Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 14 sur 14

Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)



  1. #1
    Marie_Eve

    Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)


    ------

    Bonjour à tous
    Ma grand mère est incollable sur les oiseaux. Pendant l'alerte à la grippe aviaire elle n'appelait pas les pompiers pour dire "allo il y a un oiseau mort sans raisons apparentes dans mon jardin" mais "j'ai trouvé un petit pouillot à grand sourcil qui a du mourir pendant sa migration". Elle connait aussi le nom des plantes d'ailleurs... et j'ai appris en discutant avec des ami/es qu'elle est loin d'être la seule. La génération de nos grands parents a l'air d'en connaitre bien plus que nous sur la diversité de la nature.
    Qu'en est il de vos parents/grands parents ?
    Pensez vous que vous en saurez autant plus tard, que ce n'est qu'une question d'expérience liée à l'âge ?
    Pensez vous qu'il faut laisser se perdre petit à petit ces connaissances au fil des générations, les laisser aux spécialistes et garder sa mémoire pour les nouvelles connaissances et technologies ?
    Merci pour vos avis

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Texanito

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Bon après tu me diras que c'est relatif à chacun mais la connaissance de ta grand-mère relève plus d'une spécialité en oiseaux que de la culture générale.

    Comme chacun est libre de se spécialiser ou d'être incollable sur ce qu'il veut en fonction de ses passions, je ne pense pas qu'on puisse parler de perte de connaissances mais plutôt d'un désintérêt général pour certaines choses et d'un intérêt pour d'autres.

    Notre générations (les jeunes ) sont incollables sur l'informatique, les jeux-vidéos et autres multimédias.

    Nos enfants auront peut-être d'autres centres d'intérêts, aucune connaissance ne vaut mieux que l'autre dans l'absolu.

  4. #3
    Cendres

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    En ce qui me concerne, mon grand-père paternel est un naturaliste, bien renseigné sur les champignons, les arbres, les chants d'oiseaux et l'identification des constellations. Force est de constater que mes parents sont nullissimes en ce domaine. Par contre, deux de mes oncles et tantes, de la même génération, sont plutôt assez avertis en ce domaine.

    Un de mes enseignants de Biologie Végétale, à l'Université d'Orsay, avait coutume de dire que lorsqu'il était arrivé, vers le milieu des années 1960, "sur 1000 élèves arrivant en biologie, 900 avaient des connaissances naturalistes de base (en plantes, animaux, champignons, etc...). Actuellement, c'est plutôt 90 sur 1000".

    Je craint que les sciences naturalistes n'aient souffert d'une image soit ringardisée (genre le vieux savant à besicles, rivé à son microscope dans un vieux local pousiéreux du Museum de Paris), soit politisée/décrédibilisée (l'ayatollah écolo, forcément hirsute et moustachu le joint au bec).

    Et pourtant, arrivent chaque année de nouvelles personnes, volontaires et motivées, prêtes à embrasser les sciences naturalistes, soit comme métier (parmi la poignée de postes disponibles) soit comme simple passion. Diverses associations étudiants/enseignants, comme Clematis ou Timarcha par exmple, en témoignent. Idem pour le succès depuis le début des années 1970 du journal "La Hulotte"...

    Donc oui, c'est vrai, il y a une réelle désaffection, mais ne dramatisons pas pour autant. Même réduite, la flamme se transmet.

  5. #4
    Marie_Eve

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Citation Envoyé par Texanito Voir le message
    Bon après tu me diras que c'est relatif à chacun mais la connaissance de ta grand-mère relève plus d'une spécialité en oiseaux que de la culture générale.

    Comme chacun est libre de se spécialiser ou d'être incollable sur ce qu'il veut en fonction de ses passions, je ne pense pas qu'on puisse parler de perte de connaissances mais plutôt d'un désintérêt général pour certaines choses et d'un intérêt pour d'autres.

    Notre générations (les jeunes ) sont incollables sur l'informatique, les jeux-vidéos et autres multimédias.

