Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 14 sur 14

Microbiologie alimentaire

  1. Non inscrit
    Invité

    Microbiologie alimentaire

    bonjour, je traite un TPE sur l'évolution des modes de conservation et j'aurai besoin de savoir si tous les microorganismes altérant l'aliment (présents dans l'aliment ou venant d'un milieu extérieur) présentent les mêmes facteurs influençant leur croissance (dépendent ils tous de la température, du pH, de l'activité en eau et de l'oxygène?)
    merci d'avance.

    -----

    Dernière modification par piwi ; 02/03/2008 à 17h16. Motif: Ajout d'un préfixe et de tags
     


    • Publicité



  2. oncidia

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    23

    Re : microbiologie alimentaire

    Bonjour

    Les MO qui peuvent altérer un aliment sont aussi différent que toi, moi et le peuple de cette planète.
    cependant, comme pour notre population, il est possible de les ranger dans des catégories.
    Pour le pH, les bactéries sont sensibles à l'acidité (sous pH = 4,5), elles se développrent donc TB dans tous les aliments de pH supérieur (la plupart).
    Les moisissures (ls levires aussi) suportent tous les pH (c'est pourquoi, un citron peut moisir !!!)
    Pour l'oxygène, tu as trois catégories: les MO aérobies stricts, qui meurent sans oxygène (comme nous), les anaérobies stricts qui meurent en présence d'oxygène et ceux qui sont indifférents (les plus casses-pieds).
    Ces différences sont aussi valables pour leur résistance dans des produits plus ou moins secs: les moisissures arrivent encore à se développer dans des produits faiblement humides, c'est plus difficile pour les bactéries.
    Enfin, la température est aussi un paramètre de différence; les psychrophiles aiment le froid et se développent TB au frois (sous 10°C). C'est le cas de la Listéria (bactérie) qui se dévelope dans nos fromages au lait crus, dans nos charcuteries crues dans les réfrigérateurs !!!! Elle est pathogène)
    D'autres sont thermophiles: ils aiment le chaud et cesseront toute multiplication sous 25°C en moyenne.
    D'autres enfin préfèrent, comme nous les températures moyennes (mésophiles).

    Bref, tu vois, la stabilisation d'un aliment dépend des germes qui le contamine et des proriétés physico-chimiques de cet aliment !!!

    Bon courage
     

  3. myra Master

    Date d'inscription
    avril 2008
    Messages
    1

    Re : microbiologie alimentaire

    bonjour je suis étudiante en Master microbiologie et j'ai un expo à faire le théme c : analyse microbiologique des conserves mai j'ai rien trouver sur le net svp si vous avez des doc envoyez les moi? help.....
     

  4. yasmina16

    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    5

    Re : microbiologie alimentaire

    bonjour
    je chèrche une aide en ce qui concerne les methodes d'analyse des produits alimentaire, si vous pouvez m'orienté
    merci
     

  5. Katie20012

    Date d'inscription
    juillet 2008
    Âge
    33
    Messages
    1 242

    Re : microbiologie alimentaire

    Citation Envoyé par myra Master Voir le message
    bonjour je suis étudiante en Master microbiologie et j'ai un expo à faire le théme c : analyse microbiologique des conserves mai j'ai rien trouver sur le net svp si vous avez des doc envoyez les moi? help.....
    Hello à tous;
    Pour l'analyse microbiologique des conserves, on procédé a toute une batterie d'examen:
    -l'examen préliminaire permet de définir la conserve comme normale ou anormale, dans le cas des boites métalliques classique on utilise les qualificatifs: boite flochée ou à bombage déformable, boite bombé (a bombage indéformable), boite fuitée (défaut d'étanchéité visible).
    -étude du bombage et des microfuites (étude du gaz provoquant le bombage, étude de la pression interne, détection des microfuites).
    -contrôle de la stabilité, ce contrôle s’applique aux conserves normales, il est basé sur l’incubation des boites qui sont placé sur un papier filtre de manière à détecter facilement une fuite éventuelle.
    -un examen macroscopique, organoleptique et physico-chimique: il faut noter soigneusement l’aspect, la texture, la couleur, l’odeur du produit.
    -un examen microscopique en réalisant un frottis de manière classique a partir des produits liquide ou solide.
    -analyse microbiologique classique qui ce fait par:
    -la préparation d’une suspension (25g de produit est broyé en présence de 100ml d'eau péptonée ou de diluant tryptone-sel).
    -l'étude de la flore aérobie mésophile totale.
    -l’étude de la flore sporulée mésophile et thermophile.
    -l’étude de flores particulière appartenant à la flore mésophile (germes indologènes, germes putrides, levures et moisissures, les lactobacilles, coliformes, staphylocoques et microcoques, la recherche des salmonelles s’effectue exceptionnellement).
    -Recherche de toxines; il s’agit surtout de la recherche de la toxine botulinique, la toxine staphylococcique peut aussi être recherchée.
    J’espère que cela pourra t’aider pour ton expo.
    Cordialement,
    Katie.
    "On se lasse de tout,excepté d'apprendre."-Virgile.
     


    • Publicité



  6. sisi19

    Date d'inscription
    avril 2011
    Messages
    1

    Re : microbiologie alimentaire

    salut
    je veux savoir quesqu'un germe indologene, germe putride, toxine butilique
     

  7. kamor

    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    St Brieuc
    Âge
    37
    Messages
    2 251

    Re : microbiologie alimentaire

    Citation Envoyé par oncidia Voir le message
    Pour le pH, les bactéries sont sensibles à l'acidité (sous pH = 4,5)
    pas toutes, certaines se sentent survivent bien à ce pH voire un peu inférieur.
    , elles se développrent donc TB dans tous les aliments de pH supérieur (la plupart).
    Les moisissures (ls levires aussi) suportent tous les pH (c'est pourquoi, un citron peut moisir !!!)
    J'ai un doute sur une moisissure se développant aussi bien à pH 4 qu'à pH 9 ou 10.

