Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 6 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 158

Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

  1. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    coucou
    Question subsidiaire :
    des petites navettes se posent souvent sur la coque extérieure de ces vaisseaux géants avec des grappins magnétiques, lourds vaisseaux qui connaissent une rotation pour créer une pesanteur dans les niveaux inférieurs.
    Donc à priori les passagers de ces navettes se trouvent à l'envers par rapport à la pesanteur à l'intérieur de la coque.
    Donc je pense que c'est une force négative en quelque sorte qui fait aller les passagers attachés vers le haut de leur navette (donc l'extérieur du vaisseau colonie sur lequel ils sont posés)?
    Ou alors là aussi, connaissent-il la pesanteur, comme nous sur la Terre alors que nous sommes comme à l'extérieur de sa coque?

    Merci

    -----

     


    • Publicité



  2. Deedee81

    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Courcelles - Belgique
    Âge
    55
    Messages
    30 283

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Salut,

    Je ne suis pas sûr d'avoir bien compris.

    Si tu as un grand vaisseau en rotation, il y aura une pesanteur artificielle près de la coque (dirigée vers l'extérieur) = force centrifuge. Idem pour tout objet accroché à la coque.
    Par contre au centre du grand vaisseau (plus exactement sur l'axe de rotation) seront en apesanteur.
    (c'est ton "dans les niveaux inférieurs" qui m'a fait tiquer)

    A noter qu'il faut que le grand vaisseau soit suffisamment grand (de l'ordre d'une bonne centaine de mètres si ma mémoire est bonne, ce qui devrait être le cas dans ton histoire), sinon les variations de la force centrifuge de point en point et la force de Coriolis provoque un mal de mer ! C'est (une) des raisons pour laquelle on ne l'utilise pas sur les engins actuels (trop petits), les autres raisons étant que :
    - on recherche la micropesanteur pour les expériences, donc pas question d'en créer une artificielle
    - le pointage des antennes, les mouvements de manœuvre (avec les rétrofusées), les observations extérieurs, tout cela est plus compliqué si l'engin tourne.
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)
     

  3. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par Deedee81 Voir le message
    Salut,

    Je ne suis pas sûr d'avoir bien compris.

    Si tu as un grand vaisseau en rotation, il y aura une pesanteur artificielle près de la coque (dirigée vers l'extérieur) = force centrifuge. Idem pour tout objet accroché à la coque.
    Par contre au centre du grand vaisseau (plus exactement sur l'axe de rotation) seront en apesanteur.
    (c'est ton "dans les niveaux inférieurs" qui m'a fait tiquer)

    A noter qu'il faut que le grand vaisseau soit suffisamment grand (de l'ordre d'une bonne centaine de mètres si ma mémoire est bonne, ce qui devrait être le cas dans ton histoire), sinon les variations de la force centrifuge de point en point et la force de Coriolis provoque un mal de mer ! C'est (une) des raisons pour laquelle on ne l'utilise pas sur les engins actuels (trop petits), les autres raisons étant que :
    - on recherche la micropesanteur pour les expériences, donc pas question d'en créer une artificielle
    - le pointage des antennes, les mouvements de manœuvre (avec les rétrofusées), les observations extérieurs, tout cela est plus compliqué si l'engin tourne.
    bonjour
    oui, c'est un grand vaisseau colonie cylindrique sur sa longueur, comme un tube, de 8kms de long et 1154 mètres de diamètres avec une rotation pour créer une pesanteur dans les niveaux inférieurs avec les gens qui marchent sur l'intérieur, avec leurs têtes vers le centre du tube donc.

    Mais imaginons une navette qui se fixe sur la coque extérieure avec des grappins magnétiques. Les passagers se retrouvent avec la tête vers l'espace, vers l'extérieur de la coque du vaisseau colonie, les pieds vers la coque extérieure du vaisseau colonie.
    Que ressentent ces passagers de la navette ou même un astronaute qui marche sur l'extérieur de la coque?
    Une attraction ou un répulsion?
    Apriori, une répulsion, non?

