Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Spectre biologique en botanique



  1. #1
    rabab19

    Wink Spectre biologique en botanique

    slt a tt le monde
    bref , je ve savoir cmt interpreter 1 spectre biologique.
    c'est 1e question de botanique general
    et merci d'avance

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    gechan

    Re : slt

    Citation Envoyé par rabab19
    slt a tt le monde
    bref , je ve savoir cmt interpreter 1 spectre biologique.
    c'est 1e question de botanique general
    et merci d'avance
    Salut..pourrais-tu écrire en évitant les abbréviations ? cela n'en serait que plus lisible !!

  4. #3
    guy52

    Re : slt

    Bonjour,

    moi pas comprendre question

    plus sérieusement, il te faut faire un petit effort si tu veux que nous en fassions.

    A bientôt

  5. #4
    Ciaran Eire

    Re : Spectre biologique en botanique

    Moi j'ai très bien compris.

    Bon, si tu veux tu as:
    http://www.notre-planete.info/geogra...gplantes_0.php

    Qui contient quelques éléménts de réponce, j'espère que ça va t'aider.

    Voilà le passage du site qui pourrai t'intéresser:
    "> Classification biologique des plantes
    Dans cette classification, c’est l’aspect général du végétal qui sert de critère de différenciation. Les types biologiques ou formes de vie ont été distingués en fontion de leur adaptation à la saison défavorable, froide ou sèche.
    _ Les phanérophytes restent toujours bien visibles quelle que soit la saison de l’année. Ces plantes sont vivaces, c’est-à-dire qu’elles fructifient plusieurs fois au cours de leur existence. Elles ont une longévité importante qui fait notamment que leur hauteur au-dessus du sol va de 30 cm à plus de 100 m.
    La plupart sont ligneux (avec donc des troncs), mais quelques phanérophytes sont herbacés (graminées de la savane) ou succulents, c’est-à-dire dont les tissus se gorgent de réserves d’eau (cactus dans les pays arides).
    Les plantes grimpantes, qui ont des racines mais dont la tige prend appui sur d’autres plantes sont rangées parmi les phanérophytes : lianes, lierre.
    _ Les chaméphytes sont également des plantes ligneuses et vivaces mais elles se protègent du froid ou du vent désséchant par leur faible hauteur au-dessus du sol (inférieur à 30 cm) ; elles forment donc de petits buissons à l’aspect de touffe, de boule ou de coussinet (ex : thym, bruyère, saule nain...).
    _ Les hémicryptophytes sont des plantes à demi cachées pendant la mauvaise saison (orties). Leur bourgeons restent au ras du sol en hiver et l’apparail aérien herbacé, comportant souvent des hampes florales et fructifères très élevées, se développe en été.
    _ Les cryptophytes sont invisibles pendant la mauvaise saison : leurs organes vivaces sont dissimulés à l’intérieur du sol (Géophytes), de la vase (Hélophytes) ou de l’eau (Hydrophytes).
    La pousse est très rapide dès le début de la période favorable grâce aux réserves accumulées dans les tubercules (orchidées, pomme de terre), bulbes ou rhizomes (tige souterraine vivante, souvent horizontale. Ex. : muguet, iris...).
    _ Les thérophytes sont des plantes herbacées qui passent la saison défavorable sous forme de graines très résistantes au froid ou à la sécheresse. Leur développement très rapide au printemps.
    Dans les régions arides, les graines des thérophytes doivent attendre souvent plusieurs années avant que des précipitations ne leur permettent de germer, offrant alors un spectacle unique.
    _ Les épiphytes n’ont pas de racines dans le sol mais se développent sur d’autres végétaux, en particulier des arbres. Ils peuvent appartenir au groupe des végétaux inférieurs (mousse, lichens), à celui des ptéridophytes ou à celui des spermaphytes (orchidées). Les épiphytes utilisent les arbres comme de simples supports, ils ne leur empruntent pas d’éléments nutritifs et ne vivent pas à leurs dépens : ce ne sont pas des parasites.
    Pour l’ensemble des phanérogames du globe, la proportition des divers types biologiques est la suivante (épiphytes mis à part):
    _ Phanérophytes - 46%
    _ Hémicryptophytes - 26%
    _ Environ 9 % pour les 3 autres catégories.
    Dans un territoire donné, le pourcentage des espèces apprtenant à ces différentes formes de vie constitue le spectre biologique de la région.
    La proportion des diverses catégories est très variable selon les zones climatiques. Ainsi dans les régions équatoriales toujours chaudes et humides (Guyane), le spectre comprend principalement des phanérophytes et des épiphytes. Au contraire, dans les régions très froides (Spitzberg), dominent les hémicryptophytes, suivi des géophytes et les chaméphytes. Les thérophytes dominent dans les régions désertiques (Libye).
    Le spectre biologique est plus varié dans la zone tempérée.

    Enfin, le simple rapport du nombre d’espèces de chaque catégorie est insuffisant et doit être complété par le taux de recouvrement."


    Le spectre est le pourcentage par type de plante sur une surface donnée. Tu peux donc déterminer s'il sagit d'une forêt ou d'une prairie ainsi que le climat comme tu viens de le lire.

