Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 14 sur 14

Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère



  1. #1
    volmar

    Unhappy Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère


    ------

    Bonjours à tous,

    Je tiens d'abord à préciser que je suis de nombreuses discussions sur ce forum et celui de systemeD, cependant devant l'importance des choix que nous avons à faire, j'avoue que je suis un peu perdu.
    Voici notre projet :
    Nous avons acheté dans le 28 une longère à restaurer.
    Nous devons donc choisir notre isolation, notre chauffage...
    Voici les "contraintes" liés à l'état actuel du bien.
    La toiture est en bonne état.
    Les murs sont en terre (40cm) au nord (ou il n'y a q'une seule ouverture) et ils sont en silex et en terre au sud ou il y a 5 fenêtres, 3 portes fenêtres, 2 baies vitrées et la porte d'entrée, les habillages de ces ouvertures sont en brique.
    Nous avons du faire un décaissement car il y avait seulement des tomettes posées sur la terre).

    Nous souhaitons donc respecter au maximum ce batiment tout en le rendant le plus sains possible et le plus "écologique" possible avec des moyens limiter.
    Les difficultées commencent ici car comment concilier tous ces points.
    Comment isoler notre maison, d'un côté on me dit qu'avec des murs en terre il n'y a pas besoin d'isolation ??? de l'autre une isolation extérieure est impossible...
    Pour le sol, comment l'isoler ? Dalle à la chaux ou dalle beton ?
    Nous avons abandonné l'idée du triple vitrage, car trop cher.
    VMC double flux, puits canadien ?
    Pareil pour le choix du chauffage, les prix s'envolent, on nous conseille un plancher chauffant, oui pourquoi pas mais quelle en sera la source ?
    Nous avons des devis pour du 100% electriques (économique à l'achat certe mais avec les conséquences que l'on connait) et puis par ordre de prix de l'aérothermie, de la géothermie, une chaudière centrale à pellets, oui mais en lisant ces forums on arrive à se dire qu'il faut être fou pour investir de telles sommes pour des économies annoncées qui restent hypothétiques...

    Bref, nous ne savons plus quoi faire pour bien faire ou au moins faire le moins mauvais choix...

    J'en appelle à vos expèriences, si quelqu'un peut nous aider .Merci .

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    cphischu

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    isolation intérieure/extérieure: veux-tu garder l'aspect extérieur des murs ou pas ?

    La VMC double flux avec échangeur de chaleur sera vite rentabilisée. donc c'est un point d'acquis dès lors, est-ce rentable de mettre en plus un puit canadien ? à tout hazard, tu peux placer la prise d'air VMC là où il serait, mais je ne le creuserais qu'après un hiver de test.

    sol: d'abord il faut empêcher les remontées d 'humidité. je suppose que c'était l'objet du décaissement ? Penser aussi à un drain autour de la maison. Pour l'isolant, vérifier qu'il ne se tassera pas sous le poids de la dalle et des meubles, ou intégrer l'isolant à la dalle. Plancher chauffant eau, ça te permettra d'y brancher toutes les sources de chaleur.

    génération de la chaleur: d'abord solaire évidemment pour l'ECS pendant les beaux jours. ensuite, ça dépendra du niveau d'automatisation que tu veux. bien sûr, plus c'est automatique, plus c'est cher.

  4. #3
    volmar

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    [QUOTE=cphischu;808922]isolation intérieure/extérieure: veux-tu garder l'aspect extérieur des murs ou pas ?

    La ravalement étant à refaire, l'isolation exterieure est surtout impossible d'une part un des pignons et la facade arrière sont en limite du terrain, en plus je souhaite garder le tour des ouvertures en brique pour conserver le style du coin.


    La VMC double flux avec échangeur de chaleur sera vite rentabilisée. donc c'est un point d'acquis dès lors, est-ce rentable de mettre en plus un puit canadien ? à tout hazard, tu peux placer la prise d'air VMC là où il serait, mais je ne le creuserais qu'après un hiver de test.

