Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 24 sur 24

Oscillation gamma du cerveau



  1. #1
    HOHEN

    Oscillation gamma du cerveau

    Le fonctionnement du cerveau est à la fois chimique et électrique. L'électrique vient en premier. Quelque chose excite des millions de neurones, simultanément, dans de nombreuses zones différentes du cerveau. Ce quelque chose peut être un stimulus externe : une vision, un son, une odeur ou une sensation. Il peut être aussi interne, tel un souvenir ou une intention. Ou peut-être une combinaison des deux, comme lorsque je demande à quelqu'un de penser à quelque chose qui ne lui était jamais arrivé : tomber de sa bicyclette et se casser le dos. L'accident est imaginaire, mais le son de ma voix, qui utilise des symboles linguistiques, est physique.
    Quel que soit le stimulus, il excite les neurones selon un certain rythme, y compris une excitation particulière à haute-fréquence appelée "oscillation gamma synchronisée". Elle ne dure qu'un quart de seconde, mais cette synchronisation des oscillations dans différentes zones du cerveau fait que les gens considèrent les pensées comme un tout cohérent. Une "pensée" est constituée de millions d'impulsions électriques séparées dans des zones cérébrales différentes ___ zone sensorielle, zone moteur, centres des émotions, tout cela. Mais à cause de la synchronisation de l'osillation gamma, la personne "expérimente" la pensée comme une simple image effrayante, douloureuse, d'une chute de bicyclette et d'un dos cassé. C'est le shéma des excitations qui est important, au niveau macro.
    Jusque là, j'espère que je suis compréhensible ?
    Maintenant, voilà ce qui arrive au niveau chimique. Dans chaque nerf, l'impulsion électrique en déplacement crée un champ électrique toroïdal, également en mouvement, qui a le nerf pour axe. Le champ atteint la terminaison neuronale, là où il y a très peu d'espace entre l'extrémité de ce nerf et le début de l'autre. C'est la synapse.
    A l'extrémité de toutes les épines dendritiques, il y a des structures appelées grilles présynaptiques paracrystallines. Elles ressemblent à de minuscules treillis rigides à l'intérieur d'une minuscule pyramide. Dans les interstices entre chaque grille, il y a trente à quarante petit ballons appelés vésicules, à l'intérieur "desquelles" est stocké un neurotransmetteur chimique. Certaines grilles contiennent de la dopamine, d'autres de la sérotonine, d'autres des peptides qui inhibent la douleur, et ainsi de suite...
    Par conséquent, l'impulsion nerveuse électrique arrive à la grille présynaptique dont toutes les vésicules pleines de neurotransmetteurs sont en attente, et elle y provoque un influx d'ions de calcium qui fait qu'une ___et une seule___ vésicule se vide dans la synapse. Qui, à son tour, excite le nerf se trouvant de l'autre côté du synapse, ce qui fait exploser ses ballons de transmetteurs, et ainsi de suite. On a une cascade chimique, et les produits font tout ce que l'on attend d'eux dans un organisme. Décharger l'énergie pour nourrir l'action. Stimuler les cellules motrices. Influer sur le courant sanguin. Faire couler l'adrénaline ou monter les émotions ou tout ce que vous voudrez. Tout cela, jusqu'à maintenant, nous le comprenons très bien.
    Mais comprendre les parties ne signifie pas que nous comprenons le cerveau comme un tout. Le tout est plus grand que la somme de ses parties.
    Voici un aspect du cerveau que nous ne comprenons pas. En tout cas, moi, je ne le comprends pas du tout.
    Lorsque l'impulsion électrique atteint la grille présynaptique, son voltage est constant, mesurable, le même que celui parcourant tous les neurones. Mais,parfois, cette impulsion déclenche l'émission des neurotransmetteurs et parfois non. La probabilité de ce déclenchement varie de zéro dix-sept à zéro soixante-deux, selon le type de neurone. Et personne ne sait vraiment pourquoi.
    Est-ce que tout le monde voit où je veux en venir ?
    Nous sommes à l'échelle atomique et c'est l'un des problèmes. Avec l'émission de l'ion de calcium, nous sommes proches de l'échelle quantique. La recherche est difficile parce que la mesure affecte le résultat. Une théorie dit qu'il est ainsi des évènements mentaux.
    Maintenant je vais donner un exemple plus concret pour illustrer un peu tout ça, O.K. ?
    Par exemple, on est seul dans sa chambre, dans le noir, et on pense à quelqu'un qu'on aime ; un être aimé. Soudain, on le voit dans sa tête, on peut même le sentir. Tout le corps réagit physiquement. Mais qu'est-ce qui a initié cette cascade ? Un souvenir sans source d'énergie que l'on puisse identifier dans le cerveau, et qui n'a même pas de localisation unique. C'est seulement un schéma de configurations neurales éparpillées. On appelle cela un "évènement mental". Mais cet évènement non physique a mis en route toute une chaîne d'excitations électriques qui a déclenché ___parfois___ toute une autre chaîne de vésicules de neurotransmetteurs.

