Discussion fermée
Affichage des résultats 1 à 13 sur 13

Eglise et Sida



  1. #1
    vince

    Le préservatif ne protège pas du sida Madagascar (12H39)
    Le cardinal malgache Gaëtan Razafindratandra a jugé " inefficace " l'utilisation des préservatifs sur les ondes de la radio Don Bosco, rapporte Midi Madagasikara. Son utilisation serait même, selon lui, un vecteur de propagation du Sida du fait de "la porosité du latex". Rappelons que l'Eglise prône l'abstinence et la fidélité pour lutter contre la pandémie.
    source

    Je suis prêt à admettre que l'église catholique, pour des raisons de cohérence de doctrine, refuse de se prononcer explicitement pour l'usage du préservatif, mais de là à véhiculer ce genre de message il y a un pas que je trouve particulièrement criminel.

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Yoyo
    coresponsable des forums

    Salut,

    En effet, je pense que chacun devrait rester dans son domaine de competance!

    Dire que le preservatif ne protege pas du SIDA est 1. absurde, 2. criminel, 3. irresponsable... ca reviens a peut pres au meme que de dire que la ceinture de securite ne sert a rien!

    Je rappel a toutes fins utiles qu'il a ete demontre par de tres nombreuses etudes scientifiques que le SEUL moyen de protection efficace contre le sida (mais aussi contre d'autres infections) lors de rapports sexuels etait le preservatif.
    Les seuls cas de contaminations rapportes lors de l'utilisation de preservatif l'ont ete a cause de la mauvaise utilisation de ce dernier.

    Le sida est toujours une maladie mortelle dans 100% des cas!...il n'existe aucun traitement, ni aucun vaccin (meme si des essais sont en cours)...

    Yoyo

  4. #3
    kinette

    Malheureusement il y a des fous partout...
    J'ai même reçu dans ma boîte à lettre il y a quelques années un tract disant que des études auraient montré qu'il y avait de minuscules trous dans le latex par lequel pouvait passer le SIDA... l'adresse de l'asso d'où ça provenait était "association contre la vivissection" (apparemment des allumés anti-avortement aussi).

    J'entendais ce matin à la radio qu'en Afrique du Sud une personne sur 4 était atteinte... et que jusqu'à il y a peu de temps le gouvernement n'avait pas pris de mesures car le président du pays accréditait les rumeurs comme quoi le virus du SIDA n'existe pas... attitude criminelle s'il en est.

    K.riminels!
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  5. #4
    Damon

    Salut,

    J'ai même reçu dans ma boîte à lettre il y a quelques années un tract disant que des études auraient montré qu'il y avait de minuscules trous dans le latex par lequel pouvait passer le SIDA... l'adresse de l'asso d'où ça provenait était "association contre la vivissection" (apparemment des allumés anti-avortement aussi).
    Les préservatifs, que l'on fabriquait il y a deux décénnies, étaient plus poreux que ceux que l'on fabrique actuellement, et à ce sujet il est tout de même bon de rappeler que le rôle premier du préservatif est d'être anti-conceptionnel, les critères de fabrication étaient différents, et la différence de taille entre un VIH et un spermatozooïdes est plus que notable.
    Toutefois l'argument de la porosité du latex est devenu fallacieux depuis pas mal de temps.

    J'entendais ce matin à la radio qu'en Afrique du Sud une personne sur 4 était atteinte... et que jusqu'à il y a peu de temps le gouvernement n'avait pas pris de mesures car le président du pays accréditait les rumeurs comme quoi le virus du SIDA n'existe pas... attitude criminelle s'il en est.
    Pour ma part c'est ceci qui me surpend...
    Je ne parle évidemment pas de l'action mais du choix fait par le club.
    Quoi que : un autre son de cloche

    Damon
    Un EeePc ça change la vie !

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    John78

    Bonjour

    Il ne s'agit pas de la position de l'Eglise catholique mais celle d'un cardinal appartenant à l'Eglise catholique. La nuance est de taille je crois. Et que certain cardinaux soient des imbéciles et des irresponsables c'est un fait documenté depuis des siècles.

    A+
    John

  8. #6
    Neutrino

    Les préservatifs, que l'on fabricait il y a deux décénnies, étaient plus poreux que ceux que l'on fabrique actuellement, et à ce sujet il est tout de même bon de rappeler que le rôle premier du préservatif est d'être anti-conceptionnel, les critères de fabrication étaient différents, et la différence de taille entre un VIH et un spermatozooïdes est plus que notable.
    Toutefois l'argument de la porosité du latex est devenu fallacieux depuis pas mal de temps.
    Il faut ajouter que le préservatif est un mauvais moyen contraceptif : 75% de réussite. Il est là essentiellement contre les infections désormais.

