Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

De la métrique des courbes aux 3 stoppages étalon de Marcel Duchamp



  1. #1
    Rhizomatique

    De la métrique des courbes aux 3 stoppages étalon de Marcel Duchamp


    ------

    La quadrature du cercle a-t-elle été éclairée par la science moderne ?

    Peut-on, sans recours à des variables symboliques ou irrationnelles mesurer une courbe ?

    La circonférence d'un cercle est-elle nécessairement irrationnelle ?

    En 1913, Marcel Duchamp, en poison esthétique anadrome retourne la question : il laisse tomber un fil de 1 mètre sur le sol puis prélève la forme délinéarisée du fil ayant chu et la réifie en la reportant sur mètre en bois courbe.

    http://www.zumbazone.com/duchamp/hasards.html

    Les courbes peuvent-elles s'accorder à une métrique ?

    Il y a t 'il nécessairement absence d'identité entre les systèmes linéaires et non-linéaires ?


    A vos lumières mille mercis !

    b

    -----
    Dernière modification par Rhizomatique ; 30/11/2006 à 15h52. Motif: orthographe :-)
    Ce qui limite le vrai ce n'est pas le faux c'est l'insignifiance. (R. Thom)

  2. Publicité
  3. #2
    didier23

    Re : De la métrique des courbes aux 3 stoppages étalon de Marcel Duchamp

    J'aime bien la question mais je ne suis pas sûr qu'elle trouve ici sa réponse...

    Ce qui me parle : certaines idées circulent dans le monde comme des pollens fertilisants. Proust disaient "il faut einsteiniser les Jeunes filles en fleur", intéressant quand on se souvient des rapports entre Proust, Bergson, Einstein.
    Concernant Duchamp j'aurais bien cité aussi "Le Roi et la Reine traversés de nus, vites" qui me paraît offrir au spectateur une idée d'un espace et d'un temps qui ne seraient plus absolus.

    Maintenant l'alternative je la formulerais ainsi :
    - Les idées qui nourrissent les scientifiques appartiennent à un ensemble de données dans lequel puisent aussi les peintres, les écrivains, les musiciens (qui formalisent à leur manière ces idées).
    - Il y a des recherches scientifiques (et d'ailleurs la science ne trouve que ce qu'elle cherche) et par ailleurs un "air du temps" dans lequel puisent les artistes, tout cela pouvant s'influencer l'un l'autre mais sans excès.

  4. #3
    Rhizomatique

    Re : De la métrique des courbes aux 3 stoppages étalon de Marcel Duchamp

    Citation Envoyé par didier23 Voir le message
    J'aime bien la question mais je ne suis pas sûr qu'elle trouve ici sa réponse...

    Ce qui me parle : certaines idées circulent dans le monde comme des pollens fertilisants. Proust disaient "il faut einsteiniser les Jeunes filles en fleur", intéressant quand on se souvient des rapports entre Proust, Bergson, Einstein.
    Pourriez-vous nous conter l'épaisseur des liens liant Proust, Bergson et Einstein ?


    ma docte ignorance est totale au moins au sujet de Proust... et je n ai fait qu'effleurer la croisée aux limites du temps et de la durée - Bergson Vs Einstein - .

    Votre réseau de relations ressemble à un problème à trois corps (poincaré étendu à la mécanique du sens et des sens ?) dont l'issue ne saurait être déterminée.
    Ce qui limite le vrai ce n'est pas le faux c'est l'insignifiance. (R. Thom)

  5. #4
    didier23

    Re : De la métrique des courbes aux 3 stoppages étalon de Marcel Duchamp

    Les liens sont ténus, mais existent me semble-t-il.

