Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 33

Recupération de l'eau de rosée

  1. #1
    Zozo_MP

    Recupération de l'eau de rosée

    Bonjour à toutes à tous et aux amis de longue date.

    J'ai besoin de votre aide car il me manque des connaissances pour résoudre mon problème.


    Je vais essayer de vous expliquer simplement ce que je veux faire.

    Le plus simple c'est de dire "je veux récupérer l'eau en suspension dans l'air".

    Les données météo de l'endroit ou je veux implanter le système me donne le point de rosée par jour ou demi journée. Il est possible d'obtenir ce point de rosée artificiellement si j'ose dire en faisant passer l'air sur des surfaces froides ayant une température comprise entre 14 et 10 degrés (voire des températures inférieures 10 à 12 degrés) et ceci si l'on oscille entre 70 et 95 % d'humidité relative.

    Ce que je sais faire c'est faire passer l'air plus ou moins chaude et humide sur les surfaces froides.
    Surfaces froides alimentées en eau froide ou air à température froide (comme échangeur à plaque).

    Ce que je ne sais pas calculer simplement, c'est combien de M3 d'air et en combien de temps avec des pales de ventilateur de taille raisonnable je dois faire passer sur sur une surface froide de 1M² pour récupérer 5 litres d'eau de condensation.
    Nota le ventilateur tourne gratuitement grâce à une éolienne verticale

    L'application est agricole en zone humide (brume fréquente et rosée fréquente et importante sauf la journée ou le cagna tape dur) mais avec ressource en eau souterraine faible ou inexistante en surface proche, d'où l'intérêt de récupérer l'eau de rosée.

    Toute information sur l'humidité relative et sur les condensateurs ou échangeurs à plaque permettant la condensation seront les bienvenue.

    Je me rappelle qu'au Cambodge la clim de ma chambre d’hôtel produisait 2 seaux d'eau par 24 h 00 (cela m'avait frappé à l'époque). Les femmes les récupéraient pour laver le linge à la main car la plupart des maison n'ont pas l'eau courante. Vu le nombre de chambre de l'hôtel et avaient de l'eau saine et propre.

    Merci à ceux qui accepteront de m'aider.

    Cordialement

    PS : quand je vois le calcul du flux de vapeur d'eau dans l'atmosphère par la méthode du rapport de Bowen j'ai les cheveux qui me poussent à l'intérieur de la tête, sauf si quelqu'un de super gentil me fait une feuille de calcul utilisable par un ignard.
    Quand à l'équation de Perman elle me fait rentrer en catalepsie.

    -----

    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  2. Publicité
  3. #2
    trebor

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonsoir,

    J'ai vu ceci à la TV, des filets capteurs de nuages ou de rosée :
    https://www.google.be/search?q=filet...sUDVQQ_AUIBigB
    il vaut mieux supprimer la cause que ses effets

  4. #3
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonsoir Trebor

    Merci pour ces informations je vais regarder tout ça en détail.

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  5. #4
    RomVi

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonjour

    Les filets à rosées fonctionnent sur un principe différent, ils capturent de l'eau qui se trouve déjà sous forme liquide.

    Pour déterminer la quantité d'eau récupérable les calculs sont assez simples, on peut tout faire à partir d'un diagramme psychométrique. On peut trouver des explications sur ce lien : https://abitor2.files.wordpress.com/...ique_201-3.pdf

    On part de la température et hygrométrie relative connues pour déterminer la concentration en eau dans l'air (en g/m3 ou kg d'air). On se déplace alors vers une température plus basse en conservant la même concentration en eau et on fini par tomber sur la courbe de saturation, qui est également la température de rosée, ce n'est qu'en dessous de ce point que l'on commence à condenser de l'eau.
    On continue a diminuer la température à la valeur souhaitée, puis on regarde la concentration à cette température pour 100% d'HR. La différence avec la valeur initiale correspond à a quantité d'eau retirée par condensation.

    Si mes explications ne sont pas claires je peux te montrer un exemple sur le diagramme.

  6. #5
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonsoir RomVi

    Je regarde ça dès demain matin.
    Je te remercie en attendant c'est très sympa de m'aider.

