Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 30 sur 30

L'objet petit a de Lacan



  1. #1
    creon31

    L'objet petit a de Lacan


    ------

    Bonjour,

    Dans le séminaire 14, séance du 26 Avril 1967, Lacan le redit encore: L'objet petit a est un produit, produit de l'opération du langage. Et il le redira encore jusqu'au séminaire "Encore", et encore après.
    Comment ne pas être accroché par cette litanie du discours de Lacan: l'opération du langage divise le sujet en lui permettant d'être représenté par des signifiants... privilège du sujet humain, sauf que la barre n'arrête pas de se placer entre le signifiant et le corps qui reste dans le réel.
    http://psyuml.wordpress.com/

    Arrêtons de rêver, il n'y a pas "d'objet vrai" ni "d'objet perdu" à retrouver... L'objet petit a est ce qui ne peut pas se dire avec des signifiants, ce reste réel qui est toujours là et qui est le sujet lui-même, bien plus que les signifiants qui jouent entre eux dans le langage du grand Autre.
    La question de la psychanalyse, c'est celle que se pose le sujet représenté par un signifiant auprès des autres signifiants, par rapport au corps qui le supporte dans la vie.

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    karlp

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par creon31 Voir le message
    Bonjour,

    Dans le séminaire 14, séance du 26 Avril 1967, Lacan le redit encore: L'objet petit a est un produit, produit de l'opération du langage. Et il le redira encore jusqu'au séminaire "Encore", et encore après.
    Comment ne pas être accroché par cette litanie du discours de Lacan: l'opération du langage divise le sujet en lui permettant d'être représenté par des signifiants... privilège du sujet humain, sauf que la barre n'arrête pas de se placer entre le signifiant et le corps qui reste dans le réel.
    http://psyuml.wordpress.com/

    Arrêtons de rêver, il n'y a pas "d'objet vrai" ni "d'objet perdu" à retrouver... L'objet petit a est ce qui ne peut pas se dire avec des signifiants, ce reste réel qui est toujours là et qui est le sujet lui-même, bien plus que les signifiants qui jouent entre eux dans le langage du grand Autre.
    La question de la psychanalyse, c'est celle que se pose le sujet représenté par un signifiant auprès des autres signifiants, par rapport au corps qui le supporte dans la vie.
    Bonjour Creon

    Je comprends bien en effet que le sujet soit l'effet d'une inscription dans le langage, et plus exactement dans l'ordre du signifiant, lequel va pour lui véhiculer une signification "sexuelle" du fait que cette inscription, dans le cas des structures névrotiques, est marquée par la métaphore paternelle.
    N'étant pas lui-même un signifiant, le sujet n'est que représenté dans l'ordre symbolique: il ek-siste; c'est le sujet barré.
    Ce sujet n'est pas le corps;le corps est le lieu réel d'où émane cette réponse au symbolique que constitue le sujet. C'est d'ailleurs sans doute cette dissociation qui a donné aux hommes l'idée métaphysique d'"âme".

    La symbolisation ne saurait tout recouvrir; c'est là une hypothèse tirée du constat que même le langage formel laisse subsister un "reste", un indémontrable ou de l'indémontrable (je ne pense pas que ce reste soit "un").
    Cette hypothèse est d'ailleurs corroborée par l'expérience du névrosé: aucun objet ne peut le combler.

    Ce reste, c'est donc du non symbolisable, c'est à dire un réel contre lequel la symbolisation se cogne.
    Il me semble bien que c'est là que l'on peut situer l'objet a.

    L'objet n'est donc pas identique au corps même si celui ci peut lui donner abris.

    je ne pense non plus, par ailleurs, qu'on puisse identifier le sujet et l'objet a, même s'il en est le corrélat nécessaire: faute de quoi la formule " s barré poinçon objet petit a" perd tout son sens.

    Cette identification se recontre dans certaines psychoses (où l'on peut observer une oscillation entre l'identification à l'objet a et celle à un signifiant maître S1- peut-être que Cantor fournit une illustration de cette oscillation?)

  4. #3
    ansset

    Re : L'objet petit a de Lacan

    si mon ami est quadri-lingue.
    s'il conceptualise ses pensées en arabe, anglais, russe et chinois.
    quel est son "petit a".?

    plus simplement, les nevroses ont-elles une spécifité "régionale" ?

