Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 27 sur 27

MARS : Pour quand?



  1. #1
    invite78632345678

    Bonjour à tous!!
    Je suis nouveau dans ce forum et je le trouve super!

    J'ai entendu dire que si des astronautes partaient vers Mars (ce qui durerait environ 1 an et demi pour l'aller-retour) leurs os subiraient des dommages qui seraient irréversibles.
    Est-ce vrai?
    Si c'est le cas, on ne pourra jamais visiter des planètes lointaines?

    De plus, ce n'est pas sur qu'ils tiendraient le coup psychologiquement enfermé dans une navette pendant 1 an et demi.

    Alors Mars, pour quand?

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Coincoin

    Pour ce qui est des dégâts sur les os, ça me semble être des effets de l'apesanteur, mais il est envisageable de recréer une gravité artificielle (vaisseau tournant sur lui-même).
    Pour ce qui est des effets psychologiques, il faut savoir qu'un Russe est déjà rester 438 jours dans la station Mir. Mais dans le cas d'une mission martienne, il n'y aura aucun ravitaillement ou changement d'équipage, et en plus les astro/cosmo/spatio/taïkonautes (on va imaginer une mission internationale ) ne verront plus du tout la Terre (dur pour le moral!). Sans parler des délais de transmission dus à la distance, qui donneront encore plus une sensation d'isolement. Donc c'est vrai que cela risque de paraître long pour eux...
    Mais j'espère quand même qu'un homme marchera sur Mars d'ici 50 ans (pour le symbole!)

  4. #3
    Futura

    Salut,

    je peux te donner une exclu : le mois de janvier sera réservé à Mars sur Futura-sciences ! les plus grands scientifiques et spécialistes seront présents et vous pourrez leur poser toutes vos questions ... un évènement live est même à prévoir !!! mais chut j'en ai déjà dit trop !!! restez scotchés !

    Futura
    Just do it !

  5. #4
    invite78632345678

    Merci pour vos explications!

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Narduccio

    Citation Envoyé par clémenton
    De plus, ce n'est pas sur qu'ils tiendraient le coup psychologiquement enfermé dans une navette pendant 1 an et demi.
    On oubli souvent que des hommes se sont déjà trouvé dans des situations plus déséquilibrante. Les marins qui se sont lancés a l'assaut des mers et des océans face à l'inconnu. Le vrai inconnu, il ne savait même pas s'il y avait quelque chose ou s'ils n'allait pas disparaitre à l'horizon. Enfermés dans un espace clos avec seulement leurs peurs, leurs doute et leurs espoirs. Je ne sais plus quel astronaute américain répondit à un journaliste qui les comparait à Colomb et son équipage qu'il y avait une différence éssentielle. Colomb ne possédait pas la carte détaillée du lieu de son accostage...

  8. #6
    Hugo

    Bonjour,

    Je pense (et je l'ai déjà entendu) que les problèmes physiologiques de l'homme pour un voyage interplanétaires sont important mais peuvent être maitrisés avec l'expérience actuelle. (exercices physiques, suivi médical, nutrition, protection contre les radiations ...)

    Par contre, se stabiliser en orbite martienne après un voyage depuis la Terre : on sait le faire mais ca passera probablement par un freinage atmosphérique : petite suée à prevoir.
    Atterire (sur Mars) on sait le faire aussi mais on a des expériences malheureuses sur terre.
    Ce qui m'épate le plus sur les mission Appolo c'est le redécollage, il faut vraiment que tout aille bien alors sur Mars avec sa plus grande attraction et son atmosphère et après des mois de services : c'est un beau challenge technique. Pour l'instant, si je ne me trompe pas, aucune sonde automatique n'est revenue de la surface.
    J'allais oublié, il faut revenir vers la Terre et se réinjecter en orbite donc surement subir un nouveau freinage atmosphérique.

    J'espère que ca se fera aussi dans les 50 ans à venir (sinon je ne le verrais pas). En tous cas : BRAVO d'avance.

    Conclusion : le facteur humain est surtout un boulet logistique mais sa survie dans l'espace n'est pas le problème majeur de la mission.

