Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Est-ce que le logiciel doit prendre en otage les données ?



  1. #1
    jepoirrier

    Exclamation Est-ce que le logiciel doit prendre en otage les données ?


    ------

    C'est sous ce titre provocateur que Wiley et Michaels tirent la sonnette d'alarme concernant les logiciels enfermant les données brutes issues d'expérience de biologie dans des formats propriétaires. Cet article (Nature Biotechnology 22, 1037 - 1038) parle surtout des risques liés à l'opacité des formats informatique en biologie mais la question peut-être posée dans tous les domaines (scientifiques ou non) : est-ce que votre logiciel favori peut vous prendre en otage, vous et vos données ?

    (normalement, l'article est disponible pour tout le monde mais, au cas où, voici un petit résumé)

    La biologie commence à développer ses besoins informatiques. Son nombre d'utilisateurs potentiels est bas. De plus, ses besoins sont spécifiques et requièrent plus que du bidouillage dans un coin de labo. Tout ceci fait en sorte que le développement de logiciels pour la biologie est onéreux.

    Les outils "open source" sont bien développés en génomique et bioinformatique. Les bases de données, souvent issues d'organismes publics, sont ouvertes et les formats connus, dans ces 2 domaines.

    Mais, pour les autres domaines, les logiciels fermés ont le dessus et "en profitent" pour enfermer les utilisateurs. Soit ces logiciels sont vendus au prix coûtant et sont peu achetés. Soit ces logiciels sont vendus avec un matériel qu'ils sont les seuls à savoir diriger et les données arrivent souvent dans un format fermé. Bien sûr, il y a souvent une fonction d'export mais les données brutes ou les analyses avancées ne sont pas souvent disponibles, ce qui fait perdre beaucoup d'intérêt à ces fonctions.

    La fermeture des formats impliquent aussi des conséquences au niveau de l'accessibilité (quid des données lorsque le logiciel n'est plus développé et ne fonctionne plus sur les nouvelles versions des OS ?) et de la sécurité (quid des données lorsqu'on laisse le logiciel sur un OS qui n'est plus supporté par son fabricant ?).

    Les auteurs finissent leur article en disant que dans un véritable marché concurrentiel, les formats fermés ne pourront pas survivre, que les logiciels open source sont la solution la plus alléchante mais, malheureusement, impraticable dans l'immédiat (par manque de biologistes écrivant du code libre) et que la solution pratique immédiate serait que les biologistes et industriels des logiciels travaillent ensembles pour la disponibilité des données (l'ouverture des formats de fichiers).

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    spi100

    Re : Est-ce que le logiciel doit prendre en otage les données ?

    Citation Envoyé par jepoirrier
    Les auteurs finissent leur article en disant que dans un véritable marché concurrentiel, les formats fermés ne pourront pas survivre, que les logiciels open source sont la solution la plus alléchante mais, malheureusement, impraticable dans l'immédiat (par manque de biologistes écrivant du code libre) et que la solution pratique immédiate serait que les biologistes et industriels des logiciels travaillent ensembles pour la disponibilité des données (l'ouverture des formats de fichiers).
    Oui, l'absence de source n'est pas forcemment un problème. C'est sans compter avec les petits malins qui ne peuvent s'empêcher de faire de la rétro-ingénierie sur les binaires. Ce n'est pas parce que les sources ne sont pas fournis que tu ne peux pas accéder au code. Tu peux toujours désassembler, et avoir le code assembleur, qui pour un informaticien est lisible, moins bien qu'un langage de haut niveau, mais ça reste pratiquable. Le code peut parfois être protégé, brouillé, mais la parade finit toujours par sortir.

    Pour ce qui est des formats de données, la direction commerciale est donnée : XML synonyme de format ouvert par excellence. Sans ces 3 lettres dans son descriptif, un logiciel peut être considéré comme mort né, tué par la concurrence qui affiche ces lettres.

    L'open source est déjà très présent dans les universités, et maintenant de plus en plus de sociétés et d'organismes privés, le brandisse au nez des commerciaux venus leur vendre des softs. C'est ce que la ville de Paris a récemment fait avec Microsoft, elle a obtenu des prix plus que cassés et Microsoft reste très inquiet de la décision qui va être prise. En allemagne, Microsoft a dû ouvrir le code de WINCE pour que l'armée allemande accepte de l'acheter et de l'utiliser.

    En informatique, comme ailleurs, Les consommateurs dictent le marché, il ne faut pas l'oublier, les éditeurs (et même Microsoft) ne font que suivrent la demande.

    Maintenant la grande question est de savoir comment la notion de brevet logiciel, déjà appliqué aux US et recemment voté en Europe, va influer sur la mise. Microsoft a déjà annoncé qu'il ne ferait pas jouer leur droit au brevet, et IBM n'a jamais été très regardant sur ce point. Ca laisse quand même un peu d'espoir mais ça reste à surveiller de près.

  4. #3
    jepoirrier

    Unhappy Re : Est-ce que le logiciel doit prendre en otage les données ?

    D'accord pour la rétro-ingénieurie des exécutables et même des fichiers de données. Mais, comme tu l'indiques en fin de message, il faut voir quelles seront les réactions des éditeurs de logiciels. Certaines licences interdisent aux utilisateurs d'essayer de trouver comment est codé l'information. Bien sûr, on peut toujours refuser ces licences et l'utilisation de ces logiciels. Mais quand ce dernier est incontournable dans un petit domaine, comment fait-on ?

