Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 16 sur 16

Les gènes Hox



  1. #1
    piwi

    Les gènes Hox

    Chez les vertébrés, le développement embryonnaire conduit après la gastrulation, à la formation d’un embryon triploblastique. D’une manière extrêmement schématique, cet embryon peut être assimilé à un cylindre creux. Sa paroi externe serait formée par l’ectoderme qui formera le revêtement cutané et le système nerveux central. Sa paroi interne serait formée par l’endoderme, interface entre le milieu environnant et l’intérieur de l’embryon, principalement le tube digestif et l’appareil respiratoire. Enfin, entre les deux, on trouverait le mésoderme qui formerait l’intérieur de l’embryon, ce qui représente en gros les vaisseaux, les muscles et les os.
    Ainsi, en fin de gastrulation on a quelque chose d’organisé mais de parfaitement identique à tous niveaux. On pourrait couper notre embryon en tranche, toutes seraient identiques. Il est pourtant évident que nous ne sommes pas ce tube creux. Tout le monde connait le thorax qui surplombe l’abdomen. Il y a donc après la gastrulation une étape dans le développement embryonnaire qui conduit à délimiter des régions, des segments, afin de leur conférer une identité propre et y mettre en place les structures spécifiques qui doivent s’y trouver. Il doit donc exister un mécanisme de segmentation virtuelle qui renseignera les cellules sur leur position dans l’organisme et dictera la bonne mise en place des éléments constituant le corps.

    Cette segmentation, encore appelée métamérisation (on peut définir clairement ce qu’est un métamère mais cela s’avèrerait un peu fastidieux ici, restons général) est réalisée par l’expression des gènes Hox. Ces gènes qui codent pour des facteurs de transcription sont présent dans tout le règne animal (on en décrit des homologues chez les hydres ou encore les méduses). Les protéines pour lesquelles ils codent appartiennent à une famille dont tous les membres ont en commun un domaine conservé, l’homéodomaine. Cet homéodomaine est formé d’environs 60 acides aminés formant 4 hélices (3 hélices alpha + une autre hélice). Ce sont les hélices 2 et 3 qui se fixent dans le grand sillon de l’ADN au niveau d’une séquence consensus spécifique à chacune des différentes sous-familles d’homéogènes. Toutefois, général, la liaison proprement dite à l’ADN est réalisée par le 50ème acide aminé, souvent une glutamine. La liaison de l’ADN peut aussi être contrôlée par des phénomènes épigénétiques tel que la condensation de l’ADN ou la présence de co-facteurs. (McInnes et Michaud Clin Genet 2008 Vol 73 : 212-226).

    Chez les vertébrés, il existe 39 gènes Hox répartis dans 4 complexes de gènes appelés HOXA-D. Les gènes à proprement parlé sont nommé par exemple Hoxa1 puis Hoxa2 etc. selon leur position dans le complexe à partir de l’extrémité 3’. Cette numérotation repose sur une propriété unique des complexes Hox. La limite antérieure de l’expression des gènes le long de l’axe antéropostérieur de l’embryon suit la position des gènes dans le complexe considéré. Ainsi Hoxa1 aura une limite d’expression antérieure plus antérieure que celle de Hoxa2 qui lui-même aura une limite plus antérieure que Hoxa3. C’est ce que l’on appelle la colinéarité spatiale. Il existe encore une autre colinéarité qui suit elle aussi la disposition des gènes dans leur complexe. Les gènes les plus en 3’ s’expriment en premier au cours du développement embryonnaire puis les autres vont s’exprimer progressivement selon une séquence 3’->5’. C’est ce que l’on appelle la colinéarité temporelle. (Graham et al, Cell 1989 Vol 57 : 367-378). Nous avons donc 4 complexes qui s’expriment dans l’organisme selon une séquence antéro-postérieure et il convient à présent de s’interroger sur comment cette structure parvient à mettre en place une segmentation du corps.

