Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 6 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 16 à 30 sur 84

Corrélation Sievert et Becquerel

  1. calculair

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    9 766

    Re : corrélation Sievert et becquerels

    Pour fixer les idées, une dose supérieure à 100 mSv fixe un seuil ou les risques de cancer commence à être mesurable. ( risque supplémentaire du à la radio activité )

    Il s'agit d'un risque et non d'une certitude.


    Citation Envoyé par becquerel sievert Voir le message
    Bonjour Calculair,

    C'est justement le type de document que vous adressez qui inquiète l'ignorant que je suis en radioactivité.

    En effet, si le texte de l'IRSN dit qu'avec un débit de dose de 114 nanosievert par heure (nSv/h) on atteint la limite d’exposition du public qui est de 1 millisievert par an (mSv/an) en dehors des expositions médicales et naturelles, alors forcément, le chiffre de 1.52 microsievert/h soit 1 520 nanosievert/heure calculé par Kloug pour un village du sud est français me fait peur ! Néanmoins, je pense avoir compris en lisant l'explication de Catmandou qu'il s'agit d'une exposition à la source (donc au niveau du sol) et que quelques centimètres au dessus du sol, ce chiffre a déjà considérablement diminué. J'espère pour ma fille de 6 ans que c'est bien ça !

    De même, quand l'IRSN écrit "A partir de 10 mSv, on préconise une mise à l’abri des populations", en l'absence de durée précisée, je suppose qu'il s'agit d'une dose unique reçue en une fois et non étalée sur une année. Non ? D'ailleurs, Catmandou indique dans sa réponse à mon interrogation que dans certaines régions habitées du globe, les doses annuelles sont bien plus fortes que cela.

    En plus, j'ai du mal à comprendre que la règlementation fixe une limite à 1 millisievert/an alors que dans certains pays listés par Catmandou, les gens vivent à des niveaux de plus de 50mS/an, et dans votre document il est écrit "Pour un niveau inférieur à 100 mSv, aucun effet à long terme sur la santé n’a été démontré" (je suppose que c'est par an). Qu'il y ait un principe de précaution, je comprends. Mais là, la marge de 1 à 100 est énorme. Entre l'hormèse et ceux qui disent qu'il n'y a pas de plafond ou seuil d'innocuité en radioactivité, il est difficile pour nous, les non-spécialistes d'y voir clair.

    Heureusement que des forums comme celui ci existent pour éclairer ma lanterne...

    -----

    En science " Toute proposition est approximativement vraie " ( Pascal Engel)
     


    • Publicité



  2. invite07941352

    Date d'inscription
    avril 2012
    Messages
    7 783

    Re : corrélation Sievert et becquerels

    Re,
    Oui, vous avez parfaitement compris : le principe de précaution est maximum .

    Que peut signifier la limite de dose incidentelle de 1 mSv/an pour une personne du public qui vit en Bretagne et qui subit une irradiation naturelle de 5 mSv/an ?

    Transposons dans un exemple de la vie de tous les jours :
    On connaît parfaitement ce qui risque d'arriver à une personne qui fume 2 paquets de cigarettes par jour ...
    Oui , mais pour une personne qui fume une cigarette par semaine ???
    A partir de quelle dose , la cigarette est elle dangereuse ???

    Une autre valeur pour faire votre propre opinion :
    Les agents classés pour travaux dans le nucléaire " ont droit " à 20 mSv/an pendant leur carrière , par exemple , 40 ans.
    Est ce à dire qu'ils tombent morts le jour de leur retraite ? Non ... heureusement !!!
    "Un état bien dangereux : croire comprendre "
     

  3. calculair

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    9 766

    Re : corrélation Sievert et becquerels

    Bonjour,

    Je ne connais pas de statistique concernant les professionnels qui subissent 20 m Sv / an et qui ne fument pas ....

    Il semble cependant qu'il existe quelques cas de cancer, mais je ne me prononce pas sur le niveau d'augmentation du risque..

    Une dose de 8000 m Sv n'est plus négligeaable....


