Affichage des résultats 1 à 17 sur 17

Répartition des étoiles



  1. #1
    Tefloda

    Répartition des étoiles


    ------

    Je ne sais pas si j'exagère en postant deux topics à un si court interval... veuillez m'excuser si c'est le cas.

    Ma question serait la suivante : existe-t-il dans l'espace des zones où certaines étoiles sont très présentes ou quasi-absentes ?

    Je parle entre-autre des étoiles variables : pouvez-vous m'indiquer un lieu (s'il existe) où les étoiles variables sont particulièrement nombreuses ?

    Merci

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Répartition des étoiles

    Citation Envoyé par Tefloda
    Ma question serait la suivante : existe-t-il dans l'espace des zones où certaines étoiles sont très présentes ou quasi-absentes ?

    Je parle entre-autre des étoiles variables : pouvez-vous m'indiquer un lieu (s'il existe) où les étoiles variables sont particulièrement nombreuses ?

    Merci
    Si tu veux des régions réellement populeuses, tu as le choix entre le Bulbe et les amas globulaire. La densité stellaire atteind 1000 à 10 000 fois la densité locale, celle des bras spiraux. Le Bulbe c'est le centre de la Galaxie et les amas globulaires, de très vieux essaims en orbites autours de la Galaxie.
    http://www.photoastronomique.net/htm...ndre/amas.html

    Un peu l'autre bout du monde, donc. En outre, ce sont des étoiles agées, plutôt "sages".

    Tu peux par contre trouver des concentration relative assez forte dans les pouponnières d'étoiles (sises au sein de vastes complexes de gaz poussiéreux appelé nuages moléculaires), celle d'Orion (1500 al) ou du Taureau (500 al) par exemple. Les étoiles y naissent en groupes et tu y trouves évidemment plein d'étoiles jeunes. C'est le seul endroit où trouver des étoiles massives car l'âge d'une étoiles est inversement proportionnel au carré de sa masse : une étoiles massive, genre 10 masses solaires n'a pas le temps de quitter l'essaim de sa naissance.

    Or les étoiles variables, il en existe en gros deux types (en dehors de variables à éclipses et de variables X qui réclame la présence d'un compagnon) :
    - les géantes pulsantes (type Céphéides)
    - les jeunes éruptives (type T-Tauri).

    (beaucoup) plus d'info là :
    http://cdsweb.u-strasbg.fr/afoev/var/typo.htx

    Pour ces deux raisons les seuls endroit un peu densement peuplés où trouver des étoiles variables sont les nuages moléculaires géants où se nichent les pouponnières d'étoiles.

    a+

  4. #3
    Tefloda

    Re : Répartition des étoiles

    Autant pour moi Gilgamesh je me suis mal exprimé !...
    En fait je ne cherchai pas d'endroit où pullulent les étoiles, mais certaines catégories d'étoiles. Je voulais savoir si certains lieux de l'espace étaient dotés de beaucoup de naines rouges, par exemple, ou d'étoiles jeunes, ou d'étoiles doubles, etc.
    Et en particulier, je cherchai un endroit de l'espace où l'on pouvait trouver plus d'étoiles variables que de coutume, et pas forcément plus d'étoiles.
    Je suis désolé car j'admet m'être mal exprimé... Je relierai un peu mieux mes messages la prochaine fois.
    Au fait, ton lien est très intéressant je cherchai justement des infos sur les différentes classes des pulsantes.

  5. #4
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Répartition des étoiles

    Citation Envoyé par Tefloda
    Autant pour moi Gilgamesh je me suis mal exprimé !...
    En fait je ne cherchai pas d'endroit où pullulent les étoiles, mais certaines catégories d'étoiles. Je voulais savoir si certains lieux de l'espace étaient dotés de beaucoup de naines rouges, par exemple, ou d'étoiles jeunes, ou d'étoiles doubles, etc.Et en particulier, je cherchai un endroit de l'espace où l'on pouvait trouver plus d'étoiles variables que de coutume, et pas forcément plus d'étoiles.
    Je suis désolé car j'admet m'être mal exprimé... Je relierai un peu mieux mes messages la prochaine fois.
    Au fait, ton lien est très intéressant je cherchai justement des infos sur les différentes classes des pulsantes
    En fait, ça ne change pas beaucoup le propos...

