Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 3 sur 9 PremièrePremière 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 45 sur 128

Les antidépresseurs

  1. Jiav

    Date d'inscription
    juillet 2004
    Messages
    8 263

    Re : Les antidépresseurs

    Pour d'autre excellents conseils d'Arkor: http://forums.futura-sciences.com/thread47153.html


    -----

     


    • Publicité



  2. Arkor

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    667

    Re : Les antidépresseurs

    Mes conseils sont peu être de meilleure utilité que vous le croyez auprès des personnes réellement concernées.
    Les dépressifs doivent prendre conscience que l'ennemi n'est pas leur problèmes mais l'émotion. L'émotion ne sert qu'à décaler du monde. Un jour vous êtes malheureux et à côté de vous votre voisin saute de joie. Qu'est ce qui vous unit? Le fait que vous viviez dans le même monde qui lui est immuable et indifferent à vos émotions. Soyez donc comme lui, impassible, aussi impassible qu'une lampe, soyez à l'image de la constance du monde, dans aucun état particulier et dans tous les états possibles. Contenez les choses et ne soyez pas contenues par elles.
     

  3. invite765732342432
    Invité

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par Arkor
    Mes conseils sont peu être de meilleure utilité que vous le croyez auprès des personnes réellement concernées.
    Akor, je crois que le problème n'est pas que tu aies tort. A priori, ce que tu dis, si j'ai bien compris tes propos, n'est pas faux.

    Seulement, tu l'annonces d'une façon tellement désinvolte... Sur le ton de "il suffit de...". Certes pour quelqu'un qui se sent bien dans sa peau, tes conseils coulent de source et sont faciles à suivre.
    Mais pour quelqu'un de dépressif, c'est une démarche particulièrement difficile et c'est notemment à celà que "servent" les psychothérapeuthes.
     

  4. Arkor

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    667

    Re : Les antidépresseurs

    Le thérapeute a une démarche nécessairement méprisante envers vous. Car il vous considère dans un état dans lequel vous ne devriez pas être: les psys sont des gens qui vous prennent de haut car ils pensent même inconsciemment que tous les problèmes viennent de votre faute, de la mauvaise gestion que vous avez de votre vie: il pense que vous ne savez pas réagir aux choses ni avez conscience de ce que vous êtes , tout simplement parce qu'il pense que vous êtes un enfant... Ils vous infantilisent. Ils ont la même pensée de fond que moi: vous êtes dans un monde constant (aussi constant que l'administration, ou les bailleurs qui perçoivent les loyers) donc vous devez être vous même être constant, sinon vous êtes en faute. Et vous finissez dans un hôpital psychatrique. Hôpitaux qui ne sont ni plus ni moins que la poubelle de notre société. Ces hôpitaux ne servent pas à soigner les gens, mais à s'en débarasser, tous comme les prisons. Et les maladies mentales (la dépression semblent en faire partie d'après ce que l'on dit) auront toujours une connotation extrêmement péjorative dans notre société. Combien de fois entend-on "espèce de taré" dans les cours de récré? Ce n'est ni plus ni moins qu'une insulte. Quand vous êtes malade dans votre corps, ce n'est pas sujet à insulte, mais dans votre tête, c'en est une. Et c'est tellement vrai que c'est complétement enraciné dans l'inconscient populaire. Quand on dit "Ca va pas? T'es malade pour faire ça?" On ne désigne pas une maladie physique mais mentale. La boutade "T'es fou, t'es malade"est extremment péjorative.
    Donc c'est pour cela que je déconseille vivement à ceux qui seraient tentés d'avoir recours aux psys d'abandonner cela, ne serait-ce que pour leur dignité. Si vous voulez un ami, voyez un avocat, pas un psy! Un avocat, lui, ne vous prendra pas de haut et fera au contraire respecter vos droits.
     

  5. azoth

    Date d'inscription
    juin 2004
    Messages
    916

    Re : Les antidépresseurs

    Bonjour,

    Arkor, sincèrement tu m'impressionnes.
    Que dirais-tu à quelqu'un de diabétique (sous insuline), chômeur, que son épouse a quitté, et dépressif?

    Amicalement.
     