    Pour l'oxygène, tu as trois catégories: les MO aérobies stricts, qui meurent sans oxygène (comme nous), les anaérobies stricts qui meurent en présence d'oxygène et ceux qui sont indifférents (les plus casses-pieds).
    plus connues sous le nom d'anaérobies facultatives.
    Ces différences sont aussi valables pour leur résistance dans des
    produits plus ou moins secs: les moisissures arrivent encore à se développer dans des produits faiblement humides, c'est plus difficile pour les bactéries.
    Enfin, la température est aussi un paramètre de différence; les psychrophiles aiment le froid et se développent TB au frois (sous 10°C). C'est le cas de la Listéria (bactérie) qui se dévelope dans nos fromages au lait crus, dans nos charcuteries crues dans les réfrigérateurs !!!! Elle est pathogène)
    psychrotrophe. Psychrophiles, ce sont les bactéries des mers arctiques. Une psychrotrophe, c'est 0-40°C en gros, comme Listeria, Yersinia, etc.
    Et je préfère qu'on dise qu'elles peuvent se développer. Ca retire quand même le côté obligatoire de votre formulation.


    Sans oublier les concentrations de sel, qui ont une grande utilité pour conserver un produit.

    Mais après il faut aussi voir que c'est un ensemble. Une bactérie psychrotrophe ne se développera pas bien à 4°C si en plus le milieu est par exemple acide et salé. Il est plus facile de jouer sur des combinaisons de plusieurs facteurs à faible dose.
     

  8. fifi123

    Date d'inscription
    août 2014
    Messages
    19

    Re : Microbiologie alimentaire

    Je voudrais connaitre le ou les germe(s) responsable(s )de la fermentation alcoolique ; lors d'un bombage de pot et couvercle, comment différencier, s'il s'agit d'une fermentation alcoolique (CO2) ou d'une fermentation de protéines (NO2) dans le cas d'une production de gaz! il s'agit d'un aliment (végétal) fermenté.
     

  9. noir_ecaille

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Dijon (21)
    Messages
    9 759

    Re : Microbiologie alimentaire

    La fermentation alcoolique ne produit pas de CO2 justement : elle produit de l'éthanol en tant qu'accepteur final des électrons.

    Même choses pour les protéines : pas de production de NO2 dans le cadre d'une fermentation.


    La production de CO2 et NO2 se faire par respiration/oxydation.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche
     

  10. JPL

    Date d'inscription
    septembre 2003
    Messages
    66 305

    Re : Microbiologie alimentaire

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    La fermentation alcoolique ne produit pas de CO2 justement : elle produit de l'éthanol en tant qu'accepteur final des électrons.
    Grosse erreur : par molécule de glucose la fermentation alcoolique dégage 2 CO2. Tous les vignerons le savent et c'est la source d'un nombre non négligeable d'asphyxies dans les chais.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac
     

  11. noir_ecaille

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Dijon (21)
    Messages
    9 759

    Re : Microbiologie alimentaire

    Ah oui : pyruvate décarboxylase oblige, il y a en effet dégagement de deux CO2 par glucose ^^;

    C'est peu, non ?

    Aussi, je pensais que l'asphyxie des chais n'était pas due à une hypercapnie, plutôt aux effets du méthanol et de l'éthanol des vapeurs, dont :
    - acidose par métabolisation dans le foie
    - effet protagoniste avec GABA provoquant effet psychotrope, insuffisance respiratoire, malaise (plutôt que panique en premier effet comme une hypercapnie)...
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche
     

  12. JPL

    Date d'inscription
    septembre 2003
    Messages
    66 305

    Re : Microbiologie alimentaire

    Non c'est bien le CO2 qui cause les asphyxies dans les chais, mais c'est généralement dû à des imprudences.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac
     

  13. noir_ecaille

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Dijon (21)
    Messages
    9 759

    Re : Microbiologie alimentaire

    Imprudences causées par l'esprit de vin ?

    Bref. J'imagine qu'on peut aussi avoir concomittence entre l'effet des vapeurs alcooliques + le dégagement de CO2.


    Cependant et pour revenir à la production de cet "aliment (vegétal) fermenté"... qui fait bombé des pots (?) et couvercles... difficile de se prononcer sans savoir quel est cet aliment, ses conditions de préparation et/ou conservation, etc
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche
     

  14. fifi123

    Date d'inscription
    août 2014
    Messages
    19

    Re : Microbiologie alimentaire

    l'aliment sont des cornichons achetés fermentés et ensuite ils sont marinés (aprés leur dessalage),dans un sirop; le pot et le couvercle est en plastique, et donc, aprés fermentation, il y a eu gonflement du pot et du couvercle.
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Réponses: 3
    Dernier message: 29/04/2012, 19h29
  2. Frénésie alimentaire : le trouble de comportement alimentaire le plus commun
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 4
    Dernier message: 23/02/2009, 18h53
  3. Question alimentaire
    Par Flicky dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/04/2008, 19h42
  4. bactériologie alimentaire
    Par zimzum18 dans le forum Biologie
    Réponses: 16
    Dernier message: 15/03/2008, 18h26
  5. [Microbiologie] microbiologie alimentaire
    Par lukas6901 dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 21/11/2007, 12h29