  5. #4
    karlp

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    si mon ami est quadri-lingue.
    s'il conceptualise ses pensées en arabe, anglais, russe et chinois.
    quel est son "petit a".?

    plus simplement, les nevroses ont-elles une spécifité "régionale" ?
    Il me semble que votre question repose sur la confusion entre l'inscription dans l'ordre du signifiant (lequel peut effectivement relever de telle ou telle langue) et la maîtrise consciente d'une langue.

    Ce qui importe ici est d'abord la langue dans laquelle s'est opérée le refoulement du désir de la mère.

    La structure (névrotique ou psychotique ou perverse) n'est pas une spécificité régionale; mais il va de soi que le jeu des signifiants auxquel un sujet peut être soumis ne sera pas le même en surface selon la langue considérée: les jeux de mots ne sont pas traduisibles.

  6. #5
    ansset

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par karlp Voir le message
    Ce qui importe ici est d'abord la langue dans laquelle s'est opérée le refoulement du désir de la mère.
    ha, d'accord !
    mais alors , peut on faire une psychanalyse en français à un chinois qui parle courament français ?
    et que devient un orphelin, qui a perdu sa mère jeune , et élevé ailleurs.? il a deux refoulements ?
    ou bien peut être une intersection de deux cercles incrits à l'interieur de deux triangles....... lacanien ??
    mais si il n'y a pas intersection ?

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    karlp

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    ha, d'accord !
    1- mais alors , peut on faire une psychanalyse en français à un chinois qui parle courament français ?
    2- et que devient un orphelin, qui a perdu sa mère jeune , et élevé ailleurs.? il a deux refoulements ?
    3- ou bien peut être une intersection de deux cercles incrits à l'interieur de deux triangles....... lacanien ??
    mais si il n'y a pas intersection ?
    1- Votre question est beaucoup trop ambigüe; j'ignore de qui vous parlez et surtout ce qu'il DIT ce chinois qui parle couramment le français
    2- Là encore c'est extrêment vague Vous employez le mot mère comme si c'était la génitrice, n'est-ce pas ?
    3- c'est du charabia

  9. Publicité
  10. #7
    ansset

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par karlp Voir le message
    1- Votre question est beaucoup trop ambigüe; j'ignore de qui vous parlez et surtout ce qu'il DIT ce chinois qui parle couramment le français
    2- Là encore c'est extrêment vague Vous employez le mot mère comme si c'était la génitrice, n'est-ce pas ?
    3- c'est du charabia
    evidement que c'est du charabia, mais ce n'est pas moi qui fait des métaphores alambiqués entre l'inconscient et la géometrie, c'est votre cher lacan, après avoir compris que de reduire celà à un residu "après" langage était bien trop simpliste !!

    courage d'y croire encore , car il n'y a plus aucune ecole psychanalytique lacanienne !!
    je veux dire praticienne , bien sur .
    Dernière modification par ansset ; 04/05/2010 à 19h59.

  11. #8
    creon31

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par karlp Voir le message

    L'objet n'est donc pas identique au corps même si celui ci peut lui donner abris.

    je ne pense non plus, par ailleurs, qu'on puisse identifier le sujet et l'objet a, même s'il en est le corrélat nécessaire: faute de quoi la formule " s barré poinçon objet petit a" perd tout son sens.
    Sujet = Sujet barré (abstraction représentée par un signifiant dans l'ordre symbolique)
    + objet petit a (reste dans le réel)
    => sujet = s barré ET petit a
    mais le signifiant est mensonger alors que le réel est vérité
    S barré poinçon petit a = désir d'énonciation de ce reste réel
    répétition = division répétée du reste réel pour essayer de parvenir à l'énonciation, produit un nouveau signifiant qui s'ajoute au savoir et un nouveau reste qui sera à nouveau désir d'énonciation, etc.
    20 /3 = 6 reste 2, 2/3 = 0.6 reste 0.2, etc.