    Donc les questions que je me pose c'est : comment cela se produit-il ? Pourquoi les grilles présynaptiques relâchent-elles parfois les vésicules, mais d'autres non, alors que le voltage est le même ? Qu'est-ce qui se passe au niveau atomique ? Je l'ignore.

    Quelqu'un peut-il m'aider et m'éclairer, merci.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    HOHEN

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Au fait..

    Bonjour à tous.

  4. #3
    Jiav

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Bienvenue sur futura HOHEN,

    Citation Envoyé par HOHEN
    Quel que soit le stimulus, il excite les neurones selon un certain rythme, y compris une excitation particulière à haute-fréquence appelée "oscillation gamma synchronisée". Elle ne dure qu'un quart de seconde, mais cette synchronisation des oscillations dans différentes zones du cerveau fait que les gens considèrent les pensées comme un tout cohérent.
    C'est une théorie très intéressante, mais qui reste encore spéculative. Le résultat que tu rapportes est exact pour des stimulations visuelles et sonores, mais les interprétations possibles sont multiples et le débat loin d'être tranché. Attention par contre: les oscillations gamma (entre 30 et 50 ou 150Hz -selon les préférences) ne se voient pas dans les activités unitaires des neurones (et c'est pas faute de les avoir cherchés...), mais en enregistrant des populations (potentiel de champs, EEG et MEG). On ne sait pas vraiment si cela traduit réellement un phénomène de "liage des informations distribuées", ou tout simplement une activation locale à une aire n'ayant rien à voir avec la mise en cohérence des pensées, ou encore un rôle dans la mémoire, etc.... si les oscillations ont vraiment à voir avec la mise en cohérence des pensées, Il se peut aussi qu'il y ait différentes fréquences correspondant à différents types de coopération, avec des fréquences élevées pour l'ultralocal et plus basses pour les coopérations longues distances... c'est pas les théories qui manquent!

    Au niveau neurophysiologique, quelques petites clarifications:
    => il n'y a pas de raisons de séparer les phénomènes électriques et chimiques: ils sont en succession
    => pour la communication électrique, on parle soit de dépolarisation (transmission passive le long d'une dendrite jusqu'au corps cellulaire) ou de potentiel d'action (transmission active le long des axones, avec une forme relativement stéréotypé pour un même neurone mais assez variable d'un neurone à l'autre)
    => pour la communication chimique (synapse), l'arrivée d'un potentiel d'action ne libère pas qu'une seule vésicule, mais plutôt un gros tas
    => un nerf désigne un faisceau de fibres, et pas une fibre unique (fibre=axone ou dendrite)
    => la dendrite qui se trouve de "l'autre coté" d'une synapse n'a pas de neurotransmetteur, mais des récepteurs qui vont dépolariser la membrane

    Pour en savoir plus à ce niveau.

