Discussion fermée
Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 99

Décret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié




  1. #1
    chrisgir

    Décret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Voilà, tout est dit dans le texte. Je viens d'entendre ça à France Info
    (http://www.radiofrance.fr/chaines/fr...vd6h94&sec=sci)

    50 m de distance entre maïs OGM et non OGM. Cela ne posera pas de problèmes lorsque le non OGM sera contre le vent de l'OGM en revanche, ca risque d'être plus délicat si le non OGM est sous le vent (mais ca reste possible, à condition d'utiliser des variétés OGM fleurissant 90°jours plus tard que le non OGM- cela correspond à 3-4 j de décalage phénologique).

    Pour les bios en revanche, cela risque d'être beaucoup plus délicat

    Cordialement,

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    alcyon1

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    D'autres pays ont choisi 400 m de distance.

    Question : un grain de pollen de maïs est-il plus lourd qu'un grain de sable du Sahara, qui peut, lui, parcourir des milliers de km ?

    La deuxième question soulevée avec ces décrets, c'est le viol démocratique (comme dit Corine Lepage). Où sont le respect des débats publics et des choix des citoyens, quand on sait avec quelle légéreté sont traités les débats-bidon sur internet à propos des essais OGM ?
    (l'avis du public est obligatoire selon les textes européens, mais leur interprétatioin est laissée à l'estimation du gouvernement. ce qui veut dire que depuis trois ans, le ministère de l'agriculture s'assoit dessus.
    Conclusion : "Qui a peur de la démocratie ?" : titre d'une article d'hervé Kempf dans le Monde.

  4. #3
    chrisgir

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Citation Envoyé par alcyon1 Voir le message
    D'autres pays ont choisi 400 m de distance.

    Question : un grain de pollen de maïs est-il plus lourd qu'un grain de sable du Sahara, qui peut, lui, parcourir des milliers de km ?
    Des études ont été faites sur le maïs (par l'INRA) sur la dispersion des grains de pollen. Le grain de pollen OGM pesant le même poids que le non OGM, ils ont utilisé une variété à grains bleus (ca existe au Mexique et c'est naturel) pour regarder la dispersion des grains de pollens.

    50 m est une distance correcte qui permet d'éviter la contamination pour des champs non OGM contre le vent des OGM (vent allant du non OGM vers l'OGM) et de la limiter (combinées à des stratégies de décalage phénologique) à des taux autour de 0.2% (soit en dessous du seuil d'étiquettage et laissant une marge appréciable pour les risques de contamination dans la filière) dans le cas contraire.

    Il faut voir aussi que la problématique de la coexistence dépend de chaque pays, voire de chaque région (vents dominants) et qu'on ne prend en compte que la majeure partie des grains de pollen (autour de 95-99% je pense, mais il faudrait vérifier), les 1-5% restants se dispersant beaucoup plus loin (mais dans ce cas, il faudrait prendre en compte l'infime partie du pollen provenant d'Espagne, voire des USA, ce qui n'est pas réalisable).

    La deuxième question soulevée avec ces décrets, c'est le viol démocratique (comme dit Corine Lepage). Où sont le respect des débats publics et des choix des citoyens, quand on sait avec quelle légéreté sont traités les débats-bidon sur internet à propos des essais OGM ?
    (l'avis du public est obligatoire selon les textes européens, mais leur interprétatioin est laissée à l'estimation du gouvernement. ce qui veut dire que depuis trois ans, le ministère de l'agriculture s'assoit dessus.
    Conclusion : "Qui a peur de la démocratie ?" : titre d'une article d'hervé Kempf dans le Monde.
    Moi j'en ai peur, quand les débats publics ne sont pas réalisables de manière sereine (d'autant plus quand le sujet est politique). Or sur les OGM, le débat est plombé des deux côtés par un extrémisme assez étroit d'esprit, qui a une forte influence sur le public qui ne sait pas ce qu'est un OGM (j'ai assisté à certains débats, et les énormités sorties par certains membres du public m'ont fait bondir). On m'avait appris quelque chose il y a longtemps: quand on ne connait/maitrise pas un sujet, on ecoute, on pose des questions mais on s'abstient d'avoir un avis tranché. Ce n'est hélas pas le cas en France. De plus, la France payait une amende assez importante du fait de la non transposition et un débat public aurait rallongé considérablement le délai de parution (et fait augmenter l'amende).
    Je suis en revanche favorable aux actions pédagogiques d'explications et de réponse aux questions. Je pense que FSG rentre tout à fait dans ce cas de figure.

    Bien cordialement,


  5. #4
    Ryuujin

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Question : un grain de pollen de maïs est-il plus lourd qu'un grain de sable du Sahara, qui peut, lui, parcourir des milliers de km ?
    non, mais quelques grains de pollen sur un champs, c'est quoi ?

    Il faut encore qu'il soit viable, qu'il tombe sur un stigmate, qu'il germe, que la graine survive...et ensuite ? en admettant tout cela, ça fait quoi ? un grain croisé OGM/non OGM sur un champs ?!?