    Citation Envoyé par catmandou Voir le message
    Re,
    Oui, vous avez parfaitement compris : le principe de précaution est maximum .

    Que peut signifier la limite de dose incidentelle de 1 mSv/an pour une personne du public qui vit en Bretagne et qui subit une irradiation naturelle de 5 mSv/an ?

    Transposons dans un exemple de la vie de tous les jours :
    On connaît parfaitement ce qui risque d'arriver à une personne qui fume 2 paquets de cigarettes par jour ...
    Oui , mais pour une personne qui fume une cigarette par semaine ???
    A partir de quelle dose , la cigarette est elle dangereuse ???

    Une autre valeur pour faire votre propre opinion :
    Les agents classés pour travaux dans le nucléaire " ont droit " à 20 mSv/an pendant leur carrière , par exemple , 40 ans.
    Est ce à dire qu'ils tombent morts le jour de leur retraite ? Non ... heureusement !!!
    En science " Toute proposition est approximativement vraie " ( Pascal Engel)
     

  4. invite07941352

    Date d'inscription
    avril 2012
    Messages
    7 783

    Re : corrélation Sievert et becquerels

    Re , Calculair ,
    Je te laisse la responsabilité de tes dires ...
    Je n'utilise que des valeurs reconnues ou des normes dans mes développements sur ce sujet .
    " 8000 mSv n'est plus négligeable ... " , Par rapport à quoi ???
    "Un état bien dangereux : croire comprendre "
     

  5. Gilgamesh

    Date d'inscription
    janvier 2003
    Localisation
    Tyumen
    Âge
    47
    Messages
    12 321

    Re : corrélation Sievert et becquerels

    Citation Envoyé par becquerel sievert Voir le message

    En plus, j'ai du mal à comprendre que la règlementation fixe une limite à 1 millisievert/an alors que dans certains pays listés par Catmandou, les gens vivent à des niveaux de plus de 50mS/an, et dans votre document il est écrit "Pour un niveau inférieur à 100 mSv, aucun effet à long terme sur la santé n’a été démontré" (je suppose que c'est par an). Qu'il y ait un principe de précaution, je comprends. Mais là, la marge de 1 à 100 est énorme. Entre l'hormèse et ceux qui disent qu'il n'y a pas de plafond ou seuil d'innocuité en radioactivité, il est difficile pour nous, les non-spécialistes d'y voir clair.
    C'est un point important à saisir. Dans tous les domaines les normes sanitaires sont calculées très large de manière à garantir la santé publique avec une grosse marge de sécurité. Par exemple pour un molécule donnée, pour calculer la dose journalière admissible (DJA) on va prendre la DSE (dose sans effet = dose maximale sans effet toxique observable sur un échantillon normalisé de rongeurs de labo) puis diviser par 100 (non cancérigène), voire 1000 (si le composé est cancérigène) pour avoir la DJA. Ce qui fait que dépasser la norme d'un facteur aussi grand que 10 par exemple est encore loin de faire rentrer dans la zone de danger.

    Concernant les radiations ionisantes, la norme de santé publique consiste à considérer fictivement que les radiations peuvent avoir un effet au premier millisievert. En terme technique on va dire qu'on applique la Relation Linéaire Sans Seuil, cad qu'on compte P=0,05D quelque soit D et non pour D>100 mSv. Et de manière générale on va appliquer la doctrine ALARA (as low as (is) reasonably achievable) cad que s'il est possible, sans que ça ça représente un délire techniquement parlant, d'approcher de zéro, alors il faut le faire, ça devient la norme, même si le seuil de danger est situé des ordres de grandeur au dessus. Pour un centrale nucléaire par exemple il est relativement facile d'imposer à l'exploitant une étanchéité quasiment absolue de toute ses installation de sorte que le moindre rejet sera considéré comme une anomalie, même si ça n'augmente la radioactivité ambiante que d'un millisievert. Comme il faut quand même fixer une valeur non nulle sous peine de rendre la consigne inapplicable, on va la fixer à 1 ou 5 mSv/an la tolérance de rejet dans l'environnement, et elle ne sera jamais atteinte pour une centrale en bon état.