    PS: cette classification est appelée classification de Rankiaer.

    Bonne chance!!

  6. #5
    Guillmot

    Re : Spectre biologique en botanique

    je ve savoir cmt interpreter 1 spectre biologique.
    Hein ? C'est quoi ça, un "spectre biologique" ? J'ai jamais entendu ça dans mes études et mes lectures ! Quelqu'un connait ?
    Compte à supprimer

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Guillmot

    Re : Spectre biologique en botanique

    re-bonjour !

    PS: cette est classification appelée classification de Raunkiaer.
    Petite correction: il s'agit de ce que l'on appelle plus communément les types biologiques chez les Végétaux, créés par Christen C. Raunkiaer, un botaniste scandinave (1860 - 1938) !

    GuiL
    Compte à supprimer

  9. Publicité
  10. #7
    guy52

    Re : Spectre biologique en botanique

    Bonjour

    voici un passage extrait provenant du site suivant :

    http://www.ujf-grenoble.fr/JAL/bota/...n/cousruff.htm

    LA CLASSIFICATION BIOLOGIQUE DES PLANTES (GEOGRAPHIE)

    Après avoir, dans un grand nombre de régions, classé les espèces rencontrées d'après leur forme biologique, on s'est aperçu que, suivant les climats, le pourcentage des différents types était très variable.

    Ce pourcentage, appelé "spectre biologique", se retrouve sensiblement le même dans des régions très éloignées géographiquement, mais présentant une analogie certaine des conditions de vie. Ainsi, les géophytes (ou plantes bulbeuses au sens des jardiniers) se trouvent essentiellement sous les climats à saison sèche et saison humide bien tranchées ; elles peuvent en effet passer la saison sèche, qui est la saison défavorable surtout si c'est la saison chaude, à l'état de repos complet. On les rencontre donc surtout sous les climats de type méditerranéen.

    Lorsque la saison sèche est encore plus accentuée, donc plus défavorable, le pourcentage des espèces annuelles, ou thérophytes, augmente considérablement. Ces plantes, qui germent à la saison des pluies, fleurissent et grainent en hâte, et passent la saison sèche sous forme de graines, forment 38% de la végétation du désert lybien, par exemple.

    En revanche, sur les hautes montagnes de nos Alpes, ou dans les régions polaires, il n'y a pratiquement pas de thérophytes. Encore, celles que l'on voit chez nous en altitude : Gentiana nivalis et G. tenella, diverses Euphraises, quelques Sedum ..., ne sont-elles pas réellement annuelles. Elles ne fleurissent certes qu'un fois, mais la saison chaude est trop courte pour qu'elles puissent fleurir et fructifier l'année même de leur germination. Elles sont donc seulement monocarpiques, mais bisannuelles ou pluriannuelles (les spécialistes disent : hapaxanthes).

    Dans les régions tempérées-froides, le type normal de la végétation est la forêt, composée d'arbres à feuilles caduques en hiver, ou de conifères à aiguilles dures et fines résistant à la "sécheresse physiologique" hivernale. La chute des feuilles, chez nous, est liée à la saison froide. Dans d'autres contrées, à climat sub-désertique, c'est pendant la saison sèche que les arbres, s'il y en a, perdent leurs feuilles : il en va ainsi dans les semi-déserts de Californie et de Madagascar, ou dans les savanes africaines. Dans les régions tropicales humides, où les conditions de chaleur et d'humidité sont toujours proches de l'optimum, on a la forêt d'arbres à larges feuilles persistantes.
    Cordialement, Guy

  11. #8
    Guillmot

    Re : Spectre biologique en botanique

    Salut Guy,

    Ok je m'suis fait eu par une lacune de vocabulaire; merci bien !

    GuiL
    Compte à supprimer

  12. #9
    guy52

    Re : Spectre biologique en botanique

    Bonjour Guil,

    je te rassure j'ai beaucoup de lacunes moi aussi

    A charge de revanche

    Guy

  13. #10
    cecilelaura

    Re : Spectre biologique en botanique

    Bonjour à tous!
    Je m'intéresse à cette classification. J'aurais aimé l'appliquer sur un terrain. Jusque là je vois comment classer chacun des végétaux. Mais je ne sais pas sur quelle surface de dois faire ceci, sur tout le terrain ou je me limite à un carré ?
    D'autre part, une fois que c'est fait, comment je fais mas calculs une fois que j'ai mes pourcentages ? Et ce fameux histogramme ?
    Merci par avance.
    La passoire dit à l'aiguille qu'elle a un trou.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. DUT genie biologique et BTS analyses biologique
    Par -Méni- dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 29
    Dernier message: 14/07/2016, 17h30
  2. DUT génie biologique option industries alimentaires et biologique
    Par chouw dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 1
    Dernier message: 16/02/2009, 11h38
  3. Botanique
    Par mikana dans le forum Biologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 03/05/2007, 15h15
  4. Réponses: 2
    Dernier message: 15/11/2006, 15h56
  5. Réponses: 1
    Dernier message: 06/10/2006, 17h46