Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Hybridation spontanée entre plantes sauvages et plantes cultivées




  1. #1
    Odysseus

    Hybridation spontanée entre plantes sauvages et plantes cultivées

    Bonjour,

    Au cours de recherches sur internet, je suis tombé sur un article très intéressant publié en 2006 sur Futura-sciences : http://www.futura-sciences.com/fr/ne...icateurs_8891/

    Une phrase en particulier m'étonne : "Les processus biologiques impliqués dans la transformation morphologique du tubercule et son maintien à travers les générations sont inconnus". Si je comprends bien l'article, les scientifiques constatent une hybridation spontanée pour ainsi dire parfaite : diversité génétique renouvelée + caractéristiques morphologiques maintenues, cette hybridation est le fruit d'un flux de gènes entre espèces, observation d'allèles communs, et l'explication s'arrête là, c'est un peu court, je reste sur ma faim si je puis dire, comment donc est-ce possible ? Comment est-il possible que la plante sauvage adopte aussi rapidement les caractéristiques morphologiques souhaitées ? A-t-on approfondi dans ce sens ? A-t-on pu généraliser cette pratique manifestement simple et efficace ?

    Une question en découle : comment peut-on envisager de modifier techniquement le génome d'une plante alors qu'on ne comprend pas un phénomène naturel d'hybridation ?


    Merci.
    Odysseus

    -----


  2. #2
    bob.razowsky

    Re : Hybridation spontanée entre plantes sauvages et plantes cultivées

    Salut,

    Loin d'être expert en génétique, je peux essayer de te donner quelques éléments de réponses.

    Comment est-il possible que la plante sauvage adopte aussi rapidement les caractéristiques morphologiques souhaitées ?
    Le "rapidement" est très relatif. Générer une variété végétale (quelque soit l'espèce) prend plusieurs années aux sélectionneurs. Ici, pour l'igname, je suppose que les traits de caractère sélectionnés sont très basique comme la taille du tubercule (gros/pas gros). Ce qui donne un aspect très simple à sa sélection. Je veux dire qu'on est très loin d'une sélection assisté par marqueurs moléculaire pour incrémenter une lignée avec un gène de résistance spécifique, ou avec un gène de floraison plus précoce. Sans aller aussi loin, je ne pense pas qu'il soit question de calibration du bulbe d'igname au Bénin, comme il en est question pour nos chères patates et autres.

    A-t-on approfondi dans ce sens ?
    Pour les plantes les plus cultivées, c'est le cas: riz, soja, blé, mais, tournesol...etc. L'igname rentre probablement dans la catégorie "plante de peu d'intérêt financier" si je puis dire. Et puis certaines espèces sont plus difficiles à travailler que d'autres du fait de leur génome.

    A-t-on pu généraliser cette pratique manifestement simple et efficace ?
    C'est en fait, ce que l'on appelle la "sélection traditionnelle". C'est comme cela que tous nos sélectionneurs produisent les nouvelles variétés de plantes régulièrement, avec de nouvelles résistance aux nouvelles races de microorganismes pathogènes.
    On a peut être un peu tendance à l'oublier, mais en France, le semis d'OGM est interdit en champs (sauf dérogations particulières).

    comment peut-on envisager de modifier techniquement le génome d'une plante alors qu'on ne comprend pas un phénomène naturel d'hybridation ?
    L'hybridation est un phénomène bien connu par nos semenciers (ex: les champs de tournesol que l'on voit cultives par les agriculteurs ne sont que des hybrides, et il y a d'autres plantes, mais je ne suis pas très versé dans ce domaine). L'hybridation a pour effet (en tout cas c'est ce que je sais sur la base de la théorie de l'hétérosis) de diversifier au sein d'une plante les allèles de chaque gène, permettant (mais ca c'est assez spéculatif je crois) de palier à tous les déficits potentiels.
    Il en vas de même pour les animaux, et c'est pourquoi la consanguinité aboutit généralement à des tares génétiques catastrophiques. Mais les plantes sont un peu plus souples à ce niveau.

    Voila, je ne sais pas quoi ajouter sans dire trop de bêtises...

    Bob

  3. #3
    Gordak

    Re : Hybridation spontanée entre plantes sauvages et plantes cultivées

    Citation Envoyé par Odysseus Voir le message
    Bonjour,
    Une phrase en particulier m'étonne : "Les processus biologiques impliqués dans la transformation morphologique du tubercule et son maintien à travers les générations sont inconnus".
    Pour moi ça sent l'épigénétisme. Tu peux trouver plus d'informations dans cette revue.


Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 28/11/2011, 10h37
  2. Plantes cultivées
    Par Gilli dans le forum Identification des espèces animales ou végétales
    Réponses: 5
    Dernier message: 18/07/2011, 16h19
  3. 2 indentifications plantes sauvages
    Par Mikka dans le forum Jardinage
    Réponses: 2
    Dernier message: 26/08/2009, 15h03
  4. Actu - Plantes cultivées : l'orchidée progresse, les habitudes changent
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 2
    Dernier message: 20/02/2009, 14h06
  5. De la biodiversité sauvage aux plantes cultivées, les paysans domesticateurs
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 24/05/2006, 11h16