    L’expression des gènes Hox permet d’imaginer deux modalités de codage de la position antéro-postérieure.
    • On a vu que les domaines d’expression avait des limites de plus en plus postérieures selon que les gènes sont situés en 5’ dans le complexe. Donc si l’on considère un complexe donné on s’aperçoit qu’on a un échelonnement de l’expression des gènes le long de l’axe antéro-postérieur du corps. A partir de cela certaines observations ont été faites. Une des plus intéressantes est la suivante. L’oreille moyenne est formée par trois os, le marteau, l’enclume et l’étrier. A ce niveau seul deux gènes Hox s’expriment. Hoxa1 puis Hoxa2. Hoxa1 va déterminer l’identité du segment où va se former l’enclume et le l’étrier alors que Hoxa2 va donner son identité au segment où se développe le marteau. Si l’on créer une souris mutante nulle pour Hoxa2 le segment qu’il contrôle change d’identité et devient une duplication du segment Hoxa1 (Rijli et al cell 1993 Vol75(7) : 1333-1349)
    L’idée qu’il resort de ces études (pas seulement celle présentée) est qu’il existe une dominance des gènes les plus antérieurs dans le complexe sur les gènes postérieurs et que c’est toujours. Ainsi dans un segment donné, c’est toujours le gène à la limite la plus postérieure qui domine les autres et impose l’identité du segment.
    • Une autre idée est que l’expression de tous les gènes Hox prise dans son ensemble forme un code interprété par les cellules pour déterminer sa position le long de l’axe antéro-postérieur.
    Il y a donc modèles possibles. Le premier modèle semble être relativement plaisant et simple mais cependant il a pour limite de ne tester que les régions où le code si il existait serait le moins robuste et le plus binaire. Or il se trouve que chez les vertébrés le mécanisme qui permet la prise d’identité des segments est très robuste. A l’exception du cas que j’ai cité et de quelques autres, les mutations d’un seul gène Hox ne conduisent au mieux qu’à des modifications mineures de l’identité d’un segment. L’idée du code Hox n’est donc pas éliminée.

    Par la suite nous ferons le point sur une question qu’il reste à éclaircir : qu’est ce qui détermine au niveau moléculaire l’existence de la colinéarité spatiale et temporelle entre la position des gènes Hox dans leurs complexes et leur expression selon l’axe antéro-postérieur. Disons-le tout de suite, la réponse n’est pas tranchée et nous nous bornerons à n’envisager que quelques modèles d’explication.

    -----

    Je sers la science et c'est ma joie.... Il parait.

  2. Publicité
  3. #2
    Effie

    Re : les gènes Hox

    Merci pour cet exposé (qui tombe à pic avant que je ne me replonge dans l'embryologie pour le CAPES...)! J'apprécie particulièrement ta présentation schématique (mais tellement plus compréhensible que dans la plupart des bouquins!) de l'embryon après la gastrulation, et la nécessité de déterminer une identité aux différentes régions du corps.

  4. #3
    LXR

    Re : les gènes Hox

    Super Piwi, bonne initiative. C'est très bien écrit en tout cas.

    En te lisant, ce qui m'a interpellé, et que tu poses d'ailleurs en question finale, c'est la liaison entre un déroulement physiologique spatio-temporel de l'organisation en segment selon l'axe antéro-postérieur, et son suivi au niveau moléculaire, au niveau de l'organisation spatiale génétique plus précisément. C'est surprenant cette cohésion, il y aurait donc un but, une raison à l'organisation de ces gènes de cette manière précise.

    La première idée pour moi a été l'accessibilité de la chromatine. Si le gène en 3', donc Hoxa1, est exprimé en premier, l'environnement chromatinien à proximité de ce gène est plus accessible à des histones acétyltransférases et on peut imaginer une sorte de mécanisme coopératif, une sorte de réaction en chaine 3'->5'.