    Le point à bien saisir, c'est que les normes sont destinées à l'exploitant, à la base. Ce sont des contraintes de production qu'on lui impose et le dépassement de la norme n'est pas un signal de danger mais d'alarme : quelque chose dans ton process déconne, y'a un joint qui fuit, une procédure mal appliquée, quelque chose de non conforme et il faut le corriger. C'est quelque chose de conceptuellement différent du principe de précaution. Il s'agit avant tout de s'assurer qu'il n'y a pas d'anomalie. Si on prend par exemple la norme des 21 jours pour les produits frais dans le commerce de détail, le dépassement de ce seuil ne signifie pas, à l'évidence, que le 22e jour le yaourt devient toxique pour le consommateur. Ça signifie que si un yaourt >21 j se trouve dans les rayons, le distributeur ne gère pas bien son stock, et il va donc y'avoir un trait rouge dans la marge en cas d'inspection.

    Donc tout ça est très sain et rationnellement pensé, mais il y a quand même des effets pervers possible en cas le dépassement de la norme. Par leur côté automatique, les contre-mesures peuvent très bien induire des effets supérieurs au dépassement de la norme, qui a moins d'être très sévère, est généralement sans effet pour personne. Je ne parviens pas à retrouver la référence, mais j'avais lu ça dans La Recherche, je crois. Il y avait eu un dépassement du taux de sulfate dans l'eau courante distribué dans un département de l'Est de la France. La préfecture a donc interdit sa consommation et ordonné son remplacement par de l'eau en bouteille. Problème : celle ci provenait d'une source naturellement minéralisée contenant un taux de sulfate très largement supérieure à l'eau incriminée (et encore bien loin de la zone de danger bien évidemment, mais ça donne simplement une idée du degré d'absurdité auquel on aboutit quand le dépassement de la norme est conçue comme synonyme de danger).
    Parcours Etranges
     


    • Publicité



  6. pepejy

    Date d'inscription
    octobre 2008
    Localisation
    dourdan
    Âge
    49
    Messages
    756

    Re : corrélation Sievert et becquerels

    Bonsoir,

    Citation Envoyé par becquerel sievert Voir le message
    Bonjour Calculair,

    C'est justement le type de document que vous adressez qui inquiète l'ignorant que je suis en radioactivité.

    En effet, si le texte de l'IRSN dit qu'avec un débit de dose de 114 nanosievert par heure (nSv/h) on atteint la limite d’exposition du public qui est de 1 millisievert par an (mSv/an) en dehors des expositions médicales et naturelles, alors forcément, le chiffre de 1.52 microsievert/h soit 1 520 nanosievert/heure calculé par Kloug pour un village du sud est français me fait peur
    Rassurez-vous, il s'agit d'un très faible débit de dose et encore au contact . A 1 m, vous devez le diviser par 10000. Comme il n'apparait pas de façon évidente dans les document. Le 1 mSv est une valeur limite réglementaire (ce n'est pas une limite d'apparition d'effets). De plus, cette valeur s'ajoute au bruit de fond radiologique.

    Néanmoins, je pense avoir compris en lisant l'explication de Catmandou qu'il s'agit d'une exposition à la source (donc au niveau du sol) et que quelques centimètres au dessus du sol, ce chiffre a déjà considérablement diminué. J'espère pour ma fille de 6 ans que c'est bien ça !
    Les valeurs réglementaire s'entendent corps entier ici. Non votre fille ne risque rien.


    De même, quand l'IRSN écrit "A partir de 10 mSv, on préconise une mise à l’abri des populations", en l'absence de durée précisée, je suppose qu'il s'agit d'une dose unique reçue en une fois et non étalée sur une année. Non ? D'ailleurs, Catmandou indique dans sa réponse à mon interrogation que dans certaines régions habitées du globe, les doses annuelles sont bien plus fortes que cela.
    Il s'agit de mesures prises en cas de situation accidentelles. J'interviens assez régulièrement en zone radioactive pour ne pas être inquiets de ces valeurs. A titre d'exemple un scanner corps entier à l’hôpital correspond à environ 20mSv (de mémoire). Un travailleur peut recevoir sur 12 mois glissant 20mSv Maimum en plus du naturel et du médical.

