Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

OGM vs Insectes



  1. #1
    invité87654321234567

    OGM vs Insectes

    Bonjour,

    Voilà j'ai entendu dire, qu'une des motivations concernant la culture d'OGM, était d'augmenter les rendements, en limitant l'impact des insectes dévoreurs de récoltes...
    Hors d'après la théorie de l'évolution, il serait logique de penser,que le jeu de hasard et de la nécessité, produise tôt ou tard, des mutants, résistants au toxines, produites par ces OGM.
    Autrement dit, la culture OGM, ne résout rien dans ce domaine, puisqu'elle initie une course aux armements. Des modifications phénotypiques font permettre aux insectes de s'adapter, et si l'environnement est suffisamment stable, une adaptation durable des insectes devrait se produire, en rendant ceux-ci encore plus efficaces,
    pour s'adapter, et profiter du potentiel énergétique, que représente,
    les cultures OGM.
    J'ai trouvé un article allant dans ce sens...

    Un insecte parvient à résister à un coton OGM censé l'éradiquer...

    Ne risque-t-on pas donc à moyen terme, de créer des insectes OGM, corollaires, de ces végétaux OGM, extrêmement résistants et extrêmement adaptables, notamment pas leur taux de mutations.

    Je ne parle pas bien sûr des risques de dommages collatéraux, résultant, d'une dissémination de ces mutants, dans les autres environnements non-OGM...

    Cordialement

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    invité87654321234567

    Re : OGM vs Insectes

    Un autre lien à ce sujet :

    Les insectes résistent au coton OGM Bt

    Les insectes font de la résistance...

    Très belle vérification "in-situ" de la théorie de l'évolution n'est-ce pas ?

    Cordialement

  4. #3
    noir_ecaille

    Re : OGM vs Insectes

    Il s'agit de continuer la course aux armement

    Concrètement on utilise des toxines bactériennes dans nombre d'insecticides (entre autre ceux utilisé dans l'agriculture biologique). Le problème de la pulvérisation c'est la dispersion environnementale, notamment en cas de précipitations. Et donc une baisse d'efficacité du kilo pulvérisé par mètre carré.

    Le principe d'un grand nombre d'OGM agricoles c'est d'intégrer la production d'une ou plusieurs toxine(s) à la physiologie de la plante : moins de dispersion (pas d'écoulement), une permanence de production (assurée par le plant), donc en principe des coûts d'entretien de la parcelle vus au rabais.

    S'il est vrai que des insectes deviennent résistants aux OGM, ils le deviennent tout autant avec des pesticides plus classiques. La seule différence mécanique c'est qu'on a l'insecticide ou sur la plante (pulvérisation) ou dans la plante (OGM).
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  5. #4
    invité87654321234567

    Re : OGM vs Insectes

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Il s'agit de continuer la course aux armement
    Concrètement on utilise des toxines bactériennes dans nombre d'insecticides (entre autre ceux utilisé dans l'agriculture biologique). Le problème de la pulvérisation c'est la dispersion environnementale, notamment en cas de précipitations. Et donc une baisse d'efficacité du kilo pulvérisé par mètre carré.

    Le principe d'un grand nombre d'OGM agricoles c'est d'intégrer la production d'une ou plusieurs toxine(s) à la physiologie de la plante : moins de dispersion (pas d'écoulement), une permanence de production (assurée par le plant), donc en principe des coûts d'entretien de la parcelle vus au rabais.

    S'il est vrai que des insectes deviennent résistants aux OGM, ils le deviennent tout autant avec des pesticides plus classiques. La seule différence mécanique c'est qu'on a l'insecticide ou sur la plante (pulvérisation) ou dans la plante (OGM).
    Oui c'est vrai, ce n'est donc,pas un argument opposable donc à l'utilisation des OGM.
    On gagne donc en terme de productivité, et en terme environnementale, en évitant la pollution des nappes phréatiques.
    Cela demande juste une bonne surveillance, si l'on veut pouvoir ajuster l'arsenal OGM, à l'adversaire.
    ON peut supposer que, l'échelle de temps, soit suffisamment grande, pour pouvoir profiter, d'un type de semence modifiée...
    Le risque étant d'asservir certains types d'agriculture, à de puissants laboratoires...Mais c'est là un autre sujet. La course aux rendements et la nécessité de nourrir des populations toujours plus nombreuses,
    est aussi une réalité, qu'il faut prendre en compte.

