Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Bioaccumulateurs



  1. #1
    thp2392

    Bioaccumulateurs


    ------

    Bonjour à tous.Dans le cadre des TIPE, j'aimerais poser ma problématique sur "comment une espèce bioaccumulatrice permet de montrer une pollution de l'eau", de préférence une pollution aux métaux lourds (le plus simple a paramétrer je pense).
    Je me suis donc renseigné avec mes moyens, et une espèce me semble particulièrement adaptée : Fontinalis antipyretica, une mousse aquatique (la procuration et la culture de la moule zébrée semblant s'avérer assez difficile).
    Cependant j'ai lu que sa culture était lente.cela signifie-t-il plusieurs semaines?mois?
    Sinon il reste tjs le tabac ou le lichen, qui sert de bioindicateur pour la pollution aérienne, mais les paramètres aérien paraissent plus compliqués a gérer.

    Si vous avez des conseils, des commentaires ou autres a m'apporter, critiques à avancer, n'hésitez pas.Merci d'avance

    -----

  2. #2
    streshydrique

    Re : Bioaccumulateurs

    bonjour, plusieurs idée me sont venue en te lisant.

    A ta question, je repondrait, en dosant les different polluant present dans ces especes.

    Es tu sur de la pertinance de ta problematique?
    Ne vaut il pas mieux parler d'espece bioindicatrice?

    Les especes bioacumulatrice sont en quelque sorte aussi des bioindicateurs, Les outils ne manque pas pour noter la qualité de l'eau suivant la presence d'espece (taxon) plus ou moins sensible a la polution: IBGN, IB...mais je pense que tu as du les voire en cours. C'est outils, m'ont l'air pertinant car ils s'apuie sur beaucoup d'espece qui ne presente pas la meme sensibilité aux diferentes polluants. Ils ont aussi l'avantage de pouvoir montrer des pollutions accidentels ou ocasionnels, chose que les analyse physico-chimique ne peuvent revelé.

  3. #3
    thp2392

    Re : Bioaccumulateurs

    Non je n'ai jamais entendu parler de tout cela en cours, mais alors pas du tout lol.Enfait j'ai fait mes propres recherches, en cherchant a considérer l'aspect pratique et les expériences réalisables en premier plan (puisque la démarche d'un TIPE attendue n'est enfait que de l'expérimentation).
    D'après ce que j'ai appris de mes recherches, un bioindicateur ne révele la présence d'une pollution que par sa présence ou son absence dans un environnement donné (le lichen en foret..) et par des modifications phénotypiques (les feuilles de tabac où apparaissent des taches marron-blanchâtres en présence de trop fort taux d'ozone).En soit les bioindicateurs ne m'interessent donc pas particulièrement dans la vue de mes TIPE.En effet, la présence ou l'absence de lichen en fonction de la qualité de l'air de notre labo au lycée, c'est pas top..En plus je pense que les facteurs aérien sont plus durs a paramétré que les facteurs aquatique (probleme d'isolation..Il faut rappeler que les moyens a notre disposition sont plutot restreint).Tandis que la concentration d'une solution contenant du cuivre ou du zinc ou autres métaux lourds par exemple est bien plus facile a controler et la préparation plus pratique a mettre en oeuvre.
    Ainsi l'avantage de fontinalis est d'être un(e) bryophyte aquatique, bioaccumulatrice (notamment des métaux lourds).Ainsi je pensais la mettre dans un aquarium (bien qu'elle fasse environ 40 cm par 40) dont on pourra régler les différentes concentrations en métaux lourds, et ainsi observer si absorption il y a ou non, et ainsi voir si c'est un bon bioindicateur, mais surtout un bon bioaccumulateur.
    Bref le protocole c'est pas encore ça, mais j'voulais savoir si cette espèce était facilement "cultivable", si on pouvait facilement la manipuler, la faire pousser ou autre, et qu'est-ce qu'un développement "lent" signifie, puisque je n'ai pas vraiment de notions du temps qu'une telle espèce mettrait à pousser, étant donner que de nombreux spécimens sont a prévoir (en effet, si il faut attendre plusieurs mois rien que pour la faire pousser..).

    Merci beaucoup pour la réponse en tout cas, sincérement .

  4. #4
    hexapat

    Re : Bioaccumulateurs

    Bonne nuit THP,

    Chui pas spécialiste de la culture de plantes aquatiques, mais il me semble que Fontinalis croit dans les cours d'eau froids, courants, et bien éclairés !
    trois qualités difficiles à reproduire en intérieur !
    Mais pourquoi pas essayer sur le rebord extérieur d'une fenêtre côté nord !
    Pendant que tu y es, tente aussi l'expérience avec des lentilles d'eau (Lemna)
    des ceratophylles ou des myriophylles, ces trois espèces seraient révélatrices des polluants d'eaux stagnantes.
    Fontinalis, élodée, cresson de fontaine, renoncule aquatique, ou callitriche pour les eaux courantes !

    Rien l'établissement du protocole de culture d'une espèce bioaccumulatrice pourrait être en soi un TIPE suffisamment ardu et interessant !!
    Bon courage !

Sur le même thème :