    C'est très simpliste. En tout cas si le sens d'activation des gènes était 5'->3', ce serait plus "simple" à expliquer puisqu'on pourrait penser qu'une fois le gène en amont actif, la zone chromatinienne permissive arrive à proximité du promoteur du prochain gène. Dans ce cas on aurait un recrutement de facteurs de transcription et donc une régulation fine dans le temps de l'activation et la localisation d'histones acétyltransférases, donc des co-activateurs transcriptionnels tel que P300, les mécanismes d'activation étant alors plus classiques. La régulation spatio-temporelle serait donc plus facile à expliquer...pourquoi l'évolution a-t-elle choisi d'inverser le sens d'activation de ces gènes par rapport à la logique que nous connaissons tous 5'->3'? Une part de l'explication doit résider là-dedans...

    Une deuxième explication pourrait être un mécanisme de gradient. L'expression du gène Hoxa1 induit l'expression de gènes plus tardifs, certains sécrétés et impliqués dans la signalisation intercellulaire. Ces protéines signalisatrices forment un gradient fort au pôle antérieur et de plus en plus faible vers le pôle postérieur. Elles sont inhibitrices de l'expression de Hoxa2 donc au bout d'une certaine distance vers le pôle postérieur, on a expression du gène Hoxa2 et ainsi de suite pour les autres gènes Hox et les autres segments. Très très simpliste!!! Il faudrait que les cellules entre les deux pôles ne sécrétent pas ces protéines retrouvées hypothétiquement sous forme de gradient...c'est pas gagné!

    Bon j'ai apporté un peu d'eau au moulin, j'attends impatiemment ton avis sur mes hypothèses fumeuses!

    Greg
    Dernière modification par LXR ; 28/03/2008 à 18h39.
    Never give up.

  5. #4
    piwi

    Re : les gènes Hox

    Pour tout te dire, j'en suis resté là parce que j'en avais un peu marre de rédiger (j'ai pris 3/4h pour rédiger ça entre midi et deux.).
    Je compte bien assez rapidement faire une seconde partie qui discutera les trois modèles envisagés. Aucun ne fait l'unanimité.
    Ton premier modèle qui repose finalement sur l'accessibilité de l'ADN est effectivement un des modèles envisagé.
    Pour le second modèle qui considère une molécule diffusible il y a aussi des idées avec les Fgf et Wnt. Difficilement tenable, ce n'est pas le modèle qui a le plus la cote, on en parlera.

    Merci à tous de m'avoir lu
    piwi

    Note: cette discussion est une annexe (qui peut être lue en stand alone, d'où l'idée de la séparer du corps principal) à une autre discussion que j'ai ouverts sur le développement des membres.
    Je sers la science et c'est ma joie.... Il parait.

  6. #5
    MaliciaR

    Re : les gènes Hox

    Hello,

    Excellent travail, vraiment!

    J'ai quelques questions de microbiologiste qui s'intéresse aux gènes Hox...


    Citation Envoyé par piwi Voir le message
    Ainsi, en fin de gastrulation on a quelque chose d’organisé mais de parfaitement identique à tous niveaux.
    Existe-t-il des gènes semblables aux gènes gap, pair-rule et de polarité segmentaire de la Drosophile? Je veux dire, les gènes Hox sont responsables de l'identité du segment. Mais les autres identités (axe antéro-postérieur, dorso-ventral, etc.)?
    Il me semble avoir lu quelque part que des homologues d'even skipped et d'un autre pair-rule existent chez les Mammifères, mais qu'ils sont exprimés après les gènes Hox Je ne sais pas si ma mémoire est bonne là-dessus : c'est bizarre parce que si c'est vrai, qu'est-ce qui expliquerait "l'allumage" des Hox?


    (...) l’homéodomaine.
    Pareil à la Drosophile, l'effet activateur ou répresseur de transcription est situé dans un autre domaine de la protéine?