    Je vais peut être dire une bêtise mais nous sur Terre, qui marchons comme sur l'extérieur d'une boule vaisseau, nous tenons sur la surface de la Terre pas seulement parce qu'elle tourne mais aussi par des effets electro-magnétiques (qui résultent cependant de cette rotation).

    Or sur ce vaisseau colonie, pas de telles forces electro-magnétiques, juste une rotation.

    C'est ce qui m'incite à me dire que des personnes posées sur l'extérieur de ce vaisseau colonie subiraient une répulsion, au contraire de ceux qui marchent à l'intérieur, dans le sens opposé, non?
    Dernière modification par Thierry310 ; 11/12/2017 à 07h57.
     

  4. Deedee81

    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Courcelles - Belgique
    Âge
    55
    Messages
    30 283

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Salut,

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    Que ressentent ces passagers de la navette ou même un astronaute qui marche sur l'extérieur de la coque?
    Une attraction ou un répulsion?
    Apriori, une répulsion, non?
    Oui, c'est ça. Puisque la force centrifuge est exercée vers l'extérieur, dans leur navette, leur poids apparent sera dirigé vers l'extérieur. S'ils essaient de marcher sur la coque, ils vont.... décoller

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    Je vais peut être dire une bêtise mais nous sur Terre, qui marchons comme sur l'extérieur d'une boule vaisseau, nous tenons sur la surface de la Terre pas seulement parce qu'elle tourne mais aussi par des effets electro-magnétiques (qui résultent cependant de cette rotation).
    Ah oui, là tu as dit une bêtise Si nous tenons sur la surface, c'est à cause de la gravité. Elle serait là aussi même sans rotation. Et la gravité n'a rien à voir avec l'électromagnétisme.
    Les effets électromagnétiques de la Terre sont mineurs (pour qu'une boussole marche il faut que l'aiguille soit très légère et posée sur un pivot pratiquement sans frottement, car l'effet magnétique est très faible).
    Et la force centrifuge due à la rotation de la Terre ne modifie qu'un tout petit peut la force de pesanteur.

    Par contre, dans ton vaisseau, pas (ou peu) de gravité (on parle de microgravité, due aux masses environnantes), c'est la force centrifuge qui domine
    (ou la force magnétique pour tes grappins)
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)
     

  5. LPFR

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    43 374

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Bonjour.
    Une navette qui veut se poser sur l’extérieur du vaisseau tournant, doit décrire (avant de s’amarrer) la même trajectoire qu’un point de la périphérie du vaisseau. Donc elle subira, avant de s’amarrer, une gravité ‘g’ vers l’extérieur. Donc, pour que les passagers restent la tête en haut, la navette doit se fixer avec le toit vers le vaisseau. Les passagers monteront un escalier vers le vaisseau.
    Au revoir.
     


    • Publicité



  6. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    d'accord.
    Merci beaucoup d'avoir déjà confirmé les forces qui s'exercent sur ces passagers de navettes ou des astronautes sur la coque extérieure.
    Là-dessus au moins, je ne me suis pas planté dans plein de scènes.

    Merci aussi pour les corrections de mes propos sur la gravité terrestre.

    Par contre, cela fait émerger un autre problème :
    dans ces vaisseaux colonies, je parle de pesanteur et d'impesanteur et même de gravité.
    Ces termes ne sont donc pas pas appropriés.
    Que devrais-je utiliser?
    Merci
     

  7. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par LPFR Voir le message
    Bonjour.
    Une navette qui veut se poser sur l’extérieur du vaisseau tournant, doit décrire (avant de s’amarrer) la même trajectoire qu’un point de la périphérie du vaisseau. Donc elle subira, avant de s’amarrer, une gravité ‘g’ vers l’extérieur. Donc, pour que les passagers restent la tête en haut, la navette doit se fixer avec le toit vers le vaisseau. Les passagers monteront un escalier vers le vaisseau.
    Au revoir.
    bonjour
    j'aime bien cette idée de navette qui s'accroche par le haut et des passagers qui montent vers le haut pour entrer dans le vaisseau.

