Discussion fermée
Affichage des résultats 1 à 22 sur 22

jouer à Zeus



  1. #1
    scientist

    jouer à Zeus

    Citation Envoyé par Scientist
    Bonjour,
    Pourquoi ne peut-on pas récupérer l'énergie de la foudre?

    La foudre contient trop d'énergie, et concentrée sur un trop court instant. Elle est capable de détruire tous les isolateurs connus.

    Pourquoi voulez-vous isoler?
    Je délire mais une gigentesque cage (ramifiée, type grillage) en métal, ça divise tension et intensité, non? (je pense que c'est pas intéressant sinon on en aurait déjà parlé...)

    Justement, en divisant courant et/ou tension (je ne sais pas lequel et le plus élevé) un trés grand nombre de fois, vous pourriez alors introduire vos appareils. l'électricité passe "par le chemin le plus facile" donc tel un paratonerre, une grande cage grillagée en métal attire la foudre et ses dimensions judicieusement choisies pourraient permettre de canaliser tout en réduisant sa force. tel un delta de fleuve.

    Le chemin le plus facile n'est pas toujours à travers un morceau de métal. La foudre produit un plasma sur son passage. Et le plasma conduit le courant aussi bien que le métal

    Bien. Alors dans une plaine, une cage de 20 mêtres de côté (donc aussi de hauteur) en bon conducteur (Cu par ex), est-elle plus conductrice que l'air (son plasma)?
    Ou autrement, quelle structure permet à la fois d'attirer la foudre (donc d'être bien plus conducteur que le plasma généré dans l'air) et de diviser suffisament l'énergie électrique de la foudre pour qu'elle soit utilisable?
    Je ne demande pas des réponses concrêtes et pratiques mais je propose juste un jeu de construction!
    J'adore ce qui sort de l'ordinaire même si c'est incroyable ou plutôt improbable. Alors cela restera forcement un jeu d'abstraction.
    Mais l'espoir fait vivre et le rêve pousse à l'espoir.
    Un forum permet avant tout de confronter ses idées pour élargir l'esprit de tous.

    Tu fais bien de réfléchir à ces questions. Et c'est vrai que depuis les premiers essais de Benjamin Franklin en 1772, bien des gens se sont posé la même question. Sans la résoudre. La foudre ne suit pas le chemin le plus logique. C'est tout ce qu'on peut dire.

    Si la foudre ne prends pas le chemin le plus facile (en NRJ), lequel suit-elle?
    Et le fait que EDF, par exemple, soit capable de créer ce phénomène en laboratoire n'a Toujours pas permis d'en apprendre sur son trajet?!

    Non. La foudre a un cheminement aléatoire, hélas.

    comment la physique peut-elle admettre cela?!!!


    je ne connais pas bien ce phénomène, mais je suppose qu'il y a beaucoup trop de parmamètres qui interviennent pour en modéliser facilement le comportement (température, pression, humidité, vent,...) . De plus, certains phénomènes physiques sont très chaotiques, et on n'a parfois qu'une approche macroscopique pour interpréter le phénomène qui met en jeu des milliards d'atomes et de liaisons par cm^3...
    Dans ce cas précis, on a de plus affaire à de la physique extrême, donc pas facile à étudier: la tension est tellement importante et brève que les modèles ne doivent pas être faciles à tester...

    Ok, je vois très bien.
    Mais dans un paratonerre, il doit bien passer plus de 90% de la foudre, non?
    Alors dans certaines conditions, on devrait avoir une bonne idée du trajet! Si on a un conducteur très performant, utilisé avec une structure particulière (ex, la pointe du paratonnerre pour concentrer les charges statiques,...), la plupart des paramètres sont négligeables.

    La foudre est un phénomène plus compliqué qu'on ne croît. Si on filme à haute vitesse un éclair, on voit en fait une succession de dizaines de décharges séparées les uns des autres de quelques nanosecondes. La première décharge filmée est très courte, et part d'une aspérité du terrain située à 10 cm de haut en direction du sol. La seconde part de 20 cm de haut et descend vers le sol. Plus le temps passe, plus la décharge suivante suivante part de haut, et finit toujours par toucher le sol. En moins de 1milliseconde, l'éclair est parti des nuages. Mais la température et la pression dans la colonne de feu que forme l'éclair varie dans le temps et dans l'espace. La zone la plus chaude est près du sol. Et si une impureté se trouve poussée dans la colonne pendant la xième décharge, l'éclair dévie de sa trajectoire.


