Page 1 sur 3 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 79

Le pervers narcissique



  1. #1
    lyras

    Le pervers narcissique


    ------

    Bonjour,

    Il y a deux ans de cela, j’ai connu un homme qui était gentil et agréable au départ mais un peu bizarre quand même !! Notre relation a duré 6 mois.

    Bien que je ressentais une certaine attirance pour lui mais j’ai préféré temporiser afin de mieux le connaître. Quant à lui, il n’arrêtait pas de me faire des avances mais je faisais semblant de ne pas comprendre.

    Avec le temps, j’ai réalisé que j’avais affaire à un pervers narcissique qui m’a manipulée et a commencé à pratiquer sur moi son jeu de déstabilisation en mentant constamment et parlant toujours avec insinuation. Aucune spontanéité. Il était toujours sur ses gardes et ne dévoilait rien sur sa vie.

    Réalisant que je ne partageais pas ses envies (qu’il transmettait par messages codés), il s’est retiré pensant que j’allais tenter de le récupérer et céder.

    J’en ai profité pour faire la morte et je me suis retirée en douce. Je n’ai même cherché à avoir des explications car il m’avait épuisée avec son comportement machiavélique.

    Par ailleurs, je me suis renseigné sur lui et j’ai appris qu’il était marié et qu’il avait menti sur son âge et sa fonction également !!

    Le problème est que depuis qu’il s’est retiré (1 an et demi), il me fait surveiller près de chez moi pour avoir un contrôle total sur ma vie.

    C’est sournois comme tactique car je ne peux même pas le prouver pour porter plainte. Je l’ai appelé pour lui demander la raison, il a nié alors qu’il m’avait dit à l’époque où nous étions ensemble « je te surveille de très près », « tu es mienne à jamais », « que fais-tu à la maison ? (comme il m’arrive de ne pas sortir une journée entière)…

    Cette histoire m’angoisse. Merci de m’aider à retrouver ma sérénité.

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    quetzal

    Re : Le pervers narcissique

    il est bien normal que cela t'angoisse, le mieux pour l'instant est de te faire aider par un professionel qui pourras t'épauler. les perverts narcissique il me semble n'abandonne il me semble jamais leurs proie, c'est une question d'amour propre(lol).
    sauf si l'on parvient à mettres au grand jour leurs stratagèmes.. mais là ils peuvent devenir dangereux. donc, le mieux est de voir ce que tu peux faire, et comment t'y prendre auprès d'un professionel(psy)..

    et ne perd pas courage car il vas t'en falloir.

  4. #3
    lyras

    Re : Le pervers narcissique

    Merci Quetzal,

    J'en ai parlé à un psy et c'est lui qui m'avait dit qu'il s'agit d'un pervers narcissique d'aprés le comportement de cet individu.

    J'avoue que cela m'a rassuré quelques parts car j'ai illucidé une partie du mystère...au départ je ne comprenais rien à ce qui m'arrivais, je trouvais juste que cet homme est "malade" sans definir exactement le type de maladie !!

    Par ailleurs ce qui m'angoisse c'est comme tu dis; quand on me dit qu'"il n'abadonne jamais leur proie" !! Donc, cette histoire pourrit durer encore des années !!

    j'ai lu un article dernièrement sur un type de ce genre qui a harcelé une dame pendant 25 ans !!

    Dommage que la psychanalyse se trouve impuissante devant ce genre de maladie !!

  5. #4
    (PSO)Clémentine

    Re : Le pervers narcissique

    Déjà, va porter plainte pour harcèlement, une enquête sera ouverte. Ce sera un pas vers la liberté. Ce n'est pas à toi de fournir de preuves, c'est à la police d'en trouver.

    Même si la psychanalyse pouvait quoi que ce soit pour lui, personne ne peut l'obliger à voir un psy, à moins d'être hospitalisé par un médecin, sur demande d'un tiers ou de la justice, donc c'est pas gagné.

    Bon courage
    Quoi!? Z'avez plus de jus de goyave!? Bah euh, chais pas... papaye alors?

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    ghun1189

    Wink Re : Le pervers narcissique

    sinon il existe un autre moyan pour ne plus te faire espionner, tu trouve un homme puis tu verras que ce pervers finira pas se désister et arrêtera sur le champs ses atteintes à ta pudeur parce que comme tu le sais un narcissique est très fier de lui déborde d'égau, fait moi confiance que sa douleur sera telle qu'il ne pourra plus te faire souffrir, saches que ce que veux un narcissique c'est avoir l'impression q'il est puissant beau être fier de lui, il n'aura alors plus aucunne raison de te faire surveiller pour t'empêcher de trouver le bonheur,n'est ce pas?C'est son but.montre lui que tu as gagné et que la partie est finie

  8. #6
    lyras

    Re : Le pervers narcissique

    Bonsoir ghun1189,

    Tu as peut être raison, de cette manière il realisera qu'il n'a aucune emprise sur moi.

  9. Publicité
  10. #7
    invite73192618

    Re : Le pervers narcissique

    Citation Envoyé par ghun1189 Voir le message
    pour ne plus te faire espionner, tu trouve un homme
    Drôle de méthode àmha. Les femmes ne sont plus censées être obligées d'avoir un protecteur mâle n'est-ce pas?

