Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 14 sur 14

physiologie du cancer




  1. #1
    saladin82

    physiologie du cancer

    salut tout le monde
    voila je cherche les dernieres recherches sur le cancer et exactement au niveau physiologique,le declenchement du cancer ,sa physiologie ..etc
    les toutes dernieres nouveautées
    mercie d'avance
    amicalement

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    benjy_star

    Re : physiologie du cancer

    Discussion déplacée.

  4. #3
    mantOs

    Re : physiologie du cancer

    Salut,
    pour les dernieres recherches il faudrai qu'on sache de quel type de cancer parles-tu car il y a un très grande nombre de publications en oncologie.

    Pour faire simple en quelques mot sur le processus de cancérisation, le déclenchement d'un cancer, passe par la perte de controle d'une cellule. On parle de transformation cellulaire.

    Cette perte de controle est caractérisée par une déssensibilisation au phénomene d'apoptose(mort programmée), une perte d'ancrage (possibilité de la cellule de migrer : métastase) et une perte de l'inhibition de contact (c'est à dire ne répond plus au signaux des cellules adjacentes lui indiquant de ne plus se diviser par exemple). Ces phénomenes mènent donc à une prolifération incontrolée de la cellule.

    Cette proliferation anarchique, est le fruit de plusieurs mutations qui en s'accumulant finissent par toucher 2 éléments clés dans la physiologie cellulaire c'est :

    - mutation dite gain de fonction : la cellule devient par des mutations constitutivement sensible à des facteurs de croissance par exemple.

    - mutation sur un suppresseur de tumeur : c'est une inactivation de protéines essentielles à l'homéostasie, à la maintenance cellulaire. En effet certaines protéines ont pour rôle de réparer les erreurs/mutations pouvant survenir au niveau de l'ADN, ainsi une altération de ces protéines peut avoir des conséquences désastreuses.

    Voila si tu as des questions n'hesite pas.

    Cordialement
    Paul
    Desole pour l'absence d'accentuation, je suis sur clavier QWERTY.


  5. #4
    Vinc

    Re : physiologie du cancer

    Salut!
    Ce qui a été dit est correct mais je vais tout de même nuancer quelques points....

    Citation Envoyé par mantOs Voir le message
    Cette perte de controle est caractérisée par une déssensibilisation au phénomene d'apoptose(mort programmée), une perte d'ancrage (possibilité de la cellule de migrer : métastase) et une perte de l'inhibition de contact (c'est à dire ne répond plus au signaux des cellules adjacentes lui indiquant de ne plus se diviser par exemple). Ces phénomenes mènent donc à une prolifération incontrolée de la cellule.
    Oui! Mais il existe encore beaucoup d'autres anomalies diverses et variées. La prolifération excessive est souvent décrite comme la principale caractéristique, mais attntion car lorsque l'on parle d'apoptose on parle de survie cellulaire et non pas de prolifération : il na faut pas confondre les deux.



    Citation Envoyé par mantOs Voir le message
    Cette proliferation anarchique, est le fruit de plusieurs mutations qui en s'accumulant finissent par toucher 2 éléments clés dans la physiologie cellulaire c'est :
    - mutation dite gain de fonction : la cellule devient par des mutations constitutivement sensible à des facteurs de croissance par exemple.
    - mutation sur un suppresseur de tumeur : c'est une inactivation de protéines essentielles à l'homéostasie, à la maintenance cellulaire. En effet certaines protéines ont pour rôle de réparer les erreurs/mutations pouvant survenir au niveau de l'ADN, ainsi une altération de ces protéines peut avoir des conséquences désastreuses.
    Là encore tout ça est vrai. Mais les anomalies des cellules tumorales ne résultent pas forcément de mutations activatrice de proto-oncogène ou inactivatrices de suppresseurs de tumeurs. Il y a bien souvent beaucoup d'anomalies cytogénétiques comme des translocation, des LHO, etc.... Et c'est d'ailleurs le cas dans la globalité des sarcomes et des hémopathies malignes. Dans ce s2 types de cancers, on peut avoir des mutations qui viennent s'additionner au tableau mais ce sont rarement les éléments déclancheurs.
    Tout ca pour dire qu'il faut éviter de toujours associer cancers et mutations : ces dernières restent essentielles pour l'oncogenèse mais ce ne sont pas les éléments perturbateurs exclusifs....
    En ce qui concerne le ssuppresseurs de tumeurs, en fait ici tu parles de la 3ème catégorie de gènes impliquée dans les cancers, à savoir les DNA Damage Response Gene qui ne sont pas à proprement parler des suppresseurs. Les suppresseurs classiques et archi connus sont de type Rb, p53, APC, etc...