    En plus, j'ai du mal à comprendre que la règlementation fixe une limite à 1 millisievert/an alors que dans certains pays listés par Catmandou, les gens vivent à des niveaux de plus de 50mS/an, et dans votre document il est écrit "Pour un niveau inférieur à 100 mSv, aucun effet à long terme sur la santé n’a été démontré" (je suppose que c'est par an). Qu'il y ait un principe de précaution, je comprends. Mais là, la marge de 1 à 100 est énorme. Entre l'hormèse et ceux qui disent qu'il n'y a pas de plafond ou seuil d'innocuité en radioactivité, il est difficile pour nous, les non-spécialistes d'y voir clair.
    Je vous l'ai dit le 1 mSv est un seuil en plus du médical et du naturel (un peu comme les limitations de vitesse). la relation linéaire sans seuil utilisé en radioprotection n'est pas un modèle. Elle permet simplement de fixer des valeurs avec des marges de sécurité. Il semblerait néanmoins qu'il n'y ait pas d'effet avant un seuil entre 100 et 200 mSv (voir les travaux de Nicolas Foray.

    Cordialement

    PS : Salutation à Catmandou

    PPJ
    Dernière modification par catmandou ; 05/02/2017 à 06h40. Motif: oubli formule de politesse, correction unité
    be seeing you, number 6!
     

  7. pepejy

    Date d'inscription
    octobre 2008
    Localisation
    dourdan
    Âge
    49
    Messages
    756

    Re : corrélation Sievert et becquerels

    Bonsoir,


    Citation Envoyé par calculair Voir le message

    Une dose de 8000 m Sv n'est plus négligeaable....
    Valeur un peu violente. je suppose que tu voulais dire 800mSv. Grosso modo l'objectif de dose pour les professionnels est de ne pas cumuler plus de 1 Sv supplémentaire au cours de leur carrière. La directive Euratom (j'i oublié le numéro) ne donne pas une dose annuel (12 mois glissant pour les professionnels), mais une limite de 100 mSv sur 5 ans avec un max de 50mSv sur une année. En france on ne s'est pas embêté, 100/5= 20 mSv. Pour les justification je renvoie à l'explication de Gilgamesh qui est largement suffisante. Euh sinon pas plus de cancer chez les travailleurs du nucléaire qu'ailleurs. Voir moins car on est plus surveillé (enfin encore un peu).

    PPJ
    Dernière modification par Gilgamesh ; 05/03/2017 à 07h52.
    be seeing you, number 6!
     

  8. invite07941352

    Date d'inscription
    avril 2012
    Messages
    7 783

    Re : corrélation Sievert et becquerels

    Citation Envoyé par pepejy Voir le message


    sinon pas plus de cancer chez les travailleurs du nucléaire qu'ailleurs. Voir moins car on est plus surveillé (enfin encore un peu).

    PPJ
    Salut PPJ ,

    Oui, A cause de la surveillance médicale et aussi au tri médical qui résulte de la visite médicale élargie pour le classement en " travailleur du nucléaire " .
    Tout le monde ne peut pas être classé " travailleur du nucléaire " par une simple signature au bas d'un papier ...

    Dans les années 70 -80 , les syndicats d'un organisme d'état ( facile à deviner ...) , s'étaient mis en tête de faire leur propres statistiques sur le sujet avec la coopération totale des services médicaux .
    Les médecins du travail leur avaient expliqué qu'ils allaient trouver des résultats inverses de ce qu'ils voulaient prouver !
    Et effectivement , c'est ce qui est arrivé , et leur enquête est tombée à l'eau ...
    "Un état bien dangereux : croire comprendre "
     

  9. calculair

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    9 766

    Re : corrélation Sievert et becquerels

    Bonjour,

    Les 8000 mSv étaient en réponse à catmandou : ( voici son texte Post N°17 )
    " Une autre valeur pour faire votre propre opinion :
    Les agents classés pour travaux dans le nucléaire " ont droit " à 20 mSv/an pendant leur carrière , par exemple , 40 ans.
    Est ce à dire qu'ils tombent morts le jour de leur retraite ? Non ... heureusement !!!"