    T'es toujours sur ton problème de localisation isn't it ?
    . Ce serait plus simple si tu exprimais ton problème sous forme "primaire", en fait, même si le fait d'essayer de le traduire représente en soi un effort louable.

    Etk voici un aperçu plus détaillé du "zonage stellaire" de la Galaxie. J'ai déjà parlé du Bulbe : étoile âgées, donc plutôt peu massives. Les amas globulaires, encore plus uniformes, véritables fossiles. Avec un spectromètre (instrument délicat, nécessitant beaucoup de lumière, mais alors veritable "lecteur à code barre" des étoiles) on mesure chez ces population une faible "métallicité", a savoir une faible présence de tout élément hors hydrogène et hélium. Ce sont des étoiles dites de population II (les premières à se former, donc encore peu enrichies par l'apport nuclésynthétique des supernovae).

    Les bras sont l'endroit où ça bouge. Etoile de population I. Métallicité élevée. Selon l'axe transversal (vue en coupe) on distingue le plancher galactique (le plan médian, la tranche de jambon si tu veux) où s'accumulent ça et là les nuages moléculaires poussiéreux froids (10-100 K), sur une épaisseur de quelques centaines d'al et de part et d'autre l'atmosphère ionisée, chaude (10 000 K) plus raréfiée (la mie de pain). Selon l'axe longitudinal, en suivant le périmètre tu as l'alternance des bras, où la gravité est la plus forte, ce qui déclenche une compression gravitationnelle dans les nuages moléculaires et des interbras.

    Les étoiles naissent dans les bras, au niveau du plancher galactique.

    OR : c'est là où naissent les étoiles que l'on rencontre des étoiles massives, je l'ai abordé dans le post précédent : elles sont trop fugaces pour qu'on les rencontre loin de leur lieu de naissance.

    OR, in addition of that, les étoiles massives par leur luminosité exceptionnelle tant sur la séquence principale qu'au stade de géante rouge sans compter leur fin explosive sont de loin les éléments les plus repérables au sein d'une Galaxie.

    Enfin, ces étoiles massives sont les seules à pulser visibles de très loin.

    Conclusion : les endroits les plus "typés" de la galaxie sont situées dans les zones de natalité stellaire.

    Sinon, non, il n'y a aucune région remarquable en tant que telle : ce processus est reproduit uniformément au sein de chaque nuage moléculaire et il n'y a pas de bras qui se distingue essentiellement d'un autre, par exemple.


    a+

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Tefloda

    Re : Répartition des étoiles

    Merci beaucoup Gilgamesh

    Je prend compte de ce que tu viens de dire pour situer mon étoile.

    Dans l'excellent site de l'AFOEV, une page (http://cdsweb.u-strasbg.fr/afoev/var/den7.htx) envoie à un catalogue d'étoiles variables. Hélas, le lien ne s'ouvre pas.

    En fouinant un peu, j'ai découvert le site du GCVS (General Catalogue of Variables Stars) ici : http://www.sai.msu.su/groups/cluster...bin/search.htm
    Il est malhereusement anglais mais je m'en contenterais. Je suis très intéressé, dans mes recherches, par une étoile SRG. Sur ce site elles sont affichées ici : http://www.sai.msu.su/groups/cluster...pe=SRD++++++++

    Hélas, cet assemblage de chiffres ne signifie rien pour moi et je voulais demander si quelqun pouvait m'apporter quelques précisions là-dessus..

    Steph

  8. #6
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Répartition des étoiles

    Salut,

    Je peux pas te dire comme ça. Un fichier d'objet astrophysique ne peut se lire qu'avec une légende, cherche dans l'arborescence.

    POur les céphéides (les plus célèbres des variables, qui sont en plus des chandelles-standard pour l'estimation des distance), j'arrive là dessus en musardant dans l'arborescence:

    http://www.sai.msu.su/groups/cluster/CEP/RADVEL/

    Le fichier .dat s'ouvre avec un éditeur de texte (j'utilise EditPad Lite) ou avec Excel.

