Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Quand les plantes quittent le jardin...



  1. #1
    Guillmot

    Quand les plantes quittent le jardin...


    ------

    Bonjour,

    Celà ne date pas d'hier, les Végétaux sont très souvent véhiculés par l'Homme, d'une région à l'autre, au-delà des mers, et acclimatés à leur nouveau environnement.

    Cependant si ces transferts ont parfois considérablement transformé les paysages en quelques siècles (comme les forêts de pins en Bretagne), l'impact écologique peut se retrouver bien plus important: comme dans le cas de la Renouée du Japon (Polygonacée), espèce très invasive dont l'erradication est une priorité sur de nombreux sites, sous peine de voir cette plante proliférer sans limites...

    Mais d'autres espèces, moins 'agressives' peuvent aussi coloniser de nouveaux terrains, en sortie de jardin: la Monbresia (Iridacée), par exemple, ou encore le robinier faux-acacia (Fabacée).

    Pour vous, faut-il toujours, même si la plante est sans danger apparent pour l'écosystème, erradiquer une plante étrangère (introduite donc par l'Homme) d'un milieu naturel, sous prétexte qu'elle n'est pas autochtone, ou bien agir de façon plus concertée, selon le 'comportement' de l'intruse ?

    Mais finallement, cet 'enrichissement' de la diversité floristique, lorsqu'il n'est pas à impact négatif (satanée renouée...), présente-t-il d'autres avantages que de gonfler le nombres d'espèces présentes localement ?

    -----
    Compte à supprimer

  2. Publicité
  3. #2
    Bufo v

    Re : Quand les plantes quittent le jardin...

    Salut Guil,

    c'est localement un sérieux problème. Quelques espèces sont vraiment envahissantes et remettent en cause tout le fonctionnement habituel de l'écosystème : Jussie, Balsamine de l'Himalaya, Renouée du Japon... sans oublier diverses myriophiles ou apparentées...
    La Renouée par ex. a conquis en Lorraine des centaines d'hectares sur les milieux pionniers (berges, bancs de sables et de graviers des vallées alluviales, lisières internes des ripisylves...) en supplantant les végétaux indigènes et surtout en privant les espèces animales de leur habitats et de leurs ressources alimentaires.
    Et pas sûr qu'un remède soit encore envisageable . Même avec des moyens financiers importants.

    Malheureusement en ce qui concerne les nouvelles et éventuelles catastrophes à venir, je ne vois guère comment lutter contre, sauf à interdire la commercialisation pure et simple des exotiques dans les jardineries ou autres. Mais là, ça va couiner sévère !
    Pour vous, faut-il toujours, même si la plante est sans danger apparent pour l'écosystème, erradiquer une plante étrangère (introduite donc par l'Homme) d'un milieu naturel, sous prétexte qu'elle n'est pas autochtone, ou bien agir de façon plus concertée, selon le 'comportement' de l'intruse
    Je ne prendrais pas le risque d'attendre pour voir si elle va ou non poser problème. Mais bien souvent, dès lors que l'on rencontre l'intruse sur le terrain, il est probablement déjà trop tard. Bref, je suis assez pessimiste sur notre capacité à enrayer ce genre de problème. Encore un travers de la mondialisation...
    A+
    Bufo v

  4. #3
    charlie

    Re : Quand les plantes quittent le jardin...

    Bonjour

    comme dans le cas de la Renouée du Japon (Polygonacée), espèce très invasive dont l'erradication est une priorité sur de nombreux sites, sous peine de voir cette plante proliférer sans limites...
    je me demande comment ça se passe au Japon parce que c'est une véritable s...perie pour s'en débarasser et ne fussent que pour la maintenir dans un massif pour pas qu'elle envahisse tout... Elle a un herbivore spécifique? Un parasite?

    C
    Soon, oh soon the light, ours to shape for all time, ours the right; the sun will lead us.

  5. #4
    Guillmot

    Re : Quand les plantes quittent le jardin...

    Hello Charlie !

    J'ai trouvé cet article qui répond en partie à tes questions:

    http://www.echosmouche.com/article.php3?id_article=35

    @+

    Guil'
    Compte à supprimer

  6. #5
    coco

    Re : Quand les plantes quittent le jardin...

    Bonjour,
    Je crois en effet, comme Bufo v que nous sommes impuissants devant ce problème, car il est spécifiquement humain d'importer et d'essayer... Il y a eu du bon, et du mauvais... et ça continuera... cela fait partie des nombreuses retombées imprévisibles de "l'humanisation" de la planète...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Bufo v

    Re : Quand les plantes quittent le jardin...