    Effectivement, je pensais privilégier d'abord l'instalation d'une vmc double flux.



    sol: d'abord il faut empêcher les remontées d 'humidité. je suppose que c'était l'objet du décaissement ? Penser aussi à un drain autour de la maison. Pour l'isolant, vérifier qu'il ne se tassera pas sous le poids de la dalle et des meubles, ou intégrer l'isolant à la dalle. Plancher chauffant eau, ça te permettra d'y brancher toutes les sources de chaleur.
    Le drain autour de la maison est déjà existant, ayant une hauteur de plafond peu élévée (2,30M),le décaissement a surtout pour but de pouvoir y mettre de l'isolant (lequel ?) et une dalle (beton ou chaux).


    génération de la chaleur: d'abord solaire évidemment pour l'ECS pendant les beaux jours. ensuite, ça dépendra du niveau d'automatisation que tu veux. bien sûr, plus c'est automatique, plus c'est cher.
    C'est bien là le problème, je souhaite évidemment obtenir un bon confort thermique mais sans me ruiner et sans sur-consommer. Au début comme beaucoup de personne la pompe a chaleur me semblait comme être une évidence, mais la recherche d'informations et la lecture de forums me font douter. Si bien que j'en arrive à me demander si la solution idéale est-elle vraiment le plancher chauffant alimenté par une source perfomante et l'idée le système de chauffage ne devrait pas être un investissement si important si on prendre la peine d'y réflechir et là vu les caractéristiques de notre maison, je ne sais plus ce que nous devrions envisager comme solution.

    Merci cphischu pour les réponses que tu essaie de m'apporter
    J'attends evidemment les idées de toute personne qui pourrait nous aider dans ces choix initiaux qui seront déterminant pour de nombreuses années.

  5. #4
    Merfène

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    Pour le sol que tu as décaissé, je pense déjà que la meilleure solution est un béton de chaux-chanvre sur un bon hérisson. Le mélange chaux-chanvre a une conductivité thermique très honorable de 0.11.

    De manière générale, en tenant compte des contraintes de place et de pertes de surface, ça reste toujours une excellente idée d'isoler au maximum murs, plafonds et ouvertures : le surcoût initial s'amortit rapidement en terme d'économies de chauffage ultérieures.
    Tes murs sont en terre mais ne font "que" 40 cm ce qui n'est pas énorme. D'autant plus qu'à mon avis les silex augmentent sa conductivité thermique (ils sont au sud, remarque, c'est déjà ça... ).
    L'idéal serait donc certainement de les isoler à l'intérieur (puisque tu ne peux pas faire par l'extérieur) puis de réintroduire de la masse d'inertie.
    Pour l'isolant, j'ai personnellement choisi la laine de bois pour la rénovation que j'ai démarré : facilité de pose, coût acceptable, matériau écologique, très bonne performances thermiques et phoniques, pas de risque de tassement ou de déformation...
    Pour la masse, selon l'épaisseur que tu vas y consacrer et ton budget, tu as plusieurs possibilités. Par exemple :
    - brique + placo (certainement le + facile et pas trop cher mais pas le meilleur)
    - remplacer le placo par du Fermacell (+ lourd donc + d'inertie, mais + cher)
    - refaire un enduit à la terre (pas cher mais personnellement je ne m'en sentirais pas capable)
    - brique de terre crue : c'est certainement une bonne solution si tu as du temps et peu d'argent : le coût de revient est quasiment nul, c'est facile à faire, mais long (compter maximum 150 briques / personne / journée de travail et on en consomme de 18 à 35 par m²).

    Concernant le plancher chauffant, je trouverais dommage de ne pas le faire si tu as déjà décaissé. Il apporte un vrai gain de confort et permet des économies d'énergie puisqu'on a la même sensation de confort pour une température ambiante inférieure (1° en moins = 7% de consommation d'énergie en moins).