    La légende te donne

    RA : Right Ascension = ascension droite, en français.
    Dec : déclinaison

    Ce sont les deux angles (en degré, minute, seconde) qui donnent la position de l'étoile dans un repere équatorial, le plus universel sur Terre. Dans le repère équatorial, le plan de référence c'est l'équateur de la Terre. RA (noté en général alpha) te donne la longitude et Dec (delta) la lattitude.

    Pour la suite des événements, je te conseille ce topo plutôt bien fait :
    http://www.imcce.fr/fr/ephemerides/a...ages3/316.html

    Ce te donne également la distance au Soleil en kpc (kiloparsec)

    La vitesse radiale (c'est à dire la vitesse le long de l'axe de visée, ce qui induit un effet Doppler)

    La période de pulsation, en jours

    Le mouvement propre (proper motion) en RA et en Dec

    Pas la magnitude évidemment, puisqu'elle est variable.

    a+

  9. Publicité
  10. #7
    Tefloda

    Re : Répartition des étoiles

    Merci Gilgamesh pour tous tes conseils !

    Je dois avouer que j'ai du mal à comprendre certains points - qui plus est l'anglais c'est ma bête noire...

    Avant de continuer cette discussion, je vais tenter de me procurer le livre "Etoiles Variables", de M. Petit. Il date un peu mais je n'ai pas trouvé d'ouvrages plus récents destinés aux étoiles variables uniquement. (Si quelqun connaît un livre intéressant sur le sujet je suis preneur... )

  11. #8
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Répartition des étoiles

    Citation Envoyé par Tefloda
    Merci Gilgamesh pour tous tes conseils !

    Je dois avouer que j'ai du mal à comprendre certains points - qui plus est l'anglais c'est ma bête noire...
    EN même temps c'est de l'anglais scientifique, ça ne mord pas

    a9

  12. #9
    invité576543
    Invité

    Re : Répartition des étoiles

    Citation Envoyé par Gilgamesh
    RA : Right Ascension = ascension droite, en français.
    Dec : déclinaison

    Ce sont les deux angles (en degré, minute, seconde) qui donnent la position
    L'ascension droite n'est pas plutôt en heure, minute, seconde ???

    (Conversion 1 h = 15°, 1 m d"heure = 15' d'angle = 1/4 degré, etc.)

    Cordialement,

  13. #10
    AntuKueyen

    Re : Répartition des étoiles

    Exact mmy , la conversion est bonne mais sur un télescope à monture équtorial, on compte en heure, minutes et secondes, cela pour montrer le décalage que l'on a!
    en combinant la déclinaison et l'ascension droite c'est comme si on faisait croisé deux arc de cercle (la latitude et la longitude )

  14. #11
    Tefloda

    Re : Répartition des étoiles

    Toujours dans mes recherches j'ai quelques questions à poser à propos des étoiles variables SRD (et non SRG erreur de ma part) contenues dans la page (citée plus haut) :
    http://www.sai.msu.su/groups/cluster...pe=SRD++++++++

    Comme vous pouvez le voir à droite de la page figure le spectre de chaque étoile.
    Quelques exemples :
    G6-M3.5III
    G8-K0II-IIIep
    G0
    G2e-K2(M3)
    F5
    G3Ia-0
    etc.

    Je crois comprendre que le tiret sépare les valeurs "minimales" et maximales" du spectre de l'étoile. Par exemple G3Ia-O signifierai que le spectre de cette étoile flutue entre les limites G3Ia et O.
    Ai-je bon ?

    Il y a toutefois deux points que je ne comprends pas.

    Le premier concerne les valeurs entre parenthèses qu'on peut trouver à certains endroits, comme dans l'exemple ci-dessus : G2e-K2(M3). Savez-vous à quoi elles correspondent ?

    Le second concerne les lettres en minuscules (e, a et p dans les exemples ci-dessus), et les II, III, qu'on retrouve régulièrement et dont je n'arrive pas à déterminer le sens...