    Chez les vertébrés, il existe 39 gènes Hox répartis dans 4 complexes de gènes appelés HOXA-D. (...)
    Qu'en est-il des gènes parahoméotiques? Je sais que l'on soupçonne la duplication du génome de l'ancêtre commun des Vertébrés d'avoir été à l'origine de cette présence, mais encore? Quel est leur rôle? Et qu'en est-il chez Amphioxus, histoire de se trouver un petit outgroup ?
    Au fait, quelle est la taille de ces complexes?


    L’idée qu’il resort de ces études (pas seulement celle présentée) est qu’il existe une dominance des gènes les plus antérieurs dans le complexe sur les gènes postérieurs et que c’est toujours. Ainsi dans un segment donné, c’est toujours le gène à la limite la plus postérieure qui domine les autres et impose l’identité du segment.
    Je suis peut-être fatiguée : j'ai l'impression que la 1re et la 2e phrases sont en contradiction... Ou en tout cas, le lien n'est pas très clair pour moi : si l'on parle de dominance postérieure, cela signifie que les gène situé "en aval" sera dominant sur celui qui est "en amont". Pourquoi alors dis-tu que la dominance sera celle des gènes antérieurs sur les postérieurs?


    Citation Envoyé par LXR Voir le message
    La régulation spatio-temporelle serait donc plus facile à expliquer...pourquoi l'évolution a-t-elle choisi d'inverser le sens d'activation de ces gènes par rapport à la logique que nous connaissons tous 5'->3'? Une part de l'explication doit résider là-dedans...
    Je peux me planter mais la logique que nous connaissons tous (5'-> 3') est la nôtre, càd une convention Autrement dit, pratiquement toutes les DNA-pol ont une activité 3'->5'. Il n'y a donc rien d'illogique là-dedans, il paraît même que ce retour ne nécessite pas d'énergie (je n'arrive pas à remettre la main sur l'explication, ça m'énerve ). Le sens important est l'axe antéro-postérieur, non?
    En revanche, ce que je trouve assez surprenant au sein de cette cohérence de directions est que certains gènes (chez la Drosophile, en tout cas) ont un sens de transcription inverse à celui de tous les autres du complexe.

    Au fait, il existe un code hox : est-ce qu'on peut considérer que l'effet de l'acide rétinoïque sur les déplacements de frontières d'expression est un fort argument dans ce sens? (Je crois que j'ai dit une grosse ânerie, là ).

    Merci en tout cas, Piwi


    Cordialement,
    An expert is one who knows more and more about less and less.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    LXR

    Re : les gènes Hox

    Citation Envoyé par MaliciaR Voir le message
    Je suis peut-être fatiguée : j'ai l'impression que la 1re et la 2e phrases sont en contradiction... Ou en tout cas, le lien n'est pas très clair pour moi : si l'on parle de dominance postérieure, cela signifie que les gène situé "en aval" sera dominant sur celui qui est "en amont". Pourquoi alors dis-tu que la dominance sera celle des gènes antérieurs sur les postérieurs?
    En fait, d'après ce que j'ai compris, le développement physiologique se fait du pôle antérieur vers le pôle postérieur chronologiquement parlant. De la même façon, on a une activation des gènes du 3' vers le 5', donc de l'aval vers l'amont (ce que Piwi aurait du dire plutôt que du postérieur vers l'antérieur, c'est ce qui t'as embrouillé). Voyons Piwi, depuis quand dit-on qu'un gène est postérieur à un autre, à part dans l'évolution?!. Il est vrai que le sens d'activation des gènes est "inversés" par rapport aux termes que nous employons pour orienter selon l'axe antéro-postérieur...

