Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 23 sur 23

Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?



  1. #1
    Moraine

    Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?


    ------

    Bonjour,

    Je me pose une question depuis pas mal de temps. Quelle est la durée de vie des sondes Voyager (mais aussi Pioneer et New Horizons) ? En admettant que le risque de collision ou de mise en orbite autour d'autres objets célestes sont très faible au vu de l'immensité des distances entres étoiles, le risque vient surtout de l'érosion par les rayons cosmiques et autres poussières.

    Bien sûr les fameux disques d'or des Voyager seront les premiers a être détérioré irrémédiablement mais qu'en est il des structures des sondes ? En cherchant sur internet, j'ai trouvé des estimations de quelques centaines de millions a quelques milliards d'années ou les sondes survivront même au Soleil, mais aussi à un âge qui égalerait l'âge actuel de l'Univers !

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    6Freddy

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Bonjour à toi,


    Mon humble avis est que le nombre d'inconnues pouvant intervenir dans l'équation la rendent insoluble. Mais, joueur de nature comme je suis, je te propose une méthode d'évaluation des probabilités de "survie" des sondes dans le milieu interstellaire.

    Définissons d'abord le "seuil haut", c'est à dire les possibilités de longévité maximale :
    - en imaginant que les sondes ne se satelliseront jamais nulle part grâce à des effets de fronde gravitationnelle : elles se désintégreront paisiblement à cause des réactions atomiques dues au rayonnement cosmique, des collisions avec des poussières cosmiques, et puis à cause de la longévité des divers matériaux qui les composent. Dans le meilleur de cas, nos sondes finiront comme tous les objets du cosmos dans la perspective de la mort thermique de l'univers : en poussière de fer.
    Je trouve cette probabilité très faible...

    Le "seuil bas" devrait être déterminé par les probabilités de :
    - collision ou satellisation avec un corps interstellaire (planète errante, par exemple)
    - satellisation à faible altitude dans le système stellaire de destination ; le frottement atmosphérique mènera inéluctablement à la chute sur le corps respectif (étoile ou planète bénéficiant d'une atmosphère)

    Mais ce qui me semble le plus probable, c'est la solution médiane :
    - satellisation dans le système de destination, mais sur une orbite comparable à celle des planètes ou comètes ou astéroïdes. Cela permettra à la sonde respective de graviter tranquillement jusqu'à ce qu'une collision ou satellisation à basse altitude mette fin à sa carrière. Mais il est tout aussi possible qu'elle gravite tranquillou jusqu'à ce que l'étoile tourne supernova, et si ce n'est pas le cas, jusqu'à la fin des temps.





    J'ignore délibérément la probabilité de capture par une civilisation extraterrestre
    Dernière modification par 6Freddy ; 02/03/2020 à 09h32.

  4. #3
    pm42

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par Moraine Voir le message
    Bien sûr les fameux disques d'or des Voyager seront les premiers a être détérioré irrémédiablement
    Pourquoi ? L'évaluation de la NASA est qu'ils resteront lisibles pendant 1 milliard d'années.

    Citation Envoyé par Moraine Voir le message
    mais qu'en est il des structures des sondes ?
    Sauf accident, elles vont subir une détérioration très progressive. Comment définis tu leur durée de vie dans ces conditions là ?

  5. #4
    Moraine

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    Pourquoi ? L'évaluation de la NASA est qu'ils resteront lisibles pendant 1 milliard d'années.


    Sauf accident, elles vont subir une détérioration très progressive. Comment définis tu leur durée de vie dans ces conditions là ?
    C'était bien sûr par rapport a l'évaluation de la NASA que je disais ça.

    Pour m'a part, je pense que sauf grand événement comme une collision ou une capture par un astre, l'érosion par rayonnement cosmique et par les poussières est quelque chose de très très lent, mais je n'arrive pas en quantifier le taux par milliard d'années par exemple ?

    Pour répondre a 6Freddy, les sondes n'ont aucune destination. Les étoiles qui sont souvent mentionnées sont simplement les premières "bornes" sur leur trajet autour du centre de la galaxie.

