Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 6 sur 6 PremièrePremière 6
Affichage des résultats 76 à 85 sur 85

La "taille" d'un électron

  1. charly

    Date d'inscription
    juillet 2004
    Localisation
    Paris
    Âge
    30
    Messages
    1 011

    Re : La "taille" d'un électron

    Citation Envoyé par glevesque
    Y a t-il des expériences de colision électron-électron qui ont déjà eu lieu, si oui quels ont été les résultats.

    A++
    Electron positron oui ,electron - electron , la froce de coulomb doit pas etre daccord ...

    -----

     


    • Publicité



  2. Floris

    Date d'inscription
    août 2003
    Localisation
    Nantes (mais vous ne saurez pas très précisément ma quantité de mouvement) :)
    Messages
    2 239

    Re : La "taille" d'un électron

    Citation de humanino: Je crois qu'il s'agissait de la possibilite pour un photon de haute energie de fluctuer en paires quark-antiquark. C'est la seule possibilite, et il est vrai qu'a haute energie ce genre de chose est prise en compte.

    Pour ce qui est de la création de paires e+ / e- avec des rayonement de hautes énergies. Que vien faire cette histoire de quark? Tu veux parler de la création de paire de quark et antiquark? Peut tu développer ?
    Merci
     

  3. bardamu

    Date d'inscription
    août 2003
    Âge
    48
    Messages
    2 279

    Re : La "taille" d'un électron

    Je suis tombé sur des exercices d'un manuel de MQ (Quantique, Rudiments, J.M. Lévy-Leblond, F. Balibar, InterEditions Cnrs, 1986) où il y a justement le sujet en question.

    Voilà donc quelques questions pour qui veut bien (et peut...) s'en amuser :

    Il est possible, en se représentant l'électron comme une petite sphère chargée, de calculer son rayon en attribuant toute son énergie de masse, mc^2, à l'énergie de son champ électrostatique.
    a- En déduire le "rayon classique" de l'électron : re = e^2 / (mc^2) (à un facteur numérique près dépendant des détails de la distribution de charge)
    b- la physique atomique oblige à reconnaitre à l'électron un spin (moment angulaire intrinsèque) de l'ordre de h barre. Montrer que dans un modèle où l'électron est considéré comme un objet en rotation de dimension re, on en déduit une évaluation de la vitesse (linéaire) de rotation des éléments périphériques de l'objet.
    c- quel est l'ordre de grandeur de cette vitesse périphérique si l'on adopte le "rayon classique" comme dimension de l'électron ? La comparer à c. Montrer qu'il est impossible de se représenter l'électron comme localisé dans un domaine de dimension inférieure sa "longueur Compton" = h barre/mc
     

  4. humanino

    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    superplace
    Âge
    37
    Messages
    4 314

    Re : La "taille" d'un électron

    Citation Envoyé par Floris
    Pour ce qui est de la création de paires e+ / e- avec des rayonement de hautes énergies. Que vien faire cette histoire de quark? Tu veux parler de la création de paire de quark et antiquark? Peut tu développer ?
    Merci
    Je peux essayer

    Imagine que to recherche le contenu en charme du proton. Tu envoies un electron a haute energie dans la direction du nucleon et un photon virtuel est emis. Si ce photon peut fluctuer en une paire charme/anticharme, il est possible que cela induise l'extraction d'une autre paire charme/anticharme du nucleon : un quark de chaque paire vient former un etat lie charme/anticharme, et les deux autres restant vont "hadroniser" c'est a dire former des jets de particules ayant un charme total +1 et -1.

    Bon c'est pas clair, mais c'etait court. Reprenons : le photon virtuel fluctue en une paire charme/anticharme. Pour fixer les idees, disons que le quark charme de cette paire, ait justement la bonne impulsion pour se lier avec un anticharme dans le nucleon qui etait la par hasard. Ces deux-la ce sont bien trouves ! Ils partent faire leur vie, laissant leur compagnons respectifs, qui eux n'ont pas de raison de pouvoir s'associer (noter que c'est un phenomene qui arrive aussi dans les couples humains, comme quoi on invente rien !). Il vont donc aller chacun de leur cote. Mais comme la Nature ne supporte pas les quarks nus, ils vont "s'habiller", on dit hadroniser dans un processus de jet complexe. que l'on ne cherche pas forcement a reconstruire en entier tant que l'on connait son energie totale, son impulsion totale, ses charges totales, on peut remonter aux particules initiales.

    Bon tout cela n'est pas tres rigoureux, et difficile a expliquer dans du texte. Rien de mieux qu'un diagramme en fait.
    "Puisque toute ces choses nous depassent, feignons de les avoir organisees"
     

  5. Floris

    Date d'inscription
    août 2003
    Localisation
    Nantes (mais vous ne saurez pas très précisément ma quantité de mouvement) :)
    Messages
    2 239

    Re : La "taille" d'un électron

    Merci humanino pour ces précisions.
    ainsi si je comprend bien, il ne s'agit pas de la création de paires e+/e- avec une source de rayons gama. Hen?
    Quand tu parle d'énergie de l'électron, c'est bien sa vitesse non? (Excuse moi pour ces questions.) Aussi, la quantitée de paires est elle toujour constante, ne dépend t'elle pas d'un paramettre, mis a part la quantité d'électron et de protons?

