Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Fonte du tissu adipeux



  1. #1
    Baldr

    Fonte du tissu adipeux

    Bonjour,

    Avant toute chose, je précise que mes connaissances en biologie sont assez limitées (pas plus loin qu'une Terminale S qui commence à dater). Par ailleurs, j'essaye ici de résumer un peu tout ce que j'ai cru comprendre dernièrement en plus de poser des questions, donc mon texte est un peu long, et probablement faux et/ou incomplet (et dans ce cas, merci de préciser).

    Pour en venir aux faits: dernièrement, j'ai cherché à mieux comprendre les mécanismes entraînant à la fonte du tissu adipeux. Ayant de vagues connaissances populaires à ce sujet, je commence par me tourner vers l'insuline.

    Voici ce que je pense avoir compris: l'insuline - et son hormone antagoniste, le glucagon - est là pour réguler le taux de glycémie dans le sang. Grossièrement, l'action de l'insuline consiste à réagir à une concentration trop élevée de glucose dans le sang, en allant le stocker d'abord dans le foie et les muscles (ce qui représente une quantité assez faible), puis dans les tissus adipeux (la majorité). C'est d'ailleurs ce qui explique le mécanisme d'hypoglycémie, suite à une augmentation brutale et disproportionnée des taux d'insuline: tout le glucose présent dans le sang est stocké, et on n'a plus d'énergie "directement disponible".
    A l'inverse, le glucagon est là pour réagir à une concentration trop faible de glucose dans le sang, en allant le chercher quasiment uniquement dans le foie (problème de récepteurs permettant au glucagon de ne se fixer que sur les cellules hépatiques, si j'ai bien compris).

    A partir de là, est-il correct de dire que l'action seule de l'insuline et du glucagon pourra entraîner la formation de tissu adipeux (si l'insuline est trop élevée), mais en aucun cas ne pourra favoriser la fonte du tissu adipeux, et que ce n'est pas vraiment de ce côté là qu'il faut chercher à comprendre le mécanisme ? (puisque apparement le glucagon n'agit que sur le foie).
    Comprenons bien par ici que je ne cherche pas du tout à minimiser l'importance de ces hormones. Mais j'ai l'impression, dans mon état de compréhension actuel, qu'elles ont surtout un rôle sur la régulation (et si mal contrôlées, sur la prise) du poids, plutôt que sur la perte de poids. En gros, en surveillant l'insuline, on peut garder son poids constant, mais pas en perdre (et à l'inverse, si on ne fait pas attention à son insuline, on prendra du poids).

    Néanmoins à partir de ce constat, un problème se pose: si l'organisme a besoin d'énergie, et que le glucagon a déjà utilisé tout le glucose présent dans le foie, que se passe-t-il ?
    Bien sur, l'organisme va chercher l'énergie ailleurs. C'est là que ça devient plus flou pour moi. J'ai cru comprendre qu'il existe un mécanisme de cétose: le manque de glucose est compensé par l'utilisation des tissu adipeux. On arrive donc à la fameuse fonte du tissu adipeux.
    Néanmoins, plusieurs questions me viennent alors à l'esprit.

    Déjà, on peut lire que la cétose est liée à de faibles apports en glucides (et donc à une glycémie très basse, ce qui dans le fond redonne de l'importance à l'insuline et au glucagon dans la fonte des graisses). Cela veut dire qu'un moyen d'aller "taper" dans le tissu adipeux est de réduire ses apports en glucides. Bien que je n'ai rien à redire à ça, ça me semble assez paradoxal, ou du moins assez complexe du point de vue de l'oragnisme: d'un côté, on a stocké nos surplus de glucides sous forme de lipides, et de l'autre, pour aller chercher ces stocks, il faudrait avoir non pas une carence en lipides - la forme stockée - mais plutôt une carence en glucide. Je trouve que ça fait beaucoup de "conversions".

    En partant de ça, je me demande s'il existe un autre mécanisme que la cétose, utilisant directement les lipides du tissu adipeux sous leur forme brute ? Cela me semblerait un mécanisme plus naturel, car plus simple du point de vue chimique (mais je n'ai rien trouvé à ce sujet, et j'ai même cru comprendre qu'il était dangereux de réduire ses apports en lipides).

    Par ailleurs, qu'en est-il des autres macronutriments dans tout ça ? Jusque là j'ai beaucoup parlé de glucides, notamment en tant que source d'énergie, mais c'est sans compter les lipides et les protéines. D'ailleurs, je n'ai pas trouvé grand chose à ce sujet en réalité. J'aurais tendance à dire que les glucides sont en fait la source d'énergie disponible principale de l'organisme, et que les protéines et les lipides sont en fait des sources d'énergie directement utilisées par l'organisme pour certains organes / certaines réactions chimiques, et qu'il ne faut pas jouer là-dessus (mais c'est une interprétation personnelle, donc probablement fausse).

