Discussion fermée
Affichage des résultats 1 à 22 sur 22

Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire



  1. #1
    monnoliv

    Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire


    ------

    J'ouvre un nouveau fil qui fait suite au topic "centrale nucléaire: mise en marche rapide".
    J'aimerais qu'on fixe une bonne fois pour toute la capacité d'une centrale nucléaire à varier sa puissance fournie.
    Au #10 du topic en référence, Narduccio écrit:
    Les amplitudes de faible charge sont courantes. Il y a des centrales qui fonctionnent pendant des cycles entiers (des années entières) en assurant ce réglage et en participant au réseau à + ou - 50 MW, pouvant aller jusqu'à 70 MW (en moins ou en plus) sans qu'il soit question de situation d'urgence.
    puis au #14, Narduccio écrit:
    Voilà pourquoi, un réacteur nucléaire ne peut pas fonctionner sur de très longues périodes en faisant sans cesse des variations de puissance.
    ce qui me semble contradictoire.

    Donc sans faire intervenir la notion d'interconnexion (valable pour toutes les productions électriques, même privées), qu'en est-il exactement de la souplesse de production en puissance d'une centrale nucléaire ?

    -----
    Ne soldez pas grand mère, elle brosse encore.

  2. Publicité
  3. #2
    Narduccio

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Pourquoi ouvrir une nouvelle discussion ?

    On surveille les variations de puissance réacteur et leurs amplitudes, tant qu'elles restent à l'intérieur d'une certaine limite, on continue à fonctionner ainsi (sauf pour certaines périodes ou la puissance du réacteur doit rester stable pour permettre de vérifier le bon réglage des chaines de contrôle neutronique). Si l'amplitude des variations est trop importante et que l'on atteint certains seuils, l'on pratique ce que l'on nomme du gommage; c'est à dire que pendant une certaine durée, on va faire fonctionner le réacteur à puissance réduite, toutes grappes hautes pendant 2 ou 3 jours. Depuis 24 ans que je suis au service conduite de Fessenheim, je n'ai jamais vu un réacteur fonctionner en gommage. Je ne peux pas m'engager pour ce qui se passe dans les autres centrales, mais à ma connaissance on n'a jamais eu besoin de recourrir à ce mode de fonctionnement. Il faut voir que des variations instantannées de 1% de puissance restent exceptionnelles, alors que nous avons le droit d'en absorber qui font jusqu'à 10%. Le réseau étant interconnecté et de taille considéreé comme infinié (pour ce qui est de ces réactions), l'on a très peu de variations importantes qui entraineraient une usure anormale du combustible.
    Prenons une analogie, pratiquement toutes les voitures possèdent désormais l'ABS, mais combien en font éffectivement usage ?
    Une participation au réseau de + ou - 70 MW ne veut pas dire que l'on va sans arrêt faire 880/740 MW, 24h/24h. Non, le fonctionnement restera à quelques MW près autour de la valeur de règlage qui est dans ce cas de 810 MW. Quand vous roulez en voiture cherchez vous une conduite souple ou une conduite ou vous n'auriez que 2 position pour le pied sur l'accélérateur (à fond ou pas appuyé) ?
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  4. #3
    monnoliv