    Après la question qui est au bout des lèvres, est de savoir dans combien de temps et comment ses sondes vont-elles finir ? Je suis bien conscient que personne n'a la réponse.

  6. #5
    Fustigator

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Concernant le titre, je ne peux que rappeler le mot de Woody Allen : "L'éternité c'est long, surtout vers la fin".

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    saint.112

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par Moraine Voir le message
    Quelle est la durée de vie des sondes Voyager (mais aussi Pioneer et New Horizons) ? En admettant que le risque de collision ou de mise en orbite autour d'autres objets célestes sont très faible au vu de l'immensité des distances entres étoiles, le risque vient surtout de l'érosion par les rayons cosmiques et autres poussières.
    Comme tu le dis il y a deux types d’évènements possibles :
    1. Risque de collision : quasi nul.
    2. Risque ou chance de mise en orbite : on a vu le cas de Oumuama qui venait d’on ne sait où exactement, qui est entré à un moment dans l’influence gravitationnelle du soleil et qui s’est donc mis sur une trajectoire hyperbolique puis qui est reparti comme il est venu dans une autre direction. À moins que sa trajectoire ait été perturbée par un autre gros objet comme Jupiter il était impossible qu’il soit capturé par le soleil. À mesure qu’il va s’éloigner du soleil c’est l’influence gravitationnelle de la galaxie qui va reprendre le dessus et il va se retrouver à nouveau sur une orbite galactique pour peut-être un jour retomber dans l’influence d’une autre étoile. Il va donc continuer à jouer au flipper avec une trajectoire erratique.
      Pareil pour les sondes Voyager, Pioneer et New Horizons. Jamais elles n’atterrirons dans le jardin d’un ET quelconque. Les chances qu’elles soient détectées en passant dans leur voisinage sont à mon avis nulles.

    Citation Envoyé par Moraine Voir le message
    Bien sûr les fameux disques d'or des Voyager seront les premiers a être détérioré irrémédiablement mais qu'en est il des structures des sondes ? En cherchant sur internet, j'ai trouvé des estimations de quelques centaines de millions a quelques milliards d'années ou les sondes survivront même au Soleil, mais aussi à un âge qui égalerait l'âge actuel de l'Univers !
    À mon sens, ce qui va se détériorer le plus vite sera les parties externes qui sont exposées aux particules, aux poussières et aux radiations. Les instruments vont aussi se dégrader d’eux-mêmes en particulier les plastiques et les matériaux chimiquement complexes. L’or est en principe assez insensible aux radiations donc quand dans un milliard ou deux d’années un ET trouvera le disque et le mettra dans son lecteur de CD il pourra profiter des enregistrements faits à son intention.

    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

  9. Publicité
  10. #7
    6Freddy

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Objection, votre Honneur !

    La sonde respective peut quand-même soit :

    a) "cartonner" sur un objet qui passe au mauvais endroit au mauvais moment, même si les chances me semblent très faibles (de l'ordre d'un pouillème de poil sur un milliard),
    b) se satelliser si elle passe suffisamment près d'une étoile, à condition que sa vitesse soit inférieure à celle d'évasion de ladite étoile ; pour ce cas là j'estime les probabilités un chouïa plus élevées que pour le "carton direct".

    Je reconnais ne pas être un expert en mécanique newtonienne, et conviens volontiers que vous devez prendre le point b) avec des pincettes.