    De beaux combats en perspectives !

    Cordialement

  6. #5
    kamor

    Re : OGM vs Insectes

    Attention les insectes ne seront pas OGM, cette appellation désigne une intervention humaine sur le génome. Ils seront simplement résistants à ces plantes, le principe de la sélection naturelle le suppose directement, tout comme on a vu l'apparition des bactéries résistantes aux antibiotiques
    L'autre intérêt de réduire les quantités d'insecticide, c'est de réduire la pollution. Les agriculteurs sont de plus en plus pointés du doigt là dessus.
    Le contrôle des semis est déjà une demi réalité, dans le sens où les plus performantes sont stériles, donc les agriculteurs doivent repasser par le producteur tous les ans

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    invité87654321234567

    Re : OGM vs Insectes

    Attention les insectes ne seront pas OGM,
    Oui c'était une boutade, visant à montrer que la plante OGM en tant que variation/perturbation environnementale, allait stimuler l'émergence d'une espèce mutante...

    Cordialement,

  9. Publicité
  10. #7
    LXR

    Re : OGM vs Insectes

    l'émergence d'une espèce mutante...
    On parle d'espèce mutante que par référentiel à l'espèce dont elle dérive. Parler d'espèce émergente est plus élégant à mon goût, ce n'est qu'une question de forme mais cela a un impact conséquent pour la communication avec les profanes, surtout dans ce type de sujet.

  11. #8
    Franck PASCAL

    Re : OGM vs Insectes

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Il s'agit de continuer la course aux armement

    Concrètement on utilise des toxines bactériennes dans nombre d'insecticides (entre autre ceux utilisé dans l'agriculture biologique). Le problème de la pulvérisation c'est la dispersion environnementale, notamment en cas de précipitations. Et donc une baisse d'efficacité du kilo pulvérisé par mètre carré.

    Le principe d'un grand nombre d'OGM agricoles c'est d'intégrer la production d'une ou plusieurs toxine(s) à la physiologie de la plante : moins de dispersion (pas d'écoulement), une permanence de production (assurée par le plant), donc en principe des coûts d'entretien de la parcelle vus au rabais.

    S'il est vrai que des insectes deviennent résistants aux OGM, ils le deviennent tout autant avec des pesticides plus classiques. La seule différence mécanique c'est qu'on a l'insecticide ou sur la plante (pulvérisation) ou dans la plante (OGM).
    Alors là, des précisions s'imposent.
    Avec une lutte biologique (et normalement en lutte chimique classique), la pulvérisation d'insecticide à lieu uniquement au moment où l'insecte peut créer des ravages sur les cultures. Avec les OGM, la production de l'insecticide est continue, depuis la pousse de 2 mm jusqu'après récolte de la céréale cultivée ou ici le cas du coton.

    L'effet n'est pas le même: dans le premier cas, la lutte est ciblée et on est à peu près certain de n'avoir aucun résidus de l'insecticide dans la récolte consommable. En cas de lessivage par les pluies, la dose lessivée est limitée à la dose apportée par l'agriculteur.

    Avec les OGM, toutes les cellules de la plante produisent ces insecticides, récolte incluse, même fruit en cours de maturation. La récolte est obligatoirement contaminée par présence d'insecticides. Les normes de résidus de molécules de protection des cultures dans les aliments ont d'ailleurs été relevées (parfois multipliées par 200) pour que les PGM puissent finir dans nos assiettes. Sinon, le taux de contamination par les pesticides les rendait impropres à la consommation avec les normes de la lutte chimique.

    C'est notamment le cas du glyphosate, plus connu sous le nom round-up. Avant les PGM résistantes au glyphosate, toute plante touchée par le glyphosate mourrait. Donc, aucune chance d'avoir du glyphosate dans nos assiettes. Une norme large existait tout de même car certains maraichés pulvérisaient une faible dose de glyphosate sur leurs salade quelques jours avant leur récolte. Ca les faisait jaunir légèrement et ça se vendait mieux sur les étalages des grandes surfaces... même si la salade était amère.

    Aujourd'hui, avec les céréales résistantes au glyphosate, les adventices (mauvaises herbes) sont partiellement devenues tolérantes au glyphosate, ce qui oblige les céréaliers à traiter plus souvent et avec des doses plus fortes de glyphosate pour controler les adventices, et ce jusqu'à la récolte. On a donc énormément de chance de trouver du glyphosate dans les assiettes... d'où l'augementation de la norme sur les résidus de glyphosate dans l'alimentation.