    Enfin, il y avait une solution radicale qui était la stérilité mâle, mais les anti-OGM n'en ont pas voulu...

  6. #5
    alcyon1

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Les anti-OGM sont d'abord les paysans (depuis 1997), ils ne faut pas l'oublier, et pas seulement en France. Ils ont bien perçu que dans le cas de la transgénèse d'un gène de stérilité, il ne pourraient plus jamais resemer leurs semences, qui ne pourraient plus germer. Personne ne peut admettre un tel risque.

    Quant aux 50 m de sécurité, il faut rappeller que la Hongrie avait légiféré avec 400 m avant d'obtenir la clause de sauvegarde (art 23) pour refuser le maïs Mon 810 sur son territoire.


    Un des décrets précise qu'il y aura un suivi précis des conséquences, dissémination à propos des champs de maïs commercial. Les anti-OGM disent qu'on se moque du monde, car un tel suivi nécessiterait du personnel et de nombreuses analyses, ce qui rendrait le coût de la technologie GM bien rédibitoire. Non seulement ces decrets sont, sans aucun débat parelementaire (démocratie représentaive bafouée), de véritables droits à polluer, mais encore ils n'empêcheront nullement la France d'être lourdement condamnée (article de Marie Verdier dans La Croix). Comme elle va l'être pour la pollution des eaux bretonnes également, puisque les milliard d'euros de subventionnement aux éleveurs de porc industriel n'ont pas amélioré la situation, on comprend facilement le ridicule qui nous guette.

    Ce que je veux dire, c'est que l'Etat français se plie toujours face aux puissants agriculteurs, et qu'il ignore encore une fois le principe "pollueur-payeur". Sur ces derniers points, personne ne pourra dire que la situation est maitrisée et surtout qu'elle est normale.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Ryuujin

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Les anti-OGM sont d'abord les paysans (depuis 1997), ils ne faut pas l'oublier, et pas seulement en France.
    ça tombe bien, les pro-ogm aussi sont avant tout des agriculteurs ; 102 millions d'hectares maintenant, à 90% cultivés par de petits propriétaires.
    Comme quoi ça ne fait pas avancer le débat...


    Ils ont bien perçu que dans le cas de la transgénèse d'un gène de stérilité, il ne pourraient plus jamais resemer leurs semences, qui ne pourraient plus germer. Personne ne peut admettre un tel risque.
    De toute façon, dans la majorité des cas, OGM ou non ils ne sont pas supposés ressemer leurs semences.
    c'est pas compliqué : si on veut les ressemer, on achète pas des semences stériles, point barre.
    Les agriculteurs ne sont pas cons non plus : ils ne vont pas s'amuser a acheter des semences stériles, ou dont les F1 perdent leurs performances pour les ressemer ensuite.


    Quant aux 50 m de sécurité, il faut rappeller que la Hongrie avait légiféré avec 400 m avant d'obtenir la clause de sauvegarde (art 23) pour refuser le maïs Mon 810 sur son territoire.
    oui, et ? nous on a bien pondu un moratoire dont personne n'est allé voir les résultats, chacun ses erreurs.



    Un des décrets précise qu'il y aura un suivi précis des conséquences, dissémination à propos des champs de maïs commercial. Les anti-OGM disent qu'on se moque du monde, car un tel suivi nécessiterait du personnel et de nombreuses analyses, ce qui rendrait le coût de la technologie GM bien rédibitoire.
    parcequ'ils n'ont visiblement pas compris ce passage.
    Le suivi ne sera pas fait au champs, mais sur les récoltes, comme c'est déjà le cas actuellement.


    Non seulement ces decrets sont, sans aucun débat parelementaire (démocratie représentaive bafouée), de véritables droits à polluer
    pour qu'il y ait pollution, il faut qu'il y ait nocivité démontré.
    Ce n'est pas le cas.


    mais encore ils n'empêcheront nullement la France d'être lourdement condamnée (article de Marie Verdier dans La Croix).
    Et bien oui, mais cela l'empêchera de continuer à l'être l'avenir ; la facture est déjà suffisamment lourde pour ne pas qu'on la renouvelle.


    Ce que je veux dire, c'est que l'Etat français se plie toujours face aux puissants agriculteurs, et qu'il ignore encore une fois le principe "pollueur-payeur". Sur ces derniers points, personne ne pourra dire que la situation est maitrisée et surtout qu'elle est normale.
    C'est marrant, depuis le temps qu'on te répètes que rien ne te permet de parler de pollution, tu ne prends même pas la peine de l'argumenter.
    pollution = dispersion d'un produit nuisible à la santé ou à l'environnement.

    En l'occurence, aucune nuisibilité démontrée, ni à l'un, ni à l'autre, tu peux donc remballer tes affirmations gratuites ; on est sur un forum scientifique, pas à un colloque de Mr Vélot.