    Mais j'ai opté pour d'autres solutions.
    Quant-au fait de se retrouver sur l'extérieur du vaisseau colonie, c'est pour réparer parfois la coque.
     

  8. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    Par contre, cela fait émerger un autre problème :
    dans ces vaisseaux colonies, je parle de pesanteur et d'impesanteur et même de gravité.
    Ces termes ne sont donc pas pas appropriés.
    Que devrais-je utiliser?
    Merci
    en fait, non, ces termes vont très bien après avoir vérifié plusieurs définitions.
    Bien sûr, il faudrait parler de gravité artificielle mais dans le langage courant de la population de ces vaisseaux colonies, on raccourcit avec le temps en parlant de gravité, sous entendu artificielle.

    Et tout comme on parle de pesanteur lunaire, on peut parler de pesanteur d'un vaisseau colonie, en raccourcissant à "pesanteur", sous entendu, du vaisseau colonie.
    Idem pour l'impesanteur.
    Ouf, je me voyais déjà devoir corriger les 530 pages lol.
    Déjà que j'ai pas mal à corriger avec mes quelques erreurs techniques
     

  9. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    texte de phys4 :
    Une navette disposée sur l'axe, n'a pas de raison de bouger, elle restera en apesanteur, aussi longtemps qu'elle sera sur l'axe, un petit écart la fera s'écarter lentement du centre jusqu'à rejoindre une paroi.
    L'effet de pesanteur artificielle est proportionnel au rayon, si vous avez 577 mètres de rayon sur la périphérie pour 1g, vous aurez 0,01 g à 7,7 m de l'axe, ce qui correspond à une rotation de 1 tour en 48 secondes.


    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    d'accord.
    Juste pour vérifier un point pour voir si j'ai bien compris l'un des aspects :
    un élément flottant comme un astronaute ou une navette dans une grande pièce dans le vaisseau subira donc plus ou moins de gravité selon sa place même si il ne touche pas d'éléments du vaisseau, sauf dans l'axe central?
    Un peu comme si sur Terre, en lâchant un parachutiste, il subit la gravité?

    Merci
    coucou
    je n'ai pas eu de confirmation de ce point.

    Autre question liée :
    à partir de quelle portion de g un astronaute flotte-t-il comme en impesanteur?
    merci

    Par exemple à 0.379 g sur MARS, on ne s'envole pas, on ne fait que de grands bonds, non?
    Alors à partir de quelle portion de g pourrait-on s'envoler facilement dans le vaisseau
    Dernière modification par Thierry310 ; 17/12/2017 à 13h16.
     

  10. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    d'accord.
    Juste pour vérifier un point pour voir si j'ai bien compris l'un des aspects :
    un élément flottant comme un astronaute ou une navette dans une grande pièce dans le vaisseau subira donc plus ou moins de gravité selon sa place même si il ne touche pas d'éléments du vaisseau, sauf dans l'axe central?
    Un peu comme si sur Terre, en lâchant un parachutiste, il subit la gravité?

    Merci
    coucou
    je n'ai pas eu de confirmation de ce point.

    Autre question liée :
    à partir de quelle portion de g un astronaute flotte-t-il comme en impesanteur?
    merci

    Par exemple à 0.379 g sur MARS, on ne s'envole pas, on ne fait que de grands bonds, non?
    Alors à partir de quelle portion de g pourrait-on s'envoler facilement dans le vaisseau
     

