Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Passage de monocellulaire à multicellulaire



  1. #1
    poiop2

    Passage de monocellulaire à multicellulaire

    Bonjour,

    Je ne comprends pas comment les organismes vivants ont pu passer du stade "monocellulaire" au stade "multicellulaire". L'évolution se fait par les mutations dans les gènes, mais comment a-t-on pu passer d'une cellule seule à plusieurs cellules travaillant dans le même "organisme" ?
    Merci.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    invite876467890
    Invité

    Re : Passage de monocellulaire à multicellulaire

    Dernière modification par invite876467890 ; 27/01/2013 à 16h03.

  4. #3
    Nemoclay

    Re : Passage de monocellulaire à multicellulaire

    Bonjour,

    Il faut te souvenir que l'évolution est (en général) un processus très graduel si bien que par exemple parler de premier homme n'a pas de sens, un Homo erectus n'a pas subitement donné naissance à un Homo sapiens, un enfant est toujours de la même espèce que ses parents.

    Pour en revenir à ta question le passage de la monocellularité à la pluricellularité ne s'est pas fait d'un seul coup par le biais d'une seule mutation. Il y a eu des étapes intermédiaires qui présentaient toutes un avantage. Les caractéristiques avantageuses que présentent certains organismes sont sélectionné au cours d'innombrables générations.
    Un exemple de stade intermédiaire que l'on trouve encore dans la nature, le cas de l'amibe Dictyostelium discoideum qu'on appelle aussi l'amibe sociale. Les amibes sont des organismes eucaryotes (pourvus d'un noyau cellulaire) monocellulaire, mais chez cette espèce, les individus peuvent s’agréger momentanément (comportement qui a pour origine un phénomène d’inter-attraction), pour former une structure particulière qui est pluricellulaire appelée sporocarpe.
    Ce sporocarpe est constitué d'une "tige" supportant une boule d'amibes qui se différencient en spores pour se disséminer. Le plus déroutant c'est que les amibes qui forme la "tige" se sacrifient car le reste de la structure ne persiste pas, seules les amibes différenciées en spore persistent. Comment expliquer un tel "altruisme" ? Il a été montré que plus les amibes sont proches d'un point de vue génétique plus la tige sera grande et mieux sera la dissémination.
    En faite il faut prendre le point de vue des gènes pour comprendre.
    Les individus peuvent transmettre des copies de leurs propres gènes non seulement en se reproduisant, mais aussi en aidant ( par un comportement altruiste intéressé ) la reproduction d’individus apparentés génétiquement. Ainsi l’information génétique qui impose cet "altruisme" est favorisée parce qu’elle se trouve aussi chez l’individu qui bénéficie de ce comportement.

    De plus dans ton corps (comme dans le cas de ces amibes) les différents gènes coopèrent parce qu'ils partagent la même "sortie" ou "passeport pour l'avenir" que sont les spermatozoïdes et les ovocytes (spores dans le cas des amibes).

    Cordialement

    Ps: D'autres exemples de stades intermédiaires entre mono et pluricellularité: Volvox et Chlamydomonas.
    Dernière modification par Nemoclay ; 27/01/2013 à 20h42.

  5. #4
    poiop2

    Re : Passage de monocellulaire à multicellulaire

    Merci beaucoup loulou_d et Nemoclay pour ces précieuses informations !

    Une interrogation, cependant, subsiste dans mon esprit : Comment font les cellules de ces proto-organismes pour "savoir" que les autres cellules ont un patrimoine génétique plus ou moins proche du leur ?

  6. #5
    Amanuensis

    Re : Passage de monocellulaire à multicellulaire

    Diverses possibilités.

    Un cas très simple est celui de cellules sœurs restant "attachées" ensemble après division de leur cellule mère.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Nemoclay

    Re : Passage de monocellulaire à multicellulaire

    Citation Envoyé par poiop2 Voir le message
    Merci beaucoup loulou_d et Nemoclay pour ces précieuses informations !

    Une interrogation, cependant, subsiste dans mon esprit : Comment font les cellules de ces proto-organismes pour "savoir" que les autres cellules ont un patrimoine génétique plus ou moins proche du leur ?
    Ce phénomène je ne l'ai pas nommé mais il s'agit de la sélection de parentèle (mis en évidence par Hamilton). Cela permet d’expliquer (en plus de l’altruisme comme dans le cas des amibes) l’apparition et le maintien au cours de l’évolution d’individus stériles (par exemple les ouvrières chez les abeilles et les fourmis) au sein de communautés d’organismes.

    Comme je l'ai dit plus haut l’information génétique qui impose l’altruisme est favorisée parce qu’elle se trouve aussi chez l’individu qui bénéficie de ce comportement. Ainsi tout gène qui a pour effet d’aider des copies de lui-même va tendre à se répandre dans une population.

    Pour en revenir à la question (très bonne d'ailleurs) comment les individus "savent" qu'ils sont apparentés ?
    Des chercheurs ont mis en évidence que chez une espèce de fourmi (Solenopsis invicta pour info) les individus se reconnaissent à l'odeur, cette odeur particulière (enfaîte une phéromone) est codée par un gène. Pour faire simple si le gène diffèrent la phéromone diffère et les individus seront agressifs envers ceux qui ont une odeur différente. Dans le jargon on utilise l'expression "effet barbe verte". Pour les amibes il est fort probables que des signaux chimiques analogues (déterminés génétiquement bien sûr) existent.

    Voilà j'espère que ma réponse est claire

    Ps: Le signal (ou la "barbe verte" ) peut être autre que chimique.
    Dernière modification par Nemoclay ; 29/01/2013 à 00h20.

  9. Publicité
  10. #7
    Nemoclay

    Re : Passage de monocellulaire à multicellulaire

    D'ailleurs pour ces insectes sociaux certains utilise le terme de super-organisme et compare les ouvrières aux cellules d'un corps (cellules somatiques) et les quelques individus sexués comme les cellules sexuelles (cellules germinales). C'est une comparaison intéressante même si pas parfaitement rigoureuse. Mais c'est vrai que cette division du travail soma/germen (par différenciation cellulaire) est capitale dans l'apparition et le maintien de la pluricellularité.
    Dernière modification par Nemoclay ; 29/01/2013 à 00h30.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. faisabilité de fonctionnement d'une pompe multicellulaire dans un circuit
    Par ndingaarsene dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/06/2012, 13h27
  2. [Biologie Cellulaire] FI et Eucaryote monocellulaire.
    Par Kyy dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 17/12/2009, 17h41
  3. Passage en S ??
    Par passage en S dans le forum Orientation avant le BAC
    Réponses: 7
    Dernier message: 01/06/2008, 21h49
  4. passage
    Par Lucas02 dans le forum Orientation avant le BAC
    Réponses: 5
    Dernier message: 31/05/2008, 10h21