    @+

  9. Publicité
  10. #7
    DonPanic

    S'lu
    Il y a un article dans le NY Times à propos de l'irradiation qu'encaisseraient les spationautes
    au cours d'une expédition sur Mars,
    grossomodo, chaque cellule de leur organisme
    encaisserait l'équivalent d'un impact de rayon gamma,
    ce qui leur donnerait une bonne chance de développer un cancer plus ou moins généralisé à long terme,
    des études sont donc en cours pour imaginer le meilleur moyen de protection possible,
    sachant qu'il est hors de question d'embarquer des matériaux massifs tels que le plomb comme blindage
    pour des questions de coût de mise en orbite de la masse.
    Une des conclusions est qu'il est à peu près exclu que le voyage se fasse de manière inertielle,
    et qu'il est nécessaire d'avoir un vaisseau propulsé pour réduire la durée de l'expédition.
    La mise au point et la construction d'un tel vaisseau prendrait une bonne quinzaine d'années
    à partir d'un feu vert politique,
    en attendant, faudra bien se contenter de l'exploration robotisée de Mars

  11. #8
    DonPanic

    S'lu
    Conclusion : le facteur humain est surtout un boulet logistique mais sa survie dans l'espace n'est pas le problème majeur de la mission.
    hé ben si, à moins que la vie d'êtres humains
    n'importe pas plus que celle de cobayes de laboratoires

  12. #9
    DonPanic

    Slu
    Citation Envoyé par Coincoin
    il est envisageable de recréer une gravité artificielle (vaisseau tournant sur lui-même).
    Un vaisseau tournant sur lui-même serait quasiment impossible à manoeuvrer, se comportant comme un gyroscope.
    Il faudrait que le vaisseau soit suffisamment solide pour résister à son autocentrifugation,
    ce qui risque d'alourdir exagérément sa structure,
    Vaut mieux y prévoir un compartiment rotatif.

  13. #10
    faiz

    le probleme n'est pas seulement d'ordre physique mais sociale aussi. A mon avis personne n'accepterait de rester emprisoner dans un petit vaisseau pendant 9 mois !! c'est impossible sur le plan pratique
    je me rappelle une fois avoir lu un article une sorte d'hypotheses sur les voyages du futur. en effet, pour regler le probleme lie a la grande distance du trajet,des scientifiques avaient proposer d'anesthesier les astronautes pendant le voyage mais pas n'importe quelle anesthesie, de l'azote qui sert a conserver les cadavres pour une longue periode.

  14. #11
    Seb2003

    Que sait ce que l'avenir nous preserve...Les gens ne se doutaient certainement pas que l'homme irai sur la lune au debut de ce siecle.
    Les astronautes restent bien dans l'ISS durant 6 mois! Si les ravitaillements suivent...
    Il ne faut pas oublier que les sondes qui vont vers les planetes ne sont pas propulsees par des reacteur ou autres moyens.
    Une navette propulsee mettrai beaucoup moins de temps pour rejoindre Mars..
    Le progres n'arretera pas....

    SeB

  15. #12
    faiz

    les sondes sont propulsee par le systeme JPL (jet propulsion) et la vitesse de la navette peut atteindre les 30000 km/h . en plus si la navette n'est pas propulsee elle va se perdre dans l'espace, car il faut bien prendre en compte la gravite de l'espace interstellaire et celle des autres planetes.
    chaque sonde est equipee d'un reacteur de propulsion qui la mintient dans son itineraire. la plupart des reacteurs sont soient allimentes par l'electricite des panneaux solaires ou bien par une combustible radioactif comme celui des sondes voyager 1 et 2 qui sont maintenant a l'exterieur du systeme solaire

  16. Publicité
  17. #13
    invite78632345678

    des scientifiques avaient proposer d'anesthesier les astronautes pendant le voyage mais pas n'importe quelle anesthesie, de l'azote qui sert a conserver les cadavres pour une longue periode.
    Tu imagines, se réveiller aprés 9 mois de someil!!
    Ils feraient une drôle de tête les astronautes.
    De plus c'est à peine s'ils arriveraient à remarcher! Il auront perdu le sens de l'équilibre, et leurs jambes seraient engourdies.

    Et comment bien doser une anesthésie de 9 mois?? :?

    Cette façon de faire ferait prendre de gros risques aux astronautes, et se solderait peut-être par un échec de la mission.

  18. #14
    A3leun

    Bonjour a tous,

    L'isolement reussit d'un petit groupe d'humain est avant tout, se conaitre soit meme, et ds un deuxieme temps etre phycoloque, connaitre le comportement des gens afin que la cohesion du groupe soit parfaite.

    De plus la technologie n arrete pas d'evoluer, heureusement car sans technologie, pas de nouvelle decouverte et une societe sans decouverte est une societe en peril.