  9. #7
    marc_berger

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Bonjour

    J'avoue que j'ai pas réussi a trouver l'information quant aux distances a respecter entre parcelle OGM et non OGM dans le decret sus cité.

    J'aurais une question : la distance a respecter est elle pour tous les OGM ou par espece d'OGM ?

    Bonne journée

    Marc

  10. Publicité
  11. #8
    chrisgir

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Je n'ai pas lu le décret encore, j'ai juste retransmis l'info de la dépêche AFP. Pour les distances, je crois que c'est tous OGM confondus.
    Les problèmes qui peuvent se poser sont également pour le colza et pour la betterave (surtout pour cette dernière, taux de fertilité des croisements Betterave cultivée, betterave sauvage et maritime = 100%, c'est la même espèce)

    Pour le soja pas de risque, l'espèce est autogame

    Cordialement,
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h00. Motif: Supression de la citation intégrale du msg précédent

  12. #9
    Phil Entropie

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Citation Envoyé par marc_berger Voir le message
    la distance a respecter est elle pour tous les OGM ou par espece d'OGM ?
    Citation Envoyé par chrisgir Voir le message
    Je n'ai pas lu le décret encore, j'ai juste retransmis l'info de la dépêche AFP. Pour les distances, je crois que c'est tous OGM confondus.
    Les problèmes qui peuvent se poser sont également pour le colza et pour la betterave (surtout pour cette dernière, taux de fertilité des croisements Betterave cultivée, betterave sauvage et maritime = 100%, c'est la même espèce)

    Pour le soja pas de risque, l'espèce est autogame

    Cordialement,
    Bonjour,

    Apparemment, la distance de 50m mentionnée dans le décret ne concerne que le maïs. Va-t-on avoir un décret pour chaque variété de PGM ? Je suis d'accord avec la nécessité d'étudier chaque OGM au cas par cas pour les autorisations, mais dans le cas de textes réglementaires, est-ce pertinent ?

  13. #10
    Ryuujin

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    en tout rigueur, on ne peut pas définir une distance règlementaire pour toutes les espèces ; sur ce point ça peut se comprendre.

  14. #11
    cassy63

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Citation Envoyé par marc_berger Voir le message
    J'avoue que j'ai pas réussi a trouver l'information quant aux distances a respecter entre parcelle OGM et non OGM dans le decret sus cité.

    J'aurais une question : la distance a respecter est elle pour tous les OGM ou par espece d'OGM ?
    Bonjour marc,
    Le ministère de l'Agriculture ( bon prince a doublé la d'istance entre ogm et non ogm c a d de 25 mètres est passé a 50 mètres) Poses, simplement la question au S O C (Sevice officiel du ministère de l'Agriculture) Ce service est chargé de controler les distances qui séparent la production d'hybrides commerciaux ( = mais semence)( des multinationales) par rapport aux productions de mais industriel (= le pollueur) ( = mais consommation) les distances normales sont de 200 mètres minimum voir 300 mètres dans certaines situations.Que ce passe t-il quand ces distances ne sont pas respectées ( = refus du mais semence par les controleurs agréés) Puis le semencier peut se retourner contre le pollueur en justice ( car il y a des arrêtés ministériels et préfectoraux) de plus toutes les parcelles de mais industriel situées en zone protégée doivent être déclarées en Mairie avant le mois de janvier de l'année de production . En ce qui concerne les OGM allez savoir ou est le pollueur (ogm) vis a vis du bio ( ( c'est le secret il y a aucune déclaration en Mairie a ma connaissance )
    Question toute simple pourquoi le ministère fait appliquer 200 mètres pour protéger le producteur de semence et 50 mètres pour protéger le bio ( le bio est destiné a être consommé et la semence a être resemée ! ! !)
    bon courage
    cassy63
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h01. Motif: allègement de la citation d'un précédent msg

  15. #12
    Ryuujin

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    les distances qui séparent la production d'hybrides commerciaux ( = mais semence)( des multinationales) par rapport aux productions de mais industriel (= le pollueur) ( = mais consommation) les distances normales sont de 200 mètres minimum voir 300 mètres dans certaines situations.
    c'est tout a fait normal, et ça n'a absolument rien à voir avec des histoires de pollution.

    D'abord, ce n'est absolument pas comparable ; le produit des agriculteurs bio est destiné à être consommé, et celui des semenciers, à être semé.

    Les semenciers veulent des semences pures parcequ'elles sont toutes destinées à être semées.
    Un très faible pourcentage d'hybrides dans un lot dont au plus 15% sont destinés à être ressemés, c'est sans conséquence, mais s'il est à 100% destiné à être ressemé, ça peut devenir problématique à long terme.


    Ceci dit, si tu es un partisant du bio, je te déconseille d'évoquer ce système, car je te ferais remarquer que le respect de ces 200m ( 300m pour les normes francaises pour le maïs ) est entièrement à la charge de cepui qui veut des semences pures.