  11. LPFR

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    43 374

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    coucouje n'ai pas eu de confirmation de ce point.Autre question liée :à partir de quelle portion de g un astronaute flotte-t-il comme en impesanteur?merciPar exemple à 0.379 g sur MARS, on ne s'envole pas, on ne fait que de grands bonds, non?Alors à partir de quelle portion de g pourrait-on s'envoler facilement dans le vaisseau
    Bonjour.Non !Un astronaute flottant dans une pièce, continuera sa trajectoire en ligne droite (à la vitesse instantanée de la pièce quand il s’est mis à flotter). Alors que la pièce tourne autour de l’axe de rotation du navire. Donc, il finira par se cogner contre une paroi ou contre le sol. Un astronaute est en apesanteur uniquement s’il décrit la trajectoire de l’orbite autour de l’objet qui l’attire (comme dans l’ISS).La force centrifuge plaque l’astronaute vers la paroi externe. Il pourrait sauter vers l’axe. Mais sa trajectoire dans le vaisseau deviendra compliquée du fait que la vitesse linéaire est plus grande pour un rayon grand.Par contre, s’il ouvre une écoutille vers l’extérieur, il n’aura pas à sauter très fort. Sans rien faire il prendra la tangente ! (ciao).Au revoir.
     

  12. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    bonjour
    d'accord et merci pour ça.

    Pour l'autre question, je la reformule pour être plus clair :
    dans un vaisseau cylindrique de plusieurs kms de long et 1154 mètres de large
    qui tourne pour assurer une gravité d'environ 1 g sur l'extérieur,
    j'ai donc compris qu'à la bordure extérieure, on avait une gravité artificielle de 1g,
    0g sur l'axe de déplacement du vaisseau
    et une décroissance progressive mais régulière de 1 à 0 g entre les deux en allant de la bordure vers le milieu.

    Mais à partir que quelle portion de g (par exemple de 0.3 à 0g...etc...), des voyageurs pourront-ils voler comme en impesanteur, bien qu'il reste encore une gravité artificielle partielle, dans par exemple des couloirs?
    Merci
     

  13. LPFR

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    43 374

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Re.Le seul endroit où la gravité sera nulle, est dans l’axe de rotation.Mais à 1% du rayon (5,77 m), la gravité sera de 0,01g. Peut-on considérer que c’est négligeable ?Ça dépend de la durée : cela donne un déplacement de 5 cm en 1 seconde, mais 5 m en 10 secondes.Pour ne pas « sentir » la gravité, il faut que les voyageurs ne tournent pas avec le reste du vaisseau. Par exemple dans un espace situé dans la zone axiale, libre de cloisons radiales. A+
     

  14. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    d'accord pour la partie axiale, mais imaginons par exemple à 1/3 à partir de l'axe.
    Si une personne pousse sur ses jambes contre l'un des murs dans un couloir, va-t-elle s'envoler avec une gravité artificielle de 0,33 g, sans rien toucher durant son vol dans le couloir et en tenant compte de la rotation du vaisseau pour se rattraper à un moment donné à un montant du d'un mur?
    Dernière modification par Thierry310 ; 17/12/2017 à 17h57.
     

  15. LPFR

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    43 374

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Re.
    Non. Elle ne "flottera" pas.
    A+
     

  16. phys4

    Date d'inscription
    mars 2009
    Localisation
    Ile de France
    Âge
    74
    Messages
    8 065

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    d'accord pour la partie axiale, mais imaginons par exemple à 1/3 à partir de l'axe.
    Si une personne pousse sur ses jambes contre l'un des murs dans un couloir, va-t-elle s'envoler avec une gravité artificielle de 0,33 g, sans rien toucher durant son vol dans le couloir et en tenant compte de la rotation du vaisseau pour se rattraper à un moment donné à un montant du d'un mur?
    Pour annuler localement la pesanteur, pendant un temps limité, il faudrait annuler la vitesse de rotation. A 1/3 du rayon, la vitesse est encore de 25m/s, beaucoup trop pour être compensé avec une simple poussée.
    Si l'on considère qu'une forte poussée peut propulser à 5m/s , ce type de sut n'est possible qu'à 38 m de l'axe, là où il y a à peine 0,05g.
    Comprendre c'est être capable de faire.
     

  17. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par phys4 Voir le message
    Pour annuler localement la pesanteur, pendant un temps limité, il faudrait annuler la vitesse de rotation. A 1/3 du rayon, la vitesse est encore de 25m/s, beaucoup trop pour être compensé avec une simple poussée.
    Si l'on considère qu'une forte poussée peut propulser à 5m/s , ce type de sut n'est possible qu'à 38 m de l'axe, là où il y a à peine 0,05g.
    bonsoir
    d'accord, donc dans des couloirs, hormis dans la zone axiale, on marcherait sans problème en se sentant juste de plus en plus léger au fur et à mesure qu'on se rapprocherait du milieu?