    Pour le mode d'énergie, en effet, le solaire me semble inconournable, au moins pour l'ECS et il peut faire un appoint intéressant, voire suffir, pour le chauffage en intersaison. L'investissement reste relativement abordable (d'autant plus qu'il ouvre droit au crédit d'impôt).

    Enfin, concernant la source principale de chauffage, encore une fois c'est un compromis entre budget, contraintes et impératifs écologiques personnels. Personnellement, ma préférence va au bois, énergie renouvelable, peu chère et qui le restera vraisemblablement (au moins pour la durée de vie de ta chaudière !) et qui permet d'échapper aux monopoles ou quasi-monopoles des autres sources d'énergie (fuel, gaz ou électricité, la pompe à chaleur restant un dispositif électrique dont le rendement est simplement un peu meilleur que le chauffage électrique classique) :
    - bois-bûche : consommable très peu cher, mais relativement astreignant et investissement un peu plombé par la nécessité d'un (ou plusieurs) ballon tampon de grande capacité et performant ;
    - bois-granulé : combustible pas trop cher mais disponibilité à voir dans ton coin, automatisation quasi-complète et donc très confortable. Les chaudières restent un peu chères et selon tes possibilités de positionner le silo tu vas d'un investissement modeste (ex : porcherie reconvertie) à un investissement lourd (silo enterré + 20 mètres du tubage pour l'aspiration) ;
    - bois-plaquettes : si tu as la place et un fournisseur à proximité je pense que c'est une très bonne option. Le combustible est le moins cher de tous, le procédé est largement automatisé et donc très facile d'utilisation mais là, pas le choix : le silo doit être positionné directement à proximité de la chaudière et il faut la place pour les ailettes qui ramènent les plaquettes sur la vis sans fin... Ici non plus, le ballon tampon n'est pas obligatoire (en tout cas pas avec le même volume).

    N'oublie pas que si tu as très bien isolé ta maison tu pourras largement te permettre de voir plus petit que la "norme" pour la puissance de ta chaudière et donc opter pour un modèle moins cher à l'installation et moins cher en consommation.

    Dernière option qui me semble envisageable : oublier le plancher chauffant et utiliser un ou deux poel(s) à bois (avec solaire + appoint gaz ou électricité pour l'ECS).
    C'est certainement la solution la moins chères en terme d'investissement avec une consommation ultérieure acceptable (tu consommeras du gaz ou de l'électricité pour chauffer ton eau en hiver) mais sans le confort du plancher chauffant et avec les astreintes des poels à bois.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    volmar

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    Merci.

    Je souhaite apporter quelques détails supplémentaires :
    Le rdc fait environ 180 m2, composé d'une entrée, d'un salon séjour (plafond cathedrale), d'une cuisine fermée, d'une SdB, un wc et de deux chambres.
    Les cloisons intermédiaires existantes sont en brique pleines.
    L'étage sera aménagé plus tard.

    J'ai envisagé pour le sol la dalle à base de chaux mais vu la superficie et le fait qu'il n'y ait pas de pro pour le faire, cette hypothèse semble peut réalisable en terme de temps et de bras disponibles, de plus pour le revetement nous voulons mettre majoritairement du parquet.
    Reste le ciment mais dans ce cas, il y a le problème des risques d'humidité au niveau des murs de plus je n'ai décaissé que de 25 cm au délà je tombe sous les murs, je ne préfère donc pas aller au delà, avec une hauteur de plafond limité, je n'ai pas de place pour un hérisson et encore moins un hérisson drainé. Que faire ?

    Pour l'isolation, je pense qu'effectivement une isolation intérieure est indispensable malgré l'avis de certains, je pensais effectivement à de la laine de bois ou de chanvre sur rail recouvert de fermacel, que pensez-vous de cette hypothèse ? Les murs pourront-ils respirer ?

    Pour les ouvertures nous envisageons du double vitrage 6-22-4 avec gaz argon, qu'en pensez-vous ?

