Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Sur l’intuition.



  1. #1
    reve ou realite

    Sur l’intuition.

    L’intuition et l’analyse, je pense que vous en conviendrez, sont deux traitements différents de l’information.
    L’intuition se manifeste au cours d’une collecte d’informations lorsqu’elle repère une forme déjà rencontrée (écho, association, ressemblance). Il s’agit d’un processus analogique. L’analyse, de son coté, procède sur les liaisons et sur la processivité des éléments entre eux. Au cours du traitement de l’information, le « module » de l’intuition est selon moi, toujours en activité, prêt à intervenir dans le repérage d’une forme évocatrice ou d’une équivalence. Ainsi, lors d’une analyse, si celle-ci transfigure quelque peu la forme perçue, l’intuition pourra y reconnaître une « forme » déjà rencontrée. Durant nos processus cognitifs l’attention (et donc la conscience) passent de la saisie d’une « forme » à l’analyse puis à la saisie d’une nouvelle forme et ainsi de suite. C’est ce phénomène qui nous donne l’illusion d’une temporalité dans les fonctionnements analyse/intuition.
    Il m’apparaît aussi qu’en l’absence de certitude face à un problème avec l’obligation de se déterminer dans le choix d’une réponse, le recoupement des informations et le repérage d’une forme seront associés à un point de vue probabiliste. Si les différents traitements de l’information (analytiques, émotionnels, intuitifs) sont parfois inconscients, il n’en résulte pas moins que les réponses (au sens large) provenant de ces traitements peuvent être conscientes. J’émets l’hypothèse qu’à chacune des réponses envisagées sera associé une sensation de pertinence ou de congruence. L’arbitrage final qui interviendra sur toutes les réponses s’appuiera donc nécessairement sur ce sentiment de justesse ou d’harmonie qui les accompagne. En effet, comme l’évaluation de la pertinence de chaque réponse repose déjà sur une foule d’informations corrélées et non corrélées, le choix sur l’une d’entre elles ne pourra se faire que par l’intermédiaire d’un traitement holiste inconscient de deuxième niveau basé sur la sensation de pertinence de chacune d’entre elles. Au final, pour cet exemple du choix de la meilleure réponse en l’absence de certitude, il ne s’agit donc pas de quelques cognitions élevées mais au contraire de quelque chose de très primaire, de la saillance d’une sensation associée à une réponse (un niveau de pertinence ressenti) que la conscience perçoit, qui nous orientera.

    J’espère que cela vous aura intéressé. N’hésitez pas à faire des compléments ou à proposer quelques critiques.

    Chaleureusement.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Mumyo

    Re : Sur l’intuition.

    C’est ce phénomène qui nous donne l’illusion d’une temporalité dans les fonctionnements analyse/intuition.
    Oui, il me semble que l' "analyse" va fouiller dans nos mémoires...Cela prend du temps.
    Alors que l'intuition est d'avantage de l'ordre de l' "insight",
    atemporel...

  4. #3
    reve ou realite

    Re : Sur l’intuition.

    Non, Mumyo, vous faites une confusion. L’analyse procède par induction ou déduction : les relations logiques de cause à effet entre les éléments . Seule l’intuition à rapport avec la mémoire par la reconnaissance d’une forme ou en associant par similarité une forme avec une forme déjà rencontrée. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de découverte de quelque chose de neuf puisque la forme ancienne en mémoire ne correspond pas dans ce dernier cas avec la chose nouvelle. Le « neuf » dont il est question correspond justement en cette différence avec la forme ancienne. A rapprocher du principe de la créativité (intuition créatrice) qui n’est que la transformation d’une forme connue en une forme quelque peu différente.

  5. #4
    Mumyo

    Re : Sur l’intuition.

    Seule l’intuition à rapport avec la mémoire par la reconnaissance d’une forme ou en associant par similarité une forme avec une forme déjà rencontrée
    Je suis d'accord avec vous l'intuition fait bien appelle à la mémoire...Mais Qui reconnaît la forme ? Ce "Qui" reflet de notre globalité va trés vite...Directement à la solution...

    L’analyse procède par induction ou déduction
    D'accord mais il me semble que pour mener des raisonnements de ce type, vous faites également travailler, votre mémoire...

    Des modules différents....Pour savoir comment mener votre raisonnement logique, il faut déjà connaître les règles de logiques....Comment structurer votre raisonnement etc...

    Ensuite procéder pas à pas, pour cheminer vers la solution...Ce qui prend d'avantage de temps...


    Le rapport au temps n'est pas le même...Notre "globalité" dans ce cas se contente d'appliquer des règles correctement...

  6. #5
    reve ou realite

    Re : Sur l’intuition.

    "Je suis d'accord avec vous l'intuition fait bien appelle à la mémoire...Mais Qui reconnaît la forme ? Ce "Qui" reflet de notre globalité va trés vite...Directement à la solution..."


    Ce « Qui », correspond à un processus inconscient du traitement de l’information. Pour être plus précis, un programme de « reconnaissance ». Exemple : vous percevez une personne mais elle est bien trop éloignée pour que vous distinguiez son visage. Cependant, l’allure générale de cette personne vous fera immédiatement penser à quelqu’un en particulier sans avoir pour autant de certitude que ce soit bien elle.


    "D'accord mais il me semble que pour mener des raisonnements de ce type, vous faites également travailler, votre mémoire..."

    C’est juste, la mémoire procédurale est indispensable pour ne pas perdre le fil de notre raisonnement.


    "Des modules différents....Pour savoir comment mener votre raisonnement logique, il faut déjà connaître les règles de logiques....Comment structurer votre raisonnement etc..."

    Certes, mais il n’est pas nécessaire d’apprendre la logique puisque c’est une donnée naturelle chez l’homme. Il suffit d’observer un enfant en bas age pour s’apercevoir qu’il teste son environnement et fait des inférences. Bien entendu, comme il a tendance à généraliser, il fait des erreurs. En ce sens, il n’est pas un véritable scientifique ou un pur logicien.


    "Ensuite procéder pas à pas, pour cheminer vers la solution...Ce qui prend d'avantage de temps...
    Le rapport au temps n'est pas le même...Notre "globalité" dans ce cas se contente d'appliquer des règles correctement...
    "

    Oui, l’intuition pourra, par exemple, correspondre à une hypothèse très prometteuse qui nous arrive d’emblée mais qu’il nous faut parfois tester longuement par des expériences puis analyser les résultats pour voir si elle est valide.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Mumyo

    Re : Sur l’intuition.

    Oui, l’intuition pourra, par exemple, correspondre à une hypothèse très prometteuse qui nous arrive d’emblée mais qu’il nous faut parfois tester longuement par des expériences puis analyser les résultats pour voir si elle est valide.
    Oui en effet tester logiquement si le contexte s'y prête...

  9. Publicité
  10. #7
    reve ou realite

    Smile Re : Sur l’intuition.

    Mumyo.

    En l’état, je ne vois rien d’autre à rajouter. Aussi, si cela devait clore cette discussion, je vous remercie sincèrement d’y avoir participé.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Intuition et imagination en science
    Par Rhedae dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 32
    Dernier message: 17/07/2008, 13h48
  2. Intuition
    Par abo dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 29
    Dernier message: 18/09/2005, 15h36
  3. Quelle est la part de l’intuition dans la science actuelle ?
    Par Glast dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 10
    Dernier message: 14/04/2005, 21h07