Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Ignorance ignorée



  1. #1
    maradani

    Ignorance ignorée


    ------

    Bonjour !

    Je n'ai pas encore souvent écrit sur ce forum, mais je le lis de temps en temps, avec intérêt.

    Je suis à la recherche de documents, de livres, d'articles sur le thème que j'ai baptisé "Ignorance ignorée". Il s'agit en fait du fameux "Savoir que l'on sait ce que l'on sait et que l'on ne sait pas ce que l'on ne sait pas" de Socrate ou de Confucius..je ne sais plus, à moins qu'il s'agisse des deux !!!

    On trouve des réflexions sur cette connaissance de sa propre ignorance, ou de son savoir, chez les philosophes. Mais ce que je cherche, ce sont des considérations PSYCHOLOGIQUES.

    - Qu'est-ce qui empêche beaucoup de gens de mesurer leur propre ignorance (d'ailleurs, tout le monde dans une certaine mesure) ?
    - Quels sont les ressorts qui font que certaines personnes arrivent à avoir l'humilité intellectuelle nécessaire à s'exprimer avec nuance et à dire "je ne sais pas" quand d'autres sont très péremptoires ?
    - Bref, comment ça marche ?


    Si certains d'entre vous ont des idées pour m'aiguiller dans la bonne direction, je vous en serai reconnaissant.


    Daniel
    Enseignant

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    (PSO)Clémentine

    Re : Ignorance ignorée

    Bonjour,
    en l'occurence, nous sommes victimes de divers biais cognitifs comme:
    - le biais de faux consensus (la croyance que nos opinions sont partagées par une majorité de gens),
    - le biais de fausse unicité (l'opposé du premier),
    - le biais de conformité supérieure de soi (on est plus conforme que les autres: les gens sont intelligents, mais je le suis encore plus qu'eux)
    - le biais de confirmation d'hypothèse ou attention sélective (on ne cherche que les éléments confirmant nos opinions et ignorons ceux qui les infirment)

    etc... On pourrait en remplir des pages et des pages. Nous ne pensons pas de façon juste, nous ne sommes pas des statisticiens, et notre raisonnement est très souvent biaisé. Peut-être qu'en lisant un manuel de psychologie cognitive tu trouveras des réponses à tes questions!

    Bon courage
    Quoi!? Z'avez plus de jus de goyave!? Bah euh, chais pas... papaye alors?

  4. #3
    maradani

    Re : Ignorance ignorée

    Citation Envoyé par (PSO)Clémentine Voir le message
    Bonjour,
    en l'occurence, nous sommes victimes de divers biais cognitifs comme:
    - le biais de faux consensus (la croyance que nos opinions sont partagées par une majorité de gens),
    - le biais de fausse unicité (l'opposé du premier),
    - le biais de conformité supérieure de soi (on est plus conforme que les autres: les gens sont intelligents, mais je le suis encore plus qu'eux)
    - le biais de confirmation d'hypothèse ou attention sélective (on ne cherche que les éléments confirmant nos opinions et ignorons ceux qui les infirment)

    etc... On pourrait en remplir des pages et des pages. Nous ne pensons pas de façon juste, nous ne sommes pas des statisticiens, et notre raisonnement est très souvent biaisé. Peut-être qu'en lisant un manuel de psychologie cognitive tu trouveras des réponses à tes questions!

    Bon courage
    Merci pour ta réponse.

    J'ai vaguement entendu parler de tous ces biais et il faudra que je m'y intéresse. cela pourrait éclairer certaines choses.

    Ceci dit, ma question centrale est légèrement ailleurs : en fait, je constate que tout le monde n'a pas la même attitude face à son savoir, face à ses doutes, face à ses incertitudes ou ses ignorances. En somme, certains sont plus conscients des biais que d'autres.

    En c'est cela que j'aimerais trouver "étudié" par un psychologue. Qu'est-ce qui fait que certains sont capables de plus de métacognition que d'autres ? Ou, qu'est-ce qui empêche de développer cette compétence ?
    J'aimerais aussi mieux comprendre ce qui permettrait de développer ce "recul par rapport à ses propres connaissances et ignorances"...

    Quand j'étais plus jeune, j'avais cru que plus quelqu'un avait lu, étudié, réfléchi, plus il développait cette capacité. Or, j'ai constaté que la "prétention de savoir alors qu'on ne sait pas" se retrouvait à tous les niveaux de l'échelle culturelle (je pense à l'instant à mon voisin cantonnier autant qu'à un docteur en physique de mes connaissances).

    Je continue donc à chercher, car je n'ai encore rien trouvé dans cette direction à l'exception de quelques réflexions dans un texte sur un autre sujet.

    Par contre, si quelqu'un a un bon manuel de psychologie cognitive à me conseiller....je suis preneur !!!!

  5. #4
    fredj

    Re : Ignorance ignorée

    Bonjour.
    C'est une belle question que tu poses là, et qui débouche naturellement sur la psychopathologie, y compris la psychopatho du sujet dit "normal": dans quelle mesure une personne donnée as-t-elle besoin de certaines certitudes, et pourquoi. Quelles sont les représentations avec lesquelles nous vivons de façon permanentes, et sur quoi reposent-elles ? Et qu'est-ce qui nous empêche de former d'autres représentations, plus bénéfiques?
    Un des critères d'évaluation de la santé psychique, c'est la capacité du sujet à relativiser ses propres représentations.
    Tu trouveras certains modèles du côté de la psychanalyse (la théorie des défenses psychiques) ou de la phénoménologie, par exemple, en fait tout ce qui touche à la clinique.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    (PSO)Clémentine

    Re : Ignorance ignorée

    Je viens de lire un article qui fait référence au dogmatisme et qui pourrait être une réponse à l'origine de cette tendance à surestimer ce que l'on sait (être vrai) sur ce que l'on ne sait pas.