    Nos enfants auront peut-être d'autres centres d'intérêts, aucune connaissance ne vaut mieux que l'autre dans l'absolu.
    Merci de ta réponse

    Ma grand mère a une culture générale naturaliste, elle connait aussi les plantes et les champignons, même si on en voit moins souvent en famille je suis sure qu'elle connait aussi beaucoup d'autres animaux, insectes ou petits mammifères.

    Par contre, comme tu dis, elle ne s'y connait pas en internet et multimédia (elle laisse ça à mon grand-père )

    Bien sur ces connaissances ne sont pas comparables et on ne peut pas affirmer qu'il est mieux de connaitre les champignons que de savoir faire un blog (sauf si on se perd sur une ile déserte pleine de forêts humides ) mais je trouve quand même un peu triste que tout ce savoir naturaliste qui semblait être "la normale" à l'époque, comme le dit le professeur de Cendres, semble maintenant plutôt réservé aux experts et aux passionnés.

    Quel dommage qu'on ne puisse pas tout apprendre en même temps et qu'il faille faire des choix dans ses connaissances.

  6. #5
    Marie_Eve

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Citation Envoyé par Cendres Voir le message
    Et pourtant, arrivent chaque année de nouvelles personnes, volontaires et motivées, prêtes à embrasser les sciences naturalistes, soit comme métier (parmi la poignée de postes disponibles) soit comme simple passion. Diverses associations étudiants/enseignants, comme Clematis ou Timarcha par exmple, en témoignent. Idem pour le succès depuis le début des années 1970 du journal "La Hulotte"...

    Donc oui, c'est vrai, il y a une réelle désaffection, mais ne dramatisons pas pour autant. Même réduite, la flamme se transmet.
    Tu as raison, merci pour ton optimisme

    Je connais Timarcha mais pas Clematis, quel genre d'association est-ce ?

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Texanito

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Citation Envoyé par Marie_Eve Voir le message
    Merci de ta réponse

    Ma grand mère a une culture générale naturaliste, elle connait aussi les plantes et les champignons, même si on en voit moins souvent en famille je suis sure qu'elle connait aussi beaucoup d'autres animaux, insectes ou petits mammifères.

    Par contre, comme tu dis, elle ne s'y connait pas en internet et multimédia (elle laisse ça à mon grand-père )

    Bien sur ces connaissances ne sont pas comparables et on ne peut pas affirmer qu'il est mieux de connaitre les champignons que de savoir faire un blog (sauf si on se perd sur une ile déserte pleine de forêts humides ) mais je trouve quand même un peu triste que tout ce savoir naturaliste qui semblait être "la normale" à l'époque, comme le dit le professeur de Cendres, semble maintenant plutôt réservé aux experts et aux passionnés.

    Quel dommage qu'on ne puisse pas tout apprendre en même temps et qu'il faille faire des choix dans ses connaissances.

    C'est pourtant encourageant de se dire qu'il faut faire un choix, ça veut dire que la connaissance humaine évolue et qu'elle devient tellement grande qu'un cerveau ne peux la contenir.

    Puis t'inquiète pas avant "la normale" c'était savoir parler latin ou les constellations... demain ce seront connaître les différents trucs et astuces de msn et comprendre l'intérêt du "poke" sur facebook (oui je sais je dérive mais a onze heures moins quart aussi...)

  9. Publicité
  10. #7
    Cendres

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Citation Envoyé par Marie_Eve Voir le message
    Tu as raison, merci pour ton optimisme

    Je connais Timarcha mais pas Clematis, quel genre d'association est-ce ?
    C'est la même chose que Timarcha, sauf que ça se passe à l'Université d'Orsay, et non à Jussieu.

  11. #8
    Kajika

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Je ne suis pas sûr du débat...
    Je ne vois de toute façon pas comment pourrait-on garder toutes les informations antérieurs et en découvrir de nouvelles, on essaie bien sûr de garder un maximum mais il y a des limites à tout.
    Que cela soit triste n'est que subjectif et après tout à choir entre garder les mêmes informations et et découvrir de nouvelles...
    (je rappelle que pour perdre des connaissances cela reste bien difficile, on a même retrouvé la langue des pharaons alors...)