    Citation Envoyé par MaliciaR Voir le message
    Je peux me planter mais la logique que nous connaissons tous (5'-> 3') est la nôtre, càd une convention Autrement dit, pratiquement toutes les DNA-pol ont une activité 3'->5'. Il n'y a donc rien d'illogique là-dedans, il paraît même que ce retour ne nécessite pas d'énergie (je n'arrive pas à remettre la main sur l'explication, ça m'énerve ). Le sens important est l'axe antéro-postérieur, non?
    Je parlais de la logique par rapport au sens de transcription qui est le premier niveau d'expression. J'ai d'ailleurs mis un exemple dans le cas où le sens serait 5'->3'. Le promoteur est en 5' et c'est ce qui aurait facilité l'explication, car c'est toujours plus facile (pour nous pauvres biologistes) de faire apparaitre des histones acétyltransférases recrutées par des facteurs de transcription eux-même finement régulés, que des HAT apparaissant en 3' et remontant pour exprimer le gène.... Voilà où en était ma "logique".

    Et soyons fou! Est-ce que des isoformes des gènes Hox existent? Dans le cas d'une affirmation, on peut envisager une complexification exponentielle dans le développement!!!!!! YOUPI!! En effet je pense au VEGF par exemple, où ses isoformes apparaissent suivant le niveau d'hypoxie, selon l'environnement extra-cellulaire, et qui ont chacun un rôle très fin sur la réponse de la cellule à des conditions particulières. La génération de ses isoformes passe (rien que) par des glissement d'ORF, épissage alternatif évidemment, IRES, promoteur alternatif, séquence polyA différente,....C'est là qu'on commence à s'amuser en biologie!!!! Le VEGF n'étant ici qu'un exemple, on pourrait envisager l'intervention de différents isoformes d'un même gène Hox à des étapes diverses et à des localisations variées, non?

    Greg
    Never give up.

  9. Publicité
  10. #7
    MaliciaR

    Re : les gènes Hox

    Citation Envoyé par LXR Voir le message
    En fait, d'après ce que j'ai compris, le développement physiologique se fait du pôle antérieur vers le pôle postérieur chronologiquement parlant.
    Pas seulement chronologiquement, mais spatialement aussi!


    De la même façon, on a une activation des gènes du 3' vers le 5', donc de l'aval vers l'amont (ce que Piwi aurait du dire plutôt que du postérieur vers l'antérieur, c'est ce qui t'as embrouillé).Voyons Piwi, depuis quand dit-on qu'un gène est postérieur à un autre, à part dans l'évolution?! Il est vrai que le sens d'activation des gènes est "inversés" par rapport aux termes que nous employons pour orienter selon l'axe antéro-postérieur...
    Non, pas du tout En fait, étant donné que l'on a une orientation début = position antérieure et fin = position postérieure, ça ne m'embrouille pas. Ce sont les deux phrases que j'ai du mal à mettre ensemble de façon équivalente... En fait, je pense qu'une perte de fonction d'un gène postérieur fait que l'antérieur s'exprime à son lieu et temps (cas de ton exemple, Piwi), alors qu'un gain de fonction d'un gène postérieur l'emporte sur l'expression de l'antérieur (c'est là que l'on vérifie la dominance postérieure).
    Est-ce ainsi que je dois le comprendre?


    Je parlais de la logique par rapport au sens de transcription qui est le premier niveau d'expression. J'ai d'ailleurs mis un exemple dans le cas où le sens serait 5'->3'. Le promoteur est en 5' et c'est ce qui aurait facilité l'explication, car c'est toujours plus facile (pour nous pauvres biologistes) de faire apparaitre des histones acétyltransférases recrutées par des facteurs de transcription eux-même finement régulés, que des HAT apparaissant en 3' et remontant pour exprimer le gène... Voilà où en était ma "logique".
    Ah, ok, pigé!
    Mais on a aussi affaire à tout ce qui est séquences enhancer, lesquelles ne sont pas obligatoirement situées en amont du gène, mais aussi en aval, non? Je veux dire que le promoteur n'est pas le seul responsable de l'expression : il peut y avoir des facteurs situés du "côté obscur de la force"