    Pour mémoire:
    langage = structure abstraite, ne sert pas à parler
    langue, (lalangue) = instance concrète formée de mots
    le langage est une abstraction représentant toutes les langues

  12. #9
    karlp

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    evidement que c'est du charabia, mais ce n'est pas moi qui fait des métaphores alambiqués entre l'inconscient et la géometrie, c'est votre cher lacan, après avoir compris que de reduire celà à un residu "après" langage était bien trop simpliste !!

    courage d'y croire encore , car il n'y a plus aucune ecole psychanalytique lacanienne !!
    je veux dire praticienne , bien sur .
    Si là était votre objectif, vous auriez pu vous épargnez cette peine. Je suis parfaitement au courant des polémiques stériles sur le sujet.

  13. #10
    karlp

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par creon31 Voir le message
    1Sujet = Sujet barré (abstraction représentée par un signifiant dans l'ordre symbolique)
    + objet petit a (reste dans le réel)
    => sujet = s barré ET petit a
    2mais le signifiant est mensonger alors que le réel est vérité
    S barré poinçon petit a = désir d'énonciation de ce reste réel
    3répétition = division répétée du reste réel pour essayer de parvenir à l'énonciation, produit un nouveau signifiant qui s'ajoute au savoir et un nouveau reste qui sera à nouveau désir d'énonciation, etc.
    20 /3 = 6 reste 2, 2/3 = 0.6 reste 0.2, etc.

    4Pour mémoire:
    langage = structure abstraite, ne sert pas à parler
    langue, (lalangue) = instance concrète formée de mots
    le langage est une abstraction représentant toutes les langues
    1 Voulez vous dire que le sujet qui "mettrait" la main sur l'objet a (ce qui est structurellement impossible) serait le sujet non divisé ? n'est-ce pas là l'illusion qu'entretient le pervers ?

    2 je ne peux me résoudre à poser l'égalité entre "S barré poinçon petit a" et la tentative de production du signifiant qui recouvrirait ce reste. Le symbole qui convient serait plutôt celui de l'implication.

    3 Que ce "reste" mène directement à la répétition, c'est très clair. J'aurais besoin d'éclairage sur cette "division" du reste ; votre exemple suggère le succès relatif, pallier par pallier, dans la symbolisation du réel. Mais le non symbolisé n'est pas le non symbolisable (le réel), confusion qui peut être planait à l'époque du "discours de Rome", à l'époque de l'optimisme "hégélien".

    4 N'oublions pas que c'est surtout par le discours que le sujet est divisé

    (de mémoire: "le sujet, aussi bien, s'il peut paraître serf du langage, l'est plus encore d'un discours, dans le mouvement universel duquel sa place est déjà inscrite à sa naissance, ne serait-ce que sous la forme de son nom propre")

  14. #11
    ansset

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par karlp Voir le message
    Si là était votre objectif, vous auriez pu vous épargnez cette peine. Je suis parfaitement au courant des polémiques stériles sur le sujet.
    ce ne sont pas des polémiques, c'est malheureusement ( un constat) la demarche de Lacan qui est elle même stérile.
    -la définition elle même du "petit a" pose problème, dans la mesure ou le "langage" lui même est mal defini.
    -ce "diviseur de conceptualisation" est-il le même pour tous ? et peut-il changer en fonction de l'evolution du sujet ?

  15. #12
    Zozo_MP

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Bonjour

    ce ne sont pas des polémiques, c'est malheureusement ( un constat) la demarche de Lacan qui est elle même stérile.
    Sur quoi vous basez vous pour dire que la démarche de J. Lacan a été stérile?

    la définition elle même du "petit a" pose problème, dans la mesure ou le "langage" lui même est mal defini.
    Pouvez-vous étayer un peu votre propos en expliquant par exemple pourquoi le langage est mal défini.

    On verra pour le reste après.

    Cordialement

  16. Publicité
  17. #13
    karlp

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Ne vous épuisez pas inutilement Zozo: si on considère a priori que la démarche de Lacan est stérile, quelle cohérence y a t'il a continuer de chercher à progresser, par diverses questions, dans la compréhension d'icelle ?

