Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 18 sur 18

Interactions entres émotions et coeur



  1. #1
    sssssan

    Interactions entres émotions et coeur


    ------

    Bonjour ,
    j ouvre ce post pour mettre au claire ,l influence du cerveau sur le cœur et (je vais oser) inversement du cœur sur le cerveau

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Pterygoidien

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Votre question est trop vague pour donner une réponse précises.
    La compréhension des interactions qui s'opèrent entre le cœur et le système nerveux nécessitent des connaissances de base de physiologie cardio-vasculaire et de neurophysiologie. Il y a beaucoup de choses à dire, beaucoup, mais je ne pense pas que ces éléments répondent à tes attentes, à savoir précisément le lien entre les émotions et le cœur.

    Il faut savoir d'une part que ton coeur est une pompe musculaire qui envoie le sang dans la circulation, et qu'il entretient donc un contrat vital avec le système nerveux : le système nerveux central étant extrêmement fragile à l'hypoxie (le cerveau est dit gluco-dépendant, du fait de son régime aérobie strict et de l'imperméabilité de la barrière hémato-encéphalique envers les graisses), le coer doit nécessairement lui fournir un certain débit non négligeable pour qu'il puisse continuer à fonctionner. D'ailleurs, on pourrait faire tout un sujet rien que sur la vascularisation du cerveau, qui est très intéressante du fait des voies de collatéralités qui s'établissent (polygone de Willis).

    Le coeur étant un muscle, sa contraction fait suite à une excitation. De manière générale, une excitation traduit l'arrivée d'un stimulus qui fait varier la différence de potentiel de part et d'autre de la membrane (on parle du potentiel membranaire), et lorsque l'excitation est dépolarisante et assez intense (au dessus d'un seuil d'excitation), l'excitation membranaire aboutit à la formation d'un potentiel d'action, c'est à dire une réponse stéréotypée de la membrane caractérisée par une phase de dépolarisation et une phase de repolarisation.
    Le potentiel d'action s'observe dans toute cellule excitable : il concerne donc aussi bien le système nerveux que le système musculaire. Toutefois, leur forme et leur séquence diffère selon le tissu considéré : dans le muscle cardiaque, le potentiel d'action cardiaque est assez particulier et possède une phase plateau. Mais passons sur ces détails qui n'apprennent rien sur les relations qui s'établissent entre le cœur et le système nerveux.

    Sachant maintenant que le cœur est musculaire et fait suite à une excitation, on pourrait penser que le cœur ne peut se passer du système nerveux pour ses contractions : ce n'est pas le cas. En réalité, le système nerveux n'intervient que comme régulateur de la fonction cardiaque, mais un coeur dépourvu d'innervation peut tout à fait fonctionner indépendamment. L'excitation du muscle cardiaque dépend d'un système de conduction interne et indépendant du système nerveux qui génère, relaie et coordonne les impulsions électriques au sein du cœur. L'innervation du cœur vient alors moduler ce système de conduction et l'intensité des battements.

    On peut diviser le système nerveux en deux catégories sur base de critères fonctionnels :
    1. Le système nerveux somatique, que l'on peut qualifier de "partie consciente", dépendante de la volonté
    2. Le système nerveux autonome (ou végétatif), que l'on peut qualifier de "partie inconsciente", indépendante de la volonté
    En fait, ce critère de classification concerne essentiellement le système nerveux périphérique, partie du système nerveux chargé de relai des influx nerveux (sensitifs ou moteurs) plutôt que de l'analyse, l'intégration et la réponse de ces influx nerveux qui est prise en charge par le système nerveux central, où s'effectuent de nombreuses connexions entre le versant autonome/végétatif et le versant conscient/émotionnel.

    Le coeur est innervé par le plexus cardiaque, formé de fibres du système nerveux autonome. Le système nerveux autonome contient deux versants qui s'opposent généralement l'un l'autre dans leurs effets (ils sont dits antagonistes) :
    1. Le système nerveux orthosympathique, dit "excitateur", il va augmenter la fréquence de battement et la contractilité et prépare le corps à la fuite ou au combat, aux dépenses énergétiques liées à un effort physique en général ou à un stress physique
    2. Le système nerveux parasympathique, dit "préparateur/inhibiteur" va diminuer la fréquence de battement et la contractilité, et sert plutôt aux actions liées au repos ou à la digestion, il "prépare" le corps en faisant les réserve énergétiques pour une éventuelle mise à l'effort ultérieure.