    Donc si le même système venait à être appliqué au bio, ça serait aux agriculteurs bio de se débrouiller pour ne pas cultiver de maïs bio à moins de 300 m de cultures de maïs OGM.
    Je doute fort que cela soit ce que tu souhaites proposer.


    Pourtant, ça parait logique : si je ne peux pas supporter mon voisin, je l'évite, je ne réclame pas au maire qu'il le vire du village.
    Et si les agriculteurs qui cultivent en conventionnel demandaient aux agriculteurs bio de ne pas cultiver la même plante qu'eux à moins de 200m parceque leurs champs mal traités sont des foyers potentiels de ravageurs et de maladies ? tu en dirais quoi ?

  16. #13
    cassy63
    Ceci dit, si tu es un partisant du bio, je te déconseille d'évoquer ce système, car je te ferais remarquer que le respect de ces 200m ( 300m pour les normes francaises pour le maïs ) est entièrement à la charge de cepui qui veut des semences pures.
    Tu as vu cela ou ! Renseignes toi auprès du légilateur.
    et aussi auprès des DDAF des zone de productions protégées.
    ce n'est pas a la charge de celui qui produit la semence mais a celui qui produit le mais indutriel ( il doit se retirer a distance du mais semence. Sinon tribunal !!) on voit bien que tu ne connais pas les lois !
    Je ne suis pas spécialement bio. Le pollen qu'il soit d'ogm ou de mais industriel se déplace sensiblement pareil ; je suis simplement pramatique
    cordialement

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    en tout rigueur, on ne peut pas définir une distance règlementaire pour toutes les espèces ; sur ce point ça peut se comprendre.
    Bonjour a toi
    La encore regarde les textes sur les distances entre production d'hybride commercial et de production des des mêmes espèce en production de consommation ( les pollueurs) Demande au S O C (service officiel de controle du ministère de l'agri) cela peut aller jusqu'a 2000 mètres selon les espèces ( tu as bien vu 2 kilomètres) Cela est le résultat d'étude scientifique adopté par les politiques
    a bientot

    POur quelqu'un qui debarque sur le forum je te trouve bien agresif et peremptoire! Pour le bon deroulement de la discussion je te recommande d'adopter un ton beaucoup plus calme et d'eviter les attaques personnelles. Ceci faisant reference a ton message que j'ai effacé. Yoyo
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h06. Motif: Fusion de 2 msgs d'affilée du même auteur

  17. #14
    mary.shostakov

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Je suis surprise par l’utilisation du mot « Contamination » associé aux OGM. « Contamination » signifie « Souillure résultant d’un contact impur » ou « Envahissement d’un milieu ou d’un organisme vivant par des micro-organismes pathogènes ou par des polluants ». Je ne suis pas actionnaire de Monsanto, mais j’ai de nombreux amis en Amérique du Nord qui mangent depuis 10 ou 15 ans des aliments génétiquement modifiés et qui non seulement ne sont pas morts mais sont en excellente santé. Ne devrait-on pas utiliser le mot « Dissémination », plutôt ?

  18. #15
    Yoyo

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Bonjour

    tu as tout a fait raison, cela fait parti d'une manipulation incidieuse de l'opinion publique on parle de contamination au lieu de dissémination, on parle de polueur (on se demande bien pourquoi) etc...
    A force les personnes prennent cela au pied de la lettre et ne se posent meme plus la question

    Yoyo
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h06. Motif: Suppression de la citation intégrale du msg précédent

  19. #16
    Ryuujin

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Citation Envoyé par cassy63 Voir le message
    Citation Envoyé par Ryujin
    Ceci dit, si tu es un partisant du bio, je te déconseille d'évoquer ce système, car je te ferais remarquer que le respect de ces 200m ( 300m pour les normes francaises pour le maïs ) est entièrement à la charge de cepui qui veut des semences pures.
    Tu as vu cela ou ! Renseignes toi auprès du légilateur.
    et aussi auprès des DDAF des zone de productions protégées.
    la grande majorité des champs sur lesquels sont produits les semences n'appartiennent pas aux multiplicateurs, mais à des agriculteurs sous contrat avec un multiplicateur.
    C'est l'agriculteur sous contrat qui est controlé, et qui doit respecter les normes francaises sur la production des semences ( http://www.gnis.fr/files/directive_66402cee.pdf tu y trouveras même les modalités de contrôle ).
    S'il ne les respecte pas, et bien c'est pour sa pomme, le lot de semence est refusé.
    Il ne peut en aucun cas contraindre ses voisins à ne pas semer telle ou telle culture.



    Et encore une fois : il ne sert à rien de comparer ce qui n'est pas comparable ; si les semences multipliées ou destinées à l'être font l'objet de plus de précautions, c'est justement parcequ'elles seront toutes semées.
    Un phénomène rare peut ainsi être amplifié.

    Alors que la production de l'agriculteur lambda est destinée à être consommée, et les évènements rares resteront rares.
    On peut cultiver plusieurs variétés d'une même plante dans le même paysage sans voir les champs se panacher, justement parceque le fait de ne ressemer qu'un faible pourcentage de la récolte élimine les évènements rares de pollinisation croisée, hybridation et cie.