  11. #8
    Zouzoute

    Re : Le pervers narcissique

    Bonjour à tous,

    Je serais assez d'accord avec ghun- non pas que nous ayons besoin d'un protecteur (!)- mais un pervers cherche à isoler sa victime de ses parents, amis, proches pour vérifier son sentiment de puissance : "sans moi tu n'es rien", "tu n'es qu'à moi" etc.
    Donc je te conseillerais de voir tes amis, de t'en faire de nouveaux, de sortir etc pour briser l'enfermement moral qu'il veut t'imposer. De plus, pragmatiquement, il pourra bcp moins t'importuner si tu es accompagnée.

    N'hésite pas à porter plainte comme le dit clémentine et à te rapprocher d'associations : ce genre de comportements est hors la loi, et le narcissime pervers résiste mal à une dénonciation publique (coup sévère à l'égo)!
    Encore une fois,ne reste pas isolée : ce n'est pas toi la "coupable", c'est lui, et c'est sa tactique que de te couper du monde.

    Sinon, un truc qui vaut ce qu'il vaut : en cas de harcèlement téléphonique, mettre une casserole sur le haut parleur du téléphone et taper fort ! Traitement de choc garantit !

  12. #9
    invite73192618

    Re : Le pervers narcissique

    Citation Envoyé par Zouzoute Voir le message
    en cas de harcèlement téléphonique, mettre une casserole sur le haut parleur du téléphone et taper fort ! Traitement de choc garantit !
    Tient ça me rappelle une amie de ma mère, à qui s'était arrivé (d'être harcelée au téléphone, de préférence à 3 heures du matin). Elle en était devenue furax, le traitait de tous les noms au téléphone pendant des semaines...

    Un jour elle s'est dit "dans le fond, c'est juste un pauvre monsieur qui doit être très malheureux dans sa peau". Donc, le fois suivante, au lieu de l'insulter elle lui a tenu le discours suivant "écoutez moi. Je sais que vous souffrez. Je peux essayer de vous aider."

    Il a raccroché... aucune nouvelle depuis

  13. #10
    Zouzoute

    Re : Le pervers narcissique

    Citation Envoyé par Jiav Voir le message
    Un jour elle s'est dit "dans le fond, c'est juste un pauvre monsieur qui doit être très malheureux dans sa peau". Donc, le fois suivante, au lieu de l'insulter elle lui a tenu le discours suivant "écoutez moi. Je sais que vous souffrez. Je peux essayer de vous aider."

    Il a raccroché... aucune nouvelle depuis
    Très intéressant en effet : les insultes renforceraient apparement le "sentiment de puissance", tandis que mettre la personne en face de sa réalité (=il faut vraiment avoir une vie minable pour en être réduit à harceler des gens au téléphone la nuit) marcherait mieux. Il y a matière à réflexion.

  14. #11
    quetzal

    Re : Le pervers narcissique

    do not feed the troll

  15. #12
    lyras

    Re : Le pervers narcissique

    Bonjour à tous,

    Merci pour ces precieux conseils.

    Il ne m'a jamais harcelé au téléphone, il a un comportement sournois, il tire les ficelles de loin et prefere utiliser des intermediaires.

    Par ailleurs, j'ai changé mon numero de téléphone quelques mois après notre separation car il s'amusait à m'envoyer des textos de temps à autre !

  16. Publicité
  17. #13
    jacktbold

    Re : Le pervers narcissique

    Il faut judiciarisé, dénoncé et ne pas demeurer seul. Offrir ton aide, pourrait entrainer une pensée pervers de puissance de son charme. Et je n'ai pas envie de blaguer à ce sujet. Le narcissisme n'est pas une maladie comme tel, c'est un trait de caractère.

  18. #14
    invite73192618

    Re : Le pervers narcissique

    Citation Envoyé par jacktbold Voir le message
    Offrir ton aide, pourrait entrainer une pensée pervers de puissance de son charme.
    Précision: l'anecdote que j'ai raconté n'est en rien un conseil, et je m'excuse à l'idée que ça puisse avoir été interprété ainsi. Le conseil de Clémentine et jacktbold est sans doute la démarche la plus judicieuse.