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Pourquoi ouvrir une nouvelle discussion ?
    Parce que le sujet est différent, je m'intéresse à la souplesse (en puissance) de production électrique d'une centrale nucléaire.
    Depuis 24 ans que je suis au service conduite de Fessenheim, je n'ai jamais vu un réacteur fonctionner en gommage. Je ne peux pas m'engager pour ce qui se passe dans les autres centrales, mais à ma connaissance on n'a jamais eu besoin de recourrir à ce mode de fonctionnement. Il faut voir que des variations instantannées de 1% de puissance restent exceptionnelles, alors que nous avons le droit d'en absorber qui font jusqu'à 10%. Le réseau étant interconnecté et de taille considéreé comme infinié (pour ce qui est de ces réactions), l'on a très peu de variations importantes qui entraineraient une usure anormale du combustible.
    C'est donc bien grâce à l'interconnexion avec des centrales d'autres types qu'une centrale nucléaire n'est pas obligée de suivre les fortes variations de la demande. Il est donc clair que si l'interconnexion ne faisait intervenir que des centrales nucléaires, l'ensemble ne pourrait jamais satisfaire aux variations de la demande puisque celle-ci a toujours lieu aux mêmes moments, voir par exemple ce document (page 2) où on peut lire par exemple que la demande journalière varie de +- 11% (soit 22%)!
    Il faut voir que des variations instantannées de 1% de puissance restent exceptionnelles
    Qu'appelles-tu instantanées ?
    Une participation au réseau de + ou - 70 MW ne veut pas dire que l'on va sans arrêt faire 880/740 MW, 24h/24h. Non, le fonctionnement restera à quelques MW près autour de la valeur de règlage qui est dans ce cas de 810 MW. Quand vous roulez en voiture cherchez vous une conduite souple ou une conduite ou vous n'auriez que 2 position pour le pied sur l'accélérateur (à fond ou pas appuyé) ?
    Je constate simplement qu'une centrale nucléaire est incapable de varier de manière significative sa puissance fournie pour un même coût de production.

    Bref, je pense que toute production d'énergie électrique nucléaire doit obligatoirement s'accompagner de production d'énergie électrique par des moyens plus souples (hydro, thermique, eolien, ...).
    Ne soldez pas grand mère, elle brosse encore.

  5. #4
    _Goel_

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Hypothèse :
    une Centrale nucléaire peut faire varier sa puissance
    Mais faire varier la puissance d'une centrale hydroélectrique ou thermique coûte moins cher.
    Donc dans la mesure du possible, on ne fait pas varier la puissance d'une centrale nucléaire et on préfère utiliser d'autres centrales + souples.

    J'ai bon ?
    Le succès c'est d'être capable d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Narduccio

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Une variation de + ou - 11% de la demande journalière ne pose aucun problème. Il suffit de faire des plan de charges adaptés ou l'on fait baisser diverses centrales pour adapter l'offre à la demande. Le problème, c'est de faire ce que l'on nomme de la "dentelle" une multitudes de petites variations qui se produisent en continu. L'on cherche éffectivement à avoir la marge de réglage la plus grande possible. Avant l'ouverture du marché, toutes les centrales d'EDF participaient en permanence sauf celles qui pour diverses raisons techniques ne le pouvaient pas momentannément. De plus, les différentes centrales avaient la même pente de participation Actuellement, la démarche est inverse, en fonction de la puissance qui devra être appellée, le RTE défini une certaine marge de réglage et fait des appel d'offres pour ces plages. Les éoliennes, étant par nature plus instables, obligent le gestionnaire du réseau à augmenter cette marge. Et les pentes de participations ont été optimisées pour augmenter la rentabilité.

    PS:
    Citation Envoyé par monnoliv
    Je constate simplement qu'une centrale nucléaire est incapable de varier de manière significative sa puissance fournie pour un même coût de production.
    C'est aussi le cas des diverses centrales thermiques. Les centrales hydrauliques sont plus souples, elles sont limitées par la vitesse d'ouverture de leurs organes réglants. Les éoliennes sont un cas très particuliers puisque ce n'est pas la consommation qui influe sur la production, mais c'est le vent.
    Dernière modification par Narduccio ; 25/11/2005 à 23h16.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  8. #6
    pmdec

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Il me semble, mais c'est à confirmer par un spécialiste, qu'il y a aussi un problème technique : j'ai un vague souvenir (peut-être orienté à la lecture d'un site "anti" ...) que des fissures apparaissent dans les gaines de combustible, voire dans la structure qui entoure ces gaines (donc dans la structure de la centrale elle-même) quand on répète "trop" ces variations de puissance qui induiraient une "fatigue" thermique).
    Dans ce cas, contrairement à ce "qu'on" aurait pu espérer, on ne peut pas "tourner le bouton" de puissance à l'envie. Est-ce là l'origine du courant pas cher la nuit, ... et de la pollution lumineuse qui se répand ? Ceci serait bien sûr "annulé" avec des interconnection de réseau sur de grande distances est-ouest, mais alors, que dire des pertes en ligne ?

