Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 27 sur 27

De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges



  1. #1
    perbuatan1883

    De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges


    ------

    Bonjour

    Tel que le titre de ce sujet le suggère, j' aurais quelques spéculations a vous soumettre a propos de ce que je m' avancerais a appeler ici les "écosystèmes exoplanétaires" de planètes gravitant dans une zone d' habitabilité autour d'étoiles de faible masse (de type K ou surtout, de type M) étoiles qui, du a la proximité de leur zones d' habitabilité, entraîneraient immanquablement la rotation synchrone (ainsi que la disparition de toutes formes de variations saisonnières circumannuelles) des planètes gravitant dans cette zone dite d' habitabilité

    De planètes donc possédant potentiellement les conditions requises pour la vie s'y soit peut-être developpée, peut-être en un écosystème global a l' instar de la terre et usant globalement des mêmes éléments chimiques constitutifs mais ne possédant AUCUNES variations cycliques, journalière, mensuelle ou annuelle auquelles l' intégralité de nos formes de vie supérieures sont apparemment profilées dans leur physiologie
    J' ai pour intuition, vous me pardonnerez mon audace, de supposer que dans l' évolution de la chimie prébiotique ce dessine sur une très longue période... (avant l' apparition proprement dite de la vie et de la création d' une écologie a proprement parler ou les formes de vie deviendraient interdépendantes)
    ...une adaptation progressive,(un profilage donc), au contraintes typiques de l' astre (gravité typique de la planète, composition chimique planétaire, durée de révolution, de rotation, spectre de l' étoile-hôte qui irradie la planète sur lequelle elle se développe, etc..., etc...

    A ce que j' en sais, toutes les formes de vie supérieures que nous connaissons sont régit par ces cycles de sommeil/veilles, et/ou d' autres variation cycliques mensuelles ou annuelles or il n'existera peut-être jamais deux planètes dans l' univers connu que l' on puisse un jour (!!!) qualifier d' "identique" a regard de ces contraintes au point que l' on ne puisse affirmer de quelle planète une ou une autre forme de vie soit originaire par l' analyse de ses rythmes physiologique ou de sa biochimie moléculaire...

    il me parait aussi évident que rétrospectivement il y aura beaucoup a apprendre a ce qui serait typique de notre nature (a savoir "nous" impliquant alors bien sur un peu plus que la seule humanité comme représentant la vie sur terre)

    Et si cela doit être le cas, il est fort probable que de part la relative rareté des naines jaunes de type G (et plus massive) a comparer a la profusion de naines rouges dans l' univers de telles écosystèmes globaux, et donc de formes de vie supérieures dont la physiologie ne serait régit par aucunes variations cycliques, s'avéreraient être la règle

    Voila, je suis conscient et vous me pardonnerez j'espère, tout cela relève essentiellement de la pure science fiction (voire selon de la conviction mystique !)
    Toutefois je reste persuadés que certaines idées auraient mérité développement car me paraissant plausible au regard de nos connaissances générales actuelles et vos éclaissisement seront bien sur, les bienvenus !

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    invite231234
    Invité

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Bonjour, ce qu'il faut voir, c'est nos capacité d'observations de ces planètes pour y détecter la vie. Il est hautement spéculatif de considérer une quelconque physiologie à des êtres n'ayant pas de rythme circadien, et dont on ne pourrai en avoir la preuve.
    Donc sait-on (a-t-on déjà fait l'expérience de priver toutes interactions rythmiques sur un être vivant) en commençant par les bactéries si ça leurs est fatales ?, Pensons aux poissons qui ne dorment que d'un œil !

    A part ça, il me semble que les naines rouges "vivent" plus longtemps que notre soleil mais aussi avec des perturbations et tempêtes étoilère, si il y a un champ magnétique planétaire peut-être une forme de vie aura une certaine physiologie rythmique. Cependant et peut-être faudrait-il revoir le paradoxe de Fermi, si une civilisation physiologiquement active (en raison de leurs rythmes) "jour et nuit" devant pouvoir avoir un développement supérieur à 5 milliards d'années alors où sont-ils ?

    Bon, c'est des idée en vrac à toi de trier le bon grain de l'ivraie !