    Le coeur reçoit donc des influx nerveux parasympathiques et orthosympathiques, et ces influx nerveux proviennent essentiellement du tronc cérébral. Le tronc cérébral interprète les données du corps (pression artérielle, teneur en oxygène, situation de danger, ...) et envoie une réponse qui est relayée par le système nerveux autonome notamment vers le coeur et les vaisseaux sanguins. Ce tronc cérébral contient des noyaux particuliers formant plusieurs centres de régulation cardio-vasculaires (centre cardio-inhibiteur, centre cardio-accélérateur, ...) qui génèrent des réponses : les réponses parasympathiques sont envoyées par le nerf vague (ou nerf pneumogastrique, N.C X), et les réponses orthosympathiques sont envoyées par des efférences orthosympathiques de la chaine paravertébrale (ganglions cervicaux et thoraciques supérieurs).
    Module cardio-vasculaire.jpg

    Bien sur, il existe des connexions neuronales entre le tronc cérébral qui régule la performance cardio-vasculaire en fonction des besoins (notamment dans le bulbe rachidien) et le cortex cérébral et les zones du cerveau impliquées dans la pensée consciente et les émotions. En outre, il existe de nombreuses connexions entre le tronc cérébral et le diencéphale, zone du cerveau située sous le télencéphale qui régulent de nombreuses fonctions du corps et surveillent de très près certains paramètres vitaux tels que la température corporelle.

    Il y a beaucoup trop à parler, et les exemple que je citerai apparaitrons donc comme anecdotique, puisqu'il faut une connaissance précise de neurophysiologie et de physiologie cardiaque pour bien comprendre les liens entre les deux. Mais je vais parler ici de deux cas intéressants :
    1. L'impact du stress et de l'anxiété sur le système cardio-vasculaire
    2. Le cas anecdotique en physiopathologie de cadiomyopathie de Tako Tsubo, appelé syndrome des cœurs brisés.

  4. #3
    Pterygoidien

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    1. Réponse au stress émotionnel
    Établissons d'emblée qu'il existe de nombreuses variations entre individus quand il s'agit des réponses émotionnelles à certains stimulis de leur environnement. Dans une situation de danger ou de stress intense, la réponse évoquée par le système nerveux peut ressembler à ce que l'on appelle la réponse fight-or-flight (réponse combat ou fuite).

    C'est une réaction de défense qui provoque un recrutement intense du système nerveux orthosympathique et une diminution du parasympathique, qui se traduit par une augmentation de la performance cardiaque de plusieurs manières (augmentation de la fréquence cardiaque, de la contractilité, du retour veineux par augmentation du tonus vasomoteur veineux), une augmentation du tonus musculaire squelettique global et une attention sensorielle accrue. Le comportement combat-fuite est un exemple extrême de réponse intégrée à un stress aigu qui provient essentiellement du système nerveux central. Cette réponse est due à l'activation de récepteurs sensoriels dans le cortex cérébral, qui active fortement une structure nerveux du système limbique appelée l'amygdale.

    On a deux amygdales, une de chaque côté, et elle fait partie du système limbique formé d'autres structures nerveuses complexes (hippocampe, le gyrus cingulaire, le fornix, ...). On qualifie souvent le système limbique de "cerveau émotionnel" étant donné ses très nombreuses relations entre les émotions et ce système. Il intervient notamment dans les activités d'apprentissage et de mémoire, en plus de ses réponses aux émotions tels que la peur, le plaisir, l’agressivité, etc...

    Dans une situation de stress intense (avec une réponse similaire à une réponse combat-fuite), l'amygdale est fortement activée et envoie de nombreuses impulsions nerveuses vers l'hypothalamus et le tronc cérébral. L'une des voies activées aboutit à la stimulation du loecus coerulus, noyau adrénergique très important situé dans le pont (pont de Varole, ou protubérance annulaire), situé au dessus-du bulbe rachidien dans le tronc cérébral. Ce locus coerulus envoie des terminaisons nerveuses dans de nombreuses structures de l'encéphale, notamment le système limbique, l'hypothalamus et le tronc cérébral. De ce fait, le locus coerulus joue un rôle très important dans la réponse physiologique à un stress ou à la panique et fait partie du système d'activation réticulaire ascendante.