  19. #15
    jacktbold

    Re : Le pervers narcissique

    Sans préjudice jiav

  20. #16
    Mic69

    Re : Le pervers narcissique

    Mon expérience

    Trente-six ans se sont écoulés entre ma première rencontre et la dernière avec celle qui a été ma femme. C’est aussi le temps qu’il m’a fallu pour mettre définitivement fin à mon statut de victime de narcissique perverse. C’est long… mais ça continuerait encore si je n’avais pas rencontré un psychothérapeute compétent qui m’a fait prendre conscience que le problème ce n’était pas moi, mais ma femme et ma mère.
    Ma mère d’abord qui est une caricature de la narcissique perverse qui a vampirisé sa mère, mon père, ma sœur et moi-même.
    Quand on est enfant on croit que tout ce que l’on vit est normal même les pires destructions psychologiques. Le malheur c’est que l’on se jette très volontiers dans les bras d’une femme analogue : La psychanalyse a bien montré que l’on reproduit les mêmes erreurs tant qu’on n’a pas résolu des problématiques personnelles, la plupart du temps héritées des ancêtres.
    Ma prise de conscience fut longue tant ma femme avait de réelles qualités et une reconnaissance sociale béton. J’ai d’abord identifié la perversion de ma mère (moins subtile dans ses agissements) avant de me rendre compte que mon épouse avait la même structure psychopathologique. J’ai pris la décision de partir (que j’ai identifiée comme la meilleure décision que j’avais prise dans ma vie) en me disant que je ne voulais pas finir zombifié comme mon père (85 ans), cet homme que j’avais connu vif, dynamique, créatif… Il vit ce calvaire depuis 65 ans ; il en a plus ou moins conscience sans en identifier réellement les causes.
    J’ai vu mon fils s’engager dans le même piège. Cela, je l’ai senti dès les premières minutes où j’ai vu cette fille. J’ai mis toute mon énergie à sauver mon fils de cette impasse destructrice. J’ai dû lutter contre ma femme trop heureuse d’intégrer une semblable dans la famille… Je passais pour le méchant, l’intolérant, l’ingérant. Puis un jour mon fils me téléphone m’annonçant sa rupture… j’ai eu alors le sentiment d’avoir accompli ma mission de père. Il m’a même dit « Pourquoi tu ne m’as pas dit tout ça avant ?… » alors que j’avais tout fait pour lui ouvrir les yeux. Pour dire combien on est médusé par ces personnes.
    Comme le disent de nombreux témoignages c’est lorsqu’on est sorti de cette relation mortifère qu’on comprend vraiment. C’est dans l’après coup que les paroles, les actes prennent tout leur sens. Un seul exemple : Au début de notre rencontre mon épouse me dit comme un compliment « Tu n’as aucune méchanceté » cela me semblait normal. Ce n’est qu’après que j’ai compris que j’aurais dû entendre : « Tu n’as aucune méchanceté… à la différence de moi ! » C’est bien la méchanceté, la volonté de faire mal, de détruire qui est la principale caractéristique des narcissiques pervers. Entre temps, devenu psychologue (Ce n’est pas par hasard) j’ai compris la cause de ce fonctionnement et l’indulgence que j’ai pu avoir, et ai encore, pour ces personnes. Là où un être normalement unifié, ambivalent, névrosé va vivre des interrogations, des doutes, des émotions fortes, de la saine culpabilité le narcissique pervers ne ressent rien de tout cela… il est clivé. On pressent cela au quotidien : pas de passion, pas d’échange en profondeur… en fait je crois une réelle incapacité à aimer. Toute leur vie n’est qu’un calcul permanent pour nourrir leur vide intérieur et échapper à la menace de sombrer dans la folie. La grosse difficulté est d’imaginer comment ils pensent et agissent puisque leur fonctionnement est inversé (Sens étymologique de perversion). Ce qui nous fait accéder au statut d’humain et à la civilisation, c’est l’aptitude à éprouver du mal être à faire du mal aux autres… ce qui arrive inévitablement dans la vie. Le narcissique pervers ne connaît pas ce mal être au contraire, c’est une joie qu’il éprouve : détruire pour survivre.
    Notre société identifie les violences verbales, physiques, sexuelles mais pour la violence psychologique c’est toujours la jungle. Je revendique un droit d’ingérence… surtout lorsque ce sont des enfants qui sont victimes d’un parent narcissique pervers. Les dégâts sont trop importants pour qu’on s’en lave les mains…

  21. #17
    jacktbold

    Re : Le pervers narcissique

    Merci mic69,
    La définition du pervers narcissique que vous nous communiquez a l'avantage d'être explicatif du vécu intérieur vide et du plaisir pervers de ces malheureuses personnes. Ceci dit, comprendre n'excuse pas et la responsabilité du vide intérieur de ces personnes n’appartient pas à leurs proches. Agir sur des personnes qui ont ce trait de caractère est une mission impossible pour un individu impliquer dans cette dynamique. Les victimes sont dans une glissade ou alterne la peur et la culpabilité, induite par le"dictateur". Ils ne peuvent jamais être gagnant.
    Je pense, à l'instar de ceux qui ont travaillé avec moi au centre "Après coup", que certaines personne narcissique pervers peuvent apprendre à avoir un comportement acceptable. Cela ne peut se produire que si les gestes qu'il pause commencent à effacer son plaisir pervers au lieu de les nourrir. Comme il agit et ne vie que par ce principe de plaisir Il vivra une douleur intérieure intense qui peut, peut être , le conduire à consulter.
    Mais le plus souvent ce sera le juge qui finira pas soit l'obliger de faire une thérapie ou le mettre tout simplement derrière les barreaux pour qu'il cesse de nuire à la société.
    Dans tout les cas que j'ai rencontrer, c'est la récupération du pouvoir sur les personnes qui lui appartiennent qui les motivait au départ.
    Très peu d'entre eux on une introspection suffisante pour en arriver à une analyse suffisante de leur situation. C'est l'exception qui arrive à ne pas récidiver. Pour autant que je puisse me fier à l'échantillonnage des quelques centaines de personnes auprès desquels je suis intervenus durant les trois ans où j'ai travaillé à ce centre.

  22. #18
    Prudente

    Re : Le pervers narcissique

    Bonjour à tous et à toutes,

    tout d'abord merci pour ces explications qui permettent de comprendre...
    Je souhaites témoigner de mon expérience car elle soulève plusieurs interrogations.