    Juste une question (je ne suis pas le meme anonyme ) : Un conducteur grille quand il est soumis a une trop forte tension à cause de la température non ? Idem pour les isolateurs ?
    Et si au lieu d'utiliser une cage en Cu on utilsait une cage avec des matériaux supraconducteurs ? La foudre serait "séduite" et nous. Le courant se baladerai alors dans des grilles supraconductrices juste le temps qu'il soit "ingérable" par nos installations.
    Et.... je crois savoir que les nanotubes de carbones ont une trés grande affinitée electriques... des nanotubes de carbones supraconducteurs ca marcherait mieux ?? (si ca existe )
    Voilà ce que j'ai trouvé sur un autre forum et personne n'a osé continuer. J'ai trouvé l'idée intéressante et la présence de nombreux as de la physique aidera peut-être.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    scientist

    Re : jouer à Zeus

    J'aurais peut-être du le mettre en physique vu le résultat!!

  4. #3
    JPL

    Re : jouer à Zeus

    Vu que c'est du délire, avec un mélange de n'importe quoi (tel que la cage en matériaux supraconducteurs, qui devrait baigner dans de l'hélium liquide !), je comprends pourquoi personne n'a suivi.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  5. #4
    scientist

    Re : jouer à Zeus

    On peut jamais rêver?!

    [il n'y a pas d'hélium dans le texte, mais je suppose que c'est nécessire pour des supraconducteurs]

    Et puis c'est que théorique...

    Enfin, ça pourrait peut-être ouvrir un fil sur la foudre : pourquoi on n'arrive pas à trouver un domaine où on maitrise (même les paratonnerre, c'est pas 100%, mais c'est déjà pas mal)?

    C'est aussi une limite à mon avis de l'électicité tel qu'on l'a connait. L'existence des nombreux paramètres n'aidant pas la chose.

    Et puis pourquoi pas du quantique?

  6. #5
    dupo

    Re : jouer à Zeus

    salut, déjà tu devrais savoir que l'EDF ne peut stocker l'énergie électrique qu'il produit....
    déjà, avant de maitriser la foudre et la quantité d'énergie associé qui est immense,...il faudrait d'abord réussir à ne pas gaspiller le courant électrique domestique...ie stocker les pertes..choses très difficile.
    pour l'instant on a trouvé le stockage chimique (dans les piles),...
    mais, je ne vois guère autre chose....et il est plus facile de produire un courant que de le stocker.

    mais certainement une affaire à suivre, mais pas pour maintenant...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    scientist

    Re : jouer à Zeus

    Citation Envoyé par dupo
    salut, déjà tu devrais savoir que l'EDF ne peut stocker l'énergie électrique qu'il produit....
    Ca ressemble à un passage du fil d'intro : pourquoi voulez-vous stocker cette énergie tel quel?

    Le but est avant tout de comprendre la foudre. Quand on arrive à une limite, faut ce poser des questions. Si l'intro est délirante, c'est juste pour attirer les curieux qui aiment rêver ; les problèmes sont quand même présent.
    [et c'est mon post, je dois le défendre ]

  9. Publicité
  10. #7
    scientist

    Re : jouer à Zeus

    Citation Envoyé par Scientist
    La foudre est un phénomène plus compliqué qu'on ne croît. Si on filme à haute vitesse un éclair, on voit en fait une succession de dizaines de décharges séparées les uns des autres de quelques nanosecondes. La première décharge filmée est très courte, et part d'une aspérité du terrain située à 10 cm de haut en direction du sol. La seconde part de 20 cm de haut et descend vers le sol. Plus le temps passe, plus la décharge suivante suivante part de haut, et finit toujours par toucher le sol. En moins de 1milliseconde, l'éclair est parti des nuages. Mais la température et la pression dans la colonne de feu que forme l'éclair varie dans le temps et dans l'espace. La zone la plus chaude est près du sol. Et si une impureté se trouve poussée dans la colonne pendant la xième décharge, l'éclair dévie de sa trajectoire.
    Rien que le principe qui est décrit ici n'est pas banal et classiquement difficile à concevoir peut-être. Alors proposer au moins des hypothèses, ça peut donner des idées.
    [au travail cerveau de fourmis ]

  11. #8
    dupo

    Re : jouer à Zeus

    Le but est avant tout de comprendre la foudre
    t'as vu il y a un dossier là dessus dans le sc et vie de ce mois...
    toujours un mystère...