    A+
    Vinc
    Primum non nocere.

  6. #5
    jess88

    Re : physiologie du cancer

    Bonsoir,

    Là encore tout ça est vrai. Mais les anomalies des cellules tumorales ne résultent pas forcément de mutations activatrice de proto-oncogène ou inactivatrices de suppresseurs de tumeurs. Il y a bien souvent beaucoup d'anomalies cytogénétiques comme des translocation, des LHO, etc.
    Est ce que tu pourrais stp Vinc détailler ces translocation et LHO (un lien sur ça serait également le bienvenu), car pour ma part, ça a toujours été cancer = mutation non réparée et apoptose qui n'aurait pas réussi, je ne vois pas autres choses.

    J'ai également une question a propos de ces proto-oncogenes et ces suppresseurs de tumeurs, a l'état naturel, ils condent pour des proteines vu qu'on les appelle génes? Et dans ce cas lesquelles?

    Merci d'avance
    Jess
    "Je ne suis un fragment d'Okazaki" Ma prof de génétique :s

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    mantOs

    Re : physiologie du cancer

    Merci pour ces corrections Vinc j'en prend bonne notes !



    Cordialement !

    M.Patoulachi .
    Desole pour l'absence d'accentuation, je suis sur clavier QWERTY.

  9. #7
    saladin82

    Re : physiologie du cancer

    salut tout le monde
    mercie mercie , a vs pour tous vs efforts
    je suis tres reconnaissans j'ai trouvé un peu les reperes pour commencé ma recherche
    je cherche des liens si possible et surtout des illustrations
    les illustrations , les schemas , photos,en 3D si possible
    mercie d'avance
    amicalement

  10. Publicité
  11. #8
    synchrotron

    Re : physiologie du cancer

    Pour répondre à Jess88, en effets, les proto-oncogènes et suppresseurs de tumeurs sont des protéines. Les proto-oncogènes sont des protéines souvent impliquées dans l'activation de la proliferation cellulaire par des voies de signalisation, ou dans l'inactivation de l'apoptose. De façon générale, une protéine est appelée oncogène lorsqu'une mutation de celle-ci l'active. Son activation provoque une orientation de la cellule vers un phenotype cancéreux.
    Pour les suppresseurs de tumeurs, ils sont impliqués dans les même voies avec en plus le processus de réparation de l'ADN. Eux par contre sont des inhibiteurs de la prolif cellulaire, des activateurs de l'apoptose. Donc eux c'est leur inactivation qui provoque une orientation vers un phenotype cancéreux.

    Sinon ya autre chose qui définit le phénotype cancéreux : la perte de la différenciation cellulaire car les cellules cancéreuses dévie leur synthèse d'enzymes spécifique et autres composés utiles à la communauté des cellules au profit de leur propre proliferation. Donc quand la tumeur primaire grossit, elle provoque peu à peu la perte de fonction de l'organe ou le cancer à débuté.

    Dernière chose, on s'arrête souvent aux proto-oncogènes et suppresseurs de tumeurs mais il y a aussi les polymérases mutagènes qui ont leur rôle dans tout ça. Par exemple la polymérase mutagène kappa est impliquée dans la plupart des cancers du colon, et ce qui provoque, parmi tant d'autres causes, les cancers chez les fumeurs c'est encore une polymérase mutagène (je sais plus laquelle) qui permet la continuation de la réplication en dépit de la présence d'adduits sur l'ADN.

    voilà.tchao
    les hommes veulent tout connaitre de l'univers,les XTsiens se contentent de l'observer

  12. #9
    Vinc

    Re : physiologie du cancer

    Salut!
    Quelques précisions et/ou remarques.