    J'ai été marié pendant six ans à un homme quelque peu étrange dans sa démarche. Les quatre premières années, il s'est montré charmant, d'humeur toujours égale quoiqu'insensible aux problèmes d'autrui (il disait ne savoir quoi répondre). Nous avons adopté deux grands garçons (en même temps). Dès que les enfants ont été dans mes bras, son attitude a changé radicalement : il ne cessait de me critiquer devant eux en tout et jusque dans la façon de les éduquer, puis même lorsque les enfants n'étaient pas avec nous... J'ai rapidement réagi en lui expliquant que je ne souhaitais pas donner aux enfants cette image d'une mère. Il n'a pas compris. Pendant deux ans, pour mes fils, j'ai enduré toutes sortes de réflexions rabaissantes, jusqu'à en tomber malade. Et alors compris que ce n'était pas la bonne solution, qu'un jour mes fils me reprocheraient peut-être d'être restée dans ces conditions et de leur avoir fourni une image de référence féminine bien défaillante.

    Comment ne pas tomber dans ce type de piège ? Comment prévoir quand il n'y a aucun signe avant-courreur ?


    D'autre part, je viens de mettre fin à une année d'amour en dent de scie, (vie commune une semaine sur deux car séparés par 400 kilomètres), avec un homme qui, sous le prétexte de m'aider, de me soutenir dans ma démarche de retrouver l'estime de moi suite à mon divorce, me détruisait petit à petit et de plus en plus violemment dans ses accusations... pour mieux me cajoler et m'encenser ensuite. Quand j'avais effectivement besoin de son soutien affectif, il était rarement disponible, pas même au téléphone. Mais exigeait l'inverse. Il attendait toujours plus de moi, me demandais toujours plus d'effort sur moi pour notre couple tout en restant d'un égoïsme parfois stupéfiant par son manque d'humanisme... Homme brillant ayant plus de 7 années d'études, j'ai longtemps cru en son jugement sans pour autant m'octroyer le droit de le juger. Jusqu'à son ultime accès de fureur verbale, pour une broutille, où il m'accusait de ses propres défauts (stupeur !), stipulant même que je devais y trouver du plaisir. Au matin, il m'a durement jetée dehors sans motif valable, sans que j'ai eu l'occasion, durant toutes ces heures, de pouvoir me défendre avec plus de trois mots.

    Hors les souvenirs des bons moments, ce qui me fait le plus de mal est de me demander :

    - comment j'ai pu accepter de vivre à nouveau dans un processus malsain (il m'était plusieurs fois arrivé de me demander s'il n'était pas pervers dans ses mécanismes de pensée mais je pensais être conditionnée par ma précédente expérience et voir le mal où il n'était pas) ?

    - pourquoi ai-je manqué à ce point de respect envers moi et envers lui en le laissant continuer ?

    - et d'avoir ce doute en moi : est-il foncièrement pervers car il a toujours semblé souffrir sincèrement et profondément de me faire du mal. Au début, il pleurait, effondré, quand il sentait qu'il débordait mais ne comprenait pas en quoi et me demandait de l'aider à apprendre à m'aimer (requête touchante et très émouvante mais surprenante car c'était sa démarche amoureuse que je trouvais inhabituelle). Pour recommencer quelques temps plus tard à me détruire psychologiquement plus encore qu'avant... comme si c'était plus fort que lui. Y-a-t'il vraiment du bon en lui ?


    Je vous remercie d'avoir lu, j'espère avoir été claire dans la formulation des faits et des questions de sorte que vous puissiez être en mesure de me répondre avec le plus de justesse.
    Bonne journée à vous et bon courage à celles et ceux qui vivent ou sorte de ce type de relation.

  23. Publicité
  24. #19
    kinette

    Re : Le pervers narcissique

    Bonjour,

    Après de telles expériences, il n'est certainement pas facile de se reconstruire. Peut-être qu'un psychologue pourrait vous aider dans cette démarche.

    J'ai l'impression que beaucoup de choses (comme souvent d'ailleurs) tournent dans ces histoires autour de l'estime de soi, de la dépendance affective, et de la facilité à se sentir coupable (sensibilité au chantage) et accepter des autres des choses qu'on oserait pas leur infliger.
    Apprendre à dire non et se protéger n'est pas toujours facile, surtout si on se laisse attendrir par le "bourreau" qui souffre lui-même de ses réactions incontrôlées... seulement il y a une différence entre celui qui agit (responsable, même si il ne maîtrise pas tout) et celui qui subit.

    et d'avoir ce doute en moi : est-il foncièrement pervers car il a toujours semblé souffrir sincèrement et profondément de me faire du mal. Au début, il pleurait, effondré, quand il sentait qu'il débordait mais ne comprenait pas en quoi et me demandait de l'aider à apprendre à m'aimer (requête touchante et très émouvante mais surprenante car c'était sa démarche amoureuse que je trouvais inhabituelle). Pour recommencer quelques temps plus tard à me détruire psychologiquement plus encore qu'avant... comme si c'était plus fort que lui. Y-a-t'il vraiment du bon en lui ?
    Est-ce la peine de se poser cette question? Évidemment, il y a du bon dans la majorité des personnes: les êtres insensibles sont plutôt rares. Mais faut-il pour autant excuser des comportements problématiques et les subir, les entretenir? Les gens peuvent changer, et on peut aussi les y aider, mais le changement n'est pas toujours facile (voire parfois impossible), et il faut évidemment et surtout que la personne y mette du sien.

    Pour des scénarios comme ceux que vous décrivez, qui ont tendance à se répéter, il faudrait que vous compreniez quels sont les déclencheurs, que vous analysiez vos réactions, pensées, celles de l'autre, afin de trouver une réponse plus adaptée dans des contextes similaires.