    Pour ma part je suis déçu de voir que l'Eglise a officiellement fait débordé la morale sur la connaissance. Elle renoue avec un passé d'irrationalité et de génocide... Le monde aurait pu s'en passer.
    Neutrino

  9. Publicité
  10. #7
    citrus_citrus

    je crois qu'il y a un pays pire que l'Afrique du sud, il me semble que c'est juste frontalier au nord avec l'Afrique du sud (je ne me rapelle plus le nom ops: ). La-bas ils estiment que 40 % de la population est atteinte et que dans 10 ans la population commencera a regresser dans cet etat (ils n'ont pas acces a la tritherapie qui reste encore beaucoup trop chere malgre les efforts des labo pharmaceutiques)

  11. #8
    Yoyo
    coresponsable des forums

    Citation Envoyé par Neutrino

    Il faut ajouter que le préservatif est un mauvais moyen contraceptif : 75% de réussite.
    Cela signifie probablement qu'il est "mal utilise' dans 25% des cas non?
    Car je vois pas comment un spermatozoide serait capable de passer au travers!

    Yoyo

  12. #9
    Yoyo
    coresponsable des forums

    Voila ce que je cherchait: une comparaison de la tailles des pores du ltex apr rapport aux virus.
    je vous copie/colle le texte (anglais, desole):

    Latex Membrane Permeability

    Latex condoms are virtually certain of blocking passage of genital fluids and their constituents between sex partners. The organisms that condoms are designed to block range in size from spermatozoa, about 0.003 millimeters (mm), or 3000 nanometers (nm) in largest diameter, through the STD pathogens: N. gonorrhoeae (800 nm), C. trachomatis (200 nm), HIV (125 nm) and hepatitis B virus (40 nm).

    To be effective for disease prevention, defects in latex membranes must not allow small pathogens to pass through otherwise intact devices. Scanning electron microscopy of latex condoms reveals pits and imperfections but no pores that penetrate the entire membrane. (Kish) Laboratory studies generally have found that viruses do not pass through intact latex condoms, even when the devices are stretched and stressed. (Conant; Katznel-son; Minuk; Van de Perre; Reitmeijer; Judson)

    Two FDA teams have devised laboratory tests to simulate body fluid transfer to test the permeability of latex condoms. Carey and colleagues used fluorescing plastic micro-spheres 110 nm in diameter, approximately equivalent in size to HIV. In addition, the degree of acidity, surface tension, viscosity, temperature, pressure, geometry and time were all considered and controlled in the study of 89 condoms. Although 29 condoms showed evidence of leakage, the estimated amount of fluid crossing the membrane was 0.1 microliter or less, corresponding to 0.01 percent of typical ejaculate, an amount that would be expected to be virus-free in an HIV-infected man. (Carey) Thus, even with pinhole leakage in some devices, the authors estimated that condom use would decrease exposure to HIV 10,000-fold. They concluded from this simulation that the latex condom offers extremely reliable protection against HIV but does not totally eliminate the risk. (Carey)

    The second FDA study tested 470 latex condoms using a virus of about 30 nm in diameter (i.e., about four times smaller than HIV), controlling viscosity, surface tension and pressure. With 12 condoms (2.6 percent), minute amounts of viral particles went through the latex membrane, a median of 4 x 10-3 ml. (Lytle) But the study estimated that actual use conditions would allow 100-fold less viral penetration, because of the assumptions made in the laboratory. Like the Carey study, this laboratory simulation found that latex condoms are extremely effective but not absolutely perfect barriers to viral passage.
    dans le dernier example il est a noter que la taille du virus est inferieur aux limites theoriques de retention des pores du latex.
    Yoyo

  13. #10
    Neutrino

    donc on est bien dans le cas suivant :le préservatif n'est pas parfait mais c'est mieux que rien pour garder une vie sexuelle. Or l'Eglise aimerait bien qu'aucun être humain n'est de vie sexuelle parce que c'est sale et immoral (pensons au célibat des prêtres)... rien n'est plus simple à comprendre.
    Neutrino

  14. #11
    pupje59

    Re : Eglise et Sida

    Rien n'est criminel dans les propos du pape. En effet, l'utilisation du préservatif est soi-disant efficace à 100%. Mais ce n'est pas vrai. De ce fait, on croit être protégé et on va à gauche et à droite et on attrappe le virus.Virus du sida (VIH) et préservatif

    Quelle est la taille du rétrovirus du sida ?
    Juste assez petit pour s'infiltrer entre les pores d'une capote : 90 à 120 nm. Rappellons que le préservatif n'est qu'un pis aller, et que, comme écrit sur les notices, il ne protège pas à 100 %. Mais évidemment, mieux vaut un préservatif que rien du tout.