    Pour le chauffage, j'avoue que c'est vraiment le gros problème, si j'arrive à une bonne isolation de manière à réduire mes besoins, l'investissement dans un plancher chauffant reste-t-il judicieux ?

    Merci.

  8. #6
    Merfène

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    je pensais effectivement à de la laine de bois ou de chanvre sur rail recouvert de fermacel, que pensez-vous de cette hypothèse ? Les murs pourront-ils respirer ?
    Rails ? le plus simple et le plus économique serait certainement de simplement fixer des tassaux en bois dans ton mur et de "caler" la laine de bois entre. A vérifier avec ton revendeur.

    Le Fermacell est perméable à la vapeur et ne craint pas (trop) l'humidité. Terre-laine de bois-Fermacell : ton mur sera tout à fait respirant.

    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    Pour le chauffage, j'avoue que c'est vraiment le gros problème, si j'arrive à une bonne isolation de manière à réduire mes besoins, l'investissement dans un plancher chauffant reste-t-il judicieux ?
    Question confort, je pense que oui, question économie financière sur le combustible, à voir.
    Pour info, je viens d'avoir un devis pour 112 m² au sol, plancher chauffant avec une dalle d'isolation polystyrène de 48 mm (pas beaucoup de marge dans l'épaisseur) : 3 887 € ; comprenant l'isolant, 720 m de tubes et les accessoires mais sans la main d'oeuvre et sans la chappe d'enrobage (devis à 2 800 € main d'oeuvre incluse).

  9. Publicité
  10. #7
    volmar

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    Citation Envoyé par Merfène Voir le message
    Rails ? le plus simple et le plus économique serait certainement de simplement fixer des tassaux en bois dans ton mur et de "caler" la laine de bois entre. A vérifier avec ton revendeur.
    Je pensais ne rien fixer au mur, ainsi laisser un vide d'air puis l'isolation (la structure serait fixer au sol et au plafond) et la fermacel
    Le Fermacell est perméable à la vapeur et ne craint pas (trop) l'humidité. Terre-laine de bois-Fermacell : ton mur sera tout à fait respirant.
    Quelle épaisseur d'isolant serait nécessaire ?


    Question confort, je pense que oui, question économie financière sur le combustible, à voir.
    Pour info, je viens d'avoir un devis pour 112 m² au sol, plancher chauffant avec une dalle d'isolation polystyrène de 48 mm (pas beaucoup de marge dans l'épaisseur) : 3 887 € ; comprenant l'isolant, 720 m de tubes et les accessoires mais sans la main d'oeuvre et sans la chappe d'enrobage (devis à 2 800 € main d'oeuvre incluse).
    J'ai lu des discussions sur les maisons passives et c'est cela qui me mets le doute, car je ne sais pas vu notre maison si je peux y apporter des solutions permettant de n'avoir besoin que d'un complément de chauffage lors des jours les plus froids. A votre avis ?
    Dans le cas contraire il me parait clair que le plancher chauffant est la solution à privilégier.

  11. #8
    rbobeda

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    Bonjour,

    Lisant le fil ci-dessus, j'ai qq remarques :

    - La lame d'air, on ne le dira jamais assez, est à proscrire en isolation intérieure sur de la terre ou de la pierre, car le mur étant beaucoup plus froid, une lame d'air provoquera la condensation de la vapeur d'eau qu'elle contient. Hors, la laine de bois étant un isolant hygroscopique, transférera l'humidité du volume intérieur vers le mur, qui condensera au contact de la paroi froide. Il est donc important de ne pas laisser d'espace, de manière à ne pas provoquer une rupture de capillarité. La vapeur d'eau pourra alors migrer au travers de l'isolant et du mur pour être évacuée à l'extérieur, ce qui est le fonctionnement normal d'un mur en terre. Il est alors fondamental d'avoir un enduit extérieur très perméant (chaux NHL2 au maximum).
    - Une isolation par l'extérieur implique, si on veut qu'elle soit efficace, une traitement des ponts thermiques correct. Ce qui veut dire :
    * soigner les jonctions aux fenêtres, et si vous changez les menuiseries, les mettre au nu intérieur du mur, voire prévoir un pré-cadre bois, bien pratique en intérieur car pouvant dépasser de l'épaisseur de l'isolant.
    * isoler le mur en périphérie de la dalle, avec un isolant imputrescible (le liège est bien pour ça)
    * isoler aussi sous la dalle en périphérie (bande de 1m à 1.5m)
    * isoler les murs de refend sur au moins 1 m à 1m5 à la jonction avec les murs extérieurs.