    Et soyons fou! Est-ce que des isoformes des gènes Hox existent? Dans le cas d'une affirmation, on peut envisager une complexification exponentielle dans le développement!!!!!! YOUPI!! En effet je pense au VEGF par exemple, où ses isoformes apparaissent suivant le niveau d'hypoxie, selon l'environnement extra-cellulaire, et qui ont chacun un rôle très fin sur la réponse de la cellule à des conditions particulières. La génération de ses isoformes passe (rien que) par des glissement d'ORF, épissage alternatif évidemment, IRES, promoteur alternatif, séquence polyA différente,....C'est là qu'on commence à s'amuser en biologie!!!! Le VEGF n'étant ici qu'un exemple, on pourrait envisager l'intervention de différents isoformes d'un même gène Hox à des étapes diverses et à des localisations variées, non?
    Tu ne peux pas parler français, là? Moi rien comprendre à vos trucs d'eucaryotistes... Qu'est-ce que VEGF? Et qu'appelle-t-on isoformes d'un gène? Je pensais que cette appelation n'existait que pour les protéines (les enzymes, en fait). Je me plante encore?

    Cordialement,
    An expert is one who knows more and more about less and less.

  11. #8
    LXR

    Re : les gènes Hox

    Citation Envoyé par MaliciaR Voir le message
    Ah, ok, pigé!
    Mais on a aussi affaire à tout ce qui est séquences enhancer, lesquelles ne sont pas obligatoirement situées en amont du gène, mais aussi en aval, non? Je veux dire que le promoteur n'est pas le seul responsable de l'expression : il peut y avoir des facteurs situés du "côté obscur de la force"
    Oui mais un enhancer agit souvent en se repliant pour que la protéine s'y fixant interagisse avec les protéines au niveau du promoteur et ainsi co-active l'initiation de la transcription. Il y a sans doute d'autres mécanismes et peut-être même des enhancers recrutant des HAT, mais bon, la logique reste 5'->3' dans la transcription. Il y a pour moi une raison à cette remontée...

    Citation Envoyé par MaliciaR Voir le message
    Tu ne peux pas parler français, là? Moi rien comprendre à vos trucs d'eucaryotistes... Qu'est-ce que VEGF? Et qu'appelle-t-on isoformes d'un gène? Je pensais que cette appelation n'existait que pour les protéines (les enzymes, en fait). Je me plante encore?
    J'ai pris le VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor) comme exemple parce que je le connais un peu mais il y en a d'autres. Pöur la petite histoire c'est un facteur pro-angiogénique c'est à dire qu'il stimule la formation de nouveaux vaisseaux sanguins. Son expression est stimulé, entre autres, lors de l'hypoxie d'une région, c'est à dire un taux en oxygène trop bas.
    Du moment qu'à partir d'un gène on fait différent ARNm, j'appelle ça des isoformes, car sur le NCBI à "Entrez Gene" pour beaucoup de gènes tu as plusieurs versions d'ARNm et ils sont considérés comme des isoformes, en tout cas c'est l'annotation qui figure. En ajoutant à ces versions d'ARNm des glissement d'ORF, des codons stop alternatifs, des IRES, tu crée encore d'autres isoformes au niveau post-transcriptionnel. Tu te retrouves donc avec une vingtaine ou une trentaine d'isoformes protéiques, qui par leur stabilité et leurs proportions mutuelles, en plus des modifications post-traductionnelles régulent des réponses biologiques diverses. C'est dingue toutes les possibilités avec un seul gène!!! A quand l'intelligence artificielle en biologie?!?!

    A j'avais oublié, multiplier cette complexité par 25000 gènes, multiplier par les intéractions protéiques, multiplier par la plasticité des rôles de beaucoup de protéines, multiplier par plus de 200 types cellulaires, multiplier par toutes les étapes temporelles et la réaction à l'environnement = la biologie humaine...et encore j'oublie des trucs, je simplifie et on connait pas tout!!! On est foutu!

    Greg
    Dernière modification par LXR ; 29/03/2008 à 00h16.
    Never give up.

