Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

transfection



  1. #1
    val62

    transfection


    ------

    bonjour à tous,

    Voilà dans le cadre d'un projet en apprentissage je dois rendre un rapport sur les differentes méthode de transfection. Le probleme c'est que je ne sais pas par quoi commencer donc si pouviez me donner un petit coup de main en me donnant des adresses internet ou en me disant ce que vous savez sur la transfection leurs avantages, leurs inconveniant etc ...
    J'espère que vous pourrez m'aider. Merci d'avance

    -----

  2. #2
    MaliciaR

    Re : transfection

    Bonsoir,
    Ca s'appelle te faire un plan détaillé et pratiquement tout ce que tu as à faire...
    Pas très constructif. Les sites se trouvent par Google, tu peux le faire comme le ferait tout un chacun parmi nous
    Donc, essaie de faire un plan, de "jeter" les idées et connaissances que tu as sur le sujet. Ensuite, si tu as des questions précises, reviens vers le forum.

    Cordialement,
    An expert is one who knows more and more about less and less.

  3. #3
    futurelight

    Re : transfection

    j'ai téléchargé ce document il y a longtemps
    j'ai perdu le lien,
    voici la partie sur la transfection

    bon courage


    Transformation-transfection
    Comment faire rentrer un ADN dans une cellule ?
    Il existe différentes techniques qui permettent de faire pénétrer de l’ADN dans une cellule
    eucaryote. Dans tous les cas, le but est de traverser la membrane cytoplasmique. Une fois dans le
    cytoplasme de la cellule, l’ADN sera transporté dans le noyau par un mécanisme non contrôlable. Le
    choix de l’une ou l’autre de ces techniques est essentiellement fonction de la sensibilité des cellules,
    de l’efficacité de transfection recherchée et de l’objectif exact de l’expérience. Une cellule dans
    laquelle on a fait entrer un ADN est une cellule transfectée.
    - La microinjection. Des microaiguilles sont fabriquées par étirement d’un tube de verre à la
    chaleur.
    - Le dextran/DEAE. On a couplé un groupement chimique chargé positivement
    (diéthylaminoéthyl) au dextran qui est un hydrate de carbone polymérique. Le mécanisme par lequel
    le dextran/DEAE permet à l'ADN d'atteindre les noyaux des cellules est mal connu.
    Conventionnellement, on admet que les complexes d'ADN-dextran/DEAE collent à la surface des
    cellules et sont internalisés par endocytose.
    - Le phosphate de calcium. La plus ancienne des techniques de transfection. Cette méthode
    donne de meilleurs rendements que le dextran/DEAE. Elle consiste à faire rentrer l'ADN via une coprécipitation
    PO4Ca /ADN qui adhère à la surface des cellules. Cette technique est basée sur le fait
    que les cations divalents tels que le calcium ou le magnésium favorisent la pénétration de l'ADN dans
    les cellules. Elle nécessite d’autre part d’utiliser des cellules adhérentes qui présentent une forte
    activité d'endocytose. Les principaux problèmes liés à cette technique sont de trois ordres : i) le
    calcium est toxique pour certaines cellules ii) beaucoup de copies sont transfectées par cellule –
    plusieurs dizaines iii) l’expression du gène rapporteur est retardée d’environ 72h .
    - L’électroporation (ou électroperméabilisation) : Cette technique consiste à placer les
    cellules dans un champ électrique qui ouvre des pores dans la cellule, on pense que l'ADN rentre par
    65
    ces pores par diffusion. Cette méthode s’applique aux cellules adhérentes ou en suspension ; il n’y a
    pas de retard d'expression du gène rapporteur ; peu de copies sont transfectées.
    - Les liposomes : on fait des liposomes en utilisant des lipides chargés positivement. Ces
    liposomes forment des agrégats avec l'ADN (chargé négativement). Les liposomes ayant une charge
    globale positive sont attirés par la membrane cellulaire de charge globalement négative. Le liposome
    rentre dans la cellule par endocytose. Après destruction des endosomes, l’ADN se retrouve dans le
    cytoplasme et lors d’une division cellulaire peut se retrouver dans le noyau (Zabner et al., 1995). Il y
    a actuellement de nombreux lipides capables de former des liposomes cationiques sur le marché. Le
    premier qui a été mis au point est un mélange de DOTMA et de DOTE.
    - Les peptides : Un peptide amphiphile dérivé de la troisième hélice de la protéine
    antennapedia de la drosophile est capable d’être internalisé dans les cellules sans passer par la voie de
    l ‘endocytose. Si on synthétise ce peptide avec une queue polylysine, le peptide accroche l’ADN par
    liaison électrostatique et rentre dans la cellule avec l’ADN (Citti et al., 2002).
    Comment faire rentrer une protéine dans une cellule ?
    - Microinjection : on peut injecter des protéines dans les cellules en utilisant des aiguilles
    effilées, cependant cette technique demande de l’habileté et on doit injecter les cellules une à une.
    - Electroporation : l’électroporation utilise un fort voltage qui produit des pores transitoires.
    Cette méthode peut être utilisée sur des populations cellulaires mais n’est pas spécifique, les autres
    composants du milieu de culture rentrent dans la cellule. Un autre inconvénient de l’électroporation
    est son efficacité très variable en fonction du type cellulaire.
    - Liposomes : Les liposomes sont très efficaces pour transporter l’ADN, mais pour la
    plupart, restent peu efficaces pour les protéines. Cependant Gene Therapy System Inc a développé
    une formulation de lipides qui interagit avec les protéines et permet leur internalisation. De tels
    lipides sont commercialisés par Perbio.
    66
    - Les peptides : Il a été observé que quelques protéines peuvent entrer dans les cellules. L’analyse du
    mécanisme à mis en évidence que l’internalisation était due à des petits peptides qui peuvent
    traverser la membrane plasmique et entraîner le reste de la protéine. Les trois peptides les plus
    utilisés sont dérivés du facteur de transcription Antennapedia de la drosophile, de la protéine VP22
    du virus de l’Herpes et de l’activateur transcriptionnel Tat du virus HIV. Ce sont de petits peptides de
    10-16 résidus qui comportent de nombreux acides aminés basiques. Par exemple le peptide de Tat
    présente la séquence suivante : RKKRRQRRR. A partir de ces séquences (Ho et al., 2001) de
    nombreux peptides synthétiques ont été construits. L’entrée des protéines est indépendante de
    l’endocytose comme de la taille de la protéine à la condition que la protéine soit liée de façon
    covalente au peptide.
    - Les protéines transportrices : Pep-1 est une protéine de 21 résidus qui est composé de 2 domaines, un
    domaine hydrophobe, riche en tryptophane il favorise l’interaction avec la protéine à transporter et un
    domaine riche en lysine dérivé du virus SV40 qui permet l’entrée dans la cellule et permet la
    solubilité du peptide.

  4. #4
    Yoyo

    Re : transfection

    salut

    c'est sympa de donner les informations, mais bon ca n'est pas franchement tres interessant de faire l'excercice a la place de celui qui pose la question.
    Il est toujours plus profitable et plus pedagogique de laisser la personne reflechir elle meme comme le fait MaliciaR

    Yoyo

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. [Biologie Moléculaire] transfection dextran / DEAE
    Par val62 dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/12/2007, 20h10
  2. [Génétique] Transfection
    Par génétique 2005 dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 02/09/2007, 12h20
  3. Mesurer le taux de transfection ?
    Par fxmulder dans le forum Biologie
    Réponses: 9
    Dernier message: 20/03/2006, 14h29
  4. Transfection siRNA in vivo
    Par Glast dans le forum Biologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 01/03/2005, 20h28