    La encore regarde les textes sur les distances entre production d'hybride commercial et de production des des mêmes espèce en production de consommation ( les pollueurs) Demande au S O C (service officiel de controle du ministère de l'agri) cela peut aller jusqu'a 2000 mètres selon les espèces ( tu as bien vu 2 kilomètres) Cela est le résultat d'étude scientifique adopté par les politiques
    oui, et si toi aussi tu as lu ces textes de référence, tu auras bien vu que les distances :

    - varient d'une espèce à l'autre ( normal : entre un riz autogame, et du colza entomophile et anémophile, ça n'a rien à voir ).

    - dépendent du paysage ; la distance limite de 200m par exemple pour le maïs peut ne pas être respectée s'il y a des éléments du paysages qui permettent de limiter les flux de gènes.
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h07. Motif: balises quote manquantes

  20. #17
    cassy63

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Ryuujin bonsoir,
    je suis d'accord avec toi sur la majorité des points et entre autres sur la dissemination du pollen de mais et des distance d'isolement (hitoire sous le vent et sur le vent n'est pas dans la législation , mais cela a de l'influence quand même ''le vent tourne ! ! ! '' ( sourires!!). Par contre ou je ne suis pas d'accord avec toi ; Dans la zone mais semence ''dite protégée'' la production de mais industriel doit faire l'objet d'une déclaration préalable en mairie avant le 15 janvier de l'année de production du mais industiel. Si la parcelle de mais industriel est a distance règlementaire par rapport au mais semence, le Prefet sous la signature du DDAF donnera un avis favorable au producteur par l'intermédiaire du Maire de la Commune. Si non, un avis défavorable interdisant la production du mais industriel est signifié au producteur de mais industriel Le producteur de mais hybride n'a pas d'autre intervention que de déclarer ses parcelles emblavées en mais semence ( il est prioritaire dans la zone par arrêté préfectoral)
    Pourquoi cette l'gislation acepté par tous sur la dessimation du pollen ne serait pas appliquer pour les productions de mais bio
    bien cordialemen a toi
    cassy

  21. #18
    Ryuujin

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    J'aimerais lire les textes instaurant ces règles ; je n'y ai pour l'instant trouvé aucune allusion. Les seules zones protégées dont j'ai trouvé la trace font références à des données phytopatho plutôt que portant sur la pollinisation, mais bon, c'est un énorme foutoir ces textes de loi, il faut des heures pour s'y retrouver.


    Si non, un avis défavorable interdisant la production du mais industriel est signifié au producteur de mais industriel Le producteur de mais hybride n'a pas d'autre intervention que de déclarer ses parcelles emblavées en mais semence ( il est prioritaire dans la zone par arrêté préfectoral)
    combien y a t'il de zones de ce genre ? quelle surface ?
    Ne s'agit-il pas d'exceptions locales ?

    Cela m'étonne, parceque je le répète : le respect des 300 mètres en production de semences pour les multiplicateurs est ENTIEREMENT à la charge du producteur de semence, et absolument pas de ses voisins.

    Celui qui veut des semences pures se débrouille lui même, ce n'est pas à ses voisins de se plier à ses exigences.


    Pourquoi cette l'gislation acepté par tous sur la dessimation du pollen ne serait pas appliquer pour les productions de mais bio
    je disais à ce propos :

    encore une fois : il ne sert à rien de comparer ce qui n'est pas comparable ; si les semences multipliées ou destinées à l'être font l'objet de plus de précautions, c'est justement parcequ'elles seront toutes semées.
    Un phénomène rare peut ainsi être amplifié.

    Alors que la production de l'agriculteur lambda est destinée à être consommée, et les évènements rares resteront rares.
    On peut cultiver plusieurs variétés d'une même plante dans le même paysage sans voir les champs se panacher, justement parceque le fait de ne ressemer qu'un faible pourcentage de la récolte élimine les évènements rares de pollinisation croisée, hybridation et cie.
    cette histoire de pureté des récoltes en bio n'a aucune utilité concrète, donc si les agriculteurs bio veulent se payer ce luxe, il serait logique que ça soit à leurs frais.

  22. #19
    camaron

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Citation Envoyé par cassy63 Voir le message
    Par contre ou je ne suis pas d'accord avec toi ; Dans la zone mais semence ''dite protégée'' la production de mais industriel doit faire l'objet d'une déclaration préalable en mairie avant le 15 janvier de l'année de production du mais industiel. Si la parcelle de mais industriel est a distance règlementaire par rapport au mais semence, le Prefet sous la signature du DDAF donnera un avis favorable au producteur par l'intermédiaire du Maire de la Commune. Si non, un avis défavorable interdisant la production du mais industriel est signifié au producteur de mais industriel
    Peux tu nous indiquer le texte de référence utilisant ou définissant cette terminologie de maïs industriel qui me parait un peu floue ?