  12. #9
    piwi

    Re : les gènes Hox

    Non, pas du tout En fait, étant donné que l'on a une orientation début = position antérieure et fin = position postérieure, ça ne m'embrouille pas. Ce sont les deux phrases que j'ai du mal à mettre ensemble de façon équivalente... En fait, je pense qu'une perte de fonction d'un gène postérieur fait que l'antérieur s'exprime à son lieu et temps (cas de ton exemple, Piwi), alors qu'un gain de fonction d'un gène postérieur l'emporte sur l'expression de l'antérieur (c'est là que l'on vérifie la dominance postérieure).
    Est-ce ainsi que je dois le comprendre?
    Ben oui, comment le comprendre autrement?
    Je sers la science et c'est ma joie.... Il parait.

  13. #10
    piwi

    Re : les gènes Hox

    Salut,
    Encore une chose. Les remarques par rapport aux arthropodes ou aux cephalocordées sont intéressantes. J'ai un pris peu le temps de me demander si j'y répondais longuement ou si je repassais dans un mode plus léger. Le fait est qu'entrer dans des considérations évolutives m'entrainerait encore une fois assez loin et que le but que je me suis fixé ici était de préciser clairement et simplement l'état des connaissances sur les gènes Hox afin d'éclairer mon explication sur le développement des membres. Ce chapitre sur les gènes Hox est juste une annexe. Évidement on pourrait faire une annexe dans l'annexe mais dans ce cas là autant que j'écrive directement un bouquin
    Je crois qu'il faut savoir se fixer des limites sans quoi la charge deviendrait bien trop lourde par rapport au temps que je peux y accorder.

    Rapidement,
    Il existe effectivement des homologues aux gènes de parité drosophiliens. Engailed existe chez la souris et l'homme. Du fait de la sophistication des mécanismes de développement chez les vertébrés le controle strict des gènes de parité segmentaire, des gènes de parité, des gènes paire-rules et même des homéogènes est moins évident. Il semblerait par exemple que le rôle ancestral de engrailed se trouve dans la mise en place des neurones. Si il perd chez les vertébrés sont rôle majeur dans la segmentation il conserve son rôle dans la neurogénèse.
    Wingless (Wnt chez les vertébrés) pour prendre un autre exemple conserve un rôle majeur dans le développement embryonnaire. On le retrouve dans la mise en place de nombreux tissus. Si son contrôle direct sur la segmentation reste moins net il semblerait toutefois qu'il soit au coeur de l'initiation de l'expression des gènes Hox.
    Donc, on voit bien que les autres gènes de segmentation ne sont pas perdus mais ils ont été ré adressés.
    Pour continuer avec ces gènes, non, ils ne sont pas organisés en complexes. Cette propriété d'organisation en complexes de grandes tailles reste une propriété des gènes Hox (j'ai pas de taille précise à donner. J'ai peut être une publi au labo qui en donne un ordre de grandeur, faut que je la retrouve. Ca doit être énorme).
    On peut vaguement parler de la régulation par l'acide rétinoïque. Elle n'est pas si simple que cela à appréhender. Par exemple on sait que Hoxa1 est régulé par l'acide rétinoïque, Hoxa2 ne l'est pas. Il n'y a pas de généralité.

    Sinon les gènes Hox existent chez l'amphioxus sous la forme d'un complexe d'une quinzaine de gènes. L'organisation en complexe doit probablement se fixer avec l'arrivée des chordés vu que l'organisation des gènes homéotique dans le complexe HOM-C des drosophiles est moins marqué que chez les vertébrés, la colinéarité temporelle est moins évidente aussi.

    Voilà rapidement quelques pistes.
    Note: je ne m'exprime peut être pas super bien, il est presque 5h du mat. Faudrait que je pense à dormir un jour moi
    Je sers la science et c'est ma joie.... Il parait.

  14. #11
    MaliciaR

    Re : les gènes Hox

    Citation Envoyé par piwi Voir le message
    Ben oui, comment le comprendre autrement?
    Oki doki C'est juste qu'hier soir j'étais claquée et je ne comprenais pas très bien le lien entre tes deux phrases, mais je pense que c'est bien rentré là Merci

    Cordialement,
    An expert is one who knows more and more about less and less.