    Citation Envoyé par jess88 Voir le message
    Est ce que tu pourrais stp Vinc détailler ces translocation et LHO (un lien sur ça serait également le bienvenu), car pour ma part, ça a toujours été cancer = mutation non réparée et apoptose qui n'aurait pas réussi, je ne vois pas autres choses.
    Les translocations sont des évènements cytogénétiques qui peuvent avoir plusieurs conséquences. On peut par exemple avoir formation d'une protéine de fusion (fonctionelle) après cassure dans 2 gènes différents et raboutement de ces 2 séquences. Ces protéines de fusions peuvent alors acquérir des propriétés que ne possédaient aucune des 2 protéines séparémment. On peut par exemple inactiver un suppresseur de tumeur ou au contraire activer un proto-oncogène.
    Une autre consé"quence peut-être la translocation d'un proto-oncogène derrière un gène extrêmement exprimé comme par exemple les gène des immunoglobulines : c'est le cas de la translocation t(8;14) ou t(8;22) IG/myc dans le Lymphome de Burkitt.
    Les LOH (Loss of Heterozygotie) sont des mécanismes permettant l'inactivation de suppresseur de tumeur : le patient est au départ porteur sain hétérozygote pour une mutation dans un suppresseur, puis il va perdre l'allèle normal pour ne garder qu'un seul allèle, l'alllèle muté (il est alors hémizygote).
    Il faut bien avoir à l'esprit que dans la grande majorité des cancers on observe pas 5 ou 6 évènements bien définis car souvent on a un génome extrêmement désorganisé et très hétérogène au sein même de la tumeur (avec des cellules de la même tumeur dont les génomes sont différents). Dans certains sarcomes indéfférenciés il n'est pas rare de se retrouver avec des cellules contenant plus de 90 chromosomes tant les translocations, les amplifications et les délétions sont importantes. C'est très difficile de comprendre ce qui s'est passé dans ce genre de cas car le génome n'est plusqu'un vaste merdier complètement abérant.
    Les amplifications de prot-oncogène peuvent également permettre l'activation de ces derniers et ça s'observe sous forme de double minute, de SRH, de chromosomes en anneaux....


    Citation Envoyé par jess88 Voir le message
    J'ai également une question a propos de ces proto-oncogenes et ces suppresseurs de tumeurs, a l'état naturel, ils condent pour des proteines vu qu'on les appelle génes? Et dans ce cas lesquelles?
    Synchrotron a répondu a ta question je crois
    On ne peut pas dresser une liste exhaustive des gènes impliqués dans les cancers et ce pour 2 raisons:
    - on est très loin de les connaître tous
    - ça serait beaucoup trop long et aurait peu d'intérêt dans la mesure ou les associations de gènes mutés sont souvent cancers spécifiques.
    Nanmoins, on peut essayer de donner quelques catégories clefs comme:
    - signalisation cellulaire
    - cycle cellulaire
    - apoptose
    - adhérence et migration cellulaire
    - dégradation des protéines
    - traffic cellulaire et nucléaire
    - réparation de l'ADN
    - transcription/traduction
    - méthylation du DNA et acétylation/désacétylation des histones (épigénétique)
    -....

    Bien entendu, beaucoup de gènes appartiennent à plusieurs de ces catégories.



    Citation Envoyé par Synchrotron
    De façon générale, une protéine est appelée oncogène lorsqu'une mutation de celle-ci l'active
    Non. Un proto-oncogène n'est aps forcémment activé par mutation comme je l'ai mentionné dans le première partie de mon message.
    Je préfère nettement l'autre définition que tu as donné :

    Citation Envoyé par Synchrotron
    Son activation provoque une orientation de la cellule vers un phenotype cancéreux.


    Citation Envoyé par Synchrotron
    Sinon ya autre chose qui définit le phénotype cancéreux : la perte de la différenciation cellulaire car les cellules cancéreuses dévie leur synthèse d'enzymes spécifique et autres composés utiles à la communauté des cellules au profit de leur propre proliferation.
    Oui et non.
    Oui car effectivement les cellules cancéreuse sont assez souvent indifférenciées mais ce n'est pas exclusif, loin de là. En particulier les syndrôme myéloprolifératifs sont caractérisé par une prolifération excessive tout en gardant une différenciation terminale. Tu as donc des patients avec des polyglobulies, des hyperleucocytoses qui provoquent à plus long terme des spléno ou hépato/splénomégalies. Tu as donc un envahissement du tissus sanguins par des cellules hémétopoiétiques matures qui ont proliférées à outrance : ce sont des cancers et les cellules sont différenciées. Le meilleur exemple c'est la leucémie myéloïde chronique (translocation Bcr/Abl , chromosome de Philadelphie) mais il y en a beaucoup d'autre (Syndrôme de Vaquez, Thrombocytémie essentielle, etc...).
    D'autre part je ne comprend pas la deuxième partie de ta phrase : la cellule se dédiufférentie car elle n'arrive que très dificillement à proliférer et se différencier en même temps.