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  7. #6
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonjour RomVi

    J'ai lu ton document qui est très intéressant mais en attendant que je le comprenne et que je sois en mesure de l'utiliser correctement

    Pourrais-tu me faire une estimation de la quantité d'eau de rosée que je peux récupérer avec un nombre de M3 d'air ventilé.

    Voici quelques données du site où serait implanté le prototype.

    température et humidité Vue 1.jpg

    température et humidité Vue 2.jpg

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  8. #7
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonjour

    Petite question : je suppose que quand on évoque le point de rosée c'est par rapport au milieu naturel.

    Si je fais passer l'air dans une zone qui est toujours à 10 à 12 degrès est-ce que la valeur du point de rosée change.

    J'ai l'impression que le point de rosée est défini par rapport à la nature mais que je peux avoir un point de rosée artificielle si au lieu d'attendre que la température du soir descende et que la rosée apparaisse, je peux provoquer la rosée (la condensation) artificiellement en faisant passer l'air dans la zone à température constante.

    Dis autrement il ne faut pas confondre la rosée et le point de rosée qui est une notion de physique. La rosée (l'eau condensée) elle même peut être obtenue même en milieu de journée si je ventile de l'air humide dans cette fameuse installation toujours à 10 à 12°.

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  9. #8
    RomVi

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonjour

    La température de rosée n'est définie que par l'humidité absolue (la quantité d'eau dans une certaine quantité d'air), c'est à dire que si on a par exemple de l'air à 30°C et 50% d'hygrométrie la température de rosée est à 18.4°C (il y a une table ici : https://www.thermexcel.com/french/tables/tr.htm )
    Si on refroidit cet air sans commencer à condenser de l'eau (donc en restant au dessus de 18.4°C) l'hygrométrie relative va augmenter, mais la quantité d'eau présente reste la même, et la température de rosée ne bougera pas.

    Je t'ai représenté un petit exemple sur un diagramme, ce sera sans doute plus parlant.
    On prend un air à 20°C et 50% d'hygrométrie relative, ce point est tracé en rouge.
    En se déplaçant à droite (le segment rouge) on peut y lire l'hygrométrie absolue, en kg d'eau par kg d'air, on trouve 0.0073 kg, soit 7.3g d'eau par kg d'air.

    On refroidit l'air en se déplaçant vers la gauche en conservant la même quantité d'eau, comme vu plus haut, en suivant le segment bleu. On arrive alors sur une limite qui représente la saturation en eau. En suivant le pointillé vers le bas on peut alors lire la température de rosée (un peu plus de 9°C).

    Si on continue à refroidir l'air on se déplace alors sur la courbe de saturation (impossible d'avoir plus de 100% d'humidité) en suivant la flèche verte. Dans mon exemple je descend à 5°C, on peut lire sur la droite en suivant le segment vert la nouvelle quantité d'eau : 0.0053, soit 5.3g d'eau par kg : Chaque kg d'air a perdu 2 grammes d'eau.

    Un autre point intéressant : On peut voir une courbe graduée en kJ/kg juste à coté de la saturation, il s'agit de l'enthalpie de l'air humide. Cette valeur n'a pas de sens en tant que telle car elle est arbitraire. Le 0 correspond à un air sec à 0°C, mais on peut encore descendre en dessous (l'enthalpie devient alors négative).

    Par contre elle permet de comparer un état initial et un état final : En suivant la flèche en marron qui part du point initial on trouve une enthalpie de 38,5 kJ/kg.
    Une fois que l'air est descendu à sa température de rosée on a 27,5 kJ/kg. Pour refroidir un kg d'air il faut donc échanger 38,5 - 27,5 = 11 kJ, et pour condenser jusqu'à 5°C on doit encore échanger 27,5 - 18,7 = 8,8 kJ.

    On trouve ce diagramme complet ici : http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/se...=1424145686842
    Images attachées Images attachées
    Dernière modification par RomVi ; 05/12/2016 à 19h29.

  10. #9
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonsoir RomVi

    Merci pour ces exemples je regarde ça attentivement demain. Il faut que je rentre dans le sujet qui est un nouveau pour moi.

    Je reviens vers toi rapidement

    Bonne semaine

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  11. #10
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonjour

    Je relance le sujet car après avoir bien lu toutes les informations je me rend compte qu'un calcul simple ne donnerait que des valeurs erronées.