    Voilà si quelqun peut m'aider je l'en remercie par avance

  15. #12
    Niels Adribohr

    Re : Répartition des étoiles

    Citation Envoyé par Tefloda
    Toujours dans mes recherches j'ai quelques questions à poser à propos des étoiles variables SRD (et non SRG erreur de ma part) contenues dans la page (citée plus haut) :
    http://www.sai.msu.su/groups/cluster...pe=SRD++++++++

    Comme vous pouvez le voir à droite de la page figure le spectre de chaque étoile.
    Quelques exemples :
    G6-M3.5III
    G8-K0II-IIIep
    G0
    G2e-K2(M3)
    F5
    G3Ia-0
    etc.

    Je crois comprendre que le tiret sépare les valeurs "minimales" et maximales" du spectre de l'étoile. Par exemple G3Ia-O signifierai que le spectre de cette étoile flutue entre les limites G3Ia et O.
    Ai-je bon ?

    Il y a toutefois deux points que je ne comprends pas.

    Le premier concerne les valeurs entre parenthèses qu'on peut trouver à certains endroits, comme dans l'exemple ci-dessus : G2e-K2(M3). Savez-vous à quoi elles correspondent ?

    Le second concerne les lettres en minuscules (e, a et p dans les exemples ci-dessus), et les II, III, qu'on retrouve régulièrement et dont je n'arrive pas à déterminer le sens...

    Voilà si quelqun peut m'aider je l'en remercie par avance
    A tout hazard, M ne voudrait il pas dire que cet objet se trouve dans le catalogue Messier???

    Sinon, le chiffre romain désigne normalement la classe de luminosité de l'étoile (de I pour les supergéantes jusqu'à VII pour les naines blanches), mais là je ne sais pas si c'est le cas, quand au e et au p, je n'en ai pas la moindre idée. En clair, je ne t'aurais pas servi à grand chose...
    Dernière modification par Niels Adribohr ; 27/05/2006 à 21h01.

  16. Publicité
  17. #13
    nissart7831

    Re : Répartition des étoiles

    Citation Envoyé par Tefloda
    Il y a toutefois deux points que je ne comprends pas.

    Le premier concerne les valeurs entre parenthèses qu'on peut trouver à certains endroits, comme dans l'exemple ci-dessus : G2e-K2(M3). Savez-vous à quoi elles correspondent ?

    Le second concerne les lettres en minuscules (e, a et p dans les exemples ci-dessus), et les II, III, qu'on retrouve régulièrement et dont je n'arrive pas à déterminer le sens...
    Voilà quelques réponses à tes questions. Mais ça ne répond pas à tout !

    Et Niels AdriBohr, M ne signifie pas Messier, dans ce cas. Il s'agit de la classe d'étoiles la plus fournie (90% des étoiles).

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Type_spectral

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_MKK

  18. #14
    Tefloda

    Re : Répartition des étoiles

    Merci pour vos réponses !

    Nissart : j'avais déjà essayé sur Wikipédia mais il ne fournissait pas les informations dont j'avais besoin.

    Citation Envoyé par nissart7831
    Et Niels AdriBohr, M ne signifie pas Messier, dans ce cas. Il s'agit de la classe d'étoiles la plus fournie (90% des étoiles).
    Que veux-tu dire par là ? Et pourquoi trouves-t-on M3, M2, M2e ?

    Niels : je suis trop nul de pas avoir trouvé la signification des chiffres romains, qui correspondent effectivement à la classe de luminosité de l'étoile. Je ne savais pas qu'on pouvait l'inscrire à côté du type spectral. Ce site le confirme : http://www.astrosurf.org/2ad/hr/hr.htm

    Un passage :
    On ajoute au symbole du type spectral celui de la classe de luminosité.
    Ainsi, le Soleil, qui est une étoile naine, a un spectre G2 V;
    la rouge Antarès, étoile supergéante, a un spectre M1 I;
    Rigel, supergéante bleue, BO I;
    Aldébaran, géante rouge, K5 III.