  11. #8
    saint.112

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par 6Freddy Voir le message
    Objection, votre Honneur !
    La sonde respective peut quand-même soit :
    a) "cartonner" sur un objet qui passe au mauvais endroit au mauvais moment, même si les chances me semblent très faibles (de l'ordre d'un pouillème de poil sur un milliard),
    b) se satelliser si elle passe suffisamment près d'une étoile, à condition que sa vitesse soit inférieure à celle d'évasion de ladite étoile ; pour ce cas là j'estime les probabilités un chouïa plus élevées que pour le "carton direct".
    Vu les centaines de milliards d’étoiles dans la Voie Lactée il n’est en effet pas impossible de s’en payer une un jour ou l’autre.
    Pour ce qui est de se satelliser voir l’article Objet interstellaire qui nous dit :
    Un objet interstellaire peut probablement, en de rares occasions, être capturé et contraint dans une orbite héliocentrique en traversant notre système solaire. Les simulations par ordinateur montrent que Jupiter est la seule planète assez massive pour pouvoir capturer un tel corps, et que cela peut se produire une fois tous les soixante millions d'années ; les comètes 96P/Machholz et C/1996 B2 (Hyakutake) sont des candidates possibles. Sur ces corps on a détecté des composés chimiques atypiques pour des comètes du système solaire.
    Donc probabilité infinitésimale pour un objet donné. Les chances que ça arrive dans le système solaire sont naturellement fonction du nombre de ces objets errants.
    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

  12. #9
    pm42

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par 6Freddy Voir le message
    a) "cartonner" sur un objet qui passe au mauvais endroit au mauvais moment, même si les chances me semblent très faibles (de l'ordre d'un pouillème de poil sur un milliard),
    Vu que des galaxies se traversent sans collision d'étoile en gros, tu surestimes la probabilité.
    On a du mal à appréhender l'immensité de l'espace et son vide. Par exemple, tu as des millions d'astéroïdes dans la ceinture et pourtant, la distance moyenne entre 2 est de 1 million de kilomètres.
    Et on ne parle que du plan de l'écliptique. Si on pense en 3D, le système solaire est incroyablement vide. Et quand on en sort, c'est bien pire.

    Citation Envoyé par 6Freddy Voir le message
    b) se satelliser si elle passe suffisamment près d'une étoile, à condition que sa vitesse soit inférieure à celle d'évasion de ladite étoile ; pour ce cas là j'estime les probabilités un chouïa plus élevées que pour le "carton direct".
    C'est sans doute pire. Se satelliser nécessite de passer dans la bonne tranche de distance et de vitesse et les "fenêtres" sont étroites.

  13. #10
    Moraine

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Vos messages sont riches en informations !

    Est ce qu'il y a eu des études sur le taux d'érosion par les rayons cosmiques et les poussières ?

  14. #11
    pm42

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par Moraine Voir le message
    Est ce qu'il y a eu des études sur le taux d'érosion par les rayons cosmiques et les poussières ?
    Oui mais elles sont basées sur des moyennes. Suivant les environnements, c'est très variable.

  15. #12
    saint.112

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    C'est sans doute pire. Se satelliser nécessite de passer dans la bonne tranche de distance et de vitesse et les "fenêtres" sont étroites.
    Dans un système à deux corps où un petit venu de “l’infini“ passe à proximité d’un gros, le petit se met sur une trajectoire hyperbolique qui, en l’absence de toute perturbation, le renvoie vers un autre “infini“ et bye-bye. Pas de satellisation possible ou alors c’est la collision. Dans un système à trois corps, si le petit passe suffisamment près d’un corps moyen comme Jupiter, celui-ci peut le mettre sur une ellipse centrée sur le gros et donc il peut y avoir satellisation. Mais dans le cas de Oumuamua et de Borissof par exemple, vu les paramètres de leurs trajectoires, l’influence gravitationnelle des planètes du soleil et en particulier de Jupiter était peanut. On peut considérer que c’était un système à deux corps.
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

  16. Publicité
  17. #13
    pm42

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    Dans un système à deux corps où un petit venu de “l’infini“ passe à proximité d’un gros, le petit se met sur une trajectoire hyperbolique qui, en l’absence de toute perturbation, le renvoie vers un autre “infini“ et bye-bye.
    C'est curieux : tu as participé à cette discussion où d'autres personnes expliquent qu'il existe des trajectoires capturées justement : https://forums.futura-sciences.com/a...tionnelle.html

    On trouve également cette information dans un cours de 3ème : https://www.kartable.fr/ressources/p...vitation/43046

    ou dans ce cours : http://astronomie.coursgratuits.net/...pleriennes.php qui donne la même formule qu'Amanuensis.