  12. #9
    scientist

    Re : jouer à Zeus

    Ouais, mais je l'ai pas encore lu. Je le fais dès que j'ai du temps (et je continue le post après).

  13. #10
    QuébecEcho

    Cool Re : jouer à Zeus

    Bon à mon tour de mettre mon grain de sel.
    La foudre est en effet un phénomène complexe, comparer la foudre à l'électricité conventionnelle est comme tenter d'appliquer les lois de la physique newtonienne à des vitesses relativistes. Pour ne citer qu'un exemple, Imaginons que vous captez vos émission télé via une coupole satellite (ou une antenne sur le toit), vous allez donc mettre à la terre cette antenne et son mât en les reliant électriquement à un pieu de cuivre planté profondément dans le sol. Bien sûr, vos équipement électroniques sont eux aussi mis à la terre grâce mais eux, au moyen de la prise murale de votre compagnie d'électricité (je ne sais pas pour l'Europe, mais au Québec il s'agit de la troisième patte des prises de courant, la patte qui est ronde). Théoriquement, on est bien protégé ainsi. Pourtant, si un éclair frappe près de votre maison, il va se créer temporairement une différence de potentiel énorme entre les systèmes de mise à la terre qui va probablement faire griller vos équipements. C'est là un phénomène de "retour de ground". Vos appareils seront donc brisés par ce qui devait le protéger! (Pour éviter cela, vous devez isoler l'antenne du mât qui la supporte. Ainsi, seul le mât métallique possède sa mise à la terre privée et ne touche en aucune façon à vos équipements électroniques qui eux demeureront correctement protégés par la compagnie d'électricité). Cet exemple sert à illustrer combien des comportements de hautes énergies telles que les éclairs peuvent parfois avoir des comportements décontenançants.

    Pour expliquer le "scintillement" de l'éclair, il faut comprendre qu'un éclair est alternatif. Une charge d'électrons s'accumule (généralement au sol si je ne m'abuse) la seule chose qui l'empêche d'aller rejoindre les nuages est le pouvoir d'isolation de l'air. Lorsque une charge suffisante s'est accumulée au sol (tension de claquage de l'air atteinte), une première décharge se fait entre le sol et les nuages. La chaleur dégagée par ce premier passage crée le fameux conduit de plasma qui lui est un bon (quoique éphémère) conducteur d'électricité. Au premier éclair tous les électrons passent vers le nuage, il en passe même trop… C'est pourquoi ce trop plein va tenter devenir vers la terre et ce retour est facile à faire, vu que le conduit de plasma de la première décharge est toujours en place. Les électrons en trop redescendent donc mais en trop grande quantité, le trop plein va remonter etc… Ce phénomène se nomme auto-induction (ne me demandez pas de vous expliquer ça!). Ces allers et retours vont se poursuivre tant que les charges sol-nuages ne seront pas équilibrées. C'est ce mouvement alternatif d'électrons qui provoque ce scintillement des éclairs.

    Comment faire "tomber" un éclair à la bonne place. Le chemin des éclairs semble un peu fantasque lorsqu'on regarde le chemin en dentelle qu'il emprunte mais on peut le guider un peu en favorisant son passage. Par exemple on peut lancer une petite fusée (parfois un ballon) qui remorque un petit fil derrière elle. Le fil, s'élevant provoque un point où l'isolant qu'est l'air est plus mince, l'électricité a donc de bonnes chances de percer l'isolant (et donc de provoquer l'éclair) à cet endroit précis. En plus il y a de bonne chances que le canal plasmique, qui est créé, rappelons-le, lors du passage du premier éclair, s'établisse le long de cet même filin… Certes bien des éclairs secondaires vont tomber partout aux alentours, mais il y a de très grandes chances que l'éclair principal tombe le long du fil.