  15. #12
    Mecton

    Re : les gènes Hox

    Tout d'abord merci de partager activement tes connaissances.

    Si les questions sont ouvertes alors j'en aurais juste une de base pour ma part :
    39 gènes hox possèdent le même homéodomaine de fixation à l'ADN mais reconnaissent des séquences ADN différentes ... du coup je n'arrive pas à voir fonctionner ces gènes hox ( Hox ? hox ? Hox ?)

  16. Publicité
  17. #13
    LXR

    Re : les gènes Hox

    J'ajoute quelques questions supplémentaires. 39 gènes Hox....!! Cela m'étonnerait qu'ils agissent exclusivement au cours du développement. Est-ce que ces gènes sont aussi impliqués dans le maintien du positionnement des cellules au cours de la vie adulte? Est-ce qu'ils sont impliqués dans la cicatrisation des tissus, puisqu'on a réparation du tissu donc encore une nécessité du positionnement des cellules dans l'espace? Enfin, au-delà des effets de ces facteurs de transcription sur une organisation spatiale, est-ce qu'ils ont été impliqués dans des processus de différenciation cellulaire que j'appellerais ponctuels, par exemple la différenciation des monocytes en macrophages ou cellules dendritiques, la différenciation des cardiomyoblastes en cardiomyocytes, la différenciation des lignées hématopoïétiques,....?

    Greg
    Dernière modification par LXR ; 29/03/2008 à 11h54.
    Never give up.

  18. #14
    MaliciaR

    Re : les gènes Hox

    Citation Envoyé par LXR Voir le message
    Cela m'étonnerait qu'ils agissent exclusivement au cours du développement.
    C'est une remarque intéressante étant donné que chez la Drosophile les gènes Hox sont exprimés durant toute la vie...

    Finalement, l'Annexe suscite plus de réactions que la partie principale

    Cordialement,
    An expert is one who knows more and more about less and less.

  19. #15
    Mecton

    Re : les gènes Hox

    Remonte petit topic !
    Apparemment oui ces gènes sont exprimés durant la vie adulte mais comme ils ont était rangé dans la catégorie gène du développement on ne voit que ça. Pas mal de référence dans cet article dont voici un extrait. my Hox have gone away de Denis Duboule.
    For example, the solidity of hairs (4) or the size of the prostate (5) were reported to be affected by Hox genes inactivation, and various studies suggest that these proteins may be of importance in the hematopoietic system (6-8). Of interest, several Hox genes have been associated with the occurrence of leukemia, either through their over-expression (9, 10) or as a result of chromosome translocations (11, 12).

    Hox genes also appear to be required in the uro-genital system of adult mammals, in particular during pregnancy....
    Euh au fait, c'est cela qu'on appel expressivité variable ? ou alors pléïotropie ??
    "La véritable science enseigne par dessus tout à douter et à être ignorant"M.U

  20. #16
    snow25

    Re : Les gènes Hox

    Bonjour,

    ma question va vous paraitre peut être très idiote mais bon mieux vaut être ridicule 5 min que bête toute sa vie ^^

    est ce que oui ou non les gènes homéotiques peuvent subir des mutations ? Si oui, elle touche quelle région de ces gènes ?
    Je passe des concours paramédicaux et cette question revient souvent dans les QCM et à chaque fois il y a une correction différente, certains mettent oui d'autre non Je voudrais bien qu'on éclaire ma lanterne

    Merci

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. [Génétique] colinéarité développement/agencement des gènes Hox
    Par Mecton dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 19/02/2013, 14h12
  2. [Génétique] Gènes Hox et disque génital chez la Drosophile
    Par MaliciaR dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/12/2007, 23h09
  3. Réponses: 16
    Dernier message: 11/06/2007, 08h32
  4. Réponses: 19
    Dernier message: 26/02/2005, 10h48