Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 24 sur 24

Dopage sportif : définition, éthique sportive



  1. #1
    franky04

    Dopage sportif : définition, éthique sportive

    Bonjour,
    étant donné que la question est d'actualité, je voudrais avoir votre avis:

    Quelle définition du dopage donneriez vous?

    Pour quelles raisons etes vous contre le dopage sportif? (si vous etes pour, vous pouvez aussi dire pourquoi )

    Qu'est ce qui distingue un exploit réalisé par un sportif dopé, et un exploit réalisé par un sportif non dopé, mais muni de caracteristiques physiques hors du commun?

    Je vous conseil la page de wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Dopage_%28sport%29

    Cordialement,

    Frank

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    invite765732342432
    Invité

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Citation Envoyé par franky04 Voir le message
    Pour quelles raisons etes vous contre le dopage sportif? (si vous etes pour, vous pouvez aussi dire pourquoi )
    Contre uniquement dans la mesure où le dopage nuit à la santé du sportif, ce qui est le cas de beaucoup (tous ?) de produits dopants.

    Un dopage "inoffensif" ne devrait pas, selon moi, être interdit.

  4. #3
    Leuenberg

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Citation Envoyé par Faith Voir le message
    Contre uniquement dans la mesure où le dopage nuit à la santé du sportif, ce qui est le cas de beaucoup (tous ?) de produits dopants.
    Un dopage "inoffensif" ne devrait pas, selon moi, être interdit.
    Notez que d'une façon générale le sport à niveau professionnel nuit gravement à la santé du sportif avec ou sans dopage. Dommage que faute de transparence nous n'ayons pas l'écart d'espérance de vie entre sportif dopés ou non mais je suppute qu'il est significativement moins important que l'écart avec l'espérance de vie moyenne.

    Mon médecin m'a dit que l'espérance de vie des coureurs cyclistes professionnels est inférieure à 55 ans (dommage je ne lui ai pas demandé sa source).

    Vu que de toute façon ces athlètes bousillent leur vie et qu'ils le savent je me demande s'il ne serait pas mieux de légaliser le dopage avec un suivit médical sérieux plutôt que des pratiques mafieuses et obscures.

  5. #4
    franky04

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Citation Envoyé par Leuenberg Voir le message
    Vu que de toute façon ces athlètes bousillent leur vie et qu'ils le savent je me demande s'il ne serait pas mieux de légaliser le dopage avec un suivit médical sérieux plutôt que des pratiques mafieuses et obscures.
    Je suis tout à fait d'accord avec toi, mais force est de constater que ce n'est pas l'opinion la plus répandu. C'est pour cela que je me demandait pourquoi il y a tant de gens qui réprouvent le dopage et le considèrent comme "de la triche" (opinion d'ailleurs relayé par notre bien aimé Président).

  6. #5
    Médiat

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Citation Envoyé par Leuenberg Voir le message
    Vu que de toute façon ces athlètes bousillent leur vie et qu'ils le savent je me demande s'il ne serait pas mieux de légaliser le dopage avec un suivit médical sérieux plutôt que des pratiques mafieuses et obscures.
    Ce raisonnement vaut pour toutes les personnes et toutes les drogues même les plus dures.

    Quand je regarde du sport (c'est rare, je l'avoue) je peux être intéressé par celui qui a la meilleure technique (Richard Gasquet est un bon exemple) ou celui qui a la meilleure condition physique (Rafael Nadal), je ne vois pas l'intérêt de me demander lequel a le meilleur pharmacien.

    NB : ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, par exemple que Gasquet serait un souffreteux, ou que Nadal ne serait qu'une tanche qui cogne fort, et encore moins qu'ils sont dopés.
    Je suis Charlie.
    J'affirme péremptoirement que toute affirmation péremptoire est fausse

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    BBFaïta

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Citation Envoyé par Leuenberg Voir le message
    Vu que de toute façon ces athlètes bousillent leur vie et qu'ils le savent je me demande s'il ne serait pas mieux de légaliser le dopage avec un suivit médical sérieux plutôt que des pratiques mafieuses et obscures.
    C'est grâce au sport professionnel qu'on se rend compte que les états qui prennent soin de la santé de leurs concitoyens le font pour des raisons pécuniaires.