    Comment faites-vous pour calculer cette vitesse de 25m/s? Merci.
    Pour que je puisse en calculer d'autres ailleurs sur le rayon.

    Ca change pas mal de descriptions de scènes mais pas grave, je le ferais.
     

  18. phys4

    Date d'inscription
    mars 2009
    Localisation
    Ile de France
    Âge
    74
    Messages
    8 065

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Avec les paramètres que vous avez indiqué, la vitesse périphérique vaut 76 m/s,

    La vitesse est proportionnelle au rayon, donc il est très simple de calculer la vitesse à chaque étage.
    Comprendre c'est être capable de faire.
     

  19. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    d'accord, merci.

    Je me rends compte que j'ai fait beaucoup d'erreurs qui m'obligent à réécrire des parties de scènes, quand ça ne me pose pas de problèmes plus gênants.
    J'aurais encore pas mal de questions pour confirmer certaines possibilités...
     

  20. phys4

    Date d'inscription
    mars 2009
    Localisation
    Ile de France
    Âge
    74
    Messages
    8 065

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    L'idée du cylindre tournant a été utilisée dans divers romans de SF, en particulier le cycle de RAMA.

    Le plus technique est le premier de la série "rendez vous avec Rama", vous y trouverez des choses intéressantes.
    Comprendre c'est être capable de faire.
     

  21. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par phys4 Voir le message
    L'idée du cylindre tournant a été utilisée dans divers romans de SF, en particulier le cycle de RAMA.

    Le plus technique est le premier de la série "rendez vous avec Rama", vous y trouverez des choses intéressantes.
    bonsoir
    c'est vrai, et je dois avouer que je ne les ai jamais lu.
    Et depuis que je me suis replongé dans ce vieux projet, je redoute de continuer à lire des livres de SF pour éviter de "pomper" des idées ou d'en avoir au moins l'impression. Même si je lis en ce moment "la voie martienne " de Asimov et "Mission terre" de Hubbard.
    Pour les plus petits vaisseaux dont certains voyagent sur des distances moyennes, j'ai imaginé des procédés différents.

    Dans plusieurs des vaisseaux colonies principaux, trois contiennent une ville à l’architecture particulière avec 70 quartiers imaginés fin des années 70. Mais je ne peux en dire plus pour l'instant.
    Encore quelques mois de travail, notamment pour corriger quelques erreurs techniques mais aussi d'éviter d'écrire des bêtises dans le tome 1 qui perturberaient la trame des tomes suivants en me fermant des fenêtres.
    Merci pour votre aide et d'autres questions viendront.
    Bonne nuit
     

  22. Zefram Cochrane

    Date d'inscription
    janvier 2011
    Messages
    4 375

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Bonjour,
    Il me semble qu'il y a un aspect technique important dans les structures à gravitation artificielle : les corps chuttent à vitesse constante.
    On the influence of gravitation on the propagation of light.
     

  23. phys4

    Date d'inscription
    mars 2009
    Localisation
    Ile de France
    Âge
    74
    Messages
    8 065

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par Zefram Cochrane Voir le message
    Bonjour,
    Il me semble qu'il y a un aspect technique important dans les structures à gravitation artificielle : les corps chuttent à vitesse constante.
    La vitesse est constante seulement dans un repère qui ne tourne pas, ou ne suit pas le mouvement de la structure (repère inertiel). Dans le repère lié à la structure, la vitesse varie en direction et en module.
    Comprendre c'est être capable de faire.
     

  24. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    coucou
    et bonne année à tous en vous souhaitant santé et plein de bonnes choses

    Alors que je reprends mon travail sur le roman et une seconde lecture active, j'ai un gros doute comme parfois sur des concepts pourtant simples :
    merci de me rassurer en me répondant sur ces cas :

    prenons la fusée de Tintin, qui, droite au sol, voit ses passagers perpendiculaires au sol.
    Gardons cet axe comme étant l'axe de déplacement des passagers et mettons la fusée en vol dans l'espace sans contraintes de types planètes.