  12. #9
    Apus apus

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Bonsoir,

    Citation Envoyé par Cendres Voir le message
    Donc oui, c'est vrai, il y a une réelle désaffection, mais ne dramatisons pas pour autant. Même réduite, la flamme se transmet.
    Ou elle naît d'elle-même!

    Pour répondre un peu à Marie_Eve, je fréquente le "milieu naturaliste" depuis quelques années et je constate que la jeune génération est tout de même représentée (fort heureusement! ... même si c'est assez faiblement, je dois l'avouer... ). Il n'y a qu'à voir le nombre de "jeunes" naturalistes sur le forum (Cendres n'est d'ailleurs pas, selon moi, de la "vieille" génération! -> sauf s'il ment sur son âge! )
    Après certes, comme le dit Cendres, la flamme est peut-être réduite mais elle ne s'éteindra pas pour autant.
    Je rejoindrai un peu l'idée de Texanito. Comme pour tout domaine de la connaissance, il y aura toujours quelques passionnés pour s'intéresser aux sciences naturalistes. Mais étant donné que les connaissances (d'un point de vue général, j'entends) augmentent sûrement plus vite que le nombre de personnes y ayant accès... les différentes disciplines ne se verront que plus ou moins représentées, selon la mode du moment, mais jamais totalement désertées (sauf désuétude complète de certaines d'entre elles? ).



    Apus.
    Nothing in Biology makes sense except in the light of Evolution. (T. Dobzhansky)

  13. #10
    kinette

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Citation Envoyé par Apus apus Voir le message
    Bonsoir,
    Ou elle naît d'elle-même!

    Pour répondre un peu à Marie_Eve, je fréquente le "milieu naturaliste" depuis quelques années et je constate que la jeune génération est tout de même représentée (fort heureusement! ... même si c'est assez faiblement, je dois l'avouer... ). Il n'y a qu'à voir le nombre de "jeunes" naturalistes sur le forum (Cendres n'est d'ailleurs pas, selon moi, de la "vieille" génération! -> sauf s'il ment sur son âge!
    Bonjour,
    En fait je dirais qu'en France on a même eu un petit renouveau... quand j'ai commencé l'ornithologie, il y avait un énorme fossé de génération. En gros, je me retrouvais souvent la seule "jeune" parmi des gens de la génération de mes parents et grand-parents. Et puis d'un coup, je sais pas trop pourquoi d'ailleurs, j'ai vu arriver pas mal de ptits jeunes
    Un truc à noter, c'est que certaines spécialités continuent plus à attirer les jeunes que d'autres: y a plus de jeunes dans les asso onitho que dans celles de mycologie ou de botanique par exemple...

    Après certes, comme le dit Cendres, la flamme est peut-être réduite mais elle ne s'éteindra pas pour autant.
    Il faut l'espérer... ceci dit, quand je vois la situation dans mon coin d'Allemagne, je trouve que le milieu naturaliste est déserté... malgré pourtant l'intérêt des allemands pour l'environnement. Il faut donc rester vigilant.

    Je rejoindrai un peu l'idée de Texanito. Comme pour tout domaine de la connaissance, il y aura toujours quelques passionnés pour s'intéresser aux sciences naturalistes. Mais étant donné que les connaissances (d'un point de vue général, j'entends) augmentent sûrement plus vite que le nombre de personnes y ayant accès... les différentes disciplines ne se verront que plus ou moins représentées, selon la mode du moment, mais jamais totalement désertées (sauf désuétude complète de certaines d'entre elles? ).
    Le problème que je vois: actuellement les gens sont de plus en plus sensibilisés à la protection de l'environnement, mais totalement incapables de se rendre compte à quelles espèces ils ont affaire, et ce qui peut être important pour la conservation des milieux et espèces. On peut en arriver à des décisions "pour faire bien" très paradoxales, en absence de personnes un peu qualifiées dans le domaine.