    Egalement, quand tu parle du photo virtuel, tu parle du champ des deux particules non? Et que devien l'électron et le proton apret fluctruation?

    Merci
    Cordialement
    Floris
     


    • Publicité



  6. humanino

    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    superplace
    Âge
    37
    Messages
    4 314

    Re : La "taille" d'un électron

    Citation Envoyé par Floris
    Merci humanino pour ces précisions.
    ainsi si je comprend bien, il ne s'agit pas de la création de paires e+/e- avec une source de rayons gammas.
    Non, il ne s'agissait effectivement pas de ca ici.

    Quand tu parle d'énergie de l'électron, c'est bien sa vitesse non?
    Si tu connais la masse d'une particule, tu peux dire que connaitre sa vitesse equivault a connaitre son energie

    Aussi, la quantitée de paires est elle toujour constante, ne dépend t'elle pas d'un paramettre, mis a part la quantité d'électron et de protons?
    La possiblite d'extraire des paires virtuelles du vide correspond a un processus de nos modeles qui fonctionne de facon effective. Quand a savoir ce qui se passe veritablement, je ne suis pas certain qu'on puisse l'affirmer avec certitude.

    Egalement, quand tu parle du photo virtuel, tu parle du champ des deux particules non? Et que devien l'électron et le proton apret fluctruation?
    Un photon virtuel correspond a un echange entre deux particules chargees se deroulant a haute energie et procedant par l'intermediaire du champ electromagnetique. L'electron dans ce contexte est diffuse a l'infini, et continue son chemin jusqu'au detecteur. Le proton dans ce contexte est generalement detruit, explose par la reaction.
    "Puisque toute ces choses nous depassent, feignons de les avoir organisees"
     

  7. scientist

    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    devant mon PC quand il est allumé
    Messages
    731

    Re : La "taille" d'un électron

    Désolé de ressortir le sujet mais j'ai enfin retrouvé des arguments : l'électron n'est pas ponctuel.

    Pourquoi? Parce que 1, div(E)=rho/Eo et donc infini en un point ce qui est exclu.
    2 parce que comment trouver du spin si c'est un point (sens de rotation d'un point!)?

    Conclusion, son rayon n'est pas nul et c'est donc logique qu'il ne soit pas éternel!
     

  8. spi100

    Date d'inscription
    juillet 2004
    Localisation
    paris
    Âge
    45
    Messages
    1 562

    Re : La "taille" d'un électron

    Citation Envoyé par scientist
    Désolé de ressortir le sujet mais j'ai enfin retrouvé des arguments : l'électron n'est pas ponctuel.

    Pourquoi? Parce que 1, div(E)=rho/Eo et donc infini en un point ce qui est exclu.
    2 parce que comment trouver du spin si c'est un point (sens de rotation d'un point!)?

    Conclusion, son rayon n'est pas nul et c'est donc logique qu'il ne soit pas éternel!
    Bof,
    1/ avec la fonctionnelle de Dirac. Cette expression ne pose aucun problème mathématique particulier.
    2/ Non, le spin est un degré de liberté interne au fermion, qui ne s'exprime ni en fonction de la vitesse, ni en fonction de la position, il peut donc très bien être associé à une particule ponctuelle.
     

  9. mtheory

    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Clermont Ferrand
    Âge
    47
    Messages
    11 630

    Re : La "taille" d'un électron

    Citation Envoyé par scientist
    2 parce que comment trouver du spin si c'est un point (sens de rotation d'un point!)?

    Conclusion, son rayon n'est pas nul et c'est donc logique qu'il ne soit pas éternel!
    Eh non,si tu attribues le spin de l'électron à une rotation sur lui même on sait depuis Lorentz et au moins les années 20 qu'il devrait tourner sur lui-même plus vite que la lumière.
    Le spin est une quantité proprement quantique et relativiste qui n'est pas directement liée à une rotation sur elle même d'un particule étendue.
     

  10. kalish

    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Au vert
    Messages
    2 918

    Re : La "taille" d'un électron

    hum, pas lu toute la discussion, je ne souhaite pas rentrer dans la discussion du plus sachant, plus affirmatif, plus catégorique, sur l'utilité du concept, son sens, etc, donc je me contenterai de fournir un lien:
    http://www.futura-sciences.com/scien...hysique-30499/
    j'aspire à l'intimité.
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. La science du "Comment?" peut-elle dire "POURQUOI?" au moins une fois?
    Par Jean-Michel Tengang dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 83
    Dernier message: 12/07/2017, 22h12