    On peut également faire le raisonnement suivant : un objet venant de l'infini passe à proximité de la Terre avec une trajectoire et une vitesse qui est la même que celle d'un satellite. Donc le satellite lui resterait en orbite mais d'après toi, l'objet venant de l'infini lui continuerait ? Ce ne serait donc pas les mêmes équations de mouvement qui s'appliqueraient ?

    Peux tu donc préciser ce que tu veux dire ?

  18. #14
    saint.112

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    C'est curieux : tu as participé à cette discussion où d'autres personnes expliquent qu'il existe des trajectoires capturées justement : Assistance et ou capture gravitationnelle
    Dans cette discussion Ammanuensis dit :
    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    Essentiellement, non. Du moins si on considère qu'on peut négliger l'effet de tout autre corps de l'Univers, ou des effets comme des frottements.
    Soit il était déjà capturé, et il le reste. Soit il ne l'était pas, et ne peut pas le devenir. Le statut, "capturé" ou non, ne change pas pour une trajectoire de chute libre (terme correct pour "vol libre").
    Il y a une formule permettant de dire, à partir de la vitesse relative v (la vitesse de l'un par rapport à l'autre), de la distance r et de la masse M du gros objet (on considère celle de l'autre négligeable ou non), si cela correspond à une trajectoire "capturé" ou à une trajectoire "pas capturé": c'est selon le signe de v²/2-GM/r, où G est la constante de gravitation.
    Et Carcharodon dit :
    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    Disons que c'est très très très rare car la fenêtre des conditions propices à la capture est véritablement minuscule.
    Bon angle d'arrivée et marge de vitesse ridiculement petite pour être dans les bonnes conditions de capture.
    Et moi j’ai donné l’exemple de la comète Shoemaker–Levy.

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    On trouve également cette information dans un cours de 3ème : La gravitation
    Je vois là une énormité :
    C'est aussi la force d'attraction gravitationnelle qui modifie la trajectoire d'un corps passant trop près d'un astre. Son effet peut être une déviation, une capture (le corps se mettant alors en orbite circulaire autour de l'astre) ou une collision.
    Déjà que les orbites circulaires “naturelles“ sont rarissimes, suite à capture c'est carrément une vue de l'esprit.

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    ou dans ce cours : http://astronomie.coursgratuits.net/...pleriennes.php qui donne la même formule qu'Amanuensis.
    Mais dans lequel je n’ai pas trouvé mention de capture.

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    On peut également faire le raisonnement suivant : un objet venant de l'infini passe à proximité de la Terre avec une trajectoire et une vitesse qui est la même que celle d'un satellite. Donc le satellite lui resterait en orbite mais d'après toi, l'objet venant de l'infini lui continuerait ? Ce ne serait donc pas les mêmes équations de mouvement qui s'appliqueraient ?
    Le problème est simple : pour changer les paramètres orbitaux d’un corps et en particulier transformer une trajectoire hyperbolique en orbite elliptique il faut lui imprimer un ∆v donc lui fournir une accélération donc dépenser de l’énergie. D’où peut venir cette énergie ?
    • Un autre corps tel que Jupiter dévie sa trajectoire de telle sorte qu’elle devienne une ellipse autour du soleil. Mais il faut passer pile-poil comme il faut.
    • Le gros corps est animé d’une vitesse significative. Le soleil crapahute à ≈ 220 km/s dans la Voie lactée. Il y a donc une effet dit de fronde gravitationnelle qui peut changer les paramètres orbitaux du petit corps suffisamment pour qu’il se mette sur une ellipse. Mais là aussi la trajectoire initiale doit être ajustée pile-poil.
    Dans les deux cas les chances que ça arrive son minimes.
    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

  19. #15
    pm42

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    Je vois là une énormité :
    Déjà que les orbites circulaires “naturelles“ sont rarissimes, suite à capture c'est carrément une vue de l'esprit.
    C'est un cours de 3ème : les collégiens ne connaissant pas forcément le concept d'ellipse, on simplifie pour eux.
    J'ai l'impression que tu vois des énormités un peu partout sans prendre en compte le contexte.
    Par exemple, les sondes Voyager ne viennent pas de l'infini et ne se déplacent pas dans un Univers à 2 corps comme dans la réponse que tu as faite.