    Citation Envoyé par HOHEN
    Tout cela, jusqu'à maintenant, nous le comprenons très bien.
    N'exagerons rien, ou tu vas finir par me faire perdre le boulot que je n'ai pas encore

    Citation Envoyé par HOHEN
    Mais comprendre les parties ne signifie pas que nous comprenons le cerveau comme un tout. Le tout est plus grand que la somme de ses parties.
    Voici un aspect du cerveau que nous ne comprenons pas. En tout cas, moi, je ne le comprends pas du tout.
    Une formulation plus éclairante serait peut-être: le tout a des propriétés que les parties n'ont pas. Exemple: si on prends deux droites, elles ont ensembles des propriétés (point d'intersection, parallèlisme, angle de croisement) que ne possède pas une droite "isolée": le tout a des propriétés que les parties n'ont pas... c'est aussi con que ça à la base. On peut compliquer à loisir en choisissant un système où les propriétés émergentes sont à peu près impossibles à prévoir à partir des éléments de base, mais dans le fond ça n'est pas plus mystérieux que le cas simple.

    Citation Envoyé par HOHEN
    Mais,parfois, cette impulsion déclenche l'émission des neurotransmetteurs et parfois non. La probabilité de ce déclenchement varie de zéro dix-sept à zéro soixante-deux, selon le type de neurone. Et personne ne sait vraiment pourquoi.
    Pas d'accord: la libération des NT est effectivement probabiliste, mais dans la pratique le bruit généré est probablement non signifiant. D'abord parcequ'on est pas si proche du quantique que ça, à cause du moyennage induit par le grand nombre de vésicule libérées à chaque potentiel d'action afférent. Il y a une autre raison plus "fonctionnelle" et plus fondamentale: c'est que les systèmes distribués/parallèles sont par nature extrèmements résistants au bruit et à la destruction aléatoire d'élément. Il n'y a donc pas trop de raison de penser que l'aléatoire qu'on retrouve au niveau sub-cellulaire affecte fondamentalement le fonctionnement de la bécane. Je ne veux pas dire par là qu'il n'y a pas d'aléatoire dans le cerveau, mais plutôt que sa source est ailleurs: dans le fait que les neurones forment des boucles aux propriétés non linéaire, et donc laissent place à des comportements chaotiques.

    Citation Envoyé par HOHEN
    Maintenant je vais donner un exemple plus concret pour illustrer un peu tout ça, O.K. ?
    Par exemple, on est seul dans sa chambre, dans le noir, et on pense à quelqu'un qu'on aime ; un être aimé. Soudain, on le voit dans sa tête, on peut même le sentir. Tout le corps réagit physiquement. Mais qu'est-ce qui a initié cette cascade ? Un souvenir sans source d'énergie que l'on puisse identifier dans le cerveau, et qui n'a même pas de localisation unique. C'est seulement un schéma de configurations neurales éparpillées. On appelle cela un "évènement mental". Mais cet évènement non physique a mis en route toute une chaîne d'excitations électriques qui a déclenché ___parfois___ toute une autre chaîne de vésicules de neurotransmetteurs.
    Si je comprends bien, tu t'interroges en fait sur le phénomène d'association? On peut en avoir une bonne analogie en modélisant un réseau de neurones artificiel. Sans rentrer dans les détails, on peut faire "apprendre" au réseau des séries d'exemples comportant beacoup d'entrées. Dans ce type de modèle, on voit alors que l'activation d'une petite partie des entrées (exemple: le sentiment que l'on ressent pour quelqu'un) mène spontanément à l'activation des entrées souvent présentes au même moment (la vision de son visage, son odeur, etc). Evidement on ne prétend pas réellement modéliser des choses aussi complexes (?!) et multidimensionnelles (!?) que les perceptions conscientes ou les sentiments: dans la pratique, c'est plutôt des suites de 1 et de 0, mais le principe d'association doit marcher pour toute pensée signifiante pouvant être associé à des signes... il suffit que le codage soit possible.

    Au plaisir,
    Gamma

  5. #4
    HOHEN

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Bonjour Gamma


    Recevez mes remerciements pour votre réponse.

