Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Spéciation "temporelle"



  1. #1
    Lampyris

    Spéciation "temporelle"

    Bonjour à tous ;
    Je voudrais savoir si on connaît l’existence de mécanismes de spéciation entre plusieurs population qui sont sympatriques mais dans lesquelles les adultes de la population A ne fréquentent pas (ou très rarement) ceux de la population B à cause d’une alternance des générations d’adultes.
    Imaginons que dans une même forêt, il existe une espèce d’insecte dont les larves se développent en grande majorité au bout de 2 ans : on aurait une population d’adulte des années paire et une population des années impaires avec très peut de flux génétique entre les 2. Si d’une année sur l’autre les conditions environnementales changent et si les populations sont assez petites pour que l’effet de la dérive génétique soit considérable. Pourrait-on observer une spéciation…
    La littérature mentionne t’elle de tel cas ?
    Quels sont les termes consacrés ?

    Merci d’avance

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Firefox

    Re : Spéciation "temporelle"

    Citation Envoyé par Lampyris Voir le message
    Quels sont les termes consacrés ?

    Merci d’avance

    je pense à isolement reproductif temporel
    mais je ne connais pas de cas précis.

  4. #3
    Apus apus

    Re : Spéciation "temporelle"

    Bonsoir,


    Citation Envoyé par Lampyris Voir le message
    Je voudrais savoir si on connaît l’existence de mécanismes de spéciation entre plusieurs population qui sont sympatriques mais dans lesquelles les adultes de la population A ne fréquentent pas (ou très rarement) ceux de la population B à cause d’une alternance des générations d’adultes.
    Pour ton exemple hypothétique d'une spéciation il faut absolument qu'il n'y ait jamais rencontre (dans le sens "reproduction") entre les deux populations. Sinon même si c'est "très rarement", étant donné le temps relativement long de spéciation (selon le néo-darwinisme classique), il y aurait toujours un échange génétique entre ces populations et donc, en principe, pas de spéciation (à moins qu'il y ait un mécanisme "échappatoire" auquel je n'aurais pas pensé , mais là comme ça, je ne crois pas...).


    Citation Envoyé par Lampyris Voir le message
    Imaginons que dans une même forêt, il existe une espèce d’insecte dont les larves se développent en grande majorité au bout de 2 ans : on aurait une population d’adulte des années paire et une population des années impaires avec très peu de flux génétique entre les 2. Si d’une année sur l’autre les conditions environnementales changent et si les populations sont assez petites pour que l’effet de la dérive génétique soit considérable. Pourrait-on observer une spéciation…
    Comme l'a dit Firefox, il s'agirait d'un isolement reproductif temporel. C'est vrai qu'on nous cite souvent ce mécanisme de concert avec l'isolement géographique, la période d'activité (diurne/nocturne), l'incompatibilité "physionomique" des appareils reproducteurs etc... comme barrières de reproduction inter-espèce. Maintenant, je ne me souviens pas d'exemple précis d'isolement temporel comme étant une barrière entre deux espèces (ou plus) potentiellement hybridables entre elles (généralement le facteur géographique est plus flagrant, alors ça doit mettre au second plan le facteur temporel je pense...) ou comme mécanisme de spéciation. (d'autres forumeurs pourront peut-être citer des exemples...)

    Mais sinon, en théorie, cela devrait être possible...
    Après, il faudrait que les 2 populations soient parfaitement isolées des populations extérieures, qu'elles ne puissent avoir aucun échange génétique de l'extérieur (puisqu'entre elles deux, il y aurait donc l'isolement temporel). Dans le cas des insectes, leur possibilité de se déplacer compromet fortement la possibilité d'isolement génétique par rapport à l'extérieur...

    Quand bien même ces populations resteraient sagement chacun de leur côté (et loin de tout autre population pouvant donner un apport génétique extérieur), il est rare qu'un cycle de métamorphose d'insecte jusqu'à l'âge d'adulte (supérieur à 1 an) soit d'une durée "stricte". On peut certainement trouver des exemples où un certain nombres d'années (et pas une de plus ou de moins) soient strictement respectées du stade larvaire au stade imaginal (adulte); mais là encore, du fait qu'il n'y ait pas d'isolation spatiale, cela ne peut pas amener les populations considérées à devenir des espèces séparées (après quelqu'un connaît peut-être un contre-exemple? ).
    Généralement, notamment pour les cycles supérieurs à 3 ans, le nombre d'années de développement larvaire (je parle toujours des insectes) dépend de la richesse en ressources alimentaires, des conditions climatiques (et certainement de bien d'autres facteurs...). C'est pourquoi il y aurait toujours un recoupement dans le temps des années de reproduction sans qu'il y ait de possibilité d'hérmétisme total génétique entre les populations.