  9. Publicité
  10. #7
    Narduccio

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Citation Envoyé par pmdec
    Il me semble, mais c'est à confirmer par un spécialiste, qu'il y a aussi un problème technique : j'ai un vague souvenir (peut-être orienté à la lecture d'un site "anti" ...) que des fissures apparaissent dans les gaines de combustible, voire dans la structure qui entoure ces gaines (donc dans la structure de la centrale elle-même) quand on répète "trop" ces variations de puissance qui induiraient une "fatigue" thermique).
    Le respect du domaine de pilotage doit empêcher l'apparition de ces interractions entre les pastilles et la gaines. Au fait, la structure qui entoure la gaine, c'est l'eau du modérateur.
    Citation Envoyé par pmdec
    Dans ce cas, contrairement à ce "qu'on" aurait pu espérer, on ne peut pas "tourner le bouton" de puissance à l'envie. Est-ce là l'origine du courant pas cher la nuit, ... et de la pollution lumineuse qui se répand ? Ceci serait bien sûr "annulé" avec des interconnection de réseau sur de grande distances est-ouest, mais alors, que dire des pertes en ligne ?
    Mais chaque type de centrales a ses contraintes de ce point de vue-là. Les chaudières n'aiment que modéremment les coups de chaud/froid qui fragilisent les tubes (surtout ceux qui tapissent la zone de combustion) et qui multiplient les risques de bouchages et donc de percage de la paroi de la chaudière. Si un tuyau qui est au contact de la flamme n'est plus refroidit par l'eau qui circule dedant, il fond et peut entrainer des fuites vapeur à l'intérieur de la chaudière, fuites qui pourraient percer l'enveloppe. Mais cela peut aussi entrainer une mauvaise combustion, la création d'une poche de gaz qui en s'enflammant d'un coup produit un "pouf" chaudière et sa destruction. En fait, la multiplication des contraintes influe sur la durée de vie de l'équippement qui les subit.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  11. #8
    pmdec

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Ma question sur le "suivi de charge" (que j'ai interprété comme voulant dire qu'on fesait varier la puissance en fonction de besoins, mais j'ai peut-être mal compris) qui provoquerait un vieillissement accéléré vien de la lecture d'un document ( http://www.wise-paris.org/francais/r...omVLYM-cor.pdf ) ou on lit : ".../... Pour EDF, l’origine des défauts observés est une vibration, appelée « fretting », due aux mouvements hydrodynamiques au sein du coeur, qui provoque une usure des crayons à leur base. Mais l’exploitant ne fournit publiquement aucune explication sur les causes de ce fretting, alors même que de nombreuses hypothèses ont été soulevées qui mettent en cause la gestion éprouvante du combustible dans ce réacteur due à un allongement des cycles conjugué à un suivi de charge. Et le rapport qu’EDF a remis sur cette question à l’ASN en 2002 est resté confidentiel. .../... ". (mis en gras par moi)
    Bien sûr, je suis conscient que ce document est "orienté".

    Par ailleurs, il est tout de même regrettable que la confidentialité et le secret, évidemment parfois justifiables (terrorisme, secrets commerciaux, ...), soit, à mon avis, trop souvent appliqués dans ce domaine. Ca ne peut que contribuer à une défiance, que je suis, par moi-même, bien incapable de justifier : donc (!) ... principe de précaution (!!!) ... etc ...

  12. #9
    mayonaise

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Citation Envoyé par _goel_
    Hypothèse :
    une Centrale nucléaire peut faire varier sa puissance
    Mais faire varier la puissance d'une centrale hydroélectrique ou thermique coûte moins cher.
    Donc dans la mesure du possible, on ne fait pas varier la puissance d'une centrale nucléaire et on préfère utiliser d'autres centrales + souples.