    En effet on nous dit qu'il faut arrêter les drogues (alcool et tabac compris), qu'il ne faut pas prendre de risques au volant, en montagne, qu'il faut porter un casque en vélo, etc... Soucis altruiste ou simple problème d'argent ?

    L'industrie du sport professionnel, qui brasse des milliards essentiellement grâce aux retransmissions TV et donc grâce à la publicité, nous montre que la 2eme réponse est la bonne : tout le monde sait que le sport de haut niveau est très mauvais pour la santé, et pourtant aucun gouvernement n'a envisagé de protéger ses concitoyens en interdisant le sport professionnel.
    Les sportifs pro rapportant plus qu'ils ne coûtent, ils peuvent bien se détruire la santé tant qu'ils veulent.

  9. Publicité
  10. #7
    BBFaïta

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    En fait dans tous les domaines notre santé ne pèse pas bien lourd face à la santé des multinationales :
    - L'état nous dit de ne pas fumer et de ne pas boire, mais laisse le marché du tabac et de l'alcool se diversifier jusqu'à proposer des produits faits pour attirer les jeunes.
    - L'état nous dit de manger des fruits et légumes, mais la malbouffe génère un profit croissant.
    - L'état nous dit de ne pas dépasser le 130 km/h, mais l'argument de vente principal des voitures est la performance.
    - "on" (?) nous dit de ne pas faire de ski hors-piste, mais le marché du ski a lancé la mode du free-ride.
    - Les médecins sont tous d'accord pour dire que le stress joue énormément sur la santé, et le stress au travail ne fait qu'augmenter.
    - La guerre c'est pas bon pour la santé, pourtant ca fait repartir l'économie.
    J’espère que les modérateurs me pardonneront ce petit hors sujet qui sert juste à replacer le problème du dopage dans un contexte plus global où l’argent semble malheureusement l’emporter sur toute autre considération.

  11. #8
    Larondass

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    salut , moi je suis tout à fait contre le dopage dans toutes ses formes car personnelement je ne croit pas qu'un fans admire : un champion par ce qu'il réalise en se dopant et ainsi accroit ses capacités comme tout le monde peu le faire mais par son TALENT, ses semaines d'entrainement non-stop , sa determination de fer , ses capacités hors du commun...Pour moi un champion est admirer pour ses differences avec sois meme (admirateur) mais pas pour ses ressemblances . Ont ne va pas admirer quelqu'un par ce qu'il nous ressemble mais parce qu'ils nous est different grâce à son entrainement tres poussé que nous avons pas , son mentale que nous n'avons pas en l'admirant , et tout bonnement ses exploits que nous n'avons pas fait.
    Nous l'admirons aussi parce qu'ils à atteind des limites de la capacités humaine et je dis bien capacité humaine que nous ne pouvont pas atteindre en le regardant. Personellement , le dopage est pour moi une façon d'atteindre un but (un exploit ou une performance comme gagné une étape au tour) de facon pas naturel et donc pas humaine que le sportif n'aurait pas pu atteindre lors de cette compétition. Sa ne releve alors plus de la compétence humaine mais de la capacité scientifique !! ou meme de la capacité de résistance à une forme de dopage tres agressif.Le sport pratiquer n'est alors plus le meme . Pour moi si le dopage etait autoriser , il faudrai crée un ""sport"" ou les ""champions""(ou plutot les fous ) devrait fair des exploits grâce à un produit dopant et à leur resistance humaine à ce produit. Des cobaye presque ...

  12. #9
    compositreuse

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    En ce qui me concerne, je suis contre le dopage, archi-contre!!