    Voila

  19. #15
    invite78632345678

    et ds un deuxieme temps etre phycoloque
    Salut!!

    Même le meilleur des psychologues ne pourrait pas tenir autant de temps dans des conditions pareilles. Alors, à moins d'inventer des vaisseaux plus rapides, Mars sera longtemps innaccessible à l'homme.

    Je ne voudrait pas être rabas-joie, mais même si j'aimerait que l'homme marche sur Mars d'ici 50 ans, je pense qu'il faudra encore un bon siècle avant de pouvoir réaliser cet exploit.

    De plus si on regarde ce qui se passe avec les sondes, cela prouve, que tout n'est pas encore au point.

    Et la tempête solaire qui a perturbé et mit hors de marche certaines sondes, si elle se reproduisait pendant qu'une navette irait sur Mars, les astronautes couraient de gros risques, car ces tempêtes pourraient sérieusement endommager la navette...

    Alors, je remet vraiment en question la conquète de Mars, et je pense que ce n'est vraiment pas pour demain...

  20. #16
    DonPanic

    Slu
    Les astronautes restent bien dans l'ISS durant 6 mois!
    En général, plus ils restent longtemps en impesanteur,
    plus ils ont besoin d'être transportés en civière avant de pouvoir remarcher.
    Il est à noter qu'ils bénéficient du bouclier électromagnétique de la Terre
    qui les protègent partiellement des rayonnements cosmiques
    Même le meilleur des psychologues ne pourrait pas tenir autant de temps dans des conditions pareilles.
    Oh, il y a des hommes au tempérament loup solitaire qui se font fort bien à la solitude,
    ils la recherchent même, je ne crois pas que ce serait le plus gros problème.
    la plupart des reacteurs sont soient allimentes par l'electricite des panneaux solaires ou bien par une combustible radioactif comme celui des sondes voyager 1 et 2 qui sont maintenant a l'exterieur du systeme solaire
    C'est faux, la plupart des sondes sont inertielles, il y a une petite réserve de carburant seulement pour des corrections de trajectoire,
    et les panneaux solaires ou les piles atomiques ne servent absolument pas à la propulsion,
    mais à l'alimentation électrique exclusivement.[/code]

  21. #17
    invite78632345678

    Oh, il y a des hommes au tempérament loup solitaire qui se font fort bien à la solitude,
    ils la recherchent même, je ne crois pas que ce serait le plus gros problème.
    Salut!!

    Peut-être, mais les astronautes ca ne court pas les rues, alors, si sur la poigné d'astronautes qu'il y a sur Terre, il y en a quelques-uns comme ça, peut-être qu'il y a possibilité mais il y a peu de chances. :?

    Le problème psychologique reste un problème majeur dans l'exploration spatiale. Il faudrait de bonnes motivations pour les astronautes (communication a bord de la navette avec leur famille, "télé" pour ne pas être coupé du monde...) et un bon entrainement psychologique qui pourait durer quelques années (il ne faudrait tout de même pas leur faire un lavage de cerveau et les transformer en machine! Sinon ce ne serait plus la conquète spatiale par l'homme, mais par des êtres manipulés! )
    La psychologie est plus compliqué que la mécanique, alors, il faut dévelloper des engins plus puissants et par conséquent plus rapides.

    Mais ces dévellopements sont quand même compliqués, ils sont longs et coûteux et c'est pour celà que la conquète de Mars, je pense, ne sera pas là avant un siècle.

    Dommage, mais il faut se rendre à l'évidence...

  22. #18
    Anonymous

    Salut
    La psychologie est un problème mais il n’est pas pour moi le principal, certes il faut à mon avis réduire le temps de l’exploration, le passer de 2 ans à 1,5 an ce serait déjà bien.
    J’ai vu dans des doc. que la présence dans le vaisseau d’espèces vivant sur Terre(plantes etc…) favorisaient le bon état psychologique des astronautes confinés, or de toute façon il faudra en apporter pour subvenir aux besoins, double utilité !
    Et puis comme dit clémenton, il y aura des communications avec la Terre.
    Pour moi les principaux problèmes sont :
    - les rayons cosmiques durant le voyage et sur Mars
    - les possibles tempêtes qui sévissent sur la planète
    - différents dommages ayant de graves conséquences comme le réglage de la production d’oxygène, le recyclage de l’eau…

    Car il s’agit de reconstruire un microclimat sur Mars pendant 1 an !