    De nos jours, dans les villes (et peut-être dans d'autres milieux) on pourrait des fois trouver des micro-populations d'insectes à cycle de développement multi-annuel (genre lucane cerf-volant, cétoine ou autres coléoptères en tout genre). En admettant que ces populations aient un cycle de dév. avec un même nombre d'années stritement respecté mais décalé dans le temps, ces populations seraient certainement plus vouées à l'extinction qu'à la spéciation (cette dernière resquiert un temps, en principe, bien trop long et demanderait également une certaine stabilité du milieu). Bref, ça me paraît peu probable pour des insectes, mais possible.

    En ce qui concerne d'autres êtres vivants, il y en a sûrement pour lesquels l'isolement temporel a été possible (et peut-être même connu? ), mais là comme ça, je ne crois pas en connaître un seul exemple...



    Apus.
    Nothing in Biology makes sense except in the light of Evolution. (T. Dobzhansky)

  5. #4
    Lampyris

    Re : Spéciation "temporelle"

    merci beaucoup pour cette reponse

  6. #5
    aquilegia

    Re : Spéciation "temporelle"

    Bonjour, il me semble que l'on a un exemple d'isolement reproducteur temporel strict avec certaines cigales nord américaines qui ont des temps de développement différents (en années de stade larvaire), ce qui fait que les adultes des différentes formes ne se rencontrent jamais (ou en tous cas rarement, il faudrait faire un calcul...).

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cicadid...riode_larvaire
    Dans 13 États de l'est des États-Unis, dont le Tennessee, les cigales Magicicada septendecim, Magicicada cassini et Magicicada septendecula ont des cycles de 13 ou 17 ans de reproduction.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant. (Pierre Dac)

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Apus apus

    Re : Spéciation "temporelle"

    Bonsoir Aquilegia et Lampyris,


    Citation Envoyé par aquilegia Voir le message
    il me semble que l'on a un exemple d'isolement reproducteur temporel strict avec certaines cigales nord américaines qui ont des temps de développement différents (en années de stade larvaire), ce qui fait que les adultes des différentes formes ne se rencontrent jamais (ou en tous cas rarement, il faudrait faire un calcul...).
    C'est drôle que tu parles de ces insectes, parce que je pensais également à ceux-là lorsque je rédigeais mon message hier soir , mais je me suis rendu compte ensuite, que justement il n'y avait pas d'isolement temporel....
    Pour la suite, voici ma source (à vérifier que ces données soient à jours tout de même... ): "Darwin et les grandes énigmes de la vie" de tonton Gould , essai n°11 "Les bambous, les cigales et l'économie selon Adam Smith".
    En fait, ces 3 espèces de cigales sortent en même temps! Et c'est là la chose remarquable (ce n'est pas 1 mais 3 espèces qui sortent à la même période de l'année). Apparemment, c'est dans toute la moitié orientale des Etats-Unis que le cycle est de 17 ans; il est de 13 ans dans les états du Sud. Et pour ces cigales, il existe toujours des individus sortant après un autre nombre d'années que 13 ou 17 ans mais ces dernières seront moins visibles, moins remarquables parce que très peu nombreux.
    Alors pourquoi ces pics de métamorphose à 13 ou 17? Cela s'explique par le phénomène de "saturation des prédateurs". Le fait de sortir en masse, augmente la probabilité de ces imagos à se reproduire même si la pression de prédation est importante. Autre chose pour le cas des cigales américaines, la plupart des prédateurs de ces cigales ont des cycles de reproduction de 2 à 5 ans. A côté de cela, 13 et 17 sont des chiffres premiers... Ainsi même si une année, un grand nombre de prédateurs se nourrissaient pleinement de ces cigales et avaient des portées importantes, le temps que ce "baby boum" viennent à maturité, ils ne tomberont pas sur un pic de métamorphose de cigales.
    Admettons un cycle de 5 ans pour les prédateurs et celui de 17 ans pour les cigales. Pour qu'il y ait une coïncidence des cycles il faut attendre tous les 85 ans! Ce qui est largement suffisant pour rendre négligeable un "baby boum" de prédateurs (qui se serait, en principe, estompé entre temps)...


    Enfin bref, pour le cas de ces cigales, le cycle de reproduction ne semble pas tout à fait strict en réalité, mais obtient un "optimum" de fitness pour des cycles de 13 et 17 ans et c'est pourquoi, la très grosse majorité de ces insectes ne se métamorphoseront qu'avec ces cycles là...
    (encore une fois, faudrait vérifier que ce soit à jour... )


    Apus.
    Nothing in Biology makes sense except in the light of Evolution. (T. Dobzhansky)

  9. Publicité

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. La science du "Comment?" peut-elle dire "POURQUOI?" au moins une fois?
    Par Jean-Michel Tengang dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 83
    Dernier message: 12/07/2017, 22h12
  2. régression non linéaire d'une série temporelle avec le logiciel "R"
    Par tramou dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 8
    Dernier message: 16/03/2011, 23h27