    - Quelle épaisseur ? Au moins 12 cm en mur, et 15 c'est mieux. A noter que le liège expansé enduit peut être une alternative à la laine de bois+fermacell (en 2 couches croisées). Cela permet notamment de le coller directement sur le mur (au mortier de chaux), éventuellement de le cheviller suivant les cas. Si les murs sont irréguliers, une ossature bois+fermacell remplie de liège en granulé peut faire l'affaire, l'avantage étant le coût plus faible du liège en granulé.
    En toiture, prévoir 30 cm pour être tranquille, voire un peu plus s'il s'agit d'un isolant en vrac (chènevotte, par exemple)

    - Si vous souhaitez faire un dalle béton, vous aurez forcément des problèmes d'humidité au pied des murs, et même des murs de refends. Et ça c'est irrécupérable. La dalle chaux est donc vivement recommandée, ainsi qu'un revêtement de sol très perméant (terre cuite, pierre naturelle)
    - L'isolation par l'intérieur engendre effectivement une perte de l'inertie des murs, mais c'est compensable :
    * par les murs de refend qui seront toujours là
    * par la dalle, à condition de ne pas isoler partout dessous, et de ne pas mettre de plancher chauffant dessus (PC).
    - Il existe une solution alternative au PC : le mur chauffant, qui a pour avantage de pourvoir accepter des températures un peu plus élevées, donc d'occuper moins de surface. On le met de préférence sur les murs extérieurs, il compense l'effet de froid des ouvertures. Le système est à peu près le même (PER et circulation d'eau).
    http://www.akterre.com/pre_technique_index.html

    Enfin, si vous isolez très correctement, une autre source de chauffage peut être envisagée car les besoins seront faibles, peut-être ni PC ni MC ne seront nécessaires. Il faut quantifier ces besoins en fonction de l'isolation choisie avant de choisir le chauffage.
    Évitez évidemment tout chauffage électrique si votre but est de respecter l'environnement. Un poêle à bois ou pellet peut faire l'affaire parfois, certains sont équipés de systèmes à circulation d'eau également. L'essentiel est de ne pas avoir besoin de beaucoup de puissance, ce qui semble possible vu votre climat.

    Pensez aussi bioclimatique avec les ouvertures sud dont vous disposez : éviter les masques d'hiver, penser aux occultations d'été. Aujourd'hui, le 4/16/4 faible émissivité argon représente un très bon compromis isolation/facteur solaire, pour un prix très modique. Attention cependant à ne pas l'associer avec des menuiseries bas de gamme : le bois est un bon compromis étanchéité/isolation/esthétique/écologie.

    Enfin la ventilation : si vous conservez une bonne perméance des murs grâce à une mise en oeuvre correcte, la VMC 2 F n'aura pas forcément d'intérêt (difficilement amortissable). Des extractions ponctuelles dans les pièces humides suffisent. Les maisons en terre possèdent de fantastiques capacités à réguler l'humidité, la terre compactée permettant les échanges gazeux. Une ventilation naturelle à bouches réglables peut être un petit plus si une installation simple est possible.