    Comment utiliser cette énergie est un tout autre problème. Si on tente de trop exploiter un éclair, il ira sauter ailleurs, selon les lois de moindre résistance. Ensuite l'idée d'une grande grille est séduisante mais il ne faut pas oublier que les éclairs sont alternatifs (et pas à 50 ou 60 cycles/sec) et que ni la tension, ni le courant d'un éclair ne sont prédictibles. Donc même si on divise courant et tension le nombre de fois que vous voudrez, on ne peut pas prévoir l'énergie que votre éventuel appareil va recevoir (trop ou trop peu?). Et ne parlons pas des problèmes de statique! D'autre part il ne faut pas perdre de vue qu'un éclair est puissant mais fugitif, quel appareil produit sa fonction en une seconde?

    A mon avis la seule façon d'utiliser un éclair consisterait en une transformation rapide son énergie en une autre sorte utilisable plus tard. Prenons un exemple: En pleine mer, on pourrait accrocher une série de grilles à des flotteurs de façon à ce que les grilles soient maintenues dans l'eau. Les grilles sont électriquement reliées entre elles et surmontées d'un long mât. Et tout l'assemblage est recouvert d'une grande toile étanche. On relie le mât à un petit fil accroché à une fusée et on attend l'orage. Lorsque l'orage est sur nous, on lance la fusée, l'éclair tombe sur les grilles, et provoque une électrolyse explosive de l'eau. L'hydrogène ainsi produit sera réutilisé plus tard lorsqu'on en aura besoin. Voilà le genre de façon par laquelle on pourrait récupérer une petite partie d'un éclair. (Incidemment ce projet ne saurait fonctionner, puisque les éclairs sont alternatifs on va récupérer de l'hydrogène mélangé à de l'oxygène, un mélange explosif prêt à sauter à la moindre étincelle. En fait de petite étincelle, il y a un éclair qui est en train de tomber juste à cet endroit…)
    Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. (Beaumarchais)

  14. #11
    QuébecEcho

    Wink Re : jouer à Zeus

    À bien y penser, la récupération serait peut être possible.

    Si on reprend mon exemple des cages immergées qui font de l'électrolyse, ça pourrait marcher! Voilà, lorsque le premier éclair frappe, les grilles il se produit une électrolyse qui va gonfler la toile installée autour des grilles. Il s'agirait de se servir de cette bulle d'hydrogène nouvellement produite pour relever les grilles qui ne toucheront alors plus à l'eau. Ainsi à l'éclair suivant (dans l'autre sens), les grilles ne touchant plus à l'eau, il n'y aura pas production d'oxygène. L'hydrogène sans oxygène ne peut pas brûler...

    Si ca vous tente de l'essayer tenez-moi au courant...
    Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. (Beaumarchais)

  15. #12
    Bourkanieche

    Re : jouer à Zeus

    juste une queston : on dit qu'on ne peut stocker du courant, mais les condensateurs ne sont t'ils pas des moyens de stocker le courant?

  16. Publicité
  17. #13
    JPL

    Re : jouer à Zeus

    Si, et les batteries aussi. Ce qu'on ne peut pas faire, c'est stocker une quantité de courant à l'échelle des besoins industriels ou d'une ville.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  18. #14
    QuébecEcho

    Re : jouer à Zeus

    Citation Envoyé par Bourkanieche
    juste une queston : on dit qu'on ne peut stocker du courant, mais les condensateurs ne sont t'ils pas des moyens de stocker le courant?
    Oui et non. Un condensateur est un dispositif qui permet de stocker rapidement de l'énergie pour ensuite la relâcher à la vitesse désirée (et vice versa). MAIS un condensateur ne peut pas stocker de grandes quantités de courant sans prendre un volume prohibitif. Un des défis de l'électronique des ordinateurs modernes fut de permettre la génération de forts courants (à des voltages contrôlés) des "power supply" de PC pour des volumes restreints. La chose fut rendu possible par les "power supply switcher" qui ont éliminé le poids des transformateurs et l'encombrement des condensateurs pour la production de voltages de 5 volts à des courants de plus de 70 ampères (!!!) (ce qui aurait demandé des alimentations de plus de 100 kilos pour un encombrement de plus d'un ou deux mètres cube de volume!

    Bref un condensateur stocke de l'énergie sous forme de courant ... et le relache sous forme de voltage (souvent, enfin pour la plupart de sapplications) mais pas à de gros potentiels... aucune utilitée possible face à un éclair. Je vous le garantti (même si, en me relisant, je constate un manque de clarté évident dans mes explications). (si le sujet vous branche je me ferai un plaisir d'éclaireer vos lanternes, mais de grâce soyez précis dans vos questions, le sujet est vaste...)