    Il est à mon avis important qu'il n'y ait pas que des biologistes professionnels sur le terrain, mais un réseau d'observateurs: les biologistes professionnels ne seront jamais assez nombreux, et on a besoin de personnes pour par exemple signaler l'apparition d'espèces envahissantes, ou pouvoir faire des suivis sur la durée d'espèces menacées.

    Enfin, en ce qui concerne le savoir traditionnel des gens de la campagne: il était assez variable d'une personne à l'autre, et était aussi parfois approximatif ou teinté de légendes

    K
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  14. #11
    Rhedae

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Citation Envoyé par Kinette
    Il est à mon avis important qu'il n'y ait pas que des biologistes professionnels sur le terrain, mais un réseau d'observateurs: les biologistes professionnels ne seront jamais assez nombreux, et on a besoin de personnes pour par exemple signaler l'apparition d'espèces envahissantes, ou pouvoir faire des suivis sur la durée d'espèces menacées.
    Bonjour,

    Je suis tout à fait d'accord avec toi bien que cela puisse poser des problèmes quand même sur la validation scientifique des observations. Dans certain cas comme sur le long du littoral, l'observation ornithologique peux s'avérer très compliqué avec la détermination des limicoles . Mais plus généralement l'idée de réseau d'observateurs est très intéressante en ornithologie, car ces observations peuvent âtre très précieuses pour évaluer la santé d'une région , ou peuvent révéler rapidement un problème écologique. Pour moi l'observation des oiseaux si elle est menée avec une bonne organisation et des gens de confiances constitue un véritable baromètre écologique .

    Il peut être dommage d'ailleurs que les élève n'est pas dans leur programme des cours naturaliste de détermination des espèces d'oiseaux , qui pourraient susciter un réel intérêt de la part des élèves. Aillant travailler comme guide naturaliste dans le cadre d'un centre permanent d'initiative à l'environnement (cpie), je sais que les élèves sont la plupart du temps très intéressés, mais aussi cette approche sur le terrain à un intérêt pédagogique par rapport au programme de biologie classique : l'alimentation, la reproduction, la communication, etc ..

    Je pense aussi que la concentration des populations en zones urbaine créait un espèce de détachement , ou une méconnaissance de plus en plus profonde sur les choses de la nature. Cette inculture et ce désintérêt conduit aussi malheureusement à des comportements quelque peu aberrant je pense , et cela est du à ce phénomène de mentalité urbaine. Mais même en zone urbaine on peut pourtant observer des oiseaux et des espèces très diverses , d'ailleurs en ce moment j'essaie d'observer des parades nuptiales de Milan noir au dessus de ma ville. J'essaie d'initier des gens de mon entourage qui n'ont aucune culture naturaliste, et le coté spectaculaire de ce genre d'observation, les laissent totalement sur le "q" , car il n'imaginaient pas qu'en observant quelque degrés au dessus de leur champ de vision classique, ils puissent voir pareil beauté . J'imagine que les respect commence par l'éducation, disons la connaissances des êtres qui partagent nos territoires . Donc je trouve ça très important de faire partager mes connaissances naturalistes avec mon entourage, je les invitent à faire des observation , à se procurer un guide d'identification et des jumelles (à 30 €existe de très bon produits) , et ils ne s'en plaignent pas généralement

    Bref, je pense que cette question qui est posée de la perte de la connaissance est une question d'une grande importance, mais aussi révèle certainement un malaise de nos sociétés , une mentalité très éloigné des choses essentielles, qui peut être résumé dans "la peur de la nature" , ou disons un opposition de plus en plus radicale de l'homme avec son environnement. C'est comme s'ils voulaient s'affranchir de la nature , d'un point de vue philosophique, mais aussi technologique , etc ..
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  15. #12
    Pio2001

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Citation Envoyé par Rhedae Voir le message
    Je pense aussi que la concentration des populations en zones urbaine créait un espèce de détachement , ou une méconnaissance de plus en plus profonde sur les choses de la nature.
    C'est sûr. Ma mère qui a grandi dans un village de 700 habitants m'épate toujours en balade en désignant les arbres ou les plantes par leur nom. Pas des noms compliqués, quoi, mais des trucs complètement banals : un pêcher, un noisettier, un sorbier... Alors que j'en suis moi-même incapable.