    Enfin bref, je m'égare un peu là.
    En gros, pour résumer / conclure, est-ce que ce que j'avance est plus ou moins fondé, et existe-t-il d'autres mécanismes que la cétose entraînant la fonte du tissu adipeux (et notamment liés à autre chose qu'un manque de glucides, car quand on nous parle de régime, on nous parle surtout d'avoir une alimentation hypocalorique, et non pas une alimentation pauvre en glucide).

    Merci
    Baldr.

    -----


  2. #2

  3. #3
    Amanuensis

    Re : Fonte du tissu adipeux

    Citation Envoyé par Baldr Voir le message
    En partant de ça, je me demande s'il existe un autre mécanisme que la cétose, utilisant directement les lipides du tissu adipeux sous leur forme brute ?
    ??? La cétose est un état, pas un mécanisme. Le mécanisme d'utilisation énergétique des triglycérides est relativement simple, ne demande qu'un minimum de conversions, et cela ne passe pas une conversion des acides gras en glucose.

    En cas de jeûne ou de nourriture sans glucide, le cerveau par exemple peut se satisfaire de 30% de glucides et 70% en corps cétoniques (pourcentages en énergie). (Les corps cétoniques sont fabriqués à partir des lipides, ils circulent dans le sang pour alimenter les organes qui n'utilisent pas sur place les lipides. Leur excès est ce qu'on appelle la cétose.)


    Par ailleurs, qu'en est-il des autres macronutriments dans tout ça ? Jusque là j'ai beaucoup parlé de glucides, notamment en tant que source d'énergie, mais c'est sans compter les lipides et les protéines. D'ailleurs, je n'ai pas trouvé grand chose à ce sujet en réalité. J'aurais tendance à dire que les glucides sont en fait la source d'énergie disponible principale de l'organisme, et que les protéines et les lipides sont en fait des sources d'énergie directement utilisées par l'organisme pour certains organes / certaines réactions chimiques, et qu'il ne faut pas jouer là-dessus (mais c'est une interprétation personnelle, donc probablement fausse).
    Non. Les lipides et le glucose sont les sources d'énergie principales et normales (et il est normal que les lipides soient la source d'au moins 30% de l'énergie). Les protéines sont une source secondaire, utilisées principalement en cas de nécessité.

    Certains organes (le cerveau en particulier) "marchent" au glucose en priorité, mais sont capables de s'adapter.
    Dernière modification par Amanuensis ; 09/07/2015 à 18h27.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.

  4. #4
    Flyingbike

    Re : Fonte du tissu adipeux

    Voici ce que je pense avoir compris: l'insuline - et son hormone antagoniste, le glucagon - est là pour réguler le taux de glycémie dans le sang.
    Réguler la glycémie, (le taux de glycémie ca n'a pas de sens)

    Grossièrement, l'action de l'insuline consiste à réagir à une concentration trop élevée de glucose dans le sang, en allant le stocker d'abord dans le foie et les muscles (ce qui représente une quantité assez faible), puis dans les tissus adipeux (la majorité). C'est d'ailleurs ce qui explique le mécanisme d'hypoglycémie, suite à une augmentation brutale et disproportionnée des taux d'insuline: tout le glucose présent dans le sang est stocké, et on n'a plus d'énergie "directement disponible".
    Non, l'insuline ne réagit pas a une concentration de glucose trop élevée, elle est sécrétée en réponse à une augmentation de glycémie. Et l'action de l'insuline ne conduit pas à l'hypoglycémie, de même que son augmentation n'est pas disproportionnée, dans un système physiologique. D'ailleurs, il y a TOUJOURS du glucose dans le sang et tout n'est pas stocké, bien heureusement.

    A l'inverse, le glucagon est là pour réagir à une concentration trop faible de glucose dans le sang, en allant le chercher quasiment uniquement dans le foie (problème de récepteurs permettant au glucagon de ne se fixer que sur les cellules hépatiques, si j'ai bien compris).

    A partir de là, est-il correct de dire que l'action seule de l'insuline et du glucagon pourra entraîner la formation de tissu adipeux (si l'insuline est trop élevée), mais en aucun cas ne pourra favoriser la fonte du tissu adipeux, et que ce n'est pas vraiment de ce côté là qu'il faut chercher à comprendre le mécanisme ? (puisque apparement le glucagon n'agit que sur le foie).
    Le jeûne, donc la diminution de la glycémie, a des effets lipolytiques, que ce soit via le glucagon (il y a des récepteurs dans le TA) ou d'autres hormones (catécholamines, cortisol, etc.)