    Bergson est le grand philosophe du temps et c'est lui qui invite Einstein pour la première fois (ou l'une des premières en 1922) en France.
    A priori le débat organisé par Bergson à la Société de Philo tourne à l'incompréhension : Bergson part de l'idée philosophique d'un temps "absolu", idée que réfute Einstein brillament.
    Par la suite Bergson publie un livre : "de la Durée et de la simultanéité" où il essaye tant bien que mal de colmater les brèches entre ses théories et celles du physicien.
    Proust quant à lui entreprend "la Recherche" en se basant sur la conception du temps de Bergson (qu'il connait personnellement car un lien familial existe entre eux).
    Si la phrase citée sur les jeunes filles est vrai, il change donc de conception philosophique en cours d'écriture. De fait, le Temps au fur et à mesure de La Recherche s'étire : dans l'un des derniers livres, le récit d'un repas chez Verdurin occupe 100 pages...

    Le fond de la question reste le même : hasard ? idées qui circulent, artistes qui récupèrent des idées via une vulgarisation hâtive ???

    (je renverrais aussi volontiers au livre du Pr Damour : Entretiens sur la multitude du monde - Odile Jacob, qui effleure intelligemment cet thème de la circulation des idées)
    Dernière modification par didier23 ; 03/12/2006 à 16h48.

  6. #5
    Rhizomatique

    Re : De la métrique des courbes aux 3 stoppages étalon de Marcel Duchamp

    Citation Envoyé par didier23 Voir le message
    .

    Le fond de la question reste le même : hasard ? idées qui circulent, artistes qui récupèrent des idées via une vulgarisation hâtive ???

    (je renverrais aussi volontiers au livre du Pr Damour : Entretiens sur la multitude du monde - Odile Jacob, qui effleure intelligemment cet thème de la circulation des idées)

    1) Sur cette pollinisation que vous évoquez :

    Susanne Blackmore, Richard Dawkins, Howard Bloom, suivis par les méméticiens de tous poils en font un objet majeur d'étude. Je vous conseille, si vous ne l'avez déjà fait de lire le livre joyeux et sans prétention de pascal Jouxtel "comment les systèmes pondent".

    2) L'appropriationnisme naïf se double souvent de variations fécondes. Dans le dernier pour la science (déc 2006) il y a un article sur l'impact des amateurs sur les sciences particulièrement édifiant.

    Il serait certainement passionnant d'étudier l'impact de ces déterritorialisations génératrices de variations.


    b
    Ce qui limite le vrai ce n'est pas le faux c'est l'insignifiance. (R. Thom)

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    doryphore

    Re : De la métrique des courbes aux 3 stoppages étalon de Marcel Duchamp

    Citation Envoyé par Rhizomatique Voir le message
    La circonférence d'un cercle est-elle nécessairement irrationnelle ?
    C'est le rapport entre le rayon et la circonférence qui est nécessairement irrationnelle en géométrie euclidienne. La circonférence peut très bien être un nombre entier de fois l'unité si le rayon a une mesure irrationnelle dans la même unité.

    En géométrie elliptique, ce n'est pas nécessairement vrai.
    Le rapport entre la circonférence d'un cercle est son rayon peut alors être tout à fait rationnel.
    "Plus les choses changent et plus elles restent les mêmes..." Snake Plisskein

  9. Publicité
  10. #7
    didier23

    Re : De la métrique des courbes aux 3 stoppages étalon de Marcel Duchamp

    Citation Envoyé par Rhizomatique Voir le message
    1)
    (..)
    2) L'appropriationnisme naïf se double souvent de variations fécondes. Dans le dernier pour la science (déc 2006) il y a un article sur l'impact des amateurs sur les sciences particulièrement édifiant.

    Il serait certainement passionnant d'étudier l'impact de ces déterritorialisations génératrices de variations.
    Oui nous sommes pile dedans : la vulgarisation a-t-elle été réellement traitée en épistémo ? Esintein, Mach, Gamow, ont fait de la vulgarisation de qualité. Et puis, depuis disons, la mécanique quantique, la vulgarisation se heurte au "bons sens" et n'arrive plus à entrainer le "grand public". Peu à peu, la science sort du champ du "culturel" et se marginalise.
    Le terme "d'appropriationnisme naïf" me semblait un peu péjoratif (?) : la vulgarisation n'a pas qu'un rôle culturel mais aussi un rôle plus "politique". Ce sont les citoyens qui votent les crédits pour la Recherche à travers leurs choix électoraux (d'un manière très indirecte j'en conviens).