    (désolé JPL la fonction "citation"ne semble plus fonctionner...) ref, comme le disait JPL : "Si, et les batteries aussi. Ce qu'on ne peut pas faire, c'est stocker une quantité de courant à l'échelle des besoins industriels ou d'une ville"

    Eh! bien je suis d'accord avec vous. Dans l'état de nos connaissances techniques actuelles (et j'insiste sur ce préambule), il n'y a pas de moyens RENTABLES de stocker une tyelle énergie. Des méthodes (à la science fiction) (et ce n'est pas une remarque dénigrante) il y en a des masses, mais aucune de rentable (du moins, à m connaisance)
    Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. (Beaumarchais)

  19. #15
    Cécile

    Re : jouer à Zeus

    Si stocker de l'électricité était facile, personne ne s'emm...derait à essayer de promouvoir la pile à hydrogène, puisqu'on pourrait faire des voitures électriques bien plus pratiques. Mais le gros problème des véhicules électriques est le stockage de l'électricité, et aucun gros progrès ne semble en vue dans ce domaine.

  20. #16
    scientist

    Re : jouer à Zeus

    Pour reprendre l'innovation de pensée de la transformation de la foudre en H2 et O2 (non désiré), c'est dommage que ce soit explosif.
    Sinon, on doit pas observer des explosions en pleines mers!?
    La transformation en gaz pourrait simplement servir à créer un surpression dans ton ballon (bâche,...) et donc une énergie. Mais je pense qu'on y perd pas mal.

    Sinon, j'ai lu le S&V, ça cherche surtout pourquoi "l'étincelle" de départ. Le coup des traceurs étant admis et simple (d'aprèseux en gros). Mais c'est un point que je trouve ambiguë : les traceurs se forment "à reculons" par bout et le hasard les réunis!? :confused:
    Est-ce qu'on pourrait m'expliquer bien et clairement? Merci d'avance aux courageux.

  21. #17
    QuébecEcho

    Re : jouer à Zeus

    Citation Envoyé par scientist
    Pour reprendre l'innovation de pensée de la transformation de la foudre en H2 et O2 (non désiré), c'est dommage que ce soit explosif.
    Sinon, on doit pas observer des explosions en pleines mers!?
    Il y a probalement une minuscule production de H et de O mais à de petites quantités puisque l'électrolyse est limitée au point d'impact de l'éclair. Mais avec une grille pour "étendre" le champ d'action électrique de l'éclair, l'électrolyse peut avoir lieu à une plus grande échelle.

    Citation Envoyé par scientist
    La transformation en gaz pourrait simplement servir à créer un surpression dans ton ballon (bâche,...) et donc une énergie. Mais je pense qu'on y perd pas mal.
    La facon de s'y prendre pour ne récupérer qu'un seul gaz est la suivante. La bâche doit être attachée à la grille. Lorsque l'éclair frappe la grille (à la première alternance) le gaz est produit très rapidement (en un éclair quoi! ) et va remplir la bâche avec un seul des deux gaz (puisqu'on est sur le première alternance le courant voyage dans une seule direction donc l'électrolyse ne produit qu'un seul gaz). A ce moment la bâche va se gonfler et se faisant, va retirer les grilles de l'eau (puisqu'elle sont liées à la bâche). L'electrolyse va doncs'arrêter là les grilles étant hors de l'eau.

    Je parlais aussi d'explosion car c'est ce qui va nous sembler voir. En une fraction de seconde la bâche va se remplir de gaz et jaillir hors de l'eau. Ça promet d'être spectaculaire. Ca va réellement ressembler à une explosion, mais ça n'en sera pas une. Le gaz sera intact.

    Citation Envoyé par scientist
    Sinon, j'ai lu le S&V, ça cherche surtout pourquoi "l'étincelle" de départ. Le coup des traceurs étant admis et simple (d'aprèseux en gros). Mais c'est un point que je trouve ambiguë : les traceurs se forment "à reculons" par bout et le hasard les réunis!? :confused:
    Est-ce qu'on pourrait m'expliquer bien et clairement? Merci d'avance aux courageux.
    Je ne comprend pas la question. Traceur? Reculon?