    Bon courage

  12. #9
    cphischu

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    La dalle chauffante a l'avantage de pouvoir y brancher des générateurs de chaleur à basse t° comme les panneaux solaires ou les PAC .
    Si tu ne comptes pas utiliser ce genre de générateur pour ton chauffage, alors la dalle chauffante peut être évitée, bien qu'elle apporte un réel confort et une économie à l'usage. Par contre, si tu veux en installer dans le futur, je pense qu'il faut la faire tout de suite.
    Le but de la VMC 2 flux n'est pas de réguler l'humidité, mais de récupérer la chaleur de l'air extrait, et de ne pas mettre la maison en dépression, ce qui évite les flux d'air froid qu'on a dans les maison à vmc simple.

  13. #10
    volmar

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    Merci pour toutes ces infos.

    Au niveau isolation, nous allions donc faire une grosse betise... Donc la lame d'air ne s'applique que pour le toit.
    Pour ce dernier nous n'avons pas de pare-pluie cela est-il vraiment génant ?

    L'isolation extérieure étant vraiment impossible, nous cherchons la meilleure solution pour une isolation intérieure performante, toutes vos pistes vont être étudiées.
    Les murs sont vraiment irréguliers et ils presentent parfois des "trous" qui font parfois 10 cm de profondeurs.
    Avec du granulé, les trous seront comblés. Par contre si nous utilisons de la laine de chanvre ou de bois, ces trous seront toujours vides d'ou risques de problème de condension... Ais-je bien compris ?
    Existe-il d'autres solutions envisageables ?
    J'ai suivi le lien de rbobeda qui même sur le site de AKTERRE, il précise que dans le cas d'une isolation intérieure, il ne faut pas sur-isoler, pourquoi ? je pensais le contraire...

    Le parquet est donc incompatible avec une dalle à la chaux ou bien cela dépend du type de pose (collé, flotant...), du type de parquet voir même de l'essence ?

    Comment calculer nos besoins en chauffage sans tomber dans l'excès et sans les sous-estimer ?
    Nous envisagions la PAC mais nous avons changer d'avis.
    Ne voulant pas de sytème au gaz ou au fuel, le choix du plancher chauffant nous semble moins adapté.

    Nos meunuiseries sont en PVC (je sais que ce n'est pas le choix le plus écologique) mais la durée de vie et l'entretien sont des avantages non négligeables (veuillez nous pardonner cette entorse)... le verre sera du 6-22-4 avec gaz argon et vitrage peu émissif.

    Le choix de la VMC double flux semble acquis.

  14. #11
    Merfène

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    Les murs sont vraiment irréguliers et ils presentent parfois des "trous" qui font parfois 10 cm de profondeurs.
    Avec du granulé, les trous seront comblés. Par contre si nous utilisons de la laine de chanvre ou de bois, ces trous seront toujours vides d'ou risques de problème de condension... Ais-je bien compris ?
    J'ai le même souci avec mes chevrons qui ont été renforcés par des tasseaux de 70 mm ce qui crée des "niches". La solution que nous avons envisagé avec mon revendeur est de bourrer les recoins avec de la laine de chanvre (ou de lin, je ne sais plus ) avant de placer les panneaux de laine de bois. Tu peux aussi utiliser de la laine de mouton.

  15. #12
    volmar

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    Bonsoir à tous,

    Je suis toujours à l'écoute de vos précieux conseils.

  16. Publicité
  17. #13
    rbobeda

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    Donc la lame d'air ne s'applique que pour le toit.
    Une lame d'air n'est pas gênante à l'extérieur si elle est ventilée. (toit ou mur à double peau) Ou bien si les isolants possèdent un pare-vapeur (donc logement très étanche à la vapeur d'eau=> gros besoin de ventilation)
    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    Pour ce dernier nous n'avons pas de pare-pluie cela est-il vraiment génant ?
    Le pare pluie est une sécurité (si les tuiles bougent, en cas de vent, par exemple) Si l'isolant est hygroscopique, il pourra supporter d'être un peu humide du moment que ça ne dure pas =>nécessité de lame d'air ventilée.