    J'ai bon ?
    Oui,

    Pour moi, il ne faut pas faire de différence entre une centrale nucléaire et une centrale thermique dite classique. La source chaude n'est autre que le circuit primaire, lui même chauffé par le réacteur. La seule différence est que le temps de réponse lors d'une demande de baisse de puissance primaire est très long (de l'ordre d'une journée si mes souvenirs sont exacts). Comme la source froide (généralement des aéroréfrigérants) est dimmensionnée pour absorber l'intégralité de la chaleur produite (ce qui nous donne alors un rendement de 0%) une centrale nucléaire peut ne fournir qu'1kW. A mon avis, si on limite la variation rapide à 10% comme semblent le dire certains, c'est avant tout purement économique.

    Affaire à suivre...
    Dernière modification par mayonaise ; 29/11/2005 à 08h30. Motif: trompé de citation...
    Impose ta chance, serre ton bonheur, va vers ton risque.
    A te regarder ils s'habitueront. ♂

  13. #10
    Narduccio

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Citation Envoyé par mayonaise
    La seule différence est que le temps de réponse lors d'une demande de baisse de puissance primaire est très long (de l'ordre d'une journée si mes souvenirs sont exacts).
    Je travaille dans une centrale nucléaire, et je peux t'assurer que ce que tu dit est faux. Comme je l'ai déjà expliqué par ailleurs, la variation de modulation maximale contractuelle est de 5%/mn. Donc, 100/5 => en 20 minutes l'on passe de 900 MW à zéro, cela sans utiliser les systèmes annexes de contournement au condenseur. En les utilisant on passe instantanément de 900 MW à zéro, mais le réacteur continue à produire 85% de puissance qui va aller directement vers le système de réfrigération. Lors de la première montée en puissance après rechargement, la pente de montée est limitée à 3%/h.
    [/QUOTE]A mon avis, si on limite la variation rapide à 10% comme semblent le dire certains, c'est avant tout purement économique.[/QUOTE]
    La limite de 10% de baisse instantanée de puissance nucléaire est contractuelle, si on la dépasse on déclare un incident à l'ASN.
    e me rend compte que beaucoups mélangent les notions de puissance nucléaire, celle qui est produite par le réacteur, et la puissance électrique délivrée surle réseau. Je pense en être le premier responsable, puisque j'aurais du à chaque fois préciser de laquelle des deux je parlais, mais cela me semblait évident alors que ce n'est pas le cas.
    Donc, capacités de modulations de la puissance nucléaire:
    soit, une pente de 5%/mn, soit un "step" de 10% en puisance instantanée. On suit aussi des indicateurs qui tiennent compte des fonctionements à puissance réduites ou en réglage de charge. Pour "éffacer", ces indicateurs, il suffit de fonctionner un certain temps à 100%, puissance nucléaire stable. Si l'on n'a pas fonctionner pendant un certain temps comme cela, il faut fonctionner à puisance réduite, toute grappes extraites pendant une durée suffisament longue pour évacuer toutes concentration anormale de xénon dans le combustible.
    Coté puissance électrique, il éxiste un circuit de contournement de la turbine qui permet d'avoir des modulations supérieures à celles contractuelles pour le combustible. On peut donc varier la puissance avec diverses pentes allant jusqu'à 40 MW/mn en fonctionnement normal et 200 MW en situation d'urgence. En cas d'accident réseau, on peut aussi aller instantanément à 0 MW, le reste étant dérivé vers le condenseur.
    Pour le gestionnaire EDF des participations, il choisit en fonction du coût et de la fléxibilité voulue. EDF accepte ou pas de participer au réseau en répondant aux appels d'offres du RTE. En fonction de la participation choisie, les gestionnaires EDF vont choisir les moyens les plus économiques de participer, sachant qu'une centrale avec un coeur neuf a plus de marge qu'une centrale avec un coeur en fin de vie. Depuis quelques anées, le but d'EDF n'est plus de fournir une électricité la plus sure possible et la moins chère; c'est aussi de générer des bénéfices. La dimension économique à ausi (et de plus en plus) son importance.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  14. #11
    pmdec

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Citation Envoyé par Narduccio
    .../... En cas d'accident réseau, on peut aussi aller instantanément à 0 MW, le reste étant dérivé vers le condenseur. .../...
    Juste pour me rassurer : ceci est-il valable même quand on en arrive à arroser les tours de refroidissement (été 2003 me semble-t-il) ?