    • Publicité



  6. kinette

    Date d'inscription
    janvier 2003
    Localisation
    Centrale!
    Messages
    16 270

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par Arkor
    Un bon conseil à tous ceux qui sont malheureux: ne prenez pas toutes ces saletés de médicaments et n'allez pas voir ces charlatans qu'on appelle les psys. Tout cela n'est qu'un fatras de foutaises, une spirale infernale pire que la dépression elle même (si tant est que ce mot est un sens).
    La seule manière pour les dépressifs de "guérir" est de prendre conscience de la stabilité du monde dans lequel ils vivents. Les dépressifs voient le monde de manière ouverte: le présent et le futur comme des entités angoissantes, incertaines. Il faut simplement qu'ils se remémorent la période de leur vie où ils allaient bien et qu'ils prennent conscience que le monde n'a pas changé. Il est pareil dans le passé, pareil dans le présent et pareil dans le futur. Et que leur situation personnelle n'y change rien. Pourquoi a t-on souvent du mépris envers les personnes "instables", c'est justement parcequ'elles sont en décallage avec cette satbilité du monde. Il ne sert à rien d'être instable dans un référent immuable. L'émotion en soi est une pure illusion, elle donne l'illusion d'une instabilité des choses. Par exemple, prenez l'image de votre ordinateur: que ça aille bien ou mal dans le monde, qu'est ce qu'il s'en fiche, il vit toujours sa vie d'ordinateur, immuable. Et tous les ans des enfants entrent à l'école, les impôts sont perçus,le cycle se reproduit, identique, indéfiniment, indifférent au passé.
    Et bien prendre conscience de tout cela je vous le dis c'est le meilleur des antidépresseurs!
    Bonjour,
    Comment expliqueras-tu à quelqu'un qui vient d'être mis au chômage ou largué par sa copine que "rien ne change"???
    L'émotion n'est pas une "pure illusion" mais une réaction bien naturelle à des événements ou des pensées... bref, c'est humain, tout le monde a des hauts et des bas, le problème étant quand ça dégénère, que ça va trop "bas" ou que ça devient chronique.
    J'ai rencontré une jeune femme qui, à la suite d'une rupture amoureuse était tombée en dépression profonde (prostration totale) et m'a expliqué n'en être sortie que grâce aux électrochocs.... je ne vois pas comment tes supers conseils pourraient aider dans ce genre de problème.

    Mes conseils sont peu être de meilleure utilité que vous le croyez auprès des personnes réellement concernées.
    Les dépressifs doivent prendre conscience que l'ennemi n'est pas leur problèmes mais l'émotion. L'émotion ne sert qu'à décaler du monde. Un jour vous êtes malheureux et à côté de vous votre voisin saute de joie. Qu'est ce qui vous unit? Le fait que vous viviez dans le même monde qui lui est immuable et indifferent à vos émotions. Soyez donc comme lui, impassible, aussi impassible qu'une lampe, soyez à l'image de la constance du monde, dans aucun état particulier et dans tous les états possibles. Contenez les choses et ne soyez pas contenues par elles.
    Ben on n'a qu'à lobotomiser tout le monde, comme ça plus de problème, plus d'émotions, impassibilité totale. Sincèrement, tu souhaites vraiment un monde où on ne pleure pas la mort d'un proche, où on ne s'inquiète pas de ne plus avoir de boulot, où on n'a rien à foutre de la détresse de ses proches?
    La solution à la dépression n'est pas de s'emmurer, au contraire, mais de réaliser que les interactions avec les autres sont un soutien, qu'on n'est pas si mal perçu que ça par les autres, qu'on est capable d'agir et d'interragir. Relativiser les choses, oui c'est important, mais à part certaines personnes un peu "autistes" à mon avis (attentives à leur seul monde...), ça ne peut être fait que si on peut discuter avec d'autres personnes, faire de l'humour sur des problèmes qu'on a...

    Le thérapeute a une démarche nécessairement méprisante envers vous. Car il vous considère dans un état dans lequel vous ne devriez pas être: les psys sont des gens qui vous prennent de haut car ils pensent même inconsciemment que tous les problèmes viennent de votre faute, de la mauvaise gestion que vous avez de votre vie: il pense que vous ne savez pas réagir aux choses ni avez conscience de ce que vous êtes , tout simplement parce qu'il pense que vous êtes un enfant... Ils vous infantilisent.
    Je me demande vraiment de quels thérapeutes tu parles... la personne qui consulte un thérapeute le fait car elle a envie d'aller mieux, de changer d'état. Le boulot du thérapeute est de lui donner les moyens d'aller mieux, d'affronter de façon plus sereine ses problèmes, ses craintes. Ca n'est pas "prendre de haut les gens et les infantiliser".