  23. Publicité
  24. #19
    Anonymous

    Au niveau psychologique le problème peut être resolus. Il faut penser a nos cher marin qui dans leurs sous-marins peuvent passer des mois sous l'eau enfermer dans un batiment très petit. Donc a niveau psychologique c'est jouable.

    Mars avec sa plus grande attraction
    Mars a une attraction beaucoup plus faible que la terre...

    Pour ce qui est de la propulsion des sondes aujourd'hui deux type sont utilisé:
    -La propulsion par moteur fusée (avec carburant/comburant)
    -La propulsion ionique qui a l'avantage d'utiliser en partie de l'electricité et beaucoup moins de carburant pour sa propulsion est qui permet d'atteindre des vitesse supérieur à la propulsion classique. L'inconvenient actuel est que ce type de propulsion ne fournis qu'une faible accellération et il faut donc plus de temps pour atteindre la vitesse max.

    C'est faux, la plupart des sondes sont inertielles, il y a une petite réserve de carburant seulement pour des corrections de trajectoire,
    Toutes les sondes sont propulsé, la seul chose est que la propulsion n'est utilisé que pour atteindre les vitesse de croisière et la maintenir en cas de manouevre.

    Le problème sera technologique pour pouvoir proteger les astronautes des rayons nocif du soleil, d'arriver a construire un vaisseau peu cher, mettre au point les nouveaux mode de propulsion en cours d'etudes et qui pourraient reduire le trajet de moitié (3 mois allé, 3 mois retour), et surtout obtenir une fiabilité technique suffisante pour ne pas envoyer des astronautes au massacre ou pour eviter de jouer à la roullete russe. Surtout cette question de fiabilité est importante car aujourd'hui le taux de réussite des missions martiennes est très faible ,malgrè sa proximité, avec envrion seulement 40% de reussite...

  25. #20
    DonPanic

    Slu
    Toutes les sondes sont propulsé, la seul chose est que la propulsion n'est utilisé que pour atteindre les vitesse de croisière et la maintenir en cas de manouevre.
    Les sondes sont propulsées par le lanceur, évidemment,
    puis expédiées sur une orbite de tranfert,
    là une partie du carburant de leurs fusées de manoeuvre les placent sur la trajectoire voulue,
    mais ensuite, tout se passe de manière inertielle,
    mis à part de brefs moments de correction de trajectoire.
    On peut utiliser la gravité des planètes croisées en chemin pour infléchir ou accélérer leus vitesse,
    mais un post précédent affirmait que les sondes spatiales étaient propulsées
    par leur réserve énergétique électrique, ce qui est faux.
    Seules 2 sondes ont été lancées propulsées par un moteur ionique,
    Deep Space1 et Smart 1

  26. #21
    DonPanic

    Slu
    Peut-être, mais les astronautes ca ne court pas les rues, alors, si sur la poigné d'astronautes qu'il y a sur Terre, il y en a quelques-uns comme ça, peut-être qu'il y a possibilité mais il y a peu de chances.
    Vous vous gourrez d'époque, celle des spationautes ex pilotes d'essai
    aux nerfs d'acier et à la machoire carrée est révolue,
    les spationautes d'aujourd'hui sont d'abord docteurs ès Sciences,
    et pour un embarquement pour une expédition qui leur assurera célébrité,
    ça se bouscule au portillon

  27. #22
    Bencepheus

    J’ai vu dans des doc. que la présence dans le vaisseau d’espèces vivant sur Terre(plantes etc…) favorisaient le bon état psychologique des astronautes confinés, or de toute façon il faudra en apporter pour subvenir aux besoins, double utilité !
    Je crois que j’ai vu les mêmes docs. que toi, en fait ils se sont rendus compte que plus le temps passait plus les spationautes s’occupaient des plantes, ils en ont déduit que celles-ci contribuaient à leur bien-être en leur rappelant la Terre.