    Concernant l'application des brevets, en analyse de gels d'électrophorèse 2D, il me semble qu'il y a déjà eu des procès pour violation de brevets entre logiciels (notamment des fonctions d'affichage en 3D).

    Finalement, je suis tout à fait d'accord que le consommateur dicte le marché, que la ville de Paris et l'armée allemande font peur à Microsoft, etc. Mais pourquoi ? Parce que GNU/Linux commence à être une alternative "généraliste" viable (i.e. l'image du Linux seulement pour les informaticiens commence à s'estomper). Mais, retour au cas où tu as 1 ou 2 fournisseurs de logiciels pour un type de travail donné : les prix sont ceux qu'ils décident et les formats aussi. Si tu veux, on te met un peu d'XML pour te faire plaisir (mais çà peut aussi ne rien changer).

    P.S. : XML n'est qu'une norme et c'est parfois un peu fourre-tout. Les derniers formats "Office" proposés par Microsoft sont aussi du XML, ce qui ne les empêche pas de pouvoir être illisible. Il suffit qu'un champ contienne des données en binaire et on ne sait pas ce qu'il y a

  5. #4
    spi100

    Re : Est-ce que le logiciel doit prendre en otage les données ?

    Citation Envoyé par jepoirrier
    D'accord pour la rétro-ingénieurie des exécutables et même des fichiers de données. Mais, comme tu l'indiques en fin de message, il faut voir quelles seront les réactions des éditeurs de logiciels. Certaines licences interdisent aux utilisateurs d'essayer de trouver comment est codé l'information.
    On peut aussi interdire aux gens de comprendre ce qu'ils lisent. Désassembler, c'est à peu près équivalent à lire de façon intelligente un code binaire.
    Malheureusement tu as raison, c'est le fantasme des éditeurs d'interdire de regarder ce qu'il y a dans la boite. Mais ça devient un problème de liberté individuelle: que dire si on t'interdit d'ouvrir le capot de ta voiture pour la réparer, ou la modifier.

    Citation Envoyé par jepoirrier
    Bien sûr, on peut toujours refuser ces licences et l'utilisation de ces logiciels. Mais quand ce dernier est incontournable dans un petit domaine, comment fait-on ?
    Dans le domaine universitaire, que veux-tu qu'un éditeur de soft fasse, si son code est piraté. Il ne pourra même pas le savoir. Je connais bien le monde de l'édition logiciel, la règle est de dire que le soft n'est que le prétexte aux services vendus autour. Ce qui pérénise un petit éditeur, ce sont surtout les services car le logiciel tu ne le vends qu'une fois, les services c'est tant que le client utilise le soft.

    Citation Envoyé par jepoirrier
    Concernant l'application des brevets, en analyse de gels d'électrophorèse 2D, il me semble qu'il y a déjà eu des procès pour violation de brevets entre logiciels (notamment des fonctions d'affichage en 3D).
    Oui, mais qui contre qui. Généralement ce genre de proces arrivent entre deux éditeurs de logiciels, dont un soupconne l'autre de le copier. Mais est -ce qu'un éditeur de soft a déjà attaqué une université, ou un labo public ?

    Citation Envoyé par jepoirrier
    Finalement, je suis tout à fait d'accord que le consommateur dicte le marché, que la ville de Paris et l'armée allemande font peur à Microsoft, etc. Mais pourquoi ? Parce que GNU/Linux commence à être une alternative "généraliste" viable (i.e. l'image du Linux seulement pour les informaticiens commence à s'estomper). Mais, retour au cas où tu as 1 ou 2 fournisseurs de logiciels pour un type de travail donné : les prix sont ceux qu'ils décident et les formats aussi. Si tu veux, on te met un peu d'XML pour te faire plaisir (mais çà peut aussi ne rien changer).

    P.S. : XML n'est qu'une norme et c'est parfois un peu fourre-tout.
    Quand je disais format XML, je voulais dire bien sûr lisible. Maintenant d'un point de vue technique, le fait d'introduire du binaire n'est pas forcemment une volonté de brouiller. Mais le fait d'utilser ce format augmente considérablement le volume des fichiers, et la binarisation n'est là que pour éviter que les fichiers n'enflent un peu trop.
    Le faire de faire un format binaire n'est pas une obstruction, car tu peux toujours analyser le format. L'obstruction commence quand les données sont cryptées.

    Tu as raison le format XML de microsoft est lourd, mais pas illisible, il faut passer du temps à l'analyser. Ce qui va se passer, c'est que des développeurs vont sortir des softs permettant de manipuler facilement ces formats, et si ce ne sont pas ceux de Microsoft, ce sera des gars qui feront ça juste parce qu'ils aiment programmer et mettre à disposition de tous, leur création.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    spi100

    Re : Est-ce que le logiciel doit prendre en otage les données ?

    Tiens l'annonce dont tu parles vient d'être postée sur Da Linux.
    http://linuxfr.org/pub/, il peut être intéressant de suivre les commentaires qui vont être faits.

    Lol, je viens juste de voir que tu dois être au courant, car c'est toi qui l'a postée.

Discussions similaires

  1. Logiciel géometrie dynamique récupération données
    Par philname dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 5
    Dernier message: 06/10/2007, 23h10
  2. recherche logiciel base de donnees
    Par azer355 dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 1
    Dernier message: 02/10/2007, 07h47
  3. recherche logiciel vérification-intégrité de données
    Par moka12 dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/03/2007, 19h36