    Mais je crois comprendre ce qui vous chiffone. Lors de la formation naturelle d'un éclair il est difficile de prédire d'où il va originer. C'est que il y a une immense charge électrique qui s'accumule au sol, ce qui l'empèche de se décharger dans un nuage est le pouvoir isolant de l'air. Au delà d'une certaine tension tout isolant (caoutchouc, mica, ou air) finit par laisser passer le courant (le voltage où cela se produit se nomme la tension de claquage). Lorsque la tension de claquage est atteinte les électrons se mettent à circuler à l'endroit où l'isolant a été percé.

    Le "à reculons" vient peut-être du fait qu'on dit qu'un éclair "tombe", alors que souvent il "monte" vers le ciel. Et on ne parle ici que de l'éclair initial, les alternaces suivantes utilisant le même chemin. Pour plus de détails, lire les messages précédents.

    Le "traceur" doit être le germe du canal plasmique.
    Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. (Beaumarchais)

  22. #18
    scientist

    Re : jouer à Zeus

    Oui sauf que le traceur est en fait multiple et c'est là que j'ai du mal à voir comment ils peuvent se regrouper pour former un fil directeur.

  23. Publicité
  24. #19
    QuébecEcho

    Re : jouer à Zeus

    Rebonjour scientist
    Citation Envoyé par scientist
    Oui sauf que le traceur est en fait multiple et c'est là que j'ai du mal à voir comment ils peuvent se regrouper pour former un fil directeur.
    Euh... vous répondez "-Oui" à quoi?

    En passant, j'apprécierais beaucoup que vous soyez plus précis dans vos questions, car je me demande souvent si je ne suis pas entrain d'enfoncer une porte ouverte. Merci à l'avance

    Enfin, peut-être serez-vous satisfait de savoir que le champ électrique qui se forme au sol est très étendu. Lorsque le premier canal de conduction électrique se forme (c'est bien cela votre traceur?) le pouvoir isolant de l'air au dessus de cette [/U]zone[U] devient moins important tout la zone pourra ainsi se décharger. Comme la résistance de l'air est moins grande que celle du sol, les électrons vont plutôt s'élever en direction du canal plutôt que de voyager dans le sol.

    Incidemment lorsque le flux d'électrons voyage dans le sol, ce dernier devient chaud. Une partie de la décharge voyage effectiment dans le sol, (c'est d'ailleur ce qui va tuer une vache (ou tout autre animal)) puisque le corps de cette dernière est meilleur conducteur que le sol, le courant emprunte donc ce parcours et le coeur de la pauvre bête est dans le chemin... Cependant, la résistance du sol augmente avec la distance et, à un certain moment, devient plus importante que la résistance de l'air. C'est à ce moment qu'un éclair secondaire se produit.

    Les gens qui survivent à un éclair sont victime d'un éclair secondaire. Vous n'avez aucune chance contre l'éclair principal.
    Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. (Beaumarchais)

  25. #20
    scientist

    Re : jouer à Zeus

    Pour le peu d'info que j'ai sur les traceurs, voir la réponse 7.
    Les multiples traceurs forment un "canal" (si vous voulez) et bang quand le chemin est prêt (les e- partent à l'attaque).

  26. #21
    QuébecEcho

    Re : jouer à Zeus

    Citation Envoyé par scientist
    Pour le peu d'info que j'ai sur les traceurs, voir la réponse 7.
    Les multiples traceurs forment un "canal" (si vous voulez) et bang quand le chemin est prêt (les e- partent à l'attaque).
    Bon, je n'ai pas étudié ce film au ralenti (si quelqu'un connait un lien où je pourrais voir ça, je vous en serais très reconnaissant (ca doit être bien édifiant!). Cependant, je m'interroge sur certains aspects de la description donnée notamment sur la chronologie et le sens de la formation de l'éclair.

    La réponse 19 décrit les évènements pouvant provoquer un éclair tel que décrit dans la citation de la réponse 7. Dont voici une magnifique illustration (Les points sont nécessaires car l'éditeur compresse les espaces et le dessin ne ressemble plus à rien (disons que les points représentent la pluie...)

    .........!
    ....... /!\
    ..... /..!.\
    ..../....!..\
    .../.. /.!.\.\
    ../../...!..\.\
    ././..../!\.\..\
    /./.../..!.\.\..\

    Mouain! je viens de relire la dite réponse, je vais tout de même tenter une explication plus claire...