  23. #20
    Démostène

    Cool Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    ...
    Celui qui veut des semences pures se débrouille lui même, ce n'est pas à ses voisins de se plier à ses exigences.
    ...
    cette histoire de pureté des récoltes en bio n'a aucune utilité concrète, donc si les agriculteurs bio veulent se payer ce luxe, il serait logique que ça soit à leurs frais.
    Salut,
    ####
    Ce revient à dire que c'est au particulier de se protéger de toute dissémination quelle qu'elle soit !!, Tu vas plonger toi même pour boucher les fuites des pétrolier en cours de naufrage ??
    De plus, depuis quant une "utilité concrète" est un caractère légal ?
    La responsabilité et le devoir de dédommagement appartiennent à qui crée le tord, c'est tout !
    @+
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h10. Motif: Pas d'attaque perso, merci
    " Devant l'homme, la forêt, derrière, le désert" Chat-tôt-brillant.

  24. #21
    xav72

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    je veux pas créer de polemique
    les ogm ne sont pas mon domaine mais j'ai suivi la discution, je m'interesse.
    quelques points me font vraiment peur.
    - les ogm on nous a demander avant pour savoir si on en voulait ou pas?...non...le principe de precaution il est ou? sans parler de la démocratie
    - on cultive des ogm en plein air... risque de contamination dans tout les cas. que ce soit a 50 metres ou a 10 kilometres.
    - que penser des grandes firmes céréalières qui vont "détourner" cela de façon a vendre leurs semences et faire encore plus de benefice. dans les pays dévellopés pas trop de probleme mais dans les pays en voie de dévellopement?

    _ quelle sera l'impact sur la nature? qu'elle soit humaine ou bien végétal? la "vie" a 3,8 milliards d'années..."l'homme" 3 a 4 millions d'années... la science quelques siecles...la génétique quelques dizaines d'années, ça y est "on" se prend pour dieu?

    a mon humble avis et ça n'engage que moi, arretons un peu de croire que les ogm sont une avancée. cela a une importance je suis d'accord. mais nous ne voyons pas les risques dans les siecles a venir... on a eu le meme raisonnement il y a 150 ans avec les énergies fossiles... on commence tout juste a en voir l'impact.

    je ne suis pas contre les ogm pour aider certains pays notament permettre a certaines plantes de pousser avec moins d'eau, la thérapie génique etc...mais pour le moment c'est tres loin d'etre le cas dans les recherches qui sont faitent dans nos pays.
    sur ce je retourne dans mes étoiles

  25. #22
    Gilgamesh

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Citation Envoyé par xav72 Voir le message
    je veux pas créer de polemique
    Ben si. Et répétitive, encore.
    les ogm ne sont pas mon domaine mais j'ai suivi la discution, je m'interesse.
    quelques points me font vraiment peur.
    - les ogm on nous a demander avant pour savoir si on en voulait ou pas?...non...le principe de precaution il est ou? sans parler de la démocratie
    On n'a demandé à personne pour développer la roue, le moulin à eau, le blé dur, les engrais azotés, le drainage, l'insémination artificielle, et j'en passe.

    Ce n'est pas propre à l'agriculture. Je ne me souvient pas de sondage pour/contre le développement de l'industrie informatique...

    a+
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h11. Motif: Suppression de lignes blanches
    Parcours Etranges

  26. #23
    Listo

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Citation Envoyé par xav72 Voir le message
    quelques points me font vraiment peur.
    - les ogm on nous a demander avant pour savoir si on en voulait ou pas?...non...le principe de precaution il est ou? sans parler de la démocratie
    - on cultive des ogm en plein air... risque de contamination dans tout les cas. que ce soit a 50 metres ou a 10 kilometres.
    - que penser des grandes firmes céréalières qui vont "détourner" cela de façon a vendre leurs semences et faire encore plus de benefice. dans les pays dévellopés pas trop de probleme mais dans les pays en voie de dévellopement?
    On pourrait se poser les mêmes questions à propos des variétés obtenues par les techniques classiques.
    On en introduit des nouvelles par dizaines sans nous demander notre avis, elles sont autant concernées par les disséminations et les entreprises semencières ne sont pas nées avec les OGM.

    Il y a quelques années la revue La Recherche relevait qu'une lignée de maïs résistant au glyphosate avait été mise sur le marché, sans aucun test sur la santé humaine, sans aucune étude d'impact sur l'environnement et sans aucune polémique. Sa particularité? Il n'était pas issu de la transgénèse. Il était obtenu à partir d'une mutation aléatoire...Ce qui me semble être un processus moins controlé, non?

    Pour l'impact économique des pgm il a été abondament débattu sur d'autres fils. Des dizaines détudes reprises par des rapports de la FAO,l'U.E. entre autres montrent que les agriculteurs ne les utilisent pas juste pour le plaisir de payer des semences plus chères. En dehors de quelques exceptions très médiatisées, ils gagnent plus malgré le prix des semences ou y trouvent d'autres avantages, comme une simplification des taches.

