Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

interrogation sur l'espace entre l'ipn posé et le plafond



  1. #1
    apprentibricole

    interrogation sur l'espace entre l'ipn posé et le plafond


    ------

    Nous avons fait ouvrir un mur porteur par un professionnel pour faire une grande pièce à vivre salle à manger/cuisine.
    Nous nous sommes rendus compte une fois l'ipn posé qu'un espace de quelques millimètres à 0,5 cm existait entre le plafond et la face supérieur de l'ipn sur lequel repose celui-ci: on peut voir le jour sur une bonne partie de la longueur (l'ipn fait 3m50 pour une ouverture de 2m50 et on voit le jour sur environ 1m20). Après avoir fait constater ceci à l'entrepreneur qui a réalisé le travail et face à nos interrogations quand à de possibles risques (la maison a un étage), l'entrepreneur a fait reboucher le jour de part et d'autre de l'ipn sans envoyer de scellement chimique sur toute la surface de la face supérieur puisqu'il ne reste pas trop de place entre l'ipn et le plafond pour glisser l'embouchure du pistolet.
    Nous nous demandons si cela est suffisant pour assurer une réelle solidité à ce travail.
    Nous restons inquiets. Merci pour vos réponses qui nous permettraient de savoir quelles conduites à tenir.

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    ilovir

    Re : interrogation sur l'espace entre l'ipn posé et le plafond

    Bonjour

    Le vide entre le dessus du linteau et la sous-face de l'élément à porter, ce n'est bien évidemment pas convenable. Non seulement le contact devrait être étroit et complet, mais il devrait même y avoir une petite mise en précontrainte.
    A défaut de précontrainte (parce que c'est difficile à faire sauf pour ceux qui sont très habitués), il faut au moins bien bourrer un mortier dans le vide, en choisissant un mortier spécifique sans retrait.
    Sinon, c'est du mauvais travail.
    S'il y a des murs ou cloisons au-dessus, s'attendre à y voir apparaître des fissures.
    Si c'est un plancher, il prendra peut-être un peu de creux.
    Cela dépend aussi du dimensionnement de la poutrelle acier par rapport aux charges.

  4. #3
    apprentibricole

    Re : interrogation sur l'espace entre l'ipn posé et le plafond

    Bonjour, Merci pour votre réponse rapide. Il semblerait qu'il existe une possibilité que l'entrepreneur n'a pas voulu appliquer: forer des trous dans le plafond juste à raz de la poutrelle aux endroits où l'espace était le plus important afin de pouvoir insérer l'embout du pistolet et injecter le scellement chimique le plus loin possible. Mon compagnon voudrait le faire puisque l'entrepreneur ne l'a pas fait mais je ne suis pas très d'accord...j'ai peur quand cas de problème plus tard il ne veuille pas assumer avec sa garantie décennale en disant que nous sommes revenus sur son travail. Je préférerais faire pression sur l'entrepreneur (nous n'avons pas encore réglé l'ensemble des travaux réalisés) afin qu'il applique une technique limitant les risques de problèmes futurs...Car il est évident qu'il n'y a pas de pré contrainte à l'heure actuelle sur l'ensemble de la poutrelle. Est-ce que ça vaut le coup de faire passer un expert? Merci pour vos conseils.

  5. #4
    apprentibricole

    Re : interrogation sur l'espace entre l'ipn posé et le plafond

    J'ai oublié de vous dire qu'à l'étage au dessus il y a la continuation du mur de refent...C'est pour cela que nous sommes inquiets et que nous avons évoqué avec l'entrepreneur le risque de fissures, risque qu'il a balayé d'un revers de main. Merci de nous donner des arguments.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    ilovir

    Re : interrogation sur l'espace entre l'ipn posé et le plafond

    Le mur du dessus ne va pas forcément s'appuyer sur le linteau comme une charge répartie tel qu'on l'imagine. Souvent, il se forme dans la maçonnerie du mur, une voute, qui lui permet de se tenir seul entre les appuis. C'est une miséricorde pour les reprises en sous-oeuvre mal ficelées.

    Mais cette voute se forme ou ne se forme pas ; on n'est pas dedans pour savoir. Quand elle ne se forme pas, le mur s'appuie sur le linteau bien comme c'est prévu dans le dimensionnement de celui-ci, et s'il est insuffisant, le mur se fend. Par exemple verticalement au milieu et (ou) en "escalier" sur les côtés.

    Le linteau doit donc être dimensionné pour le cas où la voute ne se fait pas, c'est à dire sous le poids du mur, des planchers, et de tout ce que porte le mur, avec une flexion prévisible de l'ordre du 1/1000 de la portée (1/500 s'il n'y a que du plancher). NB : ces valeurs de 1/1000 et 1/500 ne sont pas règlementaires, donc sont contestables, mais elles sont assez communément admises

    Si votre maçon ne veut rien savoir et que vous ne le payez pas, vous allez entrer en litige, et il vous faut du biscuit. S'il a rebouché sommairement les vides, cachant ainsi les preuves de la malfaçon, vous avez une difficulté. Par contre, s'il travaille comme-ça, il y a de fortes chances qu'il n'ait pas dimensionné le linteau comme il faut, et là ça se verra.