    Merci en tout cas pour les références.

  11. #8
    Rhizomatique

    Re : De la métrique des courbes aux 3 stoppages étalon de Marcel Duchamp

    Citation Envoyé par didier23 Voir le message
    Oui nous sommes pile dedans : la vulgarisation a-t-elle été réellement traitée en épistémo ? Esintein, Mach, Gamow, ont fait de la vulgarisation de qualité. Et puis, depuis disons, la mécanique quantique, la vulgarisation se heurte au "bons sens" et n'arrive plus à entrainer le "grand public". Peu à peu, la science sort du champ du "culturel" et se marginalise.
    Le terme "d'appropriationnisme naïf" me semblait un peu péjoratif (?) : la vulgarisation n'a pas qu'un rôle culturel mais aussi un rôle plus "politique". Ce sont les citoyens http://forums.futura-sciences.com/im...o-co.gif:dodo: qui votent les crédits pour la Recherche à travers leurs choix électoraux (d'un manière très indirecte j'en conviens).

    Merci en tout cas pour les références.
    Je ne mets aucune connotation péjorative à cette naïveté. Je dois vous dire que je trouve la naïveté curieuse de mes enfants tous les jours un peu plus belle.

    La vulgarisation joue un rôle non seulement politque et culturel mais également scientifique au sens pur.

    Quelques thèses sur le sujet en socio, ethno et épistémo pourraient je le pense livrer des résultats stupéfiants.

    Nous vivons une période qui pourrait ressembler à une renaissance. Sentiment que partage par exemple l'excellent vulgarisateur qu'est Michel Serres cf. "rameaux" un livre au saveurs un peu crétino-chrétiennes parfois mais qui transpire l'air du temps ...

    Cet appel des transversalités tarte à la crème dans les années 60-70 a acquis une force étonnante depuis quelques années et tout particulièrement dans la grande boite de pandore des sciences cognitives.


    b
    Ce qui limite le vrai ce n'est pas le faux c'est l'insignifiance. (R. Thom)

  12. #9
    didier23

    Re : De la métrique des courbes aux 3 stoppages étalon de Marcel Duchamp

    Une émission écoutée sur France Culture (et pourquoi ne pas la citer : Continent Sciences pour laquelle on peut faire un peu de pub, parenthèse refermée), évoquait il y a peu l'engouement pour les sciences dans les années 1880-90. Il n'était pas rare à l'époque que les "événements scientifiques" fassent la "une" des journaux à grand tirage. Cette presse était servie par des journalistes scientifiques de grande qualité et de grand talent. Aujourd'hui qu'en est-il ?
    "L'honnête homme" d'aujourd'hui connaît le nom de 5 ou 10 scientifiques au grand maximum et les filières scientifiques sont désertées par les étudiants. Personnellement j'établirais volontiers une relation de cause à effet : la science ne fait plus partie de "la culture".

Discussions similaires

  1. Article de Marcel Foucault...
    Par MaliciaR dans le forum Psychologies (archives)
    Réponses: 6
    Dernier message: 06/10/2007, 21h01
  2. Tracer des courbes à partir d'équations
    Par Penangol dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 1
    Dernier message: 28/04/2007, 03h36
  3. Bien légender des figures, courbes
    Par jajaloic dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/03/2007, 20h39
  4. étalon
    Par Maes HawkEye dans le forum Chimie
    Réponses: 5
    Dernier message: 01/03/2007, 00h49
  5. Problème d'échelle pour tracer des courbes.
    Par neokiller007 dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 15
    Dernier message: 13/09/2005, 20h04