    40 ans x 20 m Sv /an = 800 m Sv

    En effet tu as raison c'était violent...... mais c'est une dose qui commence à être significative.

    D'apres les chiffres que l'on peut lire, a ce niveau on sort du bruit et on doit commencer à détecter des effets; ( Mais je ne suis pas spécialiste de radioprotection, une interprétation des données disponibles)





    Citation Envoyé par pepejy Voir le message
    Bonsoir,


    QUOTE=calculair;5813544]

    Une dose de 8000 m Sv n'est plus négligeaable....
    Valeur un peu violente. je suppose que tu voulais dire 800mSv. Grosso modo l'objectif de dose pour les professionnels est de ne pas cumuler plus de 1 Sv supplémentaire au cours de leur carrière. La directive Euratom (j'i oublié le numéro) ne donne pas une dose annuel (12 mois glissant pour les professionnels), mais une limite de 100 mSv sur 5 ans avec un max de 50mSv sur une année. En france on ne s'est pas embêté, 100/5= 20 mSv. Pour les justification je renvoie à l'explication de Gilgamesh qui est largement suffisante. Euh sinon pas plus de cancer chez les travailleurs du nucléaire qu'ailleurs. Voir moins car on est plus surveillé (enfin encore un peu).

    PPJ[/QUOTE]
    En science " Toute proposition est approximativement vraie " ( Pascal Engel)
     

  10. KLOUG

    Date d'inscription
    mars 2008
    Localisation
    Fontenay aux Roses
    Âge
    59
    Messages
    1 306

    Re : corrélation Sievert et becquerels

    Bonjour à tous
    Mention spéciale à Catmandou et PPJ
    L'effet distance, vous l'avez compris au travers des illustrations données, est effectivement important sur un sol qui a été contaminé.
    Maintenant l'exposition naturelle varie de manière parfois forte sur la planète jusqu'à 20 à 70 mSv en Inde et en Iran.
    Vous l'avez aussi compris, nous fixons des valeurs réglementaires très en dessous du seuil d'apparition des effets de manière à les maîtriser.
    Donc aucun souci concernant votre lieu d’habitation.
    Alors maintenant reste la fameuse phrase liée à la relation linéaire sans seuil : la moindre dose peut provoquer l'effet.

    Quelques éléments sur des personnes exposées
    Concernant les travailleurs du nucléaire les résultats de l’étude INWORKS publiés le 21 octobre 2015 sur le site web de la revue « British Medical Journal » concernent le risque de décès par cancer autre que leucémie (Richardon et al., BMJ 2015).
    Les 308 297 travailleurs inclus dans l’étude INWORKS ont fait l’objet d’un suivi épidémiologique en moyenne pendant 27 ans.
    Plus de 94 % des individus de cette cohorte ont cumulé moins de 100 mSv.
    Parmi les 6 % d’individus dont la dose cumulée a dépassé 100 mSv, 75 % ont été embauchés avant les années 1970 et leur dose cumulée moyenne est de 223 mSv.
    Au total, plus de 66 600 décès ont été enregistrés dans la cohorte, dont 19 064 par cancer autre que leucémie.


    On considère aujourd'hui qu'il y a une très légère augmentation du risque cancer chez cette population (attention cancer n'est pas égal à décès de manière automatique), on va dire 1 % sachant que la fréquence d'apparition dans la population française est d'environ 30 % et que le cancer du poumon du au tabac ! tue chaque année au moins 60 000 à 70 000 personnes (Catmandou parlait de la cigarette, voici quelques chiffres).
    Il se trouve d'ailleurs que les travailleurs du nucléaire bénéficie d'une surveillance médicale renforcée, bien plus importante que n'importe quel salarié, sans parler de certaines professions qui ne voit JAMAIS aucun médecin du travail au cours de leur carrière.