    Pourquoi ?
    - Les conditions de températures, pression, et % de HR varie tout le temps et d'une heure à l'autre.
    - des data issues de site comme "wunderground.com" permettent d'avoir des données moyennes quotidiennes mais pas à l'heure ou au quart d'heure.

    La solution facile et abordable (moins de 500 €) :
    utiliser une petite station météorologique qui donne des données de sortie utilisables par n'importe quel PC.

    Le problème résiduel trouver le logiciel ou la formule excel qui permet de traduire le point de rosée en volume d'eau à un instant T. à partir du nbr de gramme d'eau par m3 d'air.

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  12. #11
    RomVi

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    En réalité la température de rosée varie, mais pas tant que ça, car si l'HR varie c'est parce que la température varie mais la quantité d'eau présente dans l’atmosphère a une certaine inertie.
    Si tu veux des données plus précises il est possible de trouver des bases de données en ligne, de stations pro ou amateur.
    La station avec report sur l'ordi est également une solution, sinon en mettant un peu les mains dans le cambouis on peut bricoler un système pour quelques dizaines d'euros avec un capteur humidité + température et une carte à microcontrôleur.
    En ce qui concerne les calculs je peux te déterminer des formules de conversion.

  13. #12
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Merci beaucoup ROMVI

    Si tu peux me fournir par exemple quelque chose d'utilisable directement sous excel, je t'en serais très reconnaissant.

    Je peux trouver les formules mais la forte crainte de me tromper.

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  14. #13
    Jaunin

    Re : Recupération de l'eau de rosée


  15. #14
    RomVi

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Voici une feuille de calcul Excel.
    Sur un onglet tu peux voir la méthode de calcul rigoureuse qui utilise l'équation d'Antoine pour calculer la pression de vapeur saturante.
    Afin de diminuer les étapes de calcul j'ai réutilisé le modèle de la régression d'Antoine en adaptant les paramètres afin d’avoir directement une concentration en g d'eau par kg d'air à partir de la température. Cette régression ne fonctionne qu'à une pression normale (1013 mb), mais ce n’est pas très grave dans la mesure où les variations usuelles de la pression atmosphérique affectent assez peu le résultat.
    Sur un autre onglet tu as le calcul simplifié utilisant ce nouveau modèle qui permet de rechercher les infos que tu voulais.
    Fichiers attachés Fichiers attachés

  16. #15
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    RomVi

    Alors là une très très grand Merci

    Tu es vraiment sympa de m'aider.

    J'espère que le père noël sera généreux avec toi.
    Pleins de bonne choses pour toi pour ces fêtes.

    A bientôt ! je te tiens au courant de mon utilisation de tes précieux fichiers.

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  17. #16
    calorim

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonjour à tous
    Je me suis regalé avec les infos fournies
    a ce sujet
    Un grand merci

  18. #17
    chatelot16

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    les filet permettent de recupérer la rosée naturelle grace au changement de temperature naturel : ça ne donne rien quand la temperature reste toujours trop loin du point de rosée

    il est bien sur possible de recupérer de l'eau en refroidissant l'air avec une machine frigorifique ... c'est ce que font les deshumidificateur electrique vendu dan le commerce ... ça recupere des dizaine de litre par jour en consomant une centaine de w

    celui que j'ai n'est pas optimisé du tout ! l'air a temperature ambiante est envoyé par un ventilateur directement sur un radiateur froid ... on pourrait ameliorer avec un echangeur genre double flux pour que la machine frigorifique ne fournisse que la puissance de condensation de l'eau mais n'ai pas a fournir la puissance pour refroidir le volume d'air
    Les arbres sont mes capteurs solaires préférés

  19. #18
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonsoir Chatelot

    peux-tu préciser STP car tu dis deux choses

    on pourrait améliorer avec un échangeur genre double flux pour que la machine frigorifique ne fournisse que la puissance de condensation de l'eau
    Peux-tu préciser quel ou quels échangeur(s) double flux tu utiliserais ??

    mais n'ai pas a fournir la puissance pour refroidir le volume d'air
    Peux tu préciser STP en effet si l'on doit passer une grande quantité d'air en entrée l'air est trop chaud pour condenser et en sortie cela ne sert effectivement à rien de refroidir l'air qui est peu ou prou à la température optimal.