  4. #3
    noir_ecaille

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Déjà si vie il y a, et en l'absence ou faible fréquence de fluctuations, cette forme suivra une sélection darwinienne beaucoup moins rapide (du coup) et pourrait même s'avérer fragile faces aux changements -- et s'éteindre comme une chandelle ?

    La résilience du phénomène vivant terrien provient de facultés chroniques d'adaptation à un panel plus ou moins large de fluctuations de contexte -- et à la détection desdites fluctuations

    Je pense toutefois que si la planète possède une tectonique des plaques, avec notamment des infiltrations aqueuses ou amoniaquées, on pourrait avoir localement des variations contextuelles plus fréquentes -- par exemple des geysers.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  5. #4
    perbuatan1883

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Déjà si vie il y a, et en l'absence ou faible fréquence de fluctuations, cette forme suivra une sélection darwinienne beaucoup moins rapide (du coup) et pourrait même s'avérer fragile faces aux changements -- et s'éteindre comme une chandelle ?

    La résilience du phénomène vivant terrien provient de facultés chroniques d'adaptation à un panel plus ou moins large de fluctuations de contexte -- et à la détection desdites fluctuations
    Ca, c'est une info de valeur je vous en remercie !

    Par conséquent, s'il existe une telle fluctuation qui soit apparemment avérée sur ces exoplanètes, sujet qui fait même débat sur wikipédia dans un paragraphe traitant de la zone d' habitabilité autour des naines rouges, elle seraient liée a l' éruptivité ces étoiles :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Habitab..._naines_rouges

    ...ce qui m' intrigue en supposant qu' effectivement une vie se soit profitablement adaptée a une telle (comme vous dites) fluctuation de contexte, se serait a des variation soudaines et imprévisibles, sans aucune périodicité, de l'intensité lumineuse de leur étoile !
    Dernière modification par perbuatan1883 ; 12/05/2012 à 11h46.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Je ne vois aucune contrainte majeure à l'éclosion d'une vie sans cycle circadien, c'est vraiment de l'ordre du détail. L'important est la présence d'énergie libre. De même l'absence de cycle n'implique en rien un amoindrissement de la sélection darwinienne. En l'absence d'alternance lumineuse noctodiurne, le milieu présente un foule d'autres signaux qu'il est avantageux de discriminer (contraste lumineux, gradient de température, chimiotactile, sonore, etc.).

    Du reste si la vie est né dans l'environnement hydrothermal des abysses, ce cycle noctodiurne était absent. Et on trouve des formes de vie évoluées dans les grands fonds marins ou dans les grottes.

    a+
    Dernière modification par Gilgamesh ; 12/05/2012 à 13h25.
    Parcours Etranges

  8. #6
    perbuatan1883

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Citation Envoyé par Gilgamesh Voir le message
    Je ne vois aucune contrainte majeure à l'éclosion d'une vie sans cycle circadien, c'est vraiment de l'ordre du détail. L'important est la présence d'énergie libre. De même l'absence de cycle n'implique en rien un amoindrissement de la sélection darwinienne.
    vous réfutez donc (ou relativisez considérablement) la pertinence d'un tel argument !

    Citation Envoyé par Gilgamesh Voir le message
    En l'absence d'alternance lumineuse noctodiurne, le milieu présente un foule d'autres signaux qu'il est avantageux de discriminer (contraste lumineux, gradient de température, chimiotactile, sonore, etc.).a+
    Vous m'en direz tant, s' il existait un lien sur article traitant de la chose, je serait ravit, vous aiguisez ma curiosité !



    Citation Envoyé par Gilgamesh Voir le message
    Du reste si la vie est né dans l'environnement hydrothermal des abysses, ce cycle noctodiurne était absent.
    Et on trouve des formes de vie évoluées dans les grands fonds marins ou dans les grottes.
    la question qui me vient a l'esprit sur ce point toutefois est : qu'en est il des lignées phylogéniques (?) de ces formes de vies ?
    Car il serait question sur ces planètes de formes de vie supérieures qui n'auraient jamais connu de rythmes circadiens, circummensuels ou circannuels de TOUTE leur évolution ...et cela depuis les premiers âges de leur chimie prébiotique

    La comparaison est probablement impossible, a mon humble avis...
    Dernière modification par perbuatan1883 ; 12/05/2012 à 14h20.

  9. Publicité
  10. #7
    SK69202

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Bonjour.