    Ils ont la même pensée de fond que moi: vous êtes dans un monde constant (aussi constant que l'administration, ou les bailleurs qui perçoivent les loyers) donc vous devez être vous même être constant, sinon vous êtes en faute.
    Affirmer que les gens sont "constants" est une absurdité. Une personnalité, au contraire, se forge et change. Les habitudes changent aussi, la façon de considérer les choses.

    Et vous finissez dans un hôpital psychatrique. Hôpitaux qui ne sont ni plus ni moins que la poubelle de notre société. Ces hôpitaux ne servent pas à soigner les gens, mais à s'en débarasser, tous comme les prisons. Et les maladies mentales (la dépression semblent en faire partie d'après ce que l'on dit) auront toujours une connotation extrêmement péjorative dans notre société.
    Je pense que déjà tu fais une énorme confusion. Des dépressifs en hôpital psy y en a pas des masses (sinon ces hôpitaux exploseraient!).
    Et les personnes internées pour tentative de suicide ou pour dépression profonde (comme la personne dont j'ai parlé) n'y font que de brefs séjours. Je connais d'ailleurs un autre cas, une jeune fille qui a fait récemment un passage en hôpital, après une période de maniaco-dépression, et qui maintenant a retrouvé le sourire et un équilibre qui fait plaisir à voir.

    Combien de fois entend-on "espèce de taré" dans les cours de récré? Ce n'est ni plus ni moins qu'une insulte. Quand vous êtes malade dans votre corps, ce n'est pas sujet à insulte, mais dans votre tête, c'en est une. Et c'est tellement vrai que c'est complétement enraciné dans l'inconscient populaire. Quand on dit "Ca va pas? T'es malade pour faire ça?" On ne désigne pas une maladie physique mais mentale. La boutade "T'es fou, t'es malade"est extremment péjorative.
    Ici encore tu confonds tout. Oui, les maladies mentales sont malheureusement globalement mal comprises, et mal acceptées. Mais dans le cas de la dépression (qui n'a pas connu autour de soi quelqu'un qui en a fait?), je pense qu'il y a tout de même plus de compréhension de la part des autres.

    Donc c'est pour cela que je déconseille vivement à ceux qui seraient tentés d'avoir recours aux psys d'abandonner cela, ne serait-ce que pour leur dignité. Si vous voulez un ami, voyez un avocat, pas un psy! Un avocat, lui, ne vous prendra pas de haut et fera au contraire respecter vos droits.
    Je donnerais le conseil inverse: quelqu'un qui déprime n'a pas de honte à avoir à se faire aider (les dépressifs sont déjà assez culpabilisés pour qu'on en rajoute). Ensuite il faut qu'ils trouvent le thérapeute qui leur convient, et qu'avec lui ils arrivent à mieux comprendre leur état, et savoir comment agir pour se sentir mieux.

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.
     

  7. Arkor

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    667

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par kinette
    Bonjour,
    Comment expliqueras-tu à quelqu'un qui vient d'être mis au chômage ou largué par sa copine que "rien ne change"???
    L'émotion n'est pas une "pure illusion" mais une réaction bien naturelle à des événements ou des pensées... bref, c'est humain, tout le monde a des hauts et des bas, le problème étant quand ça dégénère, que ça va trop "bas" ou que ça devient chronique.
    J'ai rencontré une jeune femme qui, à la suite d'une rupture amoureuse était tombée en dépression profonde (prostration totale) et m'a expliqué n'en être sortie que grâce aux électrochocs.... je ne vois pas comment tes supers conseils pourraient aider dans ce genre de problème.
    Cette jeune femme que tu as rencontrée n'a en réalité aucun problème. Réfléchis et tu verras que tout le problème provient de l'émotion qu'elle éprouve.
    Pareil pour quelqu'un qui est mis au chômage: je lui dirais, met toi au Assedics et trouve un autre boulot, à partir de là, si tu éprouves des émotions négatives, ta souffrance ne provient en réalité pas de ta situation mais de ton émotion, car l'attachement à un boulot ou à quelqu'un est de l'odre émotionnel.
    Quelqu'un qui te quittes c'est juste quelqu'un qui n'est plus là. Point.
    A partir de là si tu ressens une émotion négative à cause de cela, le problème n'est pas la chose elle même, mais ton émotion elle même.

