Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 9 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 16 à 30 sur 122

Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

  1. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par LPFR Voir le message
    Bonjour et bienvenu au forum.
    Quoi que vous fassiez, en respectant les théories (et l’expérience) actuelles, vous ne pourrez communiquer par des ondes électromagnétiques plus vite que la vitesse de la lumière. Relativité ou pas.

    Il faut faire une grosse entorse à la physique connue. Et il faut que cette entorse ne soit pas trop gênante. Genre « épice » pour voyager plus vite que la lumière (Dune), trou de ver, porte des étoiles, ou « gap » (The gap cycle. Si vous pouvez inventer un autre moyen non ridicule, tant mieux.
    Les entorses aux lois de la physique ne sont pas gênantes si l’ensemble est auto-consistant. Mais il ne faut pas donner des fausses explications.

    Et je suis d’accord que le 23 siècle c’est trop tôt, à moins d’une « découverte » comme le « gap ».
    Et il vous faut une source d’énergie « inépuisable » comme des réacteurs surrégenerateurs qui alimentent une propulsion ionique.
    Au revoir.
    bonjour et merci pour votre accueil.

    par contre, si vous relisez mes deux posts, vous verrez qu'en aucun cas je ne dépasse la vitesse de la lumière pour communiquer ou pour voyager.

    Je prends la vitesse de la lumière pour les communications par ondes radios ou laser.
    Et "mes" vaisseaux ne dépassent pas 10 et 20% de c pour respectivement les vaisseaux humains et extraterrestre, ce qui paraît possible.
    Le milieu du 23 eme siècle me parait bien pour ce type de technologie.

    Les moteurs humains, dans l'histoire, fonctionnent avec des centrales à fusion nucléaires qui peuvent encore passer pour de la SF aujourd'hui mais paraissent possibles.
    D'autant plus que certains des vaisseaux colonies immenses (j'y reviendrais car j'ai des questions là dessus) naviguent depuis 6 générations et on donc eu le temps d'accélérer jusqu'à cette vitesse de 10%.

    Mais les deux vaisseaux A et B mentionnés plus haut sont de plus petite taille et naviguent non loin de ces vaisseaux colonies.

    -----

    Dernière modification par Thierry310 ; 28/11/2017 à 15h01.
     


    • Publicité



  2. Zefram Cochrane

    Date d'inscription
    janvier 2011
    Messages
    4 301

    Re : PROBLÈME N°1 : temps de communication entre deux vaisseaux

    Si Vous voulez être précis, dans le sens pas faire de faute mettant en l'air votre scénario, il faut faire des calculs sur tableur tout en essayant de simplifier le schmilblick. 1s.l c'est 300 000kms. si vous cherchez à le temps mis pour atteindre une vitesse de 0.1c là passer en m/s est utile car pour g=10m/s² c'est T= 3 000 000s car V=g*T. et donc la distance parcourue en s.l
    est X= g*T²/2/(300 000 000) en s.l
    Je vous conseille d'écrire en s.l et de vous faire un programme sur tableur.
    On the influence of gravitation on the propagation of light.
     

  3. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Re : PROBLÈME N°1 : temps de communication entre deux vaisseaux

    d'accord, là, quand vous me dites "1s.l c'est 300 000kms", je comprends mieux.
    J'étais déjà bloqué là-dessus.
    Je regarde si je comprends la suite car pas évident à lire pour moi
     

  4. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    je ne comprends pas trop car vous mettez tout à la suite sans me dire à quoi correspondent vos g, T et autres X.

    J'ai besoin de savoir à quoi correspondent ces symboles et pourquoi on fait tel ou tel calcul, un par un.
    Etape par étape.
    Désolé
     

  5. Zefram Cochrane

    Date d'inscription
    janvier 2011
    Messages
    4 301

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    je ne comprends pas trop car vous mettez tout à la suite sans me dire à quoi correspondent vos g, T et autres X.

