Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

mécanisme de correction des mutations génétiques, quelle utilité évolutive?



  1. #1
    ramzus2

    mécanisme de correction des mutations génétiques, quelle utilité évolutive?

    rebonjour.
    je me demande quel est l'utilité du mécanisme de correction des mutations génétiques qu'ont certains types d'être vivant mais pas tous d'un point de vue évolutif...
    la réponse à cette question à mon sens, est que le phénomène de correction d'une mutation n'est pas une correction à proprement dire mais une amélioration des effets d'adaptation aux milieu biologique d'une mutation bénéfique...comment alors un organisme apparemment dénudé de toute intelligence ce rend-t-il compte qu'une mutation est bénéfique pour lui...il n'y a qu'une seule hypothèse valable pour ça, l'organisme possède un certain automatisme de décision dans son génome qui est à mettre en valeur....je ne connais pas les dernières études ce qu'elles disent...et c'est ce que je veux savoir à travers vous...mais si on veut fermer la gueule des créationnistes qui se moque de nous en disant, que nous prétendons que la matière vivante a un libre arbitre et sais réfléchir, on dois prouver alors et donner des preuves, en étudiant profondément le mécanisme des mutations génétiques qu'est ce qui les provoquent concrètement, est ce des causes de morphologie moléculaire des enzymes et ribosomes de transcription, est ce le stress que vie l'être vivant, est ce que par hasard la mutation n'est pas en elle même programmée génétiquement...et ça peut nous aider à mieux trouver des solutions aux cancers...

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    minushabens

    Re : mécanisme de correction des mutations génétiques, quelle utilité évolutive?

    Je suppose que tu parles des mécanismes de correction des erreurs de réplication de l'ADN. Leur utilité est plus qu'évidente il me semble. Si un organisme est un tant soit peu adapté à son environnement, la plupart des modifications de son génome vont être plus ou moins délétères, d'où l'intérêt de les supprimer. Si comme tu le dis sur un autre fil tu as un master en biologie de l'évolution tu as dû voir ça.

  4. #3
    ramzus2

    Re : mécanisme de correction des mutations génétiques, quelle utilité évolutive?

    ce que je veux dire, c'est que si l'environnement et si créateur d'évolution biologique comme nous le supposons nous les évolutionniste pourquoi avoir tant peur que le génome soit modifié?! en tout cas, la vie, dans ces débuts dans le globe, a du être très tolérante à l'égard des mutations, et résultat regarde la diversité actuelle des êtres vivants...et normalement on dois savoir quel sont les zones du génome d'un être vivant X, où les mutations sont délétères et quelles sont les zones où les mutations sont bénéfiques, et en ce qui concerne les mutations, est ce qu'on a déjà observer une mutation qui a créé un nouveau gène, je suppose que oui, lorsque la mutation touche un codon stop, automatiquement se crée une linéarité de transcription entre deux gène voisin, et ça crée un nouveau gène plus où moins bénéfique pour l'individu.

  5. #4
    ramzus2

    Re : mécanisme de correction des mutations génétiques, quelle utilité évolutive?

    et une question connexe, est ce que le ribosome peut faire des erreurs? je veux dire au lieu de traduire le codon de l'ARN messager en l'acide aminé A il le traduit en l'acide aminé B...de toute façon c'est pas le ribosome le responsable de tout ça, en lui même, c'est l'ARN t qui risque de se tromper l'acide aminé à ramener au ribosome...donc la question est, est ce qu'il peut se tromper l'ARN t?...et est ce qu'il existe des pathologies humaines ou l'étiologie du problème sanitaire de l'Homme résulte de ces erreurs?
    et merci d'avance.

  6. #5
    noir_ecaille

    Re : mécanisme de correction des mutations génétiques, quelle utilité évolutive?

    Attention : ces mécanismes ne sont pas du tout "intelligent".

    Les mutations corrigées sont les accidents qui modifie un brin sur les deux qui compose l'ADN chromosomique de nos cellules. Comment c'est détecté ? Simplement parce qu'il n'y a plus appariement des bases en un point donné : une protéine "sonde" qui passe son temps à scanner l'ADN "au repos" (pas en cours de transcription ou de synthèse) va détecter le non-appariement entre les brins et déclencher une cascade de mécanismes pour re-synthétiser un morceau de brin sur les deux, sur la base semi-conservatrice de la synthèse d'ADN classique.

    Mais attention ! Le "choix" du brin référence dans cette re-synthèse est totalement aléatoire : on a 50% de chance d'éliminer la mutation et 50% de chance de la réécrire à la place de la séquence initale (on dit sauvage en biologie moléculaire). Il ne faut donc pas croire ce système infaillible, sinon aucune mutation ne serait conservée.

    Par ailleurs, les mutations acquises ont un impact variable selon le type de mutation, le tissu touché, et bien entendu si ça ne concernen pas des cellules germinales (= qui donnent des gamètes), on a aucune chance que ça se transmette -- ou alors par scissiparité comme chez la bactérie ou l'holoturie.


    Ensuite concernant "l'utilité" des mutations... Bah là encore, c'est aléatoire. Si c'est une mutation qui dérègle le cycle cellulaire et provoque un cancer, c'est délétère. Si par contre c'est une mutation de résistance à un antibiotique, ça fait chmire les humains mais ça avantage vachement une bactérie mutante sur ses consœurs sauvages et donc sensibles à l'antibiotique. De même que l'apparition des mutations et leur (non-)correction est aléatoire, les (dés)avantages qu'elles peuvent potentiellement procurer sont tout autant aléatoires.