    Cordialement,
    K
    PS: je rappelle qu'il est difficile, d'après une description de toute façon subjective, de comprendre une situation, et qu'on n'est pas ici pour discuter des torts des uns ou des autres
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  25. #20
    Prudente

    Re : Le pervers narcissique

    Merci Kinette pour ces remarques pertinentes.

    PS : Je suis désolée si mon message pouvait faire penser que je souhaitais débattre des torts des uns et des autres, je voulais juste soulever quelques questions en fonction des évènements. Mais il est vrai que cela est subjectif, ce dont je ne me rendais pas compte. Sincèrement désolée.

  26. #21
    kinette

    Re : Le pervers narcissique

    Citation Envoyé par Prudente Voir le message
    Merci Kinette pour ces remarques pertinentes.

    PS : Je suis désolée si mon message pouvait faire penser que je souhaitais débattre des torts des uns et des autres, je voulais juste soulever quelques questions en fonction des évènements. Mais il est vrai que cela est subjectif, ce dont je ne me rendais pas compte. Sincèrement désolée.
    Bonjour Prudente,
    Mon message n'avait pas du tout pour but de te culpabiliser, et de toute façon dans ta description de la situation tu ne peux que donner ta propre vision.
    C'est plus en te lisant que tout un chacun (dont moi, il me semble que c'est suite à un mouvement que j'ai eu et réprimé que j'ai mis ce PS) aura tendance à "juger", et à vouloir te donner des conseils notamment en fonction d'un jugement moral personnel.
    C'est un risque, et je ne pense pas que ça puisse en fait aider une personne venue ici pour essayer de comprendre une situation.
    (pour caricaturer: on pourrait tous y aller de notre message "c'est un salaud, ne te laisse pas faire, etc..." mais je doute de l'intérêt de la chose, surtout que ce n'est justement pas ce que tu sembles attendre).

    Bien cordialement,
    K
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  27. #22
    MaliciaR

    Re : Le pervers narcissique

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Bonjour,

    Après de telles expériences, il n'est certainement pas facile de se reconstruire. Peut-être qu'un psychologue pourrait vous aider dans cette démarche.
    Bonsoir, je rejoins Kinette dans cette suggestion. J'ai décidé de faire une analyse après 2 ans et demi de vie commune très ressemblante avec ce que tu racontes, Prudence. Et cette analyse donne ses fruits

    J'ai l'impression que beaucoup de choses (comme souvent d'ailleurs) tournent dans ces histoires autour de l'estime de soi, de la dépendance affective, et de la facilité à se sentir coupable (sensibilité au chantage) et accepter des autres des choses qu'on oserait pas leur infliger.
    Apprendre à dire non et se protéger n'est pas toujours facile, surtout si on se laisse attendrir par le "bourreau" qui souffre lui-même de ses réactions incontrôlées... seulement il y a une différence entre celui qui agit (responsable, même si il ne maîtrise pas tout) et celui qui subit.
    Je me demande aussi quelle est l'implication de ce que l'on appelle la névrose de l'abandon... Très souvent, ces gens ont vécu des traumatismes étant petits, des situations vécues comme situations d'abandon par le père ou par la mère, ce qui ensuite à pour conséquence des troubles relationnels tels que la dépendance amoureuse. Parce qu'il n'y a vraiment pas de victime et de bourreau clairement définis dans cette situation, non? C'est une histoire d'interdépendance et de soumission, autant à l'autre que l'autre à nous... Ce qui rend très efficaces les comportements du genre "je t'attire -> je te repousse -> je te ramène pour te faire plus mal ensuite".

    Est-ce la peine de se poser cette question? Évidemment, il y a du bon dans la majorité des personnes: les êtres insensibles sont plutôt rares. Mais faut-il pour autant excuser des comportements problématiques et les subir, les entretenir? Les gens peuvent changer, et on peut aussi les y aider, mais le changement n'est pas toujours facile (voire parfois impossible), et il faut évidemment et surtout que la personne y mette du sien.
    N'est-il pas plus utile de se poser la question "Qu'y a-t-il d'aimable (dans le sens de digne d'amour) en moi? Et suis-je partant-e de le laisser pourrir dans une relation qui me détruira ou je devrais tout faire pour que cette partie de moi s'épanouisse?" Du bon, il y a dans toute personne, ce qu'il est important c'est d'avoir une estime de soi suffisamment saine et stable pour ne pas perdre ce qu'il y a du bon en nous...
    Et, comme dit (écrit) Kinette, essayer de décrypter le mécanisme... Parce que le fait que tu sois dans la répétition n'est pas anodin du tout...

    Bon courage et bonne nuit

    Cordialement,
    An expert is one who knows more and more about less and less.