    J'ai besoin de savoir à quoi correspondent ces symboles et pourquoi on fait tel ou tel calcul, un par un.
    Etape par étape.
    Désolé
    g accélération.
    T temps
    X distance
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Cin%C3%A9matique
    je vous conseille la lecture du MRU et MRUA et de diviser les distances par 300 000 000m
    Dernière modification par Zefram Cochrane ; 28/11/2017 à 15h25.
    On the influence of gravitation on the propagation of light.
     


    • Publicité



  6. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    d'accord, merci.
    Je vais me pencher là-dessus
     

  7. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Question Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    bonjour
    me revoilà avec un certains nombres de questions

    Problèmes 2 : quelques questions sur les limites du vol spatial :

    2a) problème de propulsion :
    une fois l’accélération initiale terminée, un vaisseau peut-il voler sans source d’énergie continue ou doit-il toujours utiliser un propulseur en continu ?
    - en dehors de toute interférence gravitationnelle de type planète
    - quelle que soit sa masse, de quelques de tonnes pour les plus petits à plusieurs milliards de tonnes pour les plus gros (les plus gros dans mon histoire dépassent les 8kms de long pour plus de 1 km de diamètre)

    A priori, pourrait-il s’avérer nécessaire de réveiller les moteurs quelques fois par an durant quelques heures pour récupérer les infimes pertes de vitesses dues à je ne sais quoi ?

    2b) problème de positionnements entre deux vaisseaux :
    imaginons dans un vaisseau colonie de 8 kms de long sur 1154 mètres de diamètre tournant sur lui-même pour assurer une gravité sur une bonne partie des niveaux près de la coque.

    Au milieu, là où normalement il n’y a pas de gravité, des salles d’entraînement aux sorties en combinaison spatiale et au pilotage de petites navettes de quelques tonnes.

    Est-ce que si on laisse une de ces navettes futuristes immobile au milieu d’une de ces salles, elle va finir par reculer dans la salle et vers l’un des côtés compte tenu de l’avancée et de la rotation du vaisseau ?
    En quoi les différences de masses des deux engins (de quelques tonnes à plusieurs milliards de tonnes) peuvent-elles jouer sur un éventuel phénomène de translations sur ces deux axes?

    Autre problème lié :
    Je ne trouve pas de formule pour calculer la gravité sur le rayon du vaisseau colonie pour déterminer exactement jusqu’à quelle altitude les 1 g s’appliquent et déterminer la pesanteur selon les niveaux.
    Afin d’adapter mon récit selon les étages où on se trouve dans le vaisseau.

    2c) problème de résistance à l’accélération :
    après de nombreuses recherches, je n’ai pas trouvé de réponse sur des accélérations dites horizontales (style une personne debout dans un train qui accélère) sur plusieurs mois et années auxquelles l’Homme pourrait résister.

    A priori, il faudrait descendre sous les 0.1g (ce qui correspond à un train qui démarre ou freine normalement).

    Combien pourrais-je utiliser sur de telles périodes ?
    0.05g ?
    0.01g ?

    2d) calculer le temps nécessaire d’une accélération :
    Par ailleurs, je ne trouve pas de formule mathématiques pour que je puisse calculer le temps mis pour atteindre telle ou telle vitesse selon plusieurs types d’accélérations.

    Merci si vous pouvez m’aider
     

  8. phys4

    Date d'inscription
    mars 2009
    Localisation
    Ile de France
    Âge
    74
    Messages
    7 721

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Bonjour,
    Voici quelques éléments de réponses :
    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    2a) problème de propulsion :
    une fois l’accélération initiale terminée, un vaisseau peut-il voler sans source d’énergie continue ou doit-il toujours utiliser un propulseur en continu ?
    Dans l'espace l'accélération n'est indispensable que pour modifier sa vitesse, donc en dehors de ces périodes, il n'y a pas besoin de propulsion.
    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    A priori, pourrait-il s’avérer nécessaire de réveiller les moteurs quelques fois par an durant quelques heures pour récupérer les infimes pertes de vitesses dues à je ne sais quoi ?
    Pour de grandes vitesses, le freinage par le gaz interstellaire peut provoquer un certain freinage, qui serait facilement compensé par de courtes phases d'accélération, si nécessaire : le freinage ne ferait perdre qu'une petite partie de l'énergie acquise.