    Pour le reste, j'ai encore plus de mal à comprendre. J'ai dis :

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    Se satelliser nécessite de passer dans la bonne tranche de distance et de vitesse et les "fenêtres" sont étroites.
    Ce à quoi tu réponds :
    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    Pas de satellisation possible.
    Et maintenant, c'est devenu :
    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    Dans les deux cas les chances que ça arrive son minimes.
    soit exactement ce que je disais.

    J'arrête là parce que j'ai l'impression que c'est mal barré.

  20. #16
    zebular

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    @saint112: Certains satellites de Jupiter(cf:un fil dans ce forum) sont relativement circulaires,j'ai juste la flemme de vérifier combien et pour d'autres géantes

    @pm42: Tu chipoterais pas un tout petit peu? Il me semble qu'une satellisation demande tout de même la concordance de certains paramètres et qu'il y a plus de chances de finir en hyperbole (simple déviation) comme le suggère saint112 que n'importe quoi d'autre.

    Autrement on serait ombragé par une multitude de corps en orbite autour de la terre et de même pour toutes les planètes.

    Mais bon,j'attend que d'autres compétence,du domaine, démontre le grand écart de l'un ou de l'autre

  21. #17
    pm42

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par zebular Voir le message
    @pm42: Tu chipoterais pas un tout petit peu?
    Tu as fait l'effort de lire le fil ? C'est très exactement ce que je disais :

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    C'est sans doute pire. Se satelliser nécessite de passer dans la bonne tranche de distance et de vitesse et les "fenêtres" sont étroites.
    Citation Envoyé par zebular Voir le message
    qu'il y a plus de chances de finir en hyperbole (simple déviation) comme le suggère saint112
    Oui, c'est exactement ce que je disais (encore une fois parce qu'apparemment, ça a du mal à passer).

    Et ce n'est pas ce que saint112 disait au début. Après, il a changé d'avis.

  22. #18
    zebular

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    Vu les centaines de milliards d’étoiles dans la Voie Lactée il n’est en effet pas impossible de s’en payer une un jour ou l’autre.
    Pour ce qui est de se satelliser voir l’article Objet interstellaire qui nous dit :

    Donc probabilité infinitésimale pour un objet donné. Les chances que ça arrive dans le système solaire sont naturellement fonction du nombre de ces objets errants.
    Nico
    J'ai retenu cela et de toute évidence vous êtes d'accord donc.
    mais le sujet était l'érosion d'un matériau(si non capture par un astre) en transit vers l'infini
    Dernière modification par zebular ; 05/03/2020 à 20h34.

  23. Publicité
  24. #19
    Yann94600

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Les deux sondes Voyager devrait épuiser leur carburant vers 2025-2030 selon la Nasa.

  25. #20
    pm42

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Citation Envoyé par Yann94600 Voir le message
    Les deux sondes Voyager devrait épuiser leur carburant vers 2025-2030 selon la Nasa.
    Je veux bien une référence parce que de ce que j'ai lu, le problème est la perte de puissance du "générateur thermoélectrique à radioisotope" et notamment le risque de ne plus pouvoir contrôler l'attitude et le pointage de l'antenne vers la Terre.
    Notamment parce qu'il est nécessaire de disposer assez d'énergie pour empêcher le carburant de geler.

    Mais on ne parle que de l'orientation de la sonde et cela n'a pas d'influence pratique sur sa vitesse ou sa trajectoire qui est le sujet dont on parle ici.

  26. #21
    saint.112

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Excusez-moi de réveiller cette discussion. Je l’ai mise de côté pour y répondre et puis voilà.