    Si certains ont envie de se bousiller la santé en ingérant toute sorte de trucs pas très catholiques, c'est leur probleme. En revanche, ce qui me rend malade, c'est de penser que dans ces compétitions, ceux qui n'ont rien à se repprocher, qui se sont vraiment arrachés lors d'une course ou entrainés comme des fous pour participer, voient leur chance de gagner réduites à néant par quelques "crétins" parfaitement conscients que sans produits dopants.....et ben ils n'arriveraient à rien!!!

    Je dis donc qu'à mon sens, par simple RESPECT de ceux qui sont honnetes et se donnent vraiment à fond parce qu'ils aiment leur sport (et pas parce qu'ils ont "soif de célébrité" et qu'ils veulent remplir leur compte bancaire), la chasse aux tricheurs doit etre encore plus severe!!!

  13. #10
    jiherve

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Bonjour
    Je participe assez régulièrement à des compétions de niveau national et donc en tant que sportif je peux vous dire ce que j'en pense :
    Se doper c'est tricher, c'est voler et mon vieux fond judéo-chrétien se révulse à cette idée même!
    Si certains mettent leur porte monnaie au dessus de leur éthique grand bien leur fasse il seront les premiers et les plus riches au cimetière.
    Maintenant si certaines "compétitions" ne sont plus que du spectacle, alors pourquoi pas, mais affichons les couleurs et que les "performeurs" se produisent sous les couleurs de leur produit favori!

    Si

  14. #11
    compositreuse

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Citation Envoyé par jiherve Voir le message
    Bonjour
    Je participe assez régulièrement à des compétions de niveau national et donc en tant que sportif je peux vous dire ce que j'en pense :
    Se doper c'est tricher, c'est voler et mon vieux fond judéo-chrétien se révulse à cette idée même!
    Si certains mettent leur porte monnaie au dessus de leur éthique grand bien leur fasse il seront les premiers et les plus riches au cimetière.
    Maintenant si certaines "compétitions" ne sont plus que du spectacle, alors pourquoi pas, mais affichons les couleurs et que les "performeurs" se produisent sous les couleurs de leur produit favori!

    Si
    Et ben, j'aurais pas mieux dit!!

  15. #12
    Larondass

    Angry Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Citation:
    Posté par Leuenberg
    Vu que de toute façon ces athlètes bousillent leur vie et qu'ils le savent je me demande s'il ne serait pas mieux de légaliser le dopage avec un suivit médical sérieux plutôt que des pratiques mafieuses et obscures.

    Larondass* Donc toi tu es pour le cyclisme du dopage.Tu es plus pour un tour de france à la formacienne.comme je l'ai dit dans mon message precendant le dopage na rien à voir avec la capacité humaine et a ton avis en reflechissant un peu plus pourquoi les gens son sur les routes pour admirer le tour de France : tu crois que c'est pour voir la pub des nouveau dopant ou quoi ???

    Citation precedente:
    Je suis tout à fait d'accord avec toi, mais force est de constater que ce n'est pas l'opinion la plus répandu. C'est pour cela que je me demandait pourquoi il y a tant de gens qui réprouvent le dopage et le considèrent comme "de la triche" (opinion d'ailleurs relayé par notre bien aimé Président).

    Larondass* Parce que toi tu ne considére pas le dopage comme de la triche peut etre ???
    Toi quand tu regard des cycliste tu les voient avec leur bombonne de globules rouge prete a etre utiliser dans la premiere montée ??

    Larondass*:Image-vous un peu ce que deviendrai le sport quoi ce serai de la folie de participer a des competitions.Ont verrai des sportif escuser moi le therme "crever" à chaque étapes .

    Pourrais-tu utiliser la balise Quote pour plus de clarté ?
    JPL, modérateur
    Dernière modification par JPL ; 28/07/2007 à 23h04.