    Le dernier point que tu pourrais préciser c'est le le point de rosée varie on fonction de la température de l'air mais aussi du THR.

    Voilà pour continuer la discussion.

    J'aurais d'autre points à éclaircir par la suite

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  20. #19
    chatelot16

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    si on a de l'air a 20° avec une humidité permettant la condensation a 10° et qu'on l'envoie sur l'evaporateur d'une machine frigorifique elle doit fournir a la fois la puissance pour changer la temperature de l'air de 20 a 10° et ensuite la puissance pour l'energie de condensation ... et ensuite de l'air a 10° est rejeté betement

    si on met un echangeur pour utiliser le froid de l'air froid sortant , pour refroidir l'air entrant ça reduira la puissance demandé a la machine frigorifique

    le gain n'est pas enorme dans la fonction deshumidificateur ou on a en general une humidité elevé et une temperature basse ... mais quand le but est de recuperer de l'eau dans un endroit chaud l'echangeur devient plus utile
    Les arbres sont mes capteurs solaires préférés

  21. #20
    RomVi

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    L'échangeur est une fausse bonne idée, car en réalité cet air refroidit n'est pas perdu, il est dirigé vers le condenseur.
    Si on ajoute un échangeur celui ci devra donc travailler à une température légèrement plus haute, et le gain que l'on avait sur l'évaporateur sera perdu, avec un élément ajouté en plus.

  22. #21
    chatelot16

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    ça merite de reflechir

    pour eviter les perte d'energie il faut eviter les truc ireversible du genre faire arriver de l'air chaud sur un radiateur ( evaporateur ) froid ... ou rejeter de l'air refroidi dans l'air ambiant chaud

    mais bien sur la machine frigorifique consome moins d'energie si son condenseur ( radiateur chaud ) est a plus basse temperature dans le flux froid que a la tempoerature ambainte après un echangeur

    il va falloir calculer en détail parce que la mon pifomètre atteint ses limites !

    le calcul se complique encore plus parce que l'air a refoidire est humide et que l'air en sortie est sec ... donc pas la même chaleur massique
    Les arbres sont mes capteurs solaires préférés

  23. #22
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Bonjour Romvi

    Que préconiserais-tu comme condenseur ?

    Je me doute que tu vas me dire que cela dépend du débit et peut être de la pression de l'air provoqué par le ventilateur.

    Autre question

    J'ai vue une machine qui pour produire de l'eau utilise l'équivalent d'un frigo pour produire du froid. Froid qui est utilisé pour faire la condensation.
    Le système frigorifique fournit trop de froid en temps que tel et l'on doit trouver un certain équilibre.

    Est-ce que c'est le condenseur qui assure cette régulation avec le système frigorifique.

    Si tu as un modèle de condenseur avec quelques infos techniques je suis preneur.

    Voici le principe auquel j'ai pensé sauf que je cherche pas à produire de l'air rafraichi mais seulement de l'eau.

    Est-ce que par exemple si j'utilise une petite bâche à eau qui est maintenue à une certaine température (eau réfrigérée) par le système frigorifique je limite le risque de faire trop de froid par rapport au besoin.

    Dans les fait je voudrais m'affranchir du système frigorifique. Si je met un réservoir souterrain de 5 à 10 m3 à une certaine profondeur l'eau que j'y mettrai sera à environ 10 à 12 degrés au bout d'un mement. L'eau issue de la condensation irait dans ce réservoir souterrain pour y être stockée.

    Est-ce que cette eau à 10° sera suffisante pour assurer la condensation ? évidemment à condition que je respecte un équilibre entre le volume total du réservoir + apport d'eau condensée - eau prélevée.

    Dans les machines qui existent ils ont surtout cherché la compacité et ils utilisent des panneaux PV et des batteries pour fournir l'électricité nécessaire.

    Dans mon cas je ne cherche pas la compacité du fait que le système ne serait pas mobile mais mis à demeure.