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    2b) problème de positionnements entre deux vaisseaux :
    imaginons dans un vaisseau colonie de 8 kms de long sur 1154 mètres de diamètre tournant sur lui-même pour assurer une gravité sur une bonne partie des niveaux près de la coque.

    Au milieu, là où normalement il n’y a pas de gravité, des salles d’entraînement aux sorties en combinaison spatiale et au pilotage de petites navettes de quelques tonnes.

    Est-ce que si on laisse une de ces navettes futuristes immobile au milieu d’une de ces salles, elle va finir par reculer dans la salle et vers l’un des côtés compte tenu de l’avancée et de la rotation du vaisseau ?
    Une navette disposée sur l'axe, n'a pas de raison de bouger, elle restera en apesanteur, aussi longtemps qu'elle sera sur l'axe, un petit écart la fera s'écarter lentement du centre jusqu'à rejoindre une paroi.
    L'effet de pesanteur artificielle est proportionnel au rayon, si vous avez 577 mètres de rayon sur la périphérie pour 1g, vous aurez 0,01 g à 7,7 m de l'axe, ce qui correspond à une rotation de 1 tour en 48 secondes.


    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    2c) problème de résistance à l’accélération :
    après de nombreuses recherches, je n’ai pas trouvé de réponse sur des accélérations dites horizontales (style une personne debout dans un train qui accélère) sur plusieurs mois et années auxquelles l’Homme pourrait résister.
    A priori, il faudrait descendre sous les 0.1g (ce qui correspond à un train qui démarre ou freine normalement).

    2d) calculer le temps nécessaire d’une accélération :
    Une accélération de 0,1g est tout à fait raisonnable, vous supportez beaucoup plus dans une voiture.
    Pour la durée d'accélération pour des vitesses relativistes il suffit d'appliquer

    ce qui donne en inversant
    Comprendre c'est être capable de faire.
     

  9. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    bonsoir
    merci beaucoup pour vos réponses.
    Je regarde tout ça ces jours-ci et je reviens vers vous si j'ai besoin de précisions
     

  10. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par phys4 Voir le message
    Une accélération de 0,1g est tout à fait raisonnable, vous supportez beaucoup plus dans une voiture.
    Pour la durée d'accélération pour des vitesses relativistes il suffit d'appliquer

    ce qui donne en inversant
    il faut pouvoir vivre dans les parties du vaisseau avec la pesanteur avec cette accélération latérale de 0.1g.
    Donc pouvoir marcher, rester debout, bref vivre... pendant des mois voire des années. Donc pas juste rester dans un fauteuil.

    Par contre, pour la formule, j'ai un peu de mal.
    Vous pouvez me dire à quoi correspondent chaque symboles ou un lien vers des explications sur cette formule.
    Merci et désolé.

    En plus, je vois une fonction de tangente hyperbolique or l'accélération est rectiligne entre deux systèmes planétaires (au milieu même à peu près).
     

  11. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par phys4 Voir le message
    Une navette disposée sur l'axe, n'a pas de raison de bouger, elle restera en apesanteur, aussi longtemps qu'elle sera sur l'axe, un petit écart la fera s'écarter lentement du centre jusqu'à rejoindre une paroi.
    L'effet de pesanteur artificielle est proportionnel au rayon, si vous avez 577 mètres de rayon sur la périphérie pour 1g, vous aurez 0,01 g à 7,7 m de l'axe, ce qui correspond à une rotation de 1 tour en 48 secondes.
    d'accord.
    Juste pour vérifier un point pour voir si j'ai bien compris l'un des aspects :
    un élément flottant comme un astronaute ou une navette dans une grande pièce dans le vaisseau subira donc plus ou moins de gravité selon sa place même si il ne touche pas d'éléments du vaisseau, sauf dans l'axe central?
    Un peu comme si sur Terre, en lâchant un parachutiste, il subit la gravité?