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    C'est un cours de 3ème : les collégiens ne connaissant pas forcément le concept d'ellipse, on simplifie pour eux.
    J'ai l'impression que tu vois des énormités un peu partout sans prendre en compte le contexte.
    Contexte ou pas il me parait tout de même nécessaire dans un cours d’initiation à la mécanique céleste de bien faire assimiler que tout changement de paramètres orbitaux demande une dépense d’énergie, donc l’application d’une force, et que partant dans le cas de deux corps une orbite ne va pas se circulariser toute seule par magie. La différence entre possible et impossible est donc :
    1. Pour être possible il faut un autre corps genre Jupiter suffisamment massif et se trouvant au bon endroit pour avoir un effet de fronde gravitationnelle entrainant un échange d’énergie cinétique.
    2. C’est impossible si ces conditions en sont pas réunies. La trajectoire reste alors hyperbolique donc pas déviée ou pas suffisamment pour devenir elliptique.
    La probabilité que le possible arrive est donc égale à epsilon. Donc en effet impossible n’est pas le bon terme… à epsilon près.

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    Par exemple, les sondes Voyager ne viennent pas de l'infini et ne se déplacent pas dans un Univers à 2 corps comme dans la réponse que tu as faite.
    Elles ont été lancées depuis le système solaire avec la vitesse de libération dudit système et sont donc sur une trajectoire parabolique. Elles vont vers l’infini en termes mathématiques tant qu’elles sont dans l’influence gravitationnelle du soleil mais celle-ci va progressivement être remplacée par celle de la galaxie et là ça va devenir n’importe quoi. Il est probable que l’une ou l’autre entrera un jour dans l’influence d’une autre étoile et pour celle-ci elles sembleront venir de l’infini, c’est à dire qu’elles auront une trajectoire hyperbolique.

    Citation Envoyé par zebular Voir le message
    @saint112: Certains satellites de Jupiter(cf:un fil dans ce forum) sont relativement circulaires,j'ai juste la flemme de vérifier combien et pour d'autres géantes
    Je rappelle que le cercle est en quelque sorte un cas particulier d’ellipse mais surtout plus généralement de conique avec une excentricité nulle. En mécanique céleste, dans le système solaire par exemple, il y a beaucoup de cas d’orbites avec une excentricité très faible mais e = 0 reste très rare parce que mécaniquement très improbable. Tous les cas de figure existent avec 0 ≤ e < 1.

    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

  27. #22
    saint.112

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    J’oubliais de mentionner que je suis tombé sur un reportage intéressant sur YouTube : L'Odyssée VOYAGER - Documentaire - Partie 1
    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

  28. #23
    saint.112

    Re : Les sondes Voyager, un voyage vers l'éternité ?

    Vous avez sans doute suivi les différents épisodes, le dernier vient de paraitre : L'Odyssée VOYAGER - Documentaire - Partie 4 et fin. Il y a pas mal de blabla philosophico-historico-philosophique, en particulier une conférence de presse de Carl Sagan, que je trouve un peu gonflant mais il y a aussi des infos intéressantes.
    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

Discussions similaires

  1. Sondes Voyager 1 et 2
    Par cg13 dans le forum Archives
    Réponses: 5
    Dernier message: 21/01/2018, 13h13
  2. Actu - Les sondes Voyager 1 et 2 fêtent leurs 40 ans loin de l'humanité
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 11
    Dernier message: 08/09/2017, 14h51
  3. Position et trajectoire des sondes Voyager 1 et 2
    Par schok dans le forum Astronautique
    Réponses: 6
    Dernier message: 20/05/2009, 06h12
  4. Trajectoire et durée de vie des sondes Pioneer et Voyager
    Par Mark_Green dans le forum Archives
    Réponses: 7
    Dernier message: 14/09/2007, 22h23
  5. Sondes Voyager...
    Par invite765732342432 dans le forum Archives
    Réponses: 17
    Dernier message: 08/06/2005, 22h09