    Au plaisir de revenir sur ce forum,



    HOHEN

  6. #5
    Jiav

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Citation Envoyé par HOHEN
    Recevez mes remerciements pour votre réponse.
    Tout le plaisir est pour moi

    Je réactive cette discussion car ceci devrait vous intéresser: c'est une sorte d'explication du questionnement neuroscientifique sur les synchronies, remis dans son contexte "historique".

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    ggpessoa

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    C'est très interessant mais je n'ai pas bien compris ce que c'était que l'oscillation gamma ? C'est la fréquence entre la libération et la destruction du neurotransmetteur ?

  9. Publicité
  10. #7
    Jiav

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Citation Envoyé par ggpessoa
    C'est très interessant mais je n'ai pas bien compris ce que c'était que l'oscillation gamma ?
    Rien à voir avec la libération/recapture des neurotransmetteurs en fait: le gamma désigne des bouffées d'oscillations rapides (>30 Hz) du signal électrique (ou magnétique) généré par le cerveau. Il s'agit d'une vue à "large échelle", en fait la sommation de beaucoup d'activités neuronales individuelles. Par analogie, et un peu pour se foutre de notre gueule, certains ont comparé ça à un micro qui serait mis au dessus de la ville de Pékin: si il y a une grosse manif ou une guerre, on devrait enregistrer quelquechose, mais de là à discuter des opinions politiques des habitants... reste quand même qu'on des résultats reproductibles et liés aux processus neurologiques, ce qui suggère qu'il y a des "modes" de fonctionnement des populations neurales qui se traduisent par des fréquences particulières, dont le gamma (mais aussi l'alpha, le béta... etc).

  11. #8
    ggpessoa

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    ok et qu'a ton tiré d'un point de vue du fonctionnement ou des mécanismes moléculaires de ce phénomène ? Est-ce une simple constatation dénuée de toute corrélation avec le fonctionnement du cerveau ?

  12. #9
    Jiav

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Rebonjour,

    Citation Envoyé par ggpessoa
    ok et qu'a ton tiré d'un point de vue du fonctionnement ou des mécanismes moléculaires de ce phénomène ?
    Rien! Encore une fois ce n'est pas un mécanisme moléculaire1 ni même un phénomène visible au niveau des neurones unitaires. C'est un comportement de population, qui reflète une structure, ou plutôt une coordination des activités individuelles. A la base, il y a la machinerie normale de production des potentiels d'actions2, et surtout le bouclage énorme des neurones entre eux: cela définit des réseaux d'oscillateurs couplés, probablement3 à l'origine des synchronisations transitoires que l'on observe.

    Citation Envoyé par ggpessoa
    Est-ce une simple constatation dénuée de toute corrélation avec le fonctionnement du cerveau ?
    Ho non il y a pas mal d'évidence de corrélation entre le gamma et le niveau d'éveil, la perception consciente, l'attention sélective, ainsi que la mémoire de travail. Le plus frappant est peut-être Fries et al. 97 sur la perception visuelle de barres mobiles: en présentant deux patterns en même temps mais oposés en direction la perception passe successivement d'un percept à l'autre (un peu comme le cube de Necker), et le niveau de gamma suit la perception consciente.
    Maintenant il y a des évidences qui ne collent pas: existence d'activités gamma durant le sommeil ou l'anesthésie, disparition du gamma pour une perception de longue durée, etc. Une possibilité est que le gamma représente un des modes fondamentaux de coordination neuronale, et donc que son implication dans les différents aspects de la vie mentale décrit plus haut ne soit que la pointe émergée de l'iceberg. C'est bien tout le problème avec les études corrélatives: on ne sait pas si la relation est causale ou indirecte.