  27. #24
    Np81

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Bonsoir,
    La production de semences de maïs est faite en effet par des agriculteurs multiplicateurs qui travaillent sous contrat pour des entreprises semencières qui ne sont pas toutes des multinationales contrairement à ce que dit Cassy63, qui, on l'aura bien remarqué, a une flopée de préjugés ridicules dans son sac. Concernant les distances d'isolement, c'est de 100 à 300 m pour les productions de semences hybrides, selon la taille de la parcelle, un nombre de rangs de pollinisateurs plus important, la présence d'écrans naturels (bois,etc.). La distance peut même être nulle s'il y a un décalge de floraison.

    Il est vrai que ces distances sont bien contrôlées du fait que la moindre erreur de pureté variétale risquerait d'être multipliée en grand nombre. La responsabilité du respect de ces isolements incombe bien à l'agriculteur multiplicateur de semences. Ces distances, au risque de décevoir certains, n'ont pas de grand fondements scientifiques et ont été définies ainsi par sécurité, elles pourraient très bien évoluer à nouveau... Enfin, il existe en effet quelques zones protégées (mais ce n'est pas du tout le cas général) où la production de semences est prioritaire par rapport à celle dite de consommation. Ces zones ont été définies dans des zones traditionnelles où la multiplication de semences représente une activité économique importante.
    Voilà, j'espère que j'ai clarifié un peu tous les malentendus précédents et j'espère que certains vont rengainer leurs a priori malsains.
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h16. Motif: Partie en italiques modifiée à la demande de l'auteur
    Pourquoi toute cette violence gratuite ? - Peut-être justement parce que c'est gratuit... (PTILUC)

  28. #25
    Np81

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Citation Envoyé par Listo Voir le message
    Il y a quelques années la revue La Recherche relevait qu'une lignée de maïs résistant au glyphosate avait été mise sur le marché, sans aucun test sur la santé humaine, sans aucune étude d'impact sur l'environnement et sans aucune polémique. Sa particularité? Il n'était pas issu de la transgénèse. Il était obtenu à partir d'une mutation aléatoire...Ce qui me semble être un processus moins controlé, non?
    Résistante au glyphosate ?... T'es sur de toi sur ce coup là ? Parce que franchement j'ai de gros doutes...
    Pourquoi toute cette violence gratuite ? - Peut-être justement parce que c'est gratuit... (PTILUC)

  29. #26
    Listo

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    L'article de La Recherche date de janvier 2000(A. Chesson et P.James).On n'y donne pas de références plus précises.

    Comme exemple de plante non transgénique résistant à un herbicide, M. Kuntz, dans son livre "les OGM, l'environnement et la santé" cite un colza résistant à l'imidazolinone, obtenu par mutagénèse, et cultivé dans l'ouest du Canada.
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h13. Motif: Suppression de la citation intégrale du msg précédent

  30. #27
    chrisgir

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Ca ok, et il y a un tournesol aussi naturellement resistant au même herbicide

    Pour le maïs résistant aux glyphosates, je partage les doutes de Np81.
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h13. Motif: Suppression de la citation intégrale du msg précédent

  31. #28
    Np81

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Oui parce que je sais qu'il existe bien des variétés non transgéniques résistantes à des herbicides mais à ma connaissance pas au glyphosate. Je me demande s'il n'y a pas confusion Ce serait surprenant car la voie métabolique essentielle touchée par le glyphosate n'apprécie pas trop les mutations. Ce que je veux dire c'est que toute modification du site d'action de l'herbicide
    sur l'enzyme naturelle intervenant dans la synthèse de composés essentiels à la vie de la plante se solde généralement .... par la mort de la plante !
    C'est pour cette raison que seule la méthode de la transgènese a permis jusqu'à aujourd'hui l'obtention de variétés de plantes viables et réellement résistantes en permettant la synthèse d'une enzyme d'origine bactérienne non sensible à l'herbicide mais assurant la même fonction (et en ajoutant également une autre enzyme responsable de la dégradation du glyphosate dans la plante).
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h18. Motif: Suppression de la citation intégrale du msg précédent
    Pourquoi toute cette violence gratuite ? - Peut-être justement parce que c'est gratuit... (PTILUC)

  32. #29
    chrisgir

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    Pourtant il y a bien des plantes résistantes au glyphosate dans la nature (après sélection involontaire). c'est de la détox ou des mutations de cible+ compensation? (je pense à l'hypothèse 1 mais je ne me souviens plus)

    Cordialement,
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h19. Motif: Suppression de la citation intégrale du msg précédent

  33. #30
    Ryuujin

    Re : Decret sur la coexistence cultures OGM/non OGM publié

    ####
    Ce revient à dire que c'est au particulier de se protéger de toute dissémination quelle qu'elle soit !!, Tu vas plonger toi même pour boucher les fuites des pétrolier en cours de naufrage ??
    nop : le pétrole a une nocivité prouvée.
    Alors que le pollen OGM en comparaison à l'équivalent OGM n'a AUCUN aspect néfaste démontré.