  15. #12
    e-fan

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    85 % de la puissance étant dérivée vers le condenseur le reste de la baisse de puissance est "absorbé" par l'insertion des barres, la montée de pression du secondaire due à la fermeture des vannes d'admission turbine (55 => 70 b) montée de la température moyenne du caloporteur (la variation des ces parametres est prévue dans le cadre du fonctionnement normal)
    La puissance thermique est donc toujours présente et décroisante, évacuée à la mer ,à la rivière ou sous forme de vapeur dans les aéroréfrigérant. Cette puissance va décroitre ou stabiliser suivant le cas.
    La puissance électrique elle peut etre coupé instentanément.

  16. Publicité
  17. #13
    Narduccio

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Citation Envoyé par pmdec
    Juste pour me rassurer : ceci est-il valable même quand on en arrive à arroser les tours de refroidissement (été 2003 me semble-t-il) ?
    Pour te rassurer, quand il pleut à ton avis, cela se passe comment ? Tu sais qu'une bonne averse à un débit autrement plus conséquent que quelques arroseurs alimentés par une rampe à incendie. De plus, c'était le bâtiment réacteur que l'on arrosait, à Fessenheim, il n'y a pas de tours de réfrigération. L'intérieur des tours de réfrigérations est arrosé en permanence.
    Ça, c'est exemple type d'une info mal présentée, mal comprise et qui sert à tous les amalgames.
    Cela à bien fait rire les idiots, choqués les mal-comprenants, mais était techniquement recevable.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  18. #14
    pmdec

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    C'est clair que l'image que j'ai gardée de cette info était celle d'une tour de refroidissement. En y réfléchissant davantage, c'est complètement stupide , car le commentaire (toujours à mon souvenir) était que cet arrosage était pour lutter contre une température trop élevée dans un local technique (ou le cenrale elle-même ?) du genre quelques degrés en trop (car je reconnaîs la sévérité des normes ...). J'avoue que ma "réaction" à l'époque était : put***, "ils" en sont à bricoler suivi d'un rire (idiot).

    Mais comme je suis un peu têtu, je repose ma question autrement : la déconnexion électrique totale (volontaire) est-elle toujours possible quelquesoit la température ou le débit de la rivière (vu les conséquences du "basculement au point de vue thermique) ?

  19. #15
    Narduccio

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Citation Envoyé par pmdec
    Mais comme je suis un peu têtu, je repose ma question autrement : la déconnexion électrique totale (volontaire) est-elle toujours possible quelquesoit la température ou le débit de la rivière (vu les conséquences du "basculement au point de vue thermique) ?
    La déconnexion électrique totalle ne dépend pas de la rivière, de son débit et de sa température. QUoique si l'on est au dessus des seuils autorisés, il faudra s'arrêter (c'est une obligation imposés par l'ASN). Mais si l'arrêt risque de porter atteinte à la sûreté du réseau (français ou européen) EDF demandera surement une dérogation que l'ASN acceptera ou non. Pour déconnecter totallement une centrale du réseau, il suffit d'ouvrir le disjoncteur de ligne qui est le dernier organe situé entre la centrale et le réseau. Il s'ouvre aussi sur défaut réseau, parce que dans ce cas, c'est un peu chacun pour soi, la centrale se trouve ilotée et les protections du réseau vont chercher à éliminer la zone en défaut. Quand la situation est rentrée dans l'ordre, la centrale ce reconnecte. Mais le problème est que ces séparations peuvent entrainer la chute du réseau comme un chateau de carte et c'est le black-out.
    Dans chaque centrale, il éxiste un bouton permettant à tout moment un ilotage manuel et si le disjoncteur refuse de s'ouvrir, l'ordre est répercuté sur le coupleur (qui est un interrupeur-enclencheur entre l'alternateur et le transformateur de tension).
    Du point de lvue de la rivière, c'est mieux parce que la température du condenseur va très vite descendre et dans le pire des cas (dans l'optique rivière, pas réacteur), 20 minutes après il n'y a plus grand chose a refroidir.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  20. #16
    Narduccio