    Moi, je mettrai l'objection sur la naine rouge, étoiles qui sont loin d'avoir une luminosité stable, les variations d'éclat dues à l'activité magnétique dépassant plusieurs dizaines de pour cent.
    La planète en rotation synchrone est assez proche, le champs magnétique faible en l'absence de rotation rapide et en cas de CME ou autre protubérance bien axée, les effets radiologiques, thermiques etc sur la planète ne seront pas négligeables.

    Bref la Vie possible oui, la Vie compliquée non.

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  11. #8
    noir_ecaille

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    La vie peut apparaître et se maintenir dans un contexte à fluctuations faibles voire nulle. Auquel cas on peut arriver à un équilibre ponctué très rapidement et ne pas avoir d'évolution majeure durant des millions ou des milliards d'années. On aura une dérive génétique, des exaptions, mais pas obligatoirement d'emballement évolutif -- plutôt pas, en fait.

    Sur Terre, on a mesuré dans les archives fossiles la variation du nombre d'espèces/genres aux différentes époques géologiques en fonction de la filiation des expèces. C'est souvent après une extinction de masse qu'on observe des explosions de radiations adaptatives à partie de tels ou tels groupes survivants. Toutefois il y a bien extinction d'autres groupes, qui disparaissent sans laisser de descendance détectable. Plusieurs théories tentent d'expliquer le phénomènes sans nécessairement s'exclure :
    - libération de niches écologiques
    - découverte/création de nouvelles niches écologique
    - suite à la disparition d'une forte pression, on a une explosion démographique, dissémination, puis vicariance
    - suite à a disparition d'une ressource, on a apparition d'une forte pression et adaptations variées
    - certaines catastrophes scindent/séparent des populations qui entretenaient des échanges génétiques -- la dérive génétique aidant, on finit pas avoir spéciation
    etc.

    Concernant la remarque de Gilgamesh, il ne s'agissait pas obligatoirement de cycles circadiens. S'il y a des océans, il peut s'agir de courants "saisonniers", il peut y avoir des tempêtes, il peut y avoir des échanges atmosphériques entre l'hémisphère ensoleillé de la planète et celui "à l'ombre", il peut donc y avoir des fluctuations pseudo-cycliques plus fréquentes que les éruptions stellaires. De même les geysers et autres phénomènes hydrothermaux peuvent générer des pseudo-cycles en fonction de l'activité volcanique -- en particulier si on a une tectonique de surface et de profondeur encore très active.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  12. #9
    Svenn

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    Bonjour.

    Moi, je mettrai l'objection sur la naine rouge, étoiles qui sont loin d'avoir une luminosité stable, les variations d'éclat dues à l'activité magnétique dépassant plusieurs dizaines de pour cent.
    La planète en rotation synchrone est assez proche, le champs magnétique faible en l'absence de rotation rapide et en cas de CME ou autre protubérance bien axée, les effets radiologiques, thermiques etc sur la planète ne seront pas négligeables.

    Bref la Vie possible oui, la Vie compliquée non.

    @+
    Une forte activité stellaire + pas ou peu de champ magnétique planétaire + une faible distance étoile-planète, au final ça ne pose pas de sérieux problèmes en ce qui concerne la stabilité d'une atmosphère ? Ca doit s'éroder assez vite dans ce genre de conditions, au moins en ce qui concerne les gaz les plus légers ?

  13. #10
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Citation Envoyé par perbuatan1883 Voir le message
    vous réfutez donc (ou relativisez considérablement) la pertinence d'un tel argument !
    Vous m'en direz tant, s' il existait un lien sur article traitant de la chose, je serait ravit, vous aiguisez ma curiosité !
    Le fait que les animaux traitent utilement d'autres signaux que ceux issus du contraste jour/nuit n'a pas besoin d'être étayé par un article scientifique, c'est quand même une donnée de base...




    la question qui me vient a l'esprit sur ce point toutefois est : qu'en est il des lignées phylogéniques (?) de ces formes de vies ?
    Car il serait question sur ces planètes de formes de vie supérieures qui n'auraient jamais connu de rythmes circadiens, circummensuels ou circannuels de TOUTE leur évolution ...et cela depuis les premiers âges de leur chimie prébiotique

    La comparaison est probablement impossible, a mon humble avis...
    phylogénétique