  18. #14
    ansset

    Re : L'objet petit a de Lacan

    "Trop conditionné sans aucun doute par une remarquable formation linguistique, il n’ose franchir la barre signifiant/signifié, il ne transgresse pas l’enseignement de ses amis linguistes et au contraire leur prête main forte et, alors, se fourvoie : « le signifiant existe en dehors de toute signification, il n’a pas fonction de représenter le signifié ». Grave erreur! S’il écrit que « la science dont relève l’inconscient est la linguistique », il ne peut pas s’agir de la linguistique conventionnelle saussurienne qui ne s’intéresse qu’à la partie secondaire du langage, sa partie émergée consciente. D’ailleurs Lacan énonce que la nature du langage de l’inconscient ne concerne pas le découpage de la chaîne en fonction d’un signifié qui toujours et sans cesse se dérobe, mais en fonction des propriétés de la chaîne signifiante elle-même."
    source wiki

    outre cette analyse que je rejoint totalement sur l'imprecision du mot langage sur-utilisé par Lacan, je voudrais attirer votre attention sur le cas d'un chien.
    ce chien mord les motards et les facteurs depuis tout petit.
    il a certainement été traumatisé par une expérience jeune.
    en ce sens, il presente objectivement tous les signes d'une névrose telle qu'on peut la rencontrer chez un adulte ayant par exemple la phobie de l'eau.

    Or, quel est le langage de notre cher toutou ?
    j'entend par avance votre reponse :
    "son signifiant est lié à la trace restée dans son inconscient".
    cette définition me semble trop large pour être acceptée en tant que telle, et certainement pas en tant que langage.
    car si toute "trace" est langage alors une bacterie pourait être psychanalysée.
    Dernière modification par ansset ; 08/05/2010 à 15h41.

  19. #15
    karlp

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Vous venez d'inventer la psychanalyse pour chiens

  20. #16
    ansset

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par karlp Voir le message
    Vous venez d'inventer la psychanalyse pour chiens
    est-ce si drole que ça ?
    je pense sincèrement que les nevroses peuvent toucher tous les mammifères.
    ( et que penser des chevaux par exemple ?)
    et dans ce cas : quel est le role sacro-saint du "langage" lacanien ??
    c'est mon unique question.
    Dernière modification par ansset ; 08/05/2010 à 20h17.

  21. #17
    ansset

    Re : L'objet petit a de Lacan

    je vais même plus loin.
    je pense que la réduction formelle dans le langage conduit elle même à une nevrose.
    donc elle peut être une cause et conséquence de la pratique psychanalytique lacaniènne.
    lacan était un bien piètre praticien, mais un théoricien imbus et dangereux.

  22. #18
    mtheory

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    je vais même plus loin.
    je pense que la réduction formelle dans le langage conduit elle même à une nevrose.
    donc elle peut être une cause et conséquence de la pratique psychanalytique lacaniènne.
    lacan était un bien piètre praticien, mais un théoricien imbus et dangereux.

    y a une dénomination qui manque : "charlatan".
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  23. Publicité
  24. #19
    mh34

    Re : L'objet petit a de Lacan

    lacan était un bien piètre praticien, mais un théoricien imbus et dangereux.
    y a une dénomination qui manque : "charlatan".
    Aï aïe aïe...
    Vous restez pour répondre aux réactions?
    Ω ξειν', αγγέλλει Λακεδαιμονίοις ότι τήδε κείμεθα τοις κείνων ρήμασι πειθόμενοι

  25. #20
    mtheory

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Aï aïe aïe...
    Vous restez pour répondre aux réactions?
    Non, je sais tout de suite ce que ça va donner. Je terminerai juste par ce témoignage.

    « In the case of Lacan, for example — it's going to sound unkind — my frank opinion is that he was a councious charlatan, and was playing games with the Paris intellectual community to see how much absurdity he could produce and still be taken seriously. I mean that literally. I knew him. » dans « Noam Chomsky: an Interview », Radical philosophy, n° 53, août 1989, p. 32.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  26. #21
    Zozo_MP

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Bonsoir Ansset


    lacan était un bien piètre praticien,
    Avez-vous connus J. Lacan ?
    Fûtes-vous en analyse avec lui ?
    Pourquoi parle-t-il du point de capiton ?

    Donc avec ce que vous racontez depuis plusieurs posts, vous allez finir par nous dire que la moule du Philèbe accrochée comme le dogmatique et d'ailleurs endormie sur son rocher tout comme Booz, dont la célèbre gerbe, elle n'était ni avare ni haineuse.

