Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Aegis et l'antigravitation



  1. #1
    alex3839

    Aegis et l'antigravitation


    ------

    Bonjour,

    2013 sera le début d'une nouvelle expérience au CERN : Aegis (Antimatter Experiment: Gravity, Interferometry, Spectrospopy). Cette expérience est censé mettre en avant l'antigravitation (si toutefois elle existe).

    Si ce phénomène est avère, pourra t-on dire que la force de gravitation est à la fois Attractive et Répulsive (comme les 3 autres forces)?

    En d'autre terme, suffit-il que l'antimatière (ici un antiatome d'hydrogène) soit sensible à la force de gravité pour postuler que la gravitation n'est plus exclusivement attractive?

    Merci d'avance pour vos réponse.

    Alexandre

    -----

  2. #2
    ketchupi

    Re : Aegis et l'antigravitation

    bonjour,
    en fait, je pense qu'il faudra distinguer la gravitation, attractive, de l'antigravitation, répulsive. A priori, chaque force s'appliquera respectivement à la matière et l'antimatière. Il n'est pas mentionné pour l'instant que la matière pourrait être soumis à l'antigravitation, et inversement.

    au revoir.
    On ne force pas une curiosité, on l'éveille. Daniel Pennac

  3. #3
    vaincent

    Re : Aegis et l'antigravitation

    Citation Envoyé par alex3839 Voir le message

    En d'autre terme, suffit-il que l'antimatière (ici un antiatome d'hydrogène) soit sensible à la force de gravité pour postuler que la gravitation n'est plus exclusivement attractive?

    Merci d'avance pour vos réponse.

    Alexandre
    Non. L'anti-matière possède une masse au même titre que la matière, et donc à priori on peut être en droit de penser qu'une particule d'anti-matière doit subir la même accélération gravitationnelle qu'une particule de matière. Le relativité générale qui décrit la gravité, est une théorie classique qui n'implique pas l'existence d'anti-matière, contrairement à la mécanique quantique relativiste (relativiste uniquement au sens "relativité restreinte" et non générale). Il apparait donc important, de vérifier si le principe d'équivalence (principe d'équivalence faible en l'occurence), fondement de la RG est toujours vérifié pour l'anti-matière.
    Or certaines théories de supergravité prédisent un comportement différent vis-à-vis de la gravitation entre matière et anti-matière, ce qui serait le signe d'une composante répulsive de la gravitation. L'expérience AEGIS à donc pour objectif de vérifier s'il y a une différence de comportement entre la matière et l'anti-matière dans un champs gravitationnel et de contraindre les modèles de supergravité. C'est du moins ce que j'ai compris à la lecture du lien suivant :http://doc.cern.ch//archive/electron...c-2007-017.pdf (chapitre 2 : physics motivations)