  28. #23
    nouvelle111

    Sos

    Salut à tous
    j'ai sérieusement besoin de votre aide
    Depuis qqes temps j'ai fait la connaissance d'un homme qui etait très sympa et aimable à mes yeux
    je suis sortie avec lui,il faisait tout pour me faire plaisir
    il cuisinait pour moi, il me donnait de l'argent quand j'en avais besoin etc ...
    J'ai remarqué qu'il me ment souvent, qu'il dit jamais non quand je demande qqchoz et puis il fait rien
    il trouve tjrs un argument pour camoufler son mensonge
    il est souvent flou dans ses paroles
    il sait me controler, parfois je sais bien qu'il me manipule (il me fait boire bcp etc ) et pourtant j'arrive pas à dire non..
    je me sens si faible devant lui, j'ai tjrs l'impression qu'il est impénétrable..il réussit tjrs à prendre le dessus..il trouve meme des solutions à tout!!
    voila que ces derniers jours, j'ai décidé de me libérer de son emprise, je me sens de plus en plus mal alaise avec lui..je lui répond plus au téléphone..
    voila que je le trouve aujourd'hui sur un site de chat
    ( je remarque qu'il est très malin, il ne m'écrit pas d'sms,il envoit pas de mail, et il parle sur un site de tchat où on peut pas garder des preuves fiables)
    je lui ai dit que je veux plus de contact avec lui..
    et là,j'ai été traumatisée!
    il a commencé à m'insulter d'insultes trop blessantes et à me dire que je n'ai fait que profiter de lui alors que c'est totalement faux..je lui ai donné tout les arguments pour lui faire comprendre que je ne l'ai obligé à rien, que je lui ai donné bcp aussi,que je rendais tjrs son argent! et voila qu'il s'est mis à me dire que c'est faux et il insiste, et il n'arrete pas de dire noooon! et puis voila qu'il commence à me menacer de venir me faire du mal, d'aller draguer ma mère à son travail, de lancer des rhumeurs dans ma faculté sur moi, de faire tout pour que je ne réussie pas mon année..et ce qui me fait peur c'est qu'il jure sans arret, et sur la tete de sa mère et de son père etc..il s'est montré très enragé que j'en tremble jusqu'à mnt!
    j'ai fait la bétise de me montrer très faible devant lui, je lui ai supplié de m'oublier...
    j'ai oublié de citer que c'est un grand prétentieux,il se vante tjrs, il dit tjrs qu'il est exceptionnel etc..
    et voila que j'ai compris que ça ne peut etre qu'un perver narcissique!
    j'ai l'impression qu'il me lachera pas! j'en suis morte de peur!
    Svp aidez moi à trouver une solution pour m'en sortir de ce malade sadique!! c'est un monstre!!
    est ce que le fait qu'il soit un homme éfféminé change qqchoz?
    Aidez moi svp, je lance un gros SOS!

  29. #24
    jacktbold

    Re : Sos

    Citation Envoyé par nouvelle111 Voir le message
    (...)est ce que le fait qu'il soit un homme éfféminé change qqchoz?
    Aidez moi svp, je lance un gros SOS!
    Je le répète, judiciarisé. Ne lui permettez pas de vous faire des menaces. Trouvez-vous des témoins et faite en sorte qu'il soit mis face au danger de représailles juridique publique. Je ne connais pas les lois de votre pays, mais il faut vous en informer. Si vous êtes au Canada, la consultation d'un avocat vous serait d'une grande aide. Ne le laissé pas à son plaisir de dominance. Il doit avoir peur.
    Dernière modification par bardamu ; 17/01/2008 à 16h40.

  30. Publicité
  31. #25
    iboga

    Re : Le pervers narcissique

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Bonjour,

    Après de telles expériences, il n'est certainement pas facile de se reconstruire. Peut-être qu'un psychologue pourrait vous aider dans cette démarche.