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    PS: même pas quelques degrés de trop, nous étions sur le point d'atteindre la température limite et le fonctionnement au-dela de cette température n'avait pas été modélisé lors de l'étude de la centrale. On n'a pas le droit de fonctionner au-dessus de cette limite. C'était la température d'ambiance du batiment réacteur, dans les calculs, il n'avait pas été prévus que la température du Rhin puisse monter au dela de 20°C à la prise d'eau.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  21. #17
    pmdec

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Merci pour toutes ces explications. Une dernière petite chose :
    Citation Envoyé par Narduccio
    .../... Comme je l'ai déjà expliqué par ailleurs, la variation de modulation maximale contractuelle est de 5%/mn. Donc, 100/5 => en 20 minutes l'on passe de 900 MW à zéro, cela sans utiliser les systèmes annexes de contournement au condenseur. En les utilisant on passe instantanément de 900 MW à zéro, mais le réacteur continue à produire 85% de puissance qui va aller directement vers le système de réfrigération. .../...
    (Mise en gras par moi).
    Donc, si j'ai bien compris, dans le cas de 2003 où la température de l'eau du Rhin était limite ("il n'avait pas été prévus que la température du Rhin puisse monter au dela de 20°C à la prise d'eau"), s'il y avait eu à "consommer" les 85% (par exemple, rupture de toutes les lignes reliant la centrale), il restait encore assez de capacité de refroidissement jusqu'à l'arrêt de la centrale (en 20 minutes) tout en conservant une alim électrique (groupes electrogènes ?) pour maintenir en route ce qui doit l'être ?

  22. #18
    monnoliv

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Je vois que la discussion part dans tous les sens.
    Quand au titre du sujet, il s'agit de la puissance électrique fournie au réseau bien sûr.
    Considérer la centrale comme une boîte noire avec des connexions électriques vers l'extérieur (le réseau). Est-il si difficile de faire une spécification électrique?
    1. Puissance nominale fournie.
    2. Capacité de répondre à une variation de charge périodique et normale pour un même coût (+ notion temporelle avec définition de ce qu'on appelle instantané).
    3. Capacité de répondre à une variation de charge exceptionnelle (idem point de vue temps), répétabilité.
    4. Coût (en comtant bien sûr tous les frais inhérents au démantellement de fin de vie + réhabilitation du site) au MW fourni en fonction de différents profils de charge (bien connus).
    5. ...
    Une telle spec doit bien exister, les gestionnaires de réseau doivent avoir cela...
    Ne soldez pas grand mère, elle brosse encore.

  23. Publicité
  24. #19
    pmdec

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Désolé si j'ai contribué à :
    Citation Envoyé par monnoliv
    Je vois que la discussion part dans tous les sens. .../...
    mais je ne pensais pas être complètement hors sujet, bien que n'envisageant que les conséquences sur le plan de la sécurité de cette variation de puissance, ceci en cas de baisse "instantanée" (en cas de panne ou d'attentat, car je ne doute pas qu'on évite une déconnexion volontaire s'il y a un risque connu) :
    Ce n'est pas tous les jours qu'on peut, du "fond" de la France, aborder ce sujet avec un "intéressé" direct et compétent sans que le discours soit "officiel" et donc soumis à de multiples précaution de langage.