    Restent les lettres minuscules dont la signification m'échappe. A ce propos, je n'arrive pas à ouvrir le lien donné plus haut. Je laisse ici la page d'acceuil du site GCVS : http://www.sai.msu.su/groups/cluster...gcvs/index.htm

    Il suffit d'aller dans GCVS Query form, d'aller en bas de la page et de choisir une catégorie dans Enter The Type of the Variability en l'occurence le type SRD. Dans le tableau qui s'affiche, le spectre est inscrit tout à droite (il n'est pas notifié sur toutes les étoiles, cela veut-il dire qu'on ignore le type spectral des autres étoiles ?)

    Steph

  19. #15
    nissart7831

    Re : Répartition des étoiles

    Citation Envoyé par Tefloda

    Nissart : j'avais déjà essayé sur Wikipédia mais il ne fournissait pas les informations dont j'avais besoin.
    C'est que tu as mal lu mon 2ème lien. Puisqu'il confirme et détaille ce que t'avait dit Niels AdriBohr sur le fait que le chiffre romain indique la classe de luminosité de l'étoile. Ca faisait partie de tes questions.

    Que veux-tu dire par là ? Et pourquoi trouves-t-on M3, M2, M2e ?
    Décidément, tu as encore lu rapidement le 1er lien que je t'ai fourni.
    C'est pourtant clair, le M (comme les autres lettres) désigne la classe de l'étoile (classification de Harvard) et le chiffre accolé est une subdivision de cette classe qui indique la température de l'étoile (0 pour les plus chaudes, 9 pour les moins chaudes). Tout est dans mon 1er lien.
    Niels AdriBohr confondait avec l'appellation de certains objets astronomiques désigné parfois avec la lettre M pour Messier (catalogue qui répertorie des objets célestes http://fr.wikipedia.org/wiki/Catalogue_Messier) assorti d'un nombre. Mais cela représente leur nom. Par exemple l'objet M31 est plus connu sous le nom de galaxie d'Andromède.
    Mais dans le sujet qui nous concerne, le M ne concerne pas le nom de l'objet mais sa classe. D'où ma remarque à Niels.

    Dans les liens Wikipedia que je t'ai fournis, il n'y a que la lettre minuscule dont ils ne parlent pas. A part "e" auquel ils font référence et qui signifie "émission".

    Regarde donc mieux mes liens, je trouve qu'il y a pas mal d'infos.
    Tu n'as pas été assez attentif. Tu les copieras 100 fois.

  20. #16
    Tefloda

    Re : Répartition des étoiles

    Bon ! La recherche progresse...

    Merci Nissart de m'avoir répondu. Mais je ne copierai pas mes punitions, nan monsieur

    En ce qui concerne la classe de luminosité indiquée en chiffres romains, je connaissais déjà ce système mais je ne savais pas qu'on pouvait les inscrire avec le type spectral. Ca aurait pu avoir une autre signification et je préfère être sûr...

    Par rapport à la lettre M indiquée entre parenthèses, j'avais déjà dit qu'elle me faisait penser à un type spectral, (de la classification de Harvard, donc). Je voulais avoir confirmation car je ne comprend pas pourquoi il est inscrit entre parenthèses, en plus de la valeur spectrale normalement attribuée à une étoile. (PS : je ne savais pas que la classe M faisais partie de la classe d'étoiles la plus fournie : d'où mon incompréhension, je croyais que tu parlais d'autre chose...)

    Donc j'avais bien lu tes liens avant que tu ne me les donnes, et pas qu'une fois en plus ! Mais on s'est mal compris

    Par contre j'ai des infos à propos des minuscules . Il s'agirait de caractéristiques non-standard du spectre. Je vais étudier ça, voici le site où j'ai trouvé l'info : http://www3.sympatico.ca/isa.ben/ben...finitions.html

    Le truc que j'ai pas compris dans les tableaux du GCVS c'est pourquoi certaines étoiles sont dotées d'un spectre et d'autres (beaucoup) pas.