    Autres éléments : les professionnels du domaine médical et notamment la chirurgie interventionnelle. On a constaté vu le peu de précaution que certains praticiens prenaient que certains avaient des cataractes du à l'exposition aux rayons X. Les législateurs ont donc décidé de diminuer fortement la limite en passant de 150 mSv à 20 mSv pour les yeux (cristallin).

    Enfin notre spationaute Thomas PESQUET reçoit 1 mSv tous les jours sur la station spatiale internationale.

    A bientôt
    kloug
    Suivre la voie et les voix de la Volte
     

  11. calculair

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    9 766

    Re : Corrélation Sievert et becquerels

    bonjour Kloug,

    Comme il n'y a pas de seuil précis sur les petites doses dites dangereuses, peut on dire que, comme je l'ai écrit
    que le seuil de détection d'anomalie pour la santé ce situe au dessus des 100 mSv

    Pour des doses de l'ordre de 400m Sv +/- 100mSv on peut dire avec certitude qu'il y a un risque accrue mesurable ( Risque ne signifie pas certitude évidemment )


    Merci de préciser les choses clairement dans la mesure du possible.


    Par ailleurs en radiothérapie les patients reçoivent des doses localées exytêmement importantes. Quid des risques ?
    En science " Toute proposition est approximativement vraie " ( Pascal Engel)
     

  12. KLOUG

    Date d'inscription
    mars 2008
    Localisation
    Fontenay aux Roses
    Âge
    59
    Messages
    1 306

    Re : Corrélation Sievert et becquerels

    Bonjour
    On considère aujourd'hui que nous n'observons pas d'effets de quelque nature que ce soit en dessous de 100 mSv (même cumulé sur plusieurs années).
    On peut donc dire que la détection de possibles anomalies pour la santé se situe au dessus des 200 mSv pour des effets somatiques (type cancer par exemple).
    Précisons aussi que PERSONNE n'est égal devant ce type de risque. Nous avons tous une radiosensibilité différente (un peu comme le "coup de soleil" sur la plage). il y a des personnes très radiosensibles et d'autres beaucoup moins.

    On peut dire qu'à partir d'une exposition de 500 mSv on rentre dans le domaine des fortes doses pour une exposition de l'organisme dans son ENTIER, une exposition globale. On a même identifié des effets déterministes (à coup sûr avec un seuil) sur certains organes à 300 mSv.
    Attention et comme tu le dis entre les lignes : effet ne signifie pas décès.
    Thomas Pesquet qui va rester 6 mois dans l'ISS va recevoir environ 200 mSv à l'organisme entier.
    Mais certains astronautes (qui ne sont pas restés très longtemps dans l'espace) comme John Glenn mort à 94 ans, n'ont pas eu d'effets du aux rayonnements.
    Le record est détenu par un russe resté 16 mois sur MIR.

    Et pour continuer sur le sujet de la radiothérapie que tu évoques les patients reçoivent des doses locales extrêmement importantes.
    On peut délivrer un équivalent de 80 grays (80 sievert pour faire une comparaison simplifiée) sur un volume tumoral réduit (pas l'organisme dans son entier). Les radiophysiciens sont d'ailleurs chargés de changer régulièrement les angles d'entrée du faisceau pour éviter que ce soit les mêmes tissus sains qui soient exposés.
    Donc on peut monter plus haut mais sur un beaucoup plus petit volume.

    Ceci dit en France nous ne sommes pas très performants car nous ne suivons pas très bien les patients traités en radiothérapie pour voir si des années après ils déclarent un cancer secondaire (probablement dû à leur premier traitement).

    A bientôt
    Kloug
    Suivre la voie et les voix de la Volte
     

  13. calculair

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    9 766

    Re : Corrélation Sievert et becquerels

    Je te remercie pour cette réponse très claire..

    Bien Cordialement


    Citation Envoyé par KLOUG Voir le message
    Bonjour
    On considère aujourd'hui que nous n'observons pas d'effets de quelque nature que ce soit en dessous de 100 mSv (même cumulé sur plusieurs années).
    On peut donc dire que la détection de possibles anomalies pour la santé se situe au dessus des 200 mSv pour des effets somatiques (type cancer par exemple).
    Précisons aussi que PERSONNE n'est égal devant ce type de risque. Nous avons tous une radiosensibilité différente (un peu comme le "coup de soleil" sur la plage). il y a des personnes très radiosensibles et d'autres beaucoup moins.