    Salut

    La Renouée est consommée par le Castor, là où il est présent. Mais en quantité loin d'être suffisante vu la productivité de la plante...et le vaste territoire d'une famille de Castors. Mais globalement cette plante le défavorise nettement en supprimant ou restreignant sa nourriture de base en hiver : les salicacées.
    L'article cité par Guil reflète bien la situation dans ma région mais j'y mettrais quand même deux bémols :
    Les modifications d'origine anthropique ne sont pas les seules (et principales) causes d'installation. Elle colonise par ex. très volontiers les dépôts alluviaux naturels (îlots et bancs de graviers mobilisés par les crues)
    Ensuite l'arrachage manuel ne présente pas l'efficacité décrite, pas toujours en tout cas. J'ai fait le test une année sur une placette réduite et isolée, soit 5 arrachages et autant de repousses, même s'il est vrai qu'elles étaient de moins en moins dynamiques.
    Bufo v

  9. Publicité
  10. #7
    Bufo v

    Re : Quand les plantes quittent le jardin...

    Citation Envoyé par charlie
    je me demande comment ça se passe au Japon parce que c'est une véritable s...perie pour s'en débarasser et ne fussent que pour la maintenir dans un massif pour pas qu'elle envahisse tout... Elle a un herbivore spécifique? Un parasite? C
    Dans leur aire d'origine la plupart de ces espèces ont des concurrents, des consommateurs ou des parasites "naturels". Leur dynamique est restreinte et elle s'insèrent dans l'écosystème sans poser de problèmes particuliers.
    Par contre l'erreur absolue (et qui a déjà été faite à plusieurs reprises) serait d'introduire également le "prédateur". Le résultat est souvent encore pire.
    Bufo v

  11. #8
    pilet14

    Re : Quand les plantes quittent le jardin...

    Si nous ne gardons que les espèces véritablement autochtones dans notre pays, nous risquons de voir disparaitre pas loin d'un tiers des plantes, le blé, le maïs, la pomme de terre, le pécher, l'abricotier et tant d'autres espèces cultivées sont originaires d'Asie ou d'Amérique.

    La marronier d'Indes vient du proche orient, est on prêt à détruire l'ensemble des marroniers?

    J'en doute.

    Cela n'empèche nullement la vigilance... mais sans excès.

    Le lapin de garenne ou la carpe ne sont pas autochtones dans notre pays, il s'agit pourtant d'espèces fort bien intégrées.

  12. #9
    Guillmot

    Re : Quand les plantes quittent le jardin...

    Hello

    Tout à fait. Un tiers, certainement même plus en faisait alors la chasse aux plantes d'ornement originaires des quatre coins du Monde.

    Ce serait peut-être même extrêmement négatif sur les écosystèmes; par exemple pour revenir en Bretagne, les Gymnospermes autochtones sont très peu nombreux (l'If en est le seul représentant à ma connaissance). Abattre les forêts de pins et de sapins, raser les cyprès, les cèdres, déraciner les ginko biloba... Ce serait une destruction totalement idiote !

    Cela n'empèche nullement la vigilance... mais sans excès.
    Exactement ! Et comme dit le dicton, si on pouvait prévenir au lieu de guérir parfois, ce serait encore mieux

    Guil' touche pas à mon néflier !
    Compte à supprimer

  13. #10
    Bufo v

    Re : Quand les plantes quittent le jardin...

    Salut Guil
    Citation Envoyé par Guil
    Tout à fait. Un tiers, certainement même plus en faisait alors la chasse aux plantes d'ornement originaires des quatre coins du Monde.

    Ce serait peut-être même extrêmement négatif sur les écosystèmes; par exemple pour revenir en Bretagne, les Gymnospermes autochtones sont très peu nombreux (l'If en est le seul représentant à ma connaissance). Abattre les forêts de pins et de sapins, raser les cyprès, les cèdres, déraciner les ginko biloba... Ce serait une destruction totalement idiote ! [/I]
    C'est vrai; Mais toutes ces espèces n'ont pas un caractère invasif. Et heureusement ! Imagine si seulement 10% d'entre elles avaient la dynamique de la Fallopia
    Ta question reste donc valable pour plusieurs plantes qui posent de véritables problèmes...
    Bufo v

Discussions similaires

  1. Réponses: 16
    Dernier message: 03/12/2011, 16h37
  2. T.P.E ~> l'homme et les plantes
    Par elizZz dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 2
    Dernier message: 09/12/2007, 18h53
  3. Une voie de régulation commune entre les plantes et les êtres humains
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/04/2007, 13h45
  4. La pesenteur et les plantes
    Par Yoyo dans le forum [Biologie Végétale] Le parasitisme, la carnivorie, adaptation des plantes à la sécheresse
    Réponses: 4
    Dernier message: 04/10/2004, 14h37
  5. Réponses: 3
    Dernier message: 09/03/2003, 16h14