    Citation Envoyé par kinette
    Ben on n'a qu'à lobotomiser tout le monde, comme ça plus de problème, plus d'émotions, impassibilité totale. Sincèrement, tu souhaites vraiment un monde où on ne pleure pas la mort d'un proche, où on ne s'inquiète pas de ne plus avoir de boulot, où on n'a rien à foutre de la détresse de ses proches?
    Ce monde existe déjà et c'est l'administration. L'administration est un modèle stupéfiant de constance. Quoi qu'il arrive dans nos vies, quoi qu'il se passe, elle est toujours là, tous les jours,tous les ans, de manière absolument constante, perçoit les impôts envoie les enfants à l'école, fait tenir le système.
    Elle gère les états des des gens, de la vie à la mort, mais elle même n'a aucun état, elle voit passer des instabilités, les contient les gère. Elle ne failliera jamais à sa fonction pour cause d'un état d'humeur, parcequ'elle est déprimée ou autre. Elle assurera toujours sa fonction dans une continuité parfaite. Elle est une fonction parfaite, encadrante,insensible,perpétue lle, déconnectée de l'émotion.
    Nous passons par une foulitude d'états mais le loyer devra toujours être payé. Nos émotions sont passagères, le système non. Nous sommes dans des états différents, le système (et la nature) , non, il fonctionne c'est tout, de manière intangible et perpétuelle. Il a toujours été et il sera toujours.
    Nous devrions nous inspirer de cette constance, purger les émotions par la logique. Connaître le système, car bien souvent la c'est la méconnaissance du système qui engendre le malheur.
    Dernière modification par Arkor ; 20/10/2005 à 16h28.
     

  8. vero0oo

    Date d'inscription
    janvier 2005
    Âge
    32
    Messages
    174

    Re : Les antidépresseurs

    "La nature est immuable...". Il me semble que ce genre de discours a été révisé dès l'antiquité grecque, non?
    Mes conseils sont peu être de meilleure utilité que vous le croyez auprès des personnes réellement concernées.
    Merci de m'ouvrir les yeux, Arkor, j'ai eu une révélation là ! Mais comment ai-je pu ne pas y penser plus tôt?
    Evidemment, il suffit de volonté pour ne pas déprimer ; d'ailleurs, les dépressifs en sont remplis, de volonté, c'est bien connu...


    Les dépressifs doivent prendre conscience que l'ennemi n'est pas leur problèmes mais l'émotion. L'émotion ne sert qu'à décaler du monde.
    L'émotion ou son absence ? Je peux te dire que quand tu es au fond du trou, tu es plutôt insensible à tout ce qui se passe autour de toi, voire à ce qui t'arrive. Advienne que pourra...


    Soyez donc comme lui, impassible, aussi impassible qu'une lampe
    ah, je croyais qu'il sautait de joie?


    A la base, je ne défends pas les antidépresseurs et les psys (surtout ceux qui comparent la dépression au diabète et t'annoncent que tu dois prendre des médicaments à vie...). Mais arrive un moment où on peut prendre conscience qu'on ne s'en sort pas tout seul (eh oui, tout le monde n'est pas assez fort pour mettre en pratique tes super conseils), et où on aimerait bien se (re)mettre un peu à vivre au lieu de regarder passer les années, perdues. Alors on se dit qu'on n'a pas encore tout essayé, et que si ça peut aider à remonter la pente...

    En tous cas, ce n'est pas en véhiculant de telles images des psys et des hopitaux psychiatriques que les maladies mentales seront mieux acceptées !
     

  9. Dordon

    Date d'inscription
    mai 2004
    Âge
    29
    Messages
    454

    Re : Les antidépresseurs

    Bonjour,
    "Nul ne peut te léser, si tu ne le veux point, car tu ne seras lésé que si tu juges qu'on te lèse"... préjugé stoïque . Nos sentiments dépendent assez peut de notre conscience et de notre bon vouloir.
     

