Affichage des résultats 1 à 13 sur 13

Céphéides



  1. #1
    Plasma

    Céphéides


    ------

    Bonjour,

    je me demandais ce qu'était des céphéides (je sais que ce sont des étoiles). Je ne connais pas grand chose dans cette catégorie d'étoile et je voulais en savoir plus. Je me demandais aussi comment Hubble avait pu calculer la distance d'Andromède en observant des céphéides.



    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Céphéides

    'lo,

    Les Céphéides sont une classe d'étoile, dont le prototype est l'étoile δ de la constellation de Céphée.

    Ce sont :

    1/ des étoiles géantes ou supergéantes jaune, de 4 à 15 fois plus massive que le Soleil et de 100 à 30000 fois plus lumineuse.

    => on les voit de très loin (jusqu'à 80 Mal)

    2/ des étoiles variables : leur éclat varie de 0.1 à 2 magnitudes selon une période bien définie, comprise entre 1 et 100 jours.

    3/ dont la période est reliée de façon assez bien définie avec la luminosité : elle est d'autant plus longue que l'étoile est brillante.

    => la mesure de la période donne un accès direct à leur luminosité absolue. Il ne reste plus qu'à mettre en rapport luminosité absolue et luminosité apparente pour connaître la distance de l'étoile, donc de la galaxie qui l'abrite.

    La mise en évidence de la relation période-luminosité par Henrietta Leawitt de l'université de Harvard, dans les années 1910 - 1920 a donné pour la première fois accès à une mesure de distance des galaxies.

    Ça fait donc partie des très grandes dates de l'astronomie, puisque c'est depuis cette date seulement que les dimensions de l'Univers ont été données avec le bon ordre de grandeur.

    a+
    Dernière modification par Gilgamesh ; 18/01/2005 à 14h29.

  4. #3
    Plasma

    Re : Céphéides

    merci beaucoup Gilgamesh. à part sur madame Leawitt, je ne savais pas beaucoup sur ce sujet. Tes explications sont beaucoup plus claires que ce que j'ai pu lire...

    merci

  5. #4
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Céphéides

    De rien plasma, you're welcome

    Sur delta de Céphée :
    http://www.cosmovisions.com/cep01.htm

    et sur la 'gueule' de la relation période luminosité :
    http://minilien.com/?654foGNQXf


    Un élement qu'on trouve très rarement en ligne, c'est la cause de la pulsation. Je l'ai lu une fois ; de mémoire, c'est en relation avec l'opacité de l'enveloppe. Quand l'étoile se contracte, l'enveloppe s'opacifie, empéchant la sortie du rayonnement. L'enveloppe entre en expansion et devient plus transparente. le souflé retombe et c'est repartie pour un cycle.

    voilou voilou

    a+

  6. #5
    Plasma

    Re : Céphéides

    Merci encore pour tes liens,

    si j'ai bien compris ta réponse vers la fin, les céphéides se gonffle et se dégonffle comme un ballon? Une métaphore... Je pensais pas qu'une étoile pouvait faire cela, sauf vers la fin de ses jours et même là...

    merci

    Plasma

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Céphéides

    Citation Envoyé par Plasma
    Merci encore pour tes liens,

    si j'ai bien compris ta réponse vers la fin, les céphéides se gonffle et se dégonffle comme un ballon? Une métaphore... Je pensais pas qu'une étoile pouvait faire cela, sauf vers la fin de ses jours et même là...
    -- Comme un ballon, c'est bien ça. Sauf que la pression en question est radiative. Et les céphéides ne sont pas les seules étoiles pulsante.

    un piti lien très bien :
    http://minilien.com/?gHqKJGH9eT
    ==
    Au cours de leur évolution, les étoiles procèdent à des réarrangements de structure qui vont perturber leur équilibre hydrostatique. Ces perturbations peuvent être rapidement amorties, mais aussi être entretenues avec une grande régularité: l’étoile devient alors pulsante, c ’est-à-dire qu’elle se gonfle et se dégonfle au cours du temps. Pour être plus précis, les étoiles pulsante montrent une alternance périodique d'expansion et de contraction de leurs couches superficielles. La pulsation peut être radiale ou non radiale. Une étoile pulsant radialement reste de forme sphérique. En cas de pulsation non radiale la forme de l'étoile s'écarte périodiquement d'une sphère, et des zones voisines de sa surface peuvent même avoir des phases de pulsation opposées.

    Les pulsations stellaires sont, dans la plupart des cas, gouvernées par un mécanisme d’opacité (Kappa-mécanisme) dont le bilan énergétique dans une zone dite de transition fournit un travail positif, caractérisé par un certain nombre de facteurs physiques. La conjonction favorable de ces facteurs, détermine les régions du diagramme HR où l’on rencontre les étoiles pulsantes (cf figure ci dessous). Suivant une masse croissante, l’élément responsable du mécanisme d’opacité est H, He I, He II, ou le Fer. On remarque sur le diagramme HR ci-contre la présence d’un très grand nombre de famille d’étoiles variables pulsantes.