    En cas d'expertise, il y aurait à vérifier l'état du contact linteau / plancher, en faisant éventuellement un sondage à travers un rebouchage, et à faire une vérification du linteau par le calcul. Je ne peux pas vous dire d'avance quelle serait la conclusion d'un expert (bureau d'études habitué aux rénovations) sur ce dernier point. A vous de tenter si vous le sentez.

    Et il vous faut aussi obtenir les attestations d'assurance Responsabilité civile du maçon, et décennale s'il y en a une (bien qu'obligatoire, ils ne l'ont pas tous). Là, les rapports avec votre maçon risquent de devenir très rugueux ...

  8. #6
    apprentibricole

    Re : interrogation sur l'espace entre l'ipn posé et le plafond

    Merci beaucoup pour tous ces renseignements. Au sujet de la garantie decennale, elle nous a été fournie dès la réception du devis. L'entrepreneur est d'accord pour reprendre en notre présence le colmatage du jour qui existait afin que nous voyons la procédure employée. L'ensemble du projet innitial avait été validé par un architecte: l'ipn repose essentiellement sur deux poteaux en beton armé créés de part et d'autre de l'ouverture pratiquée dans le mur de refent. L'inquiétude venait essentiellement du du jour qui existe entre le plafond et la face supérieure de l'ipn...Si la reprise effectuée permet un colmatage autre que superficiel, j'espère que nous éviterons les ennuis dont vous parliez.

  9. Publicité
  10. #7
    ilovir

    Re : interrogation sur l'espace entre l'ipn posé et le plafond

    Architecte, assurance, travaux officiels, c'est bien alors ? beaucoup n'en n'ont pas autant.
    Dans ce contexte, le linteau qui ne touche pas ce qu'il doit porter, ça fait tâche. Tout ça pour arriver à un travail tel que le feraient des gougniafiers.
    Espérons que l'entreprise fera preuve de sérieux, et assurera la portance de son linteau comme il se doit.

  11. #8
    Solidusnakeater

    Re : interrogation sur l'espace entre l'ipn posé et le plafond

    Bonjour, des travaux similaires et des bruits de craquement m'amènent vers votre discussion. Notre maçon à garni l'espace qu'il y avait entre l'IPN et la dalle avec une espèce de mortier. Pour être honnête, je ne suis pas allé percer dedans et ai fait confiance, sachant que c'est une personne que je connais de longue date.
    Aujourd'hui, le mur du dessus (mur de refend) comporte une fissure horizontale traversante sur une grande longueur, et quelques autre apparaissent plus haut ou plus bas. Les joints de carrelage de l'étage ont sauté et le sol sonne creux (carreaux décollés). Je suis assez inquiet, demain je contacterai l'ingénieur béton pour lui faire part de la mise en œuvre du maçon pour qu'il me confirme du celle-ci peut être la cause de mes soucis.
    De votre côté, tout à tenu ?

  12. #9
    ilovir

    Re : interrogation sur l'espace entre l'ipn posé et le plafond

    Bonjour Solidus

    Ce que vous décrivez est assez typique de ce que l'on doit éviter dans une RSO, et qui résulte d'une déformation un peu excessive du linteau après sa réalisation.

    C'est pour éviter ça que l'on a recours, soit à un dimensionnement du linteau limitant sa flèche à quelquechose de l'ordre de 1/1000 de sa portée quand il porte un mur ( et 1/500 s'il n'y a que cloisons et carrelage), soit à une mise en précharge, c'est à dire à une prédéformation en le bandant comme un arc, lors de la pose.

    Dans tous les cas il faut, bien sûr, que l'ouvrage porté s'appuie sur le linteau : pas de vide, mais mise en place d'un mortier sans retrait (composition spéciale, mais qui se trouve couramment), qu'éventuellement on entre à force dans le vide (on dit matage du mortier).

    Malgré tout, de petites fissures ne sont pas évitables à coup sûr. Mais on doit éviter les grosses fissures et les dégâts au carrelage.

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 25/07/2016, 14h26
  2. Isolation entre plafond et faux-plafond
    Par Lhos dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 12
    Dernier message: 05/05/2015, 16h10
  3. Espace entre boisseau et plafond, est-ce conforme ?
    Par yoann-nantes dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 20
    Dernier message: 07/02/2012, 17h55
  4. La pose du BAT13 au plafond
    Par Eiffel36 dans le forum Bricolage et décoration
    Réponses: 2
    Dernier message: 16/12/2011, 10h36
  5. Pose Fermacell plafond
    Par invite3517 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/11/2011, 13h16
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...