    Bon à plus tard pour le reste de la discussion

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  24. #23
    chatelot16

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    je n'ai pas encore tout calculé mais mon pifomètre me donne des indication

    utiliser un echangeur ne veut pas forcement dire mettre le condenseur a la temperature ambiante

    voila le circuit que je vois :

    l'air entre dans un echangeur , ça le refroidi un peu

    l'air passe sur l'evaporateur , ça le refroidi encore plus et condense de l'eau

    l'air passe sur le condenseur de la machine frigorifique ce qui lui permet de consommer une faible puissance ... et l'air sort de ce condenseur plus froid que l'ambiance

    l'air passe dans l'echangeur , qui le remonte a la temperature ambiante en refroidissant l'air qui entre

    un echangeur peut donc reduire la puissance de la machine frigorifique ... ce qui reste a calculer c'est de combien ... ce qu'on gagne avec l'echangeur c'est lié a la chaleur massique de l'air ... ce que consomme la machine frigorifique c'est surtout la chaleur de vaporisation ou condensation de l'eau

    si l'air a une forte humidité je pense que l'echangeur a un effet negligable : cas d'un deshumidificateur ... si l'humidité de l'air est faible et que le but est de recupérer de l'eau en brassant un grand volume d'air je pense que l'echangeur sera utile
    Les arbres sont mes capteurs solaires préférés

  25. #24
    RomVi

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Citation Envoyé par Zozo_MP Voir le message
    Bonjour Romvi

    Que préconiserais-tu comme condenseur ?

    Je me doute que tu vas me dire que cela dépend du débit et peut être de la pression de l'air provoqué par le ventilateur.

    Autre question

    J'ai vue une machine qui pour produire de l'eau utilise l'équivalent d'un frigo pour produire du froid. Froid qui est utilisé pour faire la condensation.
    Le système frigorifique fournit trop de froid en temps que tel et l'on doit trouver un certain équilibre.

    Est-ce que c'est le condenseur qui assure cette régulation avec le système frigorifique.

    Si tu as un modèle de condenseur avec quelques infos techniques je suis preneur.

    Voici le principe auquel j'ai pensé sauf que je cherche pas à produire de l'air rafraichi mais seulement de l'eau.

    Est-ce que par exemple si j'utilise une petite bâche à eau qui est maintenue à une certaine température (eau réfrigérée) par le système frigorifique je limite le risque de faire trop de froid par rapport au besoin.

    Dans les fait je voudrais m'affranchir du système frigorifique. Si je met un réservoir souterrain de 5 à 10 m3 à une certaine profondeur l'eau que j'y mettrai sera à environ 10 à 12 degrés au bout d'un mement. L'eau issue de la condensation irait dans ce réservoir souterrain pour y être stockée.

    Est-ce que cette eau à 10° sera suffisante pour assurer la condensation ? évidemment à condition que je respecte un équilibre entre le volume total du réservoir + apport d'eau condensée - eau prélevée.

    Dans les machines qui existent ils ont surtout cherché la compacité et ils utilisent des panneaux PV et des batteries pour fournir l'électricité nécessaire.

    Dans mon cas je ne cherche pas la compacité du fait que le système ne serait pas mobile mais mis à demeure.

    Bon à plus tard pour le reste de la discussion

    Cordialement

    Bonjour Zozo_MP

    Difficile de répondre à froid, le choix du condenseur dépend de la température d'approche souhaitée, c'est à dire la différence de température minimale que l'on peut atteindre entre le fluide froid et l'air, pour avoir le fonctionnement attendu.
    Ici la source froide serait à 10°C, la température finale de l'air est à adapter selon l'objectif et l'historique des conditions météo. On peut par exemple viser 20°C, en utilisant un échangeur à ailettes, mais on ne va pas condenser grand chose. Avec un tubulaire on doit pouvoir descendre l'air à 15°C.

    Pour bien faire il faudrait fixer un objectif (par exemple produire 10l d'eau par jour, à Paris) et faire une simulation en conséquence.

  26. #25
    chatelot16

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    produire de l'eau a paris n'est pas très utile vu que de l'eau y est disponible a tous les robinets ...

    produire de l'eau par condensation de l'air pourrait être utile a d'autre endroit ou il n'y a pas de robinet , donc d'autres condition ambiantes ... et d'autres prix de l’énergie
    Les arbres sont mes capteurs solaires préférés

  27. #26
    RomVi

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Ce n’était qu'un exemple...