  10. kinette

    Date d'inscription
    janvier 2003
    Localisation
    Centrale!
    Messages
    16 270

    Re : Les antidépresseurs

    Bonjour,
    Si ce système d'anesthésie de l'émotion, de négation de l'horreur de la soufrance te convient, tant mieux pour toi. Si tu souhaites une vie "administratives", c'est ton affaire.
    Mais sans émotion, sans passions, que serait la vie? Pas d'art, pas d'amitié, pas de joies, pas d'envie de faire changer les choses...
    N'est-il pas normal de pleurer lorsque l'ami meurt, de partager les tristesses et joies de proches? N'est-ce pas ce qui fait l'intérêt de vivre que de ressentir des choses? Si la vie n'était que considérations logiques, la logique serait peut-être de terminer rapidement une existence qui de toute façon n'apporte rien et est absurde.
    L'empathie est une des caractéristiques que notre espèce partage avec seulement quelques autres espèces, qui est à la base de notre sociabilité, des liens familiaux, amicaux et amoureux. Doit-on la rejeter et devenir des robots?

    A mon avis non. Au contraire. Il est normal de soufrir parfois (comme d'être heureux). L'émotion n'est pas une maladie, comme tu aimerais à le faire penser. Ta façon de voir les choses est culpabiliser encore plus les dépressifs, contrairement à ce que tu prétends. Leur dire qu'ils doivent se détacher de tout (alors qu'ils ont au contraire besoin de se sentir compris, qu'ils ne sont pas anormaux) est leur dire indirectement qu'ils agissent mal et qu'ils n'ont pas à être comme ils sont... bravo pour les encouragements...
    Comment expliques-tu que les personnes qui encaissent le mieux les chocs (morts, chômage, maladie...) ne sont pas celles qui sont isolées, mais au contraire celles qui ont une vie sociale importante, des amis, de la famille qui les soutient?

    J'ai l'impression que ton discours reflète un problème que tu as personnellement, envers les psy, les hôpitaux psy, et par rapport aux émotions. Enfin peut-être que je me trompe, mais je trouve que tu tiens des propos trop étranges pour ne pas être lié à quelque chose de vécu.

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.
     

  11. bardamu

    Date d'inscription
    août 2003
    Âge
    48
    Messages
    2 279

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par Arkor
    (...) Réfléchis et tu verras que tout le problème provient de l'émotion qu'elle éprouve.
    Salut,
    il est évident que le problème est l'émotion qu'on éprouve, c'est même par là qu'on définit les problèmes psychologiques...
    Mais, contrairement à ce que tu sembles penser, il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir, il ne suffit pas de se dire "Ah, ça y est, j'ai tout compris, mon émotion est mauvaise et je vais la faire disparaitre" pour que ça marche.
    Aussi loin qu'on remonte dans l'histoire humaine ou partout où tu regarderas dans les sociétés humaines, tu verras des systèmes de soutien psychologique parce que l'individu qui souffre psychologiquement est justement celui qui ne parvient pas à maîtriser ses états intérieurs.
    Citation Envoyé par Arkor
    Nous devrions nous inspirer de cette constance, purger les émotions par la logique. Connaître le système, car bien souvent la c'est la méconnaissance du système qui engendre le malheur.
    Les stoïciens prétendaient que c'était simple, Spinoza leur répondait que c'était la tâche d'une vie, et la psychiatrie contemporaine constate que pour certaines personnes c'est tout simplement impossible : leur conscience est impuissante à changer leur état émotif, la connaissance n'a pas d'effet sur leur détresse.

    Que ferais-tu avec quelqu'un pour qui la connaissance ne produit pas de changement dans l'humeur ?
     

  12. kinette

    Date d'inscription
    janvier 2003
    Localisation
    Centrale!
    Messages
    16 270

    Re : Les antidépresseurs

    Quelqu'un qui te quittes c'est juste quelqu'un qui n'est plus là. Point.
    Tu en as beaucoup des âneries de ce genre à sortir? Un attentat terroriste, ben c'est juste quelques personnes réduites en miette... Une mamie qui meurt du tétanos, toute recroquevillée et avec un horrible rictus, bof, c'est juste l'effet d'une toxine, et après?
    Enfin bon, après tout, un huluberlu qui écrit sur un forum que l'émotion n'est rien, c'est peut-être juste un troll, ou un robot...

    Tiens je comprends pas trop un truc: si tu n'as pas d'émotions, pourquoi t'emmerdes-tu à participer à un forum de discussion sur un sujet qui est justement l'émotion? Intérêt "logique et administratif"?