  25. #20
    Narduccio

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Citation Envoyé par monnoliv
    Une telle spec doit bien exister, les gestionnaires de réseau doivent avoir cela...
    Cela existe, une bonne part est confidentielle parce que la concurrence est féroce sur ce point là. Ainsi, alors que le prix du MW/h fut toute l'année aux alentours des 40€, il est grimpé ces derniers jours aux environs de 400€. Cela est du à une relative pénurie d'électricité.
    De plus, ce qui se passe dans la boite noire conditionne ce qui est envoyé au dehors (et vice-versa d'ailleurs).
    Citation Envoyé par monnoliv
    1. Puissance nominale fournie.
    Il y a plusieurs chiffres. Ce que tu entends par puissance nominale fournie est la Puissance Maximale Disponible (PMD). C'est usuellement le chiffre qui donne son nom au palier, il est donc de 900 MW pour le CP 900. Mais seules les centrales qui fonctionnenet en base délivrent en permanence cette valeur. Le PMD est la puissance maximale qui peut -être délivrée en respectant les Spécifications Techniques qui sont les limites autorisés par les Autorités de Sûreté, aller au delà des Specs est un incident significatif (dans les specs on parle de 100% PN (Puissance Nominale)). Ensuite, il y a des fonctionnements à Pcmax ou Point de Consigne Maximum (je pense que le terme ait changé récemment). On prend le PMD, on ôte une marge pour le réglage primaire du réseau et on fonctionne autour de ce point de consigne, la modulation dépendant de la fréquence du réseau, pour une 900MW on fonctionne à 880 MW. On peu fonctionner à des Pci, i pour intermédiaire. Pour s'ajuster à la consommation, la centrale fonctionnera donc à mi-charge ou à une autre valeur en fonction des besoins. Il y a un dernier mode de fonctionnement qui est le Pcomax, il s'agit aussi d'un fonctionnement avec un point de consigne, mais avec 2 signaux de régulations, le premier qui sera modulé par le fréquence exactement comme le fonctionnement à PcMAX, le second qui dépend d'un signal envoyé par le gestionnaire du réseau et qui permet d'anticiper des variations prévisibles ou d'augmenter la participation. Le point de calage de la consigne est identique à celle pour le PcMAX, donc on par de PMD, moins la participation au réglage primaire de puissance (20 MW) plus la participation à ce réglage secondaire de puissance (30 ou 50 MW en fonction du mode de gestion des grappes de commandes), le point de réglage se trouve donc à 850 MW ou 830 MW et la centrale va moduler à + ou - 50 ou 70 MW, soit jusqu'à 140 MW de participation
    Citation Envoyé par monnoliv
    2. Capacité de répondre à une variation de charge périodique et normale pour un même coût (+ notion temporelle avec définition de ce qu'on appelle instantané).
    Le fonctionnement le plus économique est le fonctionnement à PMD, c'est donc devenu le mode de fonctionnement usuel des centrales EDF. Les participations à d'autres modes de fonctionnement dépendent des besoins du réseau et des appels d'offres auxquels EDF à souscrit. Quand la marge nécessaire au bon fonctionnement du réseau n'est pas disponible, celui-ci lance un Signal de Situation Critique (il y en a eu ces jours derniers), mais toutes les centrales EDF qui étaient en conditions de participer le faisaient déjà. La pointe attendue était de plus de 80 000 MW, j'ignore si elle a été atteinte. Pour répondre à ta question, en fonction du mode de gestion des grappes de commandes, une centrale 900 peut participer sur une bande de 100 ou 140 MW. Mais elle ne peut pas le faire tout le temps, parce que les Specs imposent de réaliser certains essais qui ne peut être réalisés qu'à puissance stable.
    Citation Envoyé par monnoliv
    3. Capacité de répondre à une variation de charge exceptionnelle (idem point de vue temps), répétabilité.
    Comme je l'ai déjà dit:
    - Step de 200 MW, à la montée ou à la baisse
    - baisse ou montée de 200MW/mn, jusqu'à la limite des capacités de la machine (jusqu'à apparition de la première alarme demandant une stabilisation. Une centrale bien réglée peut faire une variation de 600 MW en 3 minutes sans soucis majeurs (testé à la centrale de Fessenheim en 95, seul test réalisé sur une centrale EDF), Mais, s'il y a des problèmes dans la régulation du poste d'eau, la centrale peut se déclarer inapte aux "variations d'urgences". A ma connaissance, le réseau n'a jamais sollicité de telles variations (peut-être dans les années 70 à cause de Pierre Belmare ou lors du match de Marcel Cerdan, mais cela n'éxistait pas encore ).
    Citation Envoyé par monnoliv
    4. Coût (en comptant bien sûr tous les frais inhérents au démantèlement de fin de vie + réhabilitation du site) au MW fourni en fonction de différents profils de charge (bien connus).
    Données confidentielles qui sont connues d'un nombre limités de personnes. Les ingénieurs dans les centrales aimaient bien ce chiffre qui permettait d'avoir une vision précise de l'excellence technique d'une centrale. A l'origine, il était calculé à la fin de l'année en prenant les dépenses réalisés pour le fonctionnement de la centrale (en tenant compte aussi des dépenses des services centraux d'EDF) et en divisant par le nombre de MW fournis. Actuellement, tout cela est calculé de manière plus précise et l'on en voit les conséquences au niveau du fonctionnement de la centrale sans pouvoir se faire une idée précise de notre postion par rapport aux autres centrales. Les centrales dont le fonctionnement est le moins rentables sont utilisées éssentiellement en base à PMD.
    Citation Envoyé par monnoliv
    5. ...
    ...
    J'espère avoir répondu en tout, mais n'hésite pas à poser des questions. J'ai l'impression que la plus grande difficulté est de réussir à faire passer des infos sur un domaine somme toute assez pointu.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  26. #21
    monnoliv