  16. Publicité
  17. #13
    Cendres

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Le dopage, c'est de la triche bien sûr...mais pas d'hypocrisie...quel sport échappe au dopage? Avec la dope, on va plus vite, ça répond mieux au besoin de sensationnel et de rapidité de l'image, au dépend de la santé du sportif...
    Alors, si l'on souhaite cesser l'hypocrisie, que les choses soient claires:
    1°) On crée un Tour de France "propre", bourré de contrôles, quitte à arriver plus tard
    2°) On légalise et encourage le dopage, mais dans ce cas, on récompense non pas les cyclistes (ou tout sportif si on élargit le truc), mais les médecins, du style "meilleur dopeur", "meilleur injecteur d'antalgique", "meilleur transfuseur", avec maillot coloré à la clé...ainsi, on verrait enfin le rôle des médecins "préparateurs", à coups de pochettes de sang et de seringues...

  18. #14
    Quisit

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    j'adhère à cette dernière proposition : récompensons les vrais vainqueurs, les besogneux de l'ombre

  19. #15
    freepicbasic

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Le dopage, c'est de la triche bien sûr...mais pas d'hypocrisie...quel sport échappe au dopage? Avec la dope, on va plus vite, ça répond mieux au besoin de sensationnel et de rapidité de l'image, au dépend de la santé du sportif...
    Alors, si l'on souhaite cesser l'hypocrisie, que les choses soient claires:
    1°) On crée un Tour de France "propre", bourré de contrôles, quitte à arriver plus tard
    2°) On légalise et encourage le dopage, mais dans ce cas, on récompense non pas les cyclistes (ou tout sportif si on élargit le truc), mais les médecins, du style "meilleur dopeur", "meilleur injecteur d'antalgique", "meilleur transfuseur", avec maillot coloré à la clé...ainsi, on verrait enfin le rôle des médecins "préparateurs", à coups de pochettes de sang et de seringues...
    Je suis d'accord avec se discours , surtout que la solution 1) semble vouée à l'échec à long terme.
    Personnellement je considère le sport commercial comme le culte de l'élitisme un seul héros et les autres sont bons à jeter ...
    Le héros n'aura qu'un jour de gloire car aussitôt la relève arrivera.

    Donc, autant considéré les sportifs de haut niveau comme des cobayes volontaires, des gladiateurs modernes.
    Il vivrons peut être moins longtemps (pas sur) mais c'est leur choix.
    D'ailleurs les métiers abrégeant la vie sont légions , en fait on un plat ?
    Non, on en parle à peine.

    Car dans le milieu du travail lorsque votre médecin vous prescrit des drogues pour pouvoir continuer à travailler on ne parle pas de dopage , alors que cette pratique est bien plus ravageuses.
    Les drogues légales provoque aussi beaucoup de dégâts, on en parle si peu.
    Votre petit café du matin pour démarrer le boulot , de la DOPE !!!

    De plus le tour propre ressemble a une équipe qui se tire une balle dans le pied , les Français non dopés derrière , et les dopés incontrôlables devant.
    ça devient du grand guignol...

    Les progrès scientifiques dans se domaine risquent de rendre la solution 2 la seule viable , car les bricolages génétiques indétectables sont bientôt au rendez vous.

    Mais les gesticulation éthiques et discussions diverses suite au tour 2007 me font penser à la politique Française en générale par rapport au monde , rempli de tricheurs alors que pour donner l'exemple nous respectons les règles.
    A ce jeux notre tiers-mondisation galopante arrive à grand pas...
    Le Tour en étant juste le reflet visible à tous.
    Dernière modification par freepicbasic ; 06/08/2007 à 16h32.
    A+, pat

  20. #16
    JPL

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Citation Envoyé par freepicbasic Voir le message
    Mais les gesticulation éthiques et discussions diverses suite au tour 2007 me font penser à la politique Française en générale par rapport au monde , rempli de tricheurs alors que pour donner l'exemple nous respectons les règles.
    A ce jeux notre tiers-mondisation galopante arrive à grand pas...
    Le Tour en étant juste le reflet visible à tous.
    Je suis affligé par ce type de raisonnement.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  21. #17
    vilveq

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Faire un stage en altitude est-ce du dopage ?
    Se faire mettre enceinte avant une compétition est-ce du dopage ?