    Cordialement

  27. #22
    karlp

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par Zozo_MP Voir le message
    Bonsoir Ansset




    Avez-vous connus J. Lacan ?
    Fûtes-vous en analyse avec lui ?
    Pourquoi parle-t-il du point de capiton ?

    Donc avec ce que vous racontez depuis plusieurs posts, vous allez finir par nous dire que la moule du Philèbe accrochée comme le dogmatique et d'ailleurs endormie sur son rocher tout comme Booz, dont la célèbre gerbe, elle n'était ni avare ni haineuse.

    Cordialement
    Il y a, je dois le reconnaître, quelque chose de fascinant dans les réactions que Lacan a pu et peux encore susciter chez des individus dont on peut supposer par ailleurs la courtoisie, la rationalité et l'honnêteté intellectuelle.
    Et j'avoue que la question de savoir ce qui peut ainsi bouleverser ces personnes me travaille.
    Mais nous ne pourrons, Zozo, obtenir d'eux qu'un surcroit d'invectives cinglantes et déraisonnables.
    Ce n'est pas si grave après tout.

  28. #23
    mh34

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Je ne connais de Lacan que ce qu'un professeur de psychologie enseignée en deuxième année de médecine nous en a dit ;
    mais une chose m'avait frappée à l'époque dans les passages de ses écrits que nous avons dû lire pour l'examen : l'absence totale de "modestie" de sa part dans sa façon de s'exprimer ( ou d'écrire).
    L'impression que j'en ai gardée est celle de quelqu'un qui "s'écoutait parler", dans un langage qu'il paraissait choisir exprès pour "éloigner" les simples mortels....Lacan m'avait paru à l'époque très prétentieux.

    La psychanalyse ne m'intéressant alors absolument pas, et un peu dégoûtée par cet abord, je n'ai pas cherché à en savoir davantage depuis. Et je doute fort qu'il se soit trouvé beaucoup d'apprentis- psychanalystes lacaniens parmi les camarades de ma promo...
    Ω ξειν', αγγέλλει Λακεδαιμονίοις ότι τήδε κείμεθα τοις κείνων ρήμασι πειθόμενοι

  29. #24
    Zozo_MP

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Bonsoir MH34

    Certes mais ce qui est intéressant au delà du personnage que l'on peut trouver comme ceci ou celà, c'est de voir ce qui a pu être fécond dans son oeuvre.

    Pour moi c'est une oeuvre qui a été construite en marchant tout comme Freud ou d'autres.

    Ce que l'on peut remarquer aussi c'est qu'il a quasiment abandonné certains concepts et au contraire en a mis en avant d'autres. Je pense ici à la fonction scopique qu'il repris bien après le livre I. Construite en marchant aussi avec la topologie qui n'est apparue si j'ose dire que vers la fin de ses enseignements.

    Ce qui est sûr c'est que ce sont des livres difficiles à lire et qui nécessite d'être discutés avec d'autres pour en comprendre tout les sens possibles.

    Cordialement

  30. Publicité
  31. #25
    mh34

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Merci de me donner cet éclairage différent.
    Ω ξειν', αγγέλλει Λακεδαιμονίοις ότι τήδε κείμεθα τοις κείνων ρήμασι πειθόμενοι

  32. #26
    mtheory

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par Zozo_MP Voir le message
    Ce que l'on peut remarquer aussi c'est qu'il a quasiment abandonné certains concepts et au contraire en a mis en avant d'autres. Je pense ici à la fonction scopique qu'il repris bien après le livre I. Construite en marchant aussi avec la topologie qui n'est apparue si j'ose dire que vers la fin de ses enseignements.

    Ce qui est sûr c'est que ce sont des livres difficiles à lire et qui nécessite d'être discutés avec d'autres pour en comprendre tout les sens possibles.

    Cordialement
    Excusez moi, mais sans être mathématicien je sais ce que c'est que la topologie générale, la théorie des variétés, des surfaces de Riemann ou simplement des choses comme l'algorithme d'Euclide, la théorie de la divisibilité à l'aide des structures algébriques (anneaux, idéaux etc...).

    Lacan et ses disciples ne font qu'utiliser des mots du langage mathématique pour construire des propositions complétement dépourvue de sens/rationalité et risibles au possible. C'est aussi creux que de la numérologie, l'astrologie etc.... Ce genre de chose me scandalise profondément.