    Steph

  21. #17
    Tefloda

    Re : Répartition des étoiles

    Tient, j'avais raté ça, mais dans Imago Mundi plusieurs infos sont intéressantes à ce propos.
    Voir : http://www.cosmovisions.com/tysp.htm

    Un extrait :

    Au caractéristiques principales des spectres se superposent souvent des caractéristiques secondaires, signalées par des préfixes et des suffixes ajoutés au type spectral. Ils sont très nombreux, on ne citera que les plus communs :
    Préfixes : d est utilisé pour les étoiles naines de faible luminosité; D pour les étoiles à matière dégénérée (naines blanches); c dénote les étoiles supergéantes très brillantes, etc..

    Suffixes : p signale la présence de raies particulières; e dénote la présence de raies en émission; m correspond à la présence de raies métalliques (dans un type spectral où elles ne sont pas attendues); n traduit la présence de raies attribuables à une nébulosité; s est utilisé quand les raies du spectre sont très fines (sharp), etc...


    A propos des classes de luminosité, des minuscules sont également utilisées pour marquer les subdivisions (voir tableau multicolore).

    Ca commence à devenir plus clair, voici un autre extrait de ce site :

    Au total, on caractérisera une étoile par son type spectral et par sa classe de luminosité, qui ensemble définissent sa classe spectrale. Le Soleil, par exemple, de type spectral G2 et de classe de luminosité V, sera dit de classe spectrale G2V. Quant à Aldébaran, de type spectral K5 et de classe de luminosité III, on la rangera dans la classe spectrale K5III.

    Au passage, voici mon interprétation de quelques valeurs spectrales que j'ai pris dans la liste déjà donnée des SRD du site GCVS :

    Etoile TZ Cep : G6-K2e (M2)
    Le spectre de cette étoile varie de G6 à K2. L'indication "e" signifie que lorque l'étoile atteint sa plus basse température (K2), elle possède des lignes d'émission d'hydrogène ou dénote simplement la présence de raies en émission. Je n'arrive pas à interpréter la valeur entre parenthèses.

    Etoile Ag Aur : G0eIb-K0ep
    Le spectre de cette étoile varie de G0 (avec émission d'hydrogène - "e") à K0 (avec émission d'hydrogène - "e", ainsi qu'un spectrum intéressant (peculiar) - "p"). Il est spécifié dans le spectre G0 que l'étoile appartient à la classe de luminosité Ib, soit une supergéante moins lumineuse.

    Etoile V Pyx : G8IIp
    Le spectre de l'étoile est égal à G8. Elle appartient à la classe de luminosité II, soit une géante brillante. Elle est dotée d'un spectrum intéressant (p).

    Etoile 63 Her : K0III:
    Le spectre est égal à K0. Elle a une classe de luminosité III. Par contre je ne sais pas ce que signifient les deux points ? (Idem pour l'étoile 23 Cyg par exemple)

    Etoile 09 Cas : F8e-KIa-0+B1V
    Oulà...
    Apparemment il y a trois valeurs spectrales. Pourquoi ? Aucune idée...
    La première est F8, avec émission d'hydrogène (e).
    La seconde est K. Elle appartient à la classe de luminosité Ia.
    La troisième est incompréhensible. Comme le montre l'extrait suivant :
    Il existe également des fractions de sous-type, ce qui donne par exemple des étoiles de type O6,5 (voir spectre ci-dessous), et l'on peut encore trouver des raffinements du style "G7+", pour désigner des étoiles de type spectral intermédiaire entre G7 et G7,5 (soit G7,25...).
    Le + signifierai peut-être une valeur égale à 0,5, soit O0,5 ? Mais cela n'explique pas pourquoi une autre valeur est donnée : B1.

    Bref, finalement encore du travail... Toute aide est la très bienvenue !...

Discussions similaires

  1. CV en loi et CV des fonctions de repartition
    Par doogy3 dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/12/2007, 17h37
  2. Impacts des changements climatiques sur les aires de répartition des essences forestières
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 01/06/2006, 23h01
  3. Impacts des changements climatiques sur les aires de répartition des essences forestières
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 20/05/2006, 23h00
  4. Répartition des électrons
    Par MagStellon dans le forum Physique
    Réponses: 0
    Dernier message: 18/10/2005, 17h32
  5. Repartition des forces
    Par Nyx42 dans le forum Physique
    Réponses: 6
    Dernier message: 19/11/2004, 21h26