    Les principales références pour ce sujet:

    *Crick FC, Koch C. Towards a neurobiological theory of consciousness. Seminars in Neuroscience 1990; 2: 263-275.
    *Fries P, Roelfsema PR, Engel AK, Konig P, Singer W. Synchronization of oscillatory responses in visual cortex correlates with perception in interocular rivalry. Proc Natl Acad Sci U S A 1997; 94: 12699-704.
    *Gray CM, Konig P, Engel AK, Singer W. Oscillatory responses in cat visual cortex exhibit inter-columnar synchronization which reflects global stimulus properties. Nature 1989; 338: 334-7
    *Llinas R, Ribary U, Contreras D, Pedroarena C. The neuronal basis for consciousness. Philos Trans R Soc Lond B Biol Sci 1998; 353: 1841-9.
    *Singer W, Gray CM. Visual feature integration and the temporal correlation hypothesis. Annu Rev Neurosci 1995; 18: 555-86
    *Tallon-Baudry C, Bertrand O. Oscillatory gamma activity in humans and its role in object representation. Trends Cogn Sci 1999; 3: 151-162.
    *Varela F, Lachaux JP, Rodriguez E, Martinerie J. The brainweb: phase synchronization and large-scale integration. Nat Rev Neurosci 2001; 2: 229-39.

    1 Sauf peut-être pour certaines ultra-hautes fréquences visible en MEG, qui pourraient être liées directement à une relache de neuromodulateurs dans le cortex et à la plasticité des aires cérébrales -c'est encore exploratoire et peu validé je pense
    2 En fait c'est un peu plus compliqué: les signaux de population (potentiel de champs, de scalp...) dans lesquels on voit du gamma ne sont pas directement liés aux potentiels d'action, mais plutôt aux courants électriques des corps cellulaire/dendrites: autrement dit, on n'enregistre pas les potentiels d'actions, mais plutôt l'effet des potentiels d'actions sur leurs "cibles" dendritiques.
    3 Tu veux vraiment que je rentre dans les considérations de dynamique non linéaire?

  13. #10
    HOHEN

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Bonjour Gamma, bonjour à tous,


    Je vous remercie Gamma pour vos réponses et je me réjouis de ce lien que vous avez envoyé. Car je trouve ce dernier, en effet, très intéressant.




    Au plaisir de revenir sur ce forum,




    HOHEN

  14. #11
    glevesque

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Salut Gamma

    Aurais-tu des informations sur l'origine et de ou et comment se propage le signale de synchronisation. Est-il disémétrique lors de son activation et selons les régions du cerveau. Y-a-il un NT qui lui serait impliqué plus directement ?

    Enfin tout plein de question !!!!

    Au plaisir Gamma

    Gilles
    Dernière modification par glevesque ; 14/05/2005 à 16h48.
    Je veux comprendre et non d'avoir raison, je veux savoir et non tout connaitre

  15. #12
    Jiav

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Citation Envoyé par glevesque
    Aurais-tu des informations sur l'origine et de ou et comment se propage le signale de synchronisation.
    Pas trop non. On constate les synchronisations, et on constate qu'elles corrèlent avec telle ou telle activité cognitive, mais on ne sait pas trop par quels mécanismes ces synchronisations se mettent en place. Il y en a probablement plusieurs, selon que les processus soient top-down (exemple: je cherche une image visuelle dans une scène complexe) ou bottom-up (exemple: deux lignes discontinues bougeant à la même vitesse et dans la même direction tendent à être liées). Autant le bottom-up peut venir du cablage synaptique intrinsèque, autant cela ne peut rendre compte des phénomènes top-down... Pour vraiment répondre à cette question, il faudrait probablement avoir un enregistrement complet de tous les neurones...

    Est-il disémétrique lors de son activation et selons les régions du cerveau.
    Pas compris: qu'est-ce que tu veux dire par disymétrique?

    Y-a-il un NT qui lui serait impliqué plus directement ?
    Je ne crois pas qu'il y ait des NT spécifiques, mais ça n'est pas complêtement impossible non plus (notamment lors de processus top-down).

  16. Publicité
  17. #13
    glevesque

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Salut Gamma et merci pour les réponces

    Est-il disémétrique lors de son activation et selons les régions du cerveau.
    Entre les aires et les lobes par exemple. La synchronosation commense t-elle a un endroits et ce propage vers les zones cérébrales qui devront-être activé, et un peut décaler dans la synchronisation globale. Ou au contraire le cycle est partout dans un même temps. Partout dans le sens de régions activité dans le processus neurale (Cortex frontale, sensito et moteur et autre).

