Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Robot sapiens, mon meilleur ami




  1. #1
    Glast

    Robot sapiens, mon meilleur ami

    L’homme se définie lui-même comme un animal pensant. C’est ce qui lui permet de « s’extraire » du reste du règne animal pour en faire un règne à part entière : l’homo autocongratulis. Fièr, de cette aptitude dont lui a fait cadeau mère nature, il a entrepris depuis quelques décades d’essayer de materialiser la pensée à travers quelques objets de sa création afin que ces derniers le soulagent un peu de ce fardeau au quotidien.

    Les exemples ne manquent pas : des frigos intelligents qui estiment que vous vous nourrissez mal en analysant leur contenu et qui prennent soin de commander des soupes de légumes au marchand du coin, des ordinateurs qui battent nos champions d’échecs ou qui composent de la musique, et pour les gens seuls, il existent même des programmes informatiques avec qui ont peut discuter de tout et de rien et qui peuvent même vous donner un conseil comme le ferait un ami d’enfance ; bref, une partie de cette pensée humaine, pudiquement nommée intelligence artificielle nous assiste (pour ne pas dire nous gouverne) déjà dans les taches quotidiennes.

    On se rassure en se disant qu’il y a toujours un homme derrière une machine. Par exemple, le pilotage automatique d’un avion est possible mais c’est le pilote qui decolle et qui atterri… mais n’est ce pas tout simplement parce que la modelisation technologique de ce processus est encore trop compliqué pour être mis en place maintenant ? Ce n’est qu’une question de temps, on arrivera bien à faire décoller et atterrir un avion tout seul un jour. Idem pour les opérations chirurgicales ou les prises de décisions boursières. D’ailleurs, la machine le fera sans doute mieux qu’un homme (errare humanum est). Mais l’homme connaitra t-il les limites à ne pas dépasser ? et d’ailleurs, quelles seraient ces limites ?

    -----

    Le maître montre la lune
    L' idiot regarde le doigt

  2. Publicité
  3. #2
    Jiav

    Re : Robot sapiens, mon meilleur ami

    Citation Envoyé par Glast
    Mais l’homme connaitra t-il les limites à ne pas dépasser ? et d’ailleurs, quelles seraient ces limites ?
    J'aime beaucoup la juxtaposition des deux questions

    Qu'est-ce qui te fais peur exactement? La perte d'autonomie, le vilain robot qui se rebelle ou autre?

  4. #3
    DonPanic

    Re : Robot sapiens, mon meilleur ami

    Salut
    Citation Envoyé par Glast
    On se rassure en se disant qu’il y a toujours un homme derrière une machine. Par exemple, le pilotage automatique d’un avion est possible mais c’est le pilote qui decolle et qui atterri… ?
    En ce qui concerne les métros, je suis plus rassuré quand c'est piloté automatiquement que par le conducteur,
    Il y a eu des incidents sur certaines lignes (Balard Créteil entre autres) où les conducteurs s'amusaient à taper des chronos , une fois, à cause d'un freinage tardif, j'ai été obligé de sortir par la dernière porte du premier wagon, les portes précédentes étaient engagées dans le tunnel...
    d'ailleurs sur la plupart des lignes, dès que la fréquence atteint un certain seuil, c'est en pilotage automatique, le conducteur n'a plus en charge que la fermeture des portes.

    Quant au pilotage des avions, faut relativiser, ya des rétroactions qui interdisent au pilote de sortir de paramètres établis de vol.


  5. #4
    quetzal

    Re : Robot sapiens, mon meilleur ami

    hm, un avion peux parfaitement faire tout le vol par lui-même, decoller, voler et attérir, mais je pense que l'interet du pilote viens de ce qu'il est capable de réagir avec plus de surreté qu'un programe pre-determiné... question de sécurité, les pilotes sont aussi a l'origine de bon nombre de plantage avionesque... (voir epstein)

    les limites a ne pas depasser, l'homme question de technologie prend de plus en plus conscience du danger réel de la puissance que lui procure les sciences, et nous ne somme plus au XIXème siècle avec un scientisme a tout crin... le bonheur n'est pas forcement en droit ligne d'un tableau noir couvert d'equation, ou au bout d'une paillasse...
    la science, le savoir est un pouvoir, et comme tout pouvoir il se doit d'etre controllé afin qu'il profite au plus grand nombre, mais surtout qu'il ne profite pas qu'a une petite minorité au détriment de tous... comme d'ahabitude c'est le shémas démocratique qui semble prendre le pas entre ce qu'il faut, ou ce qu'il ne faut pas mettre en oeuvre...
    entre savoir et faire, il existe le politique, ou la science a bien du mal a se faire entendre, et/ou se faire remettre a sa place... acteurs parmis les acteurs...

    homo habilis, notre grand père, dédé les doigts de fée pour les intimes, serait sans doute assez fier de nous, mais sans doute aussi appeuré que nous devant notre savoir, qui aujourd'hui nous met au porte de concevoir des etres de silice capable de decisions, et demain de penser a notre place, mieux et plus vite... il existe deja de nombreux système correcteur a la bourse, dans les avions, des aides electronique a la conduite, et d'autre système d'aide a la prise de decision, qui ne sont ni plus ni moins que le transfert de la fleur de l'humain, son intelligence...

    mais bon si l'on se refère a la film de "wargames" des années 80 posant l'IA comme un porblème possible, il n'en reste pas moins que le danger n'est pas dans celle-ci, ni même dans l'intelligence humaine, mais bien dans les armes de destruction massive a la porté de cette IA... ou de cette IN (intelligence naturelle) ainsi que tout mode propre a porter atteinte a l'homme... d'ailleur isaac asimov l'avais bien compris en promulgant les trois lois de la robotique...
    reste qu'humain ou machine, joshua n'avait pas tout a fait tort...

  6. #5
    gedeon

    Re : Robot sapiens, mon meilleur ami

    Débat très intéressant !
    Il ne faut pas oublier que la pensée de l'homme est à la fois la conséquence de nouvelles innovations technologiques mais également de cadre éthique. C'est aussi le principe de l'homme de se fixer des normes en fonction des limites qu'il repousse. Certes elles ne sont pas toujours respecter mais ce que je retiens pour ma part c'est qu'il soit capable d'en créer et ça c'est déja beaucoup! La bioéthique en est un exemple, et nos chers philosophe en font leur cheval de bataille. Si ce ne sont pas les normes morales qui donent un cadre ce seront d'une façon ou d'une autre les contraintes environnementales. Le monde est par définition limité de part sa nature écologique, il donne des règles de départ que l'homme ne peut contourner que dans une certaines mesure.
    L'innovation technologique est certainement innévitable elle est l'expression par extension du principe de lévolution biologique, sachant qu'elle peut-etre source de destruction ou de création...
    L'homme en tant qu'espèce est en perpétuel croissance , et je suis parfaitement d'accord avec un controle garantissant la porté positive du savoir qu'il développe...

  7. A voir en vidéo sur Futura

Sur le même thème :

    Sur le même sujet

    Définitions

Discussions similaires

  1. chute de cheveux, mon ami déprime, help!
    Par fromhell dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 12
    Dernier message: 23/04/2009, 15h01
  2. Réponses: 4
    Dernier message: 05/12/2006, 10h08
  3. comfy n'est pas mon nouvel ami :-(
    Par MrEd dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/10/2006, 10h53
  4. Le ver de terre : le meilleur ami du riz ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 12
    Dernier message: 04/04/2005, 15h26