    Et si j'ai pas de montagne dans mon pays et qu'a la place de faire un stage en altitude je prends une pillule, pourquoi cela serait-il interdit ? Pourquoi mon adversaire qui habite dans un pays montagneux devrait-il être favorisé ?

    C'est pas un sujet facile le dopage.

  22. #18
    Leuenberg

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Citation Envoyé par LOI no 99-223 du 23 mars 1999 relative à la protection de la santé des sportifs et à la lutte contre le dopage
    "Le dopage est défini par la loi comme l’utilisation de substances ou de procédés de nature à modifier artificiellement les capacités d’un sportif. Font également partie du dopage les utilisations de produits ou de procédés destinés à masquer l’emploi de produits dopants. La liste des procédés et des substances dopantes mise à jour chaque année fait l’objet d’un arrêté conjoint des ministres chargés des sports et de la santé".
    Il est intéressant de rappeler que le dopage n'est finalement que l'utilisation d'une liste de produits ou pratiques fournie par le gouvernement sous le constat que ces produits sont mauvais pour la santé. Ces produits sont donc interdit par les règlements sportifs (mais pas nécessairement illégaux en dehors de ce cadre) et ceux qui les utilisent sont donc des "tricheurs".

    Je me permet donc d'examiner la notion du dopage sous ces deux angles, la santé et la tricherie et d'expliquer pourquoi ces deux notions sont en fait à mon sens hypocrites.

    Première hypocrisie: la santé
    Il est avéré scientifiquement que la recherche de la performance dans la compétition sportive de haut niveau est très mauvaise pour la santé et l'espérance de vie de ses pratiquants (je ne parle bien sur pas de sports comme le curling ou le golf). Et ceci sans utiliser le dopage. En effet, le sportif est soumis à un entraînement inhumain qui s'il était pratiqué dans un le cadre d'un travail serait tout simplement interdit et assimilé à de l'esclavage. Cet entrainement a un impact sur le corps qui vieillit prématurément et découle sur des infirmités ou des maux chroniques bien plus prématurés que dans la population ayant une activité physique raisonnable. Donc si le soucis était réellement la santé des sportifs, il me paraîtrait plus judicieux de supprimer les épreuves sportives à un niveau professionnel.

    Deuxième hypocrisie: la tricherie
    Il est admis que le sportif dopé est un tricheur non seulement parce qu'il ne respecte pas le règlement mais aussi parce qu'il a un avantage par rapport aux autres athlètes qui eux ne doivent leur succès qu'à eux-mêmes et pas à leur pharmacien.
    Cette idée de l'athlète qui ne doit sa victoire qu'a lui-même est cependant on ne peut plus fausse. Depuis bien longtemps les champions ne se réalisent plus seuls mais grâce à une équipe de médecins et d'entraineurs qui les encadrent et les soutiennent que ce soit grâce à des supports de méthodologie, d'alimentation et bien sur de récupération avec assistance médicamenteuse (tant que ce n'est pas sur la liste des produits dopants). Cet entourage du sportif a un coût, et lorsque la victoire entre deux sportifs se joue a quelques centièmes de secondes ou quelques minutes sur une épreuve comme le tour de France, je me permet d'affirmer que la victoire est très influencée non pas par le meilleur sportif mais par le sportif ayant la meilleure équipe de kinésithérapeutes, médecins et entraîneurs. Celui qui se dope est donc de mon point de vue bien plus proche qu'on ne le croit du sportif sois-disant "propre" en regard de la valeur de l'exploit sportif.
    Dernière modification par Leuenberg ; 07/08/2007 à 13h24. Motif: typos

  23. Publicité
  24. #19
    spoutnix

    Re : Dopage sportif : définition, éthique sportive

    J'avais lu un article sur le site du Monde expliquant les effets du dopage. Il y avait aussi une comparaison sur l'espérance de vie des vainqueurs du Tour de France :
    76 ans avant la seconde guerre mondiale (moyenne nationale : 60 ans)
    60 ans apres (moyenne nationale : 75 ans).