    Si le vaisseau accélère de manière constante de 1g, les passagers restent donc debout dans la fusée et évoluent normalement???

    Si le vaisseau s'inverse et subit une décélération de 1g dans donc, le sens contraire de la marche, les passagers évoluent toujours debout dans la fusée???

    Il n'y a que lors des inversions successives que l'impesanteur se créé momentanément???

    J'ai imaginé ce système d'inversion toutes les dix heures pour créer de la pesanteur artificielle sur de petits vaisseaux.
    Ce qui permet de ne pas voir la vitesse varier de plus de 0.60% environ par rapport à la vitesse optimale.

    Merci pour votre aide
     

  25. jacknicklaus

    Date d'inscription
    janvier 2017
    Messages
    1 190

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    Si le vaisseau accélère de manière constante de 1g, les passagers restent donc debout dans la fusée et évoluent normalement?
    Oui.

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    Si le vaisseau s'inverse et subit une décélération de 1g dans donc, le sens contraire de la marche, les passagers évoluent toujours debout dans la fusée???
    Je suppose que "vaisseau s'inverse" signifie pivote de 180° de sorte que nez et queue de la fusée échangent leur positions. Alors la réponse est encore oui.

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    Il n'y a que lors des inversions successives que l'impesanteur se créé momentanément???
    Ca n'est pas tant l'inversion qui compte, mais le fait que le vaisseau coupe ses moteurs de propulsion pendant la manœuvre de pivotement. Cette manœuvre est assurée par d'autres moteurs, plus petits, et en charge de créer un couple, dont on peut supposer en 1ère approximation que leur effet est négligeable en terme de gravité artificielle.
    moteurs coupés = accélération nulle = apesanteur (en fait,chute libre)



    Celà dit, je ne comprends pas très bien l'intérêt d'alterner des phases d’accélération et de freinage pour garder une vitesse constante. Pourquoi pas accélérer tout le temps ? Énergétiquement c'est moins cher (pas de pivotement à gérer), c'est plus confortable pour les passagers, et.... les voyages sont plus rapides !
    There are more things in heaven and earth, Horatio, Than are dreamt of in your philosophy.
     

  26. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par jacknicklaus Voir le message
    Celà dit, je ne comprends pas très bien l'intérêt d'alterner des phases d’accélération et de freinage pour garder une vitesse constante. Pourquoi pas accélérer tout le temps ? Énergétiquement c'est moins cher (pas de pivotement à gérer), c'est plus confortable pour les passagers, et.... les voyages sont plus rapides !
    coucou

    merci pour ces confirmations.
    Et en effet, par inversion, j'entendais un retournement à 180°.

    Concernant votre dernière remarque, le but est de rester dans une fourchette proche de la vitesse maximale (donc une vitesse pas tout à fait constante).
    Or cette vitesse maximale dans l'histoire ne peut être franchie pour différentes raisons (radiations dangereuses au-delà d'un certain seuil ...), ce vaisseau-là atteignant tout de même 20% de la vitesse de la lumière.
     

  27. mugu allegi

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    25
    Messages
    49

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Bonsoir et bonne année

    Si la fusée garde une accélération constante correspondant à 1g (10m/s2), alors oui les passagers ressentiront une pesanteur de 1g. En fait s'ils restent à l'intérieur de la fusée (et supposons qu'il n'y a pas de hublot) ils n'ont aucun moyen de savoir si la sensation de pesanteur est due à la gravité ou non, les deux cas sont strictement équivalents.
    Si la fusée inverse subitement sa poussée (disons qu'il y a des réacteurs de chaque coté) elle passe de 10 à "-10m/s2", les passagers seront projetés contre la paroi opposées avec une accélération de 20m/s2 par rapport à la fusée, il subiront donc momentanément 2g. Il y a impesanteur que dans le cas où les réacteurs s'arrêtent : la fusée n'accélère plus par rapport aux passagers.