    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    Les murs sont vraiment irréguliers et ils presentent parfois des "trous" qui font parfois 10 cm de profondeurs.
    Avec du granulé, les trous seront comblés. Par contre si nous utilisons de la laine de chanvre ou de bois, ces trous seront toujours vides d'ou risques de problème de condension... Ais-je bien compris ?
    Oui.
    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    Existe-il d'autres solutions envisageables ?
    Oui... Redresser les murs, par exemple.C'est du boulot... puis doubler Fermacell+isolant. Ou isolant enduit. Plein de possibilités.

    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    AKTERRE, il précise que dans le cas d'une isolation intérieure, il ne faut pas sur-isoler, pourquoi ? je pensais le contraire...
    Sur-isoler à comprendre dans le sens 'peau intérieure' supplémentaire, ce qui se fait dans 90% des cas. On crée une couche désolidarisée du vieux mur, souvent avec un pare-vapeur Le mur pourrit doucement entre l'isolant et la doublage, l'isolant est au contact de l'humidité et n'isole plus... On peut isoler fortement, mais pas avec n'importe quoi, et pas n'importe comment.

    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    Le parquet est donc incompatible avec une dalle à la chaux ou bien cela dépend du type de pose (collé, flotant...), du type de parquet voir même de l'essence ?
    Je ne pense pas, mais si la dalle chaux est là pour permettre l'évacuation de l'humidité, le bois risque sans doute de travailler.
    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    Comment calculer nos besoins en chauffage sans tomber dans l'excès et sans les sous-estimer ?
    Soit faire faire un bilan thermique (par un bureau d'étude près de chez vous) soit estimer vous-même. Là il faut être un peu calé en thermo, mais en y passant un peu de temps et si vous vous êtes déjà un peu intéressé au pb, ça peut être possible.

    http://perso.orange.fr/herve.silve/bilan_th.htm

    Je vous recommande ce lien. Une feuille exel est disponible dans la rubrique téléchargement. Elle est loin d'être parfaite, certes, mais c'est déjà pas mal et c'est gratuit. Le site est très bien fait et vous en apprendra sans doute pas mal.

    Citation Envoyé par volmar Voir le message
    Le choix de la VMC double flux semble acquis.
    A vous de voir. Ce que je disais simplement, c'est que dans une maison comme la vôtre, on peut avoir un air sain sans ventiler beaucoup (en tout cas si la réno est bien faite). Une VMC 2F, il faut bien voir que c'est 2 petits moteurs électriques qui tournent en permaence (env 60 à 90w suivant les fabricants) des gaines de ventilation dans toutes les pièces si on veut que ça soit efficace (entrée+sortie) qu'il faudra bien passer qq part, et un coût global loin d'être négligeable.
    Tout ça pour extraire 100 m3/h d'air qui ne contiendra que très peu de vapeur d'eau, car le logement sera capable de par les propriétés de ses parois, de l'évacuer naturellement. Le CO2 => il s'évacue de la même façon, par équilibrage des pressions intérieurs et extérieures. De nombreux fils on traité de ce pb. Personnellement, je vis dans une maison en pisé qui ne dispose pas de ventilation mécanique, je n'ai aucun pb de condensation, les murs se chargent de réguler l'humidité, même dans la SDB. (enduits chaux épais, terre). Il ne faut pas oublier non plus que même la meilleure enveloppe n'est jamais étanche à 100%, un renouvellement naturel de 0.5 vol/h en moyenne s'effectura de toute façon.

    cphischu, demandons-nous d'abord pourquoi on extrait cet air...

  18. #14
    cphischu

    Re : Appel à l'aide pour la restauration d'une longuère

    bon, on va le dire autrement: si VMC, alors VMC double-flux.

Discussions similaires

  1. Pavage d'une surface a l'aide d'une forme réguliére
    Par charly dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 11
    Dernier message: 20/05/2009, 22h57
  2. Réponses: 11
    Dernier message: 15/03/2006, 15h17
  3. Aide pour restauration win 98 pour un ami
    Par Cornemuse dans le forum Matériel - Hardware
    Réponses: 2
    Dernier message: 11/01/2006, 06h33
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...