  28. #23
    Seb24

    Les sondes sont propulsées par le lanceur, évidemment,
    puis expédiées sur une orbite de tranfert,
    là une partie du carburant de leurs fusées de manoeuvre les placent sur la trajectoire voulue,
    mais ensuite, tout se passe de manière inertielle,
    mis à part de brefs moments de correction de trajectoire.
    On peut utiliser la gravité des planètes croisées en chemin pour infléchir ou accélérer leus vitesse,
    mais un post précédent affirmait que les sondes spatiales étaient propulsées
    par leur réserve énergétique électrique, ce qui est faux.
    Seules 2 sondes ont été lancées propulsées par un moteur ionique,
    Deep Space1 et Smart 1
    Ce ne sont pas les moteurs de manoeuvres qui propulsent les sondes mais un moteur conçu a cet effet. Tu le dis toi même la sonde SMART est propulsé par un moteur ionique . Donc elle ne fonctionne pas "qu'en" inertiel. Pour la Sonde Smart-1 c'est un bon exemple, en effet elle utilise les deux techniques pour se propulser le moteur ionique mais aussi l'attraction de la terre de façon a economiser son craburant.

  29. #24
    invite78632345678

    et pour un embarquement pour une expédition qui leur assurera célébrité, ça se bouscule au portillon
    Salut!!

    Personnellement je préfère être inconnu et vivant que célèbre et mort dans d'atroces conditions!
    Je pense que beaucoup de personnes sont du même avis que moi.
    Pas toi??

    Alors tant qu'on n'aura pas des vaisseaux perfonmants et une sécurité maximale (ce qui n'est pas pour demain, (je prend en compte le rayonnement cosmique et tout ce qui suit...)) aucun homme ne se lancera dans une pareille aventure même avec des dollards et la célébrité à la clef.

  30. Publicité
  31. #25
    Bencepheus


    Bien sûr il y a des risques mais il y en aura toujours de toute façon, les spationautes en sont conscients.
    De toute façon même si l’astronaute voulais embarquer, si la mission n’est pas prête, il ne pourra pas le faire, ce n’est pas lui qui décide et les dirigeants n’enverront jamais un homme si il est sûr de mourir.
    De plus certains mêmes conscients du danger sont prêts à relever le défi, ok le risque est grand mais soit il meurt et on se souviendra de lui pendant des siècles bien après sa mort naturelle s’il n’était pas parti.
    Soit il revient vivant et c’est la consécration et on se souviendra de lui à jamais alors le choix n’est pas si facile que cela, hein !

  32. #26
    Anonymous

    Le voyage va être très long, ce sera difficile psychologiquement. Mais s'il faut des volontaires pour s'embarquer la dedans je suis partant!!!!!!

  33. #27
    Anonymous

    Salut Don !! Comme on se retrouve !!

    Allez je vais mettre un peu mon grain de sel ici aussi.

    ISS, moteurs ioniques, fusion contrôlée.

    Voilà en gros, les 3 points clefs qui permettront la "conquête" spatiale.

    ISS : C'est la première brique d'une future usine à fabriquer des vaisseaux inter-planétaires. Je n'exposerai pas ici les multiples avantages de cette solution.

    Moteurs ioniques : bien que nous en sommes aux premières mises en exploitations, ces moteurs restent la meilleure solution actuelle pour les longs voyages. (Par exemple, le voyage Terre-Mars durerait 2 à 3 mois au lieu des 6 à 9 actuels). Des progrès sont raisonnablement envisageables. D'autres moyens de propulsions sont en cours d'étude comme l'utilisation de l'Ether lui-même, car contrairement à ce que prédisait Einstein, c'est loin d'être du Néant.

    Fusion contrôlée : le plus grand danger dans ce type de voyage réside dans les rayons cosmiques. Le meilleur moyen de protection "léger" est l'équivalent de notre ecinture de Van Hallen, c'est à dire un champ electro-magnètique ayant pour centre le vaisseau. Seule une centrale à fusion contrôlée (associée à d'autres technologies comme la supra-conduction) pourra fournir l'énergie nécessaire.

    Voilà pour l'aspect technique.

    Pour l'aspect humain, ben là, ... c'est l'esprit Pionier qui fera le boulot. Comment ont fait Vasco de Gama, Chrostophe Colomb, .... ?

    Que cette année voit enfin aboutir les phases expérimentales !

    Bruno

Discussions similaires

  1. ITER,c'est pour quand???
    Par hularing dans le forum La radioactivité
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/10/2007, 23h04
  2. A quand le terraforming sur Mars???
    Par jubano dans le forum À la conquête de Mars
    Réponses: 160
    Dernier message: 21/12/2006, 14h46
  3. L'homme sur Mars, Mais à quand?
    Par Mc-Seb dans le forum À la conquête de Mars
    Réponses: 5
    Dernier message: 18/03/2004, 00h16