    Pour vos questions concernant le vaisseau tournant sur lui même, en 2D (divisez le vaisseau en tranches/disques pour vos couloirs) le problème est le même que celui d'une bille sur un plateau tournant (une roulette de casino par exemple). Les passagers décriront la même trajectoire que la bille. Les équations sont identiques, bien sûr faut adapter les données mais pour vous faire une idée les effets sur les trajectoires et la pesanteur ressentie seront les mêmes.

    Juste par curiosité, dans le script : les 3 jours qui séparent les 2 vaisseaux c'est bien 3 jours vécus par un autre observateur (sur Terre par exemple) où 3 jours vécus dans un des vaisseaux ? Parce que ça peut changer pas mal de choses dans les calculs avec de plus grands écarts de vitesse entre les vaisseaux (0,1c c'est pas suffisant pour que les effets relativistes soient conséquents).
     

  28. Thierry310

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    48
    Messages
    90

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Citation Envoyé par mugu allegi Voir le message
    Bonsoir et bonne année

    Juste par curiosité, dans le script : les 3 jours qui séparent les 2 vaisseaux c'est bien 3 jours vécus par un autre observateur (sur Terre par exemple) où 3 jours vécus dans un des vaisseaux ? Parce que ça peut changer pas mal de choses dans les calculs avec de plus grands écarts de vitesse entre les vaisseaux (0,1c c'est pas suffisant pour que les effets relativistes soient conséquents).
    bonjour

    sur ce point au début de l'histoire, on a deux vaisseaux de taille moyenne (de quelques dizaines de mètres à 170 m) en approche l'un de l'autre à plus de 21 années-lumière de la Terre :
    A) (Theo) à près de 10% de c (arrondi à 10%) à vitesse constante (pas de gravité nécessaire mais ne cherchez pas à comprendre pourquoi) avec une technologie terrienne de fusion nucléaire (mais le vaisseau n'utilise ses moteurs principaux ou secondaires que pour modifier son cap, naviguant sur son inertie initiale de 10% de c constante car des capacités énergétiques plus restreintes que l'autre vaisseau ci-dessous.

    B) (Terry) à un peu plus de 20% de c (arrondi à 20%) en décélérations et accélérations successives inverses toutes les 10 heures pour créer une pesanteur de 1g donc une vitesse qui varie peu (max +-0.60% autour de sa vitesse optimale de 20% de c) avec une technologie énergétique extraterrestre de fusion nucléaire optimisée et une meilleure gestion énergétique.

    Sur un tableur, j'ai calculé les temps de communication à la vitesse de la lumière pour rendre les premiers échanges plus réalistes (d'abord par ondes radios puis par photonique) :
    -à 3 jours du contact (2 mars à 10h), Terry envoie un message à Theo qui met 21.60 heures à parvenir à Theo
    Entretemps, bien sûr, entre chaque message, on découvre la situation du point de vue de Terry, depuis le vaisseau B).

    -3 mars 7h30, Theo répond à Terry qui reçoit la réponse 15.12 heures plus tard du fait du rapprochement.

    -3 mars 22h30, Terry renvoie une réponse qui arrive à Theo 10.58 heures plus tard

    et les temps de réponses se raccourcissent à 7.41 puis 5.19 puis 3.63 puis 2.54 puis 1.78 heures...
    jusqu'à 30 mn le 5 mars à 9h10.
    Vers 10 heures, il faut moins d'une minute entre chaque com.
    et les deux vaisseaux volent alors de concert vers une flotte de vaisseaux mères géants à 2 mois et demi d'eux.

    donc à priori, pas d'effets relativistes? Ou en tout cas, négligeables?
    Merci
     

  29. phys4

    Date d'inscription
    mars 2009
    Localisation
    Ile de France
    Âge
    74
    Messages
    8 065

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Bonjour,
    Les effets relativistes sont négligeables, mais les durées indiquées sont incohérentes.
    La différence de vitesse est de 10% de c, la distance entre vaisseaux diminue donc de 24H/10 = 2h24min par jour.
    Or la durée de communication diminue beaucoup plus vite que c'est 2h24 donc impossible.
    La communication "ondes radio, puis photonique", c'est toujours des photons, il faudrait mettre radio puis optique.