    Pour revenir aux insecticides. Certaines plantes GM produisent 500 fois la dose apportée par les traitement classiques sur une année. Ca va jusqu'à 10000 fois selon certaines études. Pensez-vous vraiment que le lessivage de ces exudats soit inférieur au lessivage d'un traitement classique ?
    Quel effet dans l'environnement ?

    Quel effet de telles doses de ces substances dans le corps humain ??

    Réponse lorsque l'Homme aura terminé sont expérimentation planétaire.

  12. #9
    Alhec

    Re : OGM vs Insectes

    La production est continue, mais que fait la plante? Laisse-t-elle l'insecticide s'accumuler dans ses tissus, est-il rejeté dans l'environnement ou y a-t-il un turn-over continu? Donc à un instant "t", qu'elle quantité d'insecticides contient la plante par rapport à une pulvérisation?

    Autre chose: je sais que les plantes sont capables de détecter les attaques par un insecte, ne serait-il pas possible de réaliser une construction génétique pour que la production d'insecticides ne se produise qu'à ce moment là?

    Sinon, on pourrait avoir les références des relevés de norme?

  13. #10
    noir_ecaille

    Re : OGM vs Insectes

    La plupart des plantes OGM ne sont pas modifiée au niveau du noyau mais de leur chloroplastes , pour deux raisons :
    - éviter la production intempestive des substances d'intérêt au niveau du fruit.
    - limiter la dissémination des transgènes au travers des pollens.

    Partant de là, on peut distinguer plusieurs types de PGM :
    - PGM à génome chloroplastique modifié.
    - PGM à génome nucléaire modifié.

    mais aussi :
    - PGM producteurs de molécules d'intérêts (insecticide bactérien, antibiotique, hémoglobine...).
    - PGM résistants/insensibles à une molécule d'intérêt (glyphosate, DDT...).

    Sans compter les cultures variétales dont le principe est grosso modo :
    - forcer l'apparition de mutation (exposition à des radiations, produits, virus...).
    - sélectionner les mutants présentant des caractéristiques d'intérêt (= faire le tri, stabiliser des lignées, identifier les facteurs...).
    - croiser les lignées jusqu'à obtention, puis stabilisation, d'une variété réunissant des caractéristiques d'intérêt.
    A noter que les variétés ainsi obtenues ont des effets similaires au PGM fabriqués sous microscope, sans compter que ce sont des semences "Terminator" (récolte stérile).

    J'insiste sur le fait qu'il n'existe pas une mais des stratégies pesticides (pesticide = anti-insectes, anti-maladies, anti-parasites...), qu'elles utilisent des PGM ou des variétés, qu'elles se basent sur des résistances ou des inductions, qu'elles s'appliquent tout au long de la culture ou à échéance cadencée.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  14. #11
    myoper

    Re : OGM vs Insectes

    Au passage,
    Avec une lutte biologique (et normalement en lutte chimique classique), la pulvérisation d'insecticide à lieu uniquement au moment où l'insecte peut créer des ravages sur les cultures.
    Me semble idéal mais pour pulvériser une couche uniforme sur des plants de un-deux mètres serrés en culture nécessite une "bonne" dose, sauf a la passer au pinceau ...

    Aujourd'hui, avec les céréales résistantes au glyphosate, les adventices (mauvaises herbes) sont partiellement devenues tolérantes au glyphosate, ce qui oblige les céréaliers à traiter plus souvent et avec des doses plus fortes de glyphosate pour controler les adventices, et ce jusqu'à la récolte.
    Remarque tout aussi valable pour les pesticides pulvérisés.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. [Biologie Moléculaire] Ogm
    Par benjin dans le forum Biologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 31/12/2009, 09h46
  2. Ogm
    Par selmich dans le forum Biologie
    Réponses: 9
    Dernier message: 30/04/2008, 10h13
  3. Décret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié
    Par chrisgir dans le forum Actualités
    Réponses: 98
    Dernier message: 25/04/2007, 23h02
  4. Les OGM, bons ou mauvais ? quels OGM ?
    Par shokin dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 231
    Dernier message: 25/07/2005, 11h10