    Comme mentionné dans mon message précédent, dans l'hypothèse --assez en vue aujourd'hui-- d'une origine hydrothermale de la vie, les premières formes de vie (donc les ancêtres de toutes les lignées actuelles) seraient apparu dans un milieu où ce signal circadien est totalement absent.

    a+
    Parcours Etranges

  14. #11
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    La vie peut apparaître et se maintenir dans un contexte à fluctuations faibles voire nulle. Auquel cas on peut arriver à un équilibre ponctué très rapidement et ne pas avoir d'évolution majeure durant des millions ou des milliards d'années. On aura une dérive génétique, des exaptions, mais pas obligatoirement d'emballement évolutif -- plutôt pas, en fait.
    L'idée que stabilité du milieu = stabilité des espèces est fausse et ce d'autant plus qu'on raisonne à l'échelle des temps profonds (macroévolution).

    Il peut très bien y avoir emballement évolutif du simple fait de l'apparition d'une nouvelle stratégie évolutive. Par exemple, l'apparition de la prédation dans l'océan cambrien va provoquer une forme d'emballement concernant tous les systèmes senso-moteur. Rien n'indique que c'était l'effet d'une modification du milieu au départ.

    Disons simplement qu'un ensemble d'espèce en interaction, même en environnement constant, forme un genre de système critique auto-organisé avec de temps en temps des "catastrophes" qui modifient complètement le devenir historique du système.

    a+
    Parcours Etranges

  15. #12
    Reddwarf12

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    J'ai suivis avec intérêt ce débat et peut on imaginer un système planétaire style Pluton-Charon en plus gros taille Terre-Mars ou Vénus-Mercure, ou que sais je ? Ou même une planète style Neptune avec satellite assez gros ? Ma question ; est ce possible dans un système solaire avec Naine rouge ou il y a un problème de gravité ou pas assez de matière a la naissance de ce système ?
    L'univers a de jolies courbes. :)

  16. Publicité
  17. #13
    eklipse

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    les zones proches du terminateur seraient peut etre plus temperees et moins soumises aux tempetes stellaires
    on pourrait meme imagine un genre de stream provenant de la face diurne qui comme le gulfstream rechaufferait la zone crepusculaire et inversement un courant froid provenant de la face nocturne qui refroidirait la zone du "couchant" il y aurait donc comme un cycle climatique sur cette bande a cheval sur le terminateur

  18. #14
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Citation Envoyé par Reddwarf12 Voir le message
    J'ai suivis avec intérêt ce débat et peut on imaginer un système planétaire style Pluton-Charon en plus gros taille Terre-Mars ou Vénus-Mercure, ou que sais je ? Ou même une planète style Neptune avec satellite assez gros ? Ma question ; est ce possible dans un système solaire avec Naine rouge ou il y a un problème de gravité ou pas assez de matière a la naissance de ce système ?
    La quantité de matière n'est pas très contraignante dans la mesure où les systèmes planétaires ne représentent jamais qu'un millième de la masse de l'étoile, en ordre de grandeur et pour ce qu'on en sait. Même avec une naine rouge on peut toujours trouver de quoi fabriquer une planète jovienne.

    Si on parle de planète pouvant développer une vie cellulaires, les variables discriminantes - pour ce qu'on en sait, toujours - sont celles qui conditionnent l'existence prolongée d'une interface eau liquide-silicate (un plancher océanique autrement dit, et présentant une activité hydrothermale, de préférence).
    Dernière modification par Gilgamesh ; 01/10/2012 à 22h18.
    Parcours Etranges

  19. #15
    Reddwarf12

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Merci pour ces reponses, en deplacement je creuserai les réponses a mon retour.
    L'univers a de jolies courbes. :)

  20. #16
    altaos

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    bonjour
    à supposer la présence (probable) d'un satellite genre lune terrestre ou plus gros autour de cette planète lui-mème en orbite synchrone;n'apporterai-t-il une influence cyclique sur la planète?
    le coté nocturne de la planète n'est'il pas protégé des rayonnements nocifs envoyés par l'étoile?
    le terminateur n'est-il pas favorable à des variations cycliques;surtout si la planète bouge sur son axe de rotation?
    AU REVOIR

  21. #17
    SK69202

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Bonjour.

    le coté nocturne de la planète n'est'il pas protégé des rayonnements nocifs envoyés par l'étoile?
    Oui, mais le satellite est dans l'ombre de la planète géante, et ne reçoit aucune énergie de l'étoile cela n'est pas non plus forcément bon.