    Enfin il y a la décélération, les deux vaisseaux doivent continuer ensemble, or il faut décélérer plus d'un mois pour abaisser la vitesse de 10% de c !
    Au revoir.
    Comprendre c'est être capable de faire.
     

  30. mugu allegi

    Date d'inscription
    novembre 2017
    Âge
    25
    Messages
    49

    Re : Questions sur des problèmes techniques pour un roman de SF

    Bonjour,

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    à vitesse constante (pas de gravité nécessaire mais ne cherchez pas à comprendre pourquoi)
    Normalement si le vaisseau est dans l'espace intersidéral et donc hors de tout champ gravitationnel lorsqu'il coupe les moteurs la vitesse reste constante puisqu'il n'y a rien pour modifier son inertie. Pour changer de cap le mieux c'est d'imprimer une poussée perpendiculairement au sens du mouvement, comme ça la trajectoire est déviée sans changer la vitesse.

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    B) (Terry) à un peu plus de 20% de c (arrondi à 20%) en décélérations et accélérations successives inverses toutes les 10 heures pour créer une pesanteur de 1g
    Là aussi en réalité le meilleur moyen de créer une pesanteur (sans considérer d'autres forces) ce serait de couper les moteurs principaux une fois 0,2c atteint puis d'exercer un couple avec des propulseurs secondaires pour que le vaisseau entre en rotation sur lui même (là encore les 0,2c ne changeront pas). Lorsque la pesanteur est suffisante on coupe tout et le vaisseau garde indéfiniment sa trajectoire en tournant sur lui même.
    L'idée de garder les moteurs principaux allumés avec une rotation du vaisseau en 20h n'est pas mauvaise mais ça demande plus d'énergie et c'est plus dur de garder un cap. A la limite c'est justifiable si les passagers veulent 1g et ne peuvent pas se contenter de 0,6g par exemple (le vaisseau étant trop petit pour ma méthode) ou alors s'ils veulent absolument que les 1g soient ressentis dans tout le vaisseau.

    Citation Envoyé par Thierry310 Voir le message
    pas d'effets relativistes? Ou en tout cas, négligeables?
    Merci
    Oui : si du point de vue du vaisseau mère Théo va à 0,1c et Terry qui est plus loin va à 0,2c pour le rattraper, alors du point de vue de Terry Théo va à 0,098c. On peut arrondir à 0,1c.
    Dans vos calculs sur les communications pour Théo ça doit faire 6min de décalage toute les 24h. Pour Terry ça fait 1h de décalage que l'on peut supprimer en considérant que Terry est en phase de décélération pendant ces 3 jours (ce qui crée une pesanteur !) pour être à 0,1c lors du contact sans avoir à freiner brutalement comme dit plus haut.
    Par contre si on veut fidèlement calculer le temps de communication dans chaque vaisseau, le mieux c'est que tout le monde prenne la même heure de référence (celle des vaisseaux mères par exemple) sinon c'est un bordel indescriptible.

    Il y a une erreur dans vos calculs : à 3 jours du contact la distance entre Terry et Théo est de 3x0,1= 0,3 j.l. (parcourue par la lumière en 0,3 jours). Depuis le vaisseau mère le premier signal met 0,3x24x(1+0,1)= 7,92h pour atteindre Théo du fait que Théo bouge pendant ce temps là.
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Ece et problèmes techniques
    Par dark-raval dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 1
    Dernier message: 14/02/2015, 05h32
  2. Questions pour écriture d'un roman
    Par 7804j dans le forum Physique
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/01/2012, 20h42
  3. Problèmes techniques
    Par hammadi dans le forum Matériel astronomique et photos d'amateurs
    Réponses: 5
    Dernier message: 19/02/2011, 17h35