    Question subsidiaire :
    des navettes se posent souvent sur la coque extérieure de ces vaisseaux géants avec des grappins magnétiques.
    Donc à priori à l'envers par rapport à la pesanteur à l'intérieur de la coque.
    Donc je pense que c'est une force négative en quelque sorte qui fait aller les passagers attachés vers le haut de leur navette (donc l'extérieur du vaisseau colonie sur lequel ils sont posés)?
    Ou alors là aussi, connaissent-il la pesanteur, comme nous sur la Terre alors que nous sommes comme à l'extérieur de sa coque?

    Merci
     

  12. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par phys4 Voir le message
    Dans l'espace l'accélération n'est indispensable que pour modifier sa vitesse, donc en dehors de ces périodes, il n'y a pas besoin de propulsion.

    Pour de grandes vitesses, le freinage par le gaz interstellaire peut provoquer un certain freinage, qui serait facilement compensé par de courtes phases d'accélération, si nécessaire : le freinage ne ferait perdre qu'une petite partie de l'énergie acquise.
    merci pour ces confirmations.
    C'est génial car j'ai déjà modifié plusieurs chapitres ces 3 derniers jours dans lesquels je m'étais trompé à ce sujet.
    Ca m'a même apporté des problématiques supplémentaires nouvelles pour enrichir l'intrigue.
    Merci beaucoup
    Dernière modification par Thierry310 ; 08/12/2017 à 00h10.
     

  13. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    bonjour
    par ailleurs, pour la formule du temps pour une accélération, vous parlez de vitesse relativiste.
    J'ai regardé la définition exacte (vitesse proche de celle de la lumière).
    Or mes vaisseaux naviguent surtout entre 10 et 20 % de c
     

  14. Deedee81

    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Courcelles - Belgique
    Âge
    55
    Messages
    28 898

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Salut,

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    par ailleurs, pour la formule du temps pour une accélération, vous parlez de vitesse relativiste.
    J'ai regardé la définition exacte (vitesse proche de celle de la lumière).
    Or mes vaisseaux naviguent surtout entre 10 et 20 % de c
    La limite n'est pas tranchée. Plus on approche de 'c' et plus les effets sont importants. Et ça grimpe très vite. Mais ils peuvent être non négligeables à faible vitesse. Par exemple, les satellites GPS ont des corrections de leur horloge atomique pour les effets de la relativité. A 10% de la vitesse de la lumière, le facteur gamma est de 0.5% (plus un, en fait 1.005, une durée de un an gagne un jour). Donc sur l'écoulement du temps, les effets pourraient facilement être vérifiables.
    A 20% de la vitesse de la lumière, le facteur est de 2% et à 50% de la vitesse de la lumière on a 15%. Par contre à 1% de la vitesse de la lumière le facteur n'est que 5 millième de pourcent).
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)
     

  15. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    47
    Messages
    65

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    bonjour
    merci pour cette très intéressante précision
     


    • Publicité







Sur le même thème :


    301 Moved Permanently

    301 Moved Permanently


    nginx/1.2.1



 

Discussions similaires

  1. Ece et problèmes techniques
    Par dark-raval dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 1
    Dernier message: 14/02/2015, 06h32
  2. Questions pour écriture d'un roman
    Par 7804j dans le forum Physique
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/01/2012, 21h42
  3. Problèmes techniques
    Par hammadi dans le forum Matériel astronomique et photos d'amateurs
    Réponses: 5
    Dernier message: 19/02/2011, 18h35