    Ces histoires de pureté des semences sont donc clairement un luxe que les agriculteurs bio veulement se payer.
    Il serait donc parfaitement juste que ce luxe soit à leurs frais.

    - les ogm on nous a demander avant pour savoir si on en voulait ou pas?...non...le principe de precaution il est ou? sans parler de la démocratie
    pourquoi tu voudrais qu'on te demande si tu en veux ? tous les agriculteurs de France doivent te demander la permission de semer maintenant ? Tu as un droit particulier sur leurs terres et leurs récoltes ?

    Que les choses soient claires : dans la mesure où aucun préjudice ne t'es imposé, il est normal que tu ne sois pas consulté.

    Le principe de précaution est appliqué : les OGM sont les plantes commerciales les plus étudiées et surveillées dans le monde.
    Et pourtant, contrairement à la sélection classique qui nous sort régulièrement des variétés toxiques, la transgénèse n'a jusqu'à présent posé AUCUN problème de santé.

    - on cultive des ogm en plein air... risque de contamination dans tout les cas. que ce soit a 50 metres ou a 10 kilometres.
    Et alors ? c'est exactement la même chose pour toutes les variétés non OGM.
    Où est le problème ?

    Des nouvelles variétés, il en sort tous les ans, elles passent dans notre assiette, sans aucun test bien entendu, et personne n'en fait autant de foin.

    Pourtant, les risques potentiels sont EXACTEMENT les mêmes.

    - que penser des grandes firmes céréalières qui vont "détourner" cela de façon a vendre leurs semences et faire encore plus de benefice. dans les pays dévellopés pas trop de probleme mais dans les pays en voie de dévellopement?
    Les grandes firmes céréalières ne peuvent gagner plus que si les semences produisent plus.

    Faut arrêter de prendre les agriculteurs pour des crétins : ils savent ### voir où sont leurs intérêts, et connaissent ### leurs comptes.
    Ils n'achèteront pas d'une année sur l'autre des semences qu'ils n'ont pas le droit de multiplier s'ils se rendent compte que cela ne leur rapporte pas plus.

    _ quelle sera l'impact sur la nature? qu'elle soit humaine ou bien végétal? la "vie" a 3,8 milliards d'années..."l'homme" 3 a 4 millions d'années... la science quelques siecles...la génétique quelques dizaines d'années, ça y est "on" se prend pour dieu?
    La nature ? où ça ?
    Un champs, c'est plus "la nature" : c'est complètement artificiel.
    Le colza, c'est artificiel, le soja, le maïs, c'est artificiel.

    Ce n'est pas la nature qui est modifiée : ce sont des plantes que l'homme modifie déjà depuis des siècles, et qui ne ressemblent déjà plus à rien qui soit naturel.

    Le but de l'agriculture a toujours été de transformer la nature, pour la détourner à notre avantage. L'impact à long terme, il est là, et un gène de plus, un gène de moins, c'est une goutte d'eau dans l'océan.

    pour les mutations entrainant une résistance au glyphosate, elles ne sont pas si rares :

    chez Eleusine indica :
    http://www.pubmedcentral.nih.gov/art...i?artid=166520

    il y a du raygrass italien chez lequel la résistance est apparue également :
    http://www.publish.csiro.au/paper/AR03155.htm
    http://www.springerlink.com/content/1vd1kvmjrdpbfm1v/

    un riz résistant a été obenu également :
    http://www.pubmedcentral.nih.gov/art...?artid=1326043 ( enfin bon, mutagénèse dirigée... )

    "Selection of glyphosate-resistant rice with mutation" Wei, S.-h. Ji, M.-s. Zhang, X.-k, PESTICIDES -SHENYANG-, 2006, VOL 45; PART 11, pages 735-736
    ( si quelqu'un a, je suis preneur ).


    pour un point :
    http://wssa.allenpress.com/wssaonlin...4/WT-04-142R.1

    extrait de l'abstract :
    Resistance to the herbicide glyphosate is currently known in at least eight weed species from many countries. Some populations of goosegrass from Malaysia, rigid ryegrass from Australia, and Italian ryegrass from Chile exhibit target site–based resistance to glyphosate through changes at amino acid 106 of the 5-enolpyruvylshikimate-3-phosphate synthase (EPSPS) gene.
    Dernière modification par Yoghourt ; 18/04/2007 à 10h22. Motif: Limitation du langage agressif

Sur le même thème :

Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. TPE sur les OGM
    Par Liliandu26 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/12/2007, 17h34
  2. Question sur les OGM
    Par sandrajaub dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 4
    Dernier message: 06/11/2005, 03h29
  3. recherche information sur les plantes OGM
    Par aurely221 dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 05/11/2005, 13h38
  4. Les OGM, bons ou mauvais ? quels OGM ?
    Par shokin dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 231
    Dernier message: 25/07/2005, 11h10