    J'ai l'impression que beaucoup de choses (comme souvent d'ailleurs) tournent dans ces histoires autour de l'estime de soi, de la dépendance affective, et de la facilité à se sentir coupable (sensibilité au chantage) et accepter des autres des choses qu'on oserait pas leur infliger.
    je m'imiscie dans ce forum parce que vois que vous tenté d'aller un peu plus loin que le simple temoignage. "victime " consentante d'une PN depuis 3 ans, je retrouve en tous points sur ce forum à nouveau le comportement stereoptypé de ces êtres que je cherche à comprendre de manière approfondie ainsi que leur victime. J'ai beaucoup lu là dessus (j'ai adoré Hurni et Stoll, la haine de l'amour) , ecrit à des amis proches mes aventures hallucinantes (çà fait du bien d'ecrire!) , mais je cherche à comprendre plus loin. Je suis en effet biologiste (docteur) et pratique l'epistemologie. j'ai travaillé un temps en psychophysiologie.
    profil du PN " medaillé d'or" : riche beau, charmeur,séduisant, très puissant financierement (gestion immobiliere perso et diplomatie), procedurier, corrupteur, hyper intelligent (QI exceptionnel), hyposomniaque, hyperactif, doté d'une memoire prodigieuse des faits et dates, cloisonnant sa vie avec art, moralisateur et "viveur"(alcool, cigarettes, lieux troubles de la nuit), sexualité trouble (entre impuissance, voyeurisme et masturbation), charmant en société et odieux dans le privé, incapable d'accepter la moinde responsabilité de ses actes, pratiquant un langage pervers retournant la faute sur l'autre de manière telle qu'il soit impossible de s'en sortir, critiquant tout le monde, au comportement stéréotypé, prévisible dans son imprévisibilité, capable de comportement aussi subits qu'anormaux, tenant des propos ahurissants, frôlant la psychose (en ce cas, on voit le visage changer, c'est très impressionnant, bouche fine, yeux ronds, et j'en passe, on dirait un demi fou), démoniaque dans l'âme.Totalement denué de compassion, d'affect et de peur (pratiquant des activités dangereuses, allant dans des pays dangereux...) . Je lui ai souvent dis qu'il etait denué de circuits passant par l'amygdale. Ainsi à la place de l'amour, il y a de l'envie, de l'autoerotisme, de la volupté . Les conversations avec lui derivent toujours sur le niveau formel (definition du mot, du concept) ou encyclopedique, car en fait il est impossible de parler en profondeur de philosophie ou de spiritualité par exemple. sous couvert d'une langage brillant, d'une voix de beau brun tenebreux, ce sont parfois des "conversations de comptoir". être suradapté à la reussite sociale , mais sans ami , que des relations d'nteret ainsi qu'une reseau de femmes admiratives , objet interchangeables qu'il tient plus ou moins à distance avec intelligence, maniant le chaud et le froid.
    la victime en deux mots : belle grande femme elegante -blonde bien sure- intelligente, vive et aimant profondement la vie, une apparence de fragilité , d'après lui "un melange de fraicheur, de naturel et de vice". mariée 2 enfants, passablement perverse à la manière d'une gentille névrosée. ne pas avoir reussi à briser le couple (au moment savoureux d'une tres gros heritage) est un de ses grands echecs. merci infiniment à mon mari aour son intelligence de la situation. j'ai continué la relation pour en jouir (la vie de femme mariée est souvent monotone), pour l'observer à la manière du chercheur que je fus, pour les sorties et une sexualité hors normes, mais à quel prix d'affront, d'humiliation et de propos devalorisants, mensonges et verités ayant la meme valeur.
    aujourd'hui je me pose de manière obsessionnelle les questions suivantes :
    1- ces gens stereoptypés et surequipés socialement pour reussir n'auraient il pas des caracteristiques cérébrales particulières? personne ne le sait mais c'est une hypothèse que je me fait. Mise en place dans l'enfance de circuits neuronaux permettant la survie de l'individu jeune de manière à eviter une souffrance insupportable (shintage des circuits de l'affect)
    2- la victime qui attire le PN n'est pas toujours celle qu'on présente, pauvre fille qui se fait avoir . je suis loin d'être une naive et en plus j'entretiens la relation en connaissance de cause. par contre il est certain que dans mon cas, il a méchamment revelé une névrose latente qu'il a senti , su exploité et qui se traduit par une dependance à la soumission (tant psychique que sexuelle), non denué de masochisme jouissif. vous voyez, je ne suis pas tendre avec moi. en plus , femme exigeante, attendant beaucoup de la vie ( experiences, argent, dotée d'une grande capacité de jouissance intellectuelle). De ceci je suis dependante, horrifiée et fascinée, incapable de retrouver un rapport normal avec un homme.

    je ne vous demande bien evidemment pas de solution personnelle (une bonne psychothérapie me ferait le plus grand bien). je ne suis pas là pour cela. je me suis inscrite sur ce forum pour essayer de mieux comprendre les mécanismes inconscients du couple démoniaque "PN-victime" , de confronter ma vision de biologiste ayant fait du comportement chez l'animal (peur, angoisse), avec des professionnels par exemple (psychiatres, psychotherapeutes..) : approche psychophysiologique, psychanalytique, historique (de grandes douleurs parsement l'histoire des hommes...responsabilité des PN? ) , psychopathologique (il m'arrive de comparer le PN frôlant la folie parfois à l'autisme même si c'est très différent. La seule explication au fait que ce profil est sous-etudié, mal reconnu dans la société malgré tous les ravages ( violences, suicides) ne viendrait il pas justement de leur habilité à manipuler leur image dans la société? ils sont invicibles, tellement habiles, ne vont jamais consulter de psy, personnellement, cela me rend assez pessimiste car je suis à peu près certaine qu'il ont toujours le dernier mot dans les procès juridiques. je fonde de grands espoirs dans la diffusion et la reconnaissance de cette "pathologie silencieuse" qui s'exprime essentiellement au sein d'une couple privé, par internet.
    Dernière modification par shokin ; 20/01/2008 à 21h59. Motif: Correction de balise - shokin

  32. #26
    MaliciaR

    Re : Le pervers narcissique

    Bonjour,

    Je reconnais certains de traits que vous exposez. Mais je serais plutôt d'avis que ce que nous avons appelé "pervers narcissique" est un fait une partie d'un problème plus large, pas l'inverse.
    Je ne suis pas psy, je n'ai jamais fait d'études de tel, mais je me permets quand même d'énoncer l'idée que j'ai pue rencontrer dans des lectures : celle du principe de co-morbidité, une idée exploitée par les collègues psys qui sauront mieux l'expliquer que moi car je n'en ai pas le vocabulaire adéquat. Mais c'est cette notion de co-morbidité qui me fait dire que nous nous voyons qu'une partie du problème lorsque nous avons à faire à un "pervers narcissique".

    Cordialement,
    An expert is one who knows more and more about less and less.

