Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 17 sur 17

Destratificateur




  1. #1
    TomPI

    Destratificateur

    Bonjour à tous,

    Je suis actuellement chargé de mission développement durable au sein d'un équipementier automobile. Ma mission actuelle consiste en un bilan énergétique. Nous avons eu l'idée des destratificateurs (rabatteur d'air) pour homogénéiser la température dans nos atelier de production. En effet la chaleur monte et la différence de température entre ma surface sous-toiture et la zone de travail est importante. Bref pour palier à ce problème qui nous fait surconsommer du gaz, je souhaiterai avoir des RTEX sur ces produits. Si vous avez des noms d’installateur, des tarifs, des méthodes de calcul pour le nombre à mettre en place, etc. ça serait super sympa.

    A tous, merci de m'avoir lu et merci d'avance pour vos réponses.

    TomPI

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    f6bes

    Re : Destratificateur

    Bjr à toi,
    Ben qq ventilos ne peuvent pas faire l'affaire (juste un brassage) ?
    A+
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  4. #3
    TomPI

    Re : Destratificateur

    Salut F6bes,

    ce qui m’embête le plus c'est le "quelques ventilos" !!
    1 je ne peux pas le budgéter
    2 je ne sais pas combien je vais gagner en terme d'énergie
    3 je ne connais pas les caractéristiques des ventilos qu'il faudrait installer (diamètre, débit d'air brassé, hauteur d'accroche, niveau sonore, puissance, etc..)

    Mais j'y avais pensé... jusqu’à ce que je me rende compte du nombre de ventilateurs différents sur le marché --'!!

    Merci quand même!!

    A+


  5. #4
    Touche-à-tout

    Re : Destratificateur

    Bonjour,

    Je crois avoir vu ça dans un catalogue de fournitures pour entreprises, genre Frankel, mais je ne sais plus lequel, c'était il y a quelques années maintenant... Je me souviens que le système comprend en effet un ventilateur suspendu au plafond, mais raccordé à une gaine souple équipée d'un diffuseur proche du sol. On peut ainsi éviter de brasser de trop grandes quantités d'air et apporter l'air chaud là où c'est utile.
    J'avais un moment envisagé de me lancer dans la fabrication de ce genre de dispositifs, mais le ventilo du proto est toujours sur mon bureau à servir de presse-papier...
    A noter cependant: la qualité de l'air est à surveiller, en particulier en milieu professionnel où des émanations de produits divers peuvent être portées par l'air chaud et leur recirculation n'est peut-être pas souhaitable... Il faut donc diagnostiquer l'air au ras des plafonds avant d'essayer de le redescendre dans le nez des travailleurs. Si tout est propre, les points de sortie sont à placer près des postes de travail, là où la chaleur est souhaitable, et non pas dans la globalité du local où les zones "inhabitées" n'ont pas besoin de brassage actif aussi poussé (mais où l'air chaud peut être puisé).
    En gros, le dimensionnement est semblable à celui d'une ventilation, d'un chauffage à air pulsé ou d'une climatisation, il faut des canalisations du(des) captage(s) aux points de livraison et on peut aussi bien avoir une installation lourde centralisée ou une multitude de systèmes indépendants. Le but est d'obtenir le taux de renouvellement d'air équivalent aux systèmes classiques.
    Il y a donc des choix à faire avant de pousser la réflexion plus avant.

    Cordialement,
    Nicolas.

  6. #5
    ecolami

    Re : Destratificateur

    Bonjour,
    Je ne sais pas si ça sera utile mais un chauffage par rayonnement permet de diriger la chaleur. Cela n'empêche pas de brasser l'air, en tenant compte si besoin de sa pollution puisque c'est un atelier.
    Le chauffage par rayonnement s'applique dans des lieux ouverts ou fermés mais de dimensions trop grandes pour qu'il soit possible de tout chauffer.
    Le mieux est que la chaleur provienne de deux sources pour éviter d'avoir chaud d'un côté et froid de l'autre (surtout sensible à l'extérieur).

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Larzacien

    Re : Destratificateur

    bonjour, comment chauffez-vous votre atelier ??? description exacte et photos si possible.

    Comment travaillent les salariés ?? debout ?? assis ???

    Des ventilos pour pousser l'air chaud ou du moins l'homogénéiser, c'est très bien, mais c'est un peu comme si on voulait enfoncer un bouchon de liège dans l'eau. donc peut-être vaudrait-il mieux penser le chauffage, ou son utilisation autrement.