    Je n'ai pas conaissance de flagrant déli d'erronage d'une traduction protéique, mais rien ne l'interdit Simplement ça me semble plus compliqué à survenir que pour l'ADN, parce que si ça s'apparie mal dans le ribosome, ça pourrait bloquer par encombrement à l'intérieur du ribosome et ainsi condamner l'utilisation du ribosome concerné. Quant à des pathologies humaines résultantes, aucune idée.
    https://commons.wikimedia.org/wiki/F...gif?uselang=fr
    À confirmer par plus expert que moi
    Dernière modification par noir_ecaille ; 23/10/2014 à 01h51.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Solyca

    Re : mécanisme de correction des mutations génétiques, quelle utilité évolutive?

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Attention : ces mécanismes ne sont pas du tout "intelligent".

    ...

    Mais attention ! Le "choix" du brin référence dans cette re-synthèse est totalement aléatoire : on a 50% de chance d'éliminer la mutation et 50% de chance de la réécrire à la place de la séquence initale (on dit sauvage en biologie moléculaire). Il ne faut donc pas croire ce système infaillible, sinon aucune mutation ne serait conservée.
    D'accord avec noir_ecaille. Il ne faut pas penser à ce mécanisme comme un truc qui pense "ah tiens, si je mutais aujourd'hui ... Bof, finalement, non...
    Quand une mutation survient, c'est juste que le système de réplication a buggué.

    Il faut comprendre qu'au fond, la réplication de l'ADN est une simple réaction chimique, organique. Une protéine se fixe à l'ADN et avance dessus en incorporant des nucléotides reconnus parce qu'il y a des liaisons plus stables que d'autres. Tout est dans le "plus stable". La liaison AT est plus stable que AG mais AG est possible aussi.

    Le premier mécanisme de correction est dans la protéine même qui réplique l'ADN. Elle a une faible activité DNase, c'est à dire que dès que le nucléotide est incorporé, il se passe en même temps une réaction de "rejet" de ce nucléotide, mais si la liaison est "plus stable" ça ne marche pas et le nucléotide reste en place. Par contre si on a A/G la liaison est faible et est détruite immédiatement.

    Le deuxième mécanisme est celui dont parle noir_ecaille, mais on n'a pas une proba de 50/50 heureusement, sinon ça ne servirait à rien. L'ADN dans les cellules est méthylé, certaines bases sont modifiées chimiquement, ainsi que les protéines qui se fixent à l'ADN (histones). L'enzyme qui corrige les erreurs prend le brin méthylé comme modèle, le brin néo-formé ne possédant pas encore de ces méthylations.


    En conclusion une mutation est une erreur, et une erreur dans le génome est beaucoup plus souvent délétère que bénéfique. Donc les organismes vivants qui ont des mécanismes de réparation de l'ADN ont survécu jusqu'à nos jours, alors que ceux qui n'en avaient pas ont disparu, tués par les mutations aléatoires dans des gènes indispensables à leur survie.


    Des erreurs dans la transcription ou traduction ADN-->ARN--> Protéine surviennent sûrement, et avec une proba plus élevée, mais ce n'est pas grave car ce n'est qu'une protéine sur des centaines/milliers qui sera impactée, toutes les autres protéines identiques feront le boulot, on n'est pas à une unité près dans une cellule.

  9. Publicité
  10. #7
    Deedee81

    Re : mécanisme de correction des mutations génétiques, quelle utilité évolutive?

    Salut,

    Petite synthèse en espérant ne pas dire de grosse bêtise.

    Concernant la compatibilité des mécanismes de correction et de l'évolution. Il faut bien se dire que dans les mutations (beaucoup étant délétères, voir les explications des messages précédents) :
    - S'il n'y en a aucune, il n'y a pas évolution (et en cas de changement dans l'écosystème cela peut s'avérer dramatique)
    - S'il y en a trop, l'organisme meurt avant même d'avoir pu se reproduire, ce qui n'est évidemment pas utile pour l'évolution

    Il faut un juste milieux. C'est pourquoi l'évolution a sélectionné les mécanismes de réparation efficace mais pas parfaits (d'autant que l'existence des mécanismes a un coût pour l'organisme), il laisse passer accidentellement des erreurs (elles-mêmes accidentelles). Simplement parce que ce sont les espèces qui en étaient dotés qui ont le mieux réussi.
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)

  11. #8
    Solyca

    Re : mécanisme de correction des mutations génétiques, quelle utilité évolutive?

    100% d'accord. Super synthèse

  12. #9
    noir_ecaille

    Re : mécanisme de correction des mutations génétiques, quelle utilité évolutive?

    Solyca, les histones ne se trouvent que chez les eucaryotes (et ne sont probablement pas apparue "tout de suite")

    Je parlais du mécanisme vraiment le plus général. Et après il y a des variations supplémentaires
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. [Evolution] processus des mutations génétiques.
    Par lebiologiste2 dans le forum Biologie
    Réponses: 28
    Dernier message: 08/08/2012, 12h36
  2. mutations génétiques
    Par Enaïtso_22 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 3
    Dernier message: 25/02/2010, 08h40
  3. [Biologie Moléculaire] TPE 1Ssvt mutations génétiques
    Par Enaïtso_22 dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 23/02/2010, 12h08
  4. [Génétique] Expérience sur les mutations génétiques
    Par kevin333 dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 01/12/2008, 13h36
  5. [Génétique] TPE sur les mutations génétiques
    Par kevin333 dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 24/11/2008, 16h23