    Mon oncle qui a ramené une herbe : "j'ai voulu goûter ce truc-là mais c'était infect".
    Ma tante qui lui répond "Malheureux ! C'est de la grande ciguë !"

    Je connais les arbres qui m'ont été familiers dans ma vie, quoi, les sapins de Douglas dans lesquels on montait à 10 mètres du sol, les mûriers dans lesquels on se goinfrait de mûres en juin... Pas vraiment des activités citadines.

    En tant que citadin ordinaire, je suis toujours bouche bée devant les essaims d'étourneaux en automne qui foncent dans tous les sens comme des sortes de bulles volantes qu'on dirait faites d'une pâte élastique... Et ce printemps, en plein Lyon, j'entends de nouveau le chant de la tourterelle turque... ça faisait des années.

    Coucouuu-cou !
    Coucouuu-cou !
    Coucouuu-cou !
    Dans un espace vectoriel discret, les boules fermées sont ouvertes.

  16. Publicité
  17. #13
    Mecton

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    La génération de nos grands parents a l'air d'en connaitre bien plus que nous sur la diversité de la nature.
    Qu'en est il de vos parents/grands parents ?
    Pensez vous que vous en saurez autant plus tard, que ce n'est qu'une question d'expérience liée à l'âge ?
    Peut être, très certainement, qu'à l'époque de nos grand parents les sciences naturelles ne portaient pas sur l'endocrinologie, les boucles de retroaction, la génétique, l'écologie... et caetera... Ils ne connaissaient pas le rôle écologique des vers de Terre par exemple ou des symbiose avec Rhizobium.De manière retrospective je qualifierais ces sciences naturelles d'essentiellement descriptives.
    De nos jours on ne connait pas les éspèces d'oiseaux mais on connait Pax 6, sonic hedgehog, ultabithorax... On ne connait rien de leur place exacte dans le fonctionnement cellulaire. Dans deux génération ils le sauront mais ne connaitront pas tout les noms de ces différents gènes.Et alors je suis sur qu'ils verront en nous des naturalistes et jugeront la biologie d'entant essentiellement descriptive!

    Je pense qu'il ne faut pas s'alarmer et que c'est une évolution normale et prévisible. Ils verront en nous ce que nous voyons en nos grand parents.
    Tout ça reste mon humble avis bien évidemment.
    "La véritable science enseigne par dessus tout à douter et à être ignorant"M.U

  18. #14
    Mecton

    Re : Les petits oiseaux de ma grand mère (ou la perte des connaissances)

    Pensez vous qu'il faut laisser se perdre petit à petit ces connaissances au fil des générations, les laisser aux spécialistes et garder sa mémoire pour les nouvelles connaissances et technologies ?
    Peut être pas entièrement perdre les connaissances mais je serais bien dégouté qu'au collège ils apprenent le nom des Oiseaux plutôt que la respiration. Et puis la classifications tient une part importante dans les programmes. Je trouve que la culture naturaliste est alors nettement plus variée et donc plus riche. Même si quand on se promène on ne rencontre pas de Rotifère bdeloïde ou d'amphioxus je prèfère connaitre ces bêtes là que plusieurs nom d'Oiseaux.
    "La véritable science enseigne par dessus tout à douter et à être ignorant"M.U

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. [Zoologie] Ornithologie, classer les plumes des oiseaux
    Par le_gemaux dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 29/09/2007, 00h27
  2. utilisation des nids par les oiseaux
    Par ThomasR dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/12/2005, 16h06
  3. Veritée ou recette de grand mère?
    Par groubar dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 3
    Dernier message: 06/09/2005, 19h39
  4. faire 1 grand film reunissant plusieurs petits
    Par fredrik dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/09/2004, 14h57