    Sinon des ventilateurs de plafond à deux sens de rotation, on en trouve en magasin de bricolage à 35 ou 50 euros, mais ce n'est pas trop la saison actuellement.
    Dernière modification par Larzacien ; 11/11/2012 à 19h46.

  9. #7
    merlin l'an chanteur

    Re : Destratificateur

    Bonjour,
    Je dois arriver un peu tard, mais c'est un probleme qui m'a déjà été soumis.
    Ce n'était pas un attelier mais une armoire sèche linge. La turbine (ventilateur) et la résistance se trouvait sur le dessus de l'amoire. une goulotte devait canaliser l'air chaud vers le bas de l'armoire et sécher le linge en remontant. En réalité seul l'air parvenait en bas de l'armoire. La chaleur s'accumulait dans la partie haute de la goulotte et la température s'élevait de plus en plus jusqu'a ce que le thermostat de sécurité disjoncte. En insistant l'appareil de chauffage s'auto détériorait.
    Je n'ai pu résoudre le problème qu'en mettant le générateur d'air chaud dans la partie basse de l'armoire.
    Cordialement Merlin

  10. Publicité
  11. #8
    Touche-à-tout

    Re : Destratificateur

    Bonjour,

    Eh oui, il faut un minimum de renouvellement d'air, sinon tout stagne. Que ce soit chaleur, air vicié, ou humidité, il faut un circuit ouvert en partie. Dans le cas de l'armoire sèche linge, on peut prendre l'exemple des sèche-linges ménagers qui sont forcément en circuit ouvert. Ceux à évacuation ont une extraction vers l'extérieur de l'habitation, ceux à condensation vers l'atmosphère de l'habitation. Ils ne fonctionneraient pas s'ils étaient en circuit fermé, sinon, que deviendrait l'humidité séchée ? (référence à la "crasse propre" de Coluche).

    Ensuite, le phénomène que vous décrivez est un emballement du système qui vient du fait que celui-ci génère lui-même la chaleur. Dans la déstratification, il s'agit de deux systèmes différents sans aucun lien. Les déstratificateurs ne produisent pas la chaleur et ne font que la redistribuer. De son côté, le chauffage n'est pas modifié puisque son point de consigne n'est pas affecté (tant que la sonde du thermostat n'est pas dans le flux d'un déstratificateur). Tout au plus, la consigne peut être baissée du fait de la mise à disposition d'air chaud là où il est nécessaire, car il s'agit en fait d'ajouter une fonction "air pulsé" ponctuelle, mais cela ne modifie pas le comportement de la régulation.
    Le gain se sent alors sur la consommation du chauffage, et surtout sur le confort: imaginons un atelier assez haut avec un étage en mezzanine. En situation classique, ceux du bas se caillent tandis que ceux du haut crèvent de chaud. Les déstratificateurs permettent de diminuer le gradient de température entre les deux niveaux sans pour autant créer un courant d'air phénoménal.
    En résumé, la déstratification, c'est l'exploitation de la masse d 'air chaud qui s'accumule au plafond et qui n'est habituellement pas utilisée. L'exemple de la mezzanine, transposé en habitat domestique, est un problème bien connu de ceux qui habitent une maison ainsi configurée. La cheminée n'y fait rien, il fait toujours froid en bas et trop chaud en haut. Cela contrevient au principe des chambres moins chauffées que les pièces de vie, il est navrant que les architectent qui pondent ce genre de maison ne considèrent jamais cet aspect.

    Cordialement,
    Nicolas.

  12. #9
    davidairius

    Wink Re : Destratificateur

    bonjour,

    je travaille pour une entreprise spécialisée dans la déstratification thermique des bâtiments. Je serais heureux de pouvoir vous aider en vous apportant notre contribution à votre étude.

    David Bernard
    d.bernard@airius.fr

  13. #10
    KhadijaKa

    Re : Destratificateur

    Bonjour,

    Comment savoir si l'on a besoin de destratificateur ou pas?
    Et est si l'on augmente le taux de brassage est ce qu'on aura toujours besoin de déstrtificateur?

    Cordialement

  14. #11
    f6bes

    Re : Destratificateur

    Bonjour à toi,s
    D'aprés toi à quoi sert un " Destratificateur d'air" ( brassage )
    POur te mettre sur la voie: température au sol , température au plafond...ensuite tu cogites.
    Juste pour recadrer le sujet cause de "brassage d'air."
    Donc ton brassage tu le fais avec...quoi !!
    J'ai l'impression que tu penses à TAUX d'humidité.