    L'air sert d'isolant entre le sol chargé et la nuage chargé (en passant je vais décrire ici un éclair qui frappe le sol, mais la plupart des éclairs "sautent" d'un nuage à l'autre). Lorsque la tension de claquage de l'air est atteinte, le traceur commence à se frayer un chemin dans cet isolant.

    Il faut comprendre que lorsque la tension de claquage est atteinte, l'isolant n'en est plus vraiment un, le canal ou "traceur" (si vous voulez) est alors formé. à partir de ce moment il y a une sorte de conducteur qui est établi entre le sol et le nuage. Donc toute la zone du sol chargé est attirée par cette brèche (Tchaaaaarge! les e- ). Dans les expplications qui vont suivre il faut aussi avoir à l'esprit que la tension de claquage de l'air est proportionnelle à son épaisseur.

    Les électrons dans la zone proche vont immédiatement quitter le sol pour se ruer dans le canal. Parcontre, les électrons situés dans une zone un peu plus lointaine doivent atteindre le canal (oups! le traceur...) soit au travers de l'air (qui, au dessus d'eux, est toujours isolant) soit au travers du sol qui représente une résistance. Les e- les plus proches vont donc commencer par circuler dans les sol mais plus on s'éloigne du canal, plus la resistance du sol se fait sentir. A une certaine distance, le chemin per le sol est devenu tellement résistif que les e- commencent à éprouver de la difficulter à s'y rendre. Comme l'épaisseur de l'air entre ces charges et le canal est petite la tension de claquage l'est également, c'est pourquoi les e- "décident" de traverser l'air plutôt que le sol devenu trop résistif. C'est la formation du premier éclair secondaire. le phénomène recommence pour plusieurs éclairs secondaires jusqu'à ce que la charge soit épuisée.

    ...!.......................... .............!................ ......................!
    ...!.......................... .............!................ ......................!
    ...!.......................... .............!................ ......................!.\
    ...!.......................... .............!................ ......................!..\
    ...!.......................... .........../.!............................ ......../.!...\
    ...!.......................... ........../..!........................... ......../..!....\
    ...!.......................... ........./...!.......................... ......../...!.....\

    canal primaire.............. un canal secondaire ........ deux canaux secondaires...
    éclair principal (si! si!) .. 1 éclair secondaire .......... 2 éclair secondaires
    (Picasso peut aller se recoucher!)

    À la question de savoir à quelle vitesse ces évènements se produisent je ne peux pas répondre autrement que "pas mal vite!" C'est la chronologie qui me chipote, les éclairs secondaires se forment-ils avant que le principal ait monté ou (comme je le crois) la montées des secondaires et du primaire sont simultanés?

    Il y a également la question du moment ou commence le dégagement de lumière. Là dessus aussi la description faite à la question 7 me laisse dubitatif. Il me faudrait vraiment voir le dit reportage.
    Dernière modification par JPL ; 18/07/2004 à 12h26. Motif: Correction de balise
    Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. (Beaumarchais)

  27. #22
    scientist

    Re : jouer à Zeus

    Si ça peut aider :

    Des traceurs se forment dans l'air et lorsque ces multiples traceurs se relient, ils forment un canal, ce qui déclenche une faible lumière (mais je sais pas trop pourquoi). Le chemin étant prêt, les e- décendent. Puis, la charge étant tellement forte qu'en règle générale, on observe une inversion de charges (le - est au sol (localement) et le + est dans le nuage (localement)). D'où si surchage, les e- remontent, relumière (c'est pour ça qu'un éclair peut clignoter) et on recommence jusqu'à "stabilisation".

    Pour les branches secondaires, je sais pas trop. Les traceurs doivent faire des portes sur les côtés du tronc principal. Mais quand on observe un éclair, ils touchent rarement le sol ceux la. Pour ma part je trouve même étonnant qu'on puisse les voir.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Je peux plus jouer !
    Par poetic_boy972 dans le forum Matériel - Hardware
    Réponses: 11
    Dernier message: 03/10/2006, 23h06
  2. Jouer avec l'orthographe
    Par jcm dans le forum [ARCHIVE] Ethique
    Réponses: 46
    Dernier message: 07/07/2005, 14h05
  3. Glossaire : à vous de jouer !
    Par Futura dans le forum Annonces Officielles
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/04/2005, 19h52