    La synchronisation, participe t-elle à la sélection par aemplication ou inibition des régions cérédrale qui seront dans le comportement finale et la prise de décsision. A t-elle un rapport dans cela.

    Gilles
    Dernière modification par glevesque ; 16/05/2005 à 18h39.
    Je veux comprendre et non d'avoir raison, je veux savoir et non tout connaitre

  18. #14
    Jiav

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Ok Gilles je comprends mieux

    L'intérêt supposé de la synchronisation, ce serait de dessiner une architecture fonctionnelle labile, c'est à dire de sélectionner quels réseaux peuvent être actifs (autrement dit: oui à ta dernière question -sauf que ce n'est pas particulièrement tourné vers la prise de décision).

    Au niveau neuronal, on sait que des inputs coïncidants sont beaucoup plus efficaces que des inputs identiques mais légèrement décalés dans le temps. On en déduit que quand deux populations de neurones sont synchronisés, alors non seulement ils doivent être plus efficaces pour activer d'autres populations neurales, mais aussi ils doivent pouvoir se renforcer l'une l'autre en diminuant l'efficacité des activités non synchrones avec elles.

    En conséquence, on pense que la synchronisation peut servir à la fois d'amplificateur, mais aussi comme mécanisme structurant. Dans ce cadre, on devrait s'attendre à ce que des synchronisations puissent être projetées d'une aire à l'autre, mais aussi que deux activités oscillatoires distinctes puissent établir une cohérence transitoire sans que l'une soit la cause de l'autre... autrement dit pour ta première question: les deux cas doivent pouvoir se retrouver.

    A+, G.

    PS après coup: je ne vois pas trop comment prouver la "projection" d'une synchronisation en fait: comme cela aboutirait aussi à une augmentation de la synchronie dans la zone de départ, il me semble que ça serait dur à distinguer d'une cohérence établie en parrallèle... à réfléchir: ça mérite peut-être un coup de rasoir d'Occam

  19. #15
    glevesque

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Salut Gamma et merci pour la réponce

    Je fabrique une image neurale à partir d'une perception quelconque de l'extérieur . Le signale est véhiculé par plusieurs sens, disont ouis, vision, odorat (c'est juste un exemple). Le signale nerveux pénètre dans le cerveau par différents points d'entrés relié a ses sens de perception sensitif.

    Le tout est traité en parallèle selont leurs points d'entrés et dans des régions bien spécifique du cerveau (les aires correspondante). Ici chaques réseaux à sa propre résonances oscillatoire. Mais voilà que toute sorte de circuit distants commences a s'effectuer et certains vont et revienne constament, même le lobe frontable est impliqué. Ici ils semble y avoir un autre type de synchronisation qui est relié à la persistance ou le renforcement de l'activité de certains circuits neuroneaux (les neuds sélectif). Les tout fouilles dans la mémoire comportementale et assosiatif du néocortex, mais aussi vers d'autre régions (lenticulaire, frontale, limbique etc...) Plusieurs pseudo réponces s'élabore en même temps, comme des réflexes d'embranchement, mais qui seront détruit par inibition et selon leurs sélection qui s'efectut selon l'activité globale par renforcement. Ici il semble y avoire, un autre cycle de synchonisation qui est relier au mécanisme de sélection plus globale et qui descrimine en quelque sorte le schéma de travail et comportementale sélectif en cours d'élaboration. Donc un cycle qui serait relié a la réception initiale, et un cycle qui serait relié parallèlement à l'établissement de réponce possible, mais dont le tout sera renforcé ou inibé selon les jonction associatif différente et descriminé du cortex et de manière parrallèle.

    La réponce finale, découlerais de tout cela au finale et s'élaborerait en même temps que les prémisses même de la percetion.