    Les conneries du style des rapports entre la topologie des noeuds, des surfaces de Riemann et la psychiatrie sont clairement du même niveau que ce qu'on peut voir sur les sites à gogo mélangeant physique quantique, cabalistique, alchimie, parapsychologie, mysticisme, cosmologie etc....

    Je ne comprends pas comment vous pouvez ne pas vous en rendre compte en 30 secondes.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  33. #27
    Zozo_MP

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Bonsoir

    Du point de vue de la réalité mathématique et de la topologie pure tu as peut-être raison.

    Comme le ton que tu utilises, est disons un peu carré cela va être difficile de discuter sur ce qui était recherché par Lacan.

    Pour faire simple si on peut discuter de ce point de vue je dirais que ce qui est recherché c'est une représentation plastique de l'inconsient et de la plasticité dans la cure analytique.

    Au travers ou plutôt par l'entremise des noeuds boroméens ce qui est mis en oeuvre à travers cette emprunt de représentation (symbolique et non mathématique) c'est le problème de la coupure et aussi des différentes coupures. Pour le ruban de moebius c'est encore autre chose.

    Donc voilà quelques bouts à tirer, mais si tu penses que Lacan était un charlatan alors la discussion sera difficile voire impossible.

    Mais ce n'est pas grave en soi : il doit seulement être possible aux personnes qui s'intéressent à ses écrits dans discuter comme d'autres discuteront de la transformée en cosinus discrète.

    Avoue que pour qui ne connaitrait rien à "la Biochimie des Lipides et donc à l'influence des rayons Gamma du 60Co sur l'incorporation in Vitro de L'acide Palmitique dans Les Lipides des Microsomes Heacutepatiques de Rats" serait mal avisé de crier au charlatans ne crois-tu pas.

    Nous sommes quand même dans le bon forum Neuropsychologie et Psychologie pour psylacaniser

    Cordialement

  34. #28
    ansset

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Citation Envoyé par Zozo_MP Voir le message
    Nous sommes quand même dans le bon forum Neuropsychologie et Psychologie pour psylacaniser
    absolument, et il me semble permis d'afficher son point de vue, à moins qu'il y ait un ticket d'entrée à cette discussion réservée aux inconditionnels de lacan.

    vous invite à lire ceci qui est pour moi une bonne description de ce que devrait être la psychanalyse ... ou pas.
    http://www.psychanalyse-paris.com/Co...harlatans.html

    je vais essayer d'exprimer en quoi ( pour moi ) la demarche de Lacan est une imposture intellectuelle.
    sur la forme :
    je rejoins Mthéorie: quand on puise à gauche et à droite dans les jargons d'autres disciplines pour faire scientifique, on entretient volontairement un flou dans l'interpretation qui permet de dire tout et n'importe quoi.
    et quand le propos semble contradictoire, on en appelle à une vision symbolique et non forcement rationnelle.

    sur le fond :
    comment peut on accepter une théorie/approche qui s'auto-detruit par définition.
    pour simplifier le petit a de lacan serait le reste de la division du sujet par le langage. donc il ne peut être approché par le langage.
    alors à quoi bon en "parler".
    Lacan lui même avançait qu'il s'adressait à l'inconscient des interlocuteurs dans ses propos.
    donc il s'adresserait "par le langage" à quel que chose qui est en dehors du langage.
    cette pirouette intellectuelle a 2 implications:
    -elle lui permet de dire exactement n'importe quoi comme "je pense avec mes pieds".
    -elle autorise toutes les lectures possibles et il doit bien rigoler en voyant encore quelques personnes essayer de decrypter qcq chose qui par definition et même volonté de son auteur ne l'est pas.
    .
    ma conclusion est :
    "je suis un oeuf" !
    Dernière modification par ansset ; 11/05/2010 à 09h18.

  35. #29
    karlp

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Ce qui est sûr c'est que ce sont des livres difficiles à lire et qui nécessite d'être discutés avec d'autres pour en comprendre tout les sens possibles
    .

    Tout dépend si vous parlez des écrits ou des séminaires; et au coeur des éminaires, tout dépend de la position qu'il occupe ou tente d'occuper (relativement à la théorie des quatres discours).