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  22. #18
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Citation Envoyé par altaos Voir le message
    bonjour
    à supposer la présence (probable) d'un satellite genre lune terrestre ou plus gros autour de cette planète lui-mème en orbite synchrone;n'apporterai-t-il une influence cyclique sur la planète?
    Probable, non.

    L'influence cyclique, ce serait des marées.

    le coté nocturne de la planète n'est'il pas protégé des rayonnements nocifs envoyés par l'étoile?
    le terminateur n'est-il pas favorable à des variations cycliques;surtout si la planète bouge sur son axe de rotation?
    AU REVOIR
    S'il y a un côté nocturne, le seul apport d'énergie provient de la circulation des enveloppes fluides (courants marins et atmosphériques). Mais si en un point se forme un inlandsis, c'est à dire une zone où les fluides se condensent pour former un calotte glaciaire, celle ci en toute hypothèse ne fera que grossir, l'atmosphère et l'océan vont s'amincir rapidement, limitant progressivement l'apport de chaleur, pour finir par ne former qu'une seule masse gelée du côté nuit, et la planète n'aura plus ni atmosphère, ni océan.
    Parcours Etranges

  23. Publicité
  24. #19
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    Bonjour.



    Oui, mais le satellite est dans l'ombre de la planète géante, et ne reçoit aucune énergie de l'étoile cela n'est pas non plus forcément bon.

    @+
    Ce serait une situation orbitale réellement miraculeuse si le satellite se trouvait pile sur l'orbite géostationnaire (et du bon côté). Dans tous les cas, un peu réaliste, il passe périodiquement entre la planète et son étoile.
    Parcours Etranges

  25. #20
    Geb

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Bonjour,

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    Oui, mais le satellite est dans l'ombre de la planète géante, et ne reçoit aucune énergie de l'étoile cela n'est pas non plus forcément bon.
    Si les premiers êtres vivants sont nés dans un environnement hydrothermal au fond des océans primitifs, l'énergie lumineuse n'est pas indispensable à l'émergence de formes de vie.

    En 2010, l'équipe de Roberto Danovaro a relaté la découverte des premiers eucaryotes multicellulaires connus qui vivent et se reproduisent dans des conditions complètement anoxiques, dans un lac sous-marin (baptisé le bassin anoxique de l'Atalante) à 200 km à l'ouest de la Crète, par 3500 mètres de fond. Voir ici :

    The first metazoa living in permanently anoxic conditions

    Ce papier est le résultat de 3 expéditions sous-marines entreprises en 1998, 2005 et 2008. En résumé donc, il s'agit de véritables animaux se reproduisant sans lumière ni oxygène. C'est pas mal non ?

    Cette découverte est cohérente avec l'idée de William Martin et Miklós Müller de l'apparition des eucaryotes, publiée dans Nature en 1998 :

    The hydrogen hypothesis for the first eukaryote

    Pour ceux que ça intéresse, Nick Lane est également un grand spécialiste de la question de l'apparition des eucaryotes et de ses implications en matière d'exobiologie :

    Mitochondria: Key to complexity (Lane, 2006),

    The energetics of genome complexity (Lane & Martin, 2010),

    Energetics and genetics across the prokaryote-eukaryote divide (Lane, 2011).

    Bonne lecture.
    Dernière modification par Geb ; 14/10/2012 à 15h44.

  26. #21
    altaos

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    [QUOTE=Gilgamesh;4212448]Probable, non.

    mis à part vénus et mercure personne ne connait de planètes sans satellite
    le cas des planètes géantes du sysrème solaire est édifiant
    mais ceci est un autre débat
    à plus

  27. #22
    SK69202

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Bonjour.

    Mon message n'est pas clair, mais je me limite au cas de l'éclipse, avec la planète géante en orbite synchrone, sa lune en orbite synchrone, il y a une éclipse par orbite du satellite.

    Si les premiers êtres vivants sont nés dans un environnement hydrothermal au fond des océans primitifs,
    Cela ne reste qu'une hypothèse sur une planète où la Vie est partout depuis des milliards d'années, il me semble assez difficile de dire qu'elle est l'endroit le plus ancien qui est "habité" et qui a évolué à partir de qui.
    Ok, il y a de la vie sur nos fumeurs noirs, mais ceux ci sont une conséquence de la tectonique des plaques, tectonique qui, il me semble, c'est mise en place après l'apparition de la Vie et ne semble pas sévir sur les lunes connues des planètes géantes.