    Voilà ma question : Peut-on dire que les différents niveau de l'onde gamma, serait relié d'une certaines manière à l'une ou l'autre de ses fonctionnalité neuronale mais parrallelement. Ce peut-il que l'activité de ou des onde Gamma (relié à la conscience) serait ou émergerais de l'ativité nerveuse et des différents circuits distant d'embranchement.

    Dit moi si mon exemple est claire et valable !!!!

    Gilles
    Dernière modification par glevesque ; 17/05/2005 à 14h52.
    Je veux comprendre et non d'avoir raison, je veux savoir et non tout connaitre

  20. #16
    Jiav

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Citation Envoyé par glevesque
    Dit moi si mon exemple est claire et valable !!!!
    Je ne comprends pas à quoi tu fais référence pour "les neuds sélectif", les "réflexes d'embranchement", et tout ce qui suit "leurs sélection qui s'efectut selon l'activité globale par renforcement" -incluant les questions...

    Citation Envoyé par glevesque
    Voilà ma question : Peut-on dire que les différents niveau de l'onde gamma, serait relié d'une certaines manière à l'une ou l'autre de ses fonctionnalité neuronale mais parrallelement.
    que veux tu dire par "différents niveau" et "relié (..) parrallelement"

    Citation Envoyé par glevesque
    Ce peut-il que l'activité de ou des onde Gamma (relié à la conscience) serait ou émergerais de l'ativité nerveuse et des différents circuits distant d'embranchement.
    D'abord est-ce que le gamma est relié à la conscience? Crick le dit, mais c'est loin d'être si évident.

    Est-ce que le gamma résulte de connections distantes ou de connexions locales (c'est comme ça que je comprends ta question)? Personnellement j'ai tendance à penser que la fréquence reflête la taille du réseau, ce qui signifierait que les hautes fréquences (donc le gamma) soit plutôt générée par des connections locales. Sauf que tu peux très bien imaginer que la communication à longue distance se fasse par une synchronisation entre deux activités oscillatoires distinctes, et dans ce cas tous les cas de figure sont possibles -incluant des coordinations (cohérence) d'activités de hautes fréquences mais distinctes. En fait c'est dans ce cas (synchronisation d'activité oscillatoires plutôt qu'une activité oscillatoire identique dans tout un réseau) que l'on devrait trouver des fréquences hautes "drivées" par des fréquences basses (un peu comme le mécanisme proposé par VanRullen et al.).

  21. #17
    glevesque

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Salut Gamma

    Je ne comprends pas à quoi tu fais référence pour "les neuds sélectif", les "réflexes d'embranchement", et tout ce qui suit "leurs sélection qui s'efectut selon l'activité globale par renforcement" -incluant les questions...
    En effet, mais malgrer ceci tu as très bien répondut à ma question. Merci.

    les neuds sélectif = Passerelle ou jonction neurale entre réseaux de neuronne, ou circule l'influx nerveux (je me souviens plus du therme exacte).
    réflexes d'embranchement = Circuit plus directe associé aux comportement réflexe (ici aussi, je me souviens plus du therme exacte).
    leurs sélection qui s'effectut selon l'activité globale par renforcement = un peut comme l'émergence progressive du schéma ou de l'espace de travail relié au comportement qui sera manifesté.

    je me souviens plus du therme exacte = Comme tu vois, je ne suis qu'un amateur, et la mémoire de la terminologie me fait souvant défault.

    Gilles
    Je veux comprendre et non d'avoir raison, je veux savoir et non tout connaitre

  22. #18
    macspaces

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    bonsoirs,

    Je sais quand électricité le magnétisme tourne autour du noyaux électrique et que ce magnétisme contient toute forme information qui a passer dans le fil de cuivre .

    Alors jai fait le même lien mais avec la tête .jeux de mots , mots de jeux

    pour qui compte crois avoir avec conviction la réponsse a ma question .Cette présemption de ma part m'obsède .Croyer vous vraiment au debit d'information contenue dans londelette humaine .onde qui est delta theta alpha beta et gamma .Contiennent ils ce que je vois ce que jentend ce que je pense et même ce que je mange etc . .