    Et ensuite tout dépend si vous parlez de son style (qui, dans les écrits, est un style très "classique", parfois très similaire à celui de La Boétie) ou de son propos. Son propos n'est pas facile dans la mesure où il requiert une rupture épistémologique d'avec certaines "évidences", en particulier la confusion entre les couples "subjectivité/altérité" et "intériorité/ extériorité" qui caractérisent le texte de Freud comme des philosophes phénoménologues.
    Une fois la rupture accomplie (mais elle doit être réitérée à chaque reprise du travail, il faut à chaque fois réaccomplir la sortie hors de la "caverne" - c'est sans doute ça qui révolte beaucoup de monde) son propos permet de simplifier énormément les masses d'observations qu'on peut notemment lire chez Freud.

    Du point de vue de la réalité mathématique et de la topologie pure tu as peut-être raison.
    Comment expliquer que des gens comme Mustapha Safouan et Elie Doumit qui sont d'abord logiciens et mathématiciens aient découvert la psychanalyse via leurs spécialités initiales ?
    Pour comprendre le rapport que Lacan entretient avec les "sciences formelles", il faut revenir sur les premiers séminaires de la "logique du fantasme": il s'agit notemment d'essayer de retrouver ce qui a dû être "refoulé" des langages formels pour qu'ils puissent se constituer avec toute la rigueur qui les caractérise (par exemple: le principe d'identité s'inscrit en faux contre l'usage courant de la parole qui ne reconnaît pas une formule comme "la guerre c'est la guerre" comme une simple tautologie de la logique propositionnelle; ou encore son "vel" de l'aliénation...)... et ce n'est certainement pas une tentative pour donner un habit pseudo scientifique à ses théories, comme l'approche vulgaire le prétend, sans se soucier de l'incohérence de cette remarque au regard d'autres remarques relatives à la nature "poétique" de son expression (mais l'incohérence n'arrête pas la mauvaise foi); ou encore en faisant semblant d'oublier ce qu'il disait du rapport entre la psychanalyse et la science: "la psychanalyse trouve son bien dans les poubelles de la science")

    Donc voilà quelques bouts à tirer, mais si tu penses que Lacan était un charlatan alors la discussion sera difficile voire impossible.
    Cette forme d'hostilité n'a rien à voir avec les critiques pertinentes d'un Deleuze, d'un Sartre, D'un Huxley, ou d'un Popper. Sur le schéma R ces remarques à l'emporte pièce seraient à situer sur l'axe imaginaire. C'est un piège tendu pour que nous cédions aux facilités de la spécularité. Ca n'apporte strictement rien et nous ne sommes pas le moins du monde tenus de nous identifier à l'objet de leur hargne ni a eux : la dimension imaginaire est totalement aveugles aux règles rationnelles. Comme vous le dîtes, ici aucune discussion n'est possible. C'est un "réel" dont nous devons prendre acte.

  36. #30
    prosac

    Re : L'objet petit a de Lacan

    Salut ! ansset tu confonds langage et parole ^^. Parole pleine et parole vide. Mais c'est vrai que lacan est difficile a lire, un vrai calvaire même, tant il joue des métaphores. Le langage c'est le discour de l'inconscient la parole c'est dans le conscient, toutes les histoires que tu peux raconter. Quand quelque chose cloche, un lapsus par exemple ça c'est du langage. dans la topologie il s'est un peu ambrouillé a vouloir shématiser tout ça, par contre son approche en trois sections réel symbolique et imaginaire est tout a fait vrai et se vérifie tout les jours. hier la mère d'un enfant m'a dit qu'a 4 ans son fils voulait être voleur. Voleur, hors la loi c'est trop beau ^^

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Une synesthésie de l'objet petit a ?
    Par organizedconfusedproject dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 5
    Dernier message: 13/04/2012, 22h14
  2. Un modèle de la psychanalyse de Lacan
    Par creon31 dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 11/12/2011, 15h06
  3. Une aide pour comprendre Lacan
    Par creon31 dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 09/12/2011, 23h04
  4. La subversion du sujet par Lacan
    Par creon31 dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 35
    Dernier message: 15/04/2011, 19h13
  5. L'inconscient selon Lacan
    Par jmasclef dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 23
    Dernier message: 01/02/2007, 20h14