    Comprenons bien par ici que je ne cherche pas du tout à minimiser l'importance de ces hormones. Mais j'ai l'impression, dans mon état de compréhension actuel, qu'elles ont surtout un rôle sur la régulation (et si mal contrôlées, sur la prise) du poids, plutôt que sur la perte de poids. En gros, en surveillant l'insuline, on peut garder son poids constant, mais pas en perdre (et à l'inverse, si on ne fait pas attention à son insuline, on prendra du poids).
    Je ne vois pas trop ou vous voulez en venir, mais certes.

    Néanmoins à partir de ce constat, un problème se pose: si l'organisme a besoin d'énergie, et que le glucagon a déjà utilisé tout le glucose présent dans le foie, que se passe-t-il ?
    Bien sur, l'organisme va chercher l'énergie ailleurs. C'est là que ça devient plus flou pour moi. J'ai cru comprendre qu'il existe un mécanisme de cétose: le manque de glucose est compensé par l'utilisation des tissu adipeux. On arrive donc à la fameuse fonte du tissu adipeux.
    Néanmoins, plusieurs questions me viennent alors à l'esprit.
    Comme cela a été dit, la cétose est un état physiopathologique. Si vous parlez de la cétogénèse, c'est effectivement un moyen pour fournir de l'énergie aux tissus non beta oxydatifs, voir plus bas. Mais n'oublions pas que c'est un "mécanisme de fuite" qui bifurque de la beta-oxydation et pas un moyen primaire de production d'énergie.


    Déjà, on peut lire que la cétose est liée à de faibles apports en glucides (et donc à une glycémie très basse, ce qui dans le fond redonne de l'importance à l'insuline et au glucagon dans la fonte des graisses). Cela veut dire qu'un moyen d'aller "taper" dans le tissu adipeux est de réduire ses apports en glucides. Bien que je n'ai rien à redire à ça, ça me semble assez paradoxal, ou du moins assez complexe du point de vue de l'oragnisme: d'un côté, on a stocké nos surplus de glucides sous forme de lipides, et de l'autre, pour aller chercher ces stocks, il faudrait avoir non pas une carence en lipides - la forme stockée - mais plutôt une carence en glucide. Je trouve que ça fait beaucoup de "conversions".
    En partant de ça, je me demande s'il existe un autre mécanisme que la cétose, utilisant directement les lipides du tissu adipeux sous leur forme brute ? Cela me semblerait un mécanisme plus naturel, car plus simple du point de vue chimique (mais je n'ai rien trouvé à ce sujet, et j'ai même cru comprendre qu'il était dangereux de réduire ses apports en lipides).
    Les lipides stockés ( a partir du glucose) ne servent pas a restituer une disponibilité en GLUCOSE lorsque celui-ci vient à manquer. Les acides gras sont une source d'énergie MAJEURE et sont utilisés DIRECTEMENT par les tissus qui peuvent les oxyder par la voie de la beta-oxydation mitochondriale. La cétogénèse est dérivée de cette beta oxydation, justement parce qu'elle produit davantage d'acétyl-CoA que le cycle de Krebs ne peut prendre en charge.


    Par ailleurs, qu'en est-il des autres macronutriments dans tout ça ? Jusque là j'ai beaucoup parlé de glucides, notamment en tant que source d'énergie, mais c'est sans compter les lipides et les protéines. D'ailleurs, je n'ai pas trouvé grand chose à ce sujet en réalité. J'aurais tendance à dire que les glucides sont en fait la source d'énergie disponible principale de l'organisme, et que les protéines et les lipides sont en fait des sources d'énergie directement utilisées par l'organisme pour certains organes / certaines réactions chimiques, et qu'il ne faut pas jouer là-dessus (mais c'est une interprétation personnelle, donc probablement fausse).
    Malheureusement le grand public voit toujours les glucides comme a peu près la seule source d'énergie vraiment utile aux tissus. C'est pas vrai. Les lipides sont une source d'énergie PRINCIPALE pour de nombreux tissus, par exemple certains muscles (dits oxydatifs, par exemple les muscles de posture, etc.), le coeur, le foie, tissu adipeux brun,... La seule limite est que l'utilisation des lipides est dépendante de l'oxygène et de la présence de mitochondries, contrairement au glucose qui est "universel".

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Réponses: 3
    Dernier message: 19/11/2012, 19h54
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 18/11/2012, 17h00
  3. Tissu adipeux
    Par Shakyra dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 12/11/2012, 18h47
  4. [Biochimie] Protocole extraction tissu adipeux
    Par félix59 dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 19/01/2011, 10h42
  5. [Divers] Fixation, de tissu adipeux
    Par Kerg dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 31/05/2008, 13h01