    Macspaces

  23. Publicité
  24. #19
    macspaces

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    suite-- macspaces--suite -- Des milliards de cellule qui oscillent dans tous les sens forment un enssemble magnétique qui nous informent du debit d'information voulue ou de l'activité cérébral :vision ,l'ouie ,la pensée ,etc???
    le croyez vous

    merci pour vos réponsse a l'avance

    Macspaces

  25. #20
    macspaces

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    quelqu'un peut til me repondre ? Peut être Gamma. merci!



    Macspaces

  26. #21
    invite431

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Bonjour,

    Je crains fort que macspace et macspaces ne soit la même personne .... avec les mêmes délires

    Hélas !

  27. #22
    Thelz

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    !!!

    Macspaces est peut-être quelqu'un d'un peu 'space' pardonnez moi le jeu de mot (mot de jeu ? -_-') mais il a fait remonter un fil qui traite (presque) de la meme chose que le nouveau sujet sur la forme de stockage de l'information dans le cerveau auquel je viens de répondre ! (Eh oui finalement je ne me suis pas couché et j'ai lu les explications du thésard-modo^^).

    Je vois que mon idée de comparer le passage de courant/non des bits informatiques avec le passage de NT entre deux neurones était bonne (comment ça c'était évident?)
    Et je vois qu'il y a des gens très calés dans ce domaine qui pourront sans doute éclairer la question du stockage du nouveau fil (mod:à intégrer à celui-ci?).
    Et enfin je vois que je n'avais pas du tout pensé au magnétisme ni aux fréquences gamma générées par tous ces flux électriques... Cela peut-il avoir un rôle informatif/organisateur ???
    N'existe-t-il donc pas une expérience sadique consistant à faire subir (à un volontaire bien sûr (rémunéré^^)) une décharge de radiations gamma à un cerveau en pleine activité de réflexion (un pti poker cobaye?). Histoire de voir si des interférences lui brouillent l'esprit ou non.

    Bonsoir a tous !

    Edit : il me semblait bien que les gamma étaient très nocifs (souvenirs....^^)
    Les rayons gamma provenant de retombées radioactives seraient probablement le plus grand danger dans le cas d'une guerre nucléaire. Si les rayons gamma sont moins ionisants que les rayons alpha ou bêta, ils demandent des épaisseurs de blindage beaucoup plus importantes pour s'en protéger. Ils produisent des dégâts similaires à ceux produits par les rayons X ou les ultraviolets, tel que brûlures, cancers et mutations génétiques.

  28. #23
    invite431

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    Bonjour,

    Les ondes ou oscillations gamma entre 20 et 80 Hz n'ont rien à voir avec les rayons gamma, rayonnement électromagnétique de haute énergie produit lors d'une désintégration atomique.

    Bonne journée

  29. #24
    Thelz

    Re : Oscillation gamma du cerveau

    C'est exactement ce que je me suis dit ce matin en me réveillant. Mais bon c'était un peu tard. (mon cerveau a sans doute continué à 'travailler' pendant que je dormais ; quel est le mécanisme qui fait que le cerveau tourne en boucle toutes les idées de la journée pendant le sommeil ? that's the question)

    Merci pour la précision, Wiki (et les souvenirs flous) n'a pas que du bon, on s'emballe vite...

    Bonne journée

  30. Publicité

Discussions similaires

  1. Test: Vous êtes plutôt cerveau gauche ou cerveau droit?
    Par mtheory dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 153
    Dernier message: 24/04/2012, 17h48
  2. Oscillation
    Par alexandrarasta dans le forum Physique
    Réponses: 2
    Dernier message: 16/01/2007, 17h07
  3. oscillation
    Par iwio dans le forum Électronique
    Réponses: 4
    Dernier message: 04/02/2006, 21h02
  4. Oscillation libre et oscillation.
    Par julien_4230 dans le forum Physique
    Réponses: 3
    Dernier message: 23/12/2005, 11h09
  5. Oscillation
    Par CrazySeb dans le forum Physique
    Réponses: 3
    Dernier message: 28/02/2005, 08h41