    Mon avis est que le sport n'est pas (trop) mauvais pour la santé, tant que l'on ne va pas au-dela de ses capacités naturelles. On peut les améliorer, mais pas indéfiniment, il y a une limite physique et/ou génétique. Prendre des produits qui cachent la douleur, c'est se doper, parce que c'est aller au dela de ses possibilités de façon artificielle.

    On peut alors faire valoir l'argument que l'entrainement augmente les capacités. C'est indéniable, mais c'est un effet sur la durée. Le dopage, c'est immédiat, le corps n'a pas le temps de s'adapter. Si mon entrainement est trop dur, mon corps dit STOP ! (tendinite, ligaments abimés, crampes, etc).

    Le sport est pour moi un beau spectacle, et il ne faut pas le gacher avec la robotisation des sportifs. La beauté du sport est dans la souffrance, dans l'exploit d'un jour et dans le craquage du lendemain. Il n'y a pas d'interet à ce qu'un sportif gagne tout sans jamais défaillir. La performance n'est belle que parce qu'elle est relative a la sienne ou a celles des autres. Il n'y a pas d'interet dans "l'absolu".

    Si l'on veut retrouver un sport propre, il faut engager le sponsor dans la lutte, puisque l'argent et l'emploi vienne de lui. Les sportifs ne sont pas que des encarts publicitaires géants. Si l'on dit "l'équipe Cofidis", on integre bien la marque nan ? Alors pourquoi pas la meme chose avec le dopage ?

    Ensuite pour la professionnalisation du sport, il faut voir ça comme la possibilité d'effectuer sa passion a temps plein et d'en vivre. C'est donc un emploi. Or dans le domaine professionnel, tout est soumis a des normes et a des controles. Il doit en etre de meme dans le sport. De meme les installations dangereuses sont soumises a des controles plus fréquents et a un suivi régulier. Il doit en etre de meme dans le sport.

    Il faut dépasser le probleme du dopage, passer du constat que XXX est dopé (par un controle positif) à YYY n'est pas dopé (par un suivi régulier des performances et des paramètres cliniques).

    Enfin pour justifier mon point de vue sur la transparence à assurer aux spectateurs, il faut rappeler que le sport est devenu un spectacle, parce que l'on a impliqué les gens (cérémonie du podium, retransmissions....). Le spectateur édicte ses règles, et ne doit pas subir les tricheries de ceux qui ne sont pas d'accord.

    Si les sportifs veulent privilégier la performance pure, on a qu'a inventer la fédération de la Puissance et de la Performance Pure, ou tout est autorisé ! Le spectateur est au courant, et le compétiteur aussi ! Mais que l'on appelle pas ça sport....

  25. #20
    freepicbasic

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Je suis affligé par ce type de raisonnement.
    Alors pourquoi les sportifs ou les organisateurs (plutôt) eux même mellent ils la politique aux sports, les boycotages aux JO, les hymmes nationnaux lors de rencontres sportives ?
    Et j'en oubli surement.
    A+, pat

  26. #21
    JPL

    Re : Dopage sportif : définition, éthique sportive

    Cela justifie-t-il que pour garder une suprématie finalement dérisoire ("posséder" l'athlète qui a couru le plus vite, ou sauté le plus loin...) on puisse utiliser n'importe quel procédé ? La fin justifie-t-elle les moyens ?
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  27. #22
    freepicbasic

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Dans le sport spectacle , il y a un coté "bête à concours" qui me dérange.
    Le principe du sport pure me fait penser à l'Eugénisme malgré moi...
    La science évoluant il sera de plus en plus difficile de conserver ce concept qui avait un sens il ya 200 ans.