  28. #27
    chatelot16

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    il ne suffit pas d'ateindre la temperature de rosé de l'air qui entre : ça ne ferait que condenser une quantité d'eau negligable et abaisser legerement la temperature de rosé de l'air qui sort

    pour avoir une quantité d'eau utile il faut que l'air sorte en contenant beaucoup moins d'eau qu'en entrant : donc temperature de rosée plus basse

    j'ai essayé un petit deshumidificateur frigorifique : dans une piece a 10° il ne fait pas de l'eau mais de la glace : ça givre l'evaporateur : et il est prevu pour ça ... il detecte automatiquement quand c'est trop givré , s'arrete pour laisser fondre et redemarre

    le deshumidificateur a un but different de la recuperation d'eau ... pour deshumidifier il faut tirer un maximum d'eau du volume d'air a secher ... pour une recuperation d'eau on peut preferer augmenter le volume d'air aspiré en ne recuperant que partiellement l'eau contenue pour limiter la baisse de temperature et limiter la consomation d'energie
    Les arbres sont mes capteurs solaires préférés

  29. #28
    RomVi

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Citation Envoyé par chatelot16 Voir le message
    il ne suffit pas d'ateindre la temperature de rosé de l'air qui entre : ça ne ferait que condenser une quantité d'eau negligable et abaisser legerement la temperature de rosé de l'air qui sort

    pour avoir une quantité d'eau utile il faut que l'air sorte en contenant beaucoup moins d'eau qu'en entrant : donc temperature de rosée plus basse
    Sans vouloir être désobligeant c'est un point qui a été précisé bien avant dans cette discussion.

    pour une recuperation d'eau on peut preferer augmenter le volume d'air aspiré en ne recuperant que partiellement l'eau contenue pour limiter la baisse de temperature et limiter la consomation d'energie
    C'est une affirmation gratuite, si l'on augmente le débit d'air il faut bien le refroidir, donc échanger plus d’énergie.

  30. #29
    Zozo_MP

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    Merci RomVi

    Pour que ce soit clair notamment pour Chatelot je ne cherche pas à faire de l'eau à Paris ou tout endroit où il y a de l'eau potable en quantité journalière suffisante.
    Il faut quand même se rappeler que 80 % des humains n'ont pas accès ou pas accès facilement à de l'eau ou de l'eau potable.

    Donc il faut un système qui ne soit pas technologiquement trop avancé, sachant que les humains peuvent intervenir manuellement pour mettre en fonctionnement ou arrêter une partie de l'installation. Dans le désert ou semi-désert s'il fait chaud on ne peut pas condenser le jour donc il faut mettre en route le système le soir et l'arrêter le matin.

    L'énergie sera soit éolien soit plus simple (car moins d'entretien) par panneau PV.

    Le site pilote se situe dans une zone très ensoleillée (pour les PV) et très ventée avec un vent dominant régulier 9 mois de l'année (Eolienne verticale pour des raisons locales) et avec un THR très favorable et surtout avec une moyenne annuelle très favorable. (Stats météo aéroport fiables).

    L'objectif est d'obtenir 800 litres à 1 M3 jour par machine. Il existe des machines qui savent le faire mais qui sont relativement onéreuses et nécessite un technicien très expérimenté en cas d'anomalie ou de maintenance.
    Toutefois ces machines sont fiables, compactes mais utilisent beaucoup de pièces en mouvement ety de l'électronique de régulation (ventilateur électrique, compresseur frigorifique, etc...)

    Je cherche à obtenir un résultat à peu près identique en terme de volume d'eau, mais avec plus de composants passifs ou dit autrement avec de préférence aucun mouvement mécaniques en dehors de l'éolienne ou du moteur électrique qui sert de ventilateur primaire et secondaire.

    Pour poursuivre la discussion que j'ai initié on peut dire que tout l'enjeu c'est d'arriver à refroidir l'air jusqu'au point de rosée . Je veux à tout prix éviter d'avoir recours à un compresseur frigorifique.

    Je pensais procéder en deux étapes ou plus.

