quelque chose qui doit être réfléchit. Il appartient aux scientifiques de se poser la question de l'usage de leur technologie et de leur impact social ne serait-ce parce qu'ils sont les seuls à avoir les outils pour le faire.

    Si la science ne peut pas avoir confiance en l'usage que la société fait de ses créations alors la science ne remplit pas son rôle qui avant d'être l'accumulation de connaissances est l'amélioration de nos conditions de vie et la catalyse de notre évolution. Ce n'est pas une question de politique ou de choix social. C'est une chose qui n'a jamais été dissociée de la science.

    La science est stimulée par le besoin, ce qu'elle crée ou découvre est avant tout crée ou découvert dans la réponse immédiate ou potentielle à un besoin. Si le besoin actuel est un ralentissement des avancées scientifiques alors cela rentre aussi dans le domaine de la science. Les scientifiques sont les seuls à même de déterminer toute l'étendue de l'usage possible de leurs inventions et donc les seuls susceptibles d'être lucides sur le danger qu'elles représentent.

    Un scientifique qui suivrait simplement l'appel des fonds et se rallierait à quiconque financerait ses recherches, créerait une arme à usage terroriste serait également considéré comme un terroriste. Personne n'ira le défendre en disant qu'il ne faisait que faire avancer la science, il sera pénalement complice.

    La science n'avance pas, elle avance pour quelque chose ou quelqu'un.

    Cordialement.
    Dernière modification par Superbia ; 21/07/2013 à 21h23.
     

  13. Jean-GUERIN

    Date d'inscription
    septembre 2011
    Localisation
    PARIS ou CALVI ...
    Âge
    65
    Messages
    1 305

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Bonsoir Superbia, Bonsoir à toutes et à tous,

    Citation Envoyé par Superbia Voir le message
    Ce n'est pas parce qu'ils s'accélèrent qu'ils ne peuvent pas être régulés. Ce n'est pas quelque chose que l'on est obligé de "subir" comme un phénomène naturel de grande ampleur, ce n'est pas inéluctable, c'est quelque chose qui doit être réfléchit. Il appartient aux scientifiques de se poser la question de l'usage de leur technologie et de leur impact social ne serait-ce parce qu'ils sont les seuls à avoir les outils pour le faire.

    Si la science ne peut pas avoir confiance en l'usage que la société fait de ses créations alors la science ne remplit pas son rôle qui avant d'être l'accumulation de connaissances est l'amélioration de nos conditions de vie et la catalyse de notre évolution. Ce n'est pas une question de politique ou de choix social. C'est une chose qui n'a jamais été dissociée de la science.
    Ouh là là ! Il y a pas mal de chercheurs sur FS (je n'en fais pas partie, mais j'en fréquente quelques uns ...) et j'ai bien l'impression qu'"usage" et "impact social" des découvertes ne sont pas, mais alors pas du tout, le problème des chercheurs. Les chercheurs, concrètement, sont lancés dans des programmes de recherches qu'il est quasi-impossible de planifier à l'avance, et au départ, personne ne connaît, et surtout pas le chercheur, les applications concrètes, industrielles, qui vont "sortir" ...

    Maintenant, un ingénieur d'études qui fait de la R&D va, lui, innover à partir des recherches menées par les chercheurs. Mais là encore, son souci sera de répondre à son cahier des charges avant tout, qui peut lui-même répondre à des "améliorations de conditions de vie" et à "la catalyse de l'évolution" si et seulement si il existe un marché (des clients ...) pour ces aspects, dans le cadre du produit considéré !

    Citation Envoyé par Superbia Voir le message
    La science est stimulée par le besoin, ce qu'elle crée ou découvre est avant tout crée ou découvert dans la réponse immédiate ou potentielle à un besoin. Si le besoin actuel est un ralentissement des avancées scientifiques alors cela rentre aussi dans le domaine de la science. Les scientifiques sont les seuls à même de déterminer toute l'étendue de l'usage possible de leurs inventions et donc les seuls susceptibles d'être lucides sur le danger qu'elles représentent.

    Un scientifique qui suivrait simplement l'appel des fonds et se rallierait à quiconque financerait ses recherches, créerait une arme à usage terroriste serait également considéré comme un terroriste. Personne n'ira le défendre en disant qu'il ne faisait que faire avancer la science, il sera pénalement complice.

    La science n'avance pas, elle avance pour quelque chose ou quelqu'un.
    Là encore (les chercheurs présent me contrediront s'ils le souhaitent ...) je n'ai aucunement, l'impression que la recherche fondamentale réponde à un "besoin" implicite ou explicite. Elle répond à l'idée que des gens (les chercheurs) se font des voies dans lesquelles ils vont obtenir des résultats fructueux, du point de vue de la recherche - et qui vont leur permettre d'obtenir des financements d'Etat ou privés.

    L'innovation, elle, répond clairement à un besoin implicite, qui se vérifie ou pas, le sort de l'innovation le montre a posteriori ...

    Mais bon, j'ai l'impression de déraper "hors charte", là ...

    Amitiés,

    Jean
    Γνῶθι σεαυτόν
     

  14. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    33
    Messages
    10 617

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Est-ce que "vitesse du progrès" est forcément synonyme de "augmentation de la consommation" ?

    A côté du paramètre "population", il y a aussi tous les composants des modes de vie (consommer local ou non, se nourrir d'électricité venant de panneaux solaires ou de nucléaire, avoir une télévision chez soi ou pas, manger végétarien ou non, etc.).
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.
     

  15. Jean-GUERIN

    Date d'inscription
    septembre 2011
    Localisation
    PARIS ou CALVI ...
    Âge
    65
    Messages
    1 305

    Re : la vitesse du progrés trop rapide ?

    Bonsoir shokin, Bonsoir à toutes et à tous,

    Citation Envoyé par shokin Voir le message
    Est-ce que "vitesse du progrès" est forcément synonyme de "augmentation de la consommation" ?
    Aucun rapport direct, effectivement ...

    Citation Envoyé par shokin Voir le message
    A côté du paramètre "population", il y a aussi tous les composants des modes de vie (consommer local ou non, se nourrir d'électricité venant de panneaux solaires ou de nucléaire, avoir une télévision chez soi ou pas, manger végétarien ou non, etc.).
    Tout à fait exact : c'est la somme de ces attitudes qui de fait oriente les politiques d'Etat et donc in fine la recherche appliquée.

    Amitiés,

    Jean
    Γνῶθι σεαυτόν
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. [Brun] Avance trop rapide de mon radio-réveil
    Par COCO69 dans le forum Dépannage
    Réponses: 8
    Dernier message: 30/09/2011, 17h30
  2. Probléme charge de condensateur (trop rapide)
    Par yoyoweb dans le forum Électronique
    Réponses: 11
    Dernier message: 06/03/2011, 21h28
  3. echange thermique trop rapide ?
    Par mesalu dans le forum Physique
    Réponses: 1
    Dernier message: 23/01/2007, 10h33
  4. chauffage solaire et pompe trop rapide
    Par udolfo dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 5
    Dernier message: 18/07/2006, 22h18
  5. Prise silicone trop rapide
    Par Tropique dans le forum Chimie
    Réponses: 3
    Dernier message: 27/01/2006, 10h07