Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

drainages agricoles et irrigation des cultures en cycle fermé




  1. #1
    Bounoume

    drainages agricoles et irrigation des cultures en cycle fermé

    bonjour,
    Je suis en Sologne bourbonnaise: terres argileuses, qui nécessitent d' être drainées pour y cultiver des céréales.
    Mon voisin a drainé une cinquantaine d'hectares en amont de chez moi: l'hiver il en sort un joli ruisseau, qui s'écoule finalement dans la rivière.... avec les nitrates, phosphates, et 'pesticides' dissous dedans.
    Pas loin on arrose les maïs et, parfois, les céréales. Certains débuts d'été trop secs je serais très content d'arroser mes prairies...

    SI on récupérait l'eau de drainage qui s'écoule l'hiver, dans des étangs-réservoirs, de 10 mètres de profondeur utile, et ré-arrosait plus tard dès que de besoin......
    SI la surface de l'étang était de 5% de la surface drainée puis arrosée....
    pifométriquement je calcule que l'eau disponible permettrait de délivrer annuellement une hauteur d'eau de 20 cm en arrosage.

    Quel en serait l'impact
    -sur les effluents d'engrais et 'pesticides' qui vont dans les cours d'eau?
    -corrélativement, sur les besoins en engrais et pesticides de la culture ( ces choses, ça coûte cher....)
    -sur le débit des cours d'eau (selon que l'arrosage par recyclage vient ou non en remplacement des pompages
    dans la nappe alluviale proche)


    Personnellement ça me paraît rentable (même si la SAU diminue de 5%) et bon pour les eaux
    Qu'en pensez-vous?
    cordialement
    hp

    -----

    le bruit tue l'information......

  2. Publicité
  3. #2
    Gramon

    Re : drainages agricoles et irrigation des cultures en cycle fermé

    Globalement tu veux créer un étang, qui sert de réservoir d'eau.

    As-tu réalisé que 5% de 50 hectares font 2,5 hectares ? ça fait quand même une certaine surface.
    L'autre point, c'est que tu compte stocker 250 000 m^3 d'eau, ça fait beaucoup d'eau, est tu sur qu'il y a autant d'eau disponible?

    Pour les nitrates et phophates, leurs concentrations vont diminuer au fil du temps, ils vont être utilisés par la faune aquatique. La concentration des pesticides va aussi diminuer fortement, donc il ne faut pas espérer un quelconque effet pesticide de l'eau collectée.

    Est-ce que les pompages dans la nappe phréatique sont limités/facturés?

  4. #3
    Bounoume

    Re : drainages agricoles et irrigation des cultures en cycle fermé

    Il s'agit seulement d'une question théorique, pas d'un projet personnel.
    Pour ce qui est des quantités d'eau, je crois mon estimation jouable. Je raisone en termes de hauteur d'eau/de précipitations.
    En tablant sur des précipitations de 500 mm par an, en admettant que la moitié dispartaît en évaporation ou en infiltrations dans la nappe phréatique (en dessous des drainages) il reste une hauteur d'environ 250 mm qui s'évacue par les drains. Si cette eau est colectée sur une superficie de 5% de la surface de colecte, ça fera une hauteur d'eau de 0,25 * 100/5 soit 5 mètres.

    Bon, mon pifomètre était pas parfait. Mais comme j'ai horreur d'avoir tort, je te dirai hypocritement qu'il faut pouvoir assurer la fourniture d'eau malgré les variations exceptionnelles de pluviométrie. Et prévoir le comblement progressif de la réserve. Donc surdimensionner!

    Bien sûr les chiffres seront différents selon la zone climatique concernée (tempérée? méditéranéenne?) et la culture envisagée. Cela c'est du domaine de l'agronomie, pas de Futura...


    Tu dis qu'une partie des engrais sera absorbée par les végétaux de l'étendue d'eau. Quelle proportion?
    Et si oui, pas de problème: la masse végétale peut être récoltée et servir d'engrais naturel....

    J'aimerais quand même avoir une idée de l'intérêt écolo du système ;
    a +
    hp
    le bruit tue l'information......


  5. #4
    Touche-à-tout

    Re : drainages agricoles et irrigation des cultures en cycle fermé

    Bonjour,

    Outre le fait que cela mange effectivement de la surface, encore faudrait-il disposer d'un endroit géologiquement apte à recevoir un tel réservoir. Si en plus le relief du terrain ne présente pas de cuvette naturelle, faudrait-il aussi que le sol/sous-sol présente un intérêt à l'exploitation pour justifier son déplacement.
    A part ça, l'idée n'est pas nouvelle et est déjà appliquée par endroits mais elle est est soumise à de nombreuses contraintes: administratives, financières, sanitaires, d'entretien, d'impact écologique, démarche individuelle ou collective...

    Cordialement,
    Nicolas.

Discussions similaires

  1. [Verger] Matériels agricoles
    Par lumiére é vie dans le forum Jardinage
    Réponses: 8
    Dernier message: 01/12/2011, 20h50
  2. construction convertisseur thermique cycle fermé
    Par johny005 dans le forum Physique
    Réponses: 2
    Dernier message: 13/10/2011, 00h04
  3. De ferme en ferme 2011. Visite de lieu (maison et ferme) sur toute la france
    Par Myrddinlefou dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 1
    Dernier message: 01/04/2011, 10h57
  4. sciences agricoles
    Par gourinda dans le forum Orientation avant le BAC
    Réponses: 4
    Dernier message: 10/07/2007, 15h22
  5. recherches agricoles
    Par Madior dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 15/03/2006, 23h50