Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Crises de somnambulisme (?) dangereuses



  1. #1
    Maathem

    Crises de somnambulisme (?) dangereuses


    ------

    Bonjour,

    J'ai actuellement 20ans, et mes nuits sont des plus agités. Depuis plus de deux mois, l'inquiètude ne cesse d'augmenter, et je n'ai plus de nuits de sommeil complète.

    En effet, à trois reprises, je me suis retrouvé, entre 1 heure et une heure et demi après mon endormissement, à califourchon sur ma compagne en train de l'étrangler. Ces crises sont de plus accompagnées de crisi qui me laissent aphone le lendemain tant ils sont fort.
    Une quatrième est à noter, quoique celle-ci ait été plus spéciale, puisqu'elle est plus flou, mais eu lieu 2h30 après l'endormissement. Cette fois-ci, d'après ce que j'ai pu reconstituer, j'ai simplement hurler "arrête" alors qu'elle semblait avoir peur de moi, sans qu'on sache si elle a eu peur sans raison ou avec (notons qu')à chaque fois qu'elle se réveille la nuit, elle a peur de moi, étant donnée qu'elle a été aussi, voire plus traumatisée que moi de ces événements).
    Notons aussi que, durant une semaine, la semaine de la rentrée en cours, je me suis retrouvé, le dimanche à califourchon sur elle (la première fois), le mardi, en train de marmonner des paroles inintelligibles, et en tapotant sur son épaule avec un sourire, le mercredi, assis sur le lit, et le jeudi, tenant des ciseaux dans la main...

    Je dois avouer qu'on ne dort plus vraiment. Ayant eu l'impression qu'au-delà d'une heure du matin cela n'arrivait plus, je veille celle que j'aime jusque deux heures, et dort ensuite, faisant des siestes le jour, mais cela même ne suffit plus, puisque maintenant, son angoisse est telle qu'elle ne peut dormir si je dors, ce qui fait que nous devons nous veiller à tour de rôle. la nuit est devenue véritablement une épreuve, et je ne sais plus du tout quoi faire.

    J'ai consulté un médecin, lors de la première semaine, qui m'avait prescrit des médicaments, mais au final, n'ayant pas eu l'impression d'y voir un quelconque effet, je les ai abandonné presque immédiatement.
    Maintenant, j'avoue que je ne sais que faire, cela commence à avoir une incidence sur mon travail, puisque je suis de plus en plus fatigué...

    Qu'est-ce que j'ai exactement ? On m'a parlé de terreur nocturnes, mais je me souviens parfaitement de ces instants (de plus, je me réveille rapidement après)... Y a-t-il des méthodes de soins (n'impliquant pas un abrutissement aux médicaments par ailleurs ?) ?

    -----

  2. #2
    S. Royant-Parola

    Re : Crises de somnambulisme (?) dangereuses

    Le somnambulisme peut s’associer à des éveils confusionnels parfois très angoissants, car ils peuvent s’accompagner de comportements moteurs complexes se déroulant souvent dans une atmosphère inquiétante ou dangereuse, en particulier pour celui ou celle qui partage la même chambre. Dès 1964, Henri Gastaut et Roger Broughton ont montré qu’à la suite d’une brutale interruption du sommeil lent profond, un éveil anxieux se produit parfois, associé ou non à un contenu de situation angoissante, avec un thème d’écrasement ou d’oppression. L’existence d’un syndrome d’apnées du sommeil a été évoqué comme une possible cause de déclenchement d’un comportement moteur complexe, d’une crise d’angoisse et, parfois, d’un vécu cauchemardesque (bagarre contre quelqu’un qui cherche à étouffer le dormeur, enfermement dans un caveau…) provoquant une lutte ou une fuite s’exprimant dans la réalité. D’autres facteurs de fractionnement du sommeil ont été incriminés, tels l’obligation de se lever à des horaires variables, le stress, l’alcool, l’abus de café…

    Ces parasomnies, durant lesquelles le corps se met à agir, sont proches dans leur description des cauchemars post-traumatiques décrits par Bessel van der Kolk en 1984, lorsqu’il décrivit ce type de troubles chez les vétérans de la guerre du Vietnam. Ces cauchemars survenaient habituellement entre 1 h et 3 h du matin et se traduisaient par un contenu répétitif reprenant habituellement le scénario de combats ou d’événements vécus lors de la guerre. Ils étaient toujours accompagnés de mouvements corporels et, dans certains cas, d’agressions physiques sur leur femme au cours de la nuit. Il a été montré que ces cauchemars ne survenaient jamais durant le sommeil lent profond.

    Il faut toujours faire des explorations de sommeil et envisager un traitement médicamenteux quand les troubles sont réguliers.
    Pour en savoir plus aller sur www.morphee.biz
    Sincèrement
    SRP

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. TPE somnambulisme
    Par rome1ereS dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 2
    Dernier message: 30/01/2008, 21h37
  2. De nouvelles approches nécessaires pour le traitement des crises d'asthme
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/03/2007, 14h38
  3. Les miARN responsables des crises cardiaques ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/11/2006, 07h04
  4. Détecter les risques de crises cardiaques ignorés par un ECG
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 18/02/2006, 09h15
  5. questions dangereuses
    Par Jiav dans le forum Actualités
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/01/2006, 03h12