    Il faut noter enfin, le fait suivant : les Céphéides Classiques, W Virginis, RR Lyrae et Delta Scuti font toutes partie de ce que l’on appelle la bande d’instabilité : elles ont la particularité d’avoir une période de pulsation très stable au cours du temps. Elles sont connues notamment pour leur célèbre relation Période Luminosité.

    ==

    a+
    Dernière modification par Gilgamesh ; 19/01/2005 à 16h14.

  9. Publicité
  10. #7
    BioBen

    Re : Céphéides

    1/ des étoiles géantes ou supergéantes jaune, de 4 à 15 fois plus massive que le Soleil et de 100 à 30000 fois plus lumineuse.

    => on les voit de très loin (jusqu'à 80 Mal)
    Bonjour,
    Je ne comprends pas pourquoi tu dis qu'on les voit de très loin ....Tu pourrais être un peu plus explicite ? Tu veux dire qu'on peut voir à l'oeil nu des étoiles de ce type très lointaines ?
    Merci d'avance
    a+
    ben

  11. #8
    nico_bigbang

    Re : Céphéides

    Bonjour,

    en fait les Céphéides sont tout simplement des étoiles très brillantes, on peut donc observer de manière photométrique des Céphéides jusque dans le groupe local (15 millions d'a.l.) à l'oeil nu, et jusque dans l'amas de la Vierge (40 millions d'a.l.) pour les observations spatiales. Grâce à ces mesures photométriques, on estime leur période et donc leur magnitude absolue grâce à la relation Période-Luminosité, après quoi, on obtient la distance en comparant magnitude absolue et magnitude apparente.

    A+

    Nico Bigbang

  12. #9
    erik

    Re : Céphéides

    on peut donc observer de manière photométrique des Céphéides jusque dans le groupe local (15 millions d'a.l.) à l'oeil nu
    à cette distance là à l'oeil nu, certainement pas, de manière photométrique oui.

    (petit pinaillage de ma part )

    Erik

  13. #10
    orion77

    Re : Céphéides

    Merci gilgamesh pour le lien que tu as donné sur les céphéides car je connaissais très peu ce type d'étoiles mis à part le fait qu'elles sont variables et permettent d'estimer la distace des galaxies,j'avais également entendu parler de la relation période luminosité.
    Je vais m'interesser de plus près à ces étoiles vu que je connais plus la spectroscopie et la classe spectrale des étoiles.

  14. #11
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Céphéides

    Citation Envoyé par orion77
    Je vais m'interesser de plus près à ces étoiles vu que je connais plus la spectroscopie et la classe spectrale des étoiles.
    -- Bonjour Orion, tu t'y intéresse de quelle façon ? Tu sais mesurer des spectres stellaires en amateur ?


    a+

  15. #12
    orion77

    Re : Céphéides

    Je n'en suis pas encore à ce niveau disons que je connais la théorie qui est loin de la pratique de ce genre de technique.
    En tout cas je suis à même d'identifier des raies spectrales de certains éléments comme l'hydrogène ou encore l'hélium qui comporte peu de raies vu que c'est ce que j'apprends à mes élèves de seconde comment identifier certains éléments dans les spectres pour moi c'est assez facile mais pas pour eux (je sens qu'ils vont souffrir avec le sujet que je leur ai concocté pour vendredi avec le spectre de rigel).
    En pratique maintenant on utilise des logiciels comme visualspec de valérie desnoux car l'identification des raies spectrales peut devenir un cauchemar si l'on considère qu'une dizaine d'éléments chimiques sont présents dans la photosphère d'une étoile.
    En ce moment je m'attache à l'étude de la réalisation d'un spectromètre qui n'est pas simple mais j'aimerai dans le cadre de notre association d'astro ouvrir un nouvel aspect
    mais pas facile de convaincre de l'utilité pour le public car c'est une technique assez pointue tout de même loin d'être simple à expliquer pour le commun des mortels si l'on rentre dans des considérations de physique quantique (niveau d'énergie) pour expliquer que tel élément donne telle raie spectrale.
    Voilà ce que je peux te dire mais si tu veux d'autres renseignements tant pratiques que théoriques sur la spectrométrie je te conseille de regarder le site de christian buil sur astrosurf car c'est l'un des premiers amateurs à s'être lancé dans cette technique avec 2 comparses dont je ne me rappelle plus le nom (désolé pour eux).

  16. Publicité
  17. #13
    Plasma

    Re : Céphéides

    merci pour vos réponses. C'est très intéressant.

    plasma

Discussions similaires

  1. TIPE Céphéides
    Par dark_clem dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 4
    Dernier message: 01/05/2007, 01h05
  2. Des Céphéides pour mieux mesurer l'expansion de l'Univers
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 5
    Dernier message: 17/04/2007, 08h56
  3. spectroscopie et cepheides
    Par Barèges dans le forum Archives
    Réponses: 2
    Dernier message: 09/03/2006, 21h16