    La réponse enclenchée par un stress se fait principalement de deux manières :
    1. Une réponse rapide et essentiellement nerveuse, par stimulation des centres cardiomodérateurs et vasomoteurs, augmentant la performance cardiaque et le tonus vasculaire. L'attention sensorielle est également très accrue.
    2. Une réponse plus lente et neuro-endocrinienne

    La réponse neuro-endocrinienne est très élaborée et plutôt complexe à étudier. Des efférences noradrénergiques du locus coerulus atteignent l'hypothalamus au niveau de ses noyau supra-optique et paraventriculaires qui aboutissent à une réponse nerveuse ET endocrinienne via l'axe hypothalamo-hypophysaire. Notamment, les cellules magnocellulaires des noyaux paraventriculaires et supra-optiques sont des cellules neuro-endocrines qui libèrent de l'ADH (hormone antidiurétique, aussi nommée vasopressine) au niveau de leurs terminaisons nerveuses situées dans la neurohypophyse. Cette ADH agit au niveau du rein où elle diminue l'excrétion d'eau (en augmentant sa réabsorption), assurant un maintien du volume de sang. Une autre réponse est également la libération de CRH par les neurones parvocellulaires, qui libèrent cette hormone autacoïde dans le système porte hypothalamo-hypophysaire, et cette CRH active elle même les cellules corticotropes de l'adénohypophyse, sécrétant de l'ACTH. Finalement, l'ACTH agit au niveau de zone fasciculée de la corticosurrénale en augmentant la libération de cortisone, hormone souvent qualifiée d'hormone du stress. Le cortisone est un important glucocorticoïde qui a de nombreuses fonctions métaboliques et parmi ses nombreuses fonctions il est dit "hyperglycémiant" : il augmente la disponibilité de sucre dans le sang, notamment pour les fonctions cérébrales et musculaires et préparer à la fuite ou au combat.
    Le système nerveux exerce également une réponse au niveau de la médullo-surrénale, enclenchant une libération d'adrénaline et, dans une plus faible mesure, de noradrénaline, qui augmentent la performance cardiaque.
    emotion.jpg

    La réponse au stress est donc une réponse intégrée très complexe et il y a beaucoup plus à dire que ce qui est dit (et simplifié au maximum).

    Chez certaines personnes, un stress émotionnel intense d'apparition brutal (attraction à sensation forte, vue du sang, ...) peut entrainer une réponse rapide et intense du système nerveux orthosympathique et déclencher une syncope. Cet épisode est qualifiée souvent de malaise vagal (ou vasovagal) et peut être attribuée à l'activation de réflexe de Bezold-Jarsich.

  5. #4
    JPL

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Pour les illustrations rappel de la charte du forum :

    Ne vous appropriez pas les informations d'autrui, citez vos sources.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  6. #5
    Pterygoidien

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    2. Le syndrome des cœurs brisés
    Le syndrome des cœurs brisés, ou cardiomyopathie de Tako Tsubo, est un syndrome qui se déclenche le plus souvent à la suite d'un bouleversement émotionnel intense. Il s'agit d'une atteinte du myocarde ventriculaire, le plus souvent le ventricule gauche, de manière réversible (on parle de sidération myocardique) qui se caractérise par une "ballonisation apicale". Le mécanisme physio-pathologie de cette maladie reste à ce jour encore assez mystérieux, mais il semble qu'il s'agisse d'un trouble transitoire de la vascularisation coronaire (ischémie coronaire transitoire).
    L'incidence de ce syndrome est toutefois très rare et celui-ci est souvent réversible. Le patient se présente pour des épisodes de douleurs thoraciques et des douleurs projetées ressemblant à un infarctus du myocarde.

    Toutes les illustrations sont issues du livre de physiologie "Medical Physiology" de E. Boulpaep et W. Boron.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    sssssan

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    hello merci bien pour cette reponse assez longue et détaillée,avec laquelle je suis d accord... cependant on s eloigne du cœur de la question si j puis dire , la seule partie que j trouve personnelement interessante est la derniere ,c est effectivement de ce phenomene de'' tako tsubo'' dont j espérais apprendre plus. https://academic.oup.com/eurheartj/a...tive-emotional
    Dernière modification par sssssan ; 11/11/2017 à 23h43.

  9. Publicité
  10. #7
    mh34

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Citation Envoyé par sssssan Voir le message
    , la seule partie que j trouve personnelement interessante est la derniere ,c est effectivement de ce phenomene de'' tako tsubo'' dont j espérais apprendre plus. https://academic.oup.com/eurheartj/a...tive-emotional
    Il faudrait donc que vous précisiez votre question, puisqu'apparemment ce n'est pas une question de physiologie...

  11. #8
    sssssan

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    C est de la physiologie,l influence des émotions sur le cœur.On traite ici du Tako tsubo ,une physiopathologie d origine emotive impactant le cœur. Voila pour la précision.
    Dernière modification par sssssan ; 12/11/2017 à 12h24.