    On peut dire qu'à partir d'une exposition de 500 mSv on rentre dans le domaine des fortes doses pour une exposition de l'organisme dans son ENTIER, une exposition globale. On a même identifié des effets déterministes (à coup sûr avec un seuil) sur certains organes à 300 mSv.
    Attention et comme tu le dis entre les lignes : effet ne signifie pas décès.
    Thomas Pesquet qui va rester 6 mois dans l'ISS va recevoir environ 200 mSv à l'organisme entier.
    Mais certains astronautes (qui ne sont pas restés très longtemps dans l'espace) comme John Glenn mort à 94 ans, n'ont pas eu d'effets du aux rayonnements.
    Le record est détenu par un russe resté 16 mois sur MIR.

    Et pour continuer sur le sujet de la radiothérapie que tu évoques les patients reçoivent des doses locales extrêmement importantes.
    On peut délivrer un équivalent de 80 grays (80 sievert pour faire une comparaison simplifiée) sur un volume tumoral réduit (pas l'organisme dans son entier). Les radiophysiciens sont d'ailleurs chargés de changer régulièrement les angles d'entrée du faisceau pour éviter que ce soit les mêmes tissus sains qui soient exposés.
    Donc on peut monter plus haut mais sur un beaucoup plus petit volume.

    Ceci dit en France nous ne sommes pas très performants car nous ne suivons pas très bien les patients traités en radiothérapie pour voir si des années après ils déclarent un cancer secondaire (probablement dû à leur premier traitement).

    A bientôt
    Kloug
    En science " Toute proposition est approximativement vraie " ( Pascal Engel)
     

  14. FC05

    Date d'inscription
    janvier 2005
    Messages
    3 670

    Re : Corrélation Sievert et becquerels

    Citation Envoyé par calculair Voir le message
    Par ailleurs en radiothérapie les patients reçoivent des doses localées exytêmement importantes. Quid des risques ?
    C'est une histoire de bénéfice/risque ...

    D'ailleurs il arrive "assez souvent" que les patients rechutent de leur cancer avant d'avoir eu matériellement le temps d'en développer un dû à leur irradiation ...
    "La réalité c'est ce qui reste quand on refuse d'y croire" P.K. Dick
     

  15. becquerel sievert

    Date d'inscription
    février 2017
    Messages
    20

    Re : Corrélation Sievert et becquerels

    Bonsoir,
    Merci à tous. Je commence à comprendre. Juste deux précisions SVP:

    Quand PPJ, vous écrivez:
    "Je vous l'ai dit le 1 mSv est un seuil en plus du médical et du naturel [...]. Il semblerait néanmoins qu'il n'y ait pas d'effet avant un seuil entre 100 et 200 µSv (voir les travaux de Nicolas Foray)."

    Je suppose qu' "entre 100 et 200", vous parlez de millisivert et pas de microsievert ?

    Quand Kloug et d'autres d'ailleurs, vous parlez, pour d'éventuels effets, du seuil des 100 mSv, c'est par an ?

    Encore merci. Vous lire est très intéressant.
     


    • Publicité





 

Discussions similaires

  1. Becquerel-Curie
    Par Sokratoss dans le forum Physique
    Réponses: 6
    Dernier message: 18/09/2014, 12h41
  2. Radioactivité : Le Becquerel par an?
    Par stevie-g dans le forum Physique
    Réponses: 6
    Dernier message: 18/01/2013, 16h52
  3. Gray et Sievert
    Par Shakyra dans le forum Physique
    Réponses: 5
    Dernier message: 01/12/2012, 20h25
  4. Définition du Sievert
    Par Samouytski dans le forum Physique
    Réponses: 1
    Dernier message: 13/03/2009, 18h32
  5. Mesure en Sievert
    Par martoni dans le forum Physique
    Réponses: 4
    Dernier message: 24/06/2008, 22h18