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.
     

  13. vero0oo

    Date d'inscription
    janvier 2005
    Âge
    32
    Messages
    174

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par Dordon
    Je suis du même avis que toi Rhedae. Par definition un anti-dépresseur c'est un médicament, la plupart des gens qui font une "dépression" ne sont pas des gens malades et on leur prescrit a tort des pillules non adaptées. Ces médicaments ne devrait être prescris qu'à des dépressifs chroniques (dans ce cas ça révelerait un état pathologique réel) en complement d'un suivi psychologique.
    Si je me souviens bien, toute personne dans un état dépressif pendant au moins 2 semaines est considérée en dépression... (c'est juste, pour la durée?).
    Quand j'ai appris ça, je me suis dit que tout le monde fait une dépression au moins une fois dans sa vie, non? Dans ce cas, pas étonnant que les consommations d'antidépresseurs (et d'autres psychotropes) soient ce qu'elles sont...
     

  14. Arkor

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    667

    Re : Les antidépresseurs

    Citation Envoyé par kinette
    Tu en as beaucoup des âneries de ce genre à sortir? Un attentat terroriste, ben c'est juste quelques personnes réduites en miette... Une mamie qui meurt du tétanos, toute recroquevillée et avec un horrible rictus, bof, c'est juste l'effet d'une toxine, et après?
    Enfin bon, après tout, un huluberlu qui écrit sur un forum que l'émotion n'est rien, c'est peut-être juste un troll, ou un robot...

    Tiens je comprends pas trop un truc: si tu n'as pas d'émotions, pourquoi t'emmerdes-tu à participer à un forum de discussion sur un sujet qui est justement l'émotion? Intérêt "logique et administratif"?

    K.
    Pourquoi Anakin est devenu Dark vador si ce n'est en raison de son attachement excessif à Padmé et à sa mère?
    "The fear of the lost his the pathway to the dark side! "
    Paroles du sage yoda.
    "Tu dois apprendre à envisager la perte de tout ce à quoi tu es attaché" continue t-il.

    Vous allez me dire que Star Wars est une mauvaise référence? Je ne pense pas. Et la philosophie taoïste confirme ce que je dit.
    D'autres part, et c'est encore une conviction personnelle, mais exposer ses problèmes personnels expose au danger: aux gens qui vous jugent, veulent gérer votre vie à votre place, vous exploitent... Etc...Vous devenez vulnérable, si vous l'ouvrez. Les meilleurs amis ne sont pas forcément ceux que l'on croit. Et parfois on gagne beaucoup à ne rien faire.
    Je terminerai la dessus: ne pas savoir contenir ses émotions et le propre des enfants. Geindre, aussi.
    Je ne prone pas le fait de purger ses émotions positives (peut être les contrôler tout du moins), mais de contenir les négatives.
    Réfléchissez, réflechissez. Cela peut vous paraître abrupte, mais ai je si tort que cela?
    Dernière modification par Arkor ; 20/10/2005 à 18h45.
     

  15. tigli

    Date d'inscription
    août 2005
    Messages
    81

    Re : Les antidépresseurs

    bonsoir,
    je suis triste de constater qu'une personne en 2005 puisse penser que les hopitaux psychiatriques soient des poubelles.
    je suis atteint d'une psychose atypique (j'ai deja ete hospitalisé donc je suis un rebut selon vous) ;
    j'ai besoin de neuroleptiques quotidiennement pour ne pas etre la proie d'hallucinations et de délires horribles (la volonté ne fait rien a l'affaire)
    j'ai besoin d'antidepresseurs quotidiennement pour ne pas etre dans un etat catatonique
    (la volonté ne fait rien a l'affaire)
    j'ai besoin d'anxiolytique quotidiennement pour ne plus connaitre d'attaque de panique et de raptus anxieux (la volonté ne fait rien a l'affaire)
    tous les jours je lutte contre cette maladie et la, c'est ma volonté .
    juger de la depression comme vous le faites arkor, me revolte ....comme si le controle volontaire des emotions avait a voir avec un dysfonctionnement cérébral...
    voila ce que j'en pense
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. antidépresseurs ?!
    Par zendub dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 23
    Dernier message: 20/09/2007, 00h18
  2. Réponses: 19
    Dernier message: 26/02/2005, 11h48