  12. #9
    Pterygoidien

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Je ne sais pas trop quoi vous répondre puisque je ne sais pas quelles sont vos attentes. Le premier point, qui traite de l'impact du stress sur le système cardio-vasculaire, est surement l'un des plus importants à connaitre pour tout physicien tellement il est important. L'impact du stress sur le système cardio-vasculaire est l'un des meilleurs exemples de relation entre les émotions et la performance cardiaque, alors que les autres émotions jouent un rôle plus négligeable que le stress et la panique (dont la réponse résulte de processus évolutifs sélectionnés par la nature car favorisant nettement la survie).
    Il semble toutefois que vous préfériez le cas du syndrome de Tako Tsubo, alors qu'il est extrêmement rare et ne reflète pas vraiment les relations coeur - système nerveux : c'est un cas anecdotique, et la science ne se construit pas des anecdotes. Il semble donc que vous cherchiez plutôt du sensationnalisme qu'une réelle réponse claire et précise sur les interactions entre les systèmes nerveux et cardio-vasculaire.

  13. #10
    Pterygoidien

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Pour être tout à fait honnête, il n'y a pas autant d'interactions entre les émotions et le coeur, que ce que vous ne pensez. A moins que vous pensiez que chaque émotion correspond à un faisceau de neurones et que celui-ci est magiquement relié au cœur, et que les potentiels d'actions sont des papillons messagers, je tiens juste à préciser que la performance cardiaque est régulée de manière très fine par le système nerveux végétatif de manière à ce qu'elle corresponde aux dépenses énergétiques, et que les émotions de peur et de panique sont les principaux facteurs émotionnels qui ont un impact important puisqu'ils traduisent la nécessité d'un effort physique à venir, tandis que les autres émotions n'ont pas une telle interprétation par notre système limbique, bien qu'il faut admettre que les émotions ont un rôle sur le coeur.

    Un sujet qui aurait été vraiment intéressant, c'est entre les émotions et le système digestif, via l'axe cerveau - système nerveux entérique, où il y a énormément de choses très intéressantes à dire avec des faits établis et de nombreuses études menées à ce sujet.

  14. #11
    mh34

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Citation Envoyé par sssssan Voir le message
    C est de la physiologie,l influence des émotions sur le cœur.On traite ici du Tako tsubo ,une physiopathologie d origine emotive impactant le cœur. Voila pour la précision.
    je vous rappelle votre premier message ;
    Citation Envoyé par sssssan Voir le message
    Bonjour ,
    j ouvre ce post pour mettre au claire ,l influence du cerveau sur le cœur et (je vais oser) inversement du cœur sur le cerveau
    Donc si les réponses de DarkSatan ne vous conviennent pas il vous faut préciser.
    La cardiomyopathie de Tako Tsubo n'est pas en soi une précision de votre sujet, puisqu'on est ici dans la pathologie.
    http://www.orpha.net/consor/cgi-bin/..._Search_Simple

    Pathologie qui ne peut faire l'objet d'un fil sur ce forum, soi dit en passant.
    Dernière modification par mh34 ; 12/11/2017 à 14h40.

  15. #12
    sssssan

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Citation Envoyé par DarkSATAN Voir le message
    Pour être tout à fait honnête, il n'y a pas autant d'interactions entre les émotions et le coeur, que ce que vous ne pensez. A moins que vous pensiez que chaque émotion correspond à un faisceau de neurones et que celui-ci est magiquement relié au cœur, et que les potentiels d'actions sont des papillons messagers, je tiens juste à préciser que la performance cardiaque est régulée de manière très fine par le système nerveux végétatif de manière à ce qu'elle corresponde aux dépenses énergétiques, et que les émotions de peur et de panique sont les principaux facteurs émotionnels qui ont un impact important puisqu'ils traduisent la nécessité d'un effort physique à venir, tandis que les autres émotions n'ont pas une telle interprétation par notre système limbique, bien qu'il faut admettre que les émotions ont un rôle sur le coeur.

    Un sujet qui aurait été vraiment intéressant, c'est entre les émotions et le système digestif, via l'axe cerveau - système nerveux entérique, où il y a énormément de choses très intéressantes à dire avec des faits établis et de nombreuses études menées à ce sujet.
    pas vraiment , je vous re post mon lien https://academic.oup.com/eurheartj/a...tive-emotional

  16. Publicité
  17. #13
    Pterygoidien

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Et alors ? L'avez vous lu ? En quoi l'article vient contredire mes propos ?