  33. #27
    Cendres
    Modérateur

    Re : Le pervers narcissique

    Citation Envoyé par iboga Voir le message
    aujourd'hui je me pose de manière obsessionnelle les questions suivantes :
    1- ces gens stereoptypés et surequipés socialement pour reussir n'auraient il pas des caracteristiques cérébrales particulières? personne ne le sait mais c'est une hypothèse que je me fait. Mise en place dans l'enfance de circuits neuronaux permettant la survie de l'individu jeune de manière à eviter une souffrance insupportable (shintage des circuits de l'affect)
    2- la victime qui attire le PN n'est pas toujours celle qu'on présente, pauvre fille qui se fait avoir . je suis loin d'être une naive et en plus j'entretiens la relation en connaissance de cause. par contre il est certain que dans mon cas, il a méchamment revelé une névrose latente qu'il a senti , su exploité et qui se traduit par une dependance à la soumission (tant psychique que sexuelle), non denué de masochisme jouissif. vous voyez, je ne suis pas tendre avec moi. en plus , femme exigeante, attendant beaucoup de la vie ( experiences, argent, dotée d'une grande capacité de jouissance intellectuelle). De ceci je suis dependante, horrifiée et fascinée, incapable de retrouver un rapport normal avec un homme.
    Bonjour,
    A ce sujet, il peut être intéressant de rapprocher ces caractéristiques de celles des psychopathes (= sociopathes ou personnalités psychopathiques). Nombre de criminels psychopathes (comme Guy Georges) se sont révélés êtres des pervers narcissiques (diagnostics psychiatriques)...
    Ces personnes (hommes et femmes) sont des manipulateurs accomplis, qui profitent de leur manque de sentiments et d'empathie pour jouir de leur puissance à embobiner autrui, pour éprouver un sentiment de contrôle et de puissance qu'ils recherchent avidement, quels que soient les dommages causés aux victimes...
    Bien évidemment, je ne peux proposer une solution, juste un complément d'information.

  34. #28
    MaliciaR

    Re : Le pervers narcissique

    Citation Envoyé par Cendres Voir le message
    Bonjour,
    A ce sujet, il peut être intéressant de rapprocher ces caractéristiques de celles des psychopathes (= sociopathes ou personnalités psychopathiques). Nombre de criminels psychopathes (comme Guy Georges) se sont révélés êtres des pervers narcissiques (diagnostics psychiatriques)...
    Ces personnes (hommes et femmes) sont des manipulateurs accomplis, qui profitent de leur manque de sentiments et d'empathie pour jouir de leur puissance à embobiner autrui, pour éprouver un sentiment de contrôle et de puissance qu'ils recherchent avidement, quels que soient les dommages causés aux victimes...
    Bien évidemment, je ne peux proposer une solution, juste un complément d'information.
    Bonjour,

    Je ne comprends pas ce que veut dire la partie soulignée en termes de diagnostic psy...
    Ce que je veux exprimer par là est plutôt le fait qu'une névrose très violente telle que celle diagnostiquée dans la plupart (voire tous?) des cas où des traits correspondants à ceux de pervers narcissique ont été démontrés engendre/entretient/maintient ces traits. Je m'y suis intéressée pour savoir si ce que l'on peut appeler une faille narcissique pouvait justement mener à une perversion, ce dernier mot signifiant "intentionnalité destructrice". Parce qu'il est possible voire logique de vouloir combler une faiblesse d'amour propre/estime de soi par la preuve constante de son pouvoir sur autrui. Quoi de moins évident chez un abandonnique qui ne veut pas se faire abandonner, par exemple?
    En ce qui concerne les psychoses, je n'y connais pas grand-chose. Cela me fascine et me fait assez peur, à la fois

    Cordialement,
    An expert is one who knows more and more about less and less.

  35. #29
    iboga

    Re : Le pervers narcissique

    qu'entendez vous par comorbidité?

  36. #30
    Cendres
    Modérateur

    Re : Le pervers narcissique

    Citation Envoyé par MaliciaR Voir le message
    Parce qu'il est possible voire logique de vouloir combler une faiblesse d'amour propre/estime de soi par la preuve constante de son pouvoir sur autrui.
    C'est effectivement par là que je faisais ce rapprochement avec les psychopathes et de leur besoin de combler leurs manques (émotionnels, affectifs) en prouvant leur puissance sur autrui.

    Par contre je ne vois pas bien ce que tu entends et attends de moi par "diagnostic psy", à propos de mon expression soulignée...
    Psychologique ou psy-autre chose, ou des termes "psy" précis...

    Bon, je vais essayer de préciser: la psychopathie n'est ni une névrose ni une psychose, mais un trouble du comportement, qui se caractérise, entre autres par un rejet de ses fautes sur autrui, un narcissisme exacerbé, une absence de remords, et une incapacité à concevoir autrui autrement que comme une chose. Cela se diagnostique par des psychiatres et/ou psychologues, psychocriminologues, suivant des protocoles précis (que je ne connais pas).

    On retrouve nombre de ces traits dans les témoignages ci-dessus: charme, manipulation, capacité à attirer les "bonnes personnes", à déceler les failles psychologiques des gens...
    C'était juste un rapprochement, hein, pas un nouveau sujet.

Page 1 sur 3 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Faille narcissique et perversion?
    Par MaliciaR dans le forum Psychologies (archives)
    Réponses: 9
    Dernier message: 20/11/2007, 21h10
  2. Qui a dit pervers ??
    Par Evil.Saien dans le forum Science ludique : la science en s'amusant
    Réponses: 6
    Dernier message: 22/01/2005, 18h04
  3. Pervers polymorphe ??
    Par Simonus dans le forum [ARCHIVE] Psychologie / Sociologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 02/11/2004, 17h27
  4. pervers et chromosomes
    Par stelle_83 dans le forum [ARCHIVE] Ethique
    Réponses: 19
    Dernier message: 15/01/2004, 10h12