    Faire passer l'air pulsée par le ventilateur dans un puit froid (genre puits canadien) de façon à commencer à abaisser la température puis de faire passer cet air une peu moins chaud dans le condenseur tubulaire.

    L'énoncé paraît simple mais la mise en oeuvre ardue sinon cela existerait à grande échelle.

    Les problèmes déjà identifiés :

    Ventilation avec beaucoup de pertes de charge si l'on utilise un puit froid (canadien) d'autant qu'avec une éolienne on ne peut pas réguler la vitesse pour avoir un débit constant H24 (mais avec les PV on peut avoir un ou plusieurs moteurs).
    Dans ce cas on n'a deux pertes de charges en cascade le puit froid et le condenseur

    Quelques solutions envisagées si l'on ne veut pas utiliser de moteurs électriques
    Avoir deux éoliennes en cascades une qui injecte dans le puit froid et l'autre qui ré-accélère l'ai à l’entrée du condenseur. Il faut que l'on puisse garantir un volume constant en entrée du condenseur. Il faudra voir s'il est nécessaire d'avoir ces deux étages (je pense que oui est que c'est plus simple qui à ne pas utiliser tout l'air sortant du puit froid.

    Autre problème si je fais passer un grand volume d'air H24 dans le puit froid la terre va se réchauffer et la quantité d'air refroidie va diminuer en partie ou en totalité.

    Dans ce cas avoir plusieurs puits froids et les utiliser par roulement de quelques heures chacun par exemple 4h chacun. N'importe qui est capable de faire de déplacer une trappe comme on le fait depuis des siècles pour l'arrosage d'une parcelle puis d'une autre.
    L'effort n'est rien comparer à se trimbaler 30 litres d'eau sur la tête pendant 5 à 10 kilomètres tous les jours.

    Voilà pour continuer la discussion.

    Cordialement
    Faim dans le monde. Ne laissez de contributeur "sur leur faim", informez nous

  31. #30
    chatelot16

    Re : Recupération de l'eau de rosée

    une machine frigorifique te parait compliqué , mais ça a un avantage : quelle que soit l'humidité de l'air ça produit toujours de l'eau ... la seule chose qui change c'est la quantité d'eau par kwh consommé

    en utilisant une source de froid naturelle comme le sous sol , ça produira de l'eau uniquement dans les condition favorable , et risque de ne rien produire du tout dans quand on a le plus besoin d'eau

    je me mefie de l'idée du sous sol froid : il prend la temperature moyenne de l'année entiere , donc chez chez nous il fait assez froid en hivers pour que le sol soit assez froid ... mais dans les pays chaud quel est la temperature du sous sol ?

    quand on utilise des photovoltaique c'est les batterie qui coutent le plus cher a l'usage a cause de leur faible durée de vie ... donc ce n'est pas forcement une bonne idée de charger les batterie le jour pour fire marcher le capteur d'humidité la nuit ... je prefereait faire marcher un capteur d'humidité frigorifique le jour directement quand il y a du soleil , sans passer par une batterie

    puisque l'eau est plus facile a stocker que l'electricité il vaut mieux faire une machine frigorifique qui s'adapte directement a la puissance photovoltaique disponible

    ou pour pouvoir realiser facilement sans construire une machine speciale , utiliser un grand nombre de petit absorbeur d'humidité frigorifique standard , et adapter le nombre de machine en service a la puissance photovoltaique disponible

    il est surprenant de voir la rapidité de baisse de temperature des petit absorbeur d'humidité : ça commence a produire en une dizaine de minute ... un fonctionnement intermitant ne leur fait donc pas peur
    Les arbres sont mes capteurs solaires préférés

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Rosée sur le toit
    Par pkdick2 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 3
    Dernier message: 26/06/2014, 19h59
  2. La rosée
    Par Le_boulet dans le forum Chimie
    Réponses: 12
    Dernier message: 13/01/2013, 08h04
  3. Mon point de rosée ? :)
    Par Mettero dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 2
    Dernier message: 17/12/2010, 15h00
  4. Définition - Rosée
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 03/12/2010, 17h57
  5. [Thermique] PAC et point de rosée
    Par Cram 64 dans le forum Dépannage
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/07/2008, 15h30