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  28. #23
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    [QUOTE=altaos;4212623]
    Citation Envoyé par Gilgamesh Voir le message
    Probable, non.

    mis à part vénus et mercure personne ne connait de planètes sans satellite
    le cas des planètes géantes du sysrème solaire est édifiant
    mais ceci est un autre débat
    à plus
    En fait si on parle des planètes telluriques, il n'y a que la Terre, les deux satellites de Mars étant trop petits (et probablement trop récents et devant disparaître bientôt) pour influer en quoi que ce soit sur la dynamique de la planète.
    Parcours Etranges

  29. #24
    Geb

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Bonsoir,

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    Cela ne reste qu'une hypothèse sur une planète où la Vie est partout depuis des milliards d'années, il me semble assez difficile de dire qu'elle est l'endroit le plus ancien qui est "habité" et qui a évolué à partir de qui.
    Ok, il y a de la vie sur nos fumeurs noirs, mais ceux ci sont une conséquence de la tectonique des plaques, tectonique qui, il me semble, c'est mise en place après l'apparition de la Vie et ne semble pas sévir sur les lunes connues des planètes géantes.
    Les premiers fumeurs noirs furent découverts en 1977 par l'équipe de John Corliss. Dès 1981, il avança, avec ces collègues, l'hypothèse que les premières formes de vie pourraient s'être formées à proximité des fumeurs noirs.

    En fait, la température infernale (jusqu'à 400°C) au sein des fumeurs noirs est considérée dès cette époque comme beaucoup trop importante pour favoriser la synthèse abiotique de molécules organiques et donc, l'émergence de la vie.

    L'hypothèse qui est beaucoup plus intéressante à mes yeux, c'est celle des fumeurs blancs de l'Hadéen, qui ne dépendent pas d'un magma, mais plutôt d'une roche chaude en contact avec de l'eau liquide. De ce simple fait (le caractère non-magmatique), la température au sein des fumeurs blancs reste inférieure à 150°C.

    Par exemple, le premier fumeur blanc contemporain (on connaît des exemples de fumeurs blancs fossiles depuis 1981), découvert en décembre 2000 par l'équipe de Deborah Kelley, présente une température oscillant entre 40 et 75°C. Voir ici :

    An off-axis hydrothermal vent field near the Mid-Atlantic Ridge at 30° N (Kelley et al., 2001)

    En outre, ce n'est pas le fait que les abords de ces systèmes hydrothermaux atypiques, dits "alcalins" (c-à-d, dont les effluves ont un pH supérieur à 7), soient "habités" qui encouragent certains chercheurs à y voir le "berceau de la vie". Cela dit, ce n'est pas le sujet de cette discussion.

    Cordialement.
    Dernière modification par Geb ; 14/10/2012 à 21h29.

  30. Publicité
  31. #25
    SK69202

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Bonsoir.

    Le problème reste peut on avoir l'équivalent des "fumeurs" en dehors d'une tectonique de plaque, c'est souvent suggéré pour la vie au fond des océans cachés des lunes des planètes géantes, mais dans nos océans a t-on trouvé quelques chose en dehors des dorsales, sur des volcans intra-plaques sous marins ?

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  32. #26
    Geb

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    dans nos océans a t-on trouvé quelques chose en dehors des dorsales, sur des volcans intra-plaques sous marins ?
    Oui, ce sont justement les fumeurs blancs : ni volcanisme, ni dorsales n'entrent en ligne de compte. Je ne suis pas géologue, mais si j'ai bien compris le phénomène, un système hydrothermal alcalin ("fumeur blanc" étant l'appellation populaire) se forme lorsque de l'eau se met à percoler aux travers de craquelures de la roche du fond océanique et ce assez profondément.

    Lorsque l'eau entre en contact avec la roche chaude du manteau supérieur, il y a dissociation des molécules d'eau, et des effluves chargées, notamment, en hydrogène moléculaire, remontent à la surface. C'est d'ailleurs une des caractéristiques des fumeurs blancs : leurs effluves contiennent une quantité significative d'hydrogène moléculaire. D'ailleurs, la pression engendrée par la remontée des effluves élargit les craquelures, augmentant encore la porosité de la roche.

