Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Enjeux des études métallurgique en archéologie



  1. #1
    metarch

    Lightbulb Enjeux des études métallurgique en archéologie


    ------

    Bonjour à tous,

    Je suis nouveau et je lance mon premier sujet sur ce forum qui me parait bien sympathique !

    J'ai eu autrefois un sujet de dissertation qui m'a laissé perplexe lors d'un examen de protohistoire.

    "Les enjeux des études métallurgiques en archéologie"

    Un sujet pour moi assez casse gueule car assez vaste et le cours qu'on a eu porté essentiellement sur la chaîne opératoire du bronze. Néanmoins, je pense m'en être sorti (je n'ai jamais eu ma note...) en m'orientant sur les aspects économiques, cultuels et culturels aussi...

    Que vous inspire ce sujet ?

    Metarch

    -----

  2. Publicité
  3. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  4. #2
    Mahata

    Re : Enjeux des études métallurgique en archéologie

    Bonsoir Metarch,

    Pour moi, études métallurgiques =

    1. analyse du mobilier typologie et chronologie (avec le principe de la sériation), et comme tu le disais, économie et culture : pour la proto, le métal a une signification importante jusqu'au premier fer, on le retrouve surtout en contexte funéraire. La généralisation du fer au 2ème fer, on peut appréhender un peu mieux l'agriculture. Bon, c'est du simplifié ! Il peut aussi être intéressant d'évoquer la question de la restauration des objets métalliques : radiographie etc...

    2. archeo expérimentale : reconstitution des modes opératoires, tant pour la création des alliages (création de fours etc... que pour les objets eux même : technique à la cire perdue, technique pour forger le fer etc.

    3. Etude physico-chimique, notamment pour les alliages, afin de connaître les lieux de provenance et mettre en parallèle avec les connaissances archéo pour connaitre l'aire de diffusion d'un minerai et donc appréhension des circuits commerciaux. permet aussi de mieux comprendre les techniques de fabrication. Par exemple, ça a permis de mettre en évidence que forger le métal permet de resserrer je-ne-sais-plus-quels-liens et de rendre l'objet plus solide.

    après je sais pas, d'autres auront peut-être d'autres idées...

    cordialement
    "Il y a des hommes dont il est glorieux d'être haï." Denis Diderot

  5. #3
    Fylgja

    Re : Enjeux des études métallurgique en archéologie

    L'identification de la source d'approvisionnements en matières premières dépend de ce qui a été utilisé comme matériaux à la fonte. Car si c'est des objets refondus, il n'existe quasiment aucune chance de retrouver la source d'approvisionnement en matière première.


    Je te conseille de faire un tour sur le site du LAMOP même si ils s'occupent plutôt du Moyen Age et de l'époque moderne. La métallurgie est un de leur dada que ce soit fer, alliage cuivreux ou plomb-argent. Il y a aussi le pôle d'archéologie expérimentale de Melle. Tu auras un aperçu de ce que l'on peut tirer des études métallographiques.

  6. #4
    Trajean

    Re : Enjeux des études métallurgique en archéologie

    Ce message, rédigé hier soir, va dans le même sens que celui de Fylgia :
    Quand on parle d'études métallurgiques il s'agit moins, à mon sens, de l'étude des matériels métalliques (typologie, répartition etc.) que de la composition des alliages, de leur provenance, de celle des minerais, et des processus d'élaboration de ces alliages, de fabrication des objets eux-mêmes et de la circulation de l'ensemble de ces produits, semi-finis ou finis.
    Les problèmes sont assez différents pour le bronze et pour le fer.
    On le sait la diffusion de la métallurgie du bronze a entrainé la création de vastes circuits commerciaux entre les sources d'approvisionnement en minerais, étain et cuivre, et les zones de transformation et d'utilisation. Ces circuits aux longs cours se substituaient à ceux du silex et de l'obsidienne par exemple et ont profondément transformé la géographie politique et culturelle de l'Europe et de la Méditerrannée.
    Par ailleurs nombre d'objets en bronze proviennent de la refonte de matériels antérieurs comme en témoignent les nombreuses cachettes ou dépots de fondeurs. il est dès lors hasardeux de tirer de la composition des alliages des conclusions sur leur provenance surtout lorsqu'il s'agit de petits matériels.
    Ainsi l'importance du bronze tient autant aux conditions de son apparition et de sa diffusion qu'à la qualité des outils ou des armes qu'il permetttait de fabriquer.
    Il en est de même du fer.
    Les sources de minerais en sont beaucoup plus importantes et moins rares. On assiste donc, dès lors que les températures nécessaires sont maîtrisées, à l'apparition d'une sidérurgie largement répartie et que nous dirions "décentralisée". Par ailleurs, si les circuits liés au commerce du bronze ne disparaissent pas, ils n'ont plus la même importance, vitale, que par le passé. Avec une mise en oeuvre plus aisée, nécessitant plus de force et d'habileté que de savoir faire, le forgeron,fabricant le soc, la hache ou l'épée, s'installe définitivement au milieu du village, tel que nous le présente les gravures du Val Camonica. Partout on trouve ces scories, de forge plus que de fonte de minerais, qui témoignent de son activité. Si les objets usagés ou brisés sont récupérés, ils le sont vraisemblablement sur place pour la fabrication d'objets plus petits ou plus minces.
    La matière première, le fer, provenant de centres de production plus importants, circule également sur des longues distances sous la forme de lingots-barres.
    Ce sont tous ces changements, plus encore que la proximité de l'écriture, que l'on appelle la protohistoire et qui en font tout l'intérêt.
    A bientôt

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #5
    Fylgja

    Re : Enjeux des études métallurgique en archéologie

    Une petite chose à ne pas oublier non plus est que beaucoup d'objet désigné sous un type de métal ou d'alliage l'ont été sans avoir être analysé ce qui donne des fausses identifications.

    C'est pour cela qu'il vaut mieux préférer l'emploi du terme alliage cuivreux que celui de bronze tant qu'il n'y a pas eu analyse de composition. Cela vaut aussi pour les alliages plomb et/ou étain.

    D'ailleurs cette identification de composition reliée à la terminologie est l'un des atouts clés des études métallographiques et permet de redéfinir l'emploi des alliages suivant la destination des objets.

Discussions similaires

  1. Etudes archéologie Lyon
    Par chacha.noisette dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 0
    Dernier message: 14/03/2007, 16h51
  2. [Formation] Reprise des études en archéologie
    Par HUB' dans le forum Archéologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 09/03/2007, 01h11
  3. Réponses: 2
    Dernier message: 05/03/2007, 13h31
  4. [Formation] Etudes : archéologie et géologie
    Par ronyto dans le forum Archéologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 17/02/2006, 12h57