    Citation Envoyé par Synchrotron
    Dernière chose, on s'arrête souvent aux proto-oncogènes et suppresseurs de tumeurs mais il y a aussi les polymérases mutagènes qui ont leur rôle dans tout ça
    Oui mais comme tu l'as dit toi même:
    Citation Envoyé par Synchrotron
    L'activation d'un proto-oncogène provoque une orientation de la cellule vers un phenotype cancéreux.
    Donc à ton avis dans quelle catégorie classes tu ces polymérases???

    A+
    Vinc
    Primum non nocere.

  13. #10
    synchrotron

    Re : physiologie du cancer

    Oui c'est vrai que j'avais jamais fait cette réflexion. Et ça me saute aux yeux maintenant que ces polymérases sont des proto-oncogènes, puisque leur suractivation provoque un surplus de mutations et donc augmentation de l'instabilité génétique et de là, tendance accrue vers un phénotype cancéreux.
    les hommes veulent tout connaitre de l'univers,les XTsiens se contentent de l'observer

  14. #11
    jess88

    Re : physiologie du cancer

    Salut et désolé pour le retard :s,

    D'abord merci a vous deux d'avoir pris le temps de me répondre mais j'ai quelques points que j'ai du mal a saisir .

    Dernière chose, on s'arrête souvent aux proto-oncogènes et suppresseurs de tumeurs mais il y a aussi les polymérases mutagènes qui ont leur rôle dans tout ça. Par exemple la polymérase mutagène kappa est impliquée dans la plupart des cancers du colon, et ce qui provoque, parmi tant d'autres causes, les cancers chez les fumeurs
    Synchrotron, tu parle de polymérase mutagéne qui peut mener a un cancer bien défini, est ce du au systéme de réparation que cette polymérase n'assure plus, ou est ce des sites d'initiation qu'elle reconnaît plus? Et aussi, si une polymérase est altérée, je présume que c'est dû a son géne codant et par conséquent toutes les polymérases vont être touchée par la mutation donc je présume que cette cellule ne codera pas pour des protéines fonctionnelle?? Peut-être que je dis des bétises mais est-ce comme ça?.

    Oui car effectivement les cellules cancéreuse sont assez souvent indifférenciées mais ce n'est pas exclusif, loin de là. En particulier les syndrôme myéloprolifératifs sont caractérisé par une prolifération excessive tout en gardant une différenciation terminale. Tu as donc des patients avec des polyglobulies, des hyperleucocytoses qui provoquent à plus long terme des spléno ou hépato/splénomégalies. Tu as donc un envahissement du tissus sanguins par des cellules hémétopoiétiques matures qui ont proliférées à outrance : ce sont des cancers et les cellules sont différenciées. Le meilleur exemple c'est la leucémie myéloïde chronique (translocation Bcr/Abl , chromosome de Philadelphie) mais il y en a beaucoup d'autre (Syndrôme de Vaquez, Thrombocytémie essentielle, etc...).
    Donc si je commprend bien, dans ce type de cancers, on aura la prolifération de cellules bien differentiées, mais c'est en excés? Je veux dire, ces cellules ont bien subit une mutation, elles sont différentes des cellules originales, on parle bien de cellules tumorales? Et est ce qu'il pourrait y avoir des métastases dans ce cas, car je ne vois pas une cellules sanguines migrait vers un organes et se proliférait comme telle , sauf si j'ai mal compris et dans ce cas, je m'en excuse .

    Et le mot de la fin
    C'est très difficile de comprendre ce qui s'est passé dans ce genre de cas car le génome n'est plusqu'un vaste merdier complètement abérant.
    Je n'aurai pas dit mieux Vinc, je pense que je vais changer ma signature .

    Encore merci
    Au plaisir
    Jess
    "Je ne suis un fragment d'Okazaki" Ma prof de génétique :s

  15. #12
    Vinc

    Re : physiologie du cancer

    Salut!

    Je pense que tu attend sune réponse de Synchrotron mais je vais répondre quand même en attendant !

    Citation Envoyé par jess88 Voir le message
    Synchrotron, tu parle de polymérase mutagéne qui peut mener a un cancer bien défini, est ce du au systéme de réparation que cette polymérase n'assure plus, ou est ce des sites d'initiation qu'elle reconnaît plus? Et aussi, si une polymérase est altérée, je présume que c'est dû a son géne codant et par conséquent toutes les polymérases vont être touchée par la mutation donc je présume que cette cellule ne codera pas pour des protéines fonctionnelle?? Peut-être que je dis des bétises mais est-ce comme ça?.
    Lorsque l'on parle de polymérase mutagène on parle en fait de polymérase qui fait beaucoup plus d'erreurs (car plus rapide par exemple) qu'une polymérase classique. D'ordinaire il y a effectivement des systèmes de réparation qui permettent, non pas d'annuler le risque de mutations, mais en tout cas de le diminuer considérablement. Si ces systèmes de réparation sont inactivés, la polymérase mutagène prendra alors toute son importance dans la transformation tumorale. On peut aussi envisager comme tu l'as dit une inactivation du proof reading sur le spolymérases qui possèdent cette activité.
    Maintenant tout est possible et on peut aussi imaginer qu'il y a un problème dans la séquence codant la polymérase. Mais la cellule possède plusieurs polymérases différentes.