    Un cul de jatte transformer en cyborg qui aurait des jambes bioniques au performance au dela de l'humain, serait il un tricheur ?

    Si oui alors on pourrait considérer cela comme une attitude raciste ou sectaire ! (en excluant certaines personnes).
    Idem pour un enfant qui aurait été modifié génétiquement à la demande de ses parents.
    Sinon, alors les autres sportifs n'auraient plus qu'a se faire modifier ou améliorer par la science !
    A+, pat

  28. #23
    freepicbasic

    Re : Dopage sportif: définition, éthique sportive

    Cela justifie-t-il que pour garder une suprématie finalement dérisoire ("posséder" l'athlète qui a couru le plus vite, ou sauté le plus loin...) on puisse utiliser n'importe quel procédé ? La fin justifie-t-elle les moyens ?
    Les règles du jeux ne se font au sein de commissions Franco-Françaises mais elle s sont mondiales , si la France ne respecte pas ses règles mondialistes elles sera hors jeu, et ne gagnera rien.

    Le fait de braquer les médias sur quelques sportifs , fait oublier bien vite les milliers de travailleurs qui se tuent aux travail dans le silence et dans l'ombre ou les désespérés de la société.

    On se pose des faux problèmes de conscience au sujet sportif volontaires et aucun remord pour le SDF du coin...

    En attendant pour en revenir au sujet du début , les Français n'ont plus qu'a laissé tomber le Tour ou prendre de la potion magique comme tout le monde...
    A+, pat

  29. #24
    chrisgir

    Re : Dopage sportif : définition, éthique sportive

    Citation Envoyé par JPL Voir le message
    Cela justifie-t-il que pour garder une suprématie finalement dérisoire ("posséder" l'athlète qui a couru le plus vite, ou sauté le plus loin...) on puisse utiliser n'importe quel procédé ? La fin justifie-t-elle les moyens ?
    Les grands évènements sportifs n'ont plus de sportif que le nom : c'est avant tout un spectacle. Cela a été assez bien résumé pendant le TdF sur une chaine de radio : le côté sportif du TdF est complètement mort (à cause du dopage) en revanche, l'aspect spectacle et festif restera toujours. Je pense que la plus grande partie du public s'en fout que les athlètes soient chargés à mort (et qu'ils meurent plus jeunes) : ces athlètes ne sont rien d'autres que des gladiateurs modernes. A ce titre le dopage ne me dérange pas du tout. Simplement (pour garder bonne conscience??), il ne faut pas qu'on puisse découvrir l'existence de celui-ci. N'oublions pas qu'en matière de cyclisme, le dopage a toujours existé (voir l'interviex des Frères Pelissier par Albert Londres - 1924, les déclarations de Coppi ou plus tard d'Anquetil). C'est très certainement la même chose dans tous les autres sports-spectacles.

    Ce qui me dérange du point de vue éthique en revanche, c'est que ces mêmes "gladiateurs" servent de modèles à des jeunes auxquels on fait croire qu'il est possible de réaliser les mêmes exploits, sans utiliser de substance dopante.

    enfin, le dopage n'est qu'une question de définition légale :en quoi la créatine n'est-elle pas du dopage en Italie tandis qu'elle l'est en France? Pourquoi une solution hyperglucosée (pour mieux récupérer) ne serait pas du dopage au même titre que l'hormone de croissance (aussi utilisée en récupération si j'ai bien lu)?

    Bien cordialement,

    Christophe

  30. Publicité

Discussions similaires

  1. Recherche sportive ?
    Par themagicseb dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 5
    Dernier message: 05/07/2007, 15h41
  2. métier dans l'animation sportive
    Par betoche dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 0
    Dernier message: 22/11/2006, 14h17
  3. Ethique scientifique, Ethique sociale
    Par Dansampi dans le forum Éthique des sciences
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/11/2006, 11h45
  4. Question sportive
    Par Hedgehog dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 24/08/2006, 12h41