    Cela dit, l'hypothèse des fumeurs blancs de l'apparition de la vie terrestre, que l'on doit au géologue britannique Michael John Russell, est plus élaborée que la simple dissociation des molécules d'eau par de la roche chaude située en profondeur. Elle requiert notamment des composés contenant du cobalt, du molybdène, du sélénium et du tungstène en solution dans l'eau. Voir ici :

    Hydrothermal focusing of chemical and chemiosmotic energy, supported by delivery of catalytic Fe, Ni, Mo/W, Co, S and Se, forced life to emerge

    À ma connaissance, ces éléments ne sont pas disponibles à la surface des corps planétaires (ou des satellites de géantes) de tous les systèmes stellaires (nécessité de l'explosion d'une supernova à proximité).

    Cordialement.

  33. #27
    cancerman

    Re : De l' exobiologie probable de planètes en zone d'habitabilité autour des naines rouges

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Déjà si vie il y a, et en l'absence ou faible fréquence de fluctuations, cette forme suivra une sélection darwinienne beaucoup moins rapide (du coup) et pourrait même s'avérer fragile faces aux changements -- et s'éteindre comme une chandelle ?
    Bonjour je rebondis sur ce forum qui concerne les naines rouges

    noir écaille je ne suis pas d'accord avec toi au contraire, comme je le disais dans un autre forum dédié les naines rouges sont beaucoup plus variables et violentes que leurs cousines plus grandes et plus stables. Elles sont souvent couvertes de taches solaires qui peuvent diminuer la lumière émise par l'étoile jusqu'à 40 % pendant quelques mois tandis qu'à d'autres périodes de gigantesques éruptions solaires doublent sa brillance en quelques minutes. De telles variations endommageraient fortement la vie, bien qu'il est possible qu'elles stimuleraient l'évolution des espèces en augmentant le taux de mutation et en modifiant rapidement le climat.

    J'ai souligné la possibilité car je ne peux écarter cette hypothèse qui me semble fort probable (en ayant lu SJ Gould et Simpson sur leurs visions de l'évolution des espèces.)

    Les étoiles de classe M

    Il faut savoir que les données prédisent des vents extrêmement violents sur ces planètes, l'analyse du télescope SPITZER de 51 Pégase, de HD 179949 b et de HD 209458 b des planètes "des jupiters chauds" en orbite synchrones avec des forces de marées énormes confirment une chose: ces planètes disposent de vents supersoniques depassant 14000 km heures afin d'assurer un mélange efficace de leurs atmosphères.

    Pour comparer sur Terre le plus puissant des ouragan (cathégorie 5) Les vents vont à plus de 249 km/h avec une pression de 92,0 kPa.

    Néanmoins l'on pourrait imaginer une planète "hurlante" respirable ... mais bon avec des vents de cette ampleur je vois mal comme vivre en surface.

    Bon passons aux choses sérieuses l'analyse de l'atmosphère d'exoterres :

    Cette étude récente porte sur l'analyse de l'atmosphère potentielle d'exoterres autour d'étoiles de plusieurs types spectrales G K M

    L'étude reste sceptique sur la possibilité que des planètes en orbite autour d'une étoile de classe M possèdent une atmosphère de type terrienne stable équivalente aux Classe K et G , mais dans le cas probable ou des planètes en orbite autour de d'étoile de classe M posséderaient une atmosphère de type terrienne l'étude prédit que la moitié de ces planètes ne resteront pas stables sur le long terme.

    Stability of super eath atmospheres
    http://arxiv.org/pdf/1203.1922v3.pdf
    Dernière modification par cancerman ; 28/10/2012 à 09h26.

Discussions similaires

  1. Définition - Zone d'habitabilité
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/07/2011, 00h05
  2. Actu - Des planètes habitables autour des naines blanches ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 14
    Dernier message: 01/04/2011, 06h48
  3. naines rouges et vie
    Par Divos dans le forum Planètes et Exobiologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/04/2010, 01h40
  4. Actu - Il y a bien des planètes autour des naines blanches
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 7
    Dernier message: 21/04/2009, 21h31
  5. Actu - Les naines rouges : des environnement peu favorables à la vie ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/04/2009, 09h45