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    Je te remercie pour ces informations. Dommage que les informations essentielles soient confidentielles, ça nuit à la compréhension et jette le flou sur la rentabilité, m'enfin bon.
    Juste en passant, j'ai eu la chance d'aller à la centrale hydroélectrique (centrale d'accumulation) de Coo en Belgique. J'ai été sidéré par la capacité de variation de puissance possible de cette centrale. Il y a deux tranches de 3 turbines/pompes chacune, le tout donne un peu plus d'1GW de capacité de charge/génération. En quelques secondes, il est possible (je l'ai vu) de faire varier la puissance de 100MW-150MW pour une turbine/moteur. Donc pour l'ensemble de la centrale (là j'extrapole vu que ne n'ai pu assister qu'au démarrage d'un groupe), il est possible de varier le GW en quelques secondes !!!
    Rendement de l'accumulation-génération: 75%
    A+
    Ne soldez pas grand mère, elle brosse encore.

  27. #22
    raki34

    Re : Capacité de variation de puissance d'une centrale nucléaire

    bonjour j'ai un exposer a faire sur les centrale nucléaire j'arrive pas a trouver de réponse aux question demander alors si quelqu'un pourrait m'aider sa serait très gentille alors la question est quelle est la limite actuelle de puissance d'une centrale nucléaire (les cause?..)merci

    Bonjour
    Ranimer une discussion morte depuis 6 moois ou plus se nomme un "déterrage".
    Le déterrage n'est pas accepté sur ce forum.
    Donc la discussion est fermée.
    Si vous avez une question à poser, initiez une nouvelle discussion.
    D'autre part, vous avez déjà posté hier (14h54) pour poser une question identique et avez obtenu la même réponse..
    La Charte:
    9. Les doublons ne sont pas autorisés. Merci de ne pas poster le même sujet dans plusieurs rubriques pour éviter l'éparpillement des discussions.
    Ici nous ne sommes ni sur MSN ni sur un terrain de foot. On doit respecter les règles.
    La modération
    Papykiwi
    Dernière modification par invite76532345 ; 08/11/2009 à 04h46. Motif: Déterrage + doublon

Discussions similaires

  1. Batterie : calcul de puissance/capacité
    Par Spectrowl dans le forum Électronique
    Réponses: 12
    Dernier message: 22/02/2010, 18h35
  2. Puissance d'une centrale nucléaire
    Par EspritTordu dans le forum Technologies
    Réponses: 72
    Dernier message: 21/11/2008, 12h08
  3. TP centrale nucléaire
    Par matt45 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 2
    Dernier message: 18/12/2004, 21h35
  4. Réponses: 1
    Dernier message: 20/11/2004, 18h07
  5. répartition des neutrons dans le coeur d'une centrale nucléaire
    Par siiiirius dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 3
    Dernier message: 22/10/2004, 23h27
Découvrez nos comparatifs produits sur l'informatique et les technologies.