    Sources :
    Certaines études in vitro ont montré que les membranes de latex des préservatifs étaient imperméables au VIH et autres agents des MST. Cependant, ces résultats ont été mis en question - en particulier lors de la Vth International Conference on AIDS à Montreal - après que des préservatifs bien contrôlés, issus de fabricants bien connus ont montré une perméabilité à des microsphères de taille supérieure à celle du VIH (6 préservatifs sur 69). Gordon concluait de ces résultats que les méthodes actuelles pour contrôler la qualité des condoms n'étaient pas suffisantes pour que l'on puisse en déduire que les préservatifs étaient imperméables au VIH.

    Le VIH est en effet un virus très petit (90 à 120 nm). Il est 60 fois plus petit que la bactérie qui cause la syphilis et 450 plus petit que les spermatozoïdes. C'est du reste le fait que les VIH aient pu passer la filtration destinée à retirer les champignons et les bactéries du plasma qui amena les premiers chercheurs à identifier comme virus l'agent causal du SIDA. Il est clair que l'utilisation d'un préservatif de latex comme barrière de protection contre un virus pose un autre problème que celui de la prévention d'une infection bactérienne ou du passage de spermatozoïdes.

    L'efficacité de l'effet de barrière et l'intégrité des préservatifs en latex est testée au travers d'une épreuve de fuite. Pour les VIH, tout orifice plus grand que 0,10m serait à considérer comme une fuite au travers de laquelle le virus pourrait passer. Le problème est que la sensibilité du test de fuite pour de petits défauts de la membrane n'est pas très grande. On a calculé que le plus petit orifice détectable par ce test sous des conditions idéales devait mesurer 10-12 microns. Cette limite de sensibilité du test rend critique le problème des défauts des membranes en élastomères.

    L'intégrité de la structure du latex dépend de la formation d'un film cohérent par coacervation et coalescence des particules de latex. Dans le latex naturel ces particules mesurent de 0.1 à 5 microns. La très petite taille des virus pose une exigence inhabituelle sur tout matériel devant faire office de barrière. Bien que l'on suppose que la structure initiale capillaire du latex, d'avant lavage, traversée par des passages interstitiels, s'effondre lorsque le film sèche, l'examen en microscopie optique suggère la persistance d'une structure rappelant les particules originelles du caoutchouc. Cette structure originelle de particules se perpétue dans le matériel ultime sous forme d'un réseau étendu de pores. Ces pores ont des diamètres atteignant 1,5 microns, comme le montre les images de microscopie électronique. Le lavage par gel humide semble diminuer la porosité de la surface, suggérant que la structure poreuse est un reflet de la présence de résidus hydrosolubles qui empêchent la coalescence des particules de latex.

    Les gants en latex produits par quatre manufactures différentes, examinés au microscope électronique, montrent des creux allant jusqu'à 15 microns de largeur et 30 microns de profondeur. Plus importants pour la question du passage du VIH, des passages de 5 mm de large, traversant toute l'épaisseur de la membrane, ont été trouvés sur des sections fracturées par congélation de tous les gants. En se basant sur ces faits, les chercheurs ont recommandé à ceux manipulant des éléments infectés par le VIH de porter deux paires de gants superposées. Une même recommandation a été faite en ce qui concerne les préservatifs. A cela doivent être ajoutées les anecdotes relatant le passage de secrétions corporelles au travers des gants en latex portés par les médecins lors de leur examen et les infirmières. Les chirurgiens mettent une second paire de gants lorsqu'ils arrivent au niveau des tissus particulièrement exposés à l'infection, tels que les os, au cours d'une intervention chirurgicale. La taille déduite expérimentalement des défauts du latex naturel varie entre 5 et 70 microns. Les différents protocoles d'expérience ont donné des résultats qui concordent entre eux.

    Donc, la présence de défauts dans le latex, due à la structure en particules de ce matériel, est bien établie. L'utilisation d'un tel matériel pour une barrière de protection contre un virus de 100 nanomètres semble peu sage. Le latex ne peut que réduire la probabilité de transmission du virus. Mais il ne s'agit que d'une réduction, pas d'une barrière absolue. Il y a des pores dans le latex et ces pores sont suffisamment grands pour laisser passer des particules de la taille du VIH, et même de la taille de spermatozoïdes pour certains de ces pores. Carey et collègues ont observé au travers de 33% des membranes des préservatifs en latex étudiés, le passage de particules de la taille du VIH.