    Donc en gros on parle d epolymérase lorsque celle ci a subit des modifications (ou pas!!!) qui vont favoriser l'orientation de la cellule vers un phénotype tumoral.


    Citation Envoyé par jess88 Voir le message
    Donc si je commprend bien, dans ce type de cancers, on aura la prolifération de cellules bien differentiées, mais c'est en excés? Je veux dire, ces cellules ont bien subit une mutation, elles sont différentes des cellules originales, on parle bien de cellules tumorales? Et est ce qu'il pourrait y avoir des métastases dans ce cas, car je ne vois pas une cellules sanguines migrait vers un organes et se proliférait comme telle , sauf si j'ai mal compris et dans ce cas, je m'en excuse .
    Attention attention
    Ce n'est pas parce qu'une cellule a subit des mutations que l'on parle de cellules tumorales! Je suis prêt à parier que beaucoup de mes propres cellules sont mutées dans certains gènes et pourtant je n'ai pas (encore ) de cancer!
    Les pathologies dont je te parle sont des cancers du tissu sanguin qui se produisent au cours de l'hématopoièse mais aucune des mutations impliquées ne vient perturber des facteurs de transcription (qui sont les acteurs principaux de la différenciation). Seuls sont touchés des gènes intervenant dans l'apoptose, la prolifération, etc.... (que du classique). Ces syndrômes myéloprolifératifs (SMP) peuvent évoluer plus tard vers des leucémies aigües qui elles sont caractérisées par une anomalie de la prolifération (comme les SMP) ET une anomalie de différenciation : la maladie s'est développée et des mutations se sont additionnée inactivant des facteurs de transcription nescessaires à la différenciation hématopoiétique. Le résultat c'est que la cellule prolifère à l'état indiférencié car l'inactivation du facteur de transcription la rend incapable d'évoluer vers un phénotype mature.
    En ce qui concerne les métastases, c'est particulier pour les leucémies car par définition les cellules sont sanguine à l'origine. Mais tu as selon le spathologies des hépatho/splénomégalies (accumulation des cellules dans le foie et la rate) et bien sûr le pendant de tout ça c'est une aplasie médullaire sévère.


    Citation Envoyé par jess88 Voir le message
    Je n'aurai pas dit mieux Vinc, je pense que je vais changer ma signature .
    Ca me touche beaucoup (mais ca va être un peu long comme signature! )



    Citation Envoyé par jess88 Voir le message
    Encore merci
    Au plaisir
    De même

    A+
    Vinc
    Primum non nocere.

  16. #13
    jess88

    Re : physiologie du cancer

    Merci beaucoup Vinc, je comprend nettement mieux , j'ai par contre dû faire une tite recherche sur certains mots que t'as employé et normalement c'est bon .

    Ca me touche beaucoup (mais ca va être un peu long comme signature! )
    T'inquiéte je saurai racourcir sauf si copyright ( )

    Salut a+

    Jess
    "Je ne suis un fragment d'Okazaki" Ma prof de génétique :s

  17. #14
    Vinc

    Re : physiologie du cancer

    Citation Envoyé par jess88 Voir le message
    Merci beaucoup Vinc, je comprend nettement mieux , j'ai par contre dû faire une tite recherche sur certains mots que t'as employé et normalement c'est bon .
    Je t'en prie! N'hésite pas si certain mots restent obscurs!

    A+
    Vinc

    P.S: non pas de copyright
    Primum non nocere.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Physiologie de l'accouchement
    Par Fethi13000 dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/04/2007, 17h12
  2. tp de physiologie
    Par alone dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/01/2007, 17h27
  3. physiologie végétale
    Par biomaniac dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 04/06/2006, 17h17
  4. Physiologie
    Par brunop dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 22/09/2004, 14h42
  5. Physiologie
    Par brunop dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 3
    Dernier message: 22/09/2004, 08h52