    A+
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  15. #12
    KhadijaKa

    Re : Destratificateur

    Si l'on multiplie le débit nécessaire par 2 ou 2.5 pour les grands volumes est ce que le brassage ne sera pas assuré?

  16. #13
    f6bes

    Re : Destratificateur

    Remoi,
    Ce débit tu le fais à l'aide de QUOI !!
    A+
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  17. #14
    KhadijaKa

    Re : Destratificateur

    Par des diffuseurs reliés à des Rooftop

  18. #15
    f6bes

    Re : Destratificateur

    Remoi,
    Jusqu"à présent bien que le post soit trés ancien, il n'a en été nullement question.
    Donc si tu arrives , tu INDIQUES toutes les données et mieux tu poses TON probléme.
    Jusqu'à présent il n'était nullement question de chauffage à air chaud par ventilation, mais SIMPLEMENt
    de brasser l'air existant pour rendre homogéne la température INDEPENDAMMENT du mode de chauffage.
    Il est bien évident que si ton sytéme de chauffe "souffle de l'air", cela rend plus homgéne la température.
    Mais ça on s'en doutatit.

    Bonne soirée
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  19. #16
    KhadijaKa

    Re : Destratificateur

    Et comment etre sur que cest homogene ou as pour ne pas perdre de largent à lachat ds destratificateurs

  20. #17
    Touche-à-tout

    Re : Destratificateur

    Bonjour,

    On n'a pas besoin d'un déstratificateur, c'est un appareil totalement optionnel qui permet des économies sur le chauffage.
    Partant de là, on ne perd pas d'argent à acheter des déstratificateurs s'ils sont justifiés par la configuration des locaux. Pour ne pas perdre d'argent, il faut faire le rapport entre coût de l'installation et les économies qu'elle permet de faire. Plus la différence de température entre le haut et le bas est importante, plus le système est intéressant.

    Le brassage n'est pas forcément la solution car ce n'est qu'un gros courant d'air désordonné qui va, certes, déplacer la masse d'air chaud, mais au prix d'un inconfort certain pour les occupants (ça reviendrait à un système à air pulsé poussé trop fort) qui auraient l'impression de vivre dans un sèche-linge !

    Concernant l'homogénéité, c'est un faux problème puisque ce n'est pas l'état de départ ni celui visé. L'effet des déstratificateurs est relativement localisé puisque l'air chaud diffusé remonte aussitôt. De plus, cette technique n'est qu'un complément des chauffages traditionnels existants, on ne peut lui demander les performances d'un système de température dirigée pour les stockages spécifiques qui utilisent une régulation globale.

    Un déstratificateur bien placé puise dans le haut de la colonne d'air pour rejeter en bas, en des points où ça permet de ne pas faire appel à des chauffages d'appoint. Un exemple concret: le poste d'expédition d'une entreprise, à proximité du quai de chargement. Il serait inepte de placer un chauffage près d'une ouverture de grandes dimensions mais il n'est pas souhaitable non plus de laisser cette partie du bâtiment sans chauffage quand le rideau métallique est baissé. Faire déboucher un déstratificateur à cet endroit permet de bénéficier d'un chauffage localisé avec l'énergie résiduelle du chauffage principal des ateliers. On élimine ainsi le recours à des radiateurs, d'où autre économie.
    On peut étendre ce raisonnement à des zones différentes d'un bâtiment compartimenté: envoyer l'air capté dans un atelier de production vers une zone de stockage non chauffée. Cela assure le renouvellement d'air de l'atelier et chauffe (relativement) une zone non équipée avec une seule installation. Deux remarques dans ce cas: penser à la sécurité incendie (sectionnement), et penser que si on prélève dans un bâtiment pour envoyer dans un autre; la consommation pour le chauffage du premier va nécessairement augmenter (à moins que le renouvellement se fasse déjà avec rejet à l'extérieur). Les possibilités de cas d'application sont très nombreuses et sont à étudier individuellement.
    Voilà qui devrait répondre à vos interrogations sur la pertinence de l'investissement. Reste à voir à quelle échelle vous souhaitez appliquer cette démarche...

    Cordialement,
    Nicolas.

Sur le même thème :