    On dit que, comme le VIH est associé aux spermatozoïdes, ces pores du latex n'ont pas une réelle importance parce que les spermatozoïdes ne peuvent pas de toutes façons passer au travers. Les pores naturels trouvés dans les préservatifs en latex ne permettraient pas le passage du VIH, parce que celui-ci est dans les spermatozoïdes et que l'ensemble est trop grand pour passer au travers de ces pores. Mais ceci est trompeur. Les articles de Anderson et Scofield ont été certes utilisés pour supporter ces allégations. Ces articles signalent que le VIH est présent dans le sperme sous la double forme de l'association à des cellules et du virus libre. Ces articles montraient aussi que la première des cellules avec laquelle le VIH s'associe est le globule blanc et que les leucocytes semblent constituer un composant très infectant du sperme. Ils pourraient servir comme vecteurs dans la transmission du VIH. Anderson souligne aussi que "il y a une grande chance pour que des virus VIH-1 sous forme libre, présents dans le sperme, puisse passer dans l'organisme du partenaire". Les deux articles semblent différer sur un point. Anderson écrit que "le sperme peut aussi servir de vecteur de la transmission de VIH-1 mais que des faits conclusifs manquent à ce propos". Scofield propose pour sa part que "le sperme absorbe directement et incorpore VIH-1, que l’ADN viral est transmis du sperme aux cellules-cibles du tractus génital". Ce qui paraît clair est le fait que le VIH existe bien dans un état libre, non combiné à des cellules dans le sperme et qu'il est très vraisemblable qu'il est alors infectant et que si une fraction du VIH se trouve associée au sperme, alors le sperme peut agir en augmentant réellement l'infectivité virale.

    Il est dit que, en effet, un condom asséché laisserait passer le VIH (et d'autres virus) par ses pores, mais que l'humidification du préservatif le rend imperméable au VIH, à cause de la tension hydrostatique qui empêche tout passage de particules du genre du VIH. Le latex serait imperméable au VIH, bien que laissant passer le virus de l'hépatite. Cependant, si la surface du préservatif est enduite d'huile (par exemple par un liquide lubrifiant huileux), alors la tension superficielle à la surface du préservatif diminue, ce qui abaisse l'obstacle opposé au passage de l'eau et des molécules ou corps hydrophiles (virus). Les utilisateurs de préservatifs sont donc avisés de ne pas utiliser des liquides lubrifiants huileux lors des rapports sexuels. L'huile rendrait le latex cassant.

    Merci de s'informer correctement avant de dire des choses pareilles sous prétexte que c'est l'Eglise qui parle.

  15. #12
    BioBen

    Re : Eglise et Sida

    Rien n'est criminel dans les propos du pape
    Il faut grandir mon enfant, le pape n'a pas vraiment une ligne directe avec Dieu.

  16. Publicité
  17. #13
    myoper
    Modérateur

    Re : Eglise et Sida

    On peut déja savoir que les préservatifs sont étanches a l'eau et a l'air, donc s'il y a des pores ils sont inférieurs a 0.2-0.5 nm soit 50 à 100 fois plus petit que le plus petit virus ciblé et 200 a 400 fois plus petit que le VIH.
    Les préservatifs sont maintenant systématiquement testés (contrairement aux gants en latex) et ne sont pas prévus pour être utilisés déssechés ( ni avec des punaises dedans).
    Des défauts de fabrication peuvent toujours survenir et échapper au contrôles, il faudra ensuite qu'ils soient utilisés par une personne infectée et contaminante a ce moment puis qu'une charge virale suffisante soit juste en face de l'orifice et ensuite qu'elle y passe: autrement dit, il y a autant de chance que ça arrive qu'une tempète passant sur un tas de ferraille en fasse un 747 en état de marche (MC).


    Par ailleurs, malgré les défauts qui ont été relevés sur les gants en latex, aucune contamination n'a pu être mise en évidence par ce biais.
    De la même façon qu'un parapluie qui présente un trou de deux millimètres protège bien de la pluie, un préservatif qui a toutes les chances d'être intact protège, si utilisé correctement, des virus qu'il est amené à stopper.

    Comme ce forum n'a pas de vocation religieuse ...

Discussions similaires

  1. Le sida
    Par Léa21 dans le forum Biologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 20/02/2007, 08h31
  2. [identification] Informations sur église et tour
    Par majortom24 dans le forum Archéologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/07/2006, 20h42
  3. Sida
    Par Pucca dans le forum Biologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 20/01/2006, 08h06
  4. vecteurs du SIDA
    Par ADV dans le forum MST : SIDA, syphilis, hépatite...
    Réponses: 1
    Dernier message: 18/02/2005, 15h11