  18. #14
    sssssan

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Citation Envoyé par DarkSATAN Voir le message
    Et alors ? L'avez vous lu ? En quoi l'article vient contredire mes propos ?
    et bien vous mettez l accent sur les emotions
    telle que peur et panique , alors que l article insiste sur le fait que d autres emotions sont en jeu

  19. #15
    Pterygoidien

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Comme vous le dites, je met l'accent sur ces émotions, ce n'est pas pour autant que je néglige le rôle d'autres émotions...C'est un fait établi que le stress et la panique sont deux stimuli émotionnels qui ont un impact important sur le système cardiovasculaire sur le long et moyen terme, ce n'est pas pour autant que je nie l'existence du rôle d'autres émotions (encore trois petits points).
    Ensuite, vous faites une fixation sur l'amélioration d'un cas pathologique extrêmement rare et qui apparait tout à fait anecdotique dans le cadre de cette discussion.

  20. #16
    sssssan

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Citation Envoyé par DarkSATAN Voir le message
    Comme vous le dites, je met l'accent sur ces émotions, ce n'est pas pour autant que je néglige le rôle d'autres émotions...C'est un fait établi que le stress et la panique sont deux stimuli émotionnels qui ont un impact important sur le système cardiovasculaire sur le long et moyen terme, ce n'est pas pour autant que je nie l'existence du rôle d'autres émotions (encore trois petits points).
    Ensuite, vous faites une fixation sur l'amélioration d'un cas pathologique extrêmement rare et qui apparait tout à fait anecdotique dans le cadre de cette discussion.
    Je pense personnelement que bcp d autres moyens permettent une communication plus fine entre les organes ... reduire . aux classiques "stress et panique" l ensemble des emotions ,c est peut etre omettre d autre moyens

  21. #17
    Pterygoidien

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Citation Envoyé par sssssan Voir le message
    Je pense personnelement que bcp d autres moyens permettent une communication plus fine entre les organes ... reduire . aux classiques "stress et panique" l ensemble des emotions ,c est peut etre omettre d autre moyens
    Vous pensez personnellement ? Mais vous n'en faites pas part ? Ce n'est pas vraiment une question de "je crois que le coeur il répond à la joie, super cool", quand il s'agit de discussions scientifiques c'est toujours bien de développer un raisonnement qui peut être appuyé sur des faits observables ou des études menées au préalables (et sérieuses).
    Encore une fois, merci de ne pas modifier mes propos, je n'ai jamais réduit les émotions à l'existence de deux seules émotions qui sont la stress et la panique, j'ai dit que ces deux derniers jouaient un rôle plus important sur le système cardio-vasculaire et ont été sélectionnées par plusieurs milliers d'années d'évolution car ce sont deux stimuli qui font état de la présence d'un danger et sont donc favorables à la survie de l'individu. Les voies neurales entre le système limbique et les centres de régulation cardio-vasculaires bulbaires ont pu être individualisées et sont largement étudiées, ça ne veut pas dire que les autres émotions n'ont pas d'impact : la joie et le rire sont des émotions plus ou moins antagonistes du stress et de la panique, elles vont diminuer l'emprunt des voies sus-mentionnées qui activent la réponse fuite-combat, et donc peuvent effectivement avoir un rôle adaptatif de la performance cardiaque. Ce serait bien que vous relisiez mes propos et vous vous assuriez que vous les comprenez totalement avant d'en tirer des conclusions car je me lasse un peu de me répéter.

  22. #18
    mh34

    Re : Interactions entres émotions et coeur

    Citation Envoyé par sssssan Voir le message
    Je pense personnelement que bcp d autres moyens permettent une communication plus fine entre les organes ... reduire . aux classiques "stress et panique" l ensemble des emotions ,c est peut etre omettre d autre moyens
    Vous pouvez être plus explicite? Et dire ce à quoi vous pensez?

  23. Publicité

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. La collusion entres photons est il possible?
    Par extrazlove dans le forum Archives
    Réponses: 5
    Dernier message: 25/04/2014, 11h04
  2. Interactions entres molécules polaire.
    Par Moug_ dans le forum Chimie
    Réponses: 1
    Dernier message: 26/02/2012, 12h42
  3. Communication I2C entres 2 PIC16F1947
    Par ludo00001 dans le forum Électronique
    Réponses: 2
    Dernier message: 10/02/2011, 17h34
  4. les limites entres entrainements et dopage
    Par coivu dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 1
    Dernier message: 18/12/2009, 14h14
  5. Différences entres les spectres
    Par g08 dans le forum Physique
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/11/2007, 10h52