    A voir...
    Quoi!? Z'avez plus de jus de goyave!? Bah euh, chais pas... papaye alors?

  8. #6
    Mumyo

    Lightbulb Re : Ignorance ignorée

    L'éducation devrait consister, justement dans la connaissance de nos biais cognitifs...
    Ce serait une révolution pour l'humanité.
    Il n'y aurait plus de guerre...

    Car l'être humain prendrait conscience du mécanisme de ses identifications et de ses illusions...

    La conscience que l'on a de soi est pure illusion...

    Il ne s'agit jamais d'une conscience de soi, mais une conscience de ce que l'on crois savoir de soi...

    C'est une construction mental, faite de pensées, de culture, d'ignorance...

    Tout les malheurs de l'humanité viennent de là...

    Cordialement,


    Mumyo

  9. Publicité
  10. #7
    Mumyo

    Re : Ignorance ignorée

    Les biais de perceptions des sciences congitives, sont amusants...
    Ils montrent que la conscience vigile ordianire, et une construction remplies d'illusions...
    Mais ces biais sont utiles car ils permettent à celle ci de fonctionner rapidement, à partir d'un modèle du monde
    permettant d'assurer la survie...

    Mais d'autres biais de perception sont bien plus graves..

    Ils sont d'ordre sociologiques, et aboutissent à toutes nos aberrations : nationalismes, racismes, guerres, ego-centrisme, besoin de domination...

    C'est à cela que la science devraient s'attaquer...

    C'est à cela que nos enfants devraient être instruits...

    Cordialement

    Mumyo

  11. #8
    maradani

    Re : Ignorance ignorée

    Merci à tous pour vos réponses....

    je commence à avoir des pistes, mais je dois avouer que je désespère de trouver des sources francophones dans ce domaine....

    Je trouve la description et l'explication des biais tout à fait intéressante, mais je dois avouer que ce qui m'intrigue le plus, c'est ce qui active-désactive les biais en question.
    Je rencontre des gens capables de relativiser le propre savoir, ou leur propre "sentiment de savoir" et d'autres qui en sont incapables. C'est ça que je voudrais mieux comprendre : "Qu'est-ce qui favorise/défavoriser la métacognition ou le recul par rapport à soi-même...

    je continue à chercher !

  12. #9
    shokin

    Re : Ignorance ignorée

    Attention à ne pas dévier vers l'éducation qui pourrait être un thème vâchement politique ("L'éducation devrait être...").

    Les messages hors sujet et hors charte ont été supprimés de cette discussion.

    Shokin
    Dernière modification par shokin ; 18/07/2009 à 15h04.
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.

  13. #10
    Cyrille999

    Lightbulb Re : Ignorance ignorée

    Bonjour maradani,

    Je me permets de remonter ce post intéressant. Je réponds à tes questions.

    Citation Envoyé par maradani Voir le message
    Merci pour ta réponse.

    J'ai vaguement entendu parler de tous ces biais et il faudra que je m'y intéresse. cela pourrait éclairer certaines choses.
    Oui, ça peut t'intéresser. Malgré que ça ne te réponde pas à ta question !


    Citation Envoyé par maradani Voir le message
    Ceci dit, ma question centrale est légèrement ailleurs : en fait, je constate que tout le monde n'a pas la même attitude face à son savoir, face à ses doutes, face à ses incertitudes ou ses ignorances. En somme, certains sont plus conscients des biais que d'autres.

    En c'est cela que j'aimerais trouver "étudié" par un psychologue. Qu'est-ce qui fait que certains sont capables de plus de métacognition que d'autres ? Ou, qu'est-ce qui empêche de développer cette compétence ?
    J'aimerais aussi mieux comprendre ce qui permettrait de développer ce "recul par rapport à ses propres connaissances et ignorances"...

    Quand j'étais plus jeune, j'avais cru que plus quelqu'un avait lu, étudié, réfléchi, plus il développait cette capacité. Or, j'ai constaté que la "prétention de savoir alors qu'on ne sait pas" se retrouvait à tous les niveaux de l'échelle culturelle (je pense à l'instant à mon voisin cantonnier autant qu'à un docteur en physique de mes connaissances).

    Je continue donc à chercher, car je n'ai encore rien trouvé dans cette direction à l'exception de quelques réflexions dans un texte sur un autre sujet.

    Tu n'as rien trouvé, puisque, d'après ma connaissance, mais surtout mes recherches, il n'existe rien qui répondra à ta question (en psychologie). Ou très indirect (par exemple les biais divers des psychologues sociaux, le contrôle interne, etc...).

    La métacognition est souvent citée, mais hélas, peu de choses en français, sauf un chapitre entier (le 10) de l'excellent L'Intelligence: Approches biocognitives, développementales et cognitives sous la direction de Serge Larivée. Ce chapitre présente 2 modèles, susceptibles de t'intéresser; Le modèle de Lefebvre-Pinard et Pinard (1985) et le modèle de Borkowski et Muthukrishna (1992). Mais ces modèles ne t'expliqueront PAS les différences individuelles.

    Citation Envoyé par maradani Voir le message
    Par contre, si quelqu'un a un bon manuel de psychologie cognitive à me conseiller....je suis preneur !!!!
    Psychologie cognitive (seconde édition) de Patrick Lemaire ou Psychologie cognitive: cours et exercices (troisième édition) de Alain Lieury

    Au plaisir de te lire dans tes recherches